AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Tumblr  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une aide salutaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Messages : 480
Cœurs enchantés : 5393
Humeur : Au manque de bonté


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Une aide salutaire    Mer 6 Avr - 18:05

Une aide salutaire
Robin & Belle
La nuit expiait tranquillement ses dernières heures d’existence, tandis que le soleil reprenait vie en embrasant progressivement l’horizon. Le ciel, quant à lui, se retrouvait au centre d’une lutte picturale. Le bleu azur semblait être la couleur choisie en guise de toile de fond, tandis qu’il se recouvrait progressivement de nuances oscillant entre l’orange et le rose. Ce magnifique tableau était aujourd’hui dépourvu de la moindre nuance nuageuse, signe avant-coureur d’une journée ensoleillée. Debout, adossé à la fenêtre de sa chambre, Robin observait comme à chaque matin, le doux paysage qui déniait s’offrir à lui. Et comme d’habitude, l’adjoint du shérif observait comme à chaque matin, le doux paysage qui déniait s’offrir à lui. Et comme d’habitude, le jeune homme semblait submergé par ce qu’il voyait. Il avait beau avoir de l’expérience, rien n’y faisait, il arrivait encore à s’émerveillait sans trouver le spectacle rébarbatif.

Passé l’observation matinale, l’ancien archer posa son regard sur la jeune femme encore endormie. Il s’approcha lentement de la belle endormie et déposa un léger baiser sur ses lèvres avant de poser son regard sur le cadran du réveil disposé sur la table de chevet, côté gauche de son lit. L’objet laissait entrevoir qu’il était à présent presque sept heures. Ce constat ramena Robin à une réalité qu’il ne pouvait plus fuir, depuis qu’Emma avait accepté de lui confier le poste de d’adjoint. Il désactiva le réveil avant que ce dernier ne sonne et comprît qu’il devait se préparer au plus vite pour aller courir comme il le faisait chaque matin, depuis qu’il arborait les insignes. Après avoir pris une douche, enfila l’une des nouvelles tenues que lui avait offertes Regina lors de leur virée « shopping », il rejoignit la cuisine alluma la cafetière pour que cette dernière consente à faire un peu de café. Et comme à l’accoutumée il prit un post-it sur lequel il laissa un petit mot à sa bien-aimée avant de partir rejoindre sa voiture de fonction. Mais en sortant une pensée l’arrêta dans son élan. Il repensait à ce weekend, aux merveilleux instants passée avec Regina, mais surtout à la conversation qu’ils avaient eu autour du pique-nique. Son cœur se serra au souvenir de cette discussion et pour ne pas laisser l’émotion l’assaillir, l’adjoint du shérif prit la route pour le poste où Emma matinale comme toujours, l’attendait pour commencer les traditionnelles paperasses ponctuées par le traditionnel tour de voiture afin de s’enquérir des quelques problèmes susceptibles d’ébranler la tranquillité de Storybrooke.

Le temps qui jusqu’alors c’était montré clément, était à présent maussade, presque autant que le moral de Robin. Le soleil à peine levé, c’était vu chassé de son trône céleste, par une nuée de nuages grisonnants et le ciel bleu peinait à se faire voir sous cet amas d’obscurité. L’ancien archer gara sa voiture de patrouille devant l’un des seul commerce à peu près potable de la ville. Granny comme à l’accoutumée réajustait les quelques panneaux qui décoraient la devanture, puis d’un pas décidé, elle plaça devant l’entrée le menu du jour, offrant un sourire forcé aux quelques « rares » personnes qui osaient lui dire « bonjour »
« - Des lasagnes ? » lança Robin en s’approchant. La propriétaire des lieux se retourna aussitôt et le congratula d’un franc sourire. Robin était une des rares personnes qui bénéficiait de ce genre de sourire, à l’inverse Regina essuyait les regards meurtriers de la gérante des lieux. Emplit d’espoir et désireux de faire évoluer les mentalités sur Regina, l’ancien voleur ne perdait pas espoir. Dans un futur, espérons-le proche, Madame le Maire bénéficierait-elle aussi de ce genre de sourire. « -Oui, fraîches comme toujours ! Vous en voulez pour les emporter au bureau monsieur l’adjoint du shérif ? »
« -Non merci ça ira. Je prendrais comme d’habitude s’il vous plaît. » À vrai dire pour avoir souvent entendu Regina se plaindre sur les lasagnes de cette chère Granny, notre cher Robin ne préférait pas lui faire l’offense d’en prendre et puis ayant un petit appétit il se voyait mal accepter de commander un tel plat. Le jeune homme suivit donc la gérante jusqu’à l’intérieur. À la vue de l’heure, les lieux étaient encore déserts, enfin quasiment, si l’on fait abstraction de Leroy et de ses quelques camarades. Ruby passa dans le coin et sourit à Robin qui en fit de même. L’ancien archer remarqua aussi, passant devant la boutique, la jeune épouse de Mr Gold. Visiblement matinale, Belle se dirigeait vers la bibliothèque, temple des livres où elle régnait dignement et bien plus encore. Belle, était certainement et de loin, la personne ayant lu le plus de livres à Storybrooke. Ce titre loin d’être pompeux, conférait à Madame « Gold » une connaissance presque sans limites sur de nombreux sujets littéraire, mais plus encore. Belle excellait tout particulièrement dans le domaine de la magie et il n’était pas rare qu’on la consulte au préalable pour grainer quelques informations.

« -10, 50 dollars monsieur l’Adjoint du shérif ! » lança Granny qui sortit Robin de ses pensées. La gérante légèrement acariâtre, venait de placer le dernier gobelet de café dans le sac qu’elle tendit à Robin. Ce dernier sortit quelques billets qu’il lui tendit. « -Dites, pouvez-vous me rajouter un thé s’il vous plaît ? » Intriguée, la vieille femme s’exécuta et prépara un gobelet supplémentaire dans lequel elle versa le thé fraîchement préparé. Robin s’en saisit priant son interlocutrice de garder la monnaie et sortit aussitôt du commerce. Il longea le trottoir, délestant sa voiture de fonction, traversa la route et rejoignit à son tour la bibliothèque. Il fit quelque pas et trouva enfin Belle qui rangeait plusieurs livres sur leurs étales afin de bien les mettre en valeur.  « -Bonjour ! » lança t’il tout sourire. « - Je t’ai vu passer devant le Granny’s et je me suis dit qu’un thé te ferait plaisir » Il sortit le gobelet du sac et le lui tendit. « -J’ignorais que tu étais aussi matinale. Si tu as besoin d’aide n’hésite pas. Enfin, là, je suis moins disponible **désigne le sac** Je suis de corvée café-beignets. Mais je dois bien avoir cinq à dix minutes de sursis avant qu’Emma ne lance une patrouille à ma recherche. »
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 265
Cœurs enchantés : 5090
Humeur : Perdue


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Une aide salutaire    Dim 10 Avr - 20:15

Une aide salutaire
Robin & Belle
Le soleil était en train de se réveiller et Belle avait décidé de faire de même. Elle ouvrit les yeux et se tourna dans son lit pour faire face à son mari. Mais bien évidemment, la place était vide. Le Ténébreux ne dort jamais, et quand il s’agit de votre mari, ce n’est pas évident. La jeune femme soupira et se redressa sur son lit. Elle regarda autour d’elle. Elle était seule, encore une fois… Elle en avait l’habitude pourtant, mais elle avait toujours l’espoir de se réveiller à côté de lui comme un couple normal sans histoire. Elle se saisit de sa robe de chambre qu’elle enfila et sortit de sa chambre pour se diriger vers la cuisine. Mais son mari n’était pas là non plus. Il lui avait quand même eu la délicate attention de lui laisser un petit mot avec une rose pour lui souhaiter une bonne journée. Elle sourit et alla se prendre une bonne douche pour se réveiller.

Une fois qu’elle fut prête, elle alla enfiler son manteau et prit ses affaires. Elle avait décidé de partir plus tôt pour profiter du beau temps qu’il faisait. Au fil du temps, la jeune femme s’était acclimatée à ce monde étrange. Mais il lui arrivait parfois que son monde lui manquait. Elle se souvenait de son château, de son père, de ses amis. Ce qui lui manquait le pus dans ce monde où elle avait atterrit sans rien demandé, c’était de monter à cheval et de pique-niquer dans la forêt. Elle en faisait souvent avec ses amies mais plus maintenant. Ces derniers temps, elle rêvait très souvent qu’elle était dans son ancien chez elle avec ses parents. Toutes les jeunes filles de sa conditions devaient apprendre pleins de choses que Belle trouvait ennuyeuse. Lorsqu’elle avait son cours de danse, elle se cachait dans le château avec un de ses livres préféré et faisait en sorte que personne ne puisse la trouver. Elle se faisait ensuite longuement disputer par ses parents. Mais elle n’hésitait pas à recommencer. Pour la punir, son père l’interdit de lecture pendant une semaine entière et mit ses livres sous clefs. Autant dire que pour la jeune femme, se fut la plus longue semaine de toute sa vie. Depuis ce jour-là, elle resta sage et obéit à ses parents comme elle devait le faire. Elle sourit en repensant à tout ça mais elle était triste aussi. Tous ses proches lui manquaient. Elle arriva devant la bibliothèque. Ça lui rendit immédiatement le sourire. Lorsqu’elle travaillait, elle se vidait la tête et ne pensait plus du tout à ses soucis personnel.

Elle sortit les clefs de son sac et ouvrit son établissement. Elle alluma la lumière et se dirigea vers le comptoir. Elle alla accrocher sur sa veste sur le porte manteau qu’elle avait dans la réserve et y déposa aussi son sac à main. Elle avait beaucoup de choses à faire aujourd’hui. Elle avait commandé de nouvelles étagères car celles qu’elle avait été vraiment vieille et le bois était vraiment abimé. Elle allait donc redonner un coup de frais à l’établissement. Elle avait choisi une couleur un peu plus clair que celle qui s’y trouvait avant. Il y avait d’ailleurs de fortes chances pour qu’elle y doive y passer la semaine.
Il ne fallait pas qu’elle perde plus de temps et qu’elle se mette au travail. Elle alla chercher un tablier pour protéger sa robe et se dirigea vers les étagères avec une caisse pliante qu’elle avait posée sur un petit chariot. Elle sortit les livres un par un et leur donner un petit coup de torchon. Elle les regardait tous avec attention. Ils ne devaient pas être abîmés, sans quoi, Belle les mettait de côté et leur refaisaient une beauté. Elle feuilletait rapidement les pages car certaines personnes qui étaient parfois irrespectueuses avec les livres en déchiraient certaines pages.
Cela faisait une bonne demi-heure qu’elle était en train de travailler, que l’on frappa à la porte de son établissement. La jeune femme sursauta. Elle n’avait pas encore ouvert la bibliothèque, il était donc logique que l’on frappe. Mais qui ça pouvait bien être ? Elle posa le livre qu’elle avait dans ses mains dans la caisse, et alla voir de qui il s’agissait. Elle vit deux hommes qu’elle ne connaissait pas, ce qui ne la rassura pas tout de suite. Mais elle constata par la suite, qu’il s’agissait des livreurs de ses nouvelles étagères. Elle alla donc ouvrir la porte et les salua. Elle les invita à entrer et les hommes se mirent au travail. De son côté, Belle continuait de vider les étagères qui allaient partir à la décharge. Les hommes venaient de poser la dernière étagère. Belle ne put s’empêcher de soupirer quand elle vit encore tout le travail qu’elle allait devoir accomplir. Mais après tout, c’était pour la bonne cause. Après avoir pris quelques minutes pour souffler, elle se mit à ranger les livres sur les nouvelles étagères. Ces dernières sentaient bon le bois neuf. Mais il fallait qu’elle se dépêche, car l’heure tournait et elle ne voulait pas que la bibliothèque soit trop en chantier.

On frappa encore une deuxième fois à la porte. Mais qui cela pouvait encore être ? Notre petit rat de bibliothèque alla encore ouvrir la porte. Il s’agissait, cette fois, de la commande de livres qu’elle avait passés pour les enfants. Elle avait prévu de les mettre en tête de gondole afin que les enfants puissent voir les nouveautés que Belle avait commandées exprès pour eux. Elle était contente de constater que les enfants de la ville adoraient lire. Elle mit l’étagère vide spécialement sélectionnée par ses soins, bien en vue et commença à la remplir. Elle jeta un œil à l’horloge. Il fallait vraiment qu’elle se dépêche. Elle décida d’accélérer la cadence. Elle savait que tout ne serait pas fini pour l’ouverture, mais elle voulait en faire le plus possible pour que ses clients n’aient pas l’impression de débarquer sur un chantier. Ce qui lui faudrait, ce serait une deuxième paire de bras. D’habitude, Juliette lui donnait un coup de main. Mais aujourd’hui, la jeune femme était en repos. Notre petite Belle devrait donc prendre son mal en patience. Elle alla ouvrir la porte de son établissement et s’assoir un moment le temps pour elle de reprendre son souffle et regarda ce qu’elle avait fait jusqu’ici. Elle avait déjà remplie une bonne partie des étagères et celle qu’elle avait mise en tête était terminée. Elle était fière d’elle. La porte s’ouvrit et Belle regarda dans sa direction. Robin entra, la salua et lui tendit un gobelet de thé. La jeune femme était trop contente de le voir.

«Bonjour Robin, eh oui, je suis toujours là relativement tôt. Surtout aujourd’hui. Je suis en train de rafraîchir un peu l’endroit comme tu peux le constater. » Elle prit le gobelet dans sa main. «Oh merci beaucoup C’est une délicate attention. Eh bien je ne voudrais pas abuser de ta gentillesse, mais j’avoue que si tu peux m’aider un peu à avancer mes étagères, ce serait vraiment génial. Je suis certaine qu’Emma ta pardonnera. Je m'en voudrai si tu te faisais disputer. »

electric bird.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 480
Cœurs enchantés : 5393
Humeur : Au manque de bonté


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Une aide salutaire    Dim 1 Mai - 22:09

Une aide salutaire
Robin & Belle
Si de primes abords Robin avait pris la direction de la bibliothèque pour voir Belle afin de récolter quelques informations sur les potions d’infertilités, le tout avec un thé pour mieux faire passer la demande, il se rendait compte à présent à quel point il était égoïste d’agir de la sorte. Belle n’était-elle pas son amie avant d’être le puits à information de la ville ? De surcroît, une amie à qui il devait la vie…
   
*************
Enchanting Forest
Long time ago…

Pour arriver à ses fins, le shérif de Nottingham était prêt à tout même à mettre la vie d’un être innocent en jeu. Ne reculant devant rien pour que Lady Marianne soit sienne, l’odieux shérif s’était adjoint les services d’une sorcière. Cette dernière, adepte de la magie noire, avait ensorcelé la jeune Marianne qui ne répondait plus de ses actes et risquait à tout moment de mettre la vie de son bébé en danger. Résigné Robin avait accepté de suivre les conseils d’un Merry Men « Le seul être capable de briser ce sort, c’est le Ténébreux. Mais il ne voudra t’aider sans passer le moindre accord. Il possède une baguette magique qu’il a subtilisée à une fée jadis. Vole là lui, elle sauvera Maid Marian » Robin ne cogita guère plus longtemps et armé de son arc et de son fidèle destrier, il quitta la forêt de Sherwood en confiant son épouse à frère Tuck et petit Jean. La route fut longue pour parvenir jusqu’au domaine du Ténébreux. Par chance, la bête était absente, du moins c'est ce que le voleur croyait en pénétrant sans encombre l'imposante salle regroupant les "quelques" possessions d'un homme peu modeste. La baguette était là, posait sur un coussin. Robin avança vers l'objet magique sans émettre la moindre interrogation, mais sa hâte, résolument trop grande, avait affaibli ses réflexes et alors qu'il s'apprêtait à brandir ladite baquette, son regard croisa celui d'une jeune demoiselle qui eut à peine le temps de le questionner sur son acte. En effet, le seigneur des lieux, dans toute sa splendeur, venait d'apparaître à travers un épais nuage pourpre.  Peu habitué à la magie, Robin fit deux pas en arrière, manquant de peu de briser le vase qui se trouvait juste dans son dos. La jeune demoiselle lui offrit un triste regard, un de ceux qui vous laisse supposer que l'issue sera dramatique. Le Ténébreux transpirait de sadisme et le sourire qu'il offrit à son nouvel invité accentua d'avantage cet aspect peu appréciable de la Bête. Puis sans raison apparente le monstre se mit à rire, un rire que jamais plus l'archer ne chassera de sa mémoire.

Le voleur fut aussitôt conduit dans les geôles de Rumpelstiltskin où ce dernier prit un malin plaisir à le torturer pour lui faire payer son affront. Il n'avait de cesse de faire entendre à son prisonnier, qu'on ne vole impunément le Ténébreux sans en payer le prix. Et on peut dire qu'en matière de torture, le nain tracassin ne manquait guère d'inspiration. Chaque objet avait son utilité et chaque utilité divergeait de la précédente. Pour faire durer le plaisir Rumpelstiltskin alternait dans le choix de ses armes faisait ainsi découvrir à Robin plusieurs déclinaisons de la douleur. Résistant, à la plus grande joie de son hôte, le voleur savait toutefois qu'il était promis à un dessein funeste. Et en agonisant en silence, il dédiait toutes ses pensées à Marianne qui continuait à subir les effets malfaisants de l'enchantement lancé au nom du Shérif de Nottingham. Les jours s'écoulèrent diminuant sans cesse l'espoir "du prince des voleurs" peu ménageait par le Ténébreux. Par chance si l'espoir s'estompait, l'empathie perdurait chez Belle, qui profita de l'absence du maître des lieux pour descendre aux sous-sols. Elle chercha activement la bonne geôle et quand elle l'eut trouvé, sans la moindre hésitation, elle délivra Robin de ses chaînes. Le jeune homme enfin libre, remercia la jeune femme et tenta, mais en vain, de la convaincre de le suivre et d'ainsi quitter cette servitude qui semblait ne rien lui apporter. Offrant un dernier regard à la jeune demoiselle et le cœur lourd malgré tout, le voleur quitta la geôle. Cependant, il n'omit pas ce pourquoi il était là et avant de quitter le château, il retourna dans le hall aux merveilles et déroba la baguette magique, espérant malgré tout que rien n'arrive à cette demoiselle à qui il devait la vie.
 
*************
Storybrooke
Today

Avant de passer le pas-de-porte, de surcroît entrouvert, Robin laissa quelques souvenirs assaillir son esprit. Belle était l'une de ses amies les plus fidèles au temps de la Forêt enchantée, malgré tout et puisqu'au préalable 28 années de malédiction s'étaient abattues sur la ville, depuis il n'avait pas vraiment eu l'occasion de lui parler, voir même de passer un peu de temps avec elle. Il n'était pas sans savoir que Regina avait enfermé la jeune demoiselle qui éprouvait toujours beaucoup d'hostilité à l'égard de la reine déchue, ce qui semblait normal. Peut-être était-ce pour cela que les deux amis s'étaient éloignés l'un de l'autre. Mais le Destin est joueur, car c'est bel et bien Regina, qui sans le savoir, allait contribuer à reforger des liens distendus par cette satané malédiction.  

« -J'espère ne pas tomber au mauvais moment » dit-il en observant les lieux. Quelques livres traînaient encore par-ci par-là. Les étagères vides étaient, quant à elles, trop nombreuses pour être présentables. Il était évident que la jeune femme ne parviendrait à tout ranger dans les temps. « - Tu mets du cœur à l’ouvrage à ce que je vois. C’est en train de devenir un joli espace. Tu sais que Roland me parle souvent de la bibliothèque, Henry l’a contaminé, il adore lire. Tiens d’ailleurs, j’y pense, peut-être devais-je te demander une carte d’abandonnement non ? » Il lui adressa un léger sourire et retira sa veste. La demoiselle en détresse avait besoin d’une aide salutaire, que Robin ne pouvait lui refuser. « -Mais non tu n’abuses pas de ma gentillesse. Je suis aussi là pour ça. » Il retroussa ses manches et avança vers une pile de livres. « - Tu les ranges par catégorie, ordre alphabétique ? » Une fois la question éludée, il s’activa donc et disposa chaque livre dans la bonne étagère. Il déchargea même quelques cartons ne pouvant se résoudre à laisser Belle le faire. En moins d’une heure, les deux amis achevèrent la besogne et purent ainsi savourer leur œuvre. « - Bon je crois que cette fois c’est à peu près bon et présentable. Bon et bien, je vais te laisser et reprendre la patrouille. » Il tourna les talons, fit deux pas avant de se sentir obliger de s’arrêter pour ensuite revenir sur ses pas, l’air désolé.

« -Belle, c'est assez gênant, mais j'ai un service à te demander. Avant toute chose, sache que je comprendrais si tu me disais non »

electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 265
Cœurs enchantés : 5090
Humeur : Perdue


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Une aide salutaire    Mar 3 Mai - 15:43

Une aide salutaire
Robin & Belle
Belle était contente de revoir Robin. Il faut dire qu’ils n’avaient pas souvent l’occasion de se parler quand on y pensait. La jeune femme avait eu beaucoup plus l’occasion de voir son fils que Robin lui-même. Elle fut d’ailleurs surprise que ce soit Régina qui l’emmène et non Robin. Soit l’ancienne méchante Reine avait vraiment envie de changer, soit elle faisait tout pour se faire bien voir et montrer à quel point elle était heureuse.

Belle se souvenait de la première fois qu’elle avait rencontré Robin. Leur rencontre avait eu lieu dans le monde des contes. Mais pas dans de très bonnes circonstances. Belle était au service du Ténébreux depuis déjà un certain temps. Une chose était certaine, il n’était pas facile à vivre. Mais elle avait fini par s’en accommoder. Le sacrifice qu’elle avait fait pour ses proches avait été difficile. Mais elle n’avait pas hésité une seconde et si elle devait le refaire, elle le referait sans la moindre hésitation. Ça avait quand même été difficile pour elle de passer du statut de princesse à celui de gouvernante. Au début, elle était un peu gauche dans ses gestes, et le comportement du Ténébreux ne l’aider pas à se sentir plus à l’aise. Lui s’en amusait. Il adorait lui faire perdre ses moyens et s’amusait à la stresser ou à lui crier dessus. La jeune femme faisait de son mieux pour le satisfaire, mais ce dernier ne cessait de mettre la barre de plus en plus haut. Au début de sa captivité, Belle pleurait tous les soirs pour le plus grand désespoir de celui qui la retenait prisonnière. Il n’en pouvait plus de l’entendre pleurer et se lamenter tous les soirs. Mais cette situation ne dura pas, et plus elle apprenait à le connaître, plus elle se rendait compte qu’au fond de lui, Rumple n’était pas si méchant que ça. Il avait été humain avant d’être Ténébreux. Belle avait trouvé des vêtements d’enfant dans une des pièces qu’elle avait pris soin de bien nettoyer. Elle était donc un peu plus détendue et au files des jours, la jeune femme eut l’impression que Rumple la regardait du=différemment. Il se cachait derrière une carapace de dureté et de froideur, mais elle était certaine de le voir sourire un peu parfois. Le jour où Robin fit son apparition Rumple était chez lui, elle n’eut donc pas le temps de le prévenir qu’il valait mieux pour lui qu’il ne se fasse pas prendre. Mais c’était trop tard… Elle avait juste eu le temps de lui lancer un regard plein de compassion. Et avant même d’avoir eu le temps de dire ouf, notre pauvre Robin c’était retrouvé prisonnier du Ténébreux.

Il arrivait parfois à Belle de se boucher les oreilles afin d’éviter d’entendre les cris de Robin. De ce qu’elle entendait, le Ténébreux ne devait pas y aller de main morte. La jeune femme avait essayé un nombre incalculable de fois de raisonner Rumple. Mais il ne voulait rien entendre. Pour lui, le vol était quelque chose qui méritait d’être lourdement punit et peu importe le motif. A part compatir à tous les tournements que subissait Robin, Belle n’était malheureusement pas en posture de pouvoir faire grand-chose de plus. Les jours se changèrent en semaine et les semaines en mois. Plus le temps passait, et plus Belle se souciait du sort du Roi des voleurs. Il fallait absolument qu’elle tente de faire quelque chose. Elle ne pouvait pas le laisser dans une aussi mauvaise posture. Il fallait qu’elle trouve le meilleur moment pour le libérer. Il arrivait assez souvent que Rumple sorte du château. Ce serait sur une de ces occasions que Belle pourrait faire libérer Robin. Elle savait qu’elle allait en prendre pour son grade mais elle s’en fichait. Et puis, elle était certaine que ce dernier ne lui ferait pas de mal. Depuis le temps qu’elle étle ait avec lui, elle le voyait sous un autre jour. Mais encore fallait-il que Ténébreux veuille bien quitter son antre. Et puis, un jour, ses prières furent entendues. Il s’absenta. Belle ne se posa pas de questions et descendit à l’endroit où se trouvait le malheureux prisonnier afin de lui rendre sa liberté. Ce dernier demanda à Belle si elle voulait le suivre. Mais il était hors de questions pour elle de rompre sa promesse. Elle devait vivre avec lui jusqu’à la fin de sa vie et c’est donc ce qu’elle ferait. Elle ne revenait jamais sur une promesse. Ce n’était pas maintenant qu’elle allait commencer.

Elle lui avait donc sauvée la vie. De l’eau avait coulé sous les ponts depuis .Belle ne se doutait pas de la raison qui avait poussé Robin  à lui rendre visite ce jour-là. Sans compté que depuis que Robin était en couple avec Régina, Belle avait encore moins envie de le voir. Ce n’était pas contre lui pourtant. Ce dernier était aussi adorable que son fils. C’était Régina le problème. Pourtant, Belle avait pris sur elle et elle avait réussi à aller lui parler afin de savoir ce qu’il en serait advenue d’elle si Jefferson n’était pas venu la sortir de cette horrible hôpital. Et pour une fois, madame le maire avait été franche et avait demandé à Belle les excuses que cette dernière avait attendues depuis vingt-huit ans. Mais quelque part, la jeune femme ne pouvait pas s’empêcher de se méfier d’elle.

« Oh non, détrompe-toi. Tu tombes vraiment très bien. »
La jeune bibliothécaire était très loin d’avoir tout terminé au niveau de sa mise en place, et le temps passait vraiment très vite. L’arrivée de Robin était une véritable bénédiction pour la jeune femme. Elle aurait une paire de bras supplémentaire si ce dernier acceptait de lui donner un coup de main. « Merci pour ce gentil compliment. C’est vrai que je suis contente de tout ce que j’ai fait depuis que j’ai la gérance de l’établissement. J’ai encore prévu deux, trois, choses, mais je ne veux pas tout dire tout de suite. Oui, ton fils est vraiment adorable, et je suis contente qu’Henry lui ai donné le goût de la lecture. Il joue très bien le rôle du grand-frère je trouve. Non, rassure toi, les cartes ne sont pas nécessaires. Mais je vais peut-être l’instauré plu tard. » Quand Belle constata que ce dernier était en train de retirer sa veste, un sentiment de soulagement l’envahit. Il était donc d’accord de l’aider. Elle se dirigea vers une autre pile de livre. « Oui, exactement. Tu as tout compris à mon mode de fonctionnement. » Le temps passa et la bibliothèque commençait à avoir de l’allure. Belle était ravie de la tournure que prenaient les choses. « Je te remercie vraiment pour ton aide. Sans toi, il est clair que je n’aurai pas pu terminer à temps. Merci beaucoup. D’accord, eh bien, bonne patrouille dans ce cas. » La jeune femme ne pouvait pas s’empêcher de trouver ça étrange. Il était venu la voir avec son thé préféré et il avait été d’accord de l’aider à tout ranger. Il devait forcément y avoir quelques choses qu’il ne lui disait pas. Son soupçon fut confirmé quand il revint sur ses pas et qu’il lui parla.

« Je t’écoute. Dis-moi tout. »

Elle ne savait pas pourquoi, mais elle avait la très nette impression que la demande de Robin avait un rapport avec Régina. Car le jeune homme n’avait pas l’ait très à l’aise dans sa demande.

electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 480
Cœurs enchantés : 5393
Humeur : Au manque de bonté


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Une aide salutaire    Dim 12 Juin - 19:09

Une aide salutaire
Robin & Belle
Si de primes abords Robin avait pris la direction de la bibliothèque pour voir Belle afin de récolter quelques informations sur les potions d’infertilités, le tout avec un thé pour mieux faire passer la demande, il se rendait compte à présent à quel point il était égoïste d’agir de la sorte. Belle n’était-elle pas son amie avant d’être le puits à information de la ville ? De surcroît, une amie à qui il devait la vie…
   
L'air désolé, l'adjoint du shérif fit un signe de la tête afin d'inciter Belle à le suivre pour qu'ils puissent aller s'asseoir quelques minutes avant que la jeune femme ne songe à rouvrir la bibliothèque. « -Je suis content de voir que tout va pour le mieux pour toi » dit-il en désignant les lieux du regard. Des lieux que la demoiselle avait pris soin de personnaliser et rendre plus attractifs. Robin, lors de sa première semaine au poste, avait eu « la chance » de voir la bibliothèque dans son jus. Un lieu abandonné de tous où poussière et araignées cohabitaient joyeusement entre les étagères elles-mêmes rongées par le temps. Les fenêtres cassées pour la plupart, étaient à cette époque (pas si lointaine) bloquées et il était évident qu'un petit coup de peinture ne serait pas de trop si à l'occasion, une rénovation était envisagée. A présent encline aux changements, la bibliothèque était à n'en pas douter l'un des endroits les plus agréables de la ville. Une magnifique victoire pour Belle qui semblait avoir trouvé sa place et s'en épanouissait d'avance. Malgré ce bonheur apparent, Robin émettait encore quelques doutes sur les bonnes intentions de Mr Gold.  Comment était-ce possible qu'une femme aussi bienveillante que Belle, puisse vivre avec une pareille ordure ? Et cet amour était-il réciproque ? Celui que jadis, l'on surnommait le Dark One avec frisson, ne se servait-il pas de Belle pour cacher, aux yeux de tous, ses véritables intentions et... Non, non, Robin ne pouvait se permettre d'étayer cette hypothèse, encore moins de porter un tel jugement sur la situation, car lui-même subissait quotidiennement ce genre de réflexion quant à sa relation avec Regina. Il n'était pas rare de voir quelques regards outrés se posaient sur eux, lorsqu'ils osaient sortir ensemble le soir venu. Pas rare d'entendre des réflexions déplacées à l'encontre de Regina qui essayait malgré tout de rester digne. Pas rare d'entendre les gens se demandaient si l'ancienne reine maléfique ne se servait pas de lui, si leur amour était réciproque. Donc oui, plus que quiconque Robin pouvait comprendre Belle et se sentait à présent coupable de s'être mis à la place « des autres » en jugeant sa relation avec Gold.

Avant de se lancer dans le grand discours qu'il n'avait de toute façon pas préparé, le nouvel adjoint du shérif prit quelques secondes pour se rappeler du bon temps, non sans un petit sourire qui paraissait au coin de ses lèvres. « - Tu te souviens de notre première rencontre ? Moi oui! Je ne pensais pas me faire prendre aussi facilement. Marianne avait impérativement besoin de magie et moi aussi par extension. Tu m'as sauvé la vie Belle et je te serais éternellement reconnaissant. » Il marqua un temps d'arrêt pour remettre de l'ordre dans ses pensées. Le pauvre se sentait vraiment mal à l'aise alourdit par sa culpabilité. Que pouvait-il dire, comment aborder le sujet Regina sans déclencher quelques hostilités ? Vastes questions visiblement sans réponses à l'heure actuelle. « -Ecoute je vais être honnête avec toi parce que tu es une amie et que je me suis promis de faire preuve d'honnêteté avec mes amis. Aussi fou que cela puisse être, j'aime Regina. Je l'aime comme jamais je n'ai aimé auparavant. Elle…*son regard se mit à briller à l'évocation de Regina* …je suis incapable de comprendre ni même de l'expliquer, mais il a suffi d'un regard pour que je comprenne qu'il y avait du bon en elle et ce malgré tout ce que j'avais pu entendre. Je ne t'ai jamais raconté notre première rencontre, ici à Storybrooke. A l'époque, Emma venait d'arriver. J'étais encore gérant du Rabbit Hole et certainement l'un des pires pères de toute la ville. Un soir où j'avais comme à l'accoutumée but plus que de raison, j'ai pris la direction de la sortie de la ville, qui m'a finalement mené jusque dans les bois. J'étais ivre, perdu au milieu des bois, mais j'étais bien. Ah oui j'ai oublié de préciser que j'avais mon arc. J'ai entendu des voix, je me suis planqué derrière le tronc d'un arbre et je l'ai vu. Regina était tombée dans un guet-apens. Deux hommes s'amusaient à la pousser et l'affublaient de tout un tas d'insulte. Elle, elle ne bougeait pas, elle restait impassible face à eux, mais j'ai vu, malgré mon état, une grande détresse dans son regard. Ils ont commencé à la pousser, ils voulaient impérativement qu'elle utilise sa magie pour donner raison à tout le monde. Elle aurait pu les tuer crois-moi, mais elle ne l'a pas fait. Alors l'un des malotrus a sorti une dague de sa ceinture et s'est approché d'elle. Il voulait lui faire du mal, imposer une justice qui n'en était pas une. Les vrais monstres c'étaient eux à ce moment-là. J'ai tiré une flèche puis une seconde, je crois que si je n'étais pas intervenu, Regina aurait laissé ces types la tuer. » Il garda à nouveau le silence, le temps que Belle assimile le récit qu'il venait de lui offrir puis il reprit « - J'avais beau être totalement ivre, j'ai senti en un regard que quelque chose était en train de se passer. Elle n'avait à mon égard, pas une once d'hostilité, je l'ai même fait sourire. Tu vois je savais qui elle était et pourtant à aucun moment je n'ai vu la méchante reine.  

L'ancien voleur, toujours peu enclin à la certitude, jouait avec ses doigts et par ses silences, trahissait une grande hésitation. Au bon d'un moment, sûrement cinq voir six secondes après son soliloque, il trouva le courage de poser son regard azur sur la jeune femme qui lui faisait face et laissa son cœur parlait une fois encore. "-Je suis vraiment très amoureux de cette femme et elle me rend tellement heureux. Nous nous rendons meilleur mutuellement. Mais plus que tout, je voudrais lui offrir le plus beaux des cadeaux, un bébé. Malheureusement, il y a de cela des années, quand elle était encore mariée au roi Léopold, elle a bu une potion d'infertilité. Elle voulait épargner à son enfant, tout ce que Cora lui avait fait subir. Belle j'ai besoin de ton aide ! Dans ces livres, n'y a-t-il pas une solution pour contrer les effets d'une telle potion? Je t'en prie, aide-moi, tu es mon seul espoir !" Pour appuyer ses dires, Robin prit les mains de son amie et les serra dans les siennes. Son regard azur continuait à briller, mais de désespoir cette fois.
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 265
Cœurs enchantés : 5090
Humeur : Perdue


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Une aide salutaire    Sam 18 Juin - 14:39

Une aide salutaire
Robin & Belle
La jeune bibliothécaire avait cette fâcheuse tendance à vivre dans le monde des bisounours pour le plus grand désespoir de certaines personnes. Pour elle, toutes les personnes, ou presque, avaient un bon fond et ne faisait pas les choses par pur intéressement. Mais ce qu’elle ne savait pas, c’est que d’une certaine manière, c’est ce que ce cher Robin était en train de faire. Elle ne se demanda pas pour quelle raison il avait eu une soudaine envie de la voir. Elle se disait qu’il le faisait en tant que bon ami et que comme il avait eu le temps, il était tout simplement passé la voir.
Belle fronça un peu les sourcils à la vue de l’air triste que venait de lui faire Robin. Elle le suivit donc sans poser de question. Il avait peut-être besoin de se confier à elle. La jeune femme était une oreille attentive. Si elle pouvait l’aider. Elle le ferait dans le moindre problème.

« Oui, je trouve que je ne m’en suis pas trop mal sortie finalement. Je suis contente de pouvoir vivre de ma passion.» C’est vrai que Belle avait fait du chemin depuis que la malédiction avait été levée. Certains habitats avaient dû mal à se faire à la modernité de ce nouveau monde. Mais, ce qui était très positif, c’est que peu importe l’époque à laquelle on vit, les livres nous suivrons toujours. La jeune femme avait toujours rêvé de posséder sa propre bibliothèque afin de s’occuper des livres et de conseillers les personnes qui le souhaitaient sur leur choix de lecture. Ce rêve avait fini par devenir réalité pour sa plus grande joie. Elle ne voyait donc pas ses journées passer. Elle voulait tout faire pour rendre son établissement plus chaleureux. Elle avait même pris soin de faire un petit coin thé avec deux fauteuils très confortable où les clients pouvaient venir s’assoir et se plonger dans un bon livre avec une bonne tasse de thé ou de chocolat à leur disposition. Belle voulait que tout le monde se sente à l’aise dans la bibliothèque. Elle laissait aussi des questionnaires sur le comptoir où les habitants pouvaient lui laisser des suggestions pour que l’endroit soit vraiment au goût de tout le monde. Notre petit rat de bibliothèque adorait son petit monde. Mais il y avait quand même un petit nuage dans son petit monde idéal. Le jugement des gens. Quand Gold venait parfois la chercher après sa journée de travail, ou quand il l’emmenait le matin, la jeune femme voyait le regard des habitants. Et il était très loin d’être chaleureux ou bienveillant. Ils n’arrivaient pas à croire que Gold avait changé ou ils ne voulaient tout simplement pas le croire. Mais pourquoi ? Si Régina avait changé, en quoi serait-il impossible que lui change ? Ce genre de regard blessait beaucoup Belle et lui faisait vraiment de la peine. Elle avait vécu un certain temps avec lui lorsqu’il était le Ténébreux. Par conséquent, elle le connaissait mieux que personne et elle savait très bien qu’il y avait du bon en lui.

Belle se demandait ce que Robin allait lui dire. Elle n’était franchement pas rassurée. Elle se demandait ce qu’il pouvait bien se passer. Y avait-il un malheur en ville ? Avait-il besoin des services de Gold ? Ce qu’elle n’espérait vraiment pas d’ailleurs. La jeune femme n’était pas très fan de magie.« Bien sûr que je me souviens de notre première rencontre. J’ai été ravie d’avoir pu t’aider car je ne sais pas ce qu’il t’aurait fait si je n’étais pas intervenue. Ça me fait d’ailleurs froid dans le dos rien que d’y repenser. » Belle essaya de sortir ce qu’elle avait vu de sa tête. Car le Ténébreux n’y était pas allé de main morte sur le pauvre Robin. Ce dernier avait subi un certain nombre de torture donc Belle avait été heureuse de pouvoir l’en sortir. Elle l’avait sauvé et elle n’avait jamais regretté ce choix. Mais elle ne comprenait pas pourquoi Robin venait à reparler de ça. Elle écouta donc avec attention tout ce qu’il avait à lui dire. Robin se mit alors à lui raconter sa rencontre avec Régina. En effet, Belle n’était pas au courant de la façon dont ils s’étaient rencontrés. Il faut dire qu’elle s’en fichait un peu. Enfin, elle s’en fichait. Car de l’eau avait fini par couler sous les ponts et la jeune femme avait décidé de prendre son courage à deux mains. Un matin, elle décida d’aller voir l’ancienne méchante Reine afin d’avoir une conversation avec elle sur sa captivité. Car Régina avait gâché sa vie… Elle fut un dommage collatéral mais elle croupit quand même dans un hôpital psychiatrique pendant vingt-huit longues années. Et cette période fut la plus longe de toute son existence. Mais heureusement pour elle, un homme vint la sauvé. Il s’agissait du chapelier fou qui la délivra dans le seul et unique but de se venger lui aussi de la méchante Reine. Quand Belle alla voir Régina afin d’obtenir des explications, elle dut prendre beaucoup sur elle car elle avait vraiment envie de l’étrangler. Mais ça ne lui apporterait rien de bon et elle n’était pas comme ça. Elle entra donc dans le bureau de Régina avec du café à la main. Les deux femmes parlèrent pendant des heures et Belle remarqua que la méchante Reine avait vraiment envie de changer. Elle lui avoua que si personne n’avait eu l’idée de la libérer, elle y serait probablement encore. Puis, elle s’excusa. Belle décida d’accepter les excuses qu’elle venait de lui faire. Car même si elle avait dû mal à le croire, les excuses étaient vraiment sincères. Bon, il est clair qu’elles ne deviendraient pas les meilleures amies du monde, mais ça faciliterait quand même leur relation. Belle crut vraiment à son changement quand Régina vint à la bibliothèque accompagnée du fils de Robin qui avait l’air d’avoir un très bon goût pour la lecture. Et puis, si Gold pouvait changer Régina pouvait le faire aussi. Même si Belle ressentait quand même encore un peu d’amertume face à ce qu’elle avait vécu à cause d’elle. Mais elle savait que le temps finirait par refermer ses blessures. Quand elle entendait Robin parler, elle avait l’impression de se voir elle quand elle parlait de Runple. Il avait de l’amour dans le regard et des petites étoiles exactement comme elle. Il était amoureux et ça se ressentait vraiment. Belle sourit et préféra finir d’écouter tout ce qu’il avait à lui dire avant de prendre la parole. Elle ne voulait pas l’interrompre. Il est clair que Régina avait vraiment eu beaucoup de chance que Robin soit dans le coin ce soir-là. Son histoire lui prouvait vraiment que cette dernière avait envie de changer radicalement. Car elle aurait très bien pu user de la magie et tuer ces hommes qui voulaient tout faire pour la pousser à bout afin de se faire porter comme victime de la colère de la méchante Reine. Belle se dit que Régina avait dû avoir la peur de sa vie.

Elle ne comprenait pas pourquoi il était venu lui raconter tout cette histoire. Pendant un temps, elle se demanda si Régina ne venait pas de replonger dans la noirceur des ténèbres. C’était peut-être ça le problème. Et par conséquent, Robin ne savait pas vers qui se tourner. Il était donc venu la voir elle ne sachant que faire. "Je vois bien que tu es vraiment amoureux d’elle Robin. Si tu me disais le contraire, ce serait vraiment très surprenant. Je sais aussi qu’elle est vraiment en train de changer. Nous avons eu une grande conversation toutes les deux au sujet de mon internement. Je sais que tu ne vas pas aimer ce que je vais te dire, mais une part de moi à encore un peu de mal avec elle-même si je sais que c’est temporaire. Je n’étais pas du tout au courant de cette histoire en revanche. Bien sûr que je vais vous aider. Je ne vais pas rester sans rien faire. Même si elle m’a fait beaucoup de mal, elle a droit à sa fin heureuse comme n’importe qui." Elle serra doucement les mains de Robin dans les siennes. "Ne t’en fait pas, tout ce que la magie a fait peut-être défait. En revanche, ça va prendre du temps. Je vais devoir faire des recherches assez poussées. Je te dirai dès que j’ai quelque chose. D’accord ? " Elle lui fit son plus beau sourire pour essayer de le rassurer.


electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 480
Cœurs enchantés : 5393
Humeur : Au manque de bonté


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Une aide salutaire    Mer 22 Juin - 1:51

Une aide salutaire
Robin & Belle


L’aveu de Regina sur sa stérilité avait ébranlé Robin, qui malgré tout et pour ne pas blesser sa compagne, n’avait eu de cesse de lui rétorquer que ça n’était pas grave, que la seule chose qui comptait c’était ce « nous » qui continuait à construire progressivement.  Il s’en était tellement convaincu, qu’il avait fini par y croire, jusqu’à ce que la réalité le rattrape et quelques souvenirs émanant d’une fille passée.
Captif du shérif après la mort de Marianne, Robin n’avait pas vu son fils grandir dans le monde des contes, il n’était même pas parvenu à rattraper le temps perdu, avide de vengeance, il avait gaspillé les dernières semaines à traquer Notthingham et quand enfin son désir de vengeance cessa, la malédiction frappa, ne lui laissant pas la moindre chance pour prétendre à la rédemption. A Storybrooke, il s’était vu affublé du rôle de Robin le gérant alcoolique du Rabbit Hole. Un vise survenu après la mort de sa femme, emportée (fictivement) par la maladie.  Bien-sûr lorsque la malédiction fut brisée, les identités fictives volèrent en éclat laissant la réalité se rétablir à petit feu. Toujours alcoolique, Robin se rendit compte qu’une fois encore, il avait laissé son fils de son côté. Un aveu qui lui serrait le cœur. Même si son fils lui faisait savoir à quel point il l’aimait et lui pardonnait toutes « ses bêtises » Robin ne parvenait à oublier que durant longtemps, il fut un mauvais père. Et même si Regina se démenait pour lui prouver le contraire, une infime part de lui continuer à le penser.

Les premiers jours passés la réflexion de Regina se passèrent presque normalement, jusqu’à ce rêve, aussi illusoire soit-il, mais tellement agréable où Robin se voyait tenir une petite fille dans les bras, tandis que Regina tout sourire poussait une poussette.  Le couple, vu de l’extérieur, irradiait de bonheur, un bonheur auquel Robin voulait tant goûter avec Regina. Le regard triste, il ne manqua pas d’expliquer à Belle les tristes détails de la stérilité de l’ancienne Evil Queen. Un récit qui continuait à lui briser le cœur, un sentiment dont il ne parvenait à se défaire. « -Je sais qu’elle t’as fais du mal et que de m’entendre te parler de tout ça est un peu léger… Je pourrais même comprendre ta rétissance, si rétissance il y a … » Ne parvenant à trouver ses mots l’archer opta pour le silence, un silence prompt à la prise de parole pour Belle, qui toujours pourvue de cette extrême et déconcertante gentillesse, faisait savoir à Robin ce qu’elle pouvait ressentir en l’observant parler de Regina. Touché, le jeune homme avala bruyamment sa salive et sourit un peu plus.

« - Ah ça oui, je suis fou amoureux d’elle. Je n’ai jamais ressenti ça avant. Elle est comme une bouffée d’oxygène quand je commence à m’étouffer. Elle me fait sourire après avoir passé une journée maussade. Elle me fait me sentir meilleur dans tout ce que j’entreprends. » Il se tue pour continuer à laisser la parole à son amie, qui fit preuve d’une grande honnêteté en lui avouant que malgré la grande conversation qu’elle avait eu avec Regina, elle n’en demeurait pas moins encore sur la réserve et qu’il lui faudrait encore un peu de temps avant de parvenir à tourner totalement la page. « - Je peux comprendre Belle. C’est tout à fait normal. Il te faudra sûrement du temps et je suis ravi d’avoir partagé cette histoire avec toi. Pour tout te dire on ne l’a jamais raconté pas même à Roland et Henry. J’aimerai tant pouvoir raconter cette histoire à une petite fille, lui dire à quel point sa mère fut fort et courageuse, à quel point, je l’admire… Je… » Emprunt d’émotion, il due se taire et laissa Belle lui prendre les mains, un geste qui lui redonna le sourire et l’espoir dont il pensait manqué jusqu’alors. « -Tu veux vraiment ? Belle ! » Il se redressa et se rua sur elle pour la prendre dans les bras et la serrer fort. « -Merci ! Merci ! Merci ! Je suis prêt à t’aider à chercher s’il le faut. Je ne serais comment te remercier. Preuve qu’il reste encore de l’espoir dans ce monde et que tout n’est pas perdu. » Il retrouva son légendaire sourire et serra à nouveau Belle dans ses bras.  « - Je veux t’aider à trouver. Je pourrais toujours m’arranger avec Swan pour qu’elle m’accorde un peu de temps non ? »
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 265
Cœurs enchantés : 5090
Humeur : Perdue


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Une aide salutaire    Jeu 23 Juin - 14:42

Une aide salutaire
Robin & Belle
Belle ne s’était encore jamais demandée si elle désirait avoir des enfants. Pour cela, il aurait fallu qu’elle puisse les élever dans de bonnes conditions. La vie avec Rumple était vraiment très loin d’être facile tous les jours. Avoir un enfant avec Rumple, ce serait le mettre en danger en permanence, et elle ne pouvait pas prendre un tel risque. Ce serait vraiment égoïste de sa part. Elle avait donc encore le temps de se poser la question.
Belle aurait pu avoir une belle vie. Quoi que. Dans le monde des contes, elle aurait dû se marier avec un homme qu’elle n’aimait pas. Elle aurait très probablement eu des enfants qu’elle aurait aimé plus que tout, mais elle aurait été malheureuse toute sa vie. Quand la malédiction fut levée, elle eut la chance de devenir une femme indépendante. Ce qui n’existait pas dans le monde des contes. Il était tout à fait impensable qu’une femme travaille. A Storybrooke, c’était complètement différent. Belle pouvait s’habiller comme elle en avait envie et gérer son affaire toute seul. Elle se sentait libre, et elle aimait cette sensation plus que tout au monde. Mais un petit nuage gris planait au-dessus de sa tête. Ce nuage c’était la relation qu’elle avait avec Rumple. Car même si la jeune femme l’aimait de tout son cœur, ce n’était pas facile tous les jours. Les mensonges et les manipulations de son mari étaient devenus son quotidien. Elle avait donc décidé de se consacrer aux autres afin d’oublier ses soucis et de pouvoir avoir l’agréable sensation de se sentir utile. Elle voulait donc aider Robin même si elle avait dû mal à le comprendre.

Il savait que Régina lui avait fait du mal ? Non, en réalité, Robin ne savait rien. La seule chose qui savait, c’était ce que Régina avait bien voulu lui dire. Elle ne pouvait pas s’empêcher de se dire qu’elle avait encore dû se poser en victime. Oui, la jeune bibliothécaire avait encore un peu de rancune contre l’ancienne méchante Reine. Sa réaction était quand même légitime. Elle lui avait pris vingt-huit ans de sa vie dans le seul but de faire souffrir Rumple. Si elle avait voulu, elle aurait très bien pu se débrouiller pour faire souffrir Robin. Comme ça, Régina verrait à quel point c’est drôle d’utiliser la personne que l’on aime comme dommage collatérale. Mais elle n’avait pas été éduquée de cette manière. Sa mère lui disait souvent que si une personne lui donne une gifle, il fallait qu’elle lui tende l’autre joue afin de lui faire comprendre qu’elle n’était pas rancunière. Oui, Belle avait eu des parents relativement exemplaires. Et si un jour elle avait la chance d’avoir des enfants, elle leur inculquerait les mêmes valeurs sans la moindre hésitation. « Oui, c’est précisément ce que je constate. Je trouve que tu as vraiment l’air épanouit. J’ai vu Régina à la bibliothèque accompagnée de ton fils. Cet enfant est vraiment adorable. Je trouve qu’il s’adapte très bien à sa nouvelle vie. Je sais aussi que Régina n’est pas du genre à jouer la comédie avec les enfants. Elle aime vraiment Roland et ça se voit. » Belle lui dit exactement ce qu’elle ressentait. Quelque part, ça lui faisait du bien de pouvoir parler librement avec Robin. Il lui dit qu’il comprenait tout à fait ce qu’elle ressentait et ça la rassura aussi. Elle ne voulait pas le vexer en disant ça. Elle prit quand même le soin de peser tous les mots qu’elle disait afin de ne rien dire de trop méchant. De toute manière, ce n’était pas son genre. Mais des fois, les paroles ont cette fâcheuse tendance d’aller plus vite que nos pensées. «Je sais très bien que ce sentiment finira par passer. Avec le temps, toutes les blessures finissent par s’estomper. En revanche, je ne comprends pas pourquoi vous n’avez pas mis au courant Henry de votre rencontre. Il serait très fier de sa mère. En ce qui concerne ton fils, je pense que tu as bien fait de ne rien lui dire pour le moment. Il est peut-être un peu jeune pour entendre tout ça.» Le fait que Belle prenne les mains de Robin dans les siennes étaient vraiment un signe amical. Si Régina passait par là, elle ne l’aurait peut-être pas interprété de la même manière. La jeune femme poussa un petit cri de surprise lorsque Robin la prit dans ses bras. Elle ne s’y attendait pas du tout. Il était tellement heureux, qu’il se mit à parler sans s’arrêter. Belle riait tout en l’écoutant. En acceptant, elle venait de faire de lui le plus heureux de tous les hommes de la ville. « Bien sûr que je le veux vraiment. Je te l’ai dit, elle a droit à sa fin heureuse autant que n’importe qu’elle personne présente ici. Attends, pour le moment, je vais entamer mes recherches de mon côté. Je te dirai si j’ai besoin de toi. Mais je pense que la sécurité des habitants et aussi une chose importante. Dès que je tiens quelque chose, je te préviens tout de suite. Ça te va ? » Elle lui fit son plus joli sourire.

electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 480
Cœurs enchantés : 5393
Humeur : Au manque de bonté


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Une aide salutaire    Dim 26 Juin - 13:36

Une aide salutaire
Robin & Belle


  **********
Dans la forêt enchantée
Des années auparavant.

Assise autour du feu, Lady Marianne se délectait de la vue que lui offrait son chère et tendre. Ce dernier tout sourire, dansait autour du feu avec ses camarades, pour fêter un nouveau vol qui leur permettraient de rendre aux habitants du comté, l’argent si injustement prélevé. Le sourire aux lèvres, celui que bon nombre surnommé « le prince des voleurs » ressemblait à un enfant à qui l’on vient d’offrir le plus beaux des cadeaux. Lady Marianne déposa la coupe d’hydromel que Frère Tuck venait de lui offrir, d’un sourire, elle le remercia, ce dernier qui avait compris posa une main chaleureuse sur son épaule et s’éloigna. La jeune femme était une femme mariée depuis peu, malgré tout elle s’accommodait des nombreuses absences de son époux. Cependant bien malgré elle, ses envies de stabilité avaient refait surface et peinaient à être amoindrit avec la nouvelle qu’elle s’apprêtait à délivrer à Robin.  Ce dernier avait d’ailleurs senti le malaise émanant de sa charmante épouse. Priant ses camarades de continuer à célébrer leur vol, il s’éloigna du feu de camp et rejoignit Lady Marianne toujours assise sur son tronc d’arbre.

« -Tu semble bien songeuse ce soir ! Tout va bien ? » Sa main se glissa dans la sienne, laissant paraître un nouvel anneau sur l’annulaire gauche. La jeune femme remit en place ses cheveux, un geste qui trahissait son trouble. « -Je crois que nous devrions parler ? » Incertaine elle l’était et de ce fait les mots commençaient à manquer. Robin se rapprocha un peu plus d’elle et plongea l’azur de son regard sur elle.  « -Tu crois ? Qu’est-ce qui se passe ? Je te sens ailleurs ce soir. »

« -Robin, ne crois-tu pas que nous devrions vivre normalement. »

« -Vivre normalement ? Qu’attends-tu par-là ? »

« - Une vie stable ! »

« -Mais je croyais que tu acceptais de mener cette vie ! »


« -Oui je l’acceptais, mais c’était avant d’apprendre que nous n’étions plus deux »

Elle prit la main de son époux et la déposa délicatement sur son ventre afin de lui faire comprendre là où elle voulait en venir. Robin retira aussitôt sa main visiblement surpris par cette nouvelle.

« -Tu… » commença-t-il sans trouver le courage d’achever sa réplique. Hésitante lady Marianne acquiesça. Robin l’air soucieux, se mura dans le silence. Bien-sûr qu’il était heureux, mais c’est belle et bien l’appréhension qui gagna le pas sur le bonheur.

« -Robin ? »

« -Marianne c’est trop tôt ! »

« -Trop tôt ? »


« - On ne peut pas élever un enfant dans de telles conditions »

« -N’est-ce pas toi qui m’as dis que le plus important c’était que l’on soit ensemble »

« -Oui je l’ai dis et je le réitère, mais regarde-nous, regarde le monde dans lequel nous sommes. Le peuple a besoin de nous… »


« -Ton fils aussi maintenant » dit-elle avec force.

« -Marianne, je ne veux pas être un père absent »

« -Alors sois présent ! »

« -Ne me demande pas de renoncer à mes serments. »

« -Il n’y a pas si longtemps tu étais prêt à le faire pourtant. »

« -J’ai un code d’honneur… »

« -Nous allons avoir un enfant Robin, t’en rends-tu compte ? »


   ************************
Robin perdu dans ses pensées, observait sans convictions son gobelet de café. Belle tout sourire continuait à s’adresser à lui. Gêné de ne pas l’avoir écouté, il lui sourit serrant un peu plus ses mains dans les siennes. Ce vieux souvenir qui venait de l’ébranler, étaya une vieille culpabilité enfouis dans l’ombre. Après avoir offert une douce étreinte à la bibliothécaire qui venait d’accepter de lui offrir ce pourquoi il était là, l’ancien archer reprit sa place.

« -Il y a beaucoup de choses que l'on ne dit pas à nos enfants pour les préserver. Quand Marianne m'a annoncé qu'elle était enceinte, j'ai mal réagi. J'aurai dû me réjouir, mais au lieu de ça je me suis braqué. J'ai tellement cherché à me racheter auprès de Roland pour mes années d'absence, que j'en ai oublié ce souvenir. C'est très étrange ! J'aimais Marianne plus que tout, mais je n'éprouvais pas le besoin d'avoir un enfant. Tandis qu'avec Regina c'est presque une nécessité. Je suis un salaud ? » Avant qu'il ne puisse développer son interrogation, son talki walki émit un grésillement. L'adjoint se leva pour s'en emparer, priant Belle de bien vouloir l'excuser, puis il régla la fréquence et écouta le message délivré par Emma. « - Oui Emma qu'est-ce qui se passe ? (encore) Quoi encore une dispute au magasin de moto ? Merida n'est pourtant plus là à ce que je sache. Bon ok, je vais passer y faire un tour. Bien ! » Il tourna le bouton et retourna auprès de Belle l'air désolé. « -Emma a besoin de moi. Encore une dispute chez le concessionnaire de moto. Je vais devoir y aller. Tu fais quoi demain ? Je te paye un déjeuner au Granny's ok ? »
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 265
Cœurs enchantés : 5090
Humeur : Perdue


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Une aide salutaire    Lun 27 Juin - 13:55

Une aide salutaire
Robin & Belle
Quand on se marie, on vit à deux pendant un certain nombre d’année. On profite de faire tout ce que l’on veut avant de fonder une famille. Un bébé change complètement votre quotidien. On peut dire au revoir aux grasses matinées que l’on chérissait tant. On doit aussi restreindre les sorties car quand on décide de faire un enfant, ce n’est pas pour le faire garder à tout le monde. Il faut aussi se mettre d’accord sur l’éducation. Si les parents se disputent, il ne faut pas le faire devant l’enfant et essayer le plus possible d’éviter les gros mots.

Donc oui, autant dire qu’avoir un enfant c’est du sport et ça change vraiment tout. Dans le monde des contes, Belle aurait elle aussi dû en avoir un si sa vie s’était déroulée sans encombre. Mais le destin en avait décidé autrement. Elle n’avait pas eu de mariage arrangé, ni de mariage tout court d’ailleurs. Elle ne s’était donc pas posé la question.

Pourtant, elle aimait vraiment les enfants. Elle adorait passer du temps avec eux à la bibliothèque. Ce qu’elle préférait le plus, c’était leur lire des histoires. C’était trop mignon de voir leurs jolis petits visages tout expressif. La plupart l’écoutait avec la bouche ouverte, curieux ou impatient de savoir ce qui allait arriver au héros de l’histoire. Allait-il réussir à terrasser le dragon ? La princesse allait donc finir par se réveiller ? La jeune femme sourit en repensant à tout ça. Avoir un enfant était aussi une chose merveilleuse. Mais avant tout, il fallait avoir une bonne situation financière pour pouvoir subvenir à ses besoins. Belle et son mari avait une bonne situation financière et ne manquaient de rien. Mais ça ne suffisait pas, il fallait aussi avoir une relation stable au sein du couple. Et ça, c’était un peu plus compliqué avec Rumple. Il passait la plupart de son temps à manipuler les gens et à leur mentir dans son seul intérêt. Ca attristait Belle au plus haut point et ça lui faisait vraiment mal au cœur.

Robin et Régina pouvait donc faire un autre enfant.  Régina le méritait quand même après toutes les épreuves qu’elle avait traversées. Même si Belle avait encore un peu de mal avec elle, elle était d’accord avec cette théorie. Et puis, peut-être que le fait qu’elle les aide à avoir un enfant pourrait l’aider à enterrer définitivement la hache de guerre. Mais trouver un remède à une potion d’infertilité n’allait pas être une mince affaire. Car si Régina n’avait pas trouvé de solution, Belle ne comprenait pas comment elle pourrait trouver. Régina s’y connaissait quand même largement mieux et elle pratiquait la magie depuis longtemps. Elle avait même été une élève de Rumple pendant un temps.  Mais tout ceci était du passé à présent. Cela dit, Robin avait quand même bien fait de faire appel à ses services. Plus il y aurait de monde, plus ils auraient de chance de trouver rapidement ce remède

Quand tout serait terminé, il allait falloir que Belle ait une petite conversation avec son mari. Car elle ne savait plus trop sur quel pied danser ni où ils en étaient. Finalement, heureusement pour elle qu’elle n’était pas enceinte. Car l’enfant ce serait retrouvé entre ses deux parents. Il y a plus saint comme vie de famille.

Belle ne savait pas que Robin avait des soucis avec l’alcool. Elle ne le voyait pas tout le temps et puis tout le monde avait été séparé lorsque la malédiction avait frappé. Cependant, elle avait quand même lu le livre qui racontait son histoire. Et connaissant Robin comme elle le connaissait, elle était certaine que ce qui était dit dans les livres étaient vrai.

Pour elle, cet homme était un véritable héros. Il s’était sacrifié pour tous les pauvres qu’il trouvait sur son chemin. Ils voulaient que tous les hommes soient égaux. Grâce à lui, des familles entières avaient pu se nourrir et s’acheter du bétail ou faire réparer leur maison. Ça devait être difficile d’avoir une vie de famille en étant le prince des voleurs. Mais d’après ce que Belle avait lu, Marianne l’aimait sincèrement et elle était prête à quitter sa condition de princesse pour vivre avec l’homme qu’elle aimait de tout son cœur C’était donc une jolie histoire d’amour qui était en train de naitre. Mine de rien, Belle se retrouvait un peu dans la personne de Marianne. Elle aussi avait tout quitté pour vivre avec l’homme qu’elle aimait. Enfin, si on veut.

Pendant quelques minutes, Robin était parti très loin dans ses pensées. Belle ne s’était pas rendue compte tout de suite qu’il ne l’écoutait plus. La jeune femme avait donc parlé un peu dans le vent. Mais elle ne lui en voulait pas. Elle comprenait que la situation était un peu délicate.« Tu n’es pas obligé de me répondre Robin, mais quand Marianne t’a annoncé qu’elle était enceinte, pourquoi as-t réagis de cette manière ? Donner la vie est quand même la plus belle chose qui existe. Et Roland est un petit garçon vraiment adorable. Tu ne te sentais pas prêt à être père ? Avec le temps, tu as dû prendre plus d’assurance. Peut-être que tu…. » Elle n’eut pas le temps de terminer sa phrase que Robin recevait un appel d’Emma. Apparemment, la ville avait besoin de l’adjoint du shérif. Il lui demanda ce qu’elle faisait le lendemain et il proposa de l’inviter à manger. C’était une excellente idée, ils pourraient ainsi terminer leur conversation et Belle pourrait commencer les recherches. « Allez file, la ville a besoin de toi. Et j’accepte ton invitation avec un grand plaisir. Salue Roland de ma part et dit lui que son livre arrivera d’ici la fin de la semaine. »


electric bird.

[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 480
Cœurs enchantés : 5393
Humeur : Au manque de bonté


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Une aide salutaire    Ven 19 Aoû - 13:03

Une aide salutaire
Robin & Belle


-La confiance ne s'acquiert qu'au prix de quelques sacrifices.

-Donne ta confiance à une personne et tu lui offriras sans considération toute ton amitié

-L'amitié est aussi sacrée que tous les serments que l'on te fera prononcer

-Confiance, fidélité, amitié sont les trois valeurs essentielles des « merry men »

-Lorsque tu sauves une vie, tu es lié à tout jamais à son possesseur.

Robin connaissait par cœur toutes ces règles puisqu'il en était le créateur. À l'époque où les Joyeux Compagnons furent créés, avec l'appui de Petit Jean, il mit en place un code d'honneur, qu'il s'évertuera à respecter durant des années. Même encore aujourd'hui, il semblait être en mesure de les énumérer, bien qu'il fût incapable de les respecter durant des décennies. Belle les lui rappelaient, du moins ceux mettant en évidence l'amitié et les valeurs qui en découlait. La jeune femme ne s'en rendait sûrement pas compte, puisque jamais Robin n'avait eu l'occasion, passé son sauvetage, d'avoir une véritable conversation avec l'intéressée. Et c'est bien ce qui se passait, Robin désireux de se livrer un peu plus, consentit à se remémorer quelques douloureux souvenirs. Belle encline à la curiosité et certainement intriguée par l'absence de Robin, osa poser les quelques questions qui taraudaient son esprit. Il ne pouvait d'ailleurs lui en vouloir et l'écouta avec attention, une attention mit en difficulté par la sonnerie de son portable qui retendit à travers la bibliothèque. Malheureusement pour l'ancien archer, l'appel du devoir vint mettre un terme à l'échange avec Belle qui accepta tout sourire de laisser son ami « voler au secours du shérif »

« -Je suis encore désolé. On manque de personnel au poste, c'est énervant et je trime pour deux. Souhaite-moi bonne chance ! Le concessionnaire est un abruti fini et têtu en plus. On se voit demain ok ? Encore merci pour ton aide ! Tu n'imagines pas à quel point tu me soulages. Bon, on se voit demain sur l'heure du déjeuner ok ? Au Granny ! Aller, je file passe une bonne journée ! » Il lui offrit un dernier sourire et quitta la bibliothèque. Les questions de Belle trottaient encore dans un coin de sa tête, tellement qu'il omit de rappeler Emma pour lui faire savoir qu'il était en route pour s'enquérir de la situation auprès du concessionnaire automobile. La suite de la journée, fut étrange et assujettie à la réflexion. L'adjoint tournait et retournait sans cesse l'interrogation de Belle. Si de prime abord, la réponse semblait évidente, en creusant davantage sa réflexion, Robin laissa paraître un raisonnement illogique puisqu'il mettait en exergue un domaine pour lequel il éprouvait beaucoup d'animosité, la magie. Comment pouvait-elle donc avoir un lien avec la naissance de Roland ? « Je pense que c'est bien plus compliqué que cela. Il n'y a pas de bien de mal, de noir de blanc. La magie ?! Ou alors un avatar. Si la raison me poussait à dire, que l'arrivée d'un enfant à cette époque de ma vie, n'était pas favorable, je pense que quelque chose, au fond de moi, tendait à me faire comprendre autre chose… »

Il tue sa réflexion, se targuant de vouloir en garder davantage pour le lendemain, lorsqu'il serait face à Belle pour le déjeuner au Granny. Le regard posait sur la pendule au plafond, il attendait patiemment la fin de son service pour rentrer chez lui et passait du temps avec son fils, pour faire taire toutes ces mauvaises voix chargées en culpabilité. Peut-être que dans le fond, Roland lui suffisait. Peut-être qu'il ne cherchait, avec ce deuxième enfant, qu'un moyen de rattraper ses erreurs et tout ce qu'il n'avait su faire pour Roland. « Penser ainsi est mal, très mal » se disait-il en embrassant son fils sur le front pour ensuite le border. Puis ne laissant rien paraître Robin retrouva Regina, prenant soin de l'embrasser tendrement avant de l'aider à tout débarrasser pour ensuite rejoindre l'étage et se préparer à dormir. Sans rien ajouter, il se coucha espérant chasser de sa tête toutes ses pensées négatives. La matinée du lendemain fut quasi identique que les précédentes. Arrivé aux aurores, Robin s'arrêta au Granny pour prendre son café et rejoignit sans trainer son bureau, continuant ainsi à s'inscrire dans cette même quotidienneté. Personne n'appela au bureau en ce début de matinée, ce qui rendait l'attente plus conséquente. Les dossiers ayant tous étaient classés et annotés, notre pauvre adjoint se retrouvait sans rien, errant au poste comme une âme en peine qui ne quitte jamais du regard l'horloge fixée au mûr. Lorsqu'enfin midi sonna, il s'empressa de récupérer sa veste, verrouilla le bureau et prit la direction du Granny's. La clocha sonna, il pénétra les lieux sous le regard intrigué de la gérante qui se demandait bien ce qu'il venait faire à une heure aussi tardive, ça n'était pas dans ses habitudes.

« -Bonjour ! Enfin re bonjour Granny ! Puis-je manger ? »

« -Oui bien sûr monsieur de l'adjoint ! »

« -Une table pour deux. »

« -Madame le Maire nous fait le plaisir de sa visite ? »

« -Non, Belle »

La gérante acquiesça et fit signe à sa petite fille de conduire le nouvel arrivant à une banquette. Robin l'en remercia et s'assit tranquillement.

« -Une boisson ? »

« -Non merci ! Je vais attendre Belle. »

Ruby tout sourire acquiesça et s'éloigna pour retourner au comptoir aux côtés de sa mère-grand qui continuait à observer Robin du coin de l'œil. Il ne lui restait plus qu'à attendre.
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 265
Cœurs enchantés : 5090
Humeur : Perdue


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Une aide salutaire    Ven 23 Sep - 21:46

Une aide salutaire
Robin & Belle
La vie est drôle parfois et à cette tendance à vous réserver de drôles de surprises. Lorsque Belle avait sauvé Robin de son emprisonnement, elle ne pensait vraiment pas qu’elle aurait la chance de le revoir un jour. Le plus drôle, c’est que depuis la malédiction, ils ne vivaient pas loin l’un de l’autre. C’était assez ironique quand on y pense. Mais elle fut vraiment heureuse de le revoir. Elle apprit qu’il était en couple avec Régina. Par mauvais reflex, cette nouvelle ne la fit pas vraiment sauter au plafond. Oh oui, elle savait très bien que l’ancienne méchante Reine avait changé. Elle l’avait vu de ses propres yeux. Elle se comportait en excellente mère de substitution. Car malheureusement, le fils de Robin avait perdu sa mère. Pour Belle, Régina était à des kilomètres d’être un merveilleux exemple d’amour et de compréhension. Oui, elle a changé c’est bon on sait. Mais malheureusement pour Belle, une part d’elle ne pouvait pas s’empêcher de se méfier d’elle. Vingt-huit ans coupés du monde, c’est vraiment très long. Personne ne peut se faire une idée de tout ce qu’elle a vécu. Elle savait très bien qu’il fallait qu’elle arrête de se poser en victime. Elle avait cessé de le faire d’ailleurs. Mais elle ne pouvait pas s’empêcher d’y penser encore à certains moments. Pourtant, Robin avait vraiment l’air heureux avec elle et si une personne pouvait vraiment être sincère et ne pas mentir, Belle savait très bien que s’était lui. D’une certaine manière, c’était surtout lui qu’elle voulait aider. Lui, méritait vraiment sa fin heureuse. Et elle ferait tout pour lui porter secours encore une fois.

« Attends, tu ne vas quand même pas t’excuser de travailler Robin. La ville a besoin de toi. Et je dois dire que nous nous sentons tous en double sécurité depuis que tu travailles avec Emma. Tu sais que tu pourras toujours compter sur moi. C’est avec grand plaisir que j’accepte ton invitation comme je te l’ai dit. Ah oui, j’ai entendu dire que le concessionnaire a vraiment un caractère de cochon. Je compatis donc. Je te dis donc à demain. » Sans vraiment savoir pourquoi, Belle se remit à penser à elle et Rumple. Est-ce qu’elle allait encore avoir le courage de lui pardonner et de le raisonner ? Cette situation devenait vraiment fatigante quand on y pensait. Pourquoi elle n’avait pas droit à sa fin heureuse ? Elle aurait bien le temps de se poser la question. Avant de s’occuper de ses soucis de couple, elle avait des gens à aider. Elle devait aider Robin mais aussi Juliette qui traversait une période relativement difficile. Après tout, c’était peut-être ça solution. Aider les autres pour qu’elle évite de penser à ses soucis à elle. Finalement l’idée n’était pas si mauvaise. Et puis ces derniers temps, elle avait plus l’impression de vivre avec un colocataire qu’avec son mari. Ils ne cessaient de se croiser. Ce qui n’était franchement pas évident pour faire le point quand on y pensait. Elle alla devant ses rayons pour donner la dernière touche à ses nouvelles gondoles de présentation. Un sourire se dessina sur ses lèvres. Elle était fière d’elle et sans Robin, elle n’aurait jamais réussi.

La journée se termina comme d’habitude. Belle ferma son établissement et rentra chez elle. Etrangement, Rumple était rentré plus tôt pour une fois, il avait même prit le soin de s’occuper du repas pour faire plaisir à son épouse. Mais cette dernière avait dû mal à être enjouée. Le repas se passa donc dans le silence le plus complet. Elle n’avait pas envie de lui parler ni de lui raconter sa journée. Une fois son assiette vidée, elle alla la poser dans levier et se préparer à aller se coucher. Elle savait très bien que Rumple ne la rejoindrait pas. Le Ténébreux ne dort jamais. Ses nuits devaient d’ailleurs être relativement ennuyeuse. Avant de dormir, Belle aimait bien se mettre en pyjama et se glisser sous la couette avec un bon livre entre les mains. Elle prit donc son livre préféré qui se trouvait dans la table de nuit, et se plongea dans sa lecture. Elle connaissait se livre absolument par cœur. Elle aurait pu le lire les yeux fermés. Mais elle aimait le lire encore et encore. La lecture avait été la chose qui lui avait manqué le plus quand elle était captive de Régina. Elle ne put d’ailleurs s’empêcher de penser à Robin. N’était-ce pas une bêtise de faire un enfant avec Régina ? Après tout, ça ne la regardait pas, mais Robin était un ami proche et elle ne pouvait s’empêcher de s’en soucier. La fatigue la gagna rapidement et elle ne tarda pas à s’endormir. Le lendemain, la matinée passa à une vitesse folle. C’était le jour où elle faisait la lecture aux enfants. Une fois sa lecture terminée, elle se rendit au Granny's. Elle entra et regarda autour d’elle. Elle sourit lorsqu’elle vit que Robin était déjà installé.

« Bonjour Ruby, Bonjour Granny. »

Elle leur fit son plus beau sourire et se dirigea vers la table où l’adjoint du shérif était déjà attablé. Elle ne put s’empêcher de remarquer le regard que lui lança Ruby. Eh bien quoi ? Elle n’a pas le droit de manger avec un ami ? Si elle avait mangé avec Marie-Margarèthe, elle ne l’aurait pas regardé de cette manière. Elle prit donc place en face de Robin.

« Bonjour Robin, comment vas-tu ? »

electric bird.

[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une aide salutaire    

Revenir en haut Aller en bas
 
Une aide salutaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Demande aide lecture acte mariage 1742 Cormeilles Eure
» * Pécule ou aide à la reconversion - Textes règlementaires ....
» Besoin de votre aide les expert(e)s!
» besoin d'aide pour un nouveau né
» Besoin d'aide pour choisir un siège 0+/1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No Kindness Left :: Bienvenue à Storybrooke :: Quartier Lucrèce :: L'horloge et la bibliothèque-
Sauter vers: