AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Tumblr  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Je ne suis pas encore prête à vivre sans toi... » (marvin&anna)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Messages : 129
Cœurs enchantés : 2597


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: « Je ne suis pas encore prête à vivre sans toi... » (marvin&anna)   Sam 25 Juin - 11:14

Un mois et quelques miettes de journée plus tard.
marvin & anna

Dans une premier temps, Anna s’était enfermée là où elle le pouvait, dans une petite chambre à pleurer toute une nuit jusqu’à en tomber de sommeil et lorsqu’elle ouvrait ses yeux rougis et fatiguée, elle recommençait. Ca avait duré bien trois jours sans qu’elle n’arrive à s’arrêter. Après, elle errait dans la maison de Emma, sans trouver l’aspiration à quoique ce soit. Elle s’était forcée à se nourrir et bientôt, elle retrouva de l’appétit. Les horribles souvenirs et la blessure n’étaient pas si loin, ni tassés mais en fond, trottant dans sa tête, ne cessant de la travailler. Personne ne compris durant deux semaines, car elle n’eut pas la force d’en parler. A qui en parler ? Tout le monde s’inquiéterait. Elle aurait aimé avoir sa soeur à ses côtés pour pouvoir décharger cette douleur lourde et importante qui l’empêchait d’avancer comme de la neige lui arrivant jusqu’aux genoux. Et finalement, est-ce qu’elle lui en aurait parlé à Elsa ? Elle pourrait le comprendre ? Bien sûr que non, car elle voulait son bonheur et sa sécurité. Et qui pensait au bonheur et à la sécurité de Marvin ? … C’est à ce moment que la flamme d’optimisme et la lumière qui brillait toujours dans son coeur depuis sa naissance se remit à vivre. Marvin avait besoin de son soutient et elle ne devait pas se laisser abattre. Elle devait arrêter de fuir. Sauf qu’elle n’en avait pas encore la force. Elle était allée à l’hôpital un peu perdue. Bien plus encore devant tous les examens qu’on dut lui faire bien loin des médecins qu’elle connaissait d’Arendelle. Ces derniers ressemblaient plus à des sorciers alors qu’à Storybrooke à des petits Marvin encore pataud avec leur technologie grossière. Surtout, elle avait croisé une très ancienne amie qui avait été là depuis son enfance et jusqu’à maintenant. Elle l’avait croisé il y a bien un moment à Storybrooke avec plaisir et se rappela d’elle comme un espoir pour calmer ses peines et ses doutes. Vivianne. Il n’y avait qu’elle qui pouvait entendre ses soucis et surtout l’aiguiller avec le plus d’objectivité. Depuis toujours, elle avait été la personne avec qui elle racontait tout sans aucune pudeur. Cette femme avait été pour elle le garde-fou qui lui permit de garder un peu la tête sur les épaules lors de sa jeunesse solitaire. Clairement, elle allait devenir folle avec ses sentiments pour Marvin et sa raison. Elle avait alors su l’aider rien qu’en l’écoutant.

Depuis ce jour, elle était décidée de retrouver son amant. Il ne s’échapperait pas comme ça. Pas après tous les voeux d’amour qu’ils s’étaient échangés pour combler les mots simples qui traduisait leur sentiments ; aucun « je t’aime » mais des promesses de soutient et d’amour dans la peine et la joie. Comme à son habitude et Anna s’y attendait, Marvin s’était enfermé et n’avait daigné lui répondre au nombre incalculable de fois où elle était passée à sa maison. Il l’évitait. La princesse savait qu’il cherchait simplement à la protéger et elle avait trouvé cela touchant… A la fin, ça l’agaçait. Il avait déjà pris bien du temps à lui rouvrir la porte de son coeur ou tout simplement de sa maison pour un simple dérapage de rien du tout. Là, il est vrai que les événements étaient encore gravé dans son poignet par les initiales de Edward Hyde. Prenant son mal en patience, elle essayait chaque jour jusqu’à ce que finalement cette patience s’évapore… Des haussements de voix, la porte qui tint malgré ses petits coups de poings déterminé mais rien. La patience de Marvin devait être plus forte que la sienne.

Devant sa porte encore une fois, elle glissa une lettre sous sa porte, essayant autre chose que les longs appels auxquels il ne répondait jamais. Anna sonna puis vint s’asseoir sur le perron avec son petit sac qui contenait le nécessaire pour survivre : nourriture et boisson. A côtéé d’elle était étalé un torchon turquoise couvert de dessins de papillons jaunes. Reposait sur ce torchon une pomme, des biscuits, une salade de tomate et mozzarella, puis une bouteille de thé glacé et elle attendit tout simplement, un livre sur les genoux.

L’enveloppe couleur crème reposait sur le sol de son entrée, sur le parquet sombre. D’une très jolie écriture elle avait noté le prénom de Marvin, en s’appliquant avec l’art de la calligraphie. Le message l’était beaucoup moins, écrit à la hâte et aux bords des larmes.

lettre:
 

acidbrain



_________________

« All my life has been a series of doors in my face
And then suddenly I bump into you
 — I've been searching my whole life to find my own place »

(love is open door)

Pour me contacter, passez par Briar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 566
Cœurs enchantés : 8219


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: « Je ne suis pas encore prête à vivre sans toi... » (marvin&anna)   Lun 27 Juin - 11:28


❝Je ne suis pas prête à vivre sans toi❞
Marvin E. Kandinski & Anna Sorensen


Un long mois s’était écoulé depuis que mon côté obscur avait ressurgit par la faute de mon insupportable incompétence. Je me haïssais pour avoir pris une si mauvaise initiative ! Par orgueil, j’avais refusé de saisir la main salutaire que Régina Mills m’avait tendue. Ma trop grande confiance en moi m’avait poussé à recréer moi-même la potion qu’elle s’était refusée à m’offrir. Mon expérience avait échoué ! J’avais créé un produit aux effets bien plus destructeurs que la précédente. Hyde était revenu dans ma vie et il refusait de me laisser en paix ! Tout dans ma vie avait changé depuis cet incident ! Une fois de plus, je me retrouvais dans l’obligation de déclarer une nouvelle guerre contre moi-même. Ce produit avait rendu Hyde terriblement instable et les transformations pouvaient à présent surgir à tout moment ! Ma première mission était donc de protéger la ville de moi-même. En attendant de trouver une solution à cet épineux problème, je m’étais caché au cœur derrière les barreaux froids et obscurs de ma cage dont mon laboratoire était devenu le principal QG.

Comme lors de toutes guerres, il m’avait fallu trouver les alliés de poids pour m’épauler dans cette dangereuse bataille. Le premier de ses appuis n’était autre que Régina qui sans hésitation et sans railleries avait accepté de m’aider. Nous recherchions tous deux un moyen de se débarrasser du mon côté obscur, sans grand succès jusqu’à présent ! Ma deuxième alliée, sans doute la plus surprenante, avait été Briar. Cette dernière qui avait été la première à être témoin de mon surprenant changement d’apparence et m’épaulait à présent devenant ainsi la meilleure des confidentes.

Ne pouvant décemment compter sur l’aide de Kiernan dans cette affaire, j’avais confié ma sécurité ainsi que celles de mon entourage au plus ancien de mes amis. Limitant la production de mes jouets de manière temporaire, j’avais passé plus de deux semaines à réaliser l’un des plus beaux projets de ma carrière ; redonner une vie et une conscience à l’androïde de Skipper. Bien évidemment, je n’avais pas pu retrouver en lui le frère de sang que j’avais perdu. Cependant, il accomplissait à merveille la mission que je lui avais confiée. Il assurait ma sécurité et celle de mon entourage. Doté d’un instinct surdéveloppé lui permettant de détecter avant moi mes transformations, il m’en avertissait au plus vite et déclenchait le système de sécurité de la maison. Tout comme Cookie, il était devenu un appui indispensable et bénéfique qui demeurait à mes côtés à chaque fois que j’en avais besoin. Il ne lui manquait plus que la parole et une oreille attentive pour être semblable au vrai. Je disposais donc d’une ligne de défense idéale… idéale mais pourtant incomplète !

La première victime des atrocités de Hyde ne se tenait plus à mes côtés. Anna ! Si j’avais osé l’admettre, j’aurais reconnu que cette dernière me manquait atrocement ! Pourtant je me devais de me séparer de ma précieuse compagne. C’était le seul moyen pour moi de la placer en sécurité. J’ignorais encore ce qui s’était passé le soir où Hyde avait osé s’en prendre à elle. Je ne gardais en mémoire que les tâches de sang sur le plancher du grenier et la scène de panique qui l’avait conduite à se relever de ma voiture. Je lui avais fait du mal ! J’avais blessé la personne qui comptait le plus dans ma vie. Pourtant parmi ces horribles images qu’il me restait de cette nuit, je revoyais Anna se tourner vers moi avant de s’enfuir définitivement. Elle ne m’abandonnerait pas ! Elle resterait à mes côtés tant que j’aurais besoin d’elle ! J’en étais persuadé… mais avais-je le droit de nourrir encore cet espoir fou alors que mon pire ennemi n’attendrait qu’un geste de sa part pour l’anéantir ? Bien évidemment que non. C’est pourquoi je fis la sourde oreille durant des semaines. Il fallait stabiliser ma personnalité psychopathique avant de pouvoir la revoir. Pourtant…

Pourtant ma curiosité scientifique était piquée au vif à chaque fois que je repensais à cette soirée. L’amnésie voulue par Hyde me privaient d’informations vitales pour répondre à mes interrogations. Ne possédant aucun enregistrement des évènements je ne pourrais me fier qu’à la mémoire d’Anna pour savoir ce qui c’était passé. Je me devais de répondre à la question qui me brûlait les lèvres depuis presque un mois. Voilà pourquoi j’hésitais à lui répondre à chaque fois qu’elle essayait de m’appeler. Voilà pourquoi je restais la main tremblante posée sur la poignée de la porte d’entrée tandis qu’elle me suppliait de lui ouvrir. Et puis un jour arriva enfin où je n’hésitais plus !

Comme un miracle tombé du ciel, une enveloppe s’écrasa silencieusement sur le paillasson de l’entrée. Endormi sur le canapé du salon, je ne me réveillais qu’en voyant Cookie se précipiter vers moi. Il tenait dans sa gueule une enveloppe couleur crème sur laquelle était inscrit mon nom. Immédiatement, je reconnu l’écriture fine et délicate d’Anna. Ma compagne me fit part de sa profonde détresse. Elle me suppliait de me tenir à ses côtés et avait besoin de moi… Il fallait qu’elle me parle de quelque chose. Ce quelque chose pourrait-il être la pièce manquante de mon puzzle ? Ne sachant que faire, je jetais un œil à l’adresse de Cookie qui me regardait en jappant tristement. Skipper qui avait veillé sur mon sommeil durant ma sieste pointait désormais sa nageoire vers la baie vitrée du salon. Lentement, je me relevais et me dirigeais dans cette direction. C’est alors que je l’aperçus aussi belle et déterminée que je l’avais toujours connue. Elle attendait patiemment sur une couverture l’apparition miraculeuse de son amant. Je portais alors mon attention vers mes deux compagnons robotiques. Skipper était agrippé au pan de mon pantalon pour me poussant vers la sortie tandis que Cookie jappait joyeusement à la porte d’entrée pour prévenir Anna de mon arrivée. Que pouvais-je faire si même mes créations se retournaient contre moi ?

Poussant un soupir, je me dirigeais alors vers la sortie non sans jeter un dernier regard vers le miroir de l’entrée. Je passais alors une main rapide dans ma crinière poivre et sel si délicieusement bouclée. Je ne pouvais m’empêcher de sourire face à cette situation. Pourquoi me préoccuper de mes cheveux mal peignés alors que toute mon apparence physique avait changée ? Anna aurait bien d’autres raisons d’être surprise. Après quelques instants de réflexion je fis face à mes craintes.

- Anna !

J’avais poussé cet appel sur un ton qui transposait une joie voilée par une grande nervosité. Déjà ma voix rauque et plus abimée aurait pu et dû la surprendre. Je crains un instant qu’elle ne m’ait pas reconnue. Je m’approchais alors d’elle et lui adressait quelques paroles avec un sourire mélancolique.

- Je… je suis… tu as bien fait de me contacter ! Je suis heureux de te voir… je vais avoir besoin de ton aide ! Allez viens rentre !

Sans ajouter un mot, je m’étais dirigé vers la porte d’entrée de ma maison. Mon attitude et le ton de ma voix pouvaient sembler alors désinvolte mais ils ne me servaient qu’à dissimuler ma nervosité grandissante. Arrivé sur le pas de la porte, je me tournais vers Anna pour voir si cette dernière m’avait suivi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 129
Cœurs enchantés : 2597


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: « Je ne suis pas encore prête à vivre sans toi... » (marvin&anna)   Mar 19 Juil - 22:27

Un mois et quelques miettes de journée plus tard.
marvin & anna

Ca commença par des aboiements de chien. Elle se dressa, alerte. Anna sentit alors le verrou cliqueter et la porte grincer. Elle se leva d’un bond et ne put s’empêcher de reculer pour se retrouver coller au mur à deux mètres de la porte juste après le perron. A l’endroit même ou le petit Anakin s’était caché derrière sa mère et s’était mis à arracher les plantes du pots. Les feuilles de vigne qui s’était imposé dans les pétunia lui retombait sur l’épaule. Les yeux verts d’Anna ne le quittait pas des yeux. Sa tête s’était penché et son expression traduisait une peur mais surtout une grande incompréhension. Il était difficile de se dire que c’était le Marvin qu’elle connaissait face à cet homme à l’allure plus âgé, les cheveux courts poivre et sel, mais la clarté de ses yeux lui donnait envie de fondre. Les miroirs de son âme étaient intacte et elle le sentait au fond de son coeur. Elle ne doutait pas une seconde que c’était son amant.

Et soudain, ce fut de la colère qui animait son visage. Marvin lui tourna le dos et elle croisa les bras avec un levé de sourcil digne de Briar. Elle ne bougea pas. Elle se demandait s’il était sérieux à ce moment, alors qu’il s’apprêtait à entrer dans la maison. Mais il se retourna. Elle explosa : « J’ai bien fais de te contacter ? Tu me dis ça comme si ce n’était que la première. Mais bon sang ! Qu’un ours me dévore vivante plutôt que d’entendre ça. » l’avait-elle fusillé du regard en serrant les dents. Elle leva alors soudainement haut le menton. Ses hormones bouillonnait en elle. Elle entra dans la maison, puis fit demi-tour rapidement pour rattraper ses affaires à la hâte. La grande princière altière avait vite laissé place à la plus naïve.

Foulant le parquet de sa maison, elle se sentit à la fois bien, mais aussi stressée en jetant un oeil en direction du laboratoire privé de Marvin. Son coeur se serrait de peur. Inconsciemment elle se frotta le poignet et sursauta en sentant l’homme arrivé derrière elle.
« Je suis désolée… Je pensais que je pouvais jouer les femmes fortes, je ne te cache pas qu’il me faut un peu de temps. Mais ! Je tiens vraiment à te dire que je n’ai pas peur de toi ! Ma soeur peut faire des golem de glace. Il peut en faire autant l’autre ?! Non, je ne crois pas. » reprit-elle ses façon de fille pleine de confiance en elle et sans peur mais un peu trop exagéré pour que ce soit crédible. Elle l’avait dit en faisant les cent pas dans le couloir qui séparait l’entrée du salon, et brandissant le doigt pour y mettre plus de conviction à son discours.
« Il va vraiment falloir qu’on parle que tu m’expliques, s’était-elle arrêté un instant en s’approchant tout près de Marvin pour regarder son visage puis ses yeux. Pourquoi ? Pourquoi tu étais toi avec ton visage mais pas toi dans ta tête et que là tu n’es pas toi, mais toi quand même… Je comprends rien. » lui avait-elle dit la voix qui s’était brisé dans un léger désespoir à la fin de ses paroles. Et elle recula de plusieurs pas. Son nouveau visage la perturbait un peu et la mettait mal à l’aise.

Elle continua de marcher pour se donner de la force, s’éloigner inconsciemment de lui  et à la fois retrouver ses repères dans ce canapé où ils avaient partagé tant de chose : « Je pense que si tu m’as ignoré c’est parce que tu ne voulais plus me voir. Me protéger, bla bla bla ! Je t’annonce que je ne te laisserai pas. Je n’en suis pas capable pour le moment. Je te fais la promesse que je ne te fuirais pas pour tes petits problèmes de possession. Tu partages ton corps avec un autre ? Bon okay ! On va faire avec… Mais pour ça ! Pour ça il aurait fallut que tu m’en parles non ? Tu crois que c’est comme ça qu’on protège les gens ? On ne dit rien, on leur laisse la surprise leur explosé en plein visage et on ne répond plus aux messages ! » avait-elle continué de parler en faisant le tour du salon, puis sa voix s’élevait de plus en plus à chaque phrases, jusqu’à ce qu’elle s’arrête pour lui jeter le livre qu’elle n’avait pas lâché depuis qu’il avait ouvert la porte.

« Oui, je suis partie ! Mais quand je suis revenue pourquoi tu m’as laissé ! Je me suis inquiété, je t’ai détesté ! J’avais tellement mal !!! encore plus qu’avec Hans. Et je n’aime pas être comme ça. J’étais perdue. Comment tu as pu me faire endurer ça sans que je sois avertie et osé me tourner le dos. Tu te rends compte de ce que tu m’as fais ?! Pardon, de ce qu’il m’a fait… La dernière des choses à faire, c’était de faire le mort. Arrête bon sang de me tourner le dos dès que je veux te tendre la main. » avait-elle dit dans trait et elle se laissa tomber dans le canapé. Cookie vint lui réclamer quelques caresses qu’elle lui donna tendrement, les yeux déjà bien gonflés de larme. « J’ai cru comprendre que les compagnes c’était pas ton point fort, et que t’es encore marié aussi. Mais tu t’es jamais dis qu’il y avait quelqu’un d’assez fort pour te soutenir face à Edward ? J’en serai capable moi. Je le ferai. Qu’il ose revenir, je sais à quoi m’attendre. Il ne pourra rien contre l’amour. Pas celui que je te porte en tout cas et celui de ma soeur qui a su me porter jusque là. » répliqua t-elle en lançant un regard déterminé à Marvin. Elle ne le lâcherait pas. Elle se l’était promis. C’est alors qu’elle vit Skipper. La rouquine loucha, dans une grande envie de pleurer mais un sourire passa au travers face à l’adorable et dodu petit pingouin qui la regardait.
acidbrain



_________________

« All my life has been a series of doors in my face
And then suddenly I bump into you
 — I've been searching my whole life to find my own place »

(love is open door)

Pour me contacter, passez par Briar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 566
Cœurs enchantés : 8219


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: « Je ne suis pas encore prête à vivre sans toi... » (marvin&anna)   Mar 26 Juil - 14:59


❝Je ne suis pas prête à vivre sans toi❞
Marvin E. Kandinski & Anna Sorensen

Un regard ! C’est tout ce qui nous unissait durant les premières minutes de notre rencontre. Le temps s’était figé et le silence régnait alors en maître tandis que Anna me dévisageait avec incompréhension. Il lui faudrait du temps pour s’habituer au nouveau visage de son ancien amant. J’en avais parfaitement conscience ! La boule à l’estomac j’attendais avec une grande patience le verdict qui ne tarderait pas à tomber. Plongeant mon regard dans le sien, je pouvais y lire la surprise et la curiosité. Cependant, je n’y décelais pas la moindre once de méchanceté ou de dégoût. Ma grande nervosité fit peu à peu place à un soupir intérieur. Elle n’avait pas changé et elle ne changerait sans doute jamais. Ne s’arrêtant pas aux apparences, elle avait su lire en moi et avait compris presque immédiatement qu’elle avait affaire au même cœur et à la même âme qu’elle avait su apprivoisé avec tant de facilité. L’espace d’une seconde, je laissais un sourire timide et reconnaissant apparaître au coin de mes lèvres. Après quelques secondes, je brisais cependant ce moment de quiétude. D’autres affaires de la plus grande importance nous attendaient !

- Il est fort probable que ma nouvelle apparence ne soit qu’un avant-goût des nombreux changements auxquels tu vas assister dans les jours qui viennent ! Il va falloir t'y habituer.

Intérieurement je rajoutais que j’espérais de tout cœur que ces derniers ne la feraient pas fuir. Même si la situation était compliquée, je ne voulais pas qu’elle s’éloigne de moi. J’avais besoin d’elle et cette envie égoïste de la sentir à mes côtés finirait probablement par la perdre. Mais que pouvais-je faire devant son envie farouche de me venir en aide ? Si Hyde n’était pas parvenu à la faire fuir, comment pourrais-je la convaincre de me quitter ? Je choisis finalement d’accepter cette situation tout en me promettant de la protéger du mieux que je pourrais. Je l’invitais à rentrer avec beaucoup de maladresse. Ma belle rouquine ne se priva d’ailleurs pas pour me le faire remarquer. Elle avait parfaitement raison ! J’avais agis encore une fois de manière odieuse avec elle. J’aurais dû dès le départ la compter dans la brigade de mes anges gardiens mais je l’avais volontairement ignorée. Refusant pour le moment de m’attarder sur ce genre de détails, je pénétrais dans la maison suivant de près ma compagne. Silencieux, je longeais les couloirs de mon foyer jusqu’au salon qui nous faisait face.

Ma marche décidée fut cependant interrompue lorsque Anna se stoppa net devant mon laboratoire. Alors que la peur s’empara subitement d’elle, je sentis mon cœur s’oppresser dans ma poitrine. Les regrets et la culpabilité que j’avais jusqu’à présent occultés se bousculaient à présent dans mon cœur. Intérieurement, je me désolais de cette situation horrible et pestais contre cet ennemi invisible qui n’avait de cesse de torturer mon entourage. Pourtant Anna était là, à mes côtés, me promettant qu’elle ferait en sorte d’être courageuse. Elle osa même une pique bien commune chez ma charmante princesse.

- Anna, tu n’as pas à t’excuser ! Ce serait plutôt à moi de le faire… La bête est bien plus effrayante et vicieuse que tes monstres de glace et pourtant tu as le courage de pénétrer à nouveau dans sa cachette. Cela serait d’une naïveté et d’une inconscience déconcertante si cette initiative ne venait pas de toi !


Je lui fis signe alors d’avancer pointant ma main en direction du salon. Anna pénétra alors dans la pièce me laissant tout juste le temps de la rejoindre avant de m’invectiver. Je lui souris en retour et hocha lentement de la tête.

- C’est de bonne guerre ! Après ce qui t’es arrivé tu as sans doute des centaines de questions à me poser. C’est pour cela que nous sommes ici… pour que je puisse y répondre ! Je t’en prie…

Je m’apprêtais alors à inviter Anna à s’asseoir sur l’un des canapés du salon lorsque cette dernière s’approcha de moi. J’eus alors un sursaut de surprise et l’envie me prit de faire autant de pas en arrière qu’elle faisait dans ma direction. Cependant, je me retrouvais rapidement dos au mur et je dus donc me résoudre à rester immobile et à me contenter d’éviter son regard. Ce n’était pas alors son expression colérique que je tentais d’éviter mais mon propre reflet au travers de ses yeux. Je me contentais alors de l’écouter d’une oreille attentive sans prononcer un mot. Ce ne fut que lorsqu’elle consentit enfin à s’éloigner de moi que je bougeais. Tout en observant ma compagne faire les cent pas dans le salon, j’écoutais chacun des mots qu’elle prononçait, tentant de faire le tri parmi le flot de ses paroles. Sa colère était parfaitement légitime et je ne me sentais pas le droit de l’interrompre à cet instant. Je la laisserais vider son sac avant de lui faire l’affront de lui répondre. Je ressentais sa douleur et son désespoir au travers de ses paroles. Derrière les blessures de cette soirée d’horreur se dissimulaient de la curiosité, des reproches et de la tristesse qui me faisaient également souffrir. Ma princesse ne se contenta pas d’exprimer ses sentiments pas les mots mais également par les actes. J’eu alors de la peine à esquiver le livre qu’elle me balança à la figure. Elle finit par s’écroula dans le canapé et je fus très touché de la voir dans cet état. Je voyais la femme que j’aimais passionnément retenir des sanglots tout en ayant la force incroyable de déclarer la guerre à Hyde. Elle se tenait d’autant plus prête à me défendre avec la meilleure arme qu’elle possédait, son amour pour moi. Les yeux rougis par la tristesse, je m’approchais d’elle et m’assis à ses côtés.

- Oh Anna ! Ma si tolérante et si courageuse petite princesse… Tu as raison… tu as raison sur toute la ligne. Je n’avais pas le droit de te tenir à l’écart et encore moins de rester silencieux après ce qui s’est passé ! Si seulement je pouvais posséder ta force de caractère. Mais je suis lâche, méfiant et bien trop souvent égocentrique… en somme, je ne suis qu’un idiot ! Je n’ai rien dit parce que j’avais… j’avais peur que tu me regardes avec les mêmes yeux que ceux avec lesquels tu m’as regardé devant mon laboratoire ! Je ne supportais l’idée de lire la peur dans ton regard. Je voulais que tu restes à mes côtés pour vivre ce conte de fée éternellement. Mais soyons honnêtes ! Je suis le docteur Jekyll… l’homme fou qui rêvait de révolutionner la médecine psychiatrique et qui a fini par succomber à ses propres démons intérieurs ! Mon histoire ne se terminera pas bien, Anna. Je finirais par mourir de cette maladie en emportant bons nombre de personnes derrière moi. Toutes les adaptations de mon histoire me condamnent à finir ainsi ! Tu es en train de te battre contre des moulins à vent. Es-tu certaine que le jeu en vaille la chandelle ?

Lentement, je me relevais de ma place et adressais un sourire triste au petit robot de Skipper qui me jetait des regards emplis de tendresse.

- Il y a très longtemps j’ai fait une promesse. J’ai juré que jamais je ne laisserais Hyde prendre le dessus sur moi… que je ne lui laisserais pas gagner cette guerre ! Je me bats depuis plus de 60 ans contre un ennemi invincible. A chaque fois que je tente de me construire une vie heureuse, que je commence à croire en mon bonheur, Hyde s’empresse de tout détruire ! Je suis tellement fatigué de ce combat…

Je me rendis alors devant la baie vitrée posée devant la bibliothèque. Je regardais le faible reflet de mon visage dans la glace, tentant de distinguer clairement chacun de ses contours.

- Tu me demandais d’où venait ce visage ? Lorsque j’étais dans le Monde des Contes, c’est Hyde qui le portait. Il semblait alors plus âgé que moi et ne se privait guère de l’utiliser pour effrayer les passants de Londres. J’ai tenté de changer la formule du produit lorsque je suis arrivé à Storybrooke ! Je tenais à l’éliminer mais je n’ai fait que renforcer son pouvoir. Il est devenu si fort qu’il est parvenu à inverser nos enveloppes physiques. J’imagine que c’était un moyen pour lui de me narguer ! Je porte les traits d’un homme dont le portrait-robot était placardé sur tous les murs de la ville de Londres. Toutes les personnes qui ont eu à souffrir des actes de Hyde vont me tomber dessus les unes après les autres. Et lui entre-temps profitera de sa nouvelle frimousse d’ange pour jouir de tous les plaisirs de la vie… qui pourrait croire qu’il s’agisse d’un meurtrier en puissance ? C’est le rêve pour lui et un cauchemar pour moi ! Tu voulais voir à quoi je ressemblais derrière le masque. Tu es satisfaite ?

Je me tournais alors vers Anna, un sourire ironique aux lèvres. Je replongeais presque aussitôt dans mes réflexions lorsque mon regard s’attarda sur le poignet d’Anna.

Il y a cependant une chose… un détail que je ne comprends pas et je crois que tu es la seule à en connaître la réponse. Tu possèdes le profil parfait des victimes de Hyde. Tu es la personne la plus importante dans ma vie, tu m’offres de l’amour et l’espoir à profusion, tu es prête à tout tenter pour me sauver…

J’avais prononcé ces phrases tout en me dirigeants vers Anna. Je m’approchais d’elle et finit pas m’agenouillé devant Anna tout en plongeant mon regard dans le sien.

- Dis-moi Anna, pourquoi n’a-t-il pas essayé de te tuer ? Pour quelle raison es-tu toujours en vie ? Est-ce que tu le sais ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 129
Cœurs enchantés : 2597


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: « Je ne suis pas encore prête à vivre sans toi... » (marvin&anna)   Lun 8 Aoû - 23:19

Un mois et quelques miettes de journée plus tard.
marvin & anna

Anna faillit tomber des nues lorsqu’il lui avait fait comprendre que son visage n’était la seule chose qui avait changé. Elle aurait bien dit « sans rire !? » avec une ironie déconcertante, mais elle resta plutôt muette faces aux nouveaux obstacles qui risquaient de l’attendre. Bien sûr, elle ne resta pas sans voix très longtemps, car son amant avait réussi à la faire sortir de ses gonds. Tant de peur, d’inquiétude, de stress et de déception que c’en était trop. Elle avait attendu des jours que ses angoisses partent, puis une douleur au coeur inqualifiable et pas médicale (elle avait demandé aux docteurs), sans parler de l’impatience et de voir l’espoir s’éteindre chaque jour. Anna n’avait pu rester douce et docile. Non, elle avait envie de crier et de frapper, de hurler, et encore de pleurer comme elle n’avait pas cesser ces derniers jours.

Non sans mal, elle était entrée dans la maison, finissant par précédé le pas de Marvin qui n’avait pas eu la gentillesse de la faire entrer la première après ce qu’il avait osé lui dire et faire. Elle savait au fond d’elle que ce n’était pas lui, mais elle avait besoin d’en vouloir à quelqu’un ou quelque chose pendant ses courtes humeurs. Elle finit par lui dire qu’elle n’avait pas peur et pourtant elle était horrifiée mais assez brave pour l’affronter. Marvin la rassura alors. Anna recula de peur qu’il s’approche trop près, encore perdue tel un petit gibier dans l’antre d’un prédateur comme venait de lui rappeler Marvin. Elle leva un sourcil sceptique et fit une moue triste : « Mais en fait je suis d’une naïveté et d’une inconscience déconcertante… Tu as raison. Quelle idée de revenir ici. Je dis que j’ai pas peur et que je suis prête, mais euh… Si tu me fais du mal, j’ai rien prévu. » avait-elle soupiré avant de se diriger vers le canapé. Après tout, il arrivait à discuter et elle ne préférait pas y penser. Elle se retrouva alors dans le canapé, continuant de parler et se frottant l’intérieur du poignet avec nervosité. La pauvre enfant était encore perdu entre ses moments de colère et sa peur, puis son amour pour lui. Tout allait beaucoup trop vite dans sa tête. Encore quelques instants et elle le plaquait presque contre un mur pour lui faire regretter son attitude, et maintenant, elle était perdue, désarmée.

Elle avait vidé son sac avant de se retrouvée complètement engloutie par le canapé et ses oreiller. Avachi comme si elle s’était laissé tombé après tous ces efforts et ces émotions fortes. Enfin sa voix s’était tue dans la pièce. Il y eut un silence à la fois si lourd, mais apaisant. Le bruit des vêtements de Marvin qui se froissèrent dans son mouvement, provoqua un frisson à Anna. Elle ne savait si c’était la peur ou alors le plaisir de sentir son parfum prêt d’elle. Il était alors entré dans un long discours d’excuse et d’explication. Il lui confia aussi l’avenir auquel il était condamné et pensait inextricable. Du moins était-ce réellement le cas où celui qu’il se réservait sans savoir s’il pouvait y avoir une solution. Les histoires avaient beau le dire, mais avec les bons outils et assez de force Anna était persuadée qu’on pouvait s’en sortir. Il lui reposa alors la question, de est-ce qu’elle était sûre de vouloir vivre cela. Serait-elle capable de tenir face à son lot de soucis. Le voulait-elle réellement surtout… La rousse n’eut pas le temps de répondre qu’il s’éloigna d’elle pour continuer ses confessions. Anna se pinça la lèvre en l’entendant dire qu’il se battait depuis trop longtemps. Assez longtemps pour avoir envie de baisser les armes. « Qu’est-ce que ça veut dire ? » avait-elle à peine murmuré de façon audible, s’imaginant déjà qu’il allait devoir tout arrêter. Après tout, si lui ne souhaitait pas se battre, il était sûre qu’elle ne tiendrait pas longtemps. Elle ne savait pas tout de cet ombre qui planait au-dessus de son tendre ami. Pour la princesse, si le prince de son coeur arrêtait de se battre, Hyde serait toujours là et il était clair et net que des deux, ce n’était pas lui qu’elle affectionnait le plus.

Il s’éloigna encore plus. Il lui expliqua alors pourquoi ce nouveau visage, du moins l’hypothèse qu’il laissait sous-entendre : ils avaient tous deux changé de visage, lui et Edward. Mais alors il y avait trop d’information. Surtout ce petit détail, mélangé dans ce agrégats de mauvaises nouvelles qui arrivaient les unes après les autres. « Profiter de tous les petits plaisirs » ? Mais qu’est-ce que cela voulait-il bien dire, s’était-elle demandé déjà déçue de savoir la réponse. Puis Marvin était alors en danger à porter le visage d’un bourreau. Anna se frottait nerveusement le genoux après avoir ramener ses jambes contre elle sur le canapé. Une moue perdue s’affichait alors sur son visage de procelaine. Elle ne savait que faire, ni quoi penser ou dire. Tout ce qu’elle réussit à articuler et qu’elle trouvait le mieux construit dans son avalanche de question était : « Et tu vas garder ce visage pour toujours ? »

Marvin revint alors jusqu’à elle et Anna sursauta, non sans bouger de sa position initiale. Il lui posa à son tour tout un tas de question alors qu’elle n’en avait pas fini de son côté. Elle se raidit un instant car lorsqu’il lui demandait pourquoi elle était toujours envie, des flashs brefs et affreux de ce soir là, la frappèrent à nouveau. « Je… » avait-elle commencé sans parvenir à continuer. Sa bouche restait ouverte, mais le reste de sa phrase ne venait pas. Tout se noyait au fond de sa gorge et l’étranglait presque. Elle inspira profondément et finit par faire un sourire en biais : « Si je dis que c’est parce que je suis trop forte, tu ne me croirais pas ? » lança t-elle pour continuer à repousser le moment fatidique. « J’aimerai ne pas te le dire, car ça me fait peur, reprit-elle en se replaçant dans le canapé s’asseyant sur ses jambes et se penchant vers Marvin, lui attrapant la main. Si seulement tu pouvais le deviner, cela me faciliterait tant les choses… Je… » s’arrêta t-elle de nouveau, comme le souffle coupé. Le silence était long et devenait interminable, et plus l’annonce se faisait lourde en son coeur. Elle finit par se l’arracher comme un pansement : «  J’attends un enfant de toi » finit-elle par lâcher, alors que les larmes perlaient toutes seules sur ses joues. Silencieuses mais porteuses de désespoir, de joie et surtout de souffrance. « D’après toi, lui murmura t-elle effrayé, lui attrapant la main des deux siennes avant de la serrer contre son coeur. Pourquoi il m’a laissé en vie en sachant ça… Moi j’aurais pas la force de le dire » avait-elle continuer de chuchoter dans ses sanglots d’une façon presque inquiétante.
acidbrain



_________________

« All my life has been a series of doors in my face
And then suddenly I bump into you
 — I've been searching my whole life to find my own place »

(love is open door)

Pour me contacter, passez par Briar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 566
Cœurs enchantés : 8219


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: « Je ne suis pas encore prête à vivre sans toi... » (marvin&anna)   Mar 9 Aoû - 16:11


❝Je ne suis pas prête à vivre sans toi❞
Marvin E. Kandinski & Anna Sorensen

Installés dans le salon, je n’avais pas le courage de dirigé mon attention vers Anna. Il y avait tant de souffrances, tant de tristesse dans les évènements de notre dernière nuit que je ne pouvais m’empêcher de culpabiliser. Si seulement je n’avais pas voulu jouer aux apprentis sorciers rien de ce qui c’était produit n’aurait été semblable. Nous aurions pu continuer à vivre heureux dans cette bulle de mensonge et de faux-semblants plutôt que de devoir affronter cette terrible vérité ! Je haïssais Hyde au plus profonde de moi-même. Je le détestais pour tout ce qu’il avait fait subir à Anna sans que je puisse rien y faire. Il l’avait faite horriblement souffrir et il avait éprouvé un grand plaisir à le faire. La jeune femme en fleur que je connaissais, si pleine de joie de vivre et d’amour pour son prochain venait de flétrir. Tout était de ma faute !

Devant le flot incessant de mes paroles, Anna restait silencieuse. Elle gardait un silence de mort tout en prêtant une oreille attentive à chacun de mes propos. Effrayée et paralysée, elle trouvait cependant encore la force de me poser certaines questions. Elle souhaitait savoir ce que je sous-entendais au travers de mes aveux. Je lui jetais alors un regard triste et un sourire des plus mélancoliques.  

- Ce que j’essaie de te dire, c’est que plus tu resteras auprès de moi, plus tu prendras le risque de t’exposer à Hyde. Tu as vu dans quel état tu t’es mise après son premier affrontement, combien de temps crois-tu que tu pourras survivre à toutes ces humiliations ? Je ne sais pas ce qu’il a prévu pour son grand retour. Le produit que je me suis injecté dans les veines l’a rendu parfaitement incontrôlable et il pourrait se réveiller à chaque instant. Toutes les personnes que j’aime son en grand danger et tu seras certainement une des premières victimes sur sa liste.

Regardant plus attentivement le comportement de ma compagne, je la vis se frotter vigoureusement le poignet. Devinant qu’il s’agissait d’un tic nerveux accompagnant sa peur, ignorant de quoi il s’agissait exactement, je revins sur mes pas et m’assis à côté d’elle. Avec le mouvement sûr et délicat d’un praticien, je saisis avec son poignet avec plus de tendresse possible. C’est alors que je les vis. Ces deux horribles cicatrices marquées sauvagement au couteau. Les initiales « E.H. » restait parfaitement visibles et marqueraient sans doute à jamais l’avant-bras de la jeune femme. Pour moi ces initiales étaient le plus terribles des châtiments que ce monstre pouvait lui infliger. Ces lettres étaient toutes semblables à celle que j’inscrivais au laser sur les petits robots de mes petits clients. Sa propriété ! Elle n’était devenue rien d’autre que sa chose, son jouet ! Elle était à lui à présent, non plus à moi ou à Kristoff mais à lui !

-Anna… je… c’est horrible ! Je ne savais pas qu’il en était venu à de pareilles extrémités. Pardonne-moi ! Je suis tellement…

Ne pouvant en supporter d’avantage, je me relevais et plaqua une main sur ma bouche en signe de dégoût. Jamais je n’aurais imaginé qu’il aurait pu aller aussi loin. Pourquoi ? Pourquoi ne pouvait-il pas me laisser en paix ? Pourquoi ne pouvait-il pas se contenter de vivre dans les tréfonds de mon esprit où il y avait vécu durant 30 longues et heureuses années ? Je me retournais alors vivement vers Anna tout en la pointant du doigt.

- Tu vois c’est exactement ce dont je parlais ! Il faut que tu partes avant de souffrir encore plus ! Il faut que… il faut que je trouve un moyen de te renvoyer chez toi au plus vite auprès de ta famille ! Sinon… sinon il se pourrait que tu finisses par mourir sans même avoir pu leur faire tes adieux !

Personnellement, je n’avais aucune envie de la voir partir. Abandonner si rapidement la partie ne ferait que donner de l’important à Eddie et à ses stratagèmes dégoûtant. Pourtant, si je devais maintenant l’affronter, il était beaucoup plus sage pour moi de me séparer de tous ceux qui m’étaient chers. Leur sécurité avait beaucoup plus de valeur à mes yeux que la mienne.

Anna choquée se recroquevilla sur elle et se tétanisa totalement. Poursuivant mon monologue et tournant à présent le dos à ma jolie princesse, je ne m’étais pas aperçu de l’aggravation de ses frayeurs. Heureusement, si je n’étais pas encore capable de la réconforter, Skipper lui avait tout à loisir de pouvoir le faire. Jouant les robots sages et disciplinés, il sauta sur le canapé et partis s’asseoir aux côtés d’Anna, posant sur son genoux une nageoire réconfortante. Lui adressant de son bec son plus joli sourire, il ne prononça pas encore une seule parole. Ma compagne trouva alors le courage d’ajouter quelques mots. C’était une question que je trouvais à la fois pertinente et cruelle. Que voulait-elle dire par là ? Avait-elle tout comme je le présentais une appréhension naturelle face à cette nouvelle apparence, qui avait également été celle de son agresseur ? Enfin j’en viens à me poser une question beaucoup plus égoïste et irréfléchie. Cette nouvelle apparence pourrait-elle la faire s’éloigner définitivement de moi ? N’aurais-je plus l’immense bonheur de pouvoir la tenir dans mes bras ou de pouvoir l’embrasser ? Chassant ces idées cruelles de mon esprit, je la regardais à nouveau assistant alors au spectacle touchant du réconfort que Skipper lui apportait en ce moment difficile.

- Je… je n’en sais rien pour le moment ! Peut-être… peut-être que je serais condamné à le garder jusqu’à la fin de mes jours ! Ce ne serait que justice après tout. Malgré les apparences, je n’étais plus vraiment un jouvenceau. Est-ce que ça… non oublie c’est ridicule !

A cet instant, je lui posais enfin la question qui m’avait poussé à la faire rentrer dans l’antre de la Bête. Je me devais de savoir pour quelle raison il ne l’avait pas tuée. Car j’étais certain que cette réalité renfermait le but du retour de mon ennemi juré. Je m’approchais d’elle et demeurait éloigné de quelques mètres de ma compagne. Je la dévisageais alors, baladant mon regard sur le visage de ma bien-aimée. Après quelques instants de silence, elle prit enfin la parole. Après sa première affirmation, je haussais les sourcils et détournais un instant mon regard.

- Ce serait hautement improbable, notamment à cause du fait que Hyde est déjà parvenu à tuer de solides gaillards qui disposaient de bien plus de force que toi… Non ça doit être autre chose !

Elle avoua alors qu’une autre raison avait motivé son geste. Elle en avait peur, je pouvais le lire sur tous les traits de son visage. Je ne cherchais donc pas à la brusquer. Elle saisit alors brutalement ma main et ce simple geste désagréable provoqua alors chez moi un mouvement de recul. Pourtant, je ne m’écartais pas totalement. En observateur et auditeur silencieux, je me contentais d’hocher la tête et lui adresser un sourire compatissant destiné à l’encourager dans la poursuite de son discours. Elle finit alors par m’annoncer qu’elle était enceinte de moi. Durant les premières secondes et malgré la tristesse d’Anna, je ressentis un bonheur immense m’envahir et un large sourire éclairait mon visage. Sans vraiment y réfléchir, je plaçais mes deux mains de chaque côté de son visage, effaçant les larmes qui coulaient le long de son visage.

- Tu attends un enfant de moi ? Tu es enceinte… Anna c’est… c’est…

Je me retins alors de finir ma phrase, réalisant subitement ce que cela voulait signifier pour lui. Jamais je ne l’avais touchée. J’avais beau eu avoir envie d’elle, le seul qui l’avait possédée c’était Hyde. L’avait-il délibérément mise enceinte ? Pourquoi ? Quel était son intérêt ? Plaçant ses mains sur son cœur, Anna me mit alors au défi de découvrir la raison de sa grossesse. Je m’écartais alors d’elle, me libérant ainsi de se contact physique gênant. Je me relevais et me mis à faire les cents pas dans la pièce, je me mis à formuler toutes sortes d’hypothèses passant mes mains dans ma chevelure grise abondante.

- Pourquoi t’aurait-il mise enceinte délibérément ? Pour t’humilier, rendre la situation d’adultère encore plus difficile ? Il a toujours assassiné ses enfants alors pourquoi voudrait-il garder celui-ci ? Peut-être qu’il sent que ma fin est proche. C’est un parasite et il a besoin d’un être vivant et conscient pour survivre alors… alors ça veut dire que…

Je repris alors ma position initiale vers Anna, me tenant cependant à une distance respectable de la jeune femme.

- Anna, corrige-moi si je me trompe. Hyde a l’intention de loger son esprit à l’intérieur de la tête de notre bébé afin de poursuivre son règne de terreur par l’intermédiaire de son corps. Est-ce que j’ai raison ?

Je fermais les yeux un instant, priant dans mon fort intérieur pour avoir tort. Car si c’était bien la raison qui motivait son geste, son plan était tout à la fois machiavélique et cruel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 129
Cœurs enchantés : 2597


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: « Je ne suis pas encore prête à vivre sans toi... » (marvin&anna)   Jeu 18 Aoû - 11:26

Un mois et quelques miettes de journée plus tard.
marvin & anna

La tension était légèrement retombée, comme le malaise mais la peur restait toujours là, sous cape. Silencieuse. Anna avait fini par lui poser des questions, lui confier ce qu’elle avait sur le coeur, comme la colère, sa détresse, sa peur et un peu de sa souffrance. Il lui fit lui aussi des aveux et pas des plus agréables. Il lui annonçait que cela continuerait et que plus elle le fréquenterait et pire cela risquait d’être. Anna secoua vivement la tête, l’air sévère sur le visage : « Je te laisserai pas ! Pas maintenant ! On continuera de se voir. Je… Je tiendrais autant que je le pourrais. On trouvera une solution. Il y en a toujours une ! Puis tu es là… Ca peut marcher Marvin ! » lui avait-elle balancé tout d’un trait, réfléchissant à vive allure avant de se perdre dans ses peurs et ses interrogations. Elle ne fuirait pas sans essayer ni se battre. C’était mal la connaitre de penser le contraire.

Dans un geste mécanique, elle s’était frotté le poignet pour la énième fois et Marvin le lui attrapa pour mieux comprendre. Pour mieux voir l’ampleur des dégâts. Il s’offusqua de la marque, d’un geste que ses propres mains avaient faites. Anna retira vivement sa main dans celle de Marvin. Le contact l’avait perturbé de cette douce chaleur et rassurante qu’il provoquait lorsqu’il la touchait. S’en suivait un terrible frisson de sentir à nouveau les mains vicieuse d’Edward. Elle ferma les yeux un instant et secoua encore la tête les sourcils arqués. « Non, c’est rien. Je t’assure. Ce n’est qu’une égratignure. Il m’en faut plus. On m’a gelé le coeur je te rappelle » essaya t-elle d’y ajouté un rire, mais on aurait plus dit le gémissement d’un animal blessé. « Et je me charge de ma famille et de où je dois me trouver d’accord ?! » s’était armée d’une si soudaine fermeté, très sûre d’elle.

Marvin lui tournait alors le dos. Au même instant, Anna avait ramenée ses jambes dans le canapé pour appuyer lourdement sa tête sur ses genoux, les poignets cachés contre son ventre. Elle lui confia alors une autre crainte malgré elle. Allait-il retrouvé son vrai visage. Marvin n’avait pas l’air d’en savoir plus qu’elle. C’était sûrement définitif. Les yeux perdus dans le vague à s’imaginer sa vie avec cet homme là, celui avec ce visage. Elle finit par hausser les épaules. Il y avait des choses qu’on ne pouvait pas contrôler et cela ne devait pas déformer ses sentiments pour lui. Anna ne put s’empêcher de grimacer, un peu blessée dans son estime quand son compagnon insinua qu’elle ne faisait vraiment pas le poids face à Hyde. C’est alors qu’elle du lui annoncer ce qui devait être la plus belle des nouvelles mais qui à cause des derniers événements lui fendait le coeur rien que d’y penser. Ce fut difficile, mais elle réussit à le dire. A le partager avec celui qui était l’autre.

Soudain, son coeur s’arrêta pour repartir et lui infligé une douleur encore plus lancinante. « comment ça il m’a mis enceinte ? Ne dis pas ça ! » cria t-elle presque, retenant difficilement son dégout, les larmes qui lui montait aux yeux. « Ne dis pas ça comme ça… » et son regard se perdit alors que le pauvre homme cherchait en vain les obscurs projet de son lui diabolique. Anna l’écoutait qu’à moitié, la tête basse à regarder ses pieds et Marvin pas loin. Il n’était jamais loin aujourd’hui, mais pas près d’elle. Elle avait brièvement opiné du chef. « Tu ne m’as jamais touché ? » lui demanda t-elle subitement, relevant des yeux rougis et vitreux de larme.   Elle grimaça pour ne pas les laisser couler, ramènent encore plus ses jambes contre elle et les entourent de ses bras pour retrouver un peu de contenance. Pour la première fois, Anna ressentait presque la sensation d’avoir été salie. Humilié. Abusée. « Je veux du chocolat… Je sens que je vais en avoir besoin » arriva simplement t-elle à dire au bord des larmes. Puis elle plongea la tête dans ses genoux, voulant se fermer du monde, du temps même si elle le pouvait.
acidbrain



_________________

« All my life has been a series of doors in my face
And then suddenly I bump into you
 — I've been searching my whole life to find my own place »

(love is open door)

Pour me contacter, passez par Briar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 566
Cœurs enchantés : 8219


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: « Je ne suis pas encore prête à vivre sans toi... » (marvin&anna)   Ven 19 Aoû - 15:51


❝Je ne suis pas prête à vivre sans toi❞
Marvin E. Kandinski & Anna Sorensen

Durant tout le temps que durait notre conversation, je conservais mes distances avec Anna. Les choses allaient changés, je le savais et je voulais qu’Anna en prenne conscience elle aussi. Je vivais peut-être mes derniers instants de bonheur auprès de mes proches. Au fond de moi, je savais qu’il ne faudrait pas que j’attende très longtemps avant que Hyde ne prenne le dessus sur moi. Combien de temps lui faudrait-il avant de faire s’éloigner toutes les personnes que j’aimais ? Combien de temps encore pourrais-je assurer leur sécurité ? Je l’ignorais totalement et cette attente oppressante ne faisait qu’attiser mes craintes. Hyde pourtant avait déjà frappé. Il avait imposé sa marque sur Anna et estimait qu’il avait à présent tous les droits sur elle, y compris un droit légitime de vie et de mort. Ma compagne prétendait qu’elle était prête à tout pour rester à mes côtés. Dans son discours plein de courage, elle m’avait fait comprendre que rien de ce que je pourrais lui dire ne pourrait changer sa résolution. Je me sentais flatter par de telles paroles, ému par tant d’hardiesse. Pour la première fois de sa visite, je la regardais souriant d’une manière sincère et reconnaissante.

- Il n’y a vraiment rien que je pourrais ajouter qui pourrait te faire changer d’avis ? Tu es décidemment encore plus têtue que moi c’est dire ! Dans ce cas Anna, si tu tiens vraiment à rester à mes côtés. Il faut que tu me fasses une promesse. Si tu sens que la situation t’échappe et que tu n’auras plus le courage de continuer à te battre, fuis aussi vite que tu peux et sans te retourner ! Rejoins ta famille et oublie-moi ! C’est d’accord ?

Je n’avais pas été parfaitement honnête dans mon discours. Je savais à quel point Anna pouvait se battre pour les gens qu’elle aimait. Elle serait sans doute incapable de percevoir à quel moment elle devrait s’arrêter. C’est pourquoi, je m’étais promis de prendre moi-même cette décision pour elle. Je savais déjà quel sort je réserverais à Anna lorsque ce moment viendrait, en attendant je me conterais de me nourrir de l’espoir fou que l’Amour pourrait être ma meilleure défense contre Hyde. Il ne s’agissait pas là d’une lubie mais d’une décision mûrement réfléchie. Elle découlait d’une simple réflexion que je m’étais faite, lorsque en sauvant Skipper aux côtés de Kiernan j’avais dû prendre la décision la plus importante de ma vie. Celle de prêter une confiance absolue aux personne qui m’étaient les plus chères. Après tout, si Hyde s’obstinait à s’en prendre à eux, c’est qu’il devait se rendre compte qu’ils seraient le meilleur des atouts dans notre éternel duel.

En regardant Anna en cet instant, je nourrissais tout de même quelques réserves face à sa décision. Après seulement une attaque de Hyde, elle se sentait perdue et terrorisée face à moi. Avait-elle réellement les épaules pour cette tâche difficile ? Cette idée s’était encore affirmée lorsque j’avais observé les blessures sur son poignet. Au fond, ce n’était pas sa cicatrice qui avait nourrit mes craintes, non c’était sa réaction au moment où j’avais tenu sa main dans la sienne. Instinctivement, elle avait réagi par peur et même si elle s’était efforcée de ne pas bouger, j’avais ressenti la peur et le dégoût dans son attitude. Elle rejetait Hyde de toutes ses forces et je crains qu’elle n’en vienne à en faire de même avec mon nouveau moi, avec ce physique qui devait très certainement hanté ses cauchemars.

C’est pour cette raison que je fus surpris de la voir réagir avec tant de véhémence à mes paroles. Elle ignorait encore bien des choses sur Hyde et le fait qu’il apparaisse à chaque fois qu’une pulsion s’emparait de moi en faisait partie. Pourtant, je n’avais dit que la plus stricte vérité. Au fond, j’ignorais tout de l’ivresse de l’Amour. Hyde prenant le dessus sur moi à chacun de ces moments charnels et passionnés, je n’avais aucune idée du plaisir que le sexe pouvait procurer. Je n’avais réellement connus aucun de mes amants ou de mes maîtresses. J’avais oublié la douceur de leur peau et le goût de leurs baisers. Pourtant, je n’eus pas le cœur de briser encore l’âme d’Anna. Il me fallait trouver des paroles réconfortantes pour qu’elle ne s’en inquiète pas trop. C’est ce que je fis en me rapprochant d’elle. Je lui souris alors tendrement et répondit à ses inquiétudes.

- Anna, je t’aime sincèrement je te le promets. Si Hyde a pu prendre le contrôle sur moi lors de ces instants c’est justement parce que ton amour m’inspirait ces gestes tendres. Mais si cela peut te rassurer, sache que cela ne se reproduira plus. Je ne m’approcherais plus jamais de toi. Il est inutile de provoquer son retour.

J’avais laissé passer un instant de silence, le temps que cette nouvelle s’imprime dans la tête de ma jolie compagne. Je devais taire ces pulsions destructrices et l’éloignement physique faisait partie de mes meilleures garanties. Je repris après quelques instants de silence.

- Après tout, tu es mariée ! J’ai cru l’espace d’un instant que j’étais ton mari mais j’avais tort. Je n’aurais pas dû me permettre de nourrir de tels espoirs. Je crois qu’il est grand temps de devenir raisonnables !

La grande question restait encore posée et Anna n’était visiblement pas prête à y répondre. Elle me fit alors part d’une remarque qui me surpris beaucoup. Elle me demanda de lui apporter une tasse de chocolat. A cet instant-là, je ne pus m’empêcher de rire. C’était un rire nerveux mais sincère. Je lui souris alors amoureusement, lui expliquant la raison de ce rire impromptu.

- Navré ! Je suis navré… je n’aurais pas dû rire ! C’est juste que… cela me rassure de voir que certaines choses ne changeront jamais. Je vais t’apporter ton chocolat !

Je me relevais alors dans un bond et me précipitais vers la cuisine pour lui préparer son verre de chocolat. Je la laissais alors quelques instants seule dans mon salon, livrée à ses réflexions !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 129
Cœurs enchantés : 2597


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: « Je ne suis pas encore prête à vivre sans toi... » (marvin&anna)   Mer 21 Sep - 19:37

Un mois et quelques miettes de journée plus tard.
marvin & anna

Anna s’était armée d’une bravoure un peu maladroite, vierge d’expérience et on le sentait dans sa voix de princesse qui se sentait capable de déplacer des montagnes, alors qu’elle n’avait jamais soulevé une carafe d’eau pour se servir à boire. Il lui fit la remarque qu’elle était vraiment très butée et lui fit promettre de fuir avant qu’il ne soit trop tard. Elle avait hoché la tête, aussi convaincante qu’elle l’avait été en aboyant qu’elle ne fuirait pas devant les obstacles. Elle ferait à son feeling et tiendrait le plus longtemps possible. Marvin posa une regard inquiet sur Anna. Un regard qu’elle ne remarqua pas. Il se demandait si elle serait assez forte pour tenir face à ses problèmes un peu obscurs. Il est vrai qu’elle était encore terrorisée, mais elle chercherait en elle la force de se battre et le courage de l’affronter une nouvelle fois. Elle ne serait plus surprise ou prise au dépourvu. Elle avait déjà eu une visite, la deuxième ne pouvait pas être si terrible. Du moins Anna l’espérait. Et surtout, elle espérait avoir cette force dont Marvin doutait. Il y avait de quoi douter. Anna n’était pas une femme comme Mérida. Certes, elle avait bravé des golems et escaladé des montagnes, mais c’était bien différent. Or, on ne pouvait écraser son grand optimisme qui pouvait l’aider à affronter bien des soucis et ne pas se laisser abattre. Elle avait cette force là, en espérant qu’elle serait assez puissante et patiente face à Hyde.

La rousse n’arrêtait de le regarder. Il se tenait si loin d’elle. Elle aurait aimé qu’ils soit assis à ses cotés, les bras autour d’elle ou au moins qu’il prenne ses mains dans les siennes pour lui montrer son soutien. Mais d’un autre côté, elle n’arrivait pas à se faire à ce visage. Et si Hyde venait et lui passait ces mains autour de sa gorge ? La pauvre princesse était tellement tiraillée par tout un cocktail d’émotion qu’elle n’arrivait pas à gérer. Il avait fini par lui prendre la main et elle était craintive. C’est ce qui était ressorti en premier dans la roulette de ses sentiments. Tout était si contradictoire dans sa tête. La pauvre enfant était épuisée. Marvin avait tenté de la rassurer ensuite sur un sujet très délicat. Tout ce qu’elle entendait, c’était qu’un autre avait couché avec elle. Un autre qu’elle ne voulait pas. Elle s’en mordit la lèvre pour ne pas trop pleurer, mais elle préférait détourner le regard alors que ses yeux s’alourdissaient de larme. Elle avait secoué la tête, comme pour confirmer qu’elle ne voulait y croire. Elle l’avait deviné, mais de lui entendre dire c’était pire encore. Elle savait bien pourtant au fond d’elle que Hyde lui avait dit la vérité. Or, elle avait gardé l’espoir qu’il lui ai menti par pure méchanceté gratuite. Elle inspira profondément en regardant en l’air pour se contenir un peu. Il se tut un instant et le reste ne fit que l’assomer un peu plus. Elle ferma les yeux un instant, s’arrêtant de respirer. Elle aurait tant aimé que le temps s’arrête. Elle ne préférait même pas répondre. Après tout, il avait raison. Elle était mariée. Puis lui aussi.

Elle était vraiment mal, et tout ce qui pouvait la réconforter pour le moment, avec une petite touche d’envie de femme enceinte, c'était un chocolat chaud. Marvin se mit à rire et Anna, les yeux rougies par la tristesse le fusilla du regard. Puis elle s’attendrit en voyant son sourire. C’était le même ou presque. Disons que ce qu’il dégageait était semblable à ceux qu’elle avait vu sur son vrai visage. Il disparut alors lui préparer sa tasse. Anna gigota sa bouche en plusieurs grimaces puis se laissa glisser en position allongée dans le canapé. Elle tira sur le plaid qui reposait sur le dossier du meuble et se recouvrit avec. Elle dévisagea ensuite le pingouin, sceptique. « Tu veux quelque chose ? » avait-elle demandé un peu sèchement – beaucoup plus qu’elle ne le souhaitait – avant de se cacher le visage dans les manches trop longues de son gilet. Elle attrapa ensuite un oreiller qu’elle se glissa sous la tête et son regard fixait le vide, pensive. Le parfum de Marvin était partout et elle se surpris elle-même à respirer avec ravissement l’odeur sur l’oreiller qu’elle enlaçait de ses bras, un dessous et l’autre dessus, proche de son visage.

Marvin finit par revenir et elle ne se releva même pas alors qu’elle pouvait voir la tasse de chocolat chaud fumante sur la table basse. Elle murmura un « merci » et continuait à avoir l’air ailleurs. « Tu ne veux plus ni me voir, ni m’aimer ? Si je rentre à Arendelle, ça devrait être un allé simple ? Est-ce bien ça que tu as dis ? » finit-elle par délier sa langue avec difficulté. « Et le bébé… Je vais faire comment ? Je… C’est peut-être mieux que je m’en aille en fait. Que je retourne dans mon royaume. S’il compte gardé l’enfant pour lui. Enfin je dois partir pour le protéger ? Mais y’a Kristoff... mais qu’est-ce que je vais faire » sentit-elle un nouveau flot de larme lui encombrer la gorge de sanglot. Elle se redressa alors et attrapa la tasse. Elle en prit une gorgée qu’elle avala en grimaçant de douleur. Elle venait de se brûler la langue et la trachée. « J’ai oubliée de souffler ! » finit-il par éclater en larme. Pour le coup, c’était les hormones. « Et je vais brûlé le bébé !!! Pourquoi est-ce que j’ai avalé ! » parce qu’elle avait été éduquée à ne pas cracher. Elle reposa la tasse et faisait une moue boudeuse en posant instinctivement sur son ventre, puis l’observait. Elle n’arrivait pas encore à croire qu’il y avait de la vie en son sein. Elle était encore secouée de léger sanglot.
acidbrain



_________________

« All my life has been a series of doors in my face
And then suddenly I bump into you
 — I've been searching my whole life to find my own place »

(love is open door)

Pour me contacter, passez par Briar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 566
Cœurs enchantés : 8219


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: « Je ne suis pas encore prête à vivre sans toi... » (marvin&anna)   Ven 23 Sep - 11:26


❝Je ne suis pas prête à vivre sans toi❞
Marvin E. Kandinski & Anna Sorensen

Impuissant devant la détresse de ma compagne, j’avais fini par lui accorder la première des faveurs qu’elle m’ait demandé. C’était la moindre des choses après l’enfer que je lui faisais vivre… non l’enfer qu’IL lui faisait vivre ! L’attitude d’Anna ne cessait de m’inquiéter. Je l'observais le regard perdu dans le vague s’allonger sur le canapé du salon, visiblement épuisée par tous les évènements qui l’avaient grandement secouée. Un tel stress dans son état n’était jamais bon. La jeune femme enceinte prenait de grands risques pour le bon déroulement de sa grossesse en subissant un tel stress. En mon fort intérieur, je ne pouvais que m’interroger sur ce petit être qui grandissait en elle. Cet enfant que Hyde désirait tant avoir pour des raisons qui m’étaient encore inconnues. Je ne souhaitais pas en parler à Anna, ce n’était visiblement pas le meilleur des instants.

Lui souriant tendrement, je la laissais se reposer et partis dans la cuisine pour lui préparer un bon chocolat chaud. Je mis tout le soin et l’amour du monde dans la préparation de cette boisson. Je tenais absolument à ce qu’Anna puisse comprendre en la dégustant que même avec Hyde entre nous, je l’aimais toujours. Je profitais de ce moment de solitude pour faire le point sur mes propres émotions. Les paroles que j’avais lancées à Anna avaient été si dures. Je lui avais fait part de ma décision de ne plus jamais m’approcher d’elle, de ne plus être son amant. Notre jolie bulle de rêve paradisiaque avait fini par éclater ! Notre liaison arrivait déjà à son terme et je le regrettais tellement. La pensée que plus jamais je ne pourrais poser mes lèvres sur les siennes ou la prendre dans mes bras me mettait au supplice. La seule chose qui me consolais était la conviction que tout était pour le mieux. Anna finirait peut-être par se lasser de moi pour courir se réfugier à nouveau dans les bras de son mari. C’était sans nulle doute la meilleure des choses qui pouvait lui arriver. Alors pourquoi est-ce je me sentais si mal à cette idée ? Pour quelle raison est-ce mon cœur se brisait en pensant que je laisserais Kristoff reprendre si facilement reprendre sa place dans le cœur de ma jolie princesse ? Pourquoi n’avais-je pas droit à un peu de bonheur en vivant une vie heureuse auprès de cette femme adorable et de notre enfant ? Pourquoi fallait-il que cet auteur de malheur m’accorde toujours la place du méchant qui m’interdisais toute chance de bonheur ? Etais-je vraiment le gardien des péchés de Hyde ? Je n’avais rien fait pour mériter un sort aussi cruel ! C’était tellement injuste que je doive payer moi les crimes commis par une partie de moi que j’étais incapable de contrôler ! C’était injuste que les personnes que j’aimais tant doivent payer leur attachement de la manière la plus cruelle qui soit !

Terrorisé par ces images d’Anna tellement choquée et affaiblie, je restais dans ma cuisine craignant de devoir la rejoindre. Un instant, je laissais mon regard être porté vers l’image que la glace de l’un de mes placards renvoyait de moi. Le visage de Hyde qui désormais serait le mien à jamais me plongeait dans une telle colère et un tel désespoir. Furieux, je lançais la tasse vide que je tenais dans ma main au travers de la vitre et plaçant une main devant ma bouche, je me mis à hurler avec une haine sans égale. Je profitais ensuite de la solitude de ma cuisine pour m’asseoir à table et sangloter en silence. Entre deux sanglots je trouvais le courage de prononcer quelques mots à l’encontre de mon pire ennemi.

- Sois maudit Hyde, sois maudit pour tout ce que tu lui as fait subir !

Quelques minutes passèrent ainsi. Après avoir retrouvé mon calme et essuyer les larmes qui perlaient encore à mes yeux. Je me relevais et affichant à nouveau un sourire de façade, je rejoignis ma compagne une tasse de chocolat chaud à la main. Je le tendis alors à Anna, un regard emplis de compassion et m’asseyais ensuite à ses côtés. Les questions d’Anna ne firent qu’agrandir encore la peine qui enserraient mon cœur dans un étau. Entendre ces paroles prononcées de la bouche-même de mon adorée me faisait réaliser la cruauté de mes paroles.

- Anna, crois-moi cette solution ne me plaît pas plus qu’à toi… Si j’en avais la possibilité… si j’avais le choix, jamais je ne prendrais un telle décision ! Je ne veux pas que tu me laisses, je voudrais… je voudrais tellement vivre le restant de ma vie à tes côtés en élevant notre enfant. Ce serait mon vœu le plus cher, mais je ne peux pas ! L’ombre de Hyde planera toujours au-dessus de notre bonheur, comme un oiseau malveillant. Il veillera à ce que tous nos instants de bonheur soient réduits à néant… nous ne pourrons jamais vivre ensemble !

Je me relevais un instant de mon canapé. Tournant le dos à Anna, je tentais de reprendre ma respiration et de calmer les sanglots qui brisaient ma voix. Je reprise ensuite ma place initiale sur le canapé.

- Ecoute, tant que je n’aurais pas trouvé un moyen de combattre Hyde et de le réduire à néant, nous conserverons une certaine distance mais ce n’est pas pour autant que nous ne pourrons plus nous voir. Je te jure sur la tête de notre enfant, que je trouverais un remède et un moyen de me débarrasser définitivement de ce monstre ! Après cela, nous discuterons de ce que nous ferons de notre avenir ! Mais pour que nos projets se réalisent, il faut que tu m’aides à comprendre…

C’est alors qu’Anna goûta à son chocolat chaud, craignant pour la sécurité de son bébé. Si le cœur était là, j’aurais certainement prêter plus attention aux paroles d’Anna et j’aurais tenté de lui expliquer pour quelle raison cela était impossible. Mais je perdais soudainement patience. Il fallait que j’obtienne les réponses à cette question que je me posais. Je plongeais alors dans le plus grand sérieux, plongeant mon regard dans le sien, plaçant mes deux mains sur chaque côté du visage d’Anna pour être persuadé qu’elle prêterais une attention soutenue à mes propos.

- Anna, il faut que tu m’expliques. Pour quelle raison Hyde désirait cet enfant ? Que compte-t-il faire de notre bébé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 129
Cœurs enchantés : 2597


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: « Je ne suis pas encore prête à vivre sans toi... » (marvin&anna)   Mar 25 Oct - 17:29

Un mois et quelques miettes de journée plus tard.
marvin & anna

Anna ne lui avait pas laissé le temps d’arriver que déjà elle lui posait des questions qui étaient bien lourdes en son coeur. Les réponses, elles les craignaient et quand elle l’entendit Marvin parlé, elle se disait qu’elle avait bien fait de les craindre. C’était comme un coup de poignard et la lame qui s’enfonçait lentement à chacun de ses mots. Pire que de tout arrêter, elle devrait résister à la tentation de se partager leur sentiment dans l’espoir qu’un jour cela s’améliore. Mais quand ? Hein ! Quand !? Il y a toujours un autre problème. Ca s’arrêtera quand finalement ? Est-ce qu’on a vraiment besoin de tout ça pour nourrir l’espoir. Car clairement, plus les jours passent et moins je me dis que je vais en avoir. Quel espoir j’ai que tout s’arrange. Je n’ai pas un scénario ou quelqu’un s’en sort indemne, que ce soit Marvin, Kristoff, Elsa ou moi… Il en a forcément un qui devra payer mes bêtises d’idiote amoureuse ! Et si je le libérais maintenant… Ce sera peut-être plus facile pour lui. Tu n’es qu’une égoïste Anna. Tu penses trop bêtement à toi sans te dire que ça touchera les autres. Regarde ce que t’as fais en voulant te marier avec Hans… Jamais tu t’es dis que ta soeur avait peut-être pas envie d’ouvrir ses portes car elle avait des choses à cacher pour sa survie. Et là, tu t’es pas dis qu’à un moment t’allais finir par tomber enceinte. Bien sûr que non ! Idiote !

Elle inspira profondément et prit sur elle. Elle répondit : « Tu as sûrement raison, renifla t-elle. De toutes les façons, on savait que ça devait s’arrêter. Je suis mariée… Et je… j’aime Kristoff, ça ne fait aucun doute. C’est juste différent. Les sentiments que je vous porte ne sont pas les mêmes. Et on l’avait dit : on n’avait aucun avenir. Mais... Et si ? Et bah non pas de « et si », parce que Kristoff. Je ne peux pas l’abandonner. Pas moi. Il m’a presque sauvé la vie » et toi tu as attenté à la mienne… Le poids n’est pas le même dans la balance si je me dois d’être diplomate et raisonnée… et de l’avoir pensée, elle retint un sanglot. « Je voulais juste continuer de vivre notre idylle comme on le faisait. Si personne ne le sait, on ne fait de mal à personne et on est libre de s’aimer sans complexe. Enfin c’était comme ça que ça devait se passer… » aussi aimante et bienveillante elle pouvait être, elle avait ses principes un peu égoïstes qu’elle serait incapable de sacrifier pour le bien-être de son esprit déjà bien secoué. D’où le fait que cette grossesse était merveilleuse, mais aussi un poids qui la profondeur de ses tourments, aussi froids et obscurs que le fond de l’océan.

Ensuite, elle se brûla la langue avec le chocolat. Cela fit sourire Marvin et détendit un peu l’atmosphère, mais pas pour longtemps. Son amant lui attrapa le visage et vint encore la planter devant une question dont elle n’avait pas envie de répondre. Elle se dégagea du regard de Marvin et baissa les yeux. Elle lui prit les mains et les serra pour chercher son soutient et sa compassion : « Je ne veux pas en parler… Je veux pas le dire tant que je n’aurais pas la certitude que tout peut s’arranger. S’il te plait. » lui demandait-elle de ne pas lui en demander plus. Elle lui en parlerait quelques jours plus tard, lui dirait ce que Hyde avait dit presque mot pour mot. Mais pour l’instant, elle n’en avait pas la force. Elle vint doucement s’appuyer contre Marvin après s’être laissé glisser contre le dossier du canapé. La tête d’Anna reposait lourdement contre le bras de Marvin. Elle avait toujours la tasse entre les mains, et toute recroquevillée sur elle-même, les pieds sur le canapé. « Donc qu’est-ce qu’on va faire ? On se voit par politesse pour un café le samedi histoire que je te parle de l’évolution de la situation de mon côté, puis … C’est tout ? »  Elle se redressa pour poser sa tasse sur la table basse et se passa une main lasse dans les cheveux. « Et comment je vais faire avec Kristoff ? Tu as entendu parler du portail gardé par les lapins. Il faut que je retourne à Arendelle. Je peux pas repousser ça pour dans neuf mois… »

Les larmes lui montaient encore aux yeux. Et si c’était la seule solution. Elle crevait d’envie de voir sa soeur et surtout qu’elle soit là pour l’aider. La soutenir même avec ses sermons. Elle se frotta le visage et resta ce dernier cacher derrière ses mains. Pour la première fois de sa vie, Anna n’en pouvait plus et ne savait pas quoi faire.   
acidbrain



_________________

« All my life has been a series of doors in my face
And then suddenly I bump into you
 — I've been searching my whole life to find my own place »

(love is open door)

Pour me contacter, passez par Briar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 566
Cœurs enchantés : 8219


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: « Je ne suis pas encore prête à vivre sans toi... » (marvin&anna)   Mer 26 Oct - 20:17


❝Je ne suis pas prête à vivre sans toi❞
Marvin E. Kandinski & Anna Sorensen


Les propos d’Anna étaient très durs à entendre. Même si je tentais de les cacher au mieux, je ne pouvais m’empêcher de sentir mon cœur se serré au fur et à mesure de son monologue. Je savais que notre idylle amoureuse ne durait pas bien longtemps mais j’avais gardé dans mon cœur l’espoir secret qu’un jour tout s’améliorerait. Que nous pourrions profiter de ses sentiments sincères et douloureux que nous partagions sans faire de mal à qui que ce soit. Cependant, il vient un moment ou l’adultère devient un secret si lourd qu’il finit par se révéler de lui-même. J’en voulais énormément à Hyde, bien naturellement. Je ne pouvais lui pardonner les blessures qu’il avait infligé à ma princesse. Mais dans le fond, j’avais désiré cette idylle autant que lui. Il n’avait fait que me forcer à exprimer ce désir que mon cœur et mon corps criaient au diapason. J’étais tout aussi coupable que lui ! Désormais nous nous retrouvions tous les deux Anna et moi dans une impasse, rongés par la culpabilité et le désespoir. Ce n’était pourtant pas faute de l’avoir prévenue. Chacune de mes relations s’était terminée dans le sang et les larmes ! Aujourd’hui encore, plus le temps passait plus j’avais conscience de ce rêve qui allait être brisé. Je n’aurais jamais le droit à ma fin heureuse ! Je n’aurais jamais le droit au bonheur ultime de vivre une belle et grande histoire d’amour au côté d’une femme et d’un enfant ! Bientôt, très bientôt, je me retrouverais seul, abandonné par mes proches qui avaient su donné un sens à ma vie. Qu’avais-je donc pour mériter ça ? Pour mériter Hyde ?

Soupirant légèrement, je jetais un regard attristé vers Anna. Je tentais de sourire du mieux que je pouvais même si cette situation me remplissait d’une douleur indescriptible. Au fond de moi, je savais que je ne pouvais pas me montrer aussi égoïste. Si Anna désirait retourner auprès de son marchand de glace, qui étais-je pour l’en empêcher ? Je tentais au mieux de me raisonner et de faire preuve de sagesse. Pourtant je ne trouvais pas le courage de la laisser partir. Je ne voulais pas me séparer d’elle. C’était là tout le problème lorsque Hyde se plaisait à torturer les personnes que j’aimais. J’avais développé un tel sentiment de dépendance envers eux que je ne pouvais pas imaginer avoir le courage de vivre ma vie sans qu’ils soient à mes côtés. Ils étaient les seuls à pouvoir vaincre Hyde grâce à leur soutien et à leur affection. Cela, mon jumeau diabolique ne pouvait le supporter. Hyde n’avait de cesse de les torturer et de les tourmenter. L’amour que je leur donnais sans compter, Hyde le transformait en haine et se servait de mes sentiments comme d’une arme à double tranchant. Plus je les aimais, plus grand était le danger ! Kristoff était sans doute un meilleur époux que je ne le serais jamais. Après tout, lui n’était pas rongé par les démons qui me tourmentaient ! Je regardais Anna mais ne prononçais aucun mot. J’avais tellement peur que mes paroles de sagesse finissent par la convaincre de partir. Dans le silence, je laissais des larmes discrètes s’écouler de mes yeux rougis par le chagrin !

A présent, je me devais de la protéger. De les protéger tous les deux ! Hyde en voulait à notre enfant et je ne pouvais m’empêcher de vouloir obtenir des réponses. Je tentais alors de questionner Anna mais je ne fis pas preuve d’un grand tact. Ma princesse ne répondrait pas à mes questions, elle n’en avait pas le courage. Je n’avais aucun moyen de les obtenir sans m’énerver et je savais ou cette rage me mènerait indubitablement. Anna n’avait-elle pas assez souffert des brusqueries de Hyde pour que je me mette à en faire de même ? Secouant légèrement la tête, je fermais les yeux un instant espérant calmer ses interrogations qui ne faisaient que briser mon calme intérieur. En ouvrant les yeux, je souris à Anna et relâcha mon emprise sur son visage.

- Je te demande pardon Anna. Je… je n’avais pas le droit de te brusquer ! Je peux comprendre que cette situation te mette particulièrement mal à l’aise. De toutes manières, une fois que je me serais débarrasser de Hyde, tout ça n’aura plus d’importance.

Reprenant ma place initiale, je vis Anna se pencher légèrement sur moi. Je fus touché par ce petit geste, sentant la tête de la rouquine s’appuyer contre mon bras en toute confiance. Elle n’avait donc plus peur de moi ? Elle n’était pas plus dégoûtée que ça par ma nouvelle apparence, celle de l’homme qui s’en était pris à elle ? Sans réfléchir, je relevais mon bras pour le placer autour de ses épaules. Je la rapprochais de moi, répondant à ce désir de se sentir épauler et soutenu dans cette épreuve.

- Je n’en sais rien Anna… Peut-être que oui ou peut-être que non ! C’est trop précipité pour le moment. Je pense qu’il serait bon que nous nous éloignions quelques temps. Le temps que nous prenions une décision en ce qui nous concerne...

Me dégageant de cette étreinte, j’adoptais une mine beaucoup plus sérieuse et adressais un regard interrogateur à Anna.

- Il faut aussi prendre une décision capitale. Qu’allons-nous faire de cet enfant à naître ? Est-ce que nous allons le garder ? Je sais que ma question est horrible mais elle est hélas inévitable. Est-ce que tu penses que tu auras le courage de l’élever malgré cet immense secret qui planera toujours au-dessus de sa tête ?

Anna me fit alors part de son désir de retourner à Arendelle. Je ne la contredis pas. Comme je le disais, c’était sans doute la meilleure des solutions ! Nous avions besoin de prendre un peu de distance pour réfléchir à cette situation et prendre une décision mûrement réfléchie. Je lui souris donc et hocha la tête.

- Il me semble avoir entendu parler de l’ouverture des portails entre les mondes oui ! Je comprends que tu aies besoin de les revoir après tout ce temps. Si tu cherches mon approbation tu l’as. Je me demande simplement… comment feras-tu s’ils se rendent compte que tu portes un enfant ? Que leur raconteras-tu comme histoire ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Je ne suis pas encore prête à vivre sans toi... » (marvin&anna)   

Revenir en haut Aller en bas
 
« Je ne suis pas encore prête à vivre sans toi... » (marvin&anna)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» voilà, j'suis là aussi
» doumeni : Je suis nouvelle...
» Bonjour je suis nouvelle
» Ma collec (finalement je suis raisonnable lol)
» Bonjour je suis une addicte...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No Kindness Left :: Bienvenue à Storybrooke :: Quartier Turner :: Les maisons :: Maison de Marvin E. Kandinski-
Sauter vers: