AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Tumblr  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Perséphone ✗ I live in hell...literally.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité

T. Persephóneia Spring




MessageSujet: Perséphone ✗ I live in hell...literally.   Jeu 22 Oct - 12:40


Temptation Persephóneia Spring
Love, hate, such a fine line.



Nom, Prénom(s) :  La jeune femme s’appelle Tempation Persephóneia Spring. Mais comme elle a horreur de ses deux prénoms, elle préfère qu’on utilise des surnoms à la place. Vous savez quoi faire maintenant...
Âge : 24 ans
Date & Lieu de naissance : Persephóneia est née à Storybrooke un 14 novembre.
Conte : Mythologie greco-romaine
Personnage : Coré/Perséphone, déesse de la croissance du printemps et reine des enfers. Aussi connu dans la mythologie romaine sous le nom de Prospérine déesse de la germination, reine des enfers.
Orientation & Statut : Persephóneia est célibataire avec un net penchant pour les hommes...
Groupe : L'écrivain
Particularité : Possibilité d'être atteinte de trouble mentaux, de façon temporaire (ou non).
Un camp en particulier : Aucun. Tant qu’elle n’a pas de raison pour en choisir un, elle reste neutre et s’occupe de ses affaires.
Pouvoir(s) : (facultatif) En tant que déesse, Perséphone est immortelle. Comme les humains ne peuvent pas la voir sous sa forme de déesse, celle-ci est capable de changer d'apparence (homme, femme, enfant, vieille femme...) pour se mêler à la masse. Il lui est aussi possible de se métamorphoser en animal (ce qui ne sert pas à grand chose face à un dieu) ou d'utiliser la magie de façon limité (enchantement et lancé de sort/malédiction).
(basé sur ce que j'ai pu lire sur elle ou les déesses/dieux en général)

FEAT Nina Dobrev



Que penses-tu de la politique actuelle des choses ?
Es-tu au moins au courant de ce qui se trame ?

Honnêtement ? Hum... Je n'en pense rien, tout simplement, parce qu'en réalité j'ai bien d'autres choses en tête actuellement. En définitive, pour le moment, je m'en fou.
Quand à ce qui ce trame... J'ai entendu quelques rumeurs, mais je n'ai pas éprouvée le besoin d'en savoir d'avantage et de toute façon, tout cela ne me concerne en rien. Du moins, c'est ce que je pense. J'ai bien d'autre problème à régler de mon côté et tant que je ne suis pas directement concernée par le problème (non, je ne me sens vraiment pas concernée, je suis une déesse après tout) je resterais en dehors de tout ça.
Enfin... pour le moment en tout cas. Les choses évoluent étrangement parfois...

Anecdotes & Caractère

Hum… Pour commencer, je crois que l’on peut dire, qu’il y a plus simple comme déesse. En ce qui me concerne, je pense être plutôt du genre… compliqué.
Comme beaucoup, je suis du genre changeante. C’est vrai, je peux être abordable, accueillante, chaleureuse, gentille, souriante, amicale et drôle, tout comme je peux être froide, distante, impatiente, colérique, impulsive etc.
D’ailleurs, dans ces moments-là, ceux ou j’ai l’air aussi agréable qu’un séjour en enfer, mieux vaut éviter de me provoquer, d’essayer d’avoir le dernier mot ou tout autre chose, capable de me mettre hors de moi. A la limite, évitez même de m’approcher, de m’adresser la parole ou de me regarder.
Pourquoi ? C'est simple. Même si ce n'est pas toujours le cas, il faut savoir que lorsque je suis vraiment énervée et que je manque cruellement de patience, ça se termine généralement mal car évidemment, j’en viens à agir sur un coup de tête. Oui, je suis impulsive ce qui n'est pas forcément une bonne chose dans le cas présent, surtout pour les autres.
Donc si un jour vous avez des envies suicidaires, et/ou que vous ressentez un besoin maladif d’aider les autre ce qui fait que courageusement, vous décidez de tenter votre chance en sachant -ou non- qui je suis et ce que je suis réellement, retenez bien ceci.
Si un jour en m'approchant, alors que je suis visiblement en colère ou seule, vous remarquez que j’ai tourné la tête vers vous et que je vous lance un regard noir (ou que vous sentez un danger), un conseil, faite demi tour immédiatement.
Sachez le, ce sera mon seul et unique avertissement. Pas de parole, pas de signe, juste un regard. Ensuite, si vous décidez de venir quand même, c’est votre problème, à vos risques et périls comme vous dite.

De toute manière, même sans ça, je ne suis pas vraiment un moulin à parole non plus. Je n’ai pas pour habitude de parler de mon passé, de moi, de mon ressenti, de ce qui m’énerve ou me met hors de moi… c’est simple, l’idée du partage ne m’a jamais passionnée. Dans ce sens, je ne parle jamais ou très rarement de moi, surtout à des étrangers. Vous me direz, Hadès ignore beaucoup de chose me concernant. Mais avec le temps, il a apprit à me connaître ce qui lui  a permis de comprendre,  pas mal de chose à mon sujet.  
Mais passons. Si moi je ne suis pas vraiment le genre à me confier pour un oui ou pour un non, je peux néanmoins être une oreille attentive pour les autres, capable de réconfort et à l’occasion de donner des conseils.
Attention !!! Ne vous emballez pas hein ? Je ne suis pas SOS déesse à l’écoute non plus, rentrez-vous bien ça dans le crâne !
Autant oui, je peux être une oreille attentive et quelqu’un de fiable capable de garder vos secrets et de vous aider si je vous apprécie vraiment, autant, je peux vous claquez la porte au nez ou vous faire comprendre de façon non subtil, que vous me gonflez vraiment. Surtout, ne le prenez pas pour vous.
Nous avons tous nos problèmes et il s’avère, que parfois, les miens me préoccupent un peu trop ou alors, que je n’ai juste pas envie d’écouter les malheurs des autres tout simplement.

Autre chose me concernant et importante à savoir : j’ai la rancune tenace. D’ailleurs, lorsque j’ai quelqu’un sur ma liste noir, il y a de forte chance qu’elle le regrette tôt ou tard. Mais là encore, ma réaction peut -et- dépend fortement du lien que j’ai avec cette personne. Prenons un exemple, mon mari, Hadès. Comme nous sommes immortels tous les deux, j’ai toutes l’éternité pour lui pourrir la vie avec mes crises de nerfs et mes résonnement 100% féminin. Dans ce sens, même s’il arrive facilement à me faire craquer ce qui, me rend incapable de rester trop longtemps fâcher contre lui, je suis rassurée dans le sens, ou il devra supporter mes humeurs pour l’éternité (et vous pouvez me croire, il faut vraiment m’aimer d’un amour inconditionnel pour supporter ça).
Autre exemple. Imaginons que nous avons un lien fort et qu’un jour, vous me faite du tord. Pour commencer, n’imaginez pas qu’un pardon (ou une bonne centaine) puisse changer quoi que ce soit à ce qui c’est passé, ou ce que je ressens.
Si par malheur, vous êtes assez important à mes yeux pour ne pas subir mon courroux (ou finir sous la semelle de ma chaussure, comme cette nymphe de Menthé), n’imaginez pas que les choses ont une chance de redevenir comme avant, ou de s’arranger d’un claquement de doigt (d’autant plus, qu’il y a très peu de chance pour que ça s’arrange un jour).
Car si je suis poussée à bout, je peux devenir froide, injuste et véritablement infecte envers vous, capable de vous accablez de remord (encore faut-il que vous teniez vraiment à moi et que mon ressenti vous intéresse un tant soit peu, je l’admet) et de cracher mon venin sur vous, sans éprouver le moindre remord par la suite.
Pour les autres en revanche, ceux qui n’ont pas d’importance… vous pouvez avoir peur et vous attendre à tout. Si Persephóneia est jusque-la, une sorte de démangeaison irritante qu’il m’est impossible de faire disparaître pour l’instant et qui agit comme une sorte de frein à mes envies de revanches, elle ne sera pas toujours là et j’ai une imagination débordante lorsqu’il s’agit de montrer à mes ennemis ce dont je suis capable. Après tout, je suis Perséphone, déesse et reine des enfers. Ce n’est pas pour rien, que je suis l’épouse d’Hadès, le roi des enfers…

Oh… une dernière chose. Même si je n’ai rien de particulier contre les humains ou autres créatures magique, sachez ceci. J’ai horreur que l’on me donne des ordres, que l’on tente de me mettre plus bas que terre et n’imaginez pas non plus, que vous pourrez me marcher sur les pieds sans problème. Autant j’éprouve une certaine affection pour l’espèce humaine, autant je n’accepterais jamais que l’on se permette de me dire quoi faire. En tant que déesse, je n’accepterais jamais d’être faible et sans défense face à un être quel qu’il soit.
J’ai déjà mon père, ma mère et mon mari sur le dos c’est bien assez suffisant et puis, je suis une déesse.
Aucun dieu n’accepterait d’être faible devant un être qu’il s’imagine inférieur, nous avons notre fierté. C’est probablement ridicule certes, mais c’est comme ça et je doute, que l’on puisse y changer quoi que ce soit à l'avenir…



Pseudo : KittyKate, Mina, Kath, Mid, Most Wanted...
Prénom :   Siffle
Âge : 25 ans.
Loisirs : Création de personnage torturé, m'énerver contre mon ordinateur et ma connexion en carton, marche, création graphique (quand j'ai toshop)...
Crédits de la fiche : Tumblr My Katerina & Most Wanted
Code du règlement : Darkness in your soul
Que penses-tu de NKL ? :  Brou  Brou  Brou
Besoin de parrain/marraine ? : Nope



Dernière édition par T. Persephóneia Spring le Ven 6 Nov - 1:36, édité 21 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Perséphone ✗ I live in hell...literally.   Jeu 22 Oct - 12:40

Histoire
Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation


Introduction
MONDE DES CONTES - MONDE DES CONTES - MONDE DES CONTES - MONDE DES CONTES
Avant d’en arriver à moi, mon histoire, ma relation avec mon mari Hadès, ainsi que ma vie à Storybrooke en tant que Persephóneia Spring, je vais vous parler de Déméter, ma mère, et de son union avec Zeus, mon père.
Ce qu’il faut comprendre avant tout, c’est que chez nous, les relations sont parfois... compliquées. D’un certain point de vu, nous sommes tous de la même famille. Pourtant, ça n’empêchera pas un dieu, comme Zeus par exemple, de prendre du bon temps avec l’une de ses soeurs, en l’occurrence Déméter.
Certains même, vont plus loin encore et se reproduisent avec des humains et autres créatures mythologiques comme les Océanides, les Titanides, les pléiades, les Néréide etc.
Si je vous parle de ça, c’est pour bien vous faire comprendre que chez nous... ça n’a rien de bizarre ou de malsain. Certains accumulent les conjoints, les amants et les enfants, d’autre son plus raisonnable. Moi ? Je suis dans la dernière partie. Même si comme ma mère, je me suite faite avoir une fois, par Zeus, sous la forme d’un serpent.

Mais revenons-en à ce qui nous intéresse vraiment. Le pourquoi -et comment- de ma naissance.

Un jour, alors qu’elle était dans un champ de blé, toute seule, ma mère s’est fait surprendre par Zeus. D’après ce que j’ai compris, il avait très envie de prendre du bon temps avec elle, ça et probablement aussi, faire des galipettes dans un champ de blé. Dans tous les cas, il a tenté une approche et Déméter l’a repoussée.
Manque de pot pour elle, Zeus n’est pas le genre à se laisser décourager aussi facilement si bien, que la déesse a finalement décidé de prendre la fuite. Pour se faire, elle prit l’apparence d’un serpent pour se faufiler entre les rangs de blé mais Zeus n’avait pas encore dit son dernier mot et bien sûr, il se métamorphosa en serpent à son tour pour rattraper ma mère.
La suite est assez simple. Un trou, Zeus bloquant la seule sortie, Déméter bloquée... pas besoin de vous faire un dessin j’imagine.

Et c’est comme ça que moi, Coré (ou Perséphone) j’ai été conçue.
Zeus, ce romantique...




Bienvenue en enfer
STORYBROOKE - STORYBROOKE - STORYBROOKE - STORYBROOKE - STORYBROOKE
J’ai été élevée en Sicile par ma mère dans le plus grand des secrets. J’ignore pourquoi, elle ne me l’a jamais dit. Mais si je devais parier, je dirais qu’elle voulait garder les dieux à distance et probablement aussi, préserver mon innocence. Alors, quand on passait du temps ensemble, elle m’apprenait les secrets de la terre, et me parlait des céréales, des fruits et des légumes qu’elle faisait croître. Et le reste du temps, quand elle n’était pas là, je cueillais des fleurs et passait du temps avec les Océanides. On peut le dire, c’était la belle vie.

Puis un jour, les choses ont changées. Comme à mon habitude, je cueillais des fleurs et profitait de leur parfum quand soudain, mon regard s’est posé sur une autre fleur, un narcisse.
Sans me rendre compte que je prenais trop de distance entre moi et mes amies (qui avait le devoir de me surveiller) je me suis approchée de la fleur pour la cueillir et... c’est comme ça que je me suis faite avoir.
La terre s’est ouverte, Hadès s’est ramené sur son char, m’a balancé sur son dos comme un sac à patate malgré mes cris de protestation et il m’a emmené en enfer.  
Ce que j’ai pensé de l’endroit la première fois que j’y suis allée ? C’est nul, je veux retourner chez moi en Sicile.
Sérieusement, il faisait chaud, on étouffait et niveau compagnie... je ne surprendrais personne en signalant que j’avais déjà connu mieux.
Manque de pot pour moi, le roi des enfers n’avait pas l’intention de me laisser partir.
Pourtant, vous pouvez me croire, j’ai tout tenté pour qu’il lâche prise et me laisse partir. J’ai pleuré, je l’ai supplié, j’ai fait la grève de la faim et comme ça n’avait pas l’air de marcher, j’ai changé de tactique. J’ai piqué des crises et je l’ai ignoré. Vous me direz, ça n’a pas marché non plus.

Finalement, j’ai dû me résoudre à jouer le jeu. Ca peut paraître débile, mais j’ai commencé à m’attacher à lui. Vous imaginez un peu vous, ressentir deux sentiments contradictoire, pour une seule et même personne ? A savoir l’amour et la colère ?
Oh je l’ai détesté ! Je l’ai détesté pour m’avoir traîné de force ici, pour avoir fait de moi sa femme et pour m’avoir gardé captive alors que tout ce que je voulais, c’était rentré chez moi. Mais je l’ai aimé aussi. Aimé parce qu’il était bon avec moi, doux, attentionné et charmant. Il me traitait comme une reine (ce que j’étais, si on y réfléchie bien) et à force de passer du temps avec lui, j’ai finit par le trouver touchant.

C’est à peu près à ce moment-là, qu’Hermès le messager de dieux et venu me chercher. Zeus n’avait semble-t-il pas l’intension de me rendre à ma mère en apprenant que j’avais été enlevée par Hadès et Hadès lui-même n’avait pas l’intention de me laisser partir. Mais lorsque les récoles on pourri, que la terre est devenu stérile et que les humains ont commencé à mourir par milliers, il n’a pas eu d’autre choix que de demander à Hadès de me rendre à Déméter.

Quand Hermès a annoncé que j’allais retrouver ma mère, je crois que j’étais partagée entre la tristesse et la joie. Parce que les enfers c’est ça va 5 minutes, mais c’est pas vraiment l’endroit le plus joyeux qui existe. Seulement, il y avait une seule condition pour que je quitte les enfers et retourner à la surface.
Je ne devais pas avoir mangé de nourriture en enfer.
Eh merde...  

Parce que j’ai fais l’erreur de manger quelques pépins de grenade en enfer et parce que ma mère, la déesse Déméter, refusait que je reste avec Hadès en affamant les humains pour que je lui revienne. Zeus à décidé que je devrais passer un tiers de l’année auprès de mon mari, Hadès, et le reste avec ma mère, Déméter.








Dernière édition par T. Persephóneia Spring le Jeu 22 Oct - 22:37, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Perséphone ✗ I live in hell...literally.   Jeu 22 Oct - 12:40

Histoire
Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation


Perséphone, déesse et reine des enfers
MONDE DES CONTES - MONDE DES CONTES - MONDE DES CONTES - MONDE DES CONTES
Partagée entre le roi des enfers et la déesse des cultures et des moissons…
Quelle vie ! Une vie, je dois bien l’admettre, qu’il ne m’a pas était facile d’accepter au départ.
Comprenez. En tant que déesse de la végétation comme Déméter, ma mère, je n’avais pas ma place en enfer, dans ce monde souterrain coupé de la nature. Là-bas, j’étais triste, malheureuse… le monde extérieur me manquait cruellement et même si je n’avais que 6 mois à passer en enfer avec mon mari, Hadès, c’était déjà trop.
C’est probablement pour ça, parce qu’il n’aimait pas me voir malheureuse et qu’il savait que la nature me manquait cruellement, qu’il a crée un jardin, pour moi. Il n’était en rien semblable à ceux que l’on trouve à l’extérieur, il était… extraordinaire. Dès lors, vivre en enfer m’a semblé moins difficile… je crois.
Aussi, durant les 6 mois où je vivais en enfer, j’agissais en tant que reine. Toujours en accord avec mon mari, je me montrais dure et inflexible. Vivre dans le monde souterrain avait fini par me changer, petit à petit.
Puis, lorsque je retournais à la surface auprès de ma mère, j’étais plus vivante, plus souriante, plus douce et chaleureuse aussi. On peut dire que quelque part, je redevenais sa petite déesse adorée.

Mais l’un des pires moments issu du compromis trouvé par Zeus, était le retour en enfer.
Ah ! Lorsqu’il fallait retourner en enfer… tout de suite, j’étais beaucoup moins joyeuse. J’avais beau aimer mon mari, retourner auprès de lui dans le monde souterrain à toujours était une épreuve pour moi. Déjà parce que c’était dure de quitter le monde extérieur ainsi que ma mère et ensuite… parce que ça me rappelait inévitablement qu’il m’avait enlevée et qu’a cause de lui, j’étais bloquée en enfer un tiers de l’année.
Autant dire que lorsqu’il venait me chercher (quand il venait me chercher) la première chose qu’il voyait, c’était mon visage se décomposer à sa vue et une fois chez nous, j’étais d’une humeur massacrante.  Mais à force, il a finit par s’y habituer.

Aujourd’hui, il trouve ça amusant et parfois même, il en profite pour me provoquer, me mettre dans une rage folle tout ça, parce qu’il aime me voir furieuse, autant qu’il aime me voir régner à ses côtés aux enfers.
Vous vous demandez pourquoi ? Parce qu’apparemment, il aime lorsque je suis hors de moi, il me trouve excitante et sexy. Moi pas. Malheureusement, comme je suis incapable de lui en vouloir (ou de lui résister longtemps) et qu’il le sait, il en profite toujours autant…




Changement radical
STORYBROOKE - STORYBROOKE - STORYBROOKE - STORYBROOKE - STORYBROOKE
Une malédiction. J’ai été victime d’une satanée malédiction !!
Revenons en arrière. Lorsque je suis en enfer auprès de mon mari, ma seule occupation ne consiste pas seulement à régner sur les enfers, ou à m’occuper de mon jardin. C’est ce que l’on pense, mais non. En réalité, il arrive qu’a certaine occasion, nous sortions tous les deux, pour nous mêler aux humains.
J’ai d’ailleurs, une légère préférence pour les bals royaux et autre rencontre du même type, car j’aime porter les plus belles robes et susciter l’envie chez ces messieurs. Quand à mon époux, lui, il aime tout simplement être en bonne compagnie (féminin oui et pas forcément la mienne) ainsi que côtoyer les privilégiés.
C’est d’ailleurs comme ça, que nous avons assisté au manège de la « méchante reine » Régina au mariage de Blanche Neige (quel nom ridiculement étrange) et son mari le prince Charmant.
Qu’importe ! D’une manière où d’une autre, cette Régina peut faire tout ce qu’elle veut, elle ne gagnera jamais. Ces deux-là sont inséparable et braveront tous les danger ensemble, c’est pour cette raison qu’ils gagneront toujours. Tu devrais le savoir non ? L’amour triomphe toujours… Une phrase d’Aphrodite, si je ne m'abuse...
Pourtant, m’a réplique ne l’a pas convaincu. Alors, à la suite de ça, il m’a proposé de faire un pari. Il a posé ses conditions, j’ai posée les miennes. Il a beau être mon mari et le roi des enfers, ce n’est pas parce que je suis sa femme et que je le soutiens dans ses décisions lorsqu’il règne en enfer, que je n’ai pas mon mot à dire ici. D’autant plus, que ses conditions ne me plaisait pas.
Si tu gagnes, je m’engage à ne plus m’approcher de tes futures amantes au court des 100 prochaines années. Plus de menace ni de malédiction, plus rien. Néanmoins, si tu perds, eh bien… Je pense que je verrais en temps voulut… Qu’en penses-tu chéri ?
Si j’étais sincère ? Oui, on peut dire ça... 
Je suis une déesse. Je connais mon mari et je sais, que je suis loin d’être la seule femme dans sa vie. Je sais qu’il a aimé d’autres femmes, qu’il a eu d’autres histoires et qu’aujourd’hui encore, ça continue.
En revanche, tout ce que je lui demande, c’est qu’il me tienne à l’écart de ses aventures, de ne rien apprendre sur ses infidélités et plus important encore, qu’il ne ramène ses prétendantes chez nous, comme cette Leucé, une nymphe qu’il a transformé en peuplier blanc, tout ça, parce qu’il ne voulait pas que je la tue.
On aura tout vu…

***

Ma crème de beauté, dis-tu ? Assise sur mon siège, j’observe la jeune femme avec attention avant de reprendre. Cette demande est parfaitement ridicule, mais soit, qu’il en soit ainsi. Tu as de la chance. Je suis d’assez bonne humeur et ton histoire était assez divertissante pour tromper mon ennui. Suit-moi jeune mortelle, allons chercher ce que tu demandes. Allez, dépêche-toi !
Un peu plus tôt, avant que je ne tombe sur cette humaine et qu’elle me demande mon l’aide, j’étais pensive, imaginant une fois de plus, ce que j’allais faire à l’extérieur de retour là-haut.
En bref, je m’ennuyais.
Puis, sa présence a éveillé ma curiosité, autant qu’elle m’a mise hors de moi.
Comprenez. L’enfer, n’est pas fait pour les vivants. Ils n’ont pas leur place ici.
Pourtant, cette humaine, avait apparemment réussi à y entrer sans problème et c’était même librement déplacé dans les enfers, puisqu’elle se tenait là, devant moi, encore en un seul morceau dans notre demeure.
Pour moi, c’était impensable et surtout, impardonnable. D’autant plus, que j’étais persuadée, qu’il s’agissait d’une énième conquête de mon mari. Lui allait m’entendre lorsqu’il reviendrait, mais elle, elle méritait la mort pour être venue jusqu’ici. C’est d’ailleurs le châtiment que j’allais lui infliger, lorsque terrifiée à l’idée de ce que je pouvais lui faire sans doute, elle s’est présentée à moi, m’expliquant le pourquoi de sa présence ici.
Est-ce sérieux ? Ma crème de beauté ? Cette demande est vraiment absurde, tu as fait tout ce chemin pour ça ? Qui t’as envoyée ici ? Dit-moi, raconte-moi tout. Si ton histoire m’intéresse alors, peut-être que tu auras ce que tu es venue chercher. Suit moi.
Aussitôt je lui ai demandé de me suivre, pour la conduire dans la salle du trône. Là, j’ai pris place sur mon siège, à côté du trône de mon mari et d’une geste de la main, je l’ai invitée à commencer son récit.
A aucun moment je n’ai interrompu son récit, au contraire. Pendant tout le long, je me suis contentée de garder le silence, écoutant son histoire avec attention. Puis, une fois celle-ci terminée, j’ai pris un petit temps de réflexion avant de lui accorder ce qu’elle était venue chercher, c’est-à-dire, ma crème de beauté. Je l’ai donc conduite jusqu’à nos appartements, ou j’ai récupéré un pot de crème que je lui ai ensuite tendu. Puis, je l’ai raccompagnée à l’entrer de notre palais, avant de lui indiquer, de ne pas traîner en chemin lui conseillant même, de sortir d’ici au plus vite. Après ça, je suis partie. J’étais décidée à faire un tour dans mon jardin, quand en chemin, j’ai étais engloutie a par le brouillard du sort noir.







Dernière édition par T. Persephóneia Spring le Ven 30 Oct - 2:24, édité 21 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Perséphone ✗ I live in hell...literally.   Jeu 22 Oct - 12:47

Histoire
Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation


Temptation Persephóneia Spring  
MONDE DES CONTES - MONDE DES CONTES - MONDE DES CONTES - MONDE DES CONTES
Qui je suis ? Ça n’a pas d’importance. Qui s’en soucie de toute façon ?
Non. Ce qui a de l’importance en revanche, ce sont mes frères et sœurs. Oui, j’ai bien dit « mes » car ils sont nombreux. En réalité… je n’ai pas de famille.
Vous vous demandez sans doute, comment quelqu’un peut ne pas avoir de famille et pourtant déclarer avoir des frères et sœurs, hein ? C’est simple, j’ai était adoptée… enfin, c’est une façon de voir les choses.
Pour faire court, je me suis retrouvée obligé de vivre dans la rue à 16 ans.
Pourquoi ? Oh… parce que mes parents sont mort, pour commencer.
Oui, ils sont morts dans un accident de voiture, tous les deux. Moi, je suis la seule survivante de ce drame. C’est probablement l’un des jours les plus triste de ma vie. Je venais d’avoir 7 ans et ils avaient décidés tous les deux de me faire une surprise en m’emmenant à Disneyland.
Depuis ce jour, je déteste tout ce qui ce rapporte à cet univers maudit.
Enfin. Puisque mes parents étaient morts, on a confié ma garde à mon oncle Mark et ma tante Linda. Je me souviens que ce jour-là j’étais triste, mais aussi heureuse je crois. Parce que j’aimais bien mon oncle et ma tante, vous savez ? Ils avaient toujours été gentils avec moi, et je savais que j’étais en sécurité avec eux.
Malheureusement pour moi, je ne pouvais pas avoir plus tord sur le sujet. Les premiers temps on était simple et puis, les choses ont commencé à changer, petit à petit et un jour, j’ai finalement ouvert les yeux et j’ai compris. Ça m’a prit du temps, trop de temps même, mais un jour, j’ai finalement réalisé quel genre de montre ils étaient tous les deux.

La première à avoir révélé son véritable visage était ma tante, Linda. En apparence, je crois qu’on lui aurait donné le bon dieu sans confession. C’était le  genre de femme que l’on s’imagine parfaite, vous voyez ce que je veux dire ? Le genre de femme, qui aime que tout soit toujours parfait et qui fait tout, pour qu’on pense que sa petite existence est aussi parfaite qu’elle.
Sauf qu’en réalité, c’était loin d’être le cas.
Car quand nous étions seuls, entre nous… elle était différente, très différente. Elle était obsessionnelle, instable, jalouse, violente et perdait facilement le contrôle. Mon cousin, Blake a faillit mourir alors qu’il avait à peine 6 ans, par sa faute. C’est arrivé un mercredi en fin de soirée. Mon oncle n’allait pas tarder à arriver et ma tante, devait s’occuper de mon cousin, mais ma tante… n’avait pas vraiment la fibre maternelle ou peut-être que si, je ne sais pas. Ce que je sais en revanche, c’est qu’à un moment donné, j’ai entendu mon cousin crier et qu’aussitôt, je me suis précipitée à l’étage pour voir ce qui se passait. Et c’est à ce moment-là, sur le seuil de la salle de bain, que j’ai vu ma tante maintenir la tête de Blake sous l’eau. J’ai eu peur pour lui, alors, j’ai supplié ma tante pour qu’elle le laisse tranquille, j’ai même essayé de lui faire lâcher prise. Mais elle n’a pas apprécié que je m’en mêle, alors, elle s’en est prise à moi.
Lorsque mon oncle est rentré, Blake était inconscient et j’étais gravement blessée à la tête. Ma tante dans un excès de colère, m’avait cogné la tête contre le rebord de la baignoire, pour me punir d’être intervenue pendant ce qu’elle appelait « une leçon ».

J’ai survécu, Blake aussi. Et en grandissant, on s’est rapproché, tous les deux. Nous nous sommes soutenu, protégé, on a prit soin l’un de l’autre, on a apprit à survivre aussi. Pendant longtemps, j’ai rêvé de prendre la fuite avec Blake, mais je ne pouvais pas. Blake aimait son père et ne voulait pas le quitter, c’est vrai que Mark, était le seul rempart entre Linda et nous. Lorsqu’elle perdait la tête, il nous emmenait faire un tour, ou il se mettait en travers pour nous protéger. Même quand il n’était pas là, il veillait sur nous. Il nous avait construit notre petit coin à nous, un endroit ou l’on pourrait se cacher d’elle, lorsque notre tante perdait le contrôle et puis, il nous laissait toujours dormir chez des amis. Linda n’aimait pas ça, mais, il savait toujours la convaincre.
Alors, je suis restée. Pour mon cousin et pour lui. Parce que j’avais confiance en lui.

Mais très vite, je me suis rendu compte de ce qu’il était. Et vous pouvez me croire, ça n’a pas été facile d’accepter que lui aussi, était un beau salaud.
Vous savez… je n’ai jamais remarqué les regards qu’il me portait en grandissant, alors que je prenais des formes. Pour moi, c’était vraiment quelqu’un de bien, il était même, comme un second père pour moi.
Il était toujours doux et gentil avec moi, il savait me parler, me réconforter aussi.
Parfois, il veillait même sur nous la nuit. Enfin, c’est ce que j’ai cru lorsqu’un jour, je l’ai surpris assis sur une chaise dans notre chambre, le regard braqué sur moi.
Mais après ce qui c’est passé… quelque chose c’est brisé en moi et la, j’ai compris. Elle s’appelait Beth, c’était ma meilleure amie. Elle et moi, nous étions vraiment liée, mais elle…
Elle était à peine plus âgée que moi ! Comment a-t-il pu ?! Enfin, lorsque j’ai découvert qu’il… ce qu’il faisait avec elle, je n’ai rien dit à Blake. J’aurais du probablement, seulement, je ne voulais pas briser l’image qu’il avait de son père. Mais moi à la suite de ça, j’ai changé. Je suis devenue plus froide avec Mark, plus distante aussi. Ça a blessé Blake de me voir agir comme ça, il ne comprenait pas, Mark aussi d’ailleurs. Mais après ce que j’avais vu… ce qu'il ressentait n'avais plus vraiment d'importance pour moi.

Donc, j’ai continué garder le silence. Petit à petit, je me suis mise mon cousin à dos si bien, qu’il a demandé à faire chambre a part. Moi, je ne voulais pas, Linda non plus d’ailleurs. Mais mon oncle, lui, à trouvé que ça pouvait être une bonne idée et c’est comme ça, que je me suis retrouvée seule, dans une chambre, terrifiée à l’idée de ce qui pourrait m’arriver maintenant.
Lorsqu’on a les yeux ouverts, qu’on accepte de voir la réalité en face, on se rend vite compte de ce qui se passe. En l’occurrence, j’ai très vite compris que si mon oncle était si proche de moi, c’est parce qu’il me voulait, moi.
Alors, j’ai pris l’habitude d’éviter de me retrouver seule avec lui, même pendant un court laps de temps. Puis, j’ai commencé à me couvrir de plus en plus, portant chaque jour de l’année les mêmes choses, jean, sweet a capuche et basket, été comme hiver, qu’importe le temps ou la saison.
J’ai même arrêté de me coiffer et de me maquiller, vous savez, pour qu’il arrête de me regarder mais ça n’a pas suffit. Un soir, il c’est glissé dans ma chambre et…
Il ne c’est rien passé, en tout cas, il n’a pas eu le temps d’obtenir ce qu’il voulait. Blake avait fait le mur ce soir là, il avait bu et c’était trompé de fenêtre.
Pendant que je luttais pour me libérer, mon oncle lui, me maintenait immobile sur le lit, plaquant une main sur ma bouche pour m’empêcher de crier.
Il me disait qu’il m’aimait. Qu’a chaque fois qu’il était avec sa femme ou ses aventures, c’était à moi qu’il pensait, depuis le début. Qu’il ferait tout pour moi et que ma façon d’agir envers lui, lui avait vraiment fait mal, mais qu’il était prêt à me pardonner.
Et il a continué un long moment à parler, respirant mon odeur, m’embrassant jusqu’à ce que Blake se plante de fenêtre et n’entre dans ma chambre.
Lorsqu’il a comprit ce qui se passait, il a crié après moi, me traitant de tous les noms.
Ce qui c’est passé après ? Eh bien… mon oncle a essayé de calmer mon cousin qui hors de lui, n’arrivait pas à croire qu’il se soit laisser faire (sous entendu que j’avais délibérément allumé mon oncle pour avoir des relations sexuelles avec lui) et très vite, ma tante et rentrée dans la chambre, armée d’un couteau de cuisine. Elle c’est jetée sur moi, mais mon oncle c’est interposée entre elle et moi, ce qui fait, qu’elle l’a poignardée.
Alors, j’ai pris la fuite. Je suis sortie de mon lit, j’ai courut jusqu’à la fenêtre et je suis partie loin d’eux.

C’est à ce moment-là, que ma nouvelle vie dans la rue a commencé. Pendant un certain temps, je me suis cachée de tous, mais très vite, j’ai ressenti la faim et la soif. Alors, j’ai commencé à voler pour survivre. Pendant quelques temps, j’ai donc vécue seule, à l’écart de tous. J’ai lutté de toutes mes forces pour survivre, mais lorsque qu’obtenir de l’eau et de la nourriture devient de plus en plus difficile, on fini par s’imaginer mourir seul dans l’ignorance la plus totale.
Cette fois, c’était à mon tour d’éviter la mort de justesse. Un groupe de jeune m’a trouvée et ils m’ont ramenés chez eux, dans leur vieux squat pourri. Ils m’ont nourrit, soigné et avec le temps, je suis devenue l’une des leur.
Wade, notre « père » n’est pas vraiment ce que l’on peut appeler quelqu’un de bien. C’est un dealer qui utilise les jeunes qu’il prend sous son aile, pour voler et écouler sa came sans attirer l’attention. D’ailleurs, il récupère tous les bijoux et autre objet de valeur qu’on vole et récupère les deux tiers de l’argent qu’on gagne en écoulant sa marchandise. Mais au moins, il ne m’a jamais menti sur ce qu’il était, et je lui doit la vie ! A lui, à Aiden, à Winter et à Tate !

Je sais ce que je risque en restant ici. Je sais que toute cette histoire, cet amour qu’il dit avoir pour nous, ce n’est que de la poudre aux yeux. Même si ce n’est jamais arrivé, je sais qu’il pourrait descendre l’un de nous sans hésiter une seule seconde, prétextant je ne sais pas, qu’on était plus aussi impliqué dans le bien être de la famille par exemple. Tout ça, je le sais. Mais je refuse de les laisser tomber eux, ils sont tout ce que j’ai, tout ce qu'il me reste aujourd'hui. Le plus important pour moi, ce sont eux, chacun d’eux. Moi, je n’ai aucune importance, de toute manière, ça fait longtemps que je suis morte.
Ce n’est juste… pas encore officiel, c’est tout.




Perséphone, Perséphóneia ou les deux ?
STORYBROOKE - STORYBROOKE - STORYBROOKE - STORYBROOKE - STORYBROOKE
Une fois la malédiction levée, mes souvenirs me sont revenus en mémoire, petit à petit.
Je sais qui je suis censé être. Je me souviens de ma véritable identité, de mon histoire, de mon époux aussi. Mais quelque chose ne va pas.
Je ne sais pas, c’est peut-être rien, c’est juste… à certain moment, j’ai l’impression d’être d’avantage Perséphóneia que Perséphone, vous comprenez ce que je veux dire ?
C’est comme si mon identité fictive et ma véritable identité luttaient pour prendre le dessus. Est-ce un effet secondaire dû à l’arrêt de la malédiction ? Est-ce que c’est temporaire ou au contraire, est-ce que c’est parti pour durer ?
Je l’ignore.

Tout ce que je sais en revanche, c’est que Perséphone (moi) n’a pas l’intention de laisser passer quoi que ce soit. Je me fiche que chacun des personnages vivant à Storybrooke ait été sous l’emprise d’une malédiction, comme je me fiche, que toutes les personnes que j’ai connu durant ses 28 dernières années ne soient en réalité, que des identités fictive liée au sort noir. Ça n’a pas d’importance que Mark, Linda ou qui qu’ils soit vraiment, regrettent sincèrement ce qu’ils on été, fait ou que mes souvenirs de ce qu'ils m'ont fait subir, soit réel ou pas. En réalité, je me fiche même que Régina ait eu une bonne raison pour lancer cette malédiction.
Tout ce que je veux maintenant, c’est leur faire payer à chacun.
Parce que je ne supporte pas qu’un humain s’en soit prit à moi, ait essayé de me violer ou même, m’ait imposé sa loi. Je veux leur faire comprendre, que je ne suis pas qu'une vulgaire créature faiblarde et facile à manipuler et qu'ils ont devant eux Perséphone, reine des enfers.

Mais Perséphóneia, elle, lutte constamment contre cette idée. Elle se contrefiche de la responsable de la malédiction, que sa famille ne soit pas sa véritable famille et qu'en réalité, elle n'ait pas de réelle existence. Pour elle, tout ce qu'elle à vécue est réel et tout ce qu'elle veut maintenant, c'est préserver les siens et  éviter qu'ils ne subissent, ma colère.






Dernière édition par T. Persephóneia Spring le Ven 6 Nov - 1:56, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
are you insane like me ?

avatar


Messages : 564
Cœurs enchantés : 925
Humeur : Lunatique.


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Perséphone ✗ I live in hell...literally.   Jeu 22 Oct - 13:09

PERSÉPHONE Love Love
Bienvenue officiellement sur NKL, j'espère que tu te plairas parmi nous Hihi
Si tu as des questions, le staff est à ta disposition ♥️
Bon courage pour ta fiche Potté

_________________

Don't be beggin' for your life cause that's a lost cause. High stakes, body armor, suicide boy. There's a time for games and there's a time to kill. Make up your mind baby, cause the time is here. ©️ caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 148
Cœurs enchantés : 958


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Perséphone ✗ I live in hell...literally.   Jeu 22 Oct - 13:20

Persephone avec Nina Potté Heart
Une déesse pour une déesse roh je suis fan ^^ bienvenue parmi nous ! Et bonne chance pour ta fiche Potté
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Perséphone ✗ I live in hell...literally.   Jeu 22 Oct - 15:05

Bienvenue parmi nous et bon courage pour ta fiche, chère déesse ! Baloon
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Perséphone ✗ I live in hell...literally.   Jeu 22 Oct - 15:07

Ma Femme Potté Coeur ( en plus là on eut vraiment dire qu'on st maris Mdr )
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Perséphone ✗ I live in hell...literally.   Ven 23 Oct - 23:42

N. Grace Blackheart a écrit:
PERSÉPHONE Love Love
Bienvenue officiellement sur NKL, j'espère que tu te plairas parmi nous Hihi
Si tu as des questions, le staff est à ta disposition ♥️
Bon courage pour ta fiche Potté

Merci  Potté  Potté Je l'espère aussi. Mais je pense que ça ira, je suis folle, ça aide....  Siffle

G. Thalia Cavendish a écrit:
Persephone avec Nina Potté Heart
Une déesse pour une déesse roh je suis fan ^^ bienvenue parmi nous ! Et bonne chance pour ta fiche Potté

Une déesse de la mythologie égyptienne... Quel excellent choix de personnage !!! J'ai pas encore eu l'occasion de lire ta fiche entièrement, mais j'ai lu la première partie et je suis carrément fan. Surtout que j'ai toujours aimé l’Égypte alors dès que j'ai vu Maât dans le titre de ta présentation, j'ai cliqué.
Brou

En tout cas merci beaucoup ! J'ai déjà utilisé Nina pour un personnage inventé et Peau d'âne, mais pas encore pour une déesse, c'est une première. On verra ce que ça donne.  Muahaha

Dagmar «Taka» Mannheim a écrit:
Bienvenue parmi nous et bon courage pour ta fiche, chère déesse ! Baloon

Merci cher Dagmar  Héros

Lestat D. Angelus a écrit:
Ma Femme Potté Coeur  ( en plus là on eut vraiment dire qu'on st maris Mdr )

C'est pas faux. Coucou toi !
Et là, j'aurais vraiment une bonne raison de te faire des scènes de ménage aussi Siffle Tu vas souffrir chéri, profite bien de mon absence, après, tu vas pleurer... fouet Zouu

Revenir en haut Aller en bas

Messages : 148
Cœurs enchantés : 958


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Perséphone ✗ I live in hell...literally.   Sam 24 Oct - 10:57

Merci Potté Potté
Si tu veux il me reste sa petite sœur en scénario tu pourras venir me rejoindre dans la team Egypte Please Héros Hug En tout cas j'espère que ma présentation va te plaire Razz

En plus tu n'as sans doute pas vu mais j'ai également le compte de Neilina alias : Médusa 8D On pourra sans doute faire un truc pas mal entre elles deux Love

Je la prends aussi régulièrement Nina en feat sur l'ancien forum c'était le petit poucet Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 64
Cœurs enchantés : 544


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Perséphone ✗ I live in hell...literally.   Lun 26 Oct - 18:56

Bienvenue sur NKL !

Superbe choix d'avatar Bave si tu as besoin d'aide n'hésites pas à nous faire signe :) Bon courage pour ta fiche What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Perséphone ✗ I live in hell...literally.   Mer 28 Oct - 18:40

G. Thalia Cavendish a écrit:
Merci Potté Potté
Si tu veux il me reste sa petite sœur en scénario tu pourras venir me rejoindre dans la team Egypte Please Héros Hug En tout cas j'espère que ma présentation va te plaire Razz

En plus tu n'as sans doute pas vu mais j'ai également le compte de Neilina alias  : Médusa 8D On pourra sans doute faire un truc pas mal entre elles deux Love

Je la prends aussi régulièrement Nina en feat sur l'ancien forum c'était le petit poucet Razz

D'accord.  Potté  Je vais y réfléchir.

Ah non, en effet, je n'ai pas vu que tu avais aussi Médusa en DC. Oui, on pourra sans doute faire quelque chose de bien avec, je n'en doute pas. De toute façon, dès que je serais validée, il y a des chances que je rapplique pour te demander des liens... Siffle  Siffle  Please


Scamp A. Bennett a écrit:
Bienvenue sur NKL !

Superbe choix d'avatar Bave si tu as besoin d'aide n'hésites pas à nous faire signe :) Bon courage pour ta fiche What a Face

Merci Scamp ! : Potté  Potté

Du coup, merci à toi Coco... t'as vu ? On m'aime déjà... va falloir que tu te battes pour me garder..  Siffle  Brou  Brou

Ok, pas de problème !! Je vais essayer de terminer ma fiche ce soir ou en tout cas, avancer la partie histoire. Enfin, et si ce n'est pas le cas.... j'espère pouvoir la terminer demain au moins. Sushi
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Perséphone ✗ I live in hell...literally.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Perséphone ✗ I live in hell...literally.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Commande par téléphone au MAC Pro de St Père..
» téléphone fixe compatible freebox
» [RECH] Téléphone Bosch ou Motorola
» Cherche téléphone fixe
» Live chat MAC

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No Kindness Left :: Broyer les vieux papiers :: Faire le tri sélectif :: Fiches de présentation-
Sauter vers: