AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Tumblr  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une aide salutaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Messages : 480
Cœurs enchantés : 5393
Humeur : Au manque de bonté


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Une aide salutaire    Mer 16 Nov - 1:59

Une aide salutaire
Robin & Belle


« Tu ne te sentais pas prêt à être père ? (…) Donner la vie est quand même la plus belle chose qui existe. (…) Pourquoi as-tu réagis de cette manière ? (…) Tu ne te sentais pas prêt à être père ? Roland est un petit garçon vraiment adorable » La voix de Belle résonnait encore dans sa tête, ainsi que ses dernières paroles se mélangeant et se répétant incessamment. Le pauvre Robin en revenait à son mode « réflexion » et cogitait encore et encore pour lui-même essayant de comprendre. « J'aimais Marianne plus que tout, mais je n'éprouvais pas le besoin d'avoir un enfant. Tandis qu'avec Regina c'est presque une nécessité. Je suis un salaud ? » Il se massa les tempes, espérant ainsi faire taire ces petites voix qui lui laissaient entendre ce qu'il avait confié à Belle la veille. Fatalement il laissa une porte d'entrée à des souvenirs bien plus anciens


« -Marianne, je ne veux pas être un père absent »

« -Alors, sois présent ! »

« -Ne me demande pas de renoncer à mes serments. »

« -Il n'y a pas si longtemps tu étais prêt à le faire pourtant. »

« -J'ai un code d'honneur… »

« -Nous allons avoir un enfant Robin, t'en rends-tu compte ? » Serrant la mâchoire et avalant sa salive avec difficulté, l'archer regarda tristement celle qu'il venait d'épouser sous l'égide de frère Tuck. Intriguée, la jeune femme demanda à son époux ce qu'il lui arrivait et pourquoi la regardait-il avec une si grande détresse dans le regard ?

« -Marianne, je t'aime tu le sais… »

« -Arrête ! La façon dont tu parles laisse entendre un « mais » que je ne peux me résoudre à entendre Robin ! »

« -S'il te plaît, laisse-moi terminé, il le faut ! »

« - J'ai compris ! »

« -Non, tu n'as pas compris, puisque tu m'empêches de m'exprimer ! » Marianne se tue aussitôt, presque outrée d'entendre autant d'animosité dans la voix de son époux. Malgré tout, elle consentit à le laisser parler. « - Je t'aime Marianne, mais je ne veux pas être père. Nous ne sommes pas destinés à ça et puis moi-même je n'ai pas eu de père. Je ne saurais donc m'y prendre avec un enfant. »

« -Et nous sommes destinés à quoi ? A passer notre vie à fuir, pour échapper au shérif ? A dédier nos vies aux autres ? Voler les riches pour donner aux pauvres. C'est ça que tu veux pour nous ? »

« -Oui. Ne me demande pas d'être égoïste, je t'en prie. »

« -Si, je te le demande si tu m'aimes. »

« -Marianne je dois le faire, pour le Roi Richard, pour son honneur pour… »

« -Robin, il est mort bon sang. Tu ne lui dois plus rien »

« -Ca suffit, arrête ! »

« -Peut-être que nous ne sommes pas fait l'un pour l'autre finalement »

« -Je t'en prie ne dis pas ça ! »


Peu à peu, l'adjoint du shérif sorti de ses pensées, encore plus mal à l'aise à présent. Il se massa les temps, espérant naïvement parvenir à chasser le passé de son esprit, en vain. Par chance Belle arriva telle l'éclaircie tant attendue. Robin se leva aussitôt, tout sourire il alla à sa rencontre pour lui offrir le traditionnel « hug » à l'américaine, puis toujours le sourire aux lèvres, il retrouva sa place sur la banquette. « -Je vais bien ! Je suis content que tu sois là et qu'on trouve le temps de déjeuner ensemble. » Il fit signe à Ruby qui s'approcha carnet en main « -Je vais prendre le menu du jour avec du thé glacé. Pour ce qui est du dessert, je prendrais une part de tarte à la myrtille s'il te plaît ! » Après avoir terminé, il se tue pour que Belle puisse commander à son tour. Passée la commande, Ruby le sourire aux lèvres, rangea son crayon et son carnet, puis elle tourna les talons et rejoignit le comptoir, laissant les deux amis seuls à seul.

« -Tu viens souvent manger ici ? Moi non. Je me contente de prendre à emporter surtout des pâtisseries pour  qu'on ne meurt pas de  faim au poste. Le distributeur c'est bien, mais les mars, les snickers et autre confiserie ça finit par te rester sur l'estomac à la longue. Bon sinon, comment ça va ? Ecoute je n'ai pas arrêté de repenser à notre dernière entrevue. En fait je réfléchis beaucoup ces derniers temps. J'aimais Marianne plus que tout et j'aime Roland tout autant. Mais avant qu'il arrive, je n'étais pas prêt à être père. Je pensais que Marianne et moi nous n'étions pas destinés à ça et puis comme moi-même je n'ai pas eu de père, je me pensais incapable d'en devenir un. Je le pensais vraiment et puis il y avait cette espèce de voix dans ma tête qui n'avait de cesse de me dire que Marianne …qu'elle n'était pas la bonne. Elle était mon premier amour tu sais ! Je l'ai aimé de tout mon cœur, mais ça n'est pas pareil avec Regina. Je l'aime tellement que parfois ça en devient douloureux. Quand je ne la vois pas ne serait-ce que cinq minutes, je me sens mal. J'ai besoin d'être avec elle, c'est vital. J'ai l'impression d'avoir été foudroyé lors de notre première rencontre. Je l'aime plus que tout au monde et je sais que c'est avec elle que je finirais mes jours, que quoiqu'il nous arrive, on se retrouvera.C'est une évidence au même titre que d'avoir un enfant. Ce bébé serait le plus beau des cadeaux. Il panserait toutes ses blessures et mettrait fin à cette foutue malédiction qui enlève aux méchants, leur fin heureuse. Regina n'appartient plus à ce groupe, elle fait parti des nôtres à présent et de ce fait, elle a le droit à sa fin heureuse. » Les plats arrivèrent, cette fois le sourire de Ruby était moins éclatant. « -Merci ! » lança sobrement Robin attendant que la petite fille de Granny s'éloigne pour reprendre la parole « -Excuse-moi Belle ! Je ne voulais pas partir dans une envolée lyrique ni plombé l'ambiance. Laisse-moi m'intéresser à toi ! Ça se passe bien de ton côté ? Tu veux parler ? »
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 265
Cœurs enchantés : 5090
Humeur : Perdue


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Une aide salutaire    Mer 30 Nov - 20:20

Une aide salutaire
Robin & Belle
On disait toujours de Belle qu’elle était une personne réfléchie et optimiste. Mais ce n’était peut-être pas forcément vrai. Cette dernière faisait des erreurs comme tout le monde. On dit souvent que l’erreur est humaine, mais certaines d’entre elles ne pardonnent pas. Elle s’était mariée avec celui que l’on appelait le Ténébreux. Elle avait essayait de lui donner une chance car elle était certaine qu’il avait des bons côtés et qu’un jour, il pourrait changer. Un choix approuvé par personne en fait. C’était pour cette raison qu’elle savait ce que Robin ressentait avec Régina. Les deux amis vivaient un peu la même situation. Sauf que Régina lui avait fait du tort et malgré toute sa gentillesse et sa positivité, elle ressentait encore un peu d’amertume à son encontre. Mais elle voulait aider Robin. Elle le voyait amoureux. Elle espérait juste que ce dernier n’était pas en train de faire une grosse bêtise qu’il risquerait de regretter toute sa vie.

Il voulait un bébé avec Régina. Ce souhait lui tenait vraiment à cœur. Sauf que le jour où les habitants de la ville allaient l’apprendre, ça allait vraiment être une toute autre histoire. Et ce ne serait pas dit que cette dernière aurait une fin heureuse. Quand Belle était petite, elle était partie à la chasse avec son père. Comme elle s’ennuyait à mourir, elle s’était éloignée du camp de chasse. En s’enfonçant un peu dans la forêt, elle vit un renard prit dans un piège. Ce dernier était seul et effrayé. La petite fille qu’elle était à cette époque, eu pitié de lui. Elle s’avança vers lui pour le libérer. Mais une fois que ce fut fait, il la mordit et partit sans demander son reste.

Voilà précisément ce qui effrayait Belle. Elle comprit ce jour-là, qu’un animal sauvage restera toujours sauvage, même si on essaie de l’adopter. Elle avait peur que ça fasse pareil avec Régina. Qu’un jour, elle redevienne celle qu’elle était avant. Une Reine sans peur et sans pitié qui régnait sur son royaume avec un gant de fer et non de velours. Et si son enfant devenait comme elle ? Rumple pourrait peut-être essayer de le faire dévier du droit chemin ? Pour Belle, cette idée d’enfant n’était vraiment pas une bonne idée du tout. Et puis qui sait, peut-être que ça n’aboutira pas. Belle n’avait pas de connaissances aussi poussée que celles de celui qui, était encore pour l’heure, son mari. Elle ferait quand même tout ce qu’elle pourrait pour aider Robin. Mais ça voulait aussi dire qu’inconsciemment, elle aidait Régina. Bon, elle allait mettre ce différent de côté pour le moment, et se concentrer sur cette histoire de bébé.

De loin, elle vit que Robin était totalement perdu dans ses pensées. Et à en juger par la tête qu’il était en train de faire, ça ne devait pas être des pensées très agréable. Elle s’avança donc vers lui en lui affichant son plus joli sourire. Elle voulait qu’il se sente bien et que pendant un instant, il oublie tous ses problèmes. Ils pourraient peut-être parler de tout et de rien ? Avoir une conversation normal sans parler de magie ?

Mais quand il la vit, son comportement changea et il lui sourit. Il la prit dans ses bras et Belle le serra à son tour. Une accolade purement amicale. La jeune femme prit ensuite place en face de son ami. Cela faisait un bon moment qu’elle n’était pas venue manger au restaurant avec de la compagnie. En ce moment, elle faisait tout pour éviter son mari. Mais tôt ou tard, ils allaient devoir se confronter. « Je suis contente si tu vas bien. Oui, moi aussi je suis contente que l’on ait pu s’organiser ça. » Pendant qu’il faisait signe à Ruby, Belle retira son manteau qu’elle posa sur le dos e sa chaise et y glissa son sac à main afin de ne pas être encombrée pendant le repas. « Je prendrai le burger maison avec un thé glacé et pour le dessert, la mousse au chocolat s’il te plaît. » Ah le burger, la meilleure invention de ce monde ! Belle avait adoré découvrit pleins de plats au nom étrange qu’elle ne connaissait pas dans le monde des contes.

« J’y viens une fois par mois en général. La plupart du temps, je prépare à manger chez moi et je mange dans la bibliothèque. J’aime être seul au milieu de tous mes livres. Quand l’endroit est vide, je le trouve vraiment magique. Ah ça c’est sûr et puis les pâtisseries comme repas principal, je ne sais pas vraiment si c’est l’idéal. Sauf si tu veux prendre du poids et une bonne crise de fois. Ça va bien, je te remercie. » Elle l’écouta ensuite avec une très grande attention. A première vue, Robin avait besoin de parler, de lui dire ses doutes, ses erreurs. Belle l’écouta donc avec attention. Elle fut un peu choquée par ce que ce dernier venait de lui dévoiler. Marianne n’était pas la bonne. Cette phrase ne cessa de tourner dans la tête de Belle encore et encore. Comment ne pouvait-elle pas être la bonne ? On parle de Marianne et de Robin des bois, l’un ne va pas sans l’autre ! Il faut croire que le destin en décida autrement. Il parla ensuite de Régina. Il lui dit qu’elle avait droit à sa fin heureuse. Belle ne savait pas trop quoi en penser. Un jour elle pensait que oui et le jour d’après elle pensait que non. Mais Robin avait l’air vraiment fou amoureux d’elle. De tout ce qu’il lui dit, elle se dit que peut-être, Rumple ne serait pas le bon pour elle. Mais ils n’étaient pas là pour parler d’elle. Elle sourit et le regarda. « Oui, je sais ce que tu ressens, je l’ai eu ressenti aussi mais ce n’est plus d’actualité. Bref, pardon, nous ne sommes pas là pour parler de moi. Je ferais tout ce que je peux pour t’aider Robin. Enfin, pour vous aider. Mais je ne sais pas si le peu de connaissance que j’ai sur la question suffiront. Tu as certainement raison, ce bébé pourrait vraiment tout changer pour elle. Mais il faut que tu te dises que ce n’est pas dit que ça fonctionne. Il faut que tu penses aux deux scénarios. Il ne faut pas que tu te fasses une fausse joie. » Il lui demanda ensuite comme elle allait-elle. Elle sourit à Ruby en guise de remerciement et attendit qu’elle s’éloigne. « Je vais bien ne t’inquiète pas. Mais on est pas là pour parler de moi »

electric bird.

[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une aide salutaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Demande aide lecture acte mariage 1742 Cormeilles Eure
» * Pécule ou aide à la reconversion - Textes règlementaires ....
» aide au déchiffrage
» AVEYRON 12 Aide
» Besoin d'aide sur Héredis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No Kindness Left :: Bienvenue à Storybrooke :: Quartier Lucrèce :: L'horloge et la bibliothèque-
Sauter vers: