AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Tumblr  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Wyatt ∯ il fallait que se soit toi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
My only love sprung from my only hate.

avatar


Messages : 445
Cœurs enchantés : 3813


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Wyatt ∯ il fallait que se soit toi    Ven 26 Fév - 22:19

il fallait que se soit toi ... × ft. juliette & wyatt
Les pages de mon journal n’avaient jamais été aussi remplis depuis des années. Arrivée dans un pays inconnu, un pays où les coutumes bouleversaient mes habitudes et dans lequel je n’avais aucune présence familière, avait fait renaitre les habitudes que ma défunte nourrice m’avait données. Enfant j’avais pour habitude de noter la majeure partie de mes journées sur des pages blanches, toutes mes interrogations, mes énervements, mes exaspérations contre lesquels je ne pouvais rien y faire y étaient inscrites. Comme tant de choses qui m’avaient appartenu, elle avait brûlé il y a bien longtemps maintenant. J’avais arrêté d’inscrire dans un journal mes moindres pensées à la seconde même où j’avais rencontré l’homme qui allait devenir mon mari. Ô il doit bien y avoir quelques mots le concernant, mais dès que je fus mariée avec lui, tout avait pris fin. Les pages blanches ne seraient jamais comblées. Voilà maintenant deux mois que je suis dans cette ville et malgré mon emploi, mes recherches et mes tentatives pour m’intégrer dans ce monde trop automatisé à mon gout, j’avais éprouvé l’envie de réécrire les passages de ma vie passé dans un journal. Je ne sais d’où me viens cette soudaine pulsion de tout retranscrire. Peut-être avais-je peur d’oublier, de perdre la mémoire une nouvelle fois et définitivement, ou bien est-ce un besoin de rétablir la vérité qui avait été malmenée par des auteurs qui avaient eu la brillante idée d’inscrire leur nom dans le temps à travers une histoire volée ? C’était sans doute un peu des deux, je tenais donc un journal où mes souvenirs les plus anciens y été inscrit sans aucun ordre chronologique, seul la date et le lieu permettaient de retracer et ranger les récits les uns par rapport aux autres. Ensuite il y avait un autre journal, plus petit, dans lequel je transmettais mes craintes et mes doutes sur mes compétences à retrouver ma famille. Ce dernier contenait les évènements, même les moins palpitants de mes journées, comme lorsque j’étais enfant.  

Comme tous les dimanches matin depuis que j’étais dans cette ville du Maine, j’étais assise en tailleurs dans le sable en face de ma demeure. Le regard perdu dans l’océan repensant à la période la plus sombre de ma vie. Le bordel. Cette année que j’avais rayée de mon esprit lorsque j’étais dans le pays des merveilles. J’avais dépensé tellement d’énergie pour l’oublier, pour éradiquer tous les détails sordide de cette année de débauche que je me retrouvais contrainte de revivre mes souvenirs chaque soir depuis que j’avais sauté dans le terrier du lapin blanc. Mon journal entre les jambes, posé en équilibre sur mes genoux, je rédigeais noir sur blanc les détails concernant mon arrivée dans la maison close. La fraîcheur de la chambre, le somptueux lit et pourtant aux allures tellement macabre sur lequel Rosaline avait été déposé tel des trophées dans des nuisettes bien trop dénudé. Le rythme des vagues venant bercer, et apaiser la hontes et la souffrance que ses derniers engendraient.

Midi approchant à grand pas, je décidais de tenter une nouvelle expérience, dans le but de me vider la tête, mais surtout de fuir mes idées noires. Les rumeurs disaient que l’auberge de Granny débordait de quiétude et qu’elle servait les meilleurs repas de la ville. Belle disait même que Granny avait le pouvoir de faire disparaître toute la tristesse avec ses hamburgers. Un drôle de nom, je réalisais même que je ne savais pas le moins du monde à quoi ce drôle de nom dissimulait. A dire vrai j’avais même un peu peur de le découvrir, mais du même côté je ne voulais pas mourir stupide.
Enfilant une robe couleur prune, qui était comme toujours bien trop légère pour la saison. Je savais que je devais faire attention à ce genre de détail, mais le froid n’ayant aucune emprise sur moi depuis plus d’une trentaine d’année, j’avais oublié la simple utilité de porter des vêtements de saison. Pourtant enfant ma nourrice s’était époumonée à m’apprendre ce type de précaution.

Pénétrant dans la dite auberge qui commençait à se remplir, fidèle à sa réputation la décoration était fraiche et aspirait à la détente. Imitant un couple qui venait de prendre commande, j’allais vers le bar, un air faussement sûr de moi sur le visage. Une vielle dame qui devait sans doute avoir l’âge des mages que j’avais laissés derrière moi pour venir dans ce monde, m’accueillait avec  un sourire me demandant se que je désirais tout en citant le nom de leur spécialité, des noms qui me firent perdre le fils de ce que j’étais venues chercher ici. Honteuse, je sentais le feu me monter aux joues tandis que je balbutiais :

« Je voudrais un humbarger … s’il vous plait »

La vielle dame, esquichant un sourire en coin, hochait un sourcil en me reprenant avec gentillesse malgré la légère note de rire dans sa voix :

« Un hamburger, c’est noté avec quoi ? Des frites, une salade peut-être ? Et pour la sauce à l’intérieur ? »

Dépassée, j’ouvrais des yeux immenses avant de lâcher en dépit d’autre chose :

« Surprenez-moi ! »

« Vous êtes nouvelles vous, n’est-ce pas ? »

Lâcha la sexagénaire, en un rire bienveillant avant de me désignait une table au bout de son auberge tandis que je demandais si cela se voyait tant que cela. Une question qui fut rapidement élucidé par une jeune fille brune plus jeune que moi, vêtu d’un tablier rouge et qui abordait deux couettes en guise de coiffure

« Légèrement, mais rien de bien inquiétant ne vous en faites pas, je suis Red et vous ? »

« Juliette »

Les présentations faites, je me dirigeais vers la table que l’on m’avait indiqué me faisant aussi petite que possible. Depuis que j’étais arrivée l’auberge avait vu sa population s’agrandir, rapidement et avec autant de concentration que je pouvais en avoir, je tentais de reconnaitre un visage. Certes, depuis que j’étais arrivée, j’avais fait connaissance de quelque personne, mais celles de mon passé restaient absente. Pourtant c’était pour elle que j’avais accepté de tout quitter.
La clochette annonçant l’arrivée d’une nouvelle personne attirant mon attention je sentais mon regard dériver vers elle. Je ne mis pas longtemps pour reconnaître pour l’homme qui venait d’entrer, mes lèvres s’entrouvrant sous le coup de la surprise, je sentais une vague de désespoir me saisir. Après deux mois passés à chercher ma famille voilà sur qui je tombais : le pirate qui s'était joué de moi. Mon regard croisant le sien, je détournais les yeux, consciente qu'il m'avait bel et bien reconnu.

code by lizzou × gifs by tumblr


Dernière édition par Juliette-A. Whitedawn le Dim 6 Mar - 19:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 187
Cœurs enchantés : 1530


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Wyatt ∯ il fallait que se soit toi    Mer 2 Mar - 10:02


Il Fallait Que Ce Soit Toi
Juliette & Wyatt

-Scalpel. Demandais-je en tendant la main.
Me voici parti pour une nouvelle journée qui commençait par une opération du genoux, de la rotule plus spécifiquement. Alors que certains n'étaient même pas en train de boire leur café du matin, j'étais déjà debout, en train de m'occuper du bien-être du corps d'un sportif ayant un peu trop abusé de son corps et des squats. Ces derniers temps, je ne pouvais pas rester au lit, incapable de faire une grasse matinée. Il était déjà difficile pour moi de m'endormir car mon esprit tournait en bourrique jusqu'à des petites heures matinales, mais le réveil était le pire. Je ne tenais que grâce aux nerfs car je sentais bien que mon corps ne suivait plus, et heureusement pour mes patients, mes nerfs étaient plus solides que ceux d'un simple humain !

Je me mis alors à inciser la peau de trois petits trous afin de pouvoir y passer la caméra et les outils nécessaire au nettoiement et au travail. Rien de bien compliqué en soit, ce n'était pas une opération à coeur ouvert ! Mais ça demandait toujours beaucoup d'énergie et de concentration. La caméra enfilée, je la fis voyager jusqu'à l'endroit voulu à travers les différents tissus adipeux et musculaires. Nous y étions !
-Burin, marteau s'il vous plait ! Demandais-je.
Après avoir enfilé les deux derniers éléments, je commençais à déployer les petits outils dans le corps. Il ne me restait plus qu'à frapper le burin avec le marteau contre la rotule afin de la faire saigner pour qu'elle puisse reprendre une forme normale. La salle était remplie des rythmes cardiaques du patient ainsi que du bruit presque sourd que réalisait mon entreprise contre l'os rotateur de sa jambe.

Tout autour de moi n'avait plus d'importance car ce patient n'était pas n'importe lequel, c'était un Mary Man, un de mes confrères. Lui ne savait pas qui l'opérait, mais je me devais de faire de mon mieux pour qu'il puisse avoir la pleine utilisation de sa jambe à nouveau. La camaraderie que l'on avait entre nous n'avait pas équivoque ! On était prêt à mourir pour les autres, c'était comme l'image que retransmettaient les médias de l'armée. Je fus d'ailleurs surpris de le retrouver ici, au Maine car je pensais être le seul à avoir pu traverser le monde des contes. J'avais bien assez vu de monde pour penser que j'était le seul représentant de notre groupe, mais sa venue réveillait pleins de questions en moi et remettait pleins de choses en doutes.  L'opération se termina et mon ami fut envoyé en réveil ambulatoire. La matinée continua au fil des consultations avant que je ne voie que mon horloge affiche l'heure de midi, l'heure de ma pause.

Ce fut alors naturellement que je me dirigea là où j'allais tous les jours : chez Granny's pour manger mon burger favoris. Il passa alors la porte, laissant la sonnette retentir avant d'avoir le regard attiré tout de suite par un visage qu'il ne connaissait que trop bien : celui d'Elizabeth, ce lui de Juliette. Que faire ? Mon regard croisa le sien et je pus voir qu'elle m'avait reconnu. Ses yeux ne mentaient pas.
- Vous allez bien docteur ? Je vous sers votre burger ? Me demanda-t-elle alors qu'elle me voyais paralysé sur le perron de la porte. D'un coup de tête, je repris mes esprits et regardais la vieille dame.
- Oui Granny, volontiers! Lui répondis-je en m'avançant vers le comptoir.
Le plat fut vite servit et je me dirigeais alors vers cette chère Juliette, un sourire aux lèvres.
- Bonjour Juliette, comment ça va ? Ou devrais-je dire plutôt Elizabeth ? Lui demandais-je pour tâter le terrain.
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
My only love sprung from my only hate.

avatar


Messages : 445
Cœurs enchantés : 3813


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Wyatt ∯ il fallait que se soit toi    Dim 6 Mar - 19:38

il fallait que se soit toi ... × ft. juliette & wyatt
Assise à cette table dont la vue donnait sur la route, je tentais de faire l’inventaire des drôleries qui m’entouraient. Les calèches roulantes sans cheval, des voitures je crois, mais elles ne portaient pas le même nom. C’était tellement déconcertant. Le pire était bien les voiture à deux roues, alors que j’apercevais cet objet derrière la fenêtre je sursautais légèrement. Belle allait avoir du travail avec moi. Peut-être qu’Anna savait ce que c’était ? Peut-être même que nous pourrons essayer ensemble ? Ca pouvait être amusant non ? Sans compter qu’en cas de chute je pourrais toujours utiliser les pouvoirs de ma bague pour m’en tirer sans la moindre égratignure ?
Ce fut la jolie Ruby qui mit fin à mes réflexions et mes légers rêves d’aventure en m’apportant le fameux plat typique de l’auberge. La remerciant avec chaleur, elle me faisait un clin d’œil en me souhaitant un bon appétit. Une fois de plus je la remercier avant qu’elle ne me laisse seul devant ma commande que je dévisageais ne sachant guère comment attaquer ce monstre. Toutes ses drôleries, m’avaient même fait oublier l’être venu de mon passé qui avait fait irruption dans la joli petite auberge. Cependant ce dernier ne se garda pas de m’ignorer, et se rappela à mon esprit en prenant la baquette libre en face de moi, lui aussi armée d’un hamburger. Poli, ce dernier me salua, en utilisant mes deux prénoms sans la moindre once d’hésitation, lui assainissant un regard agacé, je répondais d’un ton ironique.

« Je vois que tu as appris la politesse, ca ne pouvais pas te faire de mal ! »

Un parfait inconnu aurait pu me prendre pour une réelle garce. Seulement, Wyatt savait pertinemment pourquoi j’étais autant aigrie en sa présence. Lors de notre première rencontre où il avait joué les chevaliers servant pour mieux prendre possession de mon fort intérieur par la suite, et la seconde fois il avait tenté de me voler. Ceci dit, son second coup de maître avait fini plus violemment que le premier, en effet, j’avais trouvé les pouvoirs de la bague al seconde fois et il en avait subi les frais. Il avait été la première personne que j’avais envoyée contre une haie de rose. Mon seul regret étant secrètement de ne pas l’avoir blessé dans sa chair, comme il m’avait blessé quelques années plus tôt.

« Ici c’est Juliette »

Finissais-je par reprendre, d’un ton plus convivial, avant d’ajouter en louchant sur les barres jaunes légèrement dorée qui se trouvait à côté du monstre rond.

« Je te ferais gré de ne pas m’appeler Elizabeth, ce temps est révolu ! »

Saisissant une des drôles de barrette, avec ma fourchette, je levais l’ingrédient à hauteur de mes yeux, une légère grimace sur le visage. Sincèrement jamais  au grand jamais j’avais imaginé qu’un tel aliment puisse exister. Goutant du bout des lèvres la dite frite, je mâchais avec délicatesse, appréciant le drôle de gout qu’elle dégageait avant de demandé piquer par la curiosité :

« Alors ici que tu es ? J’ai cru comprendre que les pirates ne sont pas tellement admis dans cette ville »

code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 187
Cœurs enchantés : 1530


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Wyatt ∯ il fallait que se soit toi    Jeu 5 Mai - 18:49


Il Fallait Que Ce Soit Toi
Juliette & Wyatt
Alors que je passais le perron de Granny's, je ne pus m'empêcher de me souvenir de ma première journée à Storybrooke. La première fois que je m'étais retrouvé devant ce fameux "burger" que m'avait servi Ruby. Autant dire que j'avais observé cette assiette un bon moment avant d'oser l'attaquer malgré la bonne odeur. C'était comme si ces nouveautés ne l'étaient pas, comme si je les connaissais sans les connaître - merci la malédiction ! Cependant ce n'était pas ce qui m'avait le plus joué des tours, ne nommerais-je pas la technologie ; téléphone, alarme, télévision ou radio. Voler était un réel art dans ce monde et je l'avais découvert à mes dépends. Au Pays des merveilles, une bonne agilité et dextérité suffisaient à faire un bon cambrioleur, ici ce n’était pas le cas. Heureusement pour moi, j’avais réussi à m’échapper au dernier moment, évitant un tas de problème, mais sans mon butin. Ma liberté était plus importante que le risque.

Un léger sourire apparut sur mon visage alors que je m’assis en face de Juliette, sur la place libre. Mon expression faciale se creusa suite à son petit pic quant à ma politesse. Indifférent, je pris une grosse frite et la trempais dans le ketchup avant de l’amener à ma bouche et de la mâcher.
- Au moins j’ai évolué depuis, contrairement à certaine… Lui répliquais-je en prenant une deuxième frite et en la trempant dans la mayonnaise cette fois, toujours dans un ton rempli de désinvolture.
Les sentiments que me vouaient la demoiselle m’avaient toujours étonné. Après tout je l’avais sauvé d’un viol par un bougre autant charmant qu’un crapaud baveux recouvert de verrues et je n’avais pas réussi à terminer mon vol, qui était d’ailleurs l’un de mes plus grands échecs. Je me souvenais d’ailleurs toujours de cette sensation, de ces roses qui s’étaient plantées dans mon dos – sans trop me blesser au vu de la cuirasse que je portais.
- Très bien… Juliette ! Ça restera entre nous… Et si jamais, ce sont des frites et, tu peux les manger avec les doigts… Comme ça tu auras appris quelque chose aujourd’hui… Un clin d’œil suivi d’un sourire taquineur.

Qu’étais-je ici ? Un léger ricanement sortit de mes fines lèvres à cette question. J’étais tenté de lui dire pirate juste pour la contredire, mais cela n’avait aucun sens. Je pris deux frites d’un coup et les avalais avant de m’essuyer les doigts.
- Médecin-chirurgien… Je pratique à l’hôpital de la ville ! Et toi, que fais-tu ? A voir tu ne fais plus les trottoirs ? Dis-je sans réelle gêne.
Elle n’était pas la seule à connaître le passé de son interlocuteur et à pouvoir l’utiliser et Wyatt n’allait pas se déranger à l’exploiter si besoin. Le beau voleur à la cicatrice observa la réaction de Juliette, histoire de voir comment cela allait tourner. Après tout, à voir elle gardait plutôt des mauvais souvenirs de leurs rencontres.

electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
My only love sprung from my only hate.

avatar


Messages : 445
Cœurs enchantés : 3813


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Wyatt ∯ il fallait que se soit toi    Ven 13 Mai - 9:05

il fallait que se soit toi ... × ft. juliette & wyatt
La pic que Wyat venait de me lancer lorsqu’il s’asseyait en face de moi, je serrais les dents. Le faisait-il exprès pour me pousser à bout où était-ce uniquement sa manière de saluer une personne dont-il investi la table sans la moindre once de malaise.

« Sans doute est-ce parce que je ne me suis jamais perdu dans des buissons de rose blanche »

Un sourire, légèrement pervers se dessinant sur mes lèvres, je revoyais défiler sous mes grands yeux verts, la beauté de cette scène exaltante. Je devais avouer qu’avoir blessé ce pirate dans sa chair, m’avait procuré un immense plaisir. J’avais eu l’impression de lui avoir fait mal, pas autant que lui envers moi, mais c’était déjà un bon début.
Tandis que je reluquais le contenu de mon assiette indécise, ne sachant guère comment manger cet hamburger, et encore moi ce qu’ils appelaient les frittes. Je regardais l’ancien pirate faire, c’est ainsi que ce dernier remarquait mon incompréhension. Une lueur taquine illuminant ses yeux, il me lâcha que je pouvais manger les frittes avec les doigts. Le clin d’œil de ce dernier, et la bonne humeur qu’il dégageait, me faisait rire. Avenante, j’en oubliais toute ma colère, en lui répondant :

« Merci pour ce conseil des plus pratique. Je tâcherais de l’appliquer ! »

Sous ses mots, je prenais le long morceau de pomme de terre dénommait fritte et l’imitait, en le trempant dans la sauce rouge avant de gouter la dite fritte avec une légère hésitation, dû au côté inconnu de la chose. Décidant de mettre fin au climat glaciale que j’avais instauré, peut-être avait-il changé ? Ses années passées dans cette ville avait offert des nouvelles histoires à ses habitants, de nouveaux espoirs, de nouveaux émois, qu’importe, les gens qui avait vécu durant la malédiction dans cette ville avait changé sans doute était-ce le cas de Wyatt. Demandant quel était la profession de ce dernier, afin de confirmer ma théorie, j’eus la désobligeante surprise de voir qu’une fois de plus ma naïveté avait eu raison de moi. Alors qu’il faisait illusion à ma propre malédiction, je repoussais mon assiette, renversant dans un même mouvement le contenu de son verre avant de lâcher à mi-voix :

« Je n’ai jamais eu ce travail ! Contrairement çà vous je n’ai rien choisi, c’était ma malédiction. Une condamnation contre laquelle j’ai lutté durant des mois entier. J’étais une princesse et l’on m’a condamné à une vie de péché. Ceci dit comme vous avez pu le constater je suis parvenue à me libérer de cette demeure maudite. »

Me rasseyant en regardant autour de moi si les personnes qui avait investit ce lieu n’était pas en train d’écouter ce que nous étions en train de dire. Les bras croisés, j’ajoutais :

« Il est vrai que je ne voyais pas un homme de votre genre devenir chirurgien mais qu’importe. J’ai choisi de venir ici, pour des raisons qui ne regardent que moi. Cette bourgade est bien assez grande pour empêcher deux personnes de se croiser. Vous connaissez, le côté le plus médiocre et sombre de ma vie. Si j’avais eu le choix je n’aurais jamais choisi de vivre dans cette maison des cygnes perdu dans l’archipel de Tortuga, avec tous ces pirates. »

Marquant une pause, je me forçais à inspirer une grosse bouffée d’oxygène avant de terminer :

« Nos histoires passées peuvent aisément rester secrète, je suis Juliette Capulet et la Reine Blanche, la strict vérité et je choisi de le rester, de ton côté tu peux dire ce que tu veux te concernant, mais ne parle pas de cet année que j’ai passé dans cette demeure. Reste chirurgien et reste loin de moi. »


code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 187
Cœurs enchantés : 1530


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Wyatt ∯ il fallait que se soit toi    Mar 24 Mai - 23:43


Il Fallait Que Ce Soit Toi
Juliette & Wyatt
Ma vie comme pirate et Merry Men m’avait permis de m’affirmer. Il n’était pas bon d’être un capitaine d’un navire et de ne pas croire en soi-même. Cela menait souvent l’équipage à renverser ce dit dirigeant pour en choisir un plus charismatique, plus à l’aise avec sa personne. Ce fut alors naturellement que je m’installais en face de la belle brune et que je la saluais comme si rien n’était, après tout je lui devais ces magnifiques cicatrices que j'avais dans mon dos. Ces fameuses roses qui avaient perforé mon échine n’avait pas poussé sans source magique et nous n'étions que les deux présents à ce moment-là. Inutile de vous faire un dessin alors. Mais comment oublier cette sensation qui vous transperce la chair ? Ces dents pointues qui avaient déchiré ma peau ? Il m'arrivait toujours de les ressentir, d'en rêver. Ces fichues fleurs n'avaient pas seulement blessé mon épiderme. Un lent venin c'était infiltré dans mon sang, lent venin qui failli avoir ma peau !
- La bave de crapaud que tu es n'atteint pas la blanche colombe que je suis... Ironisais-je.
Une sorte de pitié me prit et je me sentis obligé de lui expliquer comment manger des frites. Après tout nous ne trouvions pas ces choses dans nos assiettes en notre temps. C'était le moins que je pouvais faire pour elle.

La demoiselle commença à manger alors ses pommes de terre cuites comme tout le monde, sous mon conseil avant qu'elle ne commence à s'intéresser à moi. Chose qui me fit rire intérieurement. Depuis quand est-ce que Juliette, ou Elizabeth, s'intéressait à celui qui avait tenté de la voler et qui avait "profité" de sa faiblesse pour pouvoir assouvir ses besoins naturels masculins ? A voir, ma réponse teintée d'ironie et chargée d'une teinte d'ironie mal placée eut pour effet celui d'une bombe. Sans crier gare, l'ancienne catin poussa son assiette fortement, faisant tomber mon verre par la même occasion - qui tâcha mon pantalon là où il ne le fallait pas bien sûr !

Cependant, à la place de m'énerver, je lâchai un petit rire, rien de bien nerveux. Enfin on y arrivait.
- Parce que vous croyez que je l'ai choisie ma malédiction ? Contrairement à certaines qui sont nées avec une cuillère en argent dans le cul et qui ont eu une, oui une seule année difficile, il y en a d'autre qui sont nés dans la misère familiale et qui souffre toujours de leur sort ! Alors je vous prie de descendre de vos grands chevaux et de fermer votre grand caquet si c'est pour jacasser sur un sujet dont vous ne connaissez ni les aboutissants, ni les racines ! Lâchais-je à mon tour comme une bombe tout en la regardant dans les yeux. J'avais choisi de changer de ton, et de forme pour aiguiser mes mots et les rendre plus tranchants, plus froids.
Mon regard se faisait à la fois virulent et plaignant. Elle pouvait y lire la douleur que me faisait toujours vivre mon calvaire, après tout elle qui se plaignait d'en avoir vécu un pourrait peut-être le comprendre ?
- Effectivement, je vais rester chirurgien et loin de toi ! Sur ce, je pris mon assiette vide et la ramenais à Ruby avant de me diriger vers la porte. Je n'étais pas là pour me prendre la tête.

electric bird.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
My only love sprung from my only hate.

avatar


Messages : 445
Cœurs enchantés : 3813


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Wyatt ∯ il fallait que se soit toi    Mer 15 Juin - 18:43

il fallait que se soit toi ... × ft. juliette & wyatt
Les esprits s’échauffaient autour de la table. Nos différents résultants de nos rencontres dans le monde des contes, refaisaient surface. Des souvenirs qui couplaient à la morosité créé par la solitude qui n’avaient rien arrangé. Malgré tout j’avais essayé de faire un effort. Lorsqu’il m’avait donné un conseil j’avais pris sur moi et tenter d’être agréable. Un domaine dont j’excellais en temps normal. Mon éducation m’y avait forcé. Seulement, si j’avais eu une éducation convenable il n’en était pas de même de Wyatt. Pirate, voleur, aucun qualificatif ne correspondait à l’image que je me faisais d’un gentleman. En parfait gougeât il s’appliqua çà me renvoyer dans le visage mon ancienne profession. Celle qu’on m’avait forcé à adopté. Celle qui m’avait rendu malade et qui aurait pu me rendre alcoolique si mon mari ne s’était pas battu pour me retrouver. Une partie de moi regrettant que l’épine empoisonnées du rosier contre lequel je l’avais envoyé la soirée où il avait essayé de me voler ne l’avait pas tué. Perdant toutes notions du mot retenu, je me levais en repoussant l’assiette au contenu inconnu devant moi, déversant ainsi son verre d’eau tandis que ma baguette s’illuminait de milles feu. Un voile blanc se plaçant devant mes yeux, j’étais prête à déverser les enfers au dessus de la tête du pirate, seulement cette fois je n’avais pas l’intention de le laisser s’en aller. D’un ton meurtrier, je le sommais à se taire et à garder sous silence le terrible secret de ma profession.

Ce fut les regards des autres clients sur moi qui me calmèrent. Je ne pouvais pas m’emporter. Je n’étais plus reine, je n’avais pas le droit de juger du droit de vie ou de mort d’une personne. Me rasseyant, je continuais à défiler le cours de mon récit avant que le chirurgien, ne se lève à son tour, en me promettant de rester chirurgien et surtout loin de moi.

« Parfait faites donc cela ! Rassurez-vous vous ne me manquerez pas le moins du monde ! »

Lâchais-je tandis que l’ancien pirate, allait ramener son assiette, tout aussi agacé que moi. Une attitude qui ne m’atteignait pas après tout si ce dernier ne désirait pas me parler pourquoi être venue s’assoir à ma table ? Était-il stupide au point de penser que j’avais eu la bonté de tout lui pardonner ? Une larme rageuse s’écoulant le long de ma joue, je serrais les dents. La serveuse s’approchant de moi une serviette à la main, certainement pour essuyer mes bêtises tout en me demandant si j’allais bien, je laissais un sourire bienveillant étirer mes lèvres en m’excusant :

« Je suis navrée Ruby, je ne voulais pas faire de scène. Ce plat était excellent. Laissez-moi vous aider, ce n’est pas à vous de réparer mes excès de colère »

Une fois la table, et le sol épongé je me retirais, le pas pressant vers la bibliothèque, désireuse que l’odeur des vieux livre du grenier calme mon esprit.

code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Wyatt ∯ il fallait que se soit toi    

Revenir en haut Aller en bas
 
Wyatt ∯ il fallait que se soit toi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No Kindness Left :: Bienvenue à Storybrooke :: Quartier Lucrèce :: Granny's bed & breakfast-
Sauter vers: