AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Tumblr  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Home sweet home! (Juliette et Hilda)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Messages : 246
Cœurs enchantés : 2685
Humeur : taquine


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Home sweet home! (Juliette et Hilda)   Ven 25 Mar - 12:01




Hilda approcha ses mains du feu qui crépitait doucement dans l'âtre. Comme il était bon d'être enfin chez soit dans son nids douillet! Cette impression était d'autant plus renforcé que dehors il faisait gris et il pleuvait. Normal c'était Pâques. De son côté, Plume la chienne, profitait elle aussi de sa nouvelle maison. Un coussin soyeux de deux mètres posé par terre aux couleurs rouges et blanc de Noël. Depuis qu'elle avait emménagée, l'ambulancière était partagée entre deux feux. Elle se sentait à présent apaisée et détachée de son ex-mari. Il n'y avait rien de lui ici alors le deuil de leur séparation avait finit par se faire. Et pus il y avait le puits à souhait qui semblait parfois appeler la fée des Etoiles qu'elle avait été avant la malédiction. De nuit comme de jour, il arrivait à Hilda de ressentir les émotions de ses protégés ou amis du monde féérique. C'était un peu comme si elle faisait une remise à jour des données après être restée longtemps en stand by. Et parmi toutes ces personnes il y avait Juliette. Juliette qu'elle avait retrouvé au bal masqué. Que pouvait-elle faire à Storybrooke ? Comment était-elle arrivée là ? Elle l'avait vu prendre la défense d'une certaine Alice et puis...Ce bal avait été vraiment étrange de toutes façons. Hilda, d'un naturel assez calme se serait volontiers servi de certaines personnes pour taper sur d'autres! Mais il y avait eu du bon aussi et il ne fallait pas l'oublier. La jeune femme éternua ce qui la gonfla prodigieusement.

- Oh mais ça va bien oui !

Ce n'était rien pourtant mais elle traînait un petit rhume depuis trois mois qui ne voulait pas partir. Elle regarda Plume

- Tu sais pas la chance que tu as. Etre humain c'est super nul je le souhaite à personne !

En fait c'était ça qui la mettait un peu sur les nerfs : son humanité grinçait autant que les scies sauteuses du groupe Métalicatan. Hilda n'appréciait ni les émotions, ni la maladie. Ca gâchait tout et ça faisait perdre du temps. Depuis le bal elle s'en était encore plus rendu compte. La fée des Etoiles était convaincu qu'elle n'était pas faite pour être humaine. Plus que tout elle voulait retrouver son statut de fée...et faire ce pourquoi elle était vraiment faite nom d'un farfadet !

Hilda sortit le gâteau au chocolat du four. Il avait une bonne tête. Elle espérait que son amie l'apprécierait. Comme elle avait hâte de papoter avec Juliette! En attendant la venue de cette dernière, elle s'amusa à décorer le gâteau avec des petits lapins et oeufs en sucre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
My only love sprung from my only hate.

avatar


Messages : 445
Cœurs enchantés : 3813


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Home sweet home! (Juliette et Hilda)   Sam 9 Avr - 9:53


❝ I am tired of missing you . ❞
- Hilda & Juliette -
C'est drôlement dangereux de s'attacher à quelqu'un, c'est incroyable ce que ça peut faire mal. Rien que la peur de perdre l'autre est douloureuse. C'est moche de guetter un signe de quelqu'un pour se sentir heureux.
 Le bal était fini, j’avais des bleus un peu partout sur le corps. Ce n’était pas une première pour moi, cependant, ils faisaient renaître mes anciens souvenirs. J’ignorais quelle mouche m’avait piqué. Je n’avais plus eu aucun contrôle sur mes sautes d’humeurs. La noirceur m’avait attiré. Cela m’était arrivé quelques fois auparavant, pendant la malédiction de Régina dans le monde des contes notamment. Cette puissance, que je contenais dans mon corps. Cette forcer et ce contrôle que j’exerçais. La mort que je donnais à ceux qui pénétrait dans mon royaume. Oui, je devais l’avouer, la noirceur de mes pouvoirs m’avaient attiré, mais les mages veillaient à ce que je n’y succombe pas. Je me souviens d’une discussion que j’avais eue avec Albertof. Il m’avait expliqué que mon âme était pure, mais que nous avions tous au fond de nous une once de noirceur qui était prête à surgir à chaque occasion. C’était le combat du bien contre le mal et tout être humains y été confronté. Seulement, dans mon cas les choses étaient un peu différentes, mes pouvoirs me donnaient une place de choix dans la noirceur. Ils pouvaient aisément rependre la mort et attisé la crainte. C’était pour cela que j’avais été destiné à emmener ma cadette sur le trône de la reine de cœur. Je devais être celle qui la pousserait à la victoire. Rien ne s’était passé comme prévu, désormais j’étais à Storybrooke. Perdue entre toutes ses nouveautés et confrontés à l’instabilité magique qui régnait dans ce monde. Mais revenons en au bal où j’avais perdu tout sens de bonté pour protégé ma petite sœur, avant d’en arriver à ce stade de violence, j’avais revu la fée des étoiles. Une ancienne amie, le premier être magique, autre que les mages, que j’avais rencontré à Wonderland après avoir eu mes pouvoirs. Elle m’avait invité chez elle. Elle devait certainement avoir une flopée de question à me poser, quant à moi je cherchai un lieu accueillant où je ne risquais pas de tomber sur Roméo en train de fricoter avec une jeune femme ou sur toutes autres personnes susceptibles de me mettre en rogne.

C’est pour toutes ses raisons que j’avais accepté son invitation et que je me dirigeais vers le puits à souhait, endroit où j’étais apparue la première fois. Je m’arrêtais un instant devant avant de reprendre ma route vers le chalet de la fée des étoiles. Il n’avait pas été compliqué à trouver. Frappant à la porte j’entendais une chienne aboyer, il ne restait plus que Hilda m’ouvre. Regardant un instant la bouteille que j’avais emmené avec moi, je tentais de me rappeler de ce que m’avait dit Belle. C’était du vin. Apparemment c’était une sorte de tradition dans ce monde. Interdite, je regardais la bouteille à l’allure simpliste, me demandant quel gout cela avait. La porte finissant par s’ouvrir, j’adressais un magnifique sourire à l’ancienne fée, bouteille en l’air :

« Salut Hilda, je t’ai emmené une bouteille de vin apparemment c’est la coutume. Je t’avoue que je ne sais pas si ca sera bon. »

Rigolant un instant, j’apercevais la chienne d’Hilda se faufiler entre ses jambes, m’abaissant à sa hauteur, je lui caressais la tête avec douceur.

« Salut toi t’es toute jolie »

code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 246
Cœurs enchantés : 2685
Humeur : taquine


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Home sweet home! (Juliette et Hilda)   Mer 20 Avr - 10:40

♛ Home sweet home


Hilda ouvrit la porte sur une bouteille de vin tenue par Juliette. L'ambulancière ne put s'empêcher de rire. On aurait dit une poule qui venait de trouver un couteau. Elle la débarrassa donc de sa bouteille et la serra dans ses bras pour la saluer

- Bienvenue et merci ! C'est une supère idée et ça devrait bien se marier avec le gâteau que j'ai fait.

Plume n'avait pas perdu de temps et cherchait déjà des caresses auprès de la nouvelle venue qui semblait déjà être sous le charme de la chienne. Hilda fit entrer Juliette. C'était étrange de la voir dans des vêtements Storybrookiens. L'ambulancière se demanda si elle l'aurait reconnue dans la rue. Non pas que ça ne lui allait pas, bien au contraire. Mais enfin les vêtements des années 2000 n'avaient rien à voir avec ceux du monde des contes et changeaient beaucoup les apparences. Elle avoua

- Quand je t'ai vu au bal l'autre jour, ça m'a fait bizarre. Au départ j'ai cru que ce n'était pas vraiment toi ! Depuis que nos souvenirs sont revenus j'ai parfois des voix et des images de l'existence d'avant qui me reviennent. Et parfois même elles se confondent avec celles du présent. Alors forcément...

La fée des Etoiles ne précisa pas tout de suite qu'elle avait même entendu Juliette l'appeler. En pensées ? En vrai ? Aucune idée! Quant à ce bal...Hilda se mordait les doigts d'y avoir mis l'escarpin. Son attitude avait été des plus étranges. Celle de tout le monde en fait. Y avait-il eu quelque chose dans la nourriture ou la boisson qui les avait rendu exacerbés ? Elle se le demandait...Régina n'aurait tout de même pas oser...non c'était peu probable. Quelqu'un qui aurait voulu saboter la soirée peut-être ? Elle la fit asseoir sur le canapé tandis que Plume posait son menton sur les genoux de Juliette

- Oups pardon je n'ai pas fait les présentations. Juliette, voici Plume.

La chienne émit un léger aboiement approbateur tandis que le feu dans la cheminée dispensait une douce et agréable chaleur. Comme c'était étrange de voir la reine Blanche ici ! Hilda se demandait ce qui avait bien pu lui arriver. Avait-elle avait été prise dans la malédiction ou avait-elle emprunté un portail de Wonderland ?  La fée des Etoiles disparut quelques secondes dans la cuisine pour revenir avec un plateau chargé de deux assiettes, verres, cuillères, le gâteau et surtout le tire-bouchon !

- Un petit goûter ça te tente ? Manger est un des plaisirs humains que je trouve les plus chouettes.

Le son d'un joli "pop" émanant de l'ouverture de la bouteille de vin retentit dans le salon. Hilda versa du vin dans le verre de son invitée et le sien. L'ambulancière huma le parfum émanant de la boisson. Très agréable ! Elle leva son verre.

- A nos retrouvailles!

D'une caresse sur le museau, elle repoussa Plume qui aurait-elle aussi voulu sa part. A Noëlland, un chien de traîneau pouvait sans soucis boire et manger ce qu'il voulait. Mais ici les conséquences n'étaient pas les mêmes. Encore une spécificité du monde humain qui n'était pas très agréable...

- Tu sais bien que tu n'y as pas droit ma belle...

Plume émit un petit grognement résigné et retourna s'asseoir sur son coussin en baillant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
My only love sprung from my only hate.

avatar


Messages : 445
Cœurs enchantés : 3813


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Home sweet home! (Juliette et Hilda)   Ven 22 Avr - 13:53


❝ I am tired of missing you . ❞
- Hilda & Juliette -
C'est drôlement dangereux de s'attacher à quelqu'un, c'est incroyable ce que ça peut faire mal. Rien que la peur de perdre l'autre est douloureuse. C'est moche de guetter un signe de quelqu'un pour se sentir heureux.
Ma bouteille fièrement mis en avant je saluais la fée des étoiles. Ne pouvant m’empêcher de penser que son look actuel était clairement en désaccord avec celui de notre monde. Un décalage qui me perturbait. Ceci dit j’avais assimilé que dans ce monde nos titres passé aussi bénéfique soient-ils ne valaient plus rien. Je l’avais revu à ce bal masqué où la noirceur avait subitement envahi mon esprit pour me donner de sombres envies inédites de meurtres. Si Hilda avait l’air d’agir normalement à ce bal, elle avait été accompagné par le pirate le plus immonde et manipulateur que je connaissais. Wyatt. Je voulais profiter de ce moment de retrouvaille pour la mettre en garde à son sujet bien que j’ignorais comment j’allais aborder le sujet de ma période de prostitution.
Cette dernière prenant en sa possession ma bouteille elle la posait sur une table avant de me saluer en me serrant dans ses bras tout en m’apprenant que mon cadeau irait en merveille avec le gâteau qu’elle avait confectionné. Un sourire rassuré s’immisçant sur mes lèvres, je ne relevais pas. Elle devait certainement mieux s’y connaitre que moi en matière de boisson humaine, préférant rebondir sur un sujet que je maitrisais :

« Ô un gâteau, tu l’as fait à quoi ? »

Demandais-je avec enthousiasme, ma gourmandise maladive s’exprimant sans la moindre honte tandis que la chienne de l’ancienne fée venait se présentait à moi légèrement outré d’avoir été ainsi oublié dans la séance des présentations. La saluant avec bonne humeur, j’entendais Hilda me parlait du bal, me faisant légèrement rougir au passage. Avant que cette dernière ne me parle des visions de sa vie passée. Un problème que je ne connaissais pas, contrairement à elle je n’avais as subit les foudres amnésique du sort noir. Avant même que je n’eus le temps de lui répondre la moindre chose, elle me donna le nom de sa chienne, dont je caressais le crâne pensive avant de lâcher avec tendresse :

« Comme ca te va bien, moi c’est Juliette »

En guise de réponse, la chienne m’offrait un coup de lèche sur le sommet de la main, avant de répondre à sa maitresse en un aboiement lorsqu’elle me proposait un gouter, auquel je répondais avec le même entrain que la chienne :

« Avec plaisir je ne dis jamais non à des gâteaux ! »

C’est ainsi que nous nous dirigeâmes vers le salon, Hilda m’invita à m’asseoir avant d’ouvrir la bouteille que j’avais ramené avec le fameux gâteau qu’elle avait confectionné et toute son armée de couverts et assiettes. Tandis qu’elle nous servait je lui demandais, désireuse d’éclairer un point de ce qu’elle avait abordé un peu plus tôt.  

« Comment ca se fait que tu as des flashs de ta vie dans notre monde ? Belle m’a dit que les maudits avaient tous retrouver l’intégralité de leur souvenir ce n’est pas ton cas ? »

Saisissant le verre que me tendait la fée, je lui rendais la parole en répétant l’hymne de nos retrouvailles contente, contrairement à la chienne qui repartait bredouille dans son panier. Prenant mon courage à deux mains je demandais de but en blanc :

« Hilda, je ne veux pas me mêler de ce qui me regarde pas mais au bal je t’ai vu avec Wyatt. Tu le connais bien ? »
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 246
Cœurs enchantés : 2685
Humeur : taquine


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Home sweet home! (Juliette et Hilda)   Jeu 28 Avr - 16:21

♛ Home sweet home


- Menthe Chocolat...quoiqu'il y a plus de chocolat que de menthe.

C'était le parfum du gâteau dont Hilda servit une part à Juliette. Elle réfléchit à la question que lui posait son amie en notant au passage qu'elle connaissait Belle. A Stroybrooke du moins. Stella aussi avait connu Belle mais elles n'avaient pas eu l'occasion de se reparler depuis le monde des contes.

- Si j'ai retrouvé mes souvenirs. Seulement...

Ce qui lui arrivait était difficile à expliquer. C'était inédit. A l'école des Fées on avait jamais abordé ce genre de soucis.

- Je n'arrive pas à me situer dans le temps. Depuis que je suis dans le monde des humains il a du se passer plein de choses pour mes filleuls ou ceux que je cotoyais. Jusqu'à ce que la malédiction soit connue j'étais sourde à tout ça. Et maintenant on dirait que tout m'arrive dessus en bloc comme...une tempête. Est ce que leurs voeux viennent du passé ou du présent ?

Qu'avait-elle manqué ? Combien de temps ? Et que pouvait-elle faire surtout prisonnière ici de son existence humaine ? Tout cela la tourmentait. Elle n'attendait pas de réponse de la demoiselle Capulet qui ne pouvait pas le savoir.

- Et toi je t'ai entendu m'appeler ou en tous cas souhaiter ma présence. Ca m'est arrivée alors que je conduisais l'ambulance. Juliette, est ce que je me trompe ?

Et est ce qu'elle était déjà à Stroybrooke à ce moment là ? Cela faisait beaucoup d'interrogations. Hilda s'assit en tailleurs pour bien se caler le dos contre le canapé douillet et plongea sa petite cuillère dans le gâteau. Savourant le chocometnhe son regard dévia sur la fenêtre. La pluie n'en finissait pas de tomber. Comme il était bon d'être à l'intérieur et au chaud !

« Hilda, je ne veux pas me mêler de ce qui me regarde pas mais au bal je t’ai vu avec Wyatt. Tu le connais bien ? »

Cette dernière question laissa notre fée des Etoiles perplexe. On aurait dit que Juliette attachait beaucoup d'importance à la réponse qu'elle allait faire. Hilda haussa les épaules. Les hommes étaient bien sa dernière préoccupation. Depuis que Peter-Morphée l'avait laissé tomber pour aller parcourir le monde elle était d'avantage occupée à se reconstruire et à se chercher. Elle devait soigner son petit coeur avant toute chose.

- On est collègues et on se croise au travail de temps en temps...

Elle omit de préciser qu'ils n'étaient pas venus au bal ensemble. Pourtant c'est ce que tout le monde devait croire. Grand bien leur fasse! Quant à Juliette elle devait bien comprendre quelle était la nature de leur relation : aucune. Juste deux collègues qui avaient un peu taillé la bavette. Ce qui n'avait pas déplu à Hilda d'ailleurs. Wyatt semblait être quelqu'un de bien. Et il y avait beaucoup de gens bien à Storybrooke.

- Il est médecin donc au service des autres.

L'ambulancière avait cru ressentir un peu d'inquiétude dans la voix de la reine blanche. Elle s'était donc empressée de la rassurer. Ce qui s'était passé dans leurs anciennes vies parfois pouvait se trouver racheter par des comportements exemplaires. Tout le monde avait le droit de se tromper et d'avoir fait les mauvais choix. Regina n'en était-elle pas la preuve ?

- Toi par contre tu as l'air de bien le connaître.

Et de lui en vouloir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
My only love sprung from my only hate.

avatar


Messages : 445
Cœurs enchantés : 3813


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Home sweet home! (Juliette et Hilda)   Dim 8 Mai - 21:30


❝ I am tired of missing you . ❞
- Hilda & Juliette -
C'est drôlement dangereux de s'attacher à quelqu'un, c'est incroyable ce que ça peut faire mal. Rien que la peur de perdre l'autre est douloureuse. C'est moche de guetter un signe de quelqu'un pour se sentir heureux.
Revoir Hilda sans ses attributs d’autrefois, me donnait de drôle d’impression. Sans doute que mon malaise était partagée, ma prestance d’autrefois, dans mes robe somptueuse, ma couronne en or blanc orné de saphir blanc, assorti à ma bague. Bien que je n’ai jamais été bien attaché à mes bien matériaux, mes robes, corsets (aussi étonnant soit-il), gants me manquaient. J’avais dû jeter la seule robe que j’avais emportée de mon royaume dans cette ville le lendemain du bal. Mon altercation avec le petit-ami de ma sœur, lui avait donné le coup de grâce. Un acte que j’avais encore un peu de mal à encaisser. Ma robe était l’un de rare bien qui me rappelait que ma vie dans le monde des contes était celle que je devais retrouver. J’avais besoin de ce lien, mais j’avais fini par la brûler. J’étais resté tout le long le regard ancré sur les cendres qu’elle avait laissé avant de repartir dans ma maison pour essayer d’y retrouver un peu de sérénité.
Poussé par un désir de bien faire les choses, je tenais à avoir un discours amical et le plus normal possible. C’est pour cela que je tenais à savoir le contenu du gâteau qu’elle avait fait. Encore une chose que je ne savais pas faire. Pour moi la cuisine était un substitut des potions, étant donné que je savais en faire, je devais bien me débrouiller avec la cuisine. Cependant je n’avais pas encore passé ce cap. Goutant le dit gâteau au chocolat et à la menthe, en tentant de faire taire les multitudes vertus de ses ingrédients qui dansaient dans mon esprit.

Alors qu’Hilda, m’apprenait qu’elle était un peu déconcertée par ses souvenirs, je me hâtais de lui demander plus de détail. La version qu’elle m’offrait de l’après malédiction était différente de celle de Belle. Sans hésiter davantage, l’ancienne fée des étoiles passaient en mode confession. Elle m’apprenait que depuis la levée de la malédiction la voix de ses protégés lui revenait en tête, comme lorsqu’elle était une fée. Sans grande surprise, elle m’avait également entendu. Lui offrant un piteux sourire, je lui répondais :

« Oui, quand le sort noir à embarqué la majorité de la population de notre monde dans cette ville. J’ai rapidement compris que tu en faisais partie. Avoir perdu Alice, encore une fois, ainsi que Roméo, avait fait ressortir mes plus grandes craintes. J’avais peur de perdre une nouvelle fois le contrôle. »

Marquant une pause, je repensais à cette période sombre où je m’étais laissé engloutir par la force de la bague. Le déclencheur, il était très simple, c’était la mort d’Alice ou devrais-je dire la pseudo mort de ma sœur accompagnée par celle de toute ma famille. Me raclant légèrement la gorge consciente qu’Hilda savait très bien de quel période je parlais, avant de poursuivre.

« Bref, je savais que cette fois Roméo ne serait pas la pour me sauver, et je savais que mon peuple ne pourrais pas survivre à un nouveau fléau. C’est pour cela que je suis partie à la cascade et je t’ai demandé de venir e rejoindre. Tu ne venais pas alors j’ai compris que toi aussi la malédiction t’avais emporté. Puis je t’ai rappelé quand je suis arrivée ici. Après mon séjour forcé à l’hôpital. Je suis venu au puits des souhaits et je t’ai supplié de m’aider à retrouver Alice. J’ignorais encore que la magie n’était pas comme dans notre monde. C’était y a un peu plus de quatre mois, est-ce que ca t’aide ? »

Mangeant un bout de gâteau, je finissais par demander à Hilda la nature de ses relations avec Wyatt. La jolie fée avait tellement fait pour moi, je ne pouvais pas la laisser entre les mains de cet homme. Certes ce dernier avait l’air d’être un autre homme dans cette ville, légèrement moins vicieux que par le passé. L’étonnement se lisait dans les yeux de mon amie, mais elle se plia à mes demandes et m’apprenait qu’elle travaillait quelque fois avec lui, avant de me retourner la question. Lâchant un gros soupir, je me lançais :

« Tu te rappelle de ce que j’étais avant de devenir la Reine blanche ? Dans la maison des cygnes, Wyatt était un des clients, un soir il m’a sauvé d’un viol avec un autre client plus vieux, plus violent, plus ignoble. Je l’ai pris pour un sauveur. Je ne sais pas ce que je m’imaginais, mais dans cette maison, la moindre lueur de gentillesse était comme un point d’eau dans le désert. »

Mal à l’aise, je détournais le regard, cette période là de ma vie était loin d’être la plus simple à aborder. Je n’en parlais jamais. Durant des années, je n’avais rien dit de cette année là de ma vie. Mordant ma lèvre inférieur, je sentais une larme rouler sur ma joue tandis que la chienne d’Hilda sauter sur mes genoux, afin d’essayer de me consoler. Caressant sa tête automatiquement, je poursuivais :

« Wyatt, a ensuite profiter de moi comme tout les autres hommes, pensant qu’il me faisait un cadeau. Il m’avait certes sauvé d’une bonne ruée de coup et d’un nouveau viol. Seulement, il m’avait fait d’autant plus souffrir en réduisant à néant l’unique lueur d’espoir qu’il m’avait inspiré. Après ce jour, j’ai arrêté de me battre contre les clients des Cygnes. De toutes manières ils finissaient toujours par avoir ce qu’ils voulaient. L’unique différence, c’était mes blessures. »

Soupirant, j’embrasser le sommet du crâne de la chienne louve, avant de la faire redescendre et de saisir le verre de vin que la fée m’avait servi. Osant enfin la regarder dans les yeux, je concluais :

« Je n’ai pas confiance en lui, il a sans doute changé, mais j’ai du mal à le croire. Il est l’une des rares personnes qui connait mon plus grand secret. C’est un pirate, je sais que s’il en ressent le besoin il me fera chanter avec ce secret »


code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 246
Cœurs enchantés : 2685
Humeur : taquine


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Home sweet home! (Juliette et Hilda)   Mar 10 Mai - 16:52

♛ Home sweet home


Hilda observait discrètement le manège de Plume auprès de Juliette. Cette chienne sauveteuse était formidable. Elle identifiait la douleur et savait l'apaiser par sa douceur. Et elle était une partenaire précieuse dans leur travail d'ambulancières. Bien que les animaux étaient interdis à l'hôpital il était arrivé que le direction de l'établissement réserve quelques événements afin que les enfants malade puissent venir la caresser et se sentir bien. Juliette donc était bouleversée par sa venue sur Storybrooke. Le changement devait être bien brutal !

- Alors...tu es venue ici pour chercher Alice et Roméo ?

Cette peur de perdre le contrôle Hilda la comprenait parfaitement. Elle avait vu la Reine Blanche dans un de ses sombres moments. Elle-même depuis qu'elle était humaine avait pu y goûter. Juliette confirma qu'elle l'avait appelée au secours à trois reprises. Le rouge monta aux joues de la fée. Combien de ses protégés laissait-elle sur le carreau ?

- Oui ça m'aide de savoir. Et en même temps...

Elle était coincée ici. Impuissante à aider qui que ce soit. Elle souffla

- C'est terrifiant. Mais tu as parlé d'un séjour forcé à l'hôpital ? Qu'est ce qui s'est passé ?

L'hôpital qu'elle côtoyait tous les jours. Et pourtant rien vu et rien entendu ! La honte! Mais peut être que l'épreuve que Hilda vivait en ce moment était destinée à lui apprendre ce que l'on pouvait faire en étant humain, simplement humain.

- Tu dois trouver ce monde...hostile. Mais il y a un avantage important par rapport aux contes. Ici la "princesse" n'est plus dépendante de son "prince". Elle sait se battre, avoir des amis, entreprendre des choses sans que des bâtons lui soient mis dans les roues uniquement parce qu'elle est une femme. Et parfois même elle refait complètement sa vie. Il est possible que  tu aies des choses à faire ici autres que de rechercher tes proches...

Roméo et Juliette finiraient forcément par se recroiser puisqu'ils étaient liés l'un à l'autre. Mais dans quelles circonstances ça...Les retrouvailles avec Alice ne s'étaient pas du tout passées comme prévu apparemment.  Hilda imaginait la gifle -au sens figuré- que Juliette avait du recevoir.

- Belle t'a prise sous son aile il me semble ? C'est quelqu'un de bien. Et si je peux t'aider en quoi que ce soit aussi alors demande-moi. Les amis en ce monde c'est ce qu'il y a de plus précieux.

Hilda approcha son verre de vin. La boisson lui détendit les muscles. Juliette lui raconta tout ce qu'elle savait sur Wyatt. Il l'avait sauvée pour la violer ensuite ? Etrange et monstrueux procédé. Hélas les pirates avaient pour coutume de considérer les femmes comme des objets de grand malheur si elles étaient sur leur navire et de grande jouissance si elles étaient à terre. Mais pas comme des personnes. C'était monstrueux!

- A ta place je ne lui ferais pas confiance non plus.

Et peut-être même qu'elle voudrait lui faire payer son "inconvenance".

- Mais comme je te l'ai dit précédemment les femmes ici sont des êtres à part entière qu'il faut respecter voir craindre. Alors ça m'étonnerait qu'il soit le même. Ca m'étonnerait aussi qu'il essaye de te faire chanter un jour...sauf en karaoké peut-être.

Pour sa part Hilda ne savait pas encore quoi penser du séduisant médecin. Elle réservait son opinion. Pour l'instant il était un Storybrookien qui avait mené plusieurs vies. Comme eux tous. Elle comprenait mieux maintenant pourquoi elle l'avait pris à parti en le chargeant de tout ce que la muflerie des hommes pouvait faire comme dégâts. Il était possible qu'elle avait senti quelque chose chez lui.

- Et comment tu as fait pour arriver ici ? Tu as emprunté un portail à Wonderland ?

Si un passage entre les mondes était ouvert alors cela changerait bien des choses. Mais Hilda n'osait pas s'accrocher à ce mince espoir. Il y avait le puits à souhaits toutefois qui semblait générer quelque chose...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
My only love sprung from my only hate.

avatar


Messages : 445
Cœurs enchantés : 3813


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Home sweet home! (Juliette et Hilda)   Sam 21 Mai - 15:07


❝ I am tired of missing you . ❞
- Hilda & Juliette -
C'est drôlement dangereux de s'attacher à quelqu'un, c'est incroyable ce que ça peut faire mal. Rien que la peur de perdre l'autre est douloureuse. C'est moche de guetter un signe de quelqu'un pour se sentir heureux.
Hilda me demandait si j’étais uniquement venue pour retrouver ma famille, les sourcils froncés, je l’interrogeais du regard. Pourquoi voulait-elle que je me jette la tête première dans un terrier sans savoir si mes sources sont exactes si ce n’est pour retrouver les deux personnes qui compte le plus pour moi ? Mon impulsivité était reconnue, certes, mais en grandissant j’avais accepté de porter le poids arasant d’un royaume. J’avais muri, et gagné en sagesse. Avant d’agir je m’efforçais de réfléchir, bien que cette résolution ait été mise à mal plus d’une fois à cause de ma sœur et de sa disparition.

« Bien évidement je n’aurais jamais abandonné mon royaume si ce n’est pour les retrouver. C’était la seule perspective qui m’a forcé à garder le contrôle de la bague et à continuer de me battre pour la terre qui nous avait accueilli lorsque nous avions plus rien. »

De son côté, la fée des étoile m’avouait qu’elle avait un peu de mal à remettre le fil des événements en place dans son esprit. Elle entendait encore, les appels de ses protégés et recevaient ceux qu’elle avait manqué en vingt-huit ans. Je comprenais aisément à quel point cette situation devait l’incommoder. Son impuissance faisait naître une lueur de tristesse dans ses grands yeux noisette, une moue attristée se posant sur mon visage, je tentais de la rassurer :

« Hilda, ce n’est pas ta faute. Je suis sûre que tout tes protégés ont bien, la plupart sont certainement en ville.  Si tu avais pu nous aider, je sais que tu l’aurais fait et c’est ce que j’ai conclu quand tu n’es pas apparu. Le sort noir avait emporté tellement de chose que tu ne pouvais pas le stopper ou encore l’anticiper, ne te sens pas coupable pour cela… S’il te plait »

Lui adressant un léger sourire, je lui prenais al main avant de reprendre afin de dissiper l’inquiétude qui gisait dans son regard depuis que j’avais parlé de l’hôpital.

« Quand je suis arrivée il y a quatre mois, je me suis retrouvée à côté du puits des souhaits. J’étais complètement dans les vapes et Blanche neige m’a trouvé. Elle ne m’a pas laissé le choix et m’a trainer à l’hôpital. Je n’avais rien, même si j’ai dû faire face à beaucoup de changement d’un coup. Quand je me suis réveillé, elle était à mes côtés, elle m’a un peu parlé et j’ai fuit à toutes jambes à cause des appareils qui m’entouraient. Snow m’a suivi et de fils en aiguilles elle m’a présenté Belle, qui m’a donné un job et une épaule sur laquelle me reposer quand toute cette folie m’effraie trop »

Alors qu’Hilda me parlait des avantages qui gisaient dans ce monde, je finissais mon verre de vin. Attentive, je l’admirais s’extasier devant les diverses possibilités qu’offrait Storybrooke. Le sourcil froncé, je me renfrognais guère satisfaite de la réponse que m’offrait la fée des étoiles.

« Je n’ai jamais été dépendante de Roméo, Hilda. C’est sans doute le cas d’un grand nombre de princesse, mais tu es bien placé pour savoir le combat que nous avons dû mener pour être ensemble. Ma famille est morte, Hilda, ils sont tout ce qu’il me reste. Certes, mes retrouvailles avec eux ne c’est as passé comme je le souhaitais, surtout en ce qui concerne mon mari, mais je ne vois pas ce que cette ville pourrait m’offrir. Dans notre monde, les gens souffrent. Les guerres détruisent nos royaumes, j’ai laissé les mages derrière moi. Certes, je les ai placées sous la protection d’un seigneur puissant avant de venir dans cette ville, mais je ne peux indéfiniment les laisser sous les griffes de Drago,… »

Lâchais-je, agacée, cette ville devait belle et bien être rempli de bonne chose, mais je ne pouvais être égoïste au point de rayer mes sujets de mon esprit de manière définitive. Ils avaient besoin de moi.

« Ce monde n’est pas le notre Hilda, tes ailes ne te manquent-elles pas ? »

Demandais-je plus calmement, après avoir poussé un soupir démuni. Mangeant un peu plus du gâteau que l’on m’avait servi. J’acquiesçais aux remarques de la propriétaire des lieux concernant Belle. Cette femme était exceptionnelle. Elle regorgeait de gentillesse et de bonté. La remerciant pour sa proposition d’aide, j’hochais la tête avec un sourire.
S’en suivi du sujet délicat qui n’avait de cesse de tourmenter mon esprit Wyatt. D’après les dires d’Hilda il était un de ses collègues de travail, et dans ce monde il était inoffensif.

« J’aimerais partager tes pensées, mais ce n’est pas le cas un pirate reste un pirate qu’importe le monde dans lequel tu l’envoi »

La question concernant mon arrivée ici venant dans le terrain de discussion, je terminais ma part de gâteau, avant de m’enfoncer dans son canapé et de raconter cette histoire que je contais tellement souvent.

« Quand la malédiction a pris fin dans cette ville, Brian, le mage de l’esprit à vu comment je pouvais me rendre dans cette ville. Nous ne savions pas si Alice et Roméo s’y trouvait, mais j’avais parcouru tellement de pays dans notre monde que c’était notre dernier espoir. J’ai emprunté un terrier du lièvre de mars. J’ai payé très cher ma venue, mais en venant dans ce monde Brian m’a dit qu’il ne savait pas comment je pourrais revenir. Ils m’ont donné quelques conseils et j’ai plongé dans le terrier et j’ai atterri à côté du puits des souhaits. »

code by lizzou — gifs by TUMBLR

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 246
Cœurs enchantés : 2685
Humeur : taquine


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Home sweet home! (Juliette et Hilda)   Mar 24 Mai - 22:22

♛ Home sweet home


Juliette venait de confirmer qu'elle était venue à Storybrooke pour retrouver ses proches. Sinon pourquoi aurait-elle abandonné son royaume ? La fée des Etoiles avait plusieurs hypothèses qui se bousculaient mais son amie venait de les effacer. L'équilibre des mondes était en train de changer elle le sentait, elle en était presque certaine. Wonderland aurait pu être touché d'où une mission à Storybrooke point d'origine de la malédiction.

- Je vois bien que c'est difficile pour toi de me parler de tout ça. Mais tu vas voir que je ne te demande pas tout ça pour rien...

La petite main réconfortante de la reine Blanche vint se poser sur celle de la fée des Etoiles qui se sentait déjà mieux.

- Tu as raison. Ce n'est pas de ma faute. Mais c'est terrible de se sentir démunie et impuissante. Merci ma Juliette...

Qui mieux qu'elle pouvait la comprendre ? Celle-ci parla d'ailleurs de son arrivée et de son séjour à l'hôpital sous la bonne garde de Snow. C'était brutal certes mais le protocole d'usage dans ce monde. Elle versa un peu plus de vin dans le verre de son invitée tout en l'écoutant raconter comment elle avait laissé son royaume. Elle eut un léger trésaillement quand elle entendit le nom de Drago. Il n'était pas réputé pour être un souverain très pacifique. Elle lui demanda si ses ailes ne lui manquaient pas.

- Ne te méprends pas. Tout me manque. Mais j'ai construit quelque chose dans ce monde. Et je commence à croire que les deux existences sont liées. Comme les deux faces d'une pièce. Et il est possible que ce soit pareil pour toi. Si tu es ici c'est pour tes proches mais il y a peut-être d'autres enjeux que tu ignores encore. Je ne te parle pas du statut des femmes pour toi personnellement. Tu es une reine indépendante ! J'ai vu tellement de jeune-filles ne pas pouvoir évoluer comme elles le souhaitaient parce qu'elles devaient d'abord se lier à un homme qui devait lui aussi supporter son lot de pressions! Si j'avais eu des sentiments humains à l'époque où j'étais fée ça m'aurait rendue malade ! Alors quand je vois comme les choses ont changé je ne peux qu'apprécier...On est égaux maintenant. Et ça vaut toute la magie possible tu ne crois pas ?

Elle soupira

- Quand je pense à tout ce que tu as du subir dans ce bordel...A Storybrooke ça ne serait jamais arrivé.

Wyatt un violeur. Un type qui abusait de la confiance des âmes en détresse. C'était difficile à croire et pourtant...

- Je n'oublie pas ta mise en garde et je la prends très au sérieux.

Simplement les choses étaient différentes ici. Alors il fallait voir. Plume vint poser son museau sur les genoux de la fée qui la caressa doucement. Son amie lui raconta comment elle était arrivée ici. Dans des conditions plutôt extrêmes et grâce au mage de l'Esprit

- Ce que tu as du lui payer pour obtenir le passage devait être conséquent...Tu n'as jamais manqué de courage Juliette

Une qualité que Hilda admirait.

- Quand la malédiction a pris fin des choses se sont déclenchées ici. Je n'ai jamais vu le puits à souhaits aussi actif. On dirait qu'il reprend vie! C'est pour ça que je me suis installée à proximité. En plus ton point d'atterrissage était à côté de lui.

Définitivement il générait quelque chose, ça ne faisait que se confirmer

- Tu te souviens de l'ambiance du bal ? Comment ça a dégénéré ? Ca sentait autant la magie que le chocolat dans l'atelier de Santa. Et je ne te parle pas des petits tours de passe-passe dont tous les anciens êtres magiques sont capables mais de quelque chose de bien plus grand...et noire. Je suis certaine que tu l'as perçue aussi. C'était irrésistible, on a tous succombé.

Hilda se passa songeusement une main dans les cheveux

- Toute la ville en a été victime. Alors ça ne peut pas être un Storybrookien. C'est pour cette raison que je voulais savoir comment tu es arrivée ici. Parce que ce chemin que tu as emprunté quelqu'un de moins bien intentionné que toi peut en avoir profité aussi...

La fée mangea une bouchée supplémentaire de son gâteau

- Mais qui pourrait avoir intérêt à faire ça ? Et dans quel but ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
My only love sprung from my only hate.

avatar


Messages : 445
Cœurs enchantés : 3813


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Home sweet home! (Juliette et Hilda)   Dim 5 Juin - 17:07


❝ I am tired of missing you . ❞
- Hilda & Juliette -
C'est drôlement dangereux de s'attacher à quelqu'un, c'est incroyable ce que ça peut faire mal. Rien que la peur de perdre l'autre est douloureuse. C'est moche de guetter un signe de quelqu'un pour se sentir heureux.
Le peux que j’avais pu dire pour essayer de réconforter la fée des étoile semblait avoir fait son petit effet. Un sourire illuminait son regard faisant disparaître cette morosité qui semblait la saisir depuis le début de notre conversation. Une discussion qui ne pouvait pas être des plus enjoués étant donné que j’étais en train de raconter comment j’étais arrivée ici. Certaines personnes pourraient pensés que j’avais gagné au change. Ce n’était pas totalement faux, j’avais quitté un monde enfouis dans la guerre et la désolation pour une ville calme et presque sans histoire. Seulement, ils ne s’imaginaient pas à quel point le choc des cultures pouvaient être important. J’étais pourtant une femme intelligente, ouvertes d’esprit qui était relativement bien habitué à voyager. Pourtant jamais au grand jamais je n’aurais pu imaginer un monde comme cela. Même Alice n’aurait pu le deviner. Mon verre fini, il fut aussitôt rempli par mon hôte, j’exprimais mon agacement vis-à-vis des propos qu’Hilda tenait sur la liberté des femmes. Certainement qu’elle ne me visait pas en particulier, pourtant je n’avais pu m’empêcher de le prendre pour moi. Cette description de la femme soumise à son mari, je l’avais vu. Ma mère était comme ca, soumise à mon père, incapable de lui tenir tête. Le voulait-elle vraiment ? Ou le temps avait-il fini par éteindre la flamme de la rébellion dans son cœur ? Je n’en savais rien et je n’en saurais jamais rien. Exprimant mon point de vue, avec virulence, tandis qu’Hilda se rattrapait, en m’expliquant sont point de vue. Pour elle nous étions tous égaux, hochant un sourcil peux convaincu je répondais :

« Tu trouve vraiment que nous sommes égaux ? A ce que je sais la méchante reine est votre mairesse, elle décide de ce qui doit être fait dans cette ville. La famille des shérifs est celle de Blanche neige. Le ténébreux, peux faire ce qu’il lui plait, sans être acquitter. Je trouve que ce monde est comme le notre, seulement on a retiré beaucoup de magie et rajouter de la technologie. »

Alors qu’elle me parlait de ce que j’avais vécu dans le bordel des cygnes, je grimaçais, préférant ne pas relever. Aborder ce sujet là était loin d’être aisé pour moi. Je voulais oublier. Oublier cette partie de ma vie. La rayer de mon esprit, soigner mes blessures. Mes doigts se posant sur une de mes cicatrices, je la caressais pensive. Pendant que je racontais à quel point Wyatt était un homme dépourvu de conscience ou encore de capable de bienveillance. Dans mon récit des plus dures, je ne cherchais pas à cacher la vérité. Un message qui fut belle et bien reçu et qu’elle disait prendre au sérieux.

Décrivant la manière que j’avais utilisé pour me rendre dans cette ville, j’hochais les épaules lorsque Hilda parlait du pris que j’avais dû payer pour arriver ici. Je n’avais que faire du prix que j’avais payé. Il était vrai que j’avais offert une partie de ma fortune pour passer le passage. Mais qu’est-ce que ma fortune comparé à ma famille ? Comme précédemment, je ne relevais pas.
Hilda quant à elle entama un nouveau sujet de conversation : le bal de Régina.

« La magie était présente oui, mais elle ne venait pas de moi. »

Me sentais-je obligé de préciser, avant de reprendre après une gorgé du doux breuvage que j’avais apporté.

« Ceci dit, j’ignore ce qui c’est passé au bal. Je n’avais pas réussi à contrôler mon agacement. La noirceur c’était levée dans mon esprit, j’étais tellement en colère. J’ai failli perdre mon contrôle quand cet homme à frappé ma sœur. Mais tu as raison, si je suis parvenu à entre à Storybrooke, d’autre personne le peuvent. Pour ma part, je pense que c’est un puissant sorcier venu de notre monde en connais-tu certain ? »

code by lizzou — gifs by TUMBLR

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 246
Cœurs enchantés : 2685
Humeur : taquine


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Home sweet home! (Juliette et Hilda)   Jeu 9 Juin - 10:48

♛ Home sweet home


Le discours que Juliette tenait, l'ambulancière l'avait souvent entendu. Et elle était loin de l'approuver. Que la technologie aie remplacé la magie, pourquoi pas ? C'était même mieux. La technologie, au moins, ne puisait pas dans les ressources vitales de ses utilisateurs. Mais dans leur intelligence. Combien d'idiots ou de non avertis s'amusaient à lire un parchemin magique sans se douter de ce qui allait leur tomber dessus ? Combien pensaient qu'un malheureux tour de passe passe plein d'illusions allaient régler leurs soucis ? Les nouveautés technologiques, elles, ne promettaient pas un changement de vie mais juste une amélioration claire et nette sans vice caché.

- Il n'y a rien qui t'empêcherait de te faire élire pour devenir le nouveau Maire si tu le voulais. Tu pourrais faire un procès au Ténébreux et nommer un autre shérif si tu en avais envie...

Beaucoup de personnes critiquaient Régina mais combien arriveraient à tenir son rôle ? C'était bien loin d'être évident. Hilda ne l'enviait pas pour sa part. Sa protégée avait créé une malédiction qui petit à petit se retournait contre elle. Régina avait une bonne partie de la ville sur le dos et était "victime" de ce qu'elle n'aurait jamais admise en tant que reine : l'amour. Rien n'arrivait par hasard et tout avait un prix. Mais Hilda préférait nettement cette Régina là à celle des contes. Quant aux Charming ils ne faisaient de mal à personne. Ils étaient par contre un peu trop discrets peut-être.

- Ici il n'y a rien de figé. Il n'y a plus de souverains à vie et d'ailleurs plus rien qui soit ad vitam aeternam. C'es très instable mais au moins tout le monde peut avoir sa chance.

Au fur et à mesure l'ancienne fée se rendait compte à quel point il pourrait être difficile de retourner à son ancienne vie. C'était simple lorsqu'elle n'était pas humaine d'analyser froidement les situations et d'intervenir. Les êtres féériques n'avaient pas de sentiments à proprement parler. Tout dans la neutralité tels des Suisses. Peu de choses pouvaient les atteindre. Maintenant qu'elle était impliquée et humaine Hilda ne voyait pas comment elle pourrait reprendre sa fonction d'avant. Ou plutôt si. Il lui faudrait perdre son humanité. Et cette éventualité ne lui faisait ni chaud ni froid en vérité. Juliette précisa que la magie émanant du bal ne venait pas d'elle. Hilda n'en avait pas douté une seule seconde. Elle était à la fois soulagée et inquiète que son amie confirme son idée : quelqu'un exploitait leur côté obscur. Et apparemment il n'avait qu'à lever le petit doigt pour y parvenir.

- La première personne à laquelle je penserais c'est Gold. Mais il est riche, puissant et avec Belle. Je ne vois pas pourquoi il ferait ça. Comme c'est un Storybrookien...

Elle s'étira légérement

- J'en connais quelques uns oui des sorciers puissants pas super recommandables. Mais pour savoir lequel est responsable de ça...

Une pensée soudaine lui traversa l'esprit

- Et ton mage de l'esprit là il est comment ? Brian c'est ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
My only love sprung from my only hate.

avatar


Messages : 445
Cœurs enchantés : 3813


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Home sweet home! (Juliette et Hilda)   Jeu 16 Juin - 19:04


❝ I am tired of missing you . ❞
- Hilda & Juliette -
C'est drôlement dangereux de s'attacher à quelqu'un, c'est incroyable ce que ça peut faire mal. Rien que la peur de perdre l'autre est douloureuse. C'est moche de guetter un signe de quelqu'un pour se sentir heureux.
« Tout cela reste de la théorie Hilda. »

Laissais-je échapper entre mes lèvres avec un sarcasme que je ne cherchais as le moins du monde à dissimuler. Je ne croyais pas en ce qu’avançais la fée des étoiles. Certes, dans ce monde la loi, les règles étaient partisanes des libertés et des égalités. Seulement, je ne voyais pas le moins du monde en quoi la ville dans laquelle j’évoluais été égalitaire. Régina, alias la méchante reine restait maire, soit un titre équivalent dans ce monde que celui qu’elle avait. Quand à l’antiquaire, Mr Gold, je ne le connaissais pas plus que cela. Il était le mari de ma patronne. Ce ténébreux qui mentait et qui utilisait sa magie pour nuire à ceux qui le décevait ou qui se mettait en travers de sa route. Puis au niveau des shérifs, c’était la famille de Blanche Neige qui gérait. Or mi la magie rien ne changeait. La population de cette ville qui possédait le statut le plus élevé dans la société du monde de contes semblait régner d’une certaine manière dans cette ville. Puis en ce qui concerne la capacité d’avoir une chance, le monde des contes le permettait aussi. Dans mon royaume c’était possible. J’avais connu la bassesse et la souffrance des populations les plus limités, j’avais toujours mis un point d’honneur à donner leur chance au bas peuple. Il était vrai que ce n’était pas facile lorsque l’on était née de l’autre côté du ruisseau, ceci dit rien n’était impossible. Malgré mon deuxième désaccord avec elle, je ne relevais pas. Je ne voulais pas me confrontait avec mon amie. J’avais besoin d’elle. J’avais besoin qu’elle analyse la situation. Sa clairvoyance était nécessaire.
Comme souvent les idées de l’ancienne fée devenue ambulancière, un métier qui m’échappait encore, le temps de lui confirmer son idée, je mangeais un peu du gâteau qu’elle m’avait si gentiment confectionné. Une fois de plus je me retrouvais en désaccord avec ce qu’elle avançait, le sorcier responsable du massacre du bal organisé par celle qui avait détruit ma vie ne pouvait pas être Gold. Prenant le temps de l’écouter jusqu’à la fin je n’étais pas prête à entendre les soupçons dans sa voix en ce qui concerne mon fidèle ami, le mage Brian. Pendant qu’elle me questionnait à son sujet, j’inspirais profondément avant de lâcher légèrement agressive :

« Brian serait incapable de faire cela je t’interdis même d’y penser ! Cet homme est un ami, jamais il ne prendrait le risque de faire une telle chose. »

M’enfonçant un peu plus dans le canapé de la jeune femme, je passais une main dans mes cheveux avant d’ajouter légèrement plus calme :

« Je connais la magie de Brian, son empreinte est unique, il s’immisçait dans mon esprit lorsque je me laissais tomber dans les abysses de mes rêves aussi angoissant sont-ils. Je reconnaitrais sa magie entre milles, Brian n’est pas l’homme responsable de tous ce chaos. »

Buvant une longue gorgée du breuvage que j’avais apporté à Hilda, je laissais un léger silence s’installer entre nous avant de poursuivre, plus sereinement :

« Je ne pense pas que Gold soit responsable de cela. Il aurait tout à perdre dans cette histoire. Il a tout ce qu’il désirait dans ce monde, son pouvoir, Belle, une apparence humaine, il n’avait aucun avantage à manipuler nos côtés sombres. Par contre Régina oui ! Cette femme avait tout à gagné à se faire passer pour plus angélique que ce qu’elle n’est réellement. En exploitant notre côté sombre elle adoucissait son image de monstre. »

Finissais-je par avouer sans la moindre once de retenu, mon regard transpirant la haine. Cette femme s’en était prise à la chose la plus précieuse que je possédais : ma famille. A cause d’elle j’avais une nouvelle fois perdu ma sœur et elle avait brisé mon mariage avec Roméo. Hilda était encore ignorante des nouveautés concernant ce dernier. Une partie de moi sentait qu’elle ne serait pas d’accord avec moi, mais il allait lui falloir bien du courage pour me faire oublier cette idée-là.

code by lizzou — gifs by TUMBLR

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Home sweet home! (Juliette et Hilda)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Home sweet home! (Juliette et Hilda)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» home frome home (moa)
» Haute Fidélité et Home cinema
» HOME (film)
» Home déco
» HOME - un film de Yann Arthus-Bertrand (1:33:39)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No Kindness Left :: Bienvenue à Storybrooke :: Quartier Tchaïkovski :: Le puits à souhaits et forêt :: Chalet de Hilda Van Holp-
Sauter vers: