AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Tumblr  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Tu t’y connais en poney ? » (harris&vael)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Messages : 265
Cœurs enchantés : 4282


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: « Tu t’y connais en poney ? » (harris&vael)   Ven 22 Juil - 0:51

Titre du RP
harris bothwell & vael moreau

On sonnait. Ca devait faire trois fois depuis une minute. La sonnerie plus proche d’une crécelle qu’un mélodieux « ding ». Vael sursautait à chaque fois. Il finit par se tirer le peu de cheveux qui avait repoussé sur son crâne. Naine Folle était sur la table de la cuisine et tapait des sabots en faisant des cabrioles. Knacki Ball lui, était au portail devant le roux qui attendait un signe de vie de son compère d’arnaque. Harris devait passé chez Vael pour récupérer les stocks. Sauf que là, le brun avait bien autre chose à faire. « Bouge de là ! » vociféra t-il et on pouvait l’entendre. La porte de la cuisine qui donnait sur le jardin arrière laissait tout le loisir d’entendre le jeune-homme s’énervé. Le cochon nain tacheté frottait son museau à travers les planches du portail pour sentir Harris. S’il avait à mangé, il devait faire attention aux museaux qui allait fouiller ses poches. Et il beuglait encore.

Il ne savait plus depuis combien de temps il était là. Destinée ou Rainbow Dash (salon l’humeur) avait paniqué et était entré dans la cuisine brusquement, explosant la clanche de la porte. Vael avait hurlé et fait un bond de surprise, explosant un pot de beurre de cacahuète au sol. Il dut alors rapidement intervenir, entre Naine Folle qui s’inquiétait et bêlait, puis Knacki Ball qui ne rêvait que d’une chose : le beurre de cacahuète. Il s’organisa dans un chaos complet, essayant de faire fuir sa chèvre, manquant de glisser et se manger un coin de table pleine tête. Finalement c’est la chèvre naine qui glissa et qui fit encore plus de cabriole pour se relever. Knacki avait profité du moment de panique pour s’approcher, mais Vael veillait bien trop sur lui pour le laisser ingurgiter du verre. Hurlant, grondant, le cochon finit par couiner et fuir. Et là, le calme était revenu. Juste il y avait un poney au milieu de sa cuisine. Et Destinée avait décidé de ne pas bouger. C’était beaucoup plus sûr. Il avait tenté en la prenant par le cou, en la poussant, mais elle cabrait et renaclait. Il n’en pouvait plus et vu ses soucis médicaux, il ne voulait pas la brusquer. Je veux pas avoir à m’occuper d’un poney qui déprimé.

Il finit enfin par arriver devant le portail, suivit de prêt par sa chèvre qui sautillait joyeusement tout autour de lui. Joyeusement ? Non je dirais avec démence dans son cas… Son visage était marqué par la fatigue d’un agacement qui trainait depuis bien trop longtemps. Il n’était arrivé face à son ami qu’après la septième sonnerie. Il ouvrit le portail et sans s’excuser, ni même le saluer, il le jaugea longuement : « Tu t’y connais en poney ? » lui demanda t-il subitement avant de faire demi-tour et contourner la maison par le jardin. Il s’allumait un cul de joint et débarqua dans la cuisine, espérant que le roux l’avait suivis. Il lui montra la bête.
« Il faut qu’elle dégage… Elle ne peut pas rester là. Ma mère va paniqué si elle se réveille et qu’elle la voit là. Ca lui prend parfois avec la chèvre alors là... Sauf que ce mémère ne bouge pas, claqua t-il gentiment le cul de l’animal qui frappa violemment du sabot. Pardon chérie, j’ai oublié de te prévenir. En fait, j’aurais pu la pousser mais euh… Elle est aveugle alors je veux pas la brusquer tu vois. » lui fit-il ensuite une signe vague de s’atteler à la tâche. Naine Folle s’était posée entre les deux hommes et commençait déjà à grignoter un bout de vêtement d’Harris.
acidbrain



_________________

Storybrooke is my Wonderland ;)

Pour me contacter, passez par Briar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité




MessageSujet: Re: « Tu t’y connais en poney ? » (harris&vael)   Ven 26 Aoû - 3:08

A chaque fois que je rends visite à Vael, je sais que je dois m’armer de patience. Et le prévenir de ma venue n’a jamais suffit à améliorer les choses. Alors, je sonne, encore et encore. Comme si le cochon qui me reniflait à travers le portail n’était pas là. Toute cette ménagerie m’aurait rendu dingue à sa place. Et j’ignore comme il peut vivre avec autant d’animaux. Il existe pourtant des lieux appropriés dans lesquels les faire dormir sans qu’ils n’aient à se promener partout dans la maison de cette façon. Mais Vael ne semble pas au courant de ce genre de méthode conventionnelle. Au lieu de ça, je l’entends vociférer depuis l’extérieur, comme si j’étais avec lui dans la cuisine. J’essaie de ne pas perdre patience mais c’est compliqué pour moi. Je n’ai pas pour habitude d’attendre. A part lorsqu’il s’agit de Vael, bien entendu. Mais même avec lui, il m’arrive bien souvent de perdre mon sang froid et aujourd’hui, je suis à deux doigts de faire demi-tour. Alors en désespoir de cause, j'appuie encore et encore sur sa sonnette, lorsqu’il sort enfin de chez lui, suivi de près par sa chèvre qui bondit comme une démente. Et malgré la colère, je ne peux ignorer la fatigue qui déforme ses traits, lui donnant cet air profondément agacé sans qu’il ne me soit réellement destiné.

Enfin, il m’ouvre le portail et ignorant son impolitesse, je rentre sans me faire prier. Perdu dans ses pensées, il semble me jauger du regard, comme s’il me voyait pour la première fois et cherchait à m’analyser rapidement. « Tu t’y connais en poney ? » Sans m’en dire davantage, il fait volte face, me laissant seul avec mon incrédulité. Pour qui me prend-t-il ? Un dresseur de canasson ? Certes, j’ai l’habitude de monter à cheval, mais les bêtes du château sont déjà dressées par nos serviteurs, je n’ai jamais eu besoin de m’en soucier lorsque je vivais encore là bas. Perplexe, je décide pourtant de le suivre, contournant la maison grâce au jardin alors qu’il s’allume un joint. Une fois dans la cuisine, je suis surpris – du moins je le serais s’il ne s’agissait pas de Vael – de trouver un poney qui trône dans la pièce. « Il faut qu’elle dégage… Elle ne peut pas rester là. Ma mère va paniqué si elle se réveille et qu’elle la voit là. Ca lui prend parfois avec la chèvre alors là... Sauf que ce mémère ne bouge pas. » Inconscient, il donne une tape sur la croupe de l’animal qui frappe brusquement du sabot sur le sol. A mon avis – qui n’est donc pas celui d’un expert – ce n’était pas la meilleure chose à faire. « Pardon chérie, j’ai oublié de te prévenir. En fait, j’aurais pu la pousser mais euh… Elle est aveugle alors je veux pas la brusquer tu vois. » Alors qu’il m’invite à l’aider avec le poney, je réalise que cette horrible créature est déjà en train de manger le bout de ma chemise.  Agacé, je retire brusquement le tissu de la bouche de l’animal. « Lâche ça ! »

Dans un soupir, je me tourne vers Vael. « Non, je n’y connais rien en poney. » Et à vrai dire, je ne suis pas vraiment venu pour ça et il est parfaitement au courant. Alors à quoi est-ce qu’il joue ? Je n’ai jamais été du genre à jouer avec les poneys. Je ne monte à cheval que pour me déplacer et les animaux ont tendance à sentir l’aura menaçante de l’ours qui est en moi. Ce qui n’a pas vraiment le don de les apaiser. Mais peut-être que si je l’aide à trouver une solution, il me confiera enfin les stocks que je suis venu chercher. « Okay. Est-ce que tu as essayé de l’attirer avec un aliment qu’elle aime particulièrement ? Ces bêtes-là ont sûrement un pécher mignon… » Mais encore une fois, je ne suis pas un expert en la matière. Disons que cette technique marchait plutôt bien avec mes frères quand on était gamins, alors pourquoi pas avec un vieux canasson ? «  Et si, pendant que tu tentes de dompter la bête, tu me disais où est le stock que je dois récupérer ? » Evidemment que je cherche à m’esquiver, je ne suis pas dresseur et sa ménagerie a beau bien m’amuser, je ne compte pas m’engager dans tout ce cirque. « Parce que bon, c’est quand même pour ça que je suis venu. » Et uniquement pour cette raison, je tiens à le rappeler.

Revenir en haut Aller en bas

Messages : 265
Cœurs enchantés : 4282


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: « Tu t’y connais en poney ? » (harris&vael)   Sam 17 Sep - 15:09

Tu t’y connais en poney ?
harris bothwell & vael moreau

Il ne prit pas le temps de saluer Harris. Pas qu’il n’en avait pas envie ou qu’il manquait d’éducation, même si un peu… Disons qu’il avait d’autre soucis en tête et qu’il avait beaucoup de mal à pouvoir en gérer plus d’un. Il lui demanda juste s’il pouvait lui être utile. Pour régler le problème qui lui encombrait l’esprit et l’empêchait de bien réfléchir à tous les autres facteurs qui pouvaient remplir sa vie à cet instant t. Comme dire « bonjour, tu vas bien ? ». Très patient le charmant roux le suivi jusque dans son antre. Après, il n’avait pas trop le choix s’il voulait récupérer ce qu’il était venu chercher. Ils contournèrent la maison par l’étroit passage entre les murs de la bâtisse et d’énorme buisson de buis qui servaient de haies pour délimiter son terrain et celui des voisins. Naine Folle gambadait joyeusement à côté d’eux. Elle partait parfois devant et revenait pour aller loin, puis revenait à eux, manquant presque de donner un coup de tête dans les jambes d’Harris. Mais elle jeta ses jambes en arrière, faisant presque une cabriole, puis sautillait sur place. Avions-nous déjà préciser que cette chèvre était un peu toquée ? C’est ce qui avait plut à Vael quand il décida de l'adopter. Le cochon simplement parce qu’il était trop mignon. Et le poney était aveugle et son ancien propriétaire qui ne pouvait lui accorder assez de temps comptait l’abattre si personne ne pouvait l’en délester. Heureusement l’âme trop bonne de Vael lorsqu’il était question d’animaux était là. Finalement, je suis entourée de brebis galeuses : ma chèvre, mon poney et ma mère…

Une fois dans la cuisine – ou la basse-court pour le coup – Vael lui présenta la situation et lui confia ses inquiétudes si sa mère venait à se lever ou sortir de sa chambre pour tomber sur le poney. Il ne l’avait pas depuis bien longtemps et elle avait du mal à s’y faire. Elle avait tendance à l’oublier. Harris avait l’air complètement exaspéré par la situation. Il s’énerva un peu contre la bête qui lui grignota un bout de son vêtement, puis avoua à Vael qu’il n’avait aucune connaissance en ce genre de chose. « Et pourtant tu montes des chevaux tu m’as dis, non ? C’est pareil ça, mais en tout petit » symbolisa t-il le petit en étrécissant l’espace vide entre son pouce et son index. Soudain, le roux suggéra l’idée de l’attirer avec une « carotte ». Le visage de Vael s’illumina lentement. Aussi lentement que le paresseux dans Zootipie. « C’est pas cong ! » dit-il en français avec une pauvre imitation de l’accent du sud. Il avait brandit son doigt et le secouait pour appuyer que l’idée d’Harris était vraiment bien trouvée. Il s’approcha du saladier de fruit et jeta une pomme à Harris. En espérant qu’il avait de bon réflexe. « Vas y, attire là, moi je vais m’occuper du plus dangereux : lui pousser l’arrière-train. Un coup au mauvais endroit et c’est le pire jour de ta vie » lui affirma t-il avec une voix sur-jouée de véracité. Bien sûr, c’était de l’humour. Quoique… Elle m’a déjà marché sur le pied c’te conne ! Bah ça faisait pas du bien ! Il se dirigeait vers la croupe de Destiney, le poney et s’arrêta net en entendant le roux réclamer son dû avec une touche d’impatience. « Ouais, j’vais te donner tout ça, minute papillon ! Mais… T’es pressé ? Tu veux pas rester un peu ? J’allais faire du café. Que je suis super défoncé et que j’aurais bien passé du temps avec toi. Innocemment. » avait-il argumenté en regardant en l’air, comme s’il cherchait chacun de ses mots. Puis il eut un sourire espiègle et se retenait de ricaner. Il était stone. Il ne fallait pas chercher plus loin ce qui lui passait par la tête. « Allez aide moi et je te file les cach’tons. Partage ma galère un peu ! Je vais être papa je te rappelle… Un petit soutient moral. » souffla t-il, l’implora t-il. Il lui avait confié qu’il allait avoir un enfant avec Alice à cause d’une connerie. Dans cette ville après Fred, Harris était ce qui se rapprochait le plus d’un ami. Et j’avais besoin de parler de ses futurs soucis de paternité irresponsable avec une paire de couille. J’sais qu’on doit le dire à personne et que je fais chier Alice avec ça… Mais c’était pour ma survie. Je peux pas surmonté ça tout seul. J’ai d’autre soucis que d’être Alice aux Pays des Merveilles !

« S’touuuuplay !!! » le supplia t-il une dernière fois d’une voix aiguë et cassée à cause du très récent réveil, les mains qui priait sa pitié.
acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Tu t’y connais en poney ? » (harris&vael)   

Revenir en haut Aller en bas
 
« Tu t’y connais en poney ? » (harris&vael)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « Tu t’y connais en poney ? » (harris&vael)
» Publicités 80s : Keypers, Visionaries, GIJoe, Petit Poney...
» Connais-toi toi-même [PV : Samuele Lupo]
» Les Petits Poney d'Erikku (maj 01/02/2014)
» A ton avis, connais tu bien la GB d'avant ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No Kindness Left :: Broyer les vieux papiers :: Faire le tri sélectif :: RPs délaissés-
Sauter vers: