AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Tumblr  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 En planque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Messages : 142
Cœurs enchantés : 1855


MessageSujet: En planque   Mar 7 Juin - 16:47



Avec Wyatt et Allan


En planque


Assis sur une branche d'arbre, Allan grattait pensivement sa cithare accompagnant par quelques notes discrètes le discours que Robin dispensait aux Mery Men. Le chef des hors la loi avait tendance à être un brin mélodramatique parfois et surtout il donnait foule de détails. Bref il fallait en retenir l'essentiel qui était : comment surveiller les tours de garde du château de Nottingham ? Profiter des moments de relèves pour pouvoir s'infiltrer était un bon plan. D'autant plus que les passages secrets que les Mery men avaient l'habitude d'emprunter commençaient à être connus. Le Shérif était loin d'être idiot! Donc..Tenir une planque à la faveur de la nuit était chose assez aisée. Mais en plein jour c'était une autre histoire. Comment être discrets ? Déjà ils avaient convenu de faire des équipes de deux pour moins se faire remarquer. C'était un bon début. Le ménestrel chantonna :


Oyé oyé
Plus tu voudras te cacher
Mieux tu seras repéré
oyé oyé



Ses compagnons se tournèrent vers lui, captivés comme d'habitude par sa superbe voix. Il leur dispensa un magnifique sourire.

- Ben quoi ? C'est bien résumé non ?

Le hors la loi sentait tout de même que ses amis avaient besoin de son légendaire génie pour éclairer leur lanterne. Une fois de plus, Allan allait démontrer son sens de la stratégie. Parfois il se demandait ce que les Mery men feraient sans lui. Sautant souplement de sa branche il se positionna au milieu du groupe afin que tout le monde puisse l'entendre aisément.

- Ne vous inquiétez pas j'ai une idée for-mi-dable! Mais j'ai besoin de savoir avec qui je fais équipe...

C'est Wyatt qui se désigna. Allan leva le pouce en l'air en signe de réjouissance. Il n'y avait plus la moindre trace de vantardise, juste un soupçon de taquinerie.

- Mon vieux on va se marrer !
...

Dans un geste parfaitement étudié et saccadé, Allan, cueillit une rose et l'offrit à la fillette qui venait de mettre une pièce dans l'urne en bois. Dans la cour du château fréquentée uniquement par les bourgeois, il n'avait aucun scrupule à faire payer leurs spectateurs. Il se replaça ensuite dans sa position initiale et se figea à nouveau telle la statue qu'il était sensé incarné. A côté de lui Wyatt venait aussi d'effectuer un mouvement et se remettait en position initiale. Ils avaient passé un moment à travailler à leur camouflage. Enveloppés dans des grandes toges et surtout peints des pieds à la tête en blanc grâce à un mélange d'eau et de craie ils étaient parfaitement crédibles en statue de marbre s'animant uniquement lorsque des passants donnaient une piécette. Et surtout : méconnaissables. Les traits figés, le ménestrel vit la fillette s'éloigner en sautillant. Il reporta son attention sur le mouvement des gardes. Ils avaient une vue imprenable sur la forteresse de Nottingham. Il souffla à son ami.

- Je t'avais dit qu'on rigolerait!

Lui, en tous cas, s'amusait comme un petit fou. Bon d'accord le maquillage le grattait et il avait une envie furieuse de l'enlever. Mais enfin..discipline, discipline!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 187
Cœurs enchantés : 1530


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: En planque   Lun 13 Juin - 18:56



Avec Wyatt et Allan


En planque

Les Mery Men étaient connus de tous, tout comme leur leader charismatique : Robin. Ils volaient les carrioles alors qu’elles traversaient la forêt, profitant que pour prendre le trésor car s’il y avait bien une règle qui étaient importante, c’était de ne pas faire de victime ! Tout ce dont ces hommes devaient s’occuper, c’était piquer aux riches pour redonner aux pauvres. Car depuis l’arrivée du Tyran, tout s’empirait. La populace devenait de plus en plus démunie alors que les bourgeois s’en mettaient littéralement plein la fouille, et cela sans regret. J’avais pour particularité, contrairement à mes compagnons, d’être né dans le deuxième groupe, chez les riches, avec une cuiller en argent dans … la bouche ! Cependant j’avais aussi connu la pauvreté lorsque je fus renié et expulsé par mon père et ce fut celle-ci qui m’avait mené, doublée de ma fascination pour Richard, à rejoindre ces fameux bandits qui étaient devenus ma famille.

J’étais assis sur un caillou alors qu’Allan gratouillait ses cordes alors que Robin nous parlait d’un nouveau problème : les tours de la garde. Le sheriff était loin d’être un pitre et il avait réussi à trouver les subterfuges que les bandits utilisaient pour rentrer dans la ville, il fallait alors trouver un moyen pour ne pas se faire choper.

Tout à coup, celui qui faisait autant tourner les cœurs de ses dames que lui pris la parole et je mis deux secondes à comprendre là où il voulait en venir. Alors qu’il sauta de sa branche, là où il se perchait tout le temps, je me levais pour rejoindre le groupe, intrigué de ce que De Dale allait proposer. Sans scrupule, je lui laissais ses idées originales, peut-être un peu tirée par les cheveux de temps à autre, mais toujours basées sur un fond de logique. Alors qu’il demanda un partenaire, je n’hésitais pas à faire un signe de la tête et à m’avancer, souriant à son attitude. Ce fut d’un clin d’œil accompagné d’un petit sourire que je lui répondis.
- Je compte sur toi ! Dieu sait encore ce que tu vas me faire faire Sucre d’Orge ! Lui répondis-je en riant.
Malgré une certaine rivalité, on ne pouvait pas s’empêcher de s’apprécier et surtout de se taquiner.

***

De cette façon, nous atterrîmes dans la Cour réservée aux bourgeois. Pour un plan, c’en était un ! Même si nos tronches étaient affichées sur toutes les portes de la ville, personne ne pourrait nous reconnaître sous cette couche de craie blanche qui nous recouvrait la peau comme du crépis. « Du petit orteil à la pointe des oreilles » m’avait-il dit. Le temps passait alors que nous bougeâmes au fil des passants qui venaient mettre des pièces dans l’urne pour voir des statues s’animer.

Alors que je me remettais en place après avoir fait faire une pirouette à un petit gamin, je sentis le dos d’Allan contre le mien. Nous étions là pour une raison et je ne la perdais pas de vue. Ce fut ainsi que mon attention fut reportée sur les gardes qui faisaient leur ronde. J’avais déjà pu remarquer la petite boucle qu’ils faisaient dans la Cour. J’entendis la voix de mon compagnon qui me tira de mon observation.
- Même les gratte-culs que tu m’avais foutu dans mon caleçon me grattaient moins… Soulignais-je avec un petit rire comme seule réponse, faisant bouger mes lèvres le moins possible.
Une jeune femme vint mettre une pièce à son tour dans l’urne et je saisis l’occasion plus rapidement qu’Allan pour bouger et lui prendre les mains pour la faire danser huit temps avant de se retirer dans une courbette et de retourner contre le dos de son ami.
- Quoique… Je commence à bien m’amuser ! Dis-je en lui tonnant une petite tape pour le taquiner.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 142
Cœurs enchantés : 1855


MessageSujet: Re: En planque   Mer 22 Juin - 10:50



Avec Wyatt et Allan


En planque


Allan s'esclaffa lorsque Wyatt rappela à son bon souvenir la fois où il avait eu des baies gratte-cul dans ses braies.

- Qu'est ce que tu veux que je te dise mon ptit coq au vin ! Quand ça te démange  tu as un rythme d'enfer pour la danse !

C'est alors qu'une jeune femme se présenta et Wyatt en profita pour la faire pirouetter en huit temps. Allan émit un petit sifflement admiratif

- Tu vois ce que je veux dire. Bravo mon ami tu es presque aussi bon que moi!

Et tout ça c'était grâce à qui ? Grâce à Allan! Merci qui ? Merci Allan ! Le Mery Man était vraiment trop fort! Si il avait du dresser un parchemin relatant tous ses faits d'armes et ses bonnes actions il aurait certainement mesuré de nombreux kilomètres. Un jour lorsqu'il se rendrait à Kaamelott et qu'il redeviendrait Gauvain, il en aurait des choses à raconter à la table ronde! Toutefois Allan se sentait bien ici dans la peau d'un hors la loi. La vie était plus rude. Pas de château avec un lit confortable et juste le ciel pour couverture. Mais il était fier de participer au combat de la bande de Robin des Bois. Autre satisfaction : leur urne se remplissait pas mal. Si ça continuait comme ça ils allaient gagner un joli pactole! Et sans avoir volé quoique ce soit. C'était classe ! L'heure de la relève des gardes allait arriver et Allan se figea après avoir offert une rose à une jeune fille d'une main et simuler un combat à l'épée avec un jeune damoiseau de l'autre main. Dos contre dos avec Wyatt il attendait que les gardes bougent mais rien ne se produisait. Il grogna

- Ca c'est pas normal.

Du retard peut-être ? Jamais le shérif ne l'aurait permis. Si les pauvres gars ne prenaient pas leur tour à temps ils allaient se faire exécuter. Cette option n'était donc pas envisageable. Les Mery Men attendaient patiemment...mais rien.

- Je veux pas faire mon pudding mais ça sent mauvais là...

A peine Allan eut-il dit ça qu'une charrette pleine de fumier se présenta au loin. Dans un instant elle allait passer juste devant eux. Il pouvait être simple de sauter dedans et de s'y cacher jusqu'à ce qu'elle arrive dans l'enceinte même du château. La ménestrel éxerça une légère pression sur le poignet de son acolyte. Si il répondait de même c'est qu'il était prêt à y aller aussi. Allan avait de toutes façons besoin d'action!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 187
Cœurs enchantés : 1530


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: En planque   Dim 26 Juin - 15:10



Avec Wyatt et Allan


En planque

L’esclaffement d’Allan me fit sourire, même si, sur le moment je n’avais pas vraiment trouvé cela aussi drôle. Le bougre avait eu la bonne idée de mettre de ces fameuses baies dans mes sous-vêtements. Encore aujourd’hui il m’arrive de me gratter l’arrière-train en repensant à cette horrible sensation que cela m’avait procuré.

Alors que ce cher de Dale se mit à me complimenter, je saisi l’occasion qui se présentait à moi pour accompagner une jeune demoiselle dans une danse, brève mais fort bien amusante. Une jolie rousse, ma foi légèrement rondelette mais qui possédait un visage d’une beauté à faire rompre son serment à un homme de confession chrétienne. Un léger sourire apparut sur mon visage alors que je voyais ses yeux verts émeraudes se perdre dans les miens, sourire qui fut appuyé lorsque mon cher compagnon se mit à pousser un sifflement. Après m’être retiré comme il se le devait, je retournais donc dos contre dos avec mon frère d’arme.
- J’aimerai bien te voir de la sorte accoutrer danser mon cochon rôti ! Lui répondis-je avant de reprendre mon sérieux.
Une chose chatouillait mon esprit, je ne remarquais plus de mouvement de la part des gardes alors qu’ils auraient déjà dû changer depuis un petit moment. Cela ne m’avait pas choqué au début, pensant que le sheriff avait donné de nouveaux ordres, mais le tout semblait louche… Vraiment trop louche pour ne pas dire inquiétant.

A voir, je n’étais pas le seul à le penser. Allan maugréa quelques mots qui rejoignirent ma pensée. Que fallait-il faire ? Encore attendre un moment pour voir si les rondes n’avaient pas juste été rallongées ? Si les changements se faisaient d’une manière différente ?
- Tu le fais très bien ton pudding… Lui répondis-je du tac au tac.
Le ménestrel attira mon attention, ce qui me fit soupirer. Effectivement ça sentait mauvais.
- Qu’est-ce que tu ne me fais pas faire mon cochon !? Murmurais-je avant de répondre à mon compagnon de la même façon, par une simple pression sur le poignet.
Ainsi, dès que la charrette pleine de fumier passa devant nous, nous y sautâmes. Ne perdant pas le nord, j’avais pris l’initiative de ramasser la jarre et de récolter les quelques pièces que nous avions reçues, pièces que j’avais mis dans une bourse accrochée à ma ceinture.

Ainsi, nous nous retrouvâmes dans le fumier, en train de passer les portes de l’enceinte du château.




Dernière édition par Wyatt C. Johnson le Jeu 29 Déc - 18:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 142
Cœurs enchantés : 1855


MessageSujet: Re: En planque   Mar 19 Juil - 15:48



Avec Wyatt et Allan


En planque


De concert, Wyatt et Allan sautèrent dans le fumier...avec l'argent qu'ils avaient gagné. Heureusement que le ménestrel n'avait pas pris sa Précieuse. La malheureuse n'aurait pas bien vécu un pareil traitement. La charrette faisait un fracas du tonnerre. Son propriétaire n'avait pas du graisser l'essieux depuis un moment. C'est donc sans la moindre discrétion que le chariot entra dans l'enceinte du château. Ils attendirent donc que le véhicule s'arrête et que le silence s'installe pour s'extraire de là.

- Tu n'as jamais été aussi beau mon poulet ! Tu devrais aller courtiser les femmes comme ça.

Sans le moindre scrupule, le ménestrel attrapa la cravache que le chauffeur avait abandonnée là. D'un coup de dent bien senti il sépara la corde du manche. Voilà qui feraient deux armes en cas de besoin. Et son super instinct de la mort qui tue lui soufflait qu'ils en auraient besoin. D'ailleurs l'idée de donner une petite correction à l'un des hommes du shérif voir au shérif lui-même emballait Allan au plus haut point. C'était sa distraction préférée! Tout était désert autour d'eux. L'ancien chevalier secoua tristement la tête en regardant son compagnon

- Et voilà! On fait une visite surprise et personne ne vient se jeter dans nos bras ! Quel manque d'éducation ! La prochaine fois on préviendra et peut-être qu'ils prépareront un gâteau.

Toute plaisanterie mise à part, les deux hommes décidèrent de s'aventurer dans un des couloirs du château. Et évidemment ils tombèrent nez à nez avec un garde. Allan ne se rappelait pas en avoir vu des comme ça. Il devait bien faire deux fois leur taille et ses mains étaient aussi large que des raquettes.

- Oyé oyé Grosse barrique, peux-tu nous dire ce que tu fais ici ? Si le shérif te voit c'est la potence mon grand ! Retourne t-en à ton poste et nous ne te dénoncerons p...

Allan n'eut pas le temps de baratiner d'avantage, il se sentit soulever de terre puis caler sous un bras du garde. Sa tête rencontra celle de Wyatt qui venait de subir le même traitement. Il lui adressa un sourire entendu. Autant se laisser porter directement au coeur des évènements! Il soupira tout de même lorsque le géant pris la direction des cachots. C'était tristement prévisible! Ce qui l'était moins c'était de se faire déposer dans une pièce plus grande que les autres au milieu d'une foule de villageois apeurés et encerclé par la garde. Voir même tout un village! Surpris il souffla à Wyatt

- Regarde, ce sont les gens de Locksley.

Le Shérif préparait un mauvais coup. Une fois de plus ça sentait mauvais. Vraiment mauvais!



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 187
Cœurs enchantés : 1530


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: En planque   Ven 30 Déc - 14:19



Avec Wyatt et Allan


En planque

L’esclaffement d’Allan me fit sourire, même si, sur le moment je n’avais pas vraiment trouvé cela aussi drôle. Le bougre avait eu la bonne idée de mettre de ces fameuses baies dans mes sous-vêtements. Encore aujourd’hui il m’arrive de me gratter l’arrière-train en repensant à cette horrible sensation que cela m’avait procuré.

Alors que ce cher de Dale se mit à me complimenter, je saisi l’occasion qui se présentait à moi pour accompagner une jeune demoiselle dans une danse, brève mais fort bien amusante. Une jolie rousse, ma foi légèrement rondelette mais qui possédait un visage d’une beauté à faire rompre son serment à un homme de confession chrétienne. Un léger sourire apparut sur mon visage alors que je voyais ses yeux verts émeraudes se perdre dans les miens, sourire qui fut appuyé lorsque mon cher compagnon se mit à pousser un sifflement. Après m’être retiré comme il se le devait, je retournais donc dos contre dos avec mon frère d’arme.
- J’aimerai bien te voir de la sorte accoutrer danser mon cochon rôti ! Lui répondis-je avant de reprendre mon sérieux.
Une chose chatouillait mon esprit, je ne remarquais plus de mouvement de la part des gardes alors qu’ils auraient déjà dû changer depuis un petit moment. Cela ne m’avait pas choqué au début, pensant que le sheriff avait donné de nouveaux ordres, mais le tout semblait louche… Vraiment trop louche pour ne pas dire inquiétant.

A voir, je n’étais pas le seul à le penser. Allan maugréa quelques mots qui rejoignirent ma pensée. Que fallait-il faire ? Encore attendre un moment pour voir si les rondes n’avaient pas juste été rallongées ? Si les changements se faisaient d’une manière différente ?
- Tu le fais très bien ton pudding… Lui répondis-je du tac au tac.
Le ménestrel attira mon attention, ce qui me fit soupirer. Effectivement ça sentait mauvais.

Sauter dans une carriole à purin. En voilà une idée digne d’un Allan de Dale en forme ! Et il fallait bien sûr un dadet pour le suivre, dadet qui se trouvait être moi. Il fallait toujours un suiveur non ? Et dans ce cas, j’étais le parfait partenaire. Bien qu’un peu réticent tout de même. Avec ma dinde, je retournais en enfance, tout en restant dans ce corps déjà vingtenaire. Ce fut alors sans problème que nous rentrâmes dans l’enceinte du château. L’odeur était difficile à supporter, et même si l’ancien Noble que j’étais n’était pas difficile, je dus me retenir pour ne pas sortir plus le visage de ce tas à l’odeur nauséabonde. Rien que de penser que j’allais trainer cette odeur plusieurs heures - pour ne pas dire plusieurs jours car je doutais qu’un simple passage dans une rivière allait pouvoir la supprimer… - me fit soupirer. J’envoyais une petite tape à mon partenaire suite à sa remarque avant de lui tirer la langue.
- Mais, mon dindon, je te retourne le compliment, et tes cheveux n’ont jamais senti aussi bon ! Il faudrait aller jouer dans les rues avec ce doux parfum qui te sied si bien…
J’observais alors Allan attraper la cravache pour en faire deux armes en séparant la base de la corde avec sa bouche. Je grimaçais violemment alors que j’imaginais le goût que devait avoir l’objet qui avait été délaissé sur le tas de purin. J’avais beau avoir vécu plusieurs années maintenant parmi les Mery Men et les pauvres, je n’étais toujours pas habitué à ce genre de manie. La carriole s’arrêta et le coché la laissa seule, au milieu d’une cour intérieure. Profitant de l’occasion d’être seuls, nous prîmes notre courage à deux mains et sortîmes de ce tas de puanteur en essayant d’être le plus discret possible.  Les pierres parterre étaient limite glissantes et je faillis perdre mon équilibre lorsque mes pieds foulèrent le sol.
- Ohhhh, pu… Commençais-je avant de me retenir afin de ne pas avertir les gardes de notre présence. Oui, ba moi ça me va comme ça… Et tu veux encore une danseuse ou un danseur qui sort du gâteau pour te souhaiter la bienvenue ?
Je regardais Allan avec un visage contrasté, teinté d’une touche d’humour pour faire passer la pilule et nous reprîmes le chemin pour longer les couloirs du château.

Une fois la cour quittée, nous n’avions plus le droit à l’erreur. Les gardes pouvaient se trouver n’importe où. Nous avions déjà pu voir que dans la cour extérieure, les rondes avaient été augmentées. Alors qu’en était-il pour l’intérieur du château ? Je me demandais d’ailleurs bien pourquoi le Sheriff avait fait augmenter le nombre de gardes et de tours. Il n’y avait pourtant aucun raison… Ou du moins raison qui nous étaient arrivées aux oreilles.

Mais comme tout plan, il était obligatoire qu’il ne se passe pas comme prévu ! Dans le deuxième croisement, nous tombâmes nez à nez avec un homme d’arme. D’habitude, un contre deux, ça ne faisait pas le poids… Mais là… Il devait faire le double de leur taille et de carrure il occupait presque la largeur du couloir !
- Allan, ta… Je n’eus pas le temps de terminer ma phrase que nous nous retrouvâmes sous les bras du colosse.
La puanteur des deux hommes aurait pu coucher un régiment, mais ce… demi-dieu ? n’y était pas sensible. Il y avait des positions plus agréables… La proximité avec les hommes ne me dérangeait pas, loin de là ! Mais dans ce cas je m’en serais bien passé ! Nous déboulions donc les couloirs silencieusement. Je me disais que le garde allait nous amener là où nous allions retrouver la raison de ces gardes plus fréquentes. Je reconnus ce qui était sans aucun doute les cachots. Tellement prévisible… Pensais-je.

Cependant, ce qui m’estomaqua, ce fut la vision que nous avions en arrivant : les gens de Locksley étaient tous là ! Ma surprise dût se voir sur mon visage.
- Mais ils font… Ai-je eu à peine le temps de dire avant de terminer lancé par terre avec Allan qui atterrit sur moi, ce qui me fit pousser un râle de douleur. Putain, faut arrêter de manger autant de gâteau ! Lui lançais-je.
Je poussais gentiment mon camarade après avoir tortillé une de ses mèches de cheveux puis je regardais autour de moi.
- Bon, on a un problème mon dindon ! Pensais-je à haute voix.

La situation était difficile. Que faire ? On ne pouvait pas sortir avec toute ses personnes maintenant, où alors… Je me dirigeais vers l’oreille d’Allan où je chuchotte.
- Mon cochon… Il faut que l’on ramène deux gardes… Et qu’on pique leurs uniforme…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En planque   

Revenir en haut Aller en bas
 
En planque
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chauffeur de jeep ; la planque!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No Kindness Left :: Le monde des Contes :: Jungle Green :: Les contrées de la Forêt Enchantée :: Conté de Nottingham-
Sauter vers: