AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Tumblr  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 "They'll learn much more, than I'll never know" - (feat Allan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité




MessageSujet: "They'll learn much more, than I'll never know" - (feat Allan)   Mer 8 Juin - 19:53

8 juin 2016 - Cela faisait déjà un bout de temps que la malédiction avait été levée. Enfin, un bout de temps, tout est relatif. Pour un être immortel, comme moi, les évènements passés se sont succédés avec une grande rapidité. C’était peut-être pour ça que j’avais mis autant de temps avant de me décider à bouger, à faire ce pourquoi j’étais venue. Il fallait dire que la malédiction m’avait également quelque peu… bousculé. On ne peut pas imaginer le traumatisme qu’était de vivre encore et encore la même journée, en boucle, avant d’avoir eu à le subir. Et qu’avais-je, alors, à faire d’autre que de revenir sur ma vie, de me repasser en boucle mon histoire, y compris les parties que j’avais décidé de refouler au plus profond de mon être, dans le but vain de les oublier. Bref, au bout de 28 ans et quelques jours, en comptant ceux qui s’étaient écoulés depuis la levée de la malédiction, j’avais compris qu’il n’y avait que deux options qui s’offraient à moi : continuer à me lamenter ou avancer. Et il fallait bien avouer que la simple idée d’abandonner me mettait hors de moi. J’avais déjà passé bien trop de temps à… à rien faire. Mais alors strictement rien. Er surtout, cette ville, Storybrooke, m’apportait quelque chose que je n’avais pas eu depuis mon arrivée au Lac : de l’espoir. Après tout, ici, j’étais vraiment comme une humaine. N’était-ce pas l’occasion d’essayer de vivre comme eux, de s’amuser comme eux et de faire comme si chaque jours pouvait être le dernier ? Oui, il avait fallut le temps, mais j’étais bel et bien en train de me relever. Or, il y avait une chose qui me tenait à coeur. Une chose que j’aurais dû faire il y a déjà bien longtemps. Seulement, la peur m’avait arrêté. Même maintenant, elle me ralentissait, elle m’empêchait d’aller voir directement cette personne que je n’avais jamais quitté des yeux. Lancelot. Bien sûr, je savais qui il était. J’avais vu sa venue en ville. J’avais faillis pleurer de joie en le voyant en face de moi. je pouvais pratiquement le toucher, le serrer dans mes bras, lui dire… tout ce que j’avais sur le coeur… Mais lui ne se souvenait plus de moi. Et je n’avais pas la puissance nécessaire pour les lui redonner. Puis, petit à petit, l’appréhension avait repris le dessus. Une fois de plus, je m’étais cachée. Ça aussi, c’était vraiment ma spécialité.

Seulement voilà, avec la levée de la malédiction, j’ai appris qu’il avait retrouvé tout ses souvenirs. Lancelot se souvenait de moi. Bref, le moment était idéal pour essayer de recoller les pots cassés avec Lance. Mais non. Encore une fois, je n’arrivais pas à faire le premier pas. Sauf que voilà, je voulais vraiment avoir des nouvelles de mon fils adoptif. Et cette ville était si peu pourvue de magie que j’étais incapable d’utiliser l’eau pour suivre les personnes que je voulais. D’un coup, un sourire éclaira mon visage. Certes, je n’étais pas tout à fait prête à subir les foudres de Lance, mais je connaissais une personne qui était assez proche de lui pour pouvoir me répondre. Mon cher neveux, Allan. Après tout, si quelqu’un était proche de Lance, c’était bien lui. Et je savais parfaitement où le trouver à cette heure. Après tout, j’avais également veillé sur lui, en souvenir de sa grand-mère, Ygerne. Mon regard s’empli de tristesse en me souvenant de celle qui avait été ma soeur, une fée du lac, mon amie,… Bref, j’avais déjà rencontré Allan, je l’avais aidé pour quelques petites choses, et j’espérais bien qu’il se souviendrait de sa chère tata. En fait, il avait plutôt intérêt à se souvenir de moi, je ne faisais pas partie des personnes que l’on oubliait facilement, enfin, c’était ce que j’aimais me dire.

C’est comme ça que je me retrouvais devant la caserne des pompiers. Connaissant la haute estime que la personne que j’allais rencontrée avait d’elle-même, je m’attendais presque à la voir se balader torse nu, un sourire éclatant sur les lèvres, et étaler sa musculature en mode « je suis super sexy, admirez-moi, voyez la perfection que vous n’atteindrez jamais.. » Parfois, je me demandais si sa vantardise m’amusait ou me révoltait. Enfin, je ne pouvais tout de même pas m’empêcher de ressentir de l’attachement pour ce petit garçon que j’avais vu grandir. J’étais en train de me remémorer tous ces bons souvenirs, lorsque la personne que j’attendais passa devant moi. Prenant une grande inspiration pour me donner du courage, je me dirigeais vers lui, un sourire éclatant sur le visage. Parce que oui, j’étais contente de le revoir ce petit, de pouvoir à nouveau discuter avec lui… même si je ne garantissait pas de ne pas regretter cette démarche à un moment ou à un autre. « Allan, mon cher, je vois que vous êtes toujours aussi resplendissant… Cela fait plaisir à voir. » À ce moment, je me tenais devant lui, mes yeux rivés sur les siens, attendant de voir sa réaction. Me mordant le lèvres, j’essayais de chasser l’idée saugrenue qui m’était venue à l’esprit. Non, je n’allais pas ouvrir grand mes bras en disant d’un air idiot « Alors ? !On embrasse pas sa tantine ? » J’avais beaucoup plus de tenue que ça. À croire que les 28 années passé ici m’avaient retourné le cerveau.
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 142
Cœurs enchantés : 1855


MessageSujet: Re: "They'll learn much more, than I'll never know" - (feat Allan)   Mar 14 Juin - 11:23

Parfois il était bon de revenir aux bases et aux traditions. D'accord les pompiers de Storybrooke n'était pas ce qu'il y avait de plus sollicité et peut-être même qu'ils auraient pu se contenter de boire des mojitos (sans alcool) en attendant d'être appelés en intervention. Mais Allan de Dale, ne l'entendait pas de cette oreille. Hors de question de se laisser aller! La perfection se travaillait à chaque instant et ils avaient parfois des vies entre leurs mains. Alors chacun devait y mettre du sien. Bras croisés, jambes bien implantées dans le sol, Allan observait ses collègues dans l'épreuve de la planche. Il aurait pu se mettre en colère et gueuler un bon coup si il avait été un pompier quelconque. Mais en tant que le meilleur des meilleurs il se devait d'observer une attitude toujours irréprochable.

Intérieurement il fulminait de voir qu'une bonne partie de la brigade n'était pas fichue de parvenir à se hisser sur cette planche située à 2 m 40 du sol ! Ca avait été de la rigolade lorsque les hommes avaient commencé l'épreuve torse nu. Mais avec tout l'équipement sur le dos, les sourires avaient laissé place à un silence consterné mélangé de sueur. Bordel, mais qu'est ce que leurs instructeurs leur avait appris ici

- Stop !

Allan venait de capter l'attention. Son charisme faisait une fois de plus ses preuves. Torse nu, les muscles saillants il se plaça au milieu de ses collègues et s'équipa dans le bon ordre de sa tenue de feu. Il avait vingt-trois kilos supplémentaire sur le dos.

- Je vais décomposer le mouvement. Regardez-moi bien !

Inutile de le préciser, le superbe Allan avait déjà tous les regards braqués sur lui. Le jeune homme sauta agilement et se plaça en suspension sous la planche, puis, à la force de ses bras et grâce à un léger balancement de pieds vers l'avant il parvint à se hisser, au dessus de celle-ci, à se retourner et à s'asseoir.

- Le pompier doit être capable de sauver les autres mais avant tout de se sauver lui-même. Cet exercice est la base de tout. Travaillez vos muscles et votre coordination. Vous réussirez.

Un sourire éclatant apparu sur le visage du bel Appolon. Il avait fait son effet c'était certain! Et il était prêt à signer des autographes...Une douche plus tard, et en tenue de civil le jeune homme sortit de la caserne pour rentrer à la maison. C'est alors qu'une femme se planta devant lui. Par habitude il allait sortir son sourire colgate numéro quatre et lui envoyer un clin d'oeil charmeur. Car oui, Allan était un homme sollicité par la gente féminine qui avait l'habitude de gérer ça. Mais lorsqu'il reconnut la femme en question son coeur fit un bond. Ni une, ni deux il l'enveloppa dans ses bras.

- Viviane, vous ici!

Dans la même étreinte qu'un fils pouvait avoir pour sa mère il serrait sa tante contre son coeur réalisant que c'était bien elle et qu'elle était bien là à Stroybrooke. Cette tante qui avait été bien plus sa mère que sa génétrice était une des femmes de sa vie sans le moindre doute. Alors la retrouver ici était juste...incroyable. La prenant par les mains pour la contempler, il murmura

- Le temps n'a pas de prise sur vous. Vous êtes toujours aussi belle!

La Dame du lac avait su conquérir bien des coeurs et il n'était pas bien difficile de comprendre pourquoi. Allan, lui, avait encore du mal à croire qu'elle était là dans cette petite ville de rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité




MessageSujet: Re: "They'll learn much more, than I'll never know" - (feat Allan)   Mer 15 Juin - 23:56

8 juin 2016 - Étant donné que j’étais quelqu’un de bien élevée, si si, je vous assure, j’avais attendu la fin de l’entraînement des pompiers avant d’aller vers Allan. Je levais presque les yeux au ciel en le voyant torse nu. C’était fou comment ce petit ne changerait jamais. Enfin, mon regard consterné était compensé par mon sourire. Quoique fasse Allan, je ne pouvais m’empêcher de le trouver attachant. Et puis, il fallait bien avouer qu’il avait de quoi se considérer comme supérieur… à la plupart des humains. Enfin, je me mordais les joues pour ne pas exploser de rire devant le sourire éclatant qui apparut sur son visage une fois qu’il a prouvé sa supériorité en réussissant là où tous les autres avaient échoués. Cependant, une chance que j’étais sa tante et non une des nombreuses femmes qu’il avait l’habitude de courtiser. En fait, je crois sincèrement que si un homme se comportait avec moi comme il le faisait avec les nombreuses femmes qui se pâmaient à ses pieds… Il n’en sortirait pas indemne. D’un autre côté, j’aimais me dire que j’avais bien peu en commun avec ces pathétiques courtisanes qui se jetaient littéralement sur lui. Perdue dans mes réflexions au sujet des hommes et des femmes, j’avais failli le loupé à sa sortit, en tenue de civil. et après une bonne douche. Ce qui, je devais bien l’admettre, était appréciable, surtout lorsqu’il vint se jeter dans mes bras. Quoique soyons clair, même s’il avait senti le bouc, je lui aurait rendu son étreinte avec autant de plaisir que je le fis. Certes, j’étais rochon et intérieurement, je me plaignais d’un rien, mais retrouver Allan… me faisait bien plus plaisir que ce que j’avais pu imaginer. Je me surpris à serrer ses mains avec affections, savourant cette étreinte. J’avais toujours aimé élever ou guider les enfants. Allan, Lance, et il y en avait eu d’autre. Ils étaient purs et innocents. Et surtout, j’aimais leur joie de vivre, leur émerveillement devant toutes les choses que la nature portait à leurs yeux. Cet émerveillement que les hommes perdaient en grandissant. Que j’avais perdu il y avait si longtemps que ce que je ressentais alors n’était plus qu’un souvenir flou, perdu dans le brouillard de ma mémoire.

Mon sourire s’élargit encore en entendant son compliment. J’aimais les compliments, après tout, qui n’aimait pas ça ? Et il fallait bien le dire, les dieux étaient plus que toutes autres personnes, très réceptifs aux louanges. « Vous savez toujours ce qu’il faut dire à une femme pour lui plaire… Malheureusement, le temps peut causer bien plus que de simples dommages physiques, tels la pertes de quelques facultés. Je dois bien avouer que sur le plan moral, ces derniers 28 ans, ont été assez éprouvants… » Mon regard se perdit au loin, alors que je me remémorais la répétition, encore et encore, de cette maudite journée. C’était en parti à cause de ce mauvais souvenir que je ne pouvais plus travailler aux archives. Mais bon, je n’étais pas là pour broyer du noir, bien au contraire, si j’avais décidé de voir Allan, c’était pour aller de l’avant. « Enfin, la malédiction n’a été facile pour personne, bien que la plupart d’entre-nous ne s’en soit aperçu qu’à sa levée… » Secouant la tête pour chasser ces idées noirs, le sourire revient sur mon visage. « Je crois que nous avons beaucoup de temps à rattraper. Que dirais-tu de faire tout ceci devant une boisson ? Pourquoi pas Chez Granny ? À moins que tu préfères un autre endroit. » Je devais bien l’avouer, peu m’importait le lieu de la discussion, ce qui était intéressant, c’était son contenu. J’avais envie de connaître tous les détails. En fait, ce n’était pas tout à fait exact. Je connaissais suffisamment ce qui était arrivé à Allan, ses différentes vies, à l’exception de la dernière, durant laquelle j’étais coincée dans cette satanée boucle temporelle. Non, ce que je voulais, c’était connaître l’avis d’Allan sur tout ça. Comment avait-il pris la malédiction de Morguause ? Je devais bien avouer que ça me surprendrais qu’il lui saute dans les bras. Si jamais ils étaient amenés à se revoir. Que pouvait-il me dire sur Lance ? Et puis, un peu de compagnie ne me faisait pas de mal.

Je suivis donc Allan, me laissant guider par celui-ci. C’est vrai que ça faisait de bien de pouvoir parler à quelqu’un que je connaissais d’avant la malédiction. C’était… comme revenir chez soi après un long voyage. Tout y était plus rayonnant, et pourtant, la nostalgie menaçait de pointer le bout de son nez. Le tout, c’était de ne pas se laisser prendre par cette dernière, ce qui était bien plus facile à dire qu’à faire.
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 142
Cœurs enchantés : 1855


MessageSujet: Re: "They'll learn much more, than I'll never know" - (feat Allan)   Ven 1 Juil - 16:36

En effet Gauvain savait quoi dire pour plaire et toucher. Mais ce n'était pas seulement envers les femmes. Au cours de ses vies, il avait appris bon gré ou mal gré la diplomatie. Cette arme très redoutable lui avait servi de nombreuses fois. Néanmoins si il y avait une chose -encore une- dont l'ancien chevalier pouvait se vanter c'était bien de sa sincérité. Et c'est pour cette raison que ses compliments faisaient leur petit effet. Une barre de contrariété se forma sur son front parfait lorsque sa tante évoqua des dommages que le temps lui avait causé. Et quoi ? Avait-elle été maltraitée ? Ou jouait-elle cette carte pour attendrir son neveu afin de lui demander un service ensuite ? Viviane était elle aussi une fine diplomate lorsque le besoin s'en faisait sentir...et qu'elle ne se laissait pas aller à ses pulsions.

- Tout ira bien maintenant. Nous sommes en famille.

Viviane n'avait besoin d'aucun subterfuge pour gagner le pompier à sa cause. Les liens du sang et du coeur étaient assez forts. Le jeune homme ne dit rien lorsque sa tante insinua que la malédiction n'avait été facile pour personne. Pour lui ça avait été simple. Tout était toujours facile pour quelqu'un qui possédait des talents multiples dans les domaines les plus variés. Une seule vie et même la quatrième qu'il venait d'entamer ne suffisait pas à accomplir toutes les ambitions d'Allan. Parfois il se demandait même si la malédiction de sa mère n'avait pas fait de lui une sorte de Dieu : n'était-il pas immortel ? Mais par délicatesse il ne l'évoquerait pas et allait se consacrer entièrement à sa tante.

- Hum pas chez Granny! Je connais un endroit plus tranquille pas loin d'ici.

Viviane méritait bien mieux que la vulgaire cafétéria ouverte à n'importe quel clampin. Et lui aussi! Pas question d'étaler ses affaires personnelles à l'ouïe et à la vue de tous. Souriant, il prit le bras de Viviane.

- Je t'emmène. Tu pourras me raconter ce qui s'est passé pendant ces vingt-huit ans.

"Le Marquis" ressemblait à s'y méprendre un salon boudoir Français des années 1600. Des tables de jeu étaient disposés par ci par là. Des fauteuils étaient rassemblés en cercle pour pouvoir débattre, philosopher, jouter verbalement. Naturellement, la maîtresse des lieux reconnut tout de suite Allan et le salua chaleureusement avant de l'emmener dans "son" salon. Le pompier avait ses petites habitudes. Sur les murs s'étalaient des cadres de photos d'artistes ayant animé le lieu et Allan était en bonne place avec son groupe le sourire plus éblouissant que jamais. Le jeune-homme tira un fauteuil à sa tante pour l'aider à s'asseoir avant de prendre place à son tour.

- Je me sens bien ici. J'espère que ça sera pareil pour toi. Oh et commande ce qui te fait plaisir c'est moi qui régale!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité




MessageSujet: Re: "They'll learn much more, than I'll never know" - (feat Allan)   Ven 22 Juil - 22:07

8 juin 2016 - J’avoue, je m’étais laissé aller par la nostalgie. Chose qu’il ne fallait surtout pas, et cela était encore plus vrai lorsque l’on était immortel et que l’on avait vécut des milliers d’années. Vous imaginez le temps qu’il fallait, ne serait-ce que pour remonter ses souvenirs ? Et surtout, j’avais alors une légère tendance à me plaindre. Vous savez, un peu comme ces vieux à qui l’on demande comment ça va et qui vous répondent « ah ! tu sais la vieillesse… J’ai eu une opération de la hanche parce que j’ai raté une marche, je peux plus bouger pendant deux mois, j’ai des courbatures partout, de l’arthrite, je suis allé chez le dentiste et on a du me retirer toutes mes dents, maintenant je ne peux manger que de la compote… mais sinon, ça va… » On avait beau les aimer, ça devenait vite pénible, et on avait une petite tendance à les fuir. Hors, je n’avais aucune envie que l’on me fuit. Alors chassant ces idées noires de ma tête, un sourire apparut à nouveau sur mon visage. Oui, Allan avait raison : on était en famille. Il allait falloir que je me réhabitue à cela. Cela faisait tellement longtemps que je le surveillais, lui et Lance, de loin, sans jamais pouvoir leur parler, ni intervenir directement. Même si j’ai rêvé depuis longtemps changer cela, ce ne sera pas facile. Mais l’attitude d’Allan à mon égard facilitait grandement les choses. Il était vraiment attentionné, malgré toutes ces années. Et le voir comme ça… c’était comme voir le petit garçon dont je m’étais occupée. Et je pouvais assurer que je ne laisserait personne lui faire du mal. Je m’étais donc laissé entraîné dans un endroit que je ne connaissais pas encore. Oui, je l’avoue, j’étais une grande habituée de Chez Grany et je n’avais pas forcément eu l’occasion d’aller ailleurs. Ce que je regrettais un peu, en voyant le salon dans lequel m’emmenait Allan. Ouah ! Il était… juste ouah ! J’avais eu l’occasion de voir de tels décors, mais aucune de pouvoir en faire partie. Alors oui, mon sourire s’épanouie lorsque je compris qu’on allait boire un verre dans une réplique miniature du château de Versailles. « Je comprends qu’on puisse s’y sentir à l’aise. Je suis ravie que tu es toujours aussi bon goût. » Et il ajouta que c’était lui qui m’offrait le verre. J’aurais tout à fait pu le payer, mais je trouvais ça légèrement malpolie et vain de refuser et d’insister pour payer moi-même ma part. Et j’avoue que je voulais éviter le malaise qu’une conversation creuse de « non mais ne t’en fais pas, je peux payer » et de « je t’assure, ça me fait plaisir ». J’aurais bien d’autres occasions de remercier mon neveux.

Après avoir commandé un simple thé vert, redynamisant, je me souvenais de la proposition d’Allan de rattraper le temps perdu en se racontant ce qui s’était passé pendant ces 28 années. Je devais bien avouer que c’était essentiellement dans ce but que j’étais venue retrouver mon neveux. Parce que oui, même si j’avais observé d’assez loin et du mieux que je pouvais, sa vie depuis son arrivée à Storybrooke, sans ma magie, je ne pouvais plus les épier comme avant. Oui, dit comme ça, ça faisait assez… bizarre. Mais il n’y avait rien de malsain, au contraire, lorsque je les regardais évoluer. C’était le seul moyen, pour moi, de suivre leurs évolutions, de garder un lien, même infime avec les êtres qui m’étaient chers. Attendant que les boissons, j’observais Allan en silence. Je savais que pour certain, un long blanc les déstabilisait, mais moi, je trouvais ça… reposant. En fait, garder le silence avec quelqu’un, partager un tel moment avec lui, sans se sentir gêné… pour moi, c’était une grande marque d’affection. Certains disaient qu’un silence valait mille paroles. Ils avaient bien raisons. Un silence évoquait la même chose que les mots, haine, joie, tristesse, etc. mais en bien plus profond. Pendant ce temps là, j’observais Allan, essayant de voir s’il avait changé, s’il semblait éprouvé par les derniers évènements. Je ne fus guère étonnée de remarquer qu’il semblait bien, voire très bien se porter. Combien de fois j’avais enviée cette confiance inébranlable en lui qui caractérisait mon neveux. Nos boissons ayant été enfin apporté, la conversation pouvait commencer. Parce que, soyons clair je n’avais aucune envie d’être interrompue, encore moins d’être épiée.

Je pris une gorgée, profitant encore quelques secondes de ce calme. Enfin, je pris la parole. « Alors Allan, que s’est-il passé pour toi, durant toutes ces années ? Ça fait… tellement longtemps que l’on ne s’est pas vu que je ne saurais compter. » La mine calme, j’étais alors on ne peut plus attentive. Comme je regrettais de ne pas avoir le huitième de mes pouvoirs dans ce monde. Cela me faciliterait grandement la tâche. Mais écouter, j’avais toujours aimé ça, en particulier lorsque il s’agit d’un être cher. Avec un soupir ironique, j’ajoutais : « Pour moi, ces dernières années n’ont pas eu un intérêt marquant, au contraire, elles semblaient plus longue que des siècles. » Méfiante, je l’étais toujours. Et même si je faisais confiance à Allan, raison pour laquelle j’étais actuellement en face de lui, j’avais du mal à perdre mes vieilles habitudes.
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 142
Cœurs enchantés : 1855


MessageSujet: Re: "They'll learn much more, than I'll never know" - (feat Allan)   Mer 3 Aoû - 16:24

Allan faisait rouler les glaçons du scotch pure malt qu'il venait de commander. Content de voir que sa tante appréciait l'endroit et satisfait aussi qu'elle lui distribue des compliments à la louche. Si il avait su qu'elle vivait à Storybrooke il serait venu lui rendre visite plus souvent! Ca faisait longtemps qu'ils ne s'étaient plus vus en effet. Bien longtemps. Mais il se souvenait de la dernière fois.

- C'était pendant la célébration de Samain à Camelot. Un excellent banquet!

Orchestré par Guenièvre donc réussit comme toujours. La reine devait savoir distribuer les ordres qu'il fallait aux cuisines. Cette vie lui semblait bien loin. Presque irréelle. Comme un rêve mais pas désagréable. Peut-être que c'était une impression de la part de l'ancien chevalier mais son instinct hors du commun qui se réveillait lui soufflait que Viviane prenait des pincettes avec lui. Pourtant il ne lui voulait aucun mal bien au contraire. Elle souhaitait qu'il parle de lui en premier : soit !

- Mmmmh je n'ai pas vu le temps passer. Tout va toujours très vite. Tu vas voir que je vais encore finir cette vie avant même d'avoir le temps de dire "ouf"

Elle semblait avoir compté le jours au contraire. C'était étrange. Pas un instant Allan n'imaginait sa tante s'ennuyer. Elle avait de la ressource et du caractère.

- Ici Mère est chanteuse et Père travaille à la Maison Blanche. Comme tu peux le constater ils ne sont pas à plaindre. Mes frères non plus d'ailleurs.

Toujours riches les De Dale et toujours nobles surtout. Maman Sorcière avait du arranger cela.

- Je dois être le seul de la famille à travailler avec mes mains autant qu'avec ma tête. Quant à ma mutation ici elle date d'un an seulement. Du moins c'est ce qui apparait

Parce qu'en fait c'était peut-être pas vrai. Une malédiction dans une autre malédiction ça faisait quoi ? Ca ne s'annulait pas en tous cas.

- J'ai retrouvé des amis que j'avais connu avant. De précieux amis. Robin, Wyatt, Wil, Lance...

Il avait gardé le meilleur pour la fin. Lance le fils de la dame du Lac. Avait-elle repris contact avec lui ? Allan but une gorgée de son scotch et laissa Viviane digérer la nouvelle de la présence de sa progéniture à Storybrooke . A moins qu'elle ne le sache déjà...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité




MessageSujet: Re: "They'll learn much more, than I'll never know" - (feat Allan)   Dim 28 Aoû - 13:57

8 juin 2016 - Un sourire apparut sur mon visage en me remémorant de ce banquet. Je ne savais même plus pourquoi j’étais venu à ce dernier, sûrement pour voir Allan, Lance et… Merlin. Cependant, j’avais le souvenir d’un bon moment passé, bien avant que Lancelot ne connaisse l’origine de son histoire. La danse, la musique, la nourriture, avaient toujours été un délice pour les yeux. « Ah oui, cette fameuse fois ? Je ne me rappelle plus, combien de fille t’avaient regardé avec des yeux amoureux ? Je crois bien qu’elles étaient trop nombreuses pour pouvoir compter. » Légèrement moqueuse, je me souvenais à quel point cela m’avait rire. En partit parce que je ne pouvais m’empêcher de voir Allan comme le petit garçon que j’avais connu. Enfin, c’était un très agréable souvenir. Un peu comme un diné en famille. Et je devais bien avouer que pour une fois que je ne regardais pas le passé avec nostalgie, ça me faisait de bien. Dardant mon regard sur mon neveu, j’écoutais attentivement ce qui s’était passé depuis que je n’avais plus pu suivre le déroulement de leur vie. Secouant la tête amusée à son évocation de la vitesse à laquelle le temps passait, je connaissais suffisamment Allan pour savoir que l’ennui et lui ça faisait deux. J’étais sûr que dans ce monde, on pourrait le qualifier d’hyperactif. Il avait toujours quelque chose à faire. Après avoir bu une gorgée, je hochais la tête. « Je suis contente de voir que tu n’es pas dans le besoin, de même que ta famille. Et que tu t’en sorte aussi bien, même si cela ne m’étonne pas trop, je connais ta débrouillardise. » Je lui lançais un petit clin d’oeil complice. Oui, je commençais enfin à me détendre. Il fallait bien l’avouer, la malédiction avait dû -légèrement- jouer sur mes nerfs.

Intéressée, je me redressais en écoutant les personnes qu’il avait croisé à nouveau, attendant un nom en particulier… Lance. Oui, Lancelot était bien là. Je le savais, ou disons plutôt que je m’en doutais, puisque dans ce monde, je n’étais sûre de rien. Ce qui était… frustrant. Bien. Seulement, le soulagement fit rapidement place à nouveau à l’appréhension. Je ne devais plus reculer le moment de l’échéance. Il allait falloir que je lui parle, je n’avais pas le choix. Bon, certes, nous avions toujours le choix, disons plutôt que je n’avais jamais été aussi proche de mon fils depuis des années, et que si je ne saisissais pas cette opportunité, je ne savais pas si j’aurais la force de le faire un jour. Mais pour le moment… ne pensons pas à ça. « C’est vrai ? Comment vont-ils ? » Cette première question n’était que pur politesse. Je n’avais rien contre Robin, Wyatt ou Will, mais je n’étais certes pas très proche d’eux. J’avais suivit certaines de leur aventures de loin, lorsque ça concernait Lance et Allan, mais non, je n’arrivais pas à avoir un réel intérêt pour eux. Pas tant que je n’en saurais pas plus sur Lance. « Ça fait tellement longtemps que je n’ai pas revu mon fils… Comment va-t-il ? Il se fait à Storybrooke ? Il … » Je pris une grande inspiration avant de lancer un sourire désolée à mon neveu. Bon, s’il y avait quelqu’un en qui je pouvais avoir confiance, c’était bien en lui. Après tout, la famille, c’est une chose sacré. Oui, je sais, lorsqu’on voit certaines histoires familiales, on pouvait en douter, mais peu importe, j’avais entière confiance à Allan. « Désolée, mais je m’inquiète pour lui. Avant d’arriver à Storybrooke, j’ai pu suivre vos vies de loin, et donc je savais si vous alliez bien ou non. Mais ici, je ne peux rien voir, la magie est trop faible… c’est frustrant ! » C’était pour cela que j’avais encore plus besoin d’être au courant de ce qui m’entourait, de parler, de sortir de ce trou. De toute façon, c’était soit ça, soit je restais enfermée chez moi en me disant que je n’avais envie de me mêler en aucune manière à la vie de cette ville. J’avais déjà essayé la deuxième solution et elle ne me convenait pas du tout… je n’avais donc d’autre choix que d’essayer de passé outre le manque de magie.
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 142
Cœurs enchantés : 1855


MessageSujet: Re: "They'll learn much more, than I'll never know" - (feat Allan)   Jeu 15 Sep - 10:34

Combien de femmes avaient regardé Gauvain avec des yeux morts d'amour ? Beaucoup. Pour ne pas dire toutes! Si il avait voulu, le chevalier, aurait pu aligner les conquêtes. Mais cette attitude lui avait toujours apparue trop facile et n'importe quel homme pouvait l'adopter. Lui était largement au-dessus de cela. Il était le meilleur des chevaliers de la Table Ronde et ça ne se traduisait pas uniquement par des faits d'armes exceptionnels. Il était aussi le plus courtois. Des femmes il en avait connu et en connaîtrait encore. Mais celles qui étaient entrées dans son intimité avaient été précieuses à ses yeux. Chacune d'elle représentait quelque chose de grand et de beau. Ils n'étaient pas nombreux à pouvoir se venter de ça les autres! Même pas sur qu'ils se rappellent de leurs prénoms...

- Ah ah! ça n'a pas changé! Elles sont toutes folles de moi. Mais de ton côté il me semble que tu avais quelques prétendants aussi...Tu n'as même pas pu accorder une danse à ton neveu préféré ce soir là !

La belle Vivianne, la Dame du Lac faisait chavirer les coeurs elle aussi. A croire que c'était de famille. Allan but une lampée de scotch en écoutant sa tante le féliciter parce qu'il s'était bien débrouillé. Ben oui il était le meilleur. Dans toutes ses vies. Mais il y avait un petit plus qui le rendait encore meilleur que meilleur. Un gros plus même.

- Il y a mes amis aussi. Sans eux...ça serait plus fade. Ils sont aussi ma famille.

Et il leur était loyal à la vie à la mort. Les chevaliers, les mousquetaires et les Mery Men. Allan n'avait jamais rien connu d'aussi fort.

- L'amour passe...l'amitié reste.

Le sujet Lance était lancé (sans mauvais jeux de mots). Et comme prévu Vivianne s'y engouffra. Inquiète pour son fils.

- Lance est marqué...

Milady, leurs aventures, sa mère qui n'était pas sa génitrice. Il avait pas mal morflé. Mais la croyance du chevalier en Dieu l'aidait à se maintenir et à aller de l'avant. Et Allan veillait de loin sur son ami et cousin.

- Mais il va bien. Il travaille et son métier lui plaît. Je pense que tu peux aller lui parler ça lui fera du bien. Par contre c'est cool que la magie soit faible ici. Parce que il n'est pas loin de détester tout ce qui est magique.

Un peu comme lui d'ailleurs. Ce n'était pas tant qu'il détestait la magie c'était surtout la mentalité de ceux qui l'utilisaient. Ces gens là ne connaissaient pas les valeurs physiques des choses. Ils obtenaient tout par des moyens détournés sans mouiller leur chemise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "They'll learn much more, than I'll never know" - (feat Allan)   

Revenir en haut Aller en bas
 
"They'll learn much more, than I'll never know" - (feat Allan)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Learn Enjoy
» Teddy | Learn to love.
» As we learn about each other, we learn about ourselves
» [Campagne C.E.P.] Ile de RAPA
» You, alive ? Haha. Ϟ feat. Eun Ae

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No Kindness Left :: Broyer les vieux papiers :: Faire le tri sélectif :: RPs délaissés-
Sauter vers: