AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Tumblr  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rumpelstilskin / Mr Gold "Do we have a deal ?"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Invité

Invité




MessageSujet: Rumpelstilskin / Mr Gold "Do we have a deal ?"   Dim 6 Déc - 2:00


Rumpelstilskin alias Mr Gold
Quand on use de la magie, il y a un priy à payer !


Nom, Prénom(s) : Rumpelstilskin alias Mr Gold
Âge : 54 ans physiquement mais 300 ans en réalité
Date & Lieu de naissance : Jungle Green, la forêt enchantée
Conte : Rumpelstilskin, La Belle et la Bête, Peter Pan
Personnage : Rumpelstilskin, la Bête, Le Crocodile
Orientation & Statut : Héterosexuel, veuf mais vivant en couple avec Belle L. French envers qui il est très fidèle
Groupe : l'architecte
Particularité : Rumpel est le Ténébreux, rien que ça ! Mais en fait c'est quoi un Ténébreux ? Il s'agit d'un très puissant Mage Noir. Gardien des Ténèbres et donc du Mal absolu du monde des contes. Son âme reliée à jamais à sa nouvelle nature lui a peu à peu retiré la majeure partie de son humanité.  Il possède de nombreux pouvoirs tous reliés à la Magie noire. Mais comme toute chose, il possède sa propre faiblesse. En ce qui le concerne, il s'agit d'une dague renfermant sa puissance. Quiconque s'empare de cette arme à un contrôle infini sur le Ténébreux. Rumpel possède également une particularité; sa passion pour les contrats et le droit. Selon lui la magie a toujours un prix et toutes les personnes qui lui demande des services lui doivent quelque chose en retour et quoi de mieux qu'un contrat pour en garder une trace officielle ? C'est pourquoi il est devenu un véritable expert dans le domaine juridique.
Un camp en particulier : Le sien !
Pouvoir(s) : Comme évoqué précédemment, Rumpel possède d'immenses pouvoirs reliés à la magie noire. Il a d'ailleurs transmis son savoir à de grandes magiciennes tel que Cora, Régina ou encore Zelena... Parmi les pouvoirs que Rumpel a démontré on peut citer ces derniers; la téléportation qui lui permet de se déplacer d'un endroit à un autre en une fraction de seconde, une grande connaissance dans l'art de créer des potions, la métamorphose qui lui donne le don de se transformer lui-même ou de transformer la personne qu'il désire en ce qu'elle désire, un don de voyance dont il se sert pour obtenir des informations sur l'avenir, un certains contrôle sur les éléments de base (eau, feu, terre et air), un don de télékinésie donnant la capacité de déplacer les objets à distance, il peut transformer la paille en or et pour finir le pouvoir d'arracher les cœurs de la poitrine de ses ennemis pour pouvoir les manipuler à distance où tout simplement pour les faire souffrir et les tuer. Rumpel a cependant appris à ses dépends que la magie de Storybrooke était bien différente de celle des contes. Ainsi son pouvoir de divination a grandement été affaibli et il n'a pas la possibilité de lire l'avenir.
FEAT Robert Carlyle



Que penses-tu de la politique actuelle des choses ?
Es-tu au moins au courant de ce qui se trame ?
Si vous me connaissiez mieux que cela, vous sauriez que je n'accepte de livrer bataille lorsque la victoire m'apporterait un intérêt quelconque. C'est pour cette raison que je me préoccupe bien plus de mes projets personnels que de ce qui se trame dans cette ville. Cependant, ne croyez pas que je suis totalement insensible à ce brutal changement d'attitudes des habitants de Storybrooke, ni par cette magie obscure que je ressens tout autour de moi. Une tempête est en train de s'élever à Storybrooke qui ne présage rien de bon. Peut-être soufflera-elle dans ma direction et si cela devait arriver, croyez bien que je serais à y prendre parti ou tout du moins défendre ma famille que j'ai mis tant de temps à rassembler autour de moi.


Anecdotes & Caractère


Anecdotes

- Le filage de laine sur le rouet et l'une des activités favorites de Rumpel. Il a commencé à le faire lorsqu'il était enfant avec les tisserandes qui l'ont recueilli. Depuis il file de la laine qu'il transforme en or à chaque fois qu'il a besoin de réfléchir.

- Trois principales magiciennes du mondes des contes, Cora, Régina et Zelena, ne seraient certainement rien sans Rumpelstilskin. C'est en effet ce dernier qui leur a enseigné tout ce qu'elles devaient savoir sur la magie. Chose surprenante, ces femmes ont ensuite toutes tentées de le manipuler, de le tromper ou de l'assassiner.

- Tout au long de sa vie, Rumpel est resté extrêmement attaché à son fils. Toutes les erreurs qu'il a commise depuis sa transformation en Ténébreux jusqu'au lancement de la malédiction était pour Baelfire qu'il adore plus que tout

- Sa dague est très certainement l'objet le plus précieux qu'il possède. Pour cette raison, il l'a garde à l'abri là où personne ne pourrait la retrouver. Cette dague a encore beaucoup d'influence sur lui et malgré tout l'amour qu'il a pour Belle ou Baelfire, il l'a considère comme son bien le plus précieux et sa plus grande faiblesse

- Depuis qu'il est à Storybrooke, Mr Gold tient une boutique de prêteur sur gages. Il entrepose sans sa boutique de nombreux objets venus du monde des contes qui ont parfois fait l'objet d'un marché. Parmi tous ces objets précieux, il y en a deux auquel il tient particulièrement. La tasse ébréchée qui lui rappelle son histoire d'amour avec Belle, le châle de Baelfire qu'il a gardé en mémoire de son fils après sa disparition.

- Storybrooke doit également le retour de la magie sur son territoire à Mr Gold. Cela s'est passé immédiatement après que la malédiction ait été rompue. Assoiffée de pouvoir, il a utilisé un puissant sortilège pour la faire revenir en ville et ainsi retrouver un peu du Ténébreux.

Caractères

Rumpelstilskin a une personnalité extrêmement complexe basculant sans cesse entre le bien et le mal, entre l'homme et le Ténébreux. Pour le comprendre totalement, il faut tenir compte de ses deux personnalités. Alors commençons par son humanité. Rumpel est avant tout un père et un mari aimant. Traumatisé par l'abandon de sa mère lorsqu'il était petit, il s'est promis de toujours protéger et s'occuper de son fils, il est donc responsable et soucieux de son bien-être. En tant que mari, Rumpel a su être un mari tendre, fidèle et dévoué envers sa femme. S'il s'est changé en Ténébreux ce n'était par uniquement par appât du pouvoir mais avant tout pour protéger son fils et les autres enfants de son village de la terrible guerre contre les ogres. Rumpel sait donc se sacrifier lorsque la situation l'exige et peut s'avérer très protecteur. Malheureusement, c'est un humain et en tant qu'humain il possède ses propres défauts et ses faiblesses. Craignant d'avoir à se battre durant la guerre des ogres, Rumpel s'est enfuit et s'est depuis construit une réputation de lâche du village. Incapable de faire du mal à quiconque, il a démontré sa lâcheté à de nombreuses reprises par la suite.

En devenant le Ténébreux, une grande partie de son humanité a disparu avec la noirceur qui avait envahis son cœur. Sa lâcheté a cédé sa place à des pulsions agressives et incalculables qui ne l'ont jamais totalement quittées. Cependant, les démonstrations de violence sont plutôt rare. Rumpel préfère user de méthodes plus subtiles pour parvenir à berner ses ennemis. Sa grande intelligence font de lui un être rusé et manipulateur. Il parvient toujours à tirer son épingle du jeu dans les contrats qu'il signe avec les personnes qui lui demande son aide. Fin stratège et calculateur, il peut lui arriver de peaufiner des plans complexes durant des années pour enfin parvenir à atteindre son but. Il sait donc faire preuve d'une grande patience. Rumpel sait également se montrer extrêmement rancunier et il ne pardonnera jamais aux personnes qui ont réussis à le duper, réfléchissant dans son coin au meilleur moyen de se venger. C'est également un ambitieux, sans cesse motivé par la recherche de pouvoir.

Son état de Ténébreux a rendu ses relations aux autres très difficiles. Il paraît bien souvent froid et distant aux premiers abords. L'ironie étant souvent une arme qu'il utilise dans ses contacts sociaux. Pourtant, son désir d'aimer ne l'a jamais quitté et une petite part de lui continuais à y croire. Assoiffé de pouvoir, il ne se rend pas nécessairement compte du mal qu'il fait autour de lui et il prend souvent de mauvaises décisions qui ont un effet désastreux sur ses proches. Il se montre également maladroit dans ses sentiments.

Qualité : Aimant, Déterminé, Dévoué, Fidèle en amour, Intelligent, Patient, Protecteur, Responsable, Soucieux du bien être de ses proches, Grand stratège

Défauts : Ambitieux, Agressif, Froid, Distant, Egoïste, Lâche, Maladroit, Manipulateur, Rusé, Rancunier, Secret, Violent


Pseudo : Miosyz
Prénom : Sandrine
Âge : 28 ans
Loisirs : Cf Marvin Kandinski
Crédits de la fiche : Google, Tumblr, OUAT wikia
Code du règlement :
Que penses-tu de NKL ? : Toujours aussi génial. Merci au staff pour votre super travail sur le forum !
Besoin de parrain/marraine ? : Non, je me parraine moi-même



Dernière édition par Mr Gold le Mer 23 Déc - 14:15, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Rumpelstilskin / Mr Gold "Do we have a deal ?"   Dim 6 Déc - 2:02

Histoire
Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation

Autrefois j'étais un homme ordnaire !
MONDE DES CONTES - MONDE DES CONTES - MONDE DES CONTES - MONDE DES CONTES
Toute histoire se doit d’avoir un début tragique et une fin qui l’est d’autant plus ! Voilà très certainement l’une des très rares leçons que ma mère m’a enseignée. En cela elle n’avait pas tort et elle aurait très certainement été très fière de la mienne. Car oui mon enfance est digne des plus grandes tragédies grecques. Je suis né dans la forêt enchantée, dans un environnement qui lui était loin d’être féerique. Ma mère, Wendy Darling, a accouché dans un hôpital psychiatrique entourée de médecins en blouse noires et gavée de potions sensées pouvoir la guérir de sa folie. Elle n’a jamais fait preuve envers moi d’un amour ou d’une tendresse particulière mais je savais pourtant qu’elle tenait à moi. Elle l’a démontré le jour même de ma naissance en s’enfuyant de l’asile où elle était enfermée. Peut-être espérait-elle m’offrir une vie plus digne que celle que me destinait cet univers froid et hostile qu’était le monde de la médecine. Ma mère m’aurait donc éloigné de cette chose immonde qu’est la science dès ma naissance, n’est- ce pas ironique ? J’ai passé les cinq premières années de ma vie avec ma mère qui représentait tout pour moi. Durant toutes ces années, ce que je pouvais lire dans ces yeux n’était pas de l’affection mais plutôt une certaine nostalgie découlant de son passé. J’ignorais ce qu’elle regrettait réellement, ignorant absolument tout de mes origines. Ma mère ne m’a jamais parlé de son passé et encore moins de sa famille. Je ne connaissais rien de mon père et à chaque fois que j’osais poser des questions trop indiscrètes, elle devenait folle de rage parlant dans ses délires de souvenirs malheureux qui n’avaient aucun sens. Pourtant je n’ai jamais été un idiot ! Lorsqu’elle était seule, ma mère parlait souvent d’un certain Pan… Peter Pan qui l’avait faite énormément souffrir. J’en conclu immédiatement qu’il s’agissait de mon père ou tout de moins j’en étais venu à m’en persuadé moi-même. Au moins, ce nom que je répétais de nombreuses fois, au cœur des nuits les plus sombres, me donnait le sentiment d’avoir des racines. Qui a-t-il de plus réjouissant pour un enfant de se dire qu’il n’est pas venu de nulle part ? Je pensais très souvent aux moments que j’aurais pu passer avec lui s’il avait été présent à mes côtés. Toutes les nuits, je rêvais de cette île merveilleuse qui renfermait en son sein des créatures aussi curieuses que des sirènes, des pirates ou encore des indiens. Comme j’aurais aimé pouvoir rejoindre cette troupe d’enfants perdus qui avaient l’air de tellement s’amuser. Cependant je refusais d’abandonner ma mère. Elle aurait été aussi perdue sans moi que je l’étais sans elle. Je désirais tellement la guérir de sa folie ! Je m’efforçais de me montrer curieux et éveillé. Je voulais qu’elle voit toutes les merveilles de ce monde de la même manière que moi je pouvais les voir ! Cependant rien de ce que je semblais faire pour l’amuser ne parvenait à réellement toucher son cœur. Alors je me résignais peu à peu, préférant me montrer obéissant et attentionné. J’espérais qu’en faisant cela, elle finirait par m’aimer un peu. J’avais cinq ans quand ma mère me poussa à commettre mes premiers vols. La technique était simple mais fonctionnait à chaque fois à merveille. Il me suffisait de distraire les passants tandis que ma mère s’infiltrant chez les habitants des villages que nous traversions pour y dérober bijoux, argent et autre objets précieux. J’étais si fier des éclats de rire que je parvenais à provoquer chez les femmes du village. J’aimais leur attitude innocente et très attentive qui changeait tellement de celle de ma mère. Lorsque mon numéro était terminé, je rejoignais ma mère et racontais avec fierté mes exploits. Elle me félicitait alors et je crus qu’elle s’était enfin attachée à moi. J’étais tellement naïf à cette période de ma vie !

Je me rappellerais toujours de ce jour maudit où ma mère choisit de m’abandonner. Je n’étais qu’un fardeau pour elle, un poids trop lourd à porter et qui l’empêchait de réaliser les projets qu’elle avait mis tant de temps à peaufiner dans son pauvre esprit malade. Dès le début de la journée, je sentais que son attitude était étrange. Elle ne me portait aucun regard, pas même pour m’indiquer la maison des habitants qu’elle avait prévus de déposséder de tous leurs biens. Mais ce n’est qu’en observant son comportement après ses actes que je compris que quelque chose n’allait réellement pas. Contrairement à d’habitude, elle ne me ramena pas immédiatement en forêt mais elle se masqua et m’entraîna dans un atelier de tisserands où deux vieilles femmes étaient occupées à filer de la laine. Elle leur ordonna de me garder et de m’élever avant de s’éloigner. Triste et perdu je ne savais quel comportement adopter. Avais-je rêvé ce qui venait de se passer ? Oui il ne pouvait que de cela. Je me trouvais au beau milieu d’un cauchemar, un enfer où la seule personne en qui je croyais venait de m’abandonner pour de bon. Maman était en train de m’abandonner ? Ce n’était pas juste, pourquoi ? J’avais tout fait pour être un bon garçon, pour qu’elle soit fière de moi. Alors pourquoi choisissait-elle à présent de partir et de me laisser tout seul ? Je ne voulais pas, je hurlais à plein poumons pour que ma mère veuille bien me prêter attention. J’espérais au moins pouvoir lire un éclat de regrets ou de tristesse dans ses yeux. Je n’ai jamais plus croisé son regard. Ma mère ne m’aimait pas. C’était ainsi et je ne pouvais rien y faire ! Son cœur de pierre avait remporté la victoire ! J’étais en colère et je me sentais désespéré. Jamais je n’ai eu le courage de le lui pardonner ! Je me promis dès lors que mes enfants n’auraient jamais à subir le même sort, que jamais je ne les abandonnerais ! Encore une naïveté de ma part, une promesse que je romprais dans ma vie !

Mon enfance ne fût cependant pas malheureuse. Les vieilles tisserandes étaient des femmes très bonnes qui avaient beaucoup d’amour à m’offrir. Me considérant très vite comme leur propre enfant, elles m’élevèrent et m’apprirent des valeurs aussi essentielles que l’amour du travail bien fait ou la persévérance. Elles me transmirent leur savoir-faire et très vite je pris goût pour l’activité du filage de la laine. Mes mères adoptives, très fières de moi, me félicitaient souvent d’une journée de dur labeur en me préparant un pâté en croûte que j’affectionnais particulièrement. Au travers de chaque bouchée, la chaleur qui m’endormait les sens me rappelait l’amour inconditionnel qu’elles me portaient. Ma vie dans ce village n’était pourtant pas idéale. Partout les gens ne pouvaient s’empêcher de jaser à mon sujet. Tous les habitants avaient connaissance des crimes commis par ma vraie mère et ils me faisaient payer très cher leurs quelques économies envolées par des paroles blessantes, me rappelant sans cesse que j’étais le fils d’une lâche qui n’avait pas hésité à m’abandonner. Les adultes cruels montaient également leurs enfants contre moi. Je n’avais aucun ami autour de moi ! La plupart d’entre eux ne s’approchaient même pas de moi. Pour certain en revanche le plaisir de me faire des misères était trop fort. Ils me battaient, me jetaient des pierres et me traitaient de tous les noms. J’avais trop peur pour réagir et je préférais bien souvent me réfugier dans ma maison en espérant qu’ils ne m’y délogeraient pas. Pourtant dans cet enfer que je vivais au quotidien, une petite lumière discrète et fragile vint me sortir de l’obscurité dans laquelle je me réfugiais. Je rencontrais mon ange gardien lorsque j’atteins l’âge de dix ans. Il m’était apparu sous les traits adorables d’une petite fille, une douce fillette aux cheveux noirs et aux yeux bleus appelé Milah. Elle était la fille d’un marchand itinérant qui après avoir traversé de nombreuses contrées avait choisis de s’installer dans notre village afin d’offrir une vie plus stable pour sa femme et sa fille. Milah était si différente des autres enfants. Elle possédait une ouverture d’esprit et une bienveillance naturelle qui m’avait tout de suite charmée. Refusant de croire aux propos haineux de mes camarades, elle avait préféré se faire une opinion de moi par elle-même. Elle n’avait que faire de tous ces regards soupçonneux qui se posaient sur nous à chaque fois qu’elle avait l’audace de passer du temps en ma compagnie.

Les années passaient et Milah était toujours aussi proche de moi. C’était le temps des premiers amours et bien évidemment l’objet de toutes mes attentions était ma meilleure amie. Nos sentiments amoureux se développèrent naturellement et elle finit par devenir mon amante. Les yeux pleins d’étoiles, nous imaginions quelle pourrait être notre vie avec notre atelier de tisserands et une famille nombreuse. C’est alors que le malheur frappa à deux reprises dans ma vie. Un hiver rude et terriblement froid emporta l’une de mes deux mères adoptives souffrant d’une terrible maladie de poumons. La deuxième quant à elle eut tout juste le temps d’assister à mon mariage avec Milah avant de s’éteindre dans un sommeil éternel. Désireux de faire perdurer l’héritage et le savoir que mes mères bien aimées m’avaient transmis, je repris l’affaire en main. Milah choisit de m’aider dans ma tâche et m’assistait dans le filage de la laine. Nous étions très heureux ainsi et aurions pu sans doute le rester pour très longtemps. C’était sans compter sur la terrible guerre contre les ogres qui fit bientôt rage dans nos contrées. Des soldats se rendirent très bientôt dans notre village afin d’y chercher de nouvelles recrues. A cette annonce, mon cœur n’en pouvait plus de joie. J’avais enfin une change de montrer à tous que je pouvais faire preuve de courage, que je n’étais pas uniquement le fils d’une lâche mais que je pouvais devenir un véritable héro pour chacun d’entre eux. Bien évidemment, Milah était déçue par ma décision. Elle craignait pour ma vie et pour celle de notre famille à venir. Malgré tout, elle accepta ma décision par amour comprenant l’importance qu’avait cette guerre pour moi. Nous nous séparions alors tout en nous promettant qu’une fois revenu vainqueur de cette guerre, nous fondrons cette famille qui nous faisait tant rêver.

L’entraînement militaire étant rude mais je faisais mon possible pour me montrer digne de la faveur que Milah m’avait accordée. Marchant aux côtés de mes anciens détracteurs, je prouvais jour après jour que ma force et mes connaissances valaient bien les leurs. Chose surprenante, certains d’entre eux finirent par me reconnaître comme leur égal et je finis même par tisser des liens fraternels et amicaux avec ces derniers. Je me sentais enfin à ma place et mon courage est raffermi par la solidarité régnant entre mes camarades et moi. Pourtant tout changea lorsque nos chefs nous estimant prêts à nous battre, nous menèrent sur le champ de bataille. Des nouvelles terribles fusaient de tous les côtés. Des légendes terribles étaient contées dans tout le camp sur la férocité des ogres et la violence des batailles. Chaque jour des blessés étaient ramenés du front avec des membres amputés et d’autres terribles blessures. Mes convictions vacillaient et je commençais à regretter ma décision. C’est alors qu’une rencontre malheureuse bouleversera toute ma vie et changea mon destin probablement à jamais. Notre capitaine me donna l’ordre de garder une cage recouverte d’un drap et me mis en garde contre la chose diabolique qu’elle renfermait. J’obéis alors à mon officier supérieur et vins donc me poster devant la cage. C’est alors qu’une voix m’interpella, un murmure à peine audible et qui semblait provenir de la cage. Cependant ce n’était pas le son de cette voix qui m’intrigue le plus. Non ce qui me faisait le plus peur étaient ses propos. Cette créature connaissait mon nom et ce phénomène piquait ma curiosité. Intrigué, je soulevais le tissu pour découvrir que cette prison renferme une petite fille aveugle au visage défiguré. Elle cherchait à me parler, prétendant savoir prédire l’avenir et tout connaître de ce monde. Refusant tout d’abord de l’écouter, mes inquiétudes grandirent lorsqu’elle me donna des informations sur le destin de ma famille.

- Elle te donnera un fils mais tes actes sur le champs de bataille le priveront malheureusement de la présence de son père.

C’est alors que je compris, ou tout moins que je crus comprendre le destin qui me serait réservé. Je mourrais durant cette guerre sans avoir eu l’occasion de voir un jour mon enfant. La petite fille me fit également des révélations étonnantes sur le déroulement de notre première bataille. Des soldats montant des vaches en armant des catapultes ? Je crus alors à une duperie mais malheureusement pour moi, cette dernière s’avérera exacte. Lorsque notre capitaine nous donna des informations similaires aux siennes, je compris qu’elle avait raison. Je ne pouvais pas mourir ainsi, je ne pouvais pas abandonner Milah et mon fils. Je devais rejoindre ma famille au plus vite ! Il me fallait trouver un moyen d’échapper à ce destin tragique. J’avais entendu parler mes camarades entre eux, jalousant secrètement les soldats blessés qui avaient le droit de rentrer chez eux. Par peur, par pur égoïsme je choisis de me casser moi-même une de mes jambes. J’entrepris alors le voyage du retour, marchant à cloche-pied sur la seule jambe valide qui me restait.

Je désirais être un héros pour mes semblables, je ne devins que l’héritier d’une famille de lâches ! Les messes basses et les regards dégoûtés fusaient autour de moi mais je n’y prêtais pas attention. Mon seul désir était de retrouver ma femme et de voir mon fils. Milah était une personne douce et confiante, elle comprendrait sans peine la raison qui m’avait poussé à prendre cette décision. Malheureusement pour moi mes espoirs furent réduits à néant lorsque franchissant la porte de ma maisonnée je retrouvais ma femme avec le même dégoût dans son regard cristallin que ceux que j’avais croisé sur mon passage. Elle avait honte de moi et regrettait presque de m’avoir épousé et d’avoir cru en moi. Bien loin de se montrer compréhensible, elle me critiqua pour ne pas avoir su montrer autant de courage que mes congénères, pour ne pas avoir su prendre les armes lorsque mon Roi et mon pays me demandait de le faire. Je venais ainsi de perdre la confiance de la seule personne qui n’avait jamais cru en moi. Pourtant je savais que j’avais pris la bonne décision. Je savais mieux que quiconque la douleur de ne pas connaître son père. J’étais là pour mon fils, pour Baelfire et toute ma culpabilité disparut lorsque je saisis cet adorable petit bout d’homme dans mes bras. Mon regard ne pouvait plus se détacher de ce si joli visage à l’air angélique qui recelait en lui-même toutes les beautés et merveilles du monde. Très vite, je lui offris tout mon amour sans aucune concession ravi d’avoir un fils aussi intelligent et bienveillant que lui. Tout comme sa mère, il était toujours le premier à aider ses camarades de jeu, à consoler les plus malheureux et à protéger les plus vulnérables. Je ne pouvais rêver d’un meilleur enfant et je partageais avec lui mon travail et mes moments de loisir. Les jeux qui nous faisaient tant rire, les câlins du soir avant qu’il ne s’endorme tous ces moments étaient empreints d’une magie incomparable. Il était devenu indispensable dans ma vie et je désirais plus que tout qu’il puisse être fier de son père. Mes relations avec Milah n’étaient plus pareilles et elle ne le seraient sans doute jamais plus. Comment pouvais-je lui en vouloir, c’était la première fois qu’elle subissait elle-même les humiliations des mauvaises langues du village. Tous ses amis s’étaient éloignées d’elle, les veuves de guerre la haïssaient et ne manquaient pas un instant de lui rappeler quel homme lâche elle avait épousé. Elle s’enfermait bientôt elle-même dans notre chaumière avec un homme qu’elle haïssait à ses côtés. Pourtant, elle gardait encore la force de croire en nous deux. A plusieurs reprises, elle me proposa de quitter ce village et de nous installer ailleurs, dans un endroit où personne ne nous connaîtrait. C’était pour moi impossible. Comment pourrais-je abandonner cette chaumière où j’avais grandis et qui représentait tout pour les femmes qui m’avaient élevées. A leur mort, elles m’avaient confié leur atelier et je pouvais me permettre de m’enfuir sans considérer cela comme une trahison. Milah m’en voulait atrocement, m’accusant de ne pas prendre son avis en compte. C’était sans doute vrai et ce malentendu nous mènerait jusqu’au point de non-retour.
Les années passaient et Milah se faisait de plus en plus absente. Très souvent, elle abandonnait Baelfire pour se réfugier dans la taverne du village. L’alcool était devenu pour elle son seul échappatoire et elle passait la majeure partie de ses soirées avec des personnes peu recommandables. Parmi ses compagnons de jeux et de beuveries se trouvait tout l’équipage d’un bateau de pirates. Des hommes de la pire espèce, des voleurs et des assassins qui passaient leur vie à la recherche d’innocentes victimes à détrousser. Comme l’avait été ma mère en son temps, en somme. Pourtant Milah les admirait, elle aimait les entendre parler de leurs voyages et de leurs aventures sur les mers. Pour être honnête, je les haïssais presque autant que je les craignais mais ma lâcheté avait pris le dessus sur tout et j’ai sans doute précipité l’inévitable. Un jour, une de nos voisines vint me trouver pour m’avertir que ces gredins avaient enlevés ma femme et s’apprêtaient à s’enfuir avec elle à son bord. Sans vraiment réfléchir, je me précipitais vers le port et grimpais avec peine sur le pont du navire de ces flibustiers. C’est ainsi que je fis la connaissance du capitaine Killian Jones, responsable de la fuite de ma femme. Je le suppliais de la laisser rentrer avec moi. Ce dernier accepta à la condition que je me batte avec lui en duel. Comment pouvait-il espérer qu’un estropier parviendrait à le battre ? Comment pouvais-je espérer survivre à ce duel ? Désespéré et à bout de force, je m’agenouillais sans résistance devant lui.

Je regardais quelques instants plus tard et les yeux remplis de larmes leur bâtiment quitter le port et s’éloigner vers le large. Milah était partie ! Je n’avais rien pu faire pour la sauver. J’étais le lâche du village et cette fois mon défaut m’avait poussé à abandonner un des êtres qui m’était le plus cher au monde. La scène qui s’ensuivit fut d’un tragique inimaginable. Une fois encore, mon manque de courage fut la cause de ma mauvaise décision. J’avais menti à mon fils ! Prétendu que sa mère avait été tuée par l’un de ses hommes alors que la réalité était tout autre ! J’avais supporté sans réagir ses larmes qui n’en finissaient plus de couler et ses nombreux cauchemars qu’il faisait toutes les nuits. Je ne pouvais que lui offrir mes bras pour y venir s’abriter alors que je me mordais jusqu’au sang les lèvres pour ne pas laisser s’échapper une vérité qui aurait été encore plus cruelle pour lui.

Les années passèrent ! Je poursuivais mon travail avec acharnement, poussé par l’amour sans faille que j’avais pour mon fils. A son tour, il me prêtait son amour et sa confiance. Il comptait sur moi pour le protéger et éloigner de lui les dangers de la guerre. Je le protégeais et j’avais l’impression de pouvoir être un homme à ses yeux. Un homme dont  il pourrait être fier qu’importait les rumeurs du village. Tout comme sa mère autrefois, il savait voir au-delà des apparences et pouvais me voir tout comme je le désirais. Baelfire grandit  en beauté, courage et générosité et atteint très vite l’âge de treize ans. Trois jours avant son prochain anniversaire, le jour le plus noir de ma vie, des soldats vinrent chercher la fille de nos voisins. Les forces de notre armée avaient été épuisées par cette guerre menée contre les ogres et les seigneurs avaient pour ordres de réquisitionner les enfants dès que ces derniers seraient en âge de se battre, autrement dit dès leur 14ème anniversaire. Les parents avaient beau se battre, ils n’avaient aucune chance de protéger leur fille car le Duc avait sous ses ordres le plus puissants des mages noirs de ce royaume, un être qui portait le nom du Ténébreux. Pour protéger mon fils, j’étais prêt à m’enfuir du village malgré ses remontrances et sa volonté de se battre sur les champs de bataille. Malheureusement notre fuite fût un échec car le Duc et ses hommes finirent par me retrouver. Une fois encore je dus accepter de me mettre à genoux devant un homme pour sauver ceux que j’aimais. Je ressentais une honte immense lorsque le Seigneur me força à embrasser ses bottes devant mon propre fils. Les hommes s’enfuirent aussitôt, s’éloignant sur leurs montures tout en se moquant de cette pauvre loque que j’étais. Un mendiant vint alors nous prêter main forte et nous ramena chez nous. C’est alors qu’il me parla d’une dague enchantée qui contrôlait le Ténébreux. Quiconque possédait cette dague contrôlait le Ténébreux et pouvait lui faire accomplir toutes ses volontés. Mais il me proposa une autre solution, une solution qui bouleverserait ma vie à jamais. Il prétendait que si je tuais le Ténébreux je pourrais m’emparer de ses pouvoirs et protéger mon fils. L’idée me séduit très rapidement. Ce n’était pas uniquement Baelfire que je pourrais protéger mais tous les enfants de notre village. Je pourrais arrêter cette guerre et renvoyer les soldats auprès de leur famille. Plus jamais ces derniers ne me considéreraient comme un lâche. Ils me verraient au contraire comme un héros.

Je n’hésitais donc pas et partis en direction du château du Duc. Ma stratégie était simple mais elle porterait ses fruits. Enduisant des tissus de graisse de mouton inflammable, je fis brûler les charpentes du château avec l’aide de mon fils. Je récupérais ensuite la dague et me rendit dans les bois, où j'ordonnais au Ténébreux d’apparaître. C’est ce qu’il fit ! D’un geste, je lui plantais la dague dans le cœur. Je m’aperçus alors à la plus grande des surprises que l’homme que je venais de poignarder n’était autre que le mendiant qui m’avait renseigné sur le Ténébreux. Avant de mourir il m’apprit une leçon terrible qui m’accompagnerait tous les jours de ma vie.

- Quand on use de la magie, il y a toujours un prix à payer.

Sans réagir, je le regardais mourir tandis que je vis le nom de Zoso s’effacer pour laisser place à un nouveau nom Rumpelstilskin ! Ce fut le début d’une vie noire, marquée par la violence et la douleur.





Dernière édition par Mr Gold le Mer 23 Déc - 14:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Rumpelstilskin / Mr Gold "Do we have a deal ?"   Dim 6 Déc - 2:03

Histoire
Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation

Into the darness
Je n’ai rien à t’offrir si ce n’est une vie de ténèbres et d’exclusions
Mon sort était scellé ! A partir de cet instant j’étais devenu ce mage noir et puissant craint de tous ! Ma première action en tant que Ténébreux fut de sauver la vie de Baelfire. Lorsque le Duc débarqua dans notre village le jour de l’anniversaire de mon fils, il eut la mauvaise surprise de se retrouver en face du Ténébreux. Assez curieusement, son attitude changea du tout au tout. Ce n’était plus un Seigneur fier et arrogant mais une loque soumise qui se plierait à chacune de mes exigences. J’avais donc enfin le droit à un peu de respect ! J’en profitais pour lui faire regretter amèrement d’avoir eu le culot de m’humilier devant mon fils. Lorsqu’il se rabaissa pour embrasser ma botte je lui saisis la tête et la rompis d’un geste brusque. Il s’effondra à terre et j’assassinais par la suite chacun de ses fidèles larbins. Depuis ce jour-là, je ne lisais plus que la terreur dans les yeux des villageois et les rumeurs sur ma lâcheté s’étaient soudainement évaporées. Personnellement, j’étais plutôt fier de ce nouvel état qui m’avait permis non seulement de sauver mes concitoyens mais également de mettre fin à la guerre des humains contre les ogres. J’étais donc enfin devenu ce héros que j’espérais depuis toujours. Mais l’utilisation de plus en plus fréquente de mes pouvoirs plongeait mon cœur dans une noirceur irréparable. Mon propre fils commençait à me craindre. Cependant, je ne pouvais pas l’en blâmer ! Il faut dire que la moindre des contrariétés infligées par un des habitants du village me plongeait dans une colère si profonde que je lui jetais l’un de mes nombreux sorts ou le tuait lorsque l’envie m’en prenait. Baelfire m’adressait de nombreux reproches sur ce que je leur faisais subir, sur le fait que je ne le laissais pas sortir de peur de voir l’un de mes ennemis chercher à se venger de moi en lui faisant du mal. Il refusait de me voir utiliser la magie et me suppliait de renoncer à mes pouvoirs si chèrement gagnés. Comment pourrais-je renoncer à cette puissance qui m’avait ouvert tant de portes closes, qui m’avait offert le respect et satisfait mes ambitions ? Impossible ! Pourtant le bonheur de mon fils restait ce qu’il y avait de plus important pour moi et lorsqu’il me proposa un marché je l’acceptais sans discuter. Notre contrat était simple, s’il parvenait à trouver un moyen de m’entraîner dans un monde sans magie, je le suivrais sans même discuter ! Ce dont je ne me doutais pas à ce moment précis, c’est qu’il irait voir la fée bleue qui l’aida à réaliser son rêve d’enfant, persuadée que tant que Baelfire serait à mes côtés je renoncerais à mes mauvais penchants.

Mon fils revint donc dans notre chaumière armé d’un haricot magique. Cette petite graine avait le pouvoir d’ouvrir des portes entre les mondes et il prétendait qu’il pourrait grâce à ça m’emmener dans un monde sans magie. Lorsque je réalisais ce que cela signifierait pour moi, je trouvais toutes sortes d’excuses pour ne pas l’employer. Cela ne marcherait jamais, prétendais-je avec insistance, ce haricot était sans nul doute maléfique. Cependant mon fils insista et nous rendîmes tous deux dans la forêt. Il jeta alors le haricot au sol et un vortex de couleur verte s’ouvrit sous nos pieds. Mon fils me tendit fermement la main tandis que je tentais d’échapper à cette fin tragique. Le Ténébreux avait totalement aspiré ce qu’il y avait de bon en moi et même l’amour de mon fils ne suffirait pas à me ramener. Alors lorsque Baelfire s’apprêtait à tomber dans le vortex, je lui lâchais la main ! La porte s’était à jamais refermée et mon enfant avait disparu dans un monde, disparu comme sa mère quelques années auparavant. Je n’avais aucun moyen de le  rejoindre. Les fées ne pouvaient me prodiguer un haricot puisque celui de mon fils était le seul ayant été en leur possession. Il n’existait donc aucun moyen pour moi de rejoindre mon enfant ? Non c’était impossible ! Je jurais alors sur tout ce que j’avais de plus sacré que je reverrais un jour mon enfant  quoiqu’il m’en coûte !

Un écho dur et cruel raisonna en moi à cet instant, celui d’une petite fille au visage déformé qui il y a bien longtemps, m’avait prédit ce qui venait de se passer.

- Elle te donnera un fils mais tes actes sur le champs de bataille le priveront malheureusement de la présence de son père.

Il fallait que je la retrouve, il fallait qu’elle trouve une solution pour que j’en puisse m’en sortir. Je la retrouvais non s’en mal et la fit souffrir pour ce qu’elle avait omit de me révéler sur ma destinée. Elle prétendit que l’avenir était comme un puzzle, qu’il était difficile d’avoir toutes les pièces à notre disposition… quelle blague ! Elle me révéla alors que je retrouverais mon fils après avoir suivi un parcours semé d’embûches ! Comme je n’étais pas satisfait par ses révélations, elle me déclara encore qu’il aurait une malédiction qui devrait être lancée par une personne aux pouvoirs bien plus grands que les miens. Elle me proposa alors de prendre son don et mourut quelques instants plus tard.

Dans ma longue quête pour retrouver mon fils, une solution me fut donnée dans un estaminet. Là je fis la connaissance d’un homme, un certain commerçant Mr Smee qui faisait commerce d’objets rares. Il me proposa de marchander un haricot magique en échange d’un retour à l’enfance. J’acceptais ce marché et m’apprêtais à sortir de l’établissement après avoir régler mes affaires. C’est alors que je rencontrais une très vieille connaissance ! Le pirate qui avait osé enlever mon épouse pour l’éloigner loin de moi ! Voyant en cela une occasion unique de pouvoir me venger de l’humiliation que j’avais subit des années auparavant, je le provoquais en duel. Mon handicap avait alors disparu et mon agilité à l’épée était des plus remarquables. Si bonne qu’il ne me fallut pas plus que quelques minutes pour le mettre à terre. Je m’apprêtais alors à le tuer lorsqu’une voix féminine me pria de ne pas le faire. Cette voix était celle de Milah ! Le capitaine Jones m’avait pourtant assuré qu’elle était morte ! La voilà devant moi à me supplier d’épargner la vie de l’homme qu’elle aime ! J’avais du mal à le croire ! Ma femme m’avait quitté non pas parce qu’elle avait été enlevée mais parce qu’elle s’était amourachée de l’homme que je tenais sous la lame de sa propre épée ! De rage je m’apprêtais à le tuer mais Milah arrêta mon geste en me proposant un marché. Le haricot magique de Mr Smee en échange de leurs deux vies. La situation était plutôt tentante et je saisis donc cette opportunité ! Après tout, contrairement à Milah. rien ne comptait plus pour moi que mon fils ! Je les suivais donc docilement vers leur bâtiment et une fois à bord ma femme et moi nous lancèrent dans une discussion animée. Elle fallait qu’elle comprenne l’horreur que j’avais vécue, le drame que cela avait été pour moi de soutenir Baelfire après que sa mère l’ait lâchement abandonné ! Dans un excès de rage, elle m’avoua qu’elle m’avait abandonné parce qu’elle n’avait jamais eu aucun sentiment pour moi. En disant cela, elle brisait une seconde fois ce pauvre cœur avec lequel elle avait si horriblement joué auparavant ! D’un geste je lui arrachais le cœur de la poitrine alors qu’elle tombait dans les bras de son grand amour en lui disant qu’elle l’aimait. Ce mot fut celui de trop et je brisais sans aucun remords son cœur entre mes mains. Le capitaine Killian Jones se rua alors vers moi pour venger sa mort, enfonçant sans succès un crochet dans ma poitrine. Je me retournais alors dans sa direction et d’un simple mouvement, je lui coupais la main gauche qui renfermait mon haricot magique. Je disparu ainsi persuadé d’avoir accompli mon œuvre. Cependant, lorsque je retournais dans mon château, j’ouvris les doigts refermé de sa main pour m’apercevoir qu’il m’avait trompé. Le haricot n’était pas dans cette main et je ne pouvais plus compter sur cette solution pour voyager entre les mondes.

Heureusement, je pus compter sur mon nouveau don de divination pour m'offrir la solution. Je possédais désormais des bribes de mon avenir. Il me fallait me mettre en quête d’un apprenti, une personne suffisamment puissante qui pourrait me ramener auprès de mon fils. L’identité de cette femme me fut révélée au cours d’un rêve ; la fille d’un meunier… Cora… Régina… voici toutes les informations en ma possession. Ma magie fit alors le reste ! C’est ainsi que je retrouvais un soir devant une jeune brunette enfermée dans une tourelle avec un rouet et une botte de paille à ses pieds. En la voyant, j’avoue que j’eus peine à croire qu’il s’agissait d’une grande sorcière qui donnerait naissance à une fille qui pourrait réaliser mes rêves ! Cependant la petite ne manquait pas d’audace et de ressources. Ce fût d’ailleurs sa vantardise qui fût responsable de son emprisonnement. Pour faire plier la fierté d’un Roi, elle avait prétendu pouvoir changer la paille en or. Cet aveu tombait à pic puisque toute la paille que je continuais à filer à présent se transformait en or. Il me fallait son enfant afin que de réaliser ma destinée et je lui proposais donc d’échanger son premier enfant contre une future couronne ! Mais Cora était maligne, elle ne se conterait pas de me voir changer la paille en or, elle voulait pouvoir le faire elle-même. Cette audace me plut et je finis par tomber sous le charme de ma jeune apprentie. Le matin venu, le Roi éboulit par ses performances accorda à Cora la main de son fils le Prince. Ce dont il ne se doutait pas, c’est que les deux amants que nous étions se rejoignaient en cachette. J’étais très amoureux et très bête… ce qui va forcément de pair ! Naïvement, je lui proposais de m’offrir son premier enfant qui devrait être le mien. J’étais prêt à m’enfuir au bras de ma belle meunière mais malheureusement  ce ne fut pas son cas. Elle choisit de rester auprès de son Prince et en était venue à s’arracher le cœur pour oublier ses sentiments pour moi. Elle m’avait dupé et trompé et je me retrouverais à présent sans aucune récompense. Je ne pouvais qu’attendre patiemment que sa fille puisse être en âge de maîtriser la magie.

Cependant, ne croyez pas que je me tournais tranquillement les pouces. Oh non ! Je concluais des affaires avec des personnages de contes par-ci, par-là !Un fils de saltimbanques qui rêvait de liberté, une jeune fille en guenille, un Roi désespéré par le fait de ne pas avoir d’enfant… ce fut quelques exemples de personnes que j’aidais au travers des longues années qui me séparaient de mon rêve. Et puis un jour, sans que je m’y attende, la fille de Cora m’appela auprès d’elle. Régina enfin ! La jeune femme qui j’avais attendue durant près de trente ans se trouvait enfin devant moi. Désespérée par un mariage arrangé dont elle ne voulait nullement, étouffée par les ambitions de sa propre mère, Régina cherchait un moyen de pouvoir se venger des actes de sa mère. Je lui offris la possibilité de le faire en lui prodiguant un miroir magique. Tout d’abord réticente à l’idée d’avoir recours à la magie, elle finit par céder à ses plus vils instincts et envoya sa mère à travers le miroir pour qu’elle puisse vivre dans un autre monde loin de sa fille. C’est alors que je compris tout le potentiel que cette jeune femme avait à offrir et elle devint ainsi mon apprentie.

Cependant, il y avait une autre jeune femme toute aussi douée dont tout le monde avait oublié l’existence ; Zelena. Très surpris d’apprendre que cette jeune rouquine était en réalité la première fille de Cora, je décidais de lui offrir sa chance. Je mis les deux sœurs en compétition pour savoir laquelle des deux serviraient le mieux mes projets. Zelena était extrêmement douée, et apparemment beaucoup plus douée que sa sœur. Son besoin d’apprendre et sa volonté d’obtenir tout ce que Régina possédait la poussait à développer des capacités qui me surprenaient grandement. Cependant, cette apprentie s’avéra être trop dangereuse pour mes projets. En effet, abandonnée de tous et rejetée par sa famille, elle voyait en moi un objet vers lequel tourné son affection. Cette situation ne me convenait aucunement car cela signifierait également qu’à l’heure de jeter le sort de la malédiction, lorsqu’elle devrait sacrifier le cœur de la personne qu’elle aimait le plus ce serait le mien. Je décidais donc de délaisser définitivement cette sorcière verte de jalousie et ne prêtait mon attention plus qu’à Régina.

La jeune Reine prenait lentement le contrôle de ses pouvoirs cependant elle hésitait toujours à céder à la tentation de la magie noire. Elle finit même par échouée à une simple épreuve, celle de tuer une licorne en lui arrachant et en écrasant son cœur entre ses mains. C’est alors que je compris que la seule chose qui la motivait était de ramener à la vie son cher palefrenier tué par l’ambition aveugle de Cora. Cet obstacle risquait de mettre en échec mes chers projets. Je mis donc au point une très bonne stratégie consistant à lui hotter à jamais son grand amour pour qu'elle puisse se concentrer sur ce qui était essentiel pour moi. Traversant les mondes, je rencontrais un jeune scientifique ayant pour projet de redonner vie à son frère disparu. Je lui promis de lui offrir un cœur enchanté s’il m’assistait dans ma supercherie. D’un autre côté, le chapelier fou fournit le cœur. Maintenant que les acteurs étaient en place ma petite mise en scène pouvait commencer. Ce bon docteur Frankenstein fit croire à Régina que le cœur enchanté n’avait pas suffit à redonner vie à Daniel. La jeune reine abandonna alors tout espoir et se laissa dévorer par la jalousie. Revenant docilement vers moi, elle était prête à recevoir son enseignement.

Les années passèrent et sa haine tenace contre sa belle-fille Blanche-Neige ne cessa de s’accroître. Désir de vengeance que je mis à mon profit. J’avais d’ailleurs était le témoin de cette belle histoire d’amour. C’était après tout moi qui était allé chercher son prince charmant dans sa ferme natal pour remplacer son frère en tant qu’héritier de la couronne d’un joli royaume. C’était encore moi qui avais accompagné le Prince Charmant dans sa quête pour retrouver et réveiller sa belle Princesse endormie. Pourquoi avais-je fait tout cela me direz-vous ? C’est que l’enfant qui naîtrait nourrissait aussi bien mes intérêts que ceux de Régina et je ne pouvais donc me permettre de me passer de ce nouveau-né. Cependant, l’amour n’était pas tout, il fallait que je m’assure que la haine de Régina soit assez forte pour la pousser à lancer le sort noir. C’est pourquoi je lui fis comprendre que son peuple n’était pas prêt à lui pardonner toutes les atrocités qu’elle avait commise et que sa belle-fille ne la verrait jamais autrement que dans la peau de la Méchante Reine.

Ce plan mit encore quelques années à se mettre en place. Des années durant lesquelles le Ténébreux tenait encore son rôle de marchandage ! Des années durant lesquelles au temps où la guerre contre les ogres faisaient à nouveau rage, je rencontrais la plus belle et la plus formidable des jeunes femmes de notre temps. Le père de Belle, le Roi Maurice, désespéré d’attendre des renforts qui ne viendraient jamais n’avait pas eu d’autres choix que de conclure un marché avec moi. Bien sûr, il était réticent à l’idée que sa fille soit l’objet de ce marché cependant cette Princesse courageuse accepta de me suivre sans hésitation. Je ne m’en doutais pas encore mais cette rencontre bouleverserait ma vie à jamais. Nos relations furent tout d’abord plus que glaciales. Belle regrettait naturellement d’avoir eu à se séparer de sa famille et de ses amis. Ma jeune gouvernante tremblait de peur à chaque fois qu’elle me voyait, craignait de ne pas accomplir ses tâches avec assez d’attention ou de soin. Elle ne désirait surtout pas attirer mon courroux de crainte que je n’en vienne à lui faire du mal. Jamais je ne cédais à cette pulsion, même si les occasions ne manquaient pas. Difficile d’oublier par exemple qu’elle avait laissé s’échapper un archer qui avait osé me voler. Mais elle avait cette intelligence et cette douceur du cœur qui la poussait à me voir autrement que cette affreuse bête que tout le monde voyait en moi. Elle croyait profondément en la bonté que je cachais tout au fond de mon cœur et était même parvenue à la faire ressortir. Je me sentais si bien à ses côtés, si heureux d’avoir une femme aussi exceptionnelle à mes côtés et je me pris pour la première fois depuis des années à laisser parler mon cœur, à lui confier timidement certains des secrets de mon passé. Je l’aimais tant que je ne voulais pas reproduire la même erreur que celle que j’avais commise avec Milah. Belle rêvait de voir le monde et de vivre des aventures, je décidais donc d’ouvrir la cage de mon bel oiseau pour le laisser prendre son envol. Pourtant même si je lui avais donné l’autorisation de s’enfuir, elle revint vers moi. Mon cœur n’en pouvant plus de joie accepta ce baiser qu’elle me donna avec affection. Cependant, les mots qu’elle avait ajouté par la suite m’avait fait prendre conscience d’une réalité. Belle n’était qu’un pion de Régina et elle était revenue pour reprendre les pouvoirs du Ténébreux pour m’affaiblir. Ce n’était pas possible, non ! Je refusais que Régina puisse ainsi prendre le dessus sur moi ! Belle ne m’avait jamais aimé, elle ne faisait que jouer un jeu horriblement cruel ! Je la renvoyais d’où elle venait, ne prêtant nullement attention à son dernier discours. Comment pouvais-je après tout croire que la Belle pourrait un jour tomber amoureuse de la Bête ? De rage, je détruits chacun des bibelots et meuble qui se trouvaient à ma portée. Je pris cependant soin de garder à mes côtés la tasse que Belle avait ébréchée en souvenir d’un amour qui ne serait jamais qu’une illusion ! Pourtant je ne puis m’empêcher d’avoir le cœur brisé lorsque Régina me fit croire que son père à son retour l’avait martyrisée au point qu’elle avait préféré mettre fin à sa propre vie.

Très vite, je dus mettre cette histoire de côté pour replonger le nez dans mes affaires. Il y avait une jeune fille en guenille qui m’avait promis son bébé une fois qu’elle serait Princesse. Cendrillon avait conclus un marché avec moi et je m’efforcerais de le lui faire honorer. Cependant ses amis par un habile stratagème ,trouvèrent un moyen de me faire enfermer dans une prison assez solide dont je ne pourrais m’échapper. C’est en prison que je reçus les visites successives de Régina et du couple des Charmants. Maintenant que je connaissais la destinée de leur bébé et que la recette de la malédiction avait été donnée à Régina, je n’avais plus qu’à attendre mon heure de gloire. Ce que j’obtins enfin après plusieurs jours !



Dernière édition par Mr Gold le Mer 23 Déc - 15:29, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Rumpelstilskin / Mr Gold "Do we have a deal ?"   Dim 6 Déc - 2:03

Histoire
Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation

Bienvenue dans monde sans magie !
J’aime les armes discrètes et modestes ! Ce n’est pas vraiment ton style !
La malédiction avait fonctionné à merveilles ! Je pouvais me montrer fier de mon ancienne apprentie qui avait su démontrer toute la beauté de ses pouvoirs. Après avoir soutenu Régina durant des années, il fallait désormais que je me charge de la rupture de la malédiction. Bien que nous étions dans ce monde sans magie où Baelfire avait rêvé de se rendre avec moi, je devis trouver un moyen de le rejoindre. Je restais donc tapi dans le noir, avançant mes pions un par un dans cette tranquille petite cité qui serait à présent mon terrain de jeu. Nous n’étions que très peu de personnes à avoir pu conserver nos souvenirs, deux personnes qui vivaient dans un monde où la même journée recommençait inlassablement. Grâce à ma participation active dans le lancement de la malédiction. J’avais pu m’assurer une situation très confortable. Connu comme étant l’homme le plus riche de toute la ville, mes possession s’étendaient de l’hôtel de Granny jusqu’au couvent des sœurs. Mes richesses ne m’empêchaient pas d’être actif dans la ville. Je possédais une petite boutique de prêt sur gage. Une boutique où étaient entreposés avec soin tous les objets que j’avais si durement gagnés au cours de mes marchés avec les habitants du monde des contes. Je faisais mine de ne jamais avoir aucune autre vie que celle-ci et nul ne connaissais mon identité si ce n’est Régina ! 18 ans avaient passés depuis le lancement de la malédiction et le nouveau maire de la ville n’était pas une femme heureuse, sa vie se trouvait affreusement vide maintenant que sa vengeance avait été exercée. Il lui fallait retrouver une raison d’être heureuse et elle souhaitait réaliser l’un de ses vieux rêves, avoir un enfant. Je lui trouvais donc l’objet de ses désirs, un orphelin de la ville de Boston qui était en réalité le fils de celle qui nous surnommions tous dans le monde des contes, la sauveuse. Je devinais déjà que cet enfant jouerait un rôle crucial dans la rupture de la malédiction et je ne m’y trompais pas.

Dix ans plus tard, le jeune garçon prit le bus pour rejoindre Boston dans le but de retrouver sa mère biologique Emma Swan. Cette dernière désireuse de ramener l’enfant chez ses parents se retrouva finalement dans la ville de Storybrooke et choisit de s’y installer. C’est à partir de cet instant que tout changea dans la ville. La vieille horloge se mit à fonctionner et les habitants de la ville furent enfin sortis de ce cycle incessant de revivre sans cesse la même journée. Il était tant pour moi de commencer à jouer ! Tout comme je l’avais prédit les deux mères d’Henry se disputèrent pour passer du temps avec leur enfant. Si seulement Régina avait pu se douter en cet instant de la vérité ! Je pris part à chacun de leur combat et tentaient de déstabiliser à aider la très honnête et serviable Mlle Swan dans sa candidature pour devenir sheriff. Pour cela rien de plus simple, il me suffit de faire croire à la Sauveuse de tremper dans mes affaires louches. Sachant parfaitement qu’elle ne suivrait pas mes recommandations et aurait le courage de me défier en public, sa prestation dans le hall de la mairie de Storybrooke eut pour effet de convaincre les habitants de la ville de de la légitimité de son élection face au pantin favoris de Régina, Sydney Glass. Après avoir assuré une place de choix légitime pour Emma, mon combat se tourna vers Mlle Blanchard que tout le monde connaissait dans le monde d’où nous venions sous le nom de Blanche-Neige. La jeune institutrice était tombée amoureuse d’un jeune homme amnésique David Nolan qui se trouvait être déjà marié. Elle ne se doutait alors absolument pas que cet homme qu’elle avait rencontré n’était en réalité que son Prince Charmant. La Méchante Reine haïssait toujours Blanche-Neige avec la même ferveur et chercha à la détruire par tous les moyens. Elle requerra alors mes services et me demanda de trouver un moyen de faire disparaître la femme de David. Régina planifiait alors de la faire tuer et d’accuser l’ancienne Princesse pour ce meurtre. Cependant, faire disparaître Kathryn n’était pas dans mes intérêts alors je me contentais de la kidnapper et de la laisser enfermer dans une cave tandis que je me fis l’avocat de Mlle Blanchard. Je ne libérais cette jeune femme qu’au moment où le procès était en ma défaveur. De cette manière l’institutrice put être libérée avec la certitude que Régina lui voulait du mal.

Bien sûr je ne perdais pas mes bonnes habitudes de conclure des marchés. Un jour une jeune universitaire, l'ancienne Cendrillon, se présenta à ma boutique. Elle était enceinte et ne savait pas quoi faire de son bébé. Elle désirait l’abandonner et s’assurer que ce petit pourrait avoir un bon foyer. Je le plaçais dans sa belle-famille où personne ne vint jamais le réclamer. Je me sentais alors extrêmement satisfait ! J’avais enfin pu récupérer le bébé qui m’avait conduit tout droit en prison dans le monde des contes. Mais ce n’est que l’un des nombreux marchés que je conclus durant cette période.

Mais cet élément du passé ne fut pas le seul à m’arriver en pleine figure. Je nourrissais moi-même mes propres désirs de vengeances. Je savais que le fleuriste Moe French, le père de Belle, se trouvait à Storybrooke et je mis un point d’honneur à me venger de la mort de ma Belle bien-aimée. Le fleuriste qui ne pouvait ne pas payer le loyer se vit saisir toutes sa cargaison de marchandises. Cet évènement aura eu des conséquences tragiques pour moi. L’homme fut poussé par Régina à me voler certains de mes bibelots mais également la tasse ébréchée, seul souvenir de sa fille que je conservais encore précieusement avec moi. Mlle Swan s’étant avérée incapable de retrouver la tasse de thé, j’avais séquestré Moe dans une cabane où je l’avais battu de rage, désireux de pouvoir retrouver cet objet et surtout de me venger du sort qu’il avait infligé à sa fille. Mes mauvaises actions me conduisirent tout droit en prison où je reçus la visite de Régina. Cette dernière me proposa de me rendre la tasse en échange de la révélation de mon identité. Je me promis à cet instant de me venger de ce mauvais coup qu’elle m’avait joué. C’est ce que je fis en appuyant les combats de nos héros.

Avant la fin de la malédiction, j’avais également tenté d’aider le nouveau sheriff Swan à croire en son destin. Pourtant ce ne fut pas chose aisée tant la jeune femme s’était avérée entêtée. Auguste alias Pinocchio n’était pas parvenu à la faire croire en son destin mais Henry avait pu le faire en allant jusqu’à prendre le risque de sacrifier sa propre vie. Emma était enfin prête à son grand combat contre le dragon connu sous le nom de Maléfique qui hantait les sous-sols de la bibliothèque abandonnée depuis longtemps. Après un rude combat Mademoiselle Swan sauva miraculeuse son fils et mit enfin un terme à la malédiction.

Cependant, une surprise bien plus grande m’attendait à la fin de ces temps troublés. Belle m’avait été rendue amnésique certes mais elle était tout de même venue à moi ! J’avais de la peine à croire que mon grand amour se tenait devant moi. Elle me révéla alors que Régina avait été responsable de sa longue incarcération en cellule d’isolement qui avait duré 28 ans. Elle m’avait menti. Régina m’avait menti sans aucune honte ! Elle s’était jouée de moi et elle allait le payer de sa vie ! La malédiction à peine rompue, je me dirigeais vers la forêt Belle sur mes talons. Je versais dans le puits au désir une fiole d’une potion très rare que j’avais récoltée grâce aux marché conclus avec Blanche-Neige et  Charmant ; la potion du véritable amour. Cette potion était la plus grande forme de magie qui existait au monde et elle rendit à Storybrooke sa magie !

Je possédais ainsi à nouveau mes pouvoirs, Belle se trouvait à mes côtés. Une seule chose me manquait pour être parfaitement comblé, avoir mon fils à mes côtés. Je cherchais donc un moyen de pouvoir franchir les frontières de la ville sans encombre pour le retrouver. Les secrets que je gardais même devant Belle me fit manquer de la perdre. Je voudrais pouvoir lui prêter ma totale confiance mais les personnes que j’ai rencontrées dans ma vie ont passés leur temps à me tromper et il est devenu très difficile pour moi de faire confiance à qui que ce soit. Pourtant notre histoire d’amour se renforce jour après jour et je suis ravi de vivre le bonheur que j’avais toujours espérer à ses côtés. Bien évidemment les affaires restant les affaires, je continue à réaliser des marchés intéressants avec les habitants de Storybrooke. Cependant, je sens que les choses vont changer dans notre tranquille petite ville. Le changement de comportement des habitants et cette mystérieuse force obscure qui semble déjà s'abattre dans notre monde n'annonce rien de bon pour notre futur. Pourtant quelle que soit l'avenir qui nous attendra je mettrais tout en œuvre pour protéger ma famille et mettre à profit les évènements à venir.



Dernière édition par Mr Gold le Mer 23 Déc - 15:57, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Rumpelstilskin / Mr Gold "Do we have a deal ?"   Dim 6 Déc - 2:05

Re-bienvenue ! Trop hâte de voir le Dark One en action ! Potté
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 1444
Cœurs enchantés : 9378
Humeur : Amoureuse <3


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Rumpelstilskin / Mr Gold "Do we have a deal ?"   Dim 6 Déc - 2:15

Oh non je voulais être la première à écrire ici Aaaah BOOM ! Méchant Lestat.
Re bienvenuuuue, aaah mon Rumple adoré, il me tarde de te lire Coeur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Rumpelstilskin / Mr Gold "Do we have a deal ?"   Dim 6 Déc - 2:31

Que veux tu ? Tu prends de l'âge et tu commences à ralentir Regina Razz Et oui je suis méchant Hihi
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 1444
Cœurs enchantés : 9378
Humeur : Amoureuse <3


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Rumpelstilskin / Mr Gold "Do we have a deal ?"   Dim 6 Déc - 2:32

Je ne prends pas de l'âge, je suis sublime, ok? C'est Mr Glass qui le dit, il a forcément raison Moustache
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Rumpelstilskin / Mr Gold "Do we have a deal ?"   Dim 6 Déc - 11:00

Merci à vous deux pour votre accueil !
J'espère vraiment que je ne vous décevrais pas dans de rôle

Je suis impatient de pouvoir vous retrouver sur le forum, Mme le maire. Eh tu sais Lestat n'a pas forcément tord. Ce n'est pas parce que ton miroir te dis que  tu es sublime que tu l'ai réellement. Si je ne m'abuse dans ta légende, il a aussi admit qu'il y avait une femme qui te surpassais de loin, non ? ;)
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 1012
Cœurs enchantés : 2516


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Rumpelstilskin / Mr Gold "Do we have a deal ?"   Dim 6 Déc - 11:04

On se passe du blablabla staff ? Tu connais le topo, une semaine et gnia gnia gnia ! ;)
Je te souhaite plein de courage.

Love Coeur

_________________
Je n’ai eu que mensonges et enclaves. J’aurais du être une princesse et désormais c’est ainsi qu’on me traitera. Trop blessée, il est parfois difficile d’être sincère avec ses propres sentiments, même face à son enfant. ▵ ©endlesslove.
“ i love you mom. ” ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Devilishly Handsome Pirate
avatar


Messages : 296
Cœurs enchantés : 971


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Rumpelstilskin / Mr Gold "Do we have a deal ?"   Dim 6 Déc - 11:19

Crocodile Hook Bon courage pour ta fiche et si tu as besoin n'hésites pas ;) (Juste une petite info au niveau de l'âge, Rumple à plusieurs centaines d'années pas 35 ans ;))

_________________
You're so affraid of losing the people that you love that you push them away.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 566
Cœurs enchantés : 8219


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Rumpelstilskin / Mr Gold "Do we have a deal ?"   Dim 6 Déc - 11:29

Merci pour votre accueil mes z'amours !!!

Une semaine Briar, c'est bête ça... ça va me freiner encore plus dans mes réponses RPs. Je suis une sadique ! En tout cas il faudra qu'on voit si un lien sera possible entre mon Rumpel adoré et tes persos ! On réfléchira à un truc !

Mon pirate manchot adoré ! Un grand merci pour ton accueil et je suis impatiente de pouvoir venir t'embêter pour un lien... quoi comment ça tu oses venir douter de mes connaissances sur Rumpel, petit impertinent ? Ne t'inquiètes pas lorsque j'aurais terminé ma fiche tu n'auras plus aucun soucis à te faire là-dessus ! ;)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rumpelstilskin / Mr Gold "Do we have a deal ?"   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rumpelstilskin / Mr Gold "Do we have a deal ?"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» blue, gold and silver glitterbug
» pigment old gold
» Reportage photo : sac GOLD LÄSSIG
» quinny buzz gold 2008
» Comparaison entre Vanilla et White Gold

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No Kindness Left :: Broyer les vieux papiers :: Faire le tri sélectif :: Fiches de présentation-
Sauter vers: