AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Tumblr  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (Flashback) Une journée ordinaire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Messages : 265
Cœurs enchantés : 5090
Humeur : Perdue


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: (Flashback) Une journée ordinaire.   Jeu 24 Déc - 13:46


Une journée ordinaire.

feat Belle & Rumpelstiltskin




Cela faisait maintenant quelques mois que Belle vivait chez celui que tout le mon appelait « le Ténébreux ». Au début, ça n’avait pas été facile pour elle. Car même si elle avait eu le sens du sacrifice en sauvant son peuple, sa famille et ses amis lui manquait vraiment beaucoup. Elle avait donc passée les premières nuits à pleurer toutes les larmes de son corps et à finir par s’endormir d’épuisement.  Le Ténébreux n’était pas facile à vivre et il n’était pas toujours forcément gentil avec elle. Oh, il ne la brutalisait pas, mais il avait parfois tendance à lui parler assez sèchement et à l’ignorer juste pour son bon plaisir.

Au début, Belle prenait ses remarques très à cœur et elle se demandait si le sacrifice qu’elle avait fait avait vraiment été une bonne idée. Mais elle se sermonnait toute seul en pensant que oui et que si ça avait été à faire, elle le referait sans la moindre hésitation.  Ce n’était quand même pas évident pour une Princesse de devenir Gouvernante. Elle n’avait pas du tout l’habitude d’effectuer les tâches ménagères. Mais elle était pleine de bonnes volontés et elle avait vraiment envie de donner le meilleur d’elle-même afin que le Ténébreux soit satisfait de ses services. Car oui, comme tout le monde, elle le craignait un peu. Ce jour-là, elle se leva plus tôt que d’habitude. Elle avait donc décidé de se mettre au travail afin de pouvoir profiter de son temps libre. Car le Ténébreux la laissait lire et il avait une bibliothèque qui était absolument immense. C’était le paradis pour Belle d’en avoir autant. Une fois la lessive terminée, elle prépara le petit déjeuner. Comme elle était de très bonne humeur, elle décida de faire une tarte aux myrtilles. Elle prépara le thé que le Ténébreux préférait et s’assit sur la chaise de la cuisine tout en se plongeant dans un livre. La bouilloire ne tarda pas à se manifester et Belle versa donc l’eau bouillante dans une théière. Une fois que cela fut fait, elle sortit la tare du four et en coupa une jolie tranche qu’elle disposa sur une assiette.  Elle rajouta une  fleur sur le plateau pour le rendre plus joli et se rendit dans la salle à manger où elle le posa sur la table. Elle eut tout juste le temps de se redresser qu’elle entendit des pas derrière elle qu’elle ne connaissait que trop bien. Il s’agissait du Ténébreux. Belle se retourna en souriant.


-Bonjour, allez-vous bien ce matin ?

Par reflex, elle allait lui demander s’il avait bien dormi, mais elle avait fini par comprendre qu’il ne dormait jamais. Il passait la plupart de sa nuit à tisser et à changer la laine en or. Belle se demandait comment il faisait pour ne pas s'en lasser. Mais  au fond, il est vrai que d'avoir se pouvoir devait être chose pratique. Au moins, il n'était jamais à cours d'argent. Ne dit on pas pourtant que l'argent ne fait pas le bonheur? Car Belle avait l'impression que par moment il était triste. Elle n'avait jamais vraiment osé lui poser la question. Elle ne savait pas trop de quoi lui parler d'ailleurs. Elle préférait attendre que se soit lui qui parle en premier. Elle s'était donc simplement contentée de lui dire bonjour afin de prendre un peu la température de son humeur.

Fiche de liens (c) Miss Yellow


Dernière édition par Belle French le Sam 26 Déc - 17:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité




MessageSujet: Re: (Flashback) Une journée ordinaire.   Sam 26 Déc - 1:18


❝Une journée ordinaire❞
Belle French & Mr Gold


Qu’il était agréable de pouvoir profiter jusqu’au petit matin de ces doux moments de solitude où dans l’obscurité de mon salon, ma vision n’était troublée que par l’éclat de l’or que je créais inlassablement à partir d’une paille qui n’avait que peu de valeur. Cette activité qui occupait la plupart de mes soirées me permettait d’oublier quelque peu l’immense solitude qui hantait ma vie depuis la disparition de mon fils bien-aimé. Des nuits d’insomnie rythmée par le chant répétitif de mon rouet qui me mettre en place la malédiction qui me permettrait de rejoindre l’être qui m’était le plus cher. Pourtant, il y a quelques mois cette quiétude avait été troublée par des pleurs et des murmures qui duraient parfois jusqu’à l’aube. Il fallait bien me rendre à l’évidence, je n’étais plus seul dans mon palais. Elle était là à présent à mes côtés. Elle, cette charmante monnaie d’échange que j’avais troquée contre les espoirs d’un roi de mettre fin à sa guerre contre les ogres. Ce roi avait eu sa victoire et j’avais eu sa fille qui me servait à présent de gouvernante.

Le début de notre cohabitation avait été des plus glacials. Non contente de troubler mes nuits de ses sanglots insupportables, sa présence m’insupportait durant mes journées. Chaque jour, elle me toisait de ses regards et questions indiscrètes, se demandant ce qui avait bien pu me pousser à la marchander. En quoi cela la regardait-elle ? De quel droit venait-elle se mêler de ce qui ne l’a regardait aucunement ? De plus, quelle réponse aurais-je bien pu lui fournir ? J’étais à présent le Ténébreux ; un être malfaisant et effrayant qui n’avait de cesse de profiter des personnes par des tromperies et des manipulations en tout genre. Comment pouvais-je avouer une vérité qui aurait pu me faire oublier que je n’étais plus humain ? Comme je n’avais aucun moyen d’éviter ses indiscrétions, je m’adressais à elle dans des propos amers, lui attribuait autant de travail que possible et lui démontrais chaque jour l’étendue de ma monstruosité dans l’espoir qu’elle finirait par comprendre mon agacement. Rien n’y faisait. Pire encore ! Non seulement elle ne me craignait plus depuis longtemps mais elle commençait à nourrir de sots espoirs me concernant. Elle prétendait que je n’étais pas un monstre comme tout le monstre que tout le monde voyait mais qu’il me restait encore une part d’humanité. Quelle sottise que tout cela ! Et pourtant, pourtant…

Il était encore bien tôt lorsque je consentis enfin à lâcher mon ouvrage. Mon rouet méritait quelques heures de repos et je savais que l’heure de mon repas allait bientôt sonné. Je rejoignis donc la salle à manger, m’attendant à y retrouver ma jeune gouvernante occupée à finir les préparatifs de mon petit-déjeuner. Je ne m’y trompais pas. Elle était bien là, radieuse, enjouée, prête à recevoir son maître avec les honneurs dus son rang. S’il était vrai que son attitude m’agaçait fortement, je ne pouvais que me féliciter d’avoir eu l’idée de la prendre à mon service. Elle n’était certes pas des plus douées mais elle faisait de son mieux ajoutant une touche personnelle à chacune de ses tâches. Soudainement, je la vis se tourner vers moi le sourire aux lèvres. Belle ! Je la regardais l’espace d’un instant sans bouger, l’air impassible. Mon regard se posa un instant sur son visage et s’attardait sur ses yeux cristallins pétillants et sa bouche vermeille qui révélait tout l’éclat de son sourire. Comment pouvait-elle sembler aussi heureuse après tout ce que je lui avais fait subir ? Était-ce cet instant de faiblesse que j’avais eu la veille lorsque revenu d’une chasse à l’homme je lui avais donné un accès illimité à ma bibliothèque ? Si tel était le cas, je maudissais secrètement cette initiative qui révélait avec maladresse l’attachement que je nourrissais secrètement à son égard. Je n’avais pas le droit d’aimer qui que ce soit et je doutais fort que quiconque puisse chercher à me faire plaisir sans chercher à me manipuler. C’était là la terrible malédiction dont j’étais victime.  

Sans répondre aux salutations de Belle, je me dirigeais avec lenteur vers la table sans même un regard. L’odeur délicieuse d’une tarte aux myrtilles maison embaumait toute la pièce et ma gouvernante avait poussé l’audace jusqu’à décorer le plateau avec une fleur. Tout en écartant de ma vue la petite plante qui reposait sur le plateau, je consentis enfin à lui adresse la parole sans pour autant croiser le regard de mon interlocutrice.

- Ma foi, je n’ai pas à me plaindre ! Fort heureusement, ma nuit fut paisible !

Cette remarque ironique avait pour but de souligner ma gratitude par rapport au fait que ma prisonnière s’était tenue tranquille durant toute la nuit. Pas un seul pleur ou un seul murmure n’était venu interrompre le fil de mes pensées. Ignorant si ma gouvernante avait saisis ou non la subtilité de ma remarque je m’asseyais et observait mon plateau avec attention.

- Mais où se trouve la crème ? Vous devriez pourtant savoir que de manger une tarte sans crème est une terrible faute de goût !  

Revenir en haut Aller en bas

Messages : 265
Cœurs enchantés : 5090
Humeur : Perdue


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: (Flashback) Une journée ordinaire.   Mar 29 Déc - 15:59


Une journée ordinaire.

feat Belle & Rumpelstiltskin




Belle s’était levée tellement de bonne humeur, que rien ni personne ne pourrait la faire changer. Il est vrai qu’elle en avait passé des nuits à pleurer et à murmurer dans son sommeil au début de sa captivité. Il faut dire qu’il est difficile de changer sa vie du jour au lendemain. Difficile également d’être séparée de sa famille et de ses amis. La solitude est une compagne qui n’est pas forcément appréciée par tout le monde. Belle ne l’aimait pas vraiment d’ailleurs. Elle n’avait plus personne à qui parler le soir, plus personne avec qui se promener dans les jardins plus personne pour lui raconter des souvenirs heureux de son enfance. L’adaptation n’avait donc pas vraiment été évidente pour elle. Mais au final, elle avait réussi à s’y faire et puis surtout, il y avait eu un merveilleux cadeau que le Ténébreux lui avait fait. Sa bibliothèque. Belle passait ainsi tout son temps libre à lire. Il lui arrivait même parfois de s’endormir dans la bibliothèque avec son livre sur les genoux. Mais elle avait toujours honoré ses journées comme il se devait. Même si certaines avaient été plus difficiles que d’autres.

Plus elle passait du temps dans le palais, plus elle devenait douée dans ce qu’elle faisait. Ah si son père avait été présent pour la voir faire sa fameuse tarte aux myrtilles. Elle aimait bien varié la préparation des repas et la présentation des assiettes. Jusqu’à présent, le Ténébreux n’avait rien trouvé à redire à sa cuisine. Sauf peut-être au tout début, où il lui était arrivé un nombre incalculable de fois, de faire brûler des plats ou de mal les assaisonner. Le pire avait été son essai d’omelette. Elle avait malencontreusement fait tomber des morceaux de coquilles dans la préparation et elle ne s’en était pas vraiment rendu compte. Mais le Ténébreux, lui, l’avait remarqué. Il avait même cru à une mauvaise plaisanterie de sa part, mais ça n’avait pourtant vraiment pas été le cas. Il fallait juste dire que Belle n’avait jamais cuisiné de sa vie. Jusqu’à présent, c’était elle qui avait eu du personnel et non l’inverse. Mais au fur et à mesure que le temps passait, elle arriva à s’améliorer.



Mais plus le temps passait, plus Belle avait la très net impression que le Ténébreux était en train de s’attacher à elle. Oh, il avait beau lui dire le contraire ou faire semblant de ne pas l’apprécier, mais dans sa façon de lui parler et de la regarder, Belle voyait bien qu’il y avait quelque chose qui ne s’y trouvait pas avant. Elle était même certaine de l’avoir vu sourire. Mais Belle savait qu’il faisait exprès de ne pas forcément remarquer tous les efforts qu’elle faisait. Il trouvait toujours quelque chose à redire. Ça pourrait énerver n’importe qui, mais pas Belle. Ce matin-là, elle avait pourtant été persuadée d’avoir fait un parcourt sans faute. Mais ça n’avait hélas, pas été le cas. Elle avait oublié la crème ! Enfin pas vraiment, elle l’avait préparée dans un joli petit bol mais elle avait oublié de le mettre sur le plateau. Tout en gardant sons sourire aux lèvres, elle répondit au Ténébreux.



-Oh mais suis-je sotte ! Je l’ai oublié dans la cuisine.


Elle fila dans la pièce voisine cherchée son petit bol, et prit le soin de mettre une cuillère dans ce dernier afin que le Ténébreux puisse se servir comme bon lui semblerait. Elle se dépêcha de rapporter le tout qu’elle posa devant lui.

-Et voilà. J’espère que je n’ai rien oublié cette fois.

Comme à son habitude, elle s’appuya contre le bord de la table. Elle aimait bien parler avec lui. Elle avait des tonnes et des tonnes de questions à lui poser. Elle était partie dans une pièce faire la poussière, et elle avait remarqué des habits d’enfants dans une des malles. Elle ne pouvait s’empêcher de se demander à qui appartenait ses vêtements. Était-ce eux du Ténébreux ou avait-il un enfant ? Si tel avait été le cas, cela voulait dire qu’il avait eu une épouse ? Et par conséquent une famille ? Mais comment avait-il pu en arriver à un tel degré de solitude ? Pleins de questions qui suscitaient des réponses dont seul lui avait les clefs. Mais pour le moment, elle préférait le laisser manger tranquillement. Il faut dire que tisser toute la nuit devait probablement ouvrir l’appétit.


Fiche de liens (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité




MessageSujet: Re: (Flashback) Une journée ordinaire.   Dim 10 Jan - 18:14


❝Une journée ordinaire❞
Belle French & Mr Gold


Se rendant compte de son erreur, Belle s’éclipsa de la salle à manger pour rejoindre la cuisine où se trouvait selon ses dires un petit pot de crème destiné à agrémenter le goût de sa tarte. Je ne pouvais m’empêcher de sourire intérieurement face à sa réaction si soudaine. Bien naturellement, je pouvais déguster ce plat sans aucun ajout et mon petit-déjeuner aurait sans doute était parfait sans cela. Ce n’était donc pas la raison qui m’avait poussé à renvoyer à ses fourneaux. Non la vérité c’est que je m’amusais beaucoup de voir ma domestique faire des efforts incroyables pour satisfaire le moindre de mes désirs. La qualité de ses services en était presque touchante ! Je me souvenais encore de cet épisode qui avait valu à l’une de mes pauvres tasses de se retrouver ébréchée. La jeune princesse, ignorant tout des métiers de domestiques c’était alors excusée craignant par-dessus tout la colère du Ténébreux. Bien que sa conduite d’aujourd’hui me fit étrangement penser à cet incident, quelque chose avait disparu en elle. Je ne lisais plus aucune frayeur dans ses yeux, juste de l’amusement. Cette situation m’effrayait et me dérouter. Car si la crainte n’existait plus, que me restait-il du Ténébreux. Il me semblait exister dans ses yeux autrement que comme la bête effrayante que j’étais réellement. Si tel était le cas, comment pourrais-je la garder sous mon emprise ?

Elle finirait par prendre le risque de me défier par ses actes comme elle l’avait fait le jour où elle avait libéré ce vaurien de voleur de Nottingham. Elle pourrait même finir par s’enfuir sans mon consentement, ne craignant nullement ma réaction face à son geste. Que pourrait-elle dire aux habitants qu’elle croiserait sur sa route, que le Ténébreux serait devenu un ange, un agneau bêlant qu’il ne fallait plus craindre ? Mais au fond de moi je m’interrogeais. Était-ce réellement la peur de perdre ma réputation qui me faisait tant craindre son départ ou était-ce autre chose ? Car même si la jeune femme était des plus impertinentes et agaçantes je ne pouvais nier que je m’étais acclimater à sa compagnie. Je ne m’imaginais pas reprendre mes vieilles habitudes et effectuer par moi-même toutes les tâches ingrates de mon ménage. Eh puis la fraîcheur revigorante qu’elle avait su amener dans mon palais, cette innocence qui m’avait été étrangère depuis des années, l’attitude assurée et confiante de Belle, tout cela me plaisait. Était-il donc possible que…

Fort heureusement, ma domestique arriva dans la salle à manger faisant aussitôt s’enfuir toutes les pensées absurdes qui habitait mon esprit. D’un air fier, elle s’approcha de moi et déposa la crème à côté de mon assiette où reposait la tarte encore chaude. Sans un remerciement ou même un regard, je lui adressais un signe de la main la priant ainsi de s’éloigner au plus possible de moi. La jeune demoiselle

D’un léger signe de la main, je lui fis signe de s’éloigner de moi, ordre que bien sûr elle ignora. Elle s’appuya contre le rebord de la table. Ne prêtant aucune attention à la jeune femme, j’entrepris de découper un premier morceau de tarte. Par défi, je me contentais de mettre une petite goutte de crème sur un coin de ma tarte. Enfonçant une cuillère dans ma bouche, je goûtais une première bouchée de ce gâteau. Je savourais avec bonheur cette pâtisserie qui était un véritable régal. Bien sûr je ne l’admis pas devant Belle et plutôt que de la complimenter, je me permis une petite pique supplémentaire.

- Non décidemment la crème fraîche ne se marie pas bien avec la pâtisserie. Quelle drôle d’idée de n’avoir pas l’avoir battue. Vous avez encore beaucoup de choses à apprendre, ma chère Belle. Mais laissons le sujet de côté pour le moment.

Tout en continuant à grignoter la tarte, je bus une gorgée de thé et portais mon instant mon attention sur la tasse que je tenais entre mes mains.

- Tiens hier soir en passant devant mon vaisselier, j’ai remarqué que l’une des tasses manquaient à l’appel. Qu’avez-vous donc fait de la tasse ébréchée ?

A cet instant, je consentis enfin à prêter un peu d’attention à ma prisonnière et relevais mon regard vers elle. Je pus lire alors dans son regard la curiosité que je reconnus immédiatement, c’était celle qui allumait ses yeux cristallins à chaque fois qu’elle avait quelque chose d’embarrassant à me dire.

- Qui a-t-il encore ? Auriez-vous encore des reproches à me faire sur ma conduite ou vos conditions de vie dans ce palais ?

Revenir en haut Aller en bas

Messages : 265
Cœurs enchantés : 5090
Humeur : Perdue


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: (Flashback) Une journée ordinaire.   Mer 13 Jan - 14:51


Une journée ordinaire.

feat Belle & Rumpelstiltskin




Décidément, même avec toute la meilleurs volonté du monde, Belle n’arrivait jamais à faire un parcourt sans faute. Le Ténébreux le faisait-il exprès ? Certainement que oui. Mais elle préférait rentrer dans son jeu. Elle n’avait aucune envie de le contrarier et puis elle trouvait ça plutôt drôle pour tout dire. Notre petite Belle restait avec lui par choix. Elle avait pourtant eu plusieurs occasions où elle aurait pu fuir, mais ce n’était pas son genre. Elle s’était engagée à rester avec lui en échange de la vie de ceux qu’elle aimait et elle le ferait aussi longtemps qu’il le faudrait. Elle s’était habituée à son nouveau mode de vie et au Ténébreux. Si elle partait, il était clair que ce dernier allait lui manquer. Serait-ce de l’amour ? Une très grande amitié ? Ces sentiments seraient possibles ? Mais est-ce que lui les ressentait aussi ? Encore des questions qu’elle aimerait lui poser. Il fallait bien avouer que les vêtements d’enfants qu’elle avait vu dans une pièce pendant qu’elle faisait le ménage, avait soulevé pas mal de questions. En admettant qu’il avait eu un enfant. Cela voulait donc dire qu’il avait été humain et qu’il avait donc connu l’amour ? Elle ne savait pas si c’était elle qui se faisait des idées, mais elle avait l’impression que le Ténébreux l’aimait bien au du moins l’appréciait. Elle ne savait pas si s’était-elle qui se faisait des idées, mais elle avait eu l’impression de le voir sourire à un moment. Il fallait quand même bien avouer qu’elle le craignait un peu. Elle ne voulait pas l’énerver de peur des conséquences qui allaient suivre. Mais elle avait vraiment envie de lui poser toutes les questions qui lui brûlaient les lèvres. Il fallait tout simplement qu’elle les lui pose au bon moment, car le Ténébreux avait aussi ses humeurs. Oh, il ne restait jamais fâché bien longtemps, surtout en sa présence. C’était comme si elle arrivait à le calmer juste en étant là. Ou alors, il s’agissait peut-être simplement d’un hasard. On dit souvent que le hasard fait bien les choses.

Depuis qu’elle était avec le Ténébreux, le château était devenu encore plus beau qu’à son arrivée. Il fallait dire qu’elle en avait passé des heures et des jours à tout nettoyer, ranger et trier. Ça avait été beaucoup de travail pour elle toute seul, mais elle avait réussi et elle en était fière. Le Ténébreux ne l’avait jamais remerciée pour tout ce qu’elle avait fait. Mais elle s’y attendait. Elle avait bien compris que la gentillesse, les remerciements et les compliments ce n’était pas trop son truc. En revanche, ce qui était bien, c’est que les quelques modifications qu’elle avait faites jusque-là, ne l’avait jamais contrarié plus que ça. Il l’avait toujours laissé faire. Peut-être qu’intérieurement,  il en était satisfait mais il ne voulait tout simplement pas le reconnaître.  Elle avait prévu de faire encore quelques changements ici et là. Belle avait prévu de commencer par les rideaux. Qu’elle idée de mettre des rideaux aussi épais ! On ne voyait pas la lumière du jour. Aucun rayon du soleil ne pouvait y passer. C’était certainement pour cette raison qu’il faisait aussi froid dans le château. Et l’ambiance qui y régnait était triste. Belle était donc bien décidée à ce que les choses changent. Elle aimait bien les fleurs et elle avait aussi prévu d’en mettre un peu partout dans le château. Mais elle allait faire une chose à la fois.

Mais en posant le pot de crème sur la table. Belle se disait que tout ceci serait sûrement trop facile.  Le Ténébreux allait forcément trouvait quelque chose à dire. Elle se demandait bien ce qu’il allait pouvoir trouver. La cuisson de sa tarte était parfaite. Les fruits qu’elle avait choisis étaient eu aussi parfaits. Ils n’avaient absolument pas la moindre acidité. Alors qu’allait-il bien pouvoir trouver cette fois. Une chose était certaine, Le Ténébreux débordait d’imagination. Belle avait bien remarqué ce détail.

Belle retenait son souffle. Elle espérait qu’il allait aimer sa tarte. Elle eut un petit sourire lorsqu’elle vit le peu de crème que ce dernier avait mis sur la part de sa tarte. Elle avait bien conscience qu’il lui avait demandé le pot de crème uniquement pour l’embêter. Elle avait pourtant prévu de l’apporter mais sotte qu’elle était, elle avait complètement oublié de battre la crème avant d’apporter le tout. En voyant son sourire, Belle comprenait qu’il était en train de réellement apprécier sa tarte. Mais elle savait très bien qu’il ne lui ferait aucun compliment à ce propos. Et ça ne manqua pas.


-Oh je suis d’accord que la crème ça doit être un peu étrange avec un gâteau. Pour tout vous dire, j’ai complètement oublié de la battre avant de l’apporter. Je suis tout à fait d’accord sur le fait que j’ai encore beaucoup de choses à apprendre. Ce qui est très bien d’ailleurs, car apprendre est une chose que j’aime plus que tout.

Belle constatait que l’attention du Ténébreux était parti sur autre chose que le souci de la crème. Elle se demandait bien à quoi ce dernier pouvait bien penser. Ce serait pratique si elle pouvait être dans sa tête, mais ça devait surtout être très effrayant.

-Oh oui la tasse ébréchée. Eh bien je l’ai laissée dans la cuisine. Je pensais que cela gâcherait l’ensemble du vaisselier. Je l’ai donc retirée et mise à part. Mais si vous le souhaitais, je peux retourner la chercher.

Belle avait remarqué que le Ténébreux était de bonne humeur. C’était peut-être le moment idéal pour lui poser toutes les questions qui lui brûlait les lèvres. Ou du moins une bonne partie de celles-ci. Mais ce qui était compliqué, c’est qu’elle ne pouvait pas anticiper ses réactions. Alors autant commencer par quelque chose de simple. Une question qui ne le mettrait pas en colère et qui ne lui rappellerait pas de mauvais souvenirs.

-Oh non, loin de moi cette idée. Ma condition de vie me convient parfaitement. Et je n’ai rien à dire non plus sur votre conduite. Vous êtes chez vous et vous vous conduisez comme bon vous semble. Je me demandais simplement…. Comment en êtes-vous arrivé à devenir le Ténébreux ?

Il y avait une chance sur deux pour que la question ne l’énerve pas et elle en avait conscience. Mais elle ne pouvait pas s'empêcher de se demander comment il en était arrivé là. Car on ne naît pas Ténébreux. Du moins, c'est ce qu'elle avait entendu dire. Malédiction ou choix volontaire?

Fiche de liens (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité




MessageSujet: Re: (Flashback) Une journée ordinaire.   Mar 19 Jan - 21:03


❝Une journée ordinaire❞
Belle French & Mr Gold


Bien loin d’avoir l’air d’être agacée par ma remarque faussement accusatrice, Belle répliqua avec beaucoup d’humilité et de justesse. Un comportement tout à fait approprié pour une jeune femme dans sa position. Une jeune servante destinée à servir à jamais le maître le plus irascible et perfectionniste de ce monde. J’appréciais beaucoup la fraîcheur et l’assurance dont elle pouvait faire preuve. C’était après tout un témoignage supplémentaire de son entière implication dans le marché que j’avais passé avec son père. Intérieurement, je pouvais me rassurer sur les intentions de la jeune princesse. La confiance qui nous liait à présent était sincère et j’avais réellement le sentiment qu’elle ne viendrait jamais à me trahir. Si je venais à me tromper sur son compte, il serait toujours temps d’improviser le plus cruels des châtiments pour la punir de son audace. Mais pour l’heure, je continuais à déguster la tarte que Belle avait cuisiné pour moi. Satisfait de ses services, je me permis même une remarque sur son amour de l’apprentissage.

- Voilà qui est bien parler ! J’espère donc que vous aurez à cœur d’en apprendre plus sur l’art de nettoyer et de faire briller l’argenterie. La propreté des services laisse à désirer. Et pendant que nous parlons de vos tâches dans ce château j’aurais une mission à vous confier. Certains des livres se trouvant dans ma bibliothèque tombent en morceaux. Je vous prierais donc de trouver un moyen de leur offrir une seconde jeunesse !

Sans réellement le préciser, cette nouvelle tâche avait pour but de la féliciter pour ses efforts. Certains de ces livres comptaient parmi les plus intéressants du royaume et satisferaient certainement sa soif de connaissance. Notre conversation prit ensuite une autre tournure. La tasse que Belle avait ébréchée le premier jour de son service avait de l’importance pour moi. Elle me rappelait ses heures nostalgiques ou je ne lisais que l’inquiétude dans les yeux cristallins de la jeune servante. Mais elle me rappelait une chose encore plus précieuse pour moi, ce jour où je réalisais que plus jamais je n’aurais à vivre dans la solitude. Je ne désirais donc pas la perdre ni même la jeter. Je regardais donc Belle d’un air satisfait et secoua légèrement la tête

- Bien ! Je suis rassuré de savoir que vous n’ayez pas eu l’idée saugrenue de la jeter. Cependant, je préfèrerais la voir rester avec les autres tasses de la collection. Je vous laisserais donc la reposer dans le vaisselier.

Bien évidemment la valeur affective avait un grand rôle à jouer dans cette histoire mais je ne pris pas la peine le préciser. Je ne supportais pas cette idée de pouvoir paraître comme autre chose que le Ténébreux. Cette créature sombre et cruelle que la vie et le destin m’avait forcé à devenir. Même si Belle semblait ne plus me craindre, cette idée de rester un personnage aussi flou et insaisissable que possible me rassurait. Pourtant la jeune femme s’intéressait à moi. De plus en plus souvent, elle venait à me poser des questions personnelles sur mon passé et des détails sur ma vie privée. Elle prétendait vouloir connaître ces choses pour démasquer l’humain derrière la bête. Mais que restait-il de l’humain que j’étais autrefois ? Rien ! Tout n’était plus que noirceur dans ma vie et les étoiles qui plus tôt avaient guidés mon chemin s’étaient éteintes. Ma femme était partie avec un homme qu’elle prétendait aimés bien plus que moi. Mon égoïsme et ma soif de pouvoir m’avaient éloigné de mon fils. Je n’étais plus humain et Belle ne faisait que courir après un fantôme qu’elle ne connaîtrait jamais ! Alors pourquoi toutes ces questions maladroites ? Elles ne faisaient que créer un malaise entre nous, un malaise qui risquait à présent de creuser un véritable faussé. Entre toutes les questions que Belle pouvait me poser sur ma vie celle-ci était sans doute la plus maladroite ou révélatrice de toutes. Délaissant soudainement le gâteau que j’avais presque fini d’entamer, je reportais mon attention sur ma servante. Je levais alors un regard interrogateur et sévère à son adresse, tentant sans succès de lire au plus profond de ses pensées.

- Pourquoi tenez-vous tant à le savoir ? Que cherchez-vous exactement ? Souhaitez-vous donc démasquer les points faibles de la bête ?

J’avais glissé beaucoup de malice dans cette remarque, tentant de conserver une certaine légèreté dans notre conversation mais l’inquiétude et la suspicion restaient. Car s’il est vrai qu’elle pouvait poser cette question en toute innocence et par simple naïveté, elle pouvait également avoir d’autres idées et projets en tête. Trouver un moyen de vaincre la bête qui la retenait prisonnière dans ce château sordide pouvait être un des buts rechercher. Personnellement, je doutais fort qu’une jeune femme telle que cette princesse pouvait chercher à me nuire mais la vie m’avait prouvé à de nombreuses reprises que l’innocence s’envolait bien vite dès que l’on pourchassait un but précis. Avant de lui répondre, j’attendrais à ce qu’elle précise le but de ses questions, tentant d’analyser dans ses mimiques et ses mouvements un élément qui pourrait tendre à détecter le moindre mensonge de sa part.    
[/color]
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 265
Cœurs enchantés : 5090
Humeur : Perdue


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: (Flashback) Une journée ordinaire.   Dim 7 Fév - 11:15


Une journée ordinaire.

feat Belle & Rumpelstiltskin



Notre petite Belle avait quand même du mal à comprendre pourquoi tout le monde craignait autant le Ténébreux. Certes, il pouvait se montrer cruel si il le voulait et il était aussi très puissant. Mais il fallait tout simplement apprendre à le connaître.  Quand le Ténébreux l’avait choisi comme monnaie d’échange, elle n’avait pas hésité une seconde. Il est vrai que ça avait été risqué, mais elle voulait sauver son peuple. Elle avait fait preuve de bravoure sur ce coup-là. Et puis finalement, être servante dans ce grand château n’était pas si terrible que ça quand on y réfléchissait bien. Elle avait même appris à faire des tartes toute seul. Elle avait la chance d’être une personne qui apprenait assez vite les choses en observant. Quand elle était petite, elle trainait souvent dans les cuisines du château et s’amusait à aider et à observer le cuisinier lorsque ce dernier faisait des tartes. Elle avait donc répété les gestes dont elle se souvenait et ça avait été une sérieuse réussite. Elle mettait de la bonne volonté dans tout ce qu’elle faisait. Il était vrai que tout ceci avait été fatiguant pour elle. Surtout au début car elle n’avait pas l’habitude d’effectuer toutes ses tâches. Mais elle essayait toujours de le faire dans la bonne humeur. Il lui arrivait même de chanter certaine fois.

-Oh je suis vraiment désolée. Je crois que je connais un mélange qui pourrait la faire briller encore d’avantage. Je l’ai lu il n’y a pas longtemps.  Je vais donc la mettre en pratique dès aujourd’hui afin que tout soit parfait.  Elle fit des yeux émerveillés. Il avait dit le mot bibliothèque ?  Les yeux de Belle se mire à pétiller. – Oh mais bien sûr. Je vais m’en occuper.

Belle n’en revenait pas. Elle allait pouvoir passer du temps dans cette magnifique et impressionnante bibliothèque. Il y avait des tonnes et des tonnes de livres.  Il venait de lui faire un magnifique cadeau. Si elle ne se retenait pas, elle lui aurait sauté au coup. Mais il valait mieux éviter de le faire. Elle savait que les démonstrations  d’affection n’étaient pas forcément les bienvenues. Intérieurement elle sautait dans tous les sens. Il était très facile de faire plaisir à la jeune femme.  Mais avant d’y aller, elle s’occuperait de nettoyer l’argenterie comme il se devait.  Belle était aussi heureuse de voir que le Ténébreux avait adoré sa tarte.  Elle allait essayer de lui préparer de l’émincé de poulet pour le repas du soir. Elle avait plein d’idées de recette qui lui venait à l’esprit. Elle lui dresserait aussi une jolie table en espérant que ça lui ferait plaisir. Depuis le temps qu’elle le servait, elle avait compris comment il fonctionnait. Il lui arrivait des fois de lui dire qu’il n’aimait pas  ou que certaine chose ne lui convenait pas. Mais elle avait remarqué qu’il ne pouvait pas s’empêcher d’avoir ce petit sourire en coin qui voulait, en réalité, dire tout le contraire.

-Il ne me serait jamais venu à l’esprit de jeter cette tasse sans votre permission.  Bien sûr, je vais donc la remettre à sa place.

Elle avait dû mal à comprendre pourquoi il tenait tellement à cette tasse. Mais peut-être que cette collection lui rappelait tout simplement un souvenir qu’il ne voulait pas effacer de sa mémoire. Encore une question supplémentaire que Belle tenterait peut-être d’élucider un peu plus tard. Mais il fallait quand même qu’elle fasse attention. Car trop de questions risqueraient de la mettre dans une mauvaise situation. Le Ténébreux était sur la défensive pratiquement tout le temps. Oh Belle comprenait très bien pourquoi. Il avait ses raisons. Il devait s’imaginer que si elle lui posait toutes ses questions s’étaient pour lui nuire. Mais absolument pas. Belle n’était pas du tout ce genre de personne. Elle avait surtout de la peine et de la compassion pour lui. Tout ce que ce dernier détestait. Mais elle ne pouvait pas s’en empêcher. Elle voulait vraiment comprendre comment et pourquoi il en était arrivé là. Pour être autant sur la défensive, il avait vraiment dû tomber sur des personnes méchantes et malveillantes. Et elle ne pouvait pas imaginer à quel point s’était vrai. Mais Belle ferait tout ce qu’elle pouvait pour qu’il retrouve la joie de vivre. Elle avait déjà deux trois petites choses en tête. Pour commencer, elle allait ouvrir les rideaux de tout le château. Le Ténébreux vivait comme un vampire et c’était vraiment quelque chose qui pouvait saper le moral de n’importe qui. Donc demain dans l’après-midi, elle se mettrait au travail et ouvrirait tous les rideaux de toutes les pièces du château. On dit que la curiosité est un vilain défaut. Eh bien oui, elle possédait ce défaut. Pourtant, depuis le temps qu’elle était avec lui, il devrait comprendre qu’elle ne voulait en aucun cas lui nuire. Elle aurait pourtant eu de nombreuses occasions de le faire. Mais quelque part, elle tenait vraiment à lui et même si les débuts de leur relation avait été difficile, elle ne se voyait pas rentrer chez elle. Le Ténébreux lui manquerait vraiment. Elle sentit un regard sévère sur elle mais elle ne baissa pas les yeux. Elle l’aurait fait si elle avait été coupable de quelque chose mais là, ce n’était pas le cas. Elle ne put s’empêcher d’avoir sur son visage son petit sourire qui avait tendance à désarmer ses interlocuteurs.

-Eh bien, je vais vivre avec vous jusqu’à la fin de ma vie. Alors je me disais que nous aurions pu parler un peu de votre passé afin que je sache qui vous étiez avant. Vos points faibles ne m’intéressent pas. Je ne veux en aucun cas et sous aucune manière vous nuire.  Sachez que je n’ai aucune envie de m’enfuir. Ce château est devenu ma maison maintenant. Mais je peux comprendre que vous ayez dû mal à me faire confiance avec tout ce que vous avez vécu.

Elle n’allait pas insister outre mesure. S’il n’avait pas envie de parler et bien d’accord. Il le ferait peut-être plus tard ou peut-être dans quelques temps ou peut-être jamais. Après tout, aller savoir. Elle pouvait comprendre qu’il n’avait pas envie de lui donner ses points faibles. Ça pouvait très bien se retourner contre lui un jour. Mais Belle s’en fichait de ses points faibles. Elle, ce qu’elle voulait savoir s’était à quoi il ressemblait avant. Avait-il été un mari ? Un père ? Les deux ? Oh certainement que oui en vue des habits de petites tailles qu’elle avait trouvé dans une des pièces du château. Mais peut-être que son passé était aussi trop douloureux pour lui et qu’il n’avait pas envie d’en parler ni à elle ni à quelqu’un d’autres. La solitude peu quand même être quelque chose de pesant à la longue. Était-ce pour cette raison qu’il l’avait demandé comme monnaie d’échange ? Très certainement que oui après tout. Car son ménage il pouvait très bien le faire avec ses pouvoirs. Oh comme elle aussi elle aimerait juste claquer des doigts pour pouvoir accomplir toutes ses tâches sans se fatiguer .


Fiche de liens (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (Flashback) Une journée ordinaire.   

Revenir en haut Aller en bas
 
(Flashback) Une journée ordinaire.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Journée à Dinant en juillet 2007
» Invitation à la Journée Départementale du REAAP38 ...
» Journées du patrimoine en Nord-Cotentin!
» les demi journées
» Les journées du patrimoine a St Sauveur le Vicomte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No Kindness Left :: Broyer les vieux papiers :: Faire le tri sélectif :: Fiches de RPs-
Sauter vers: