AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Tumblr  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Jefferson ♅ C'est quoi le problème

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
My only love sprung from my only hate.

avatar


Messages : 445
Cœurs enchantés : 3813


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Jefferson ♅ C'est quoi le problème    Mer 9 Mar - 22:29

DIT MOI CE QUI NE VA PAS

Jefferson (le chapelier fou) & Juliette (la Reine Blanche)
Ma quête venait de prendre fin. J’avais retrouvé ceux que j’aimais. J’avais retrouvé Rosaline, mon Alice désormais Allessya et futur maman. J’avais retrouvé Roméo, Ezeckiel, qu’importe son nom il restait mon mari sauf dans ce monde où je l’avais surpris suspendu au dessus des lèvres d’une brune sensiblement du même âge que lui. J’avais fait deux terrifiant bien qu’instructif séjour à l’hôpital de la ville. Le premier étant le jour de mon arrivée, envoyée de gré et de force dans ce lieu par Mary Margaret alias Blanche Neige. Le second j’avais dû y aller après avoir retrouvé Alice. Elle m’avait renversé avec sa voiture. Depuis un peu plus d’une semaine était passé, neuf jours pour être précise. Le bal masqué organisé par Régina était passé lui aussi. De mon côté, j’avais passé mes journées à éviter mon ancien mari, à travailler à la bibliothèque en essayant de ne pas devenir folle avec les images que mon esprit créaient entre Roméo et cette femme que j’avais eu envie de foudroyer. J’aurais pu le faire, en une seconde. Seulement, je n’étais pas mauvaise, je ne devais pas tuer d’innocent. Elle était coupable de m’avoir volé l’amour de ma vie, mais étais-ce un crime assez important pour mériter la mort ? Ce qui me poussait à penser que oui était-il simplement investi par ma jalousie ? Ou bien était-ce la simple vérité ? En temps normal, j’aurais parlé à ma petite sœur de ce combat intérieur que je menais. Seulement, c’était encore une relation qui avait changé. Ma sœur et moi nous nous étions éloignées. Je ne savais pas comment revenir vers elle. Elle m’avait blessée. Je l’avais certainement blessé. Je ne savais pas ce que j’avais raté. J’ignorais ce que j’avais raté. J’avais tellement de fois voulu revenir en arrière, empêcher Alice de se promener seule, l’empêcher de se faire kidnapper. Nous avions enfin gouté au bonheur et  Alice avait disparu.

Marchant dans la forêt, je réfléchissais à ma situation. Je voulais trouver une solution impossible à apercevoir. Les fées n’existaient pas dans ce monde, elles ne me seraient d’aucun aide. Pourtant je restais-là, me dirigeant vers le puits à souhait. L’endroit où tout avait commencé pour moi. C’était à côté de lui que j’étais apparue. J’avais fini par trouvé la métaphore agréable, mon souhait été de retrouvé ma sœur et j’étais arrivée à côté du puits. Une fois, à destination, je posais ma main sur ce dernier, louchant un instant sur ma bague, avant de fermer les yeux.

« Albertof, que dois-je faire maintenant ? Aidez moi je suis perdue, je perds pieds, Alice n’est plus comme elle devrait l’être ou plutôt comme je l’avais toujours imaginé. Ezeckiel, en fait je ne sais pas ce qu’il est devenu je l’évite. Je vous en pris Albertof aidez moi. »

Rouvrant les yeux, je me laissais tomber à terre, la tête posé contre les pierres recouvertes de mousse. Il n’allait pas me répondre. Il ne m’avait sans doute pas entendu le moins du monde. Après plusieurs minutes je me relevais. Balançant légèrement de gauche à droite, manquant perdre pieds, avant de prendre la décision de reparti vers la bibliothèque. J’allais me perdre dans les livres. A moins que me perdre dans l’océan serait mieux ? Je déciderais en chemin et c’est ce que j’avais fini par conclure. Alors que j’arrivais à l’orée de la forêt j’apercevais une nouvelle connaissance à laquelle je n’avais pas pensée depuis un long moment : Jefferson, le chapelier fou. Alors que ce dernier croisait mon regard, je le voyais changer de direction, un air haineux sur le visage. Intrigué je courrais à l’extérieur de la forêt :

« Chapelier ! Attendez, je vous en conjure attendez moi ! »

acidbrain



Dernière édition par Juliette-A. Whitedawn le Dim 13 Mar - 13:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Jefferson ♅ C'est quoi le problème    Jeu 10 Mar - 15:08


 
C'est quoi le problème


 
Jefferson pensait que vivre reclus de Storybrooke depuis la fin de la première malédiction, était la bonne solution pour s'éviter les ennuis et surtout ne plus perdre sa fille. Néanmoins, le passé avait toujours le don de le rattraper. Il avait appris depuis peu que d'autres personnages célèbres du pays des Merveilles avaient débarqué dans la ville. Déjà ce fichu lapin blanc qui ramenait tout le monde, sans compter l'ombre de Cora qui terrorise tout le monde rien qu'en prononçant son nom. L'idée d'une potentielle venue ici, le tétanisait ou du moins commençait à le rendre marteau. Il ne souhaitait pas revivre ce qu'il avait vécu au pays des Merveilles. C'était d'ailleurs pour cette raison que le chapelier ne souhaitait pas entrer en contact avec des personnes du pays des Merveilles. Mais, Storybrooke était loin d'être une très grande ville, il allait finir tôt ou tard par en rencontrer quelques-uns comme cela allait être le cas aujourd'hui. Pendant que sa fille chérie était à l'école, Jefferson avait décidé de se balader en forêt afin de récolter quelques champignons. S'il ne les vendait plus comme dans la forêt enchantée, le jeune homme trouvait ça plaisant et relaxant, puis il envisageait de cuisiner une tarte aux champignons pour Grace, elle adorait ça et les envies de sa fille étaient également les siens. Jefferson souhaitait qu'elle soit heureuse et fière de son père. Plus rien ne comptait à présent à part sa fille et son chapeau. D'ailleurs, celui-ci était caché dans son manoir, il l'avait enfermé dans un coffre afin d'éviter tout problème et surtout envie de voyager entre les mondes comme autrefois. Il est vrai que son passé de voleur lui manquait légèrement. Il avait perdu l'adrénaline, ce petit truc qui faisait qu'il était prêt à tout pour prendre des risques, quitte à pactiser avec le diable comme cette peste de Regina.Le chapelier fou s'était en quelque sorte assagit, enfin à sa manière, ça ne l'empêchait pas de disjoncteur de temps à autre, être enfermé au pays des Merveilles laissaient quelques séquelles et la malédiction de Storybrooke ne l'avait pas arrangé. Marchant à la lisière de la forêt, Jefferson entendit des bruits de pas non loin de lui. C'est alors qu'en relevant la tête, car il cherchait ces fameux champignons, il aperçu Elizabeth, la reine blanche du pays des Merveilles. Sur le moment, le chapelier ne pu s'empêcher de sourire amusé, il avait l'impression de délirer, que sa tête lui faisait défaut. Après un petit bug d'un quart de seconde, le chapelier constata que Juliette était belle et bien réelle. C'est pourquoi, son instinct le fit marcher dans une direction totalement différente de celle-ci, l'air de rien, comme s'il ne l'avait pas vu. Son visage s'était refroidit, sa reine était l'une des dernières personnes qu'il souhaitait retrouvé ici. Les mains dans ses poches, il accéléra sa marche sans se soucier où il allait du moment qu'il était loin de cette traîtresse. Jefferson n'avait jamais perdu la mémoire, il se souvenait encore des promesses faites par la souveraine. Jamais elle était venue l'aider, elle l'avait oublié comme tout le monde. Alors qu'il continuait de marcher à une allure plus ou moins rapide, Juliette courra après lui tout en l'interpellant. Le chapelier continua de faire mine qu'il ne l'entendait pas, mais ses pas l'emmenèrent très vite dans une impasse puisqu'il se retrouva au bord de la rivière. Il grimaça, il pourrait très bien la franchir, mais il ne souhaitait pas abîmer ses beaux vêtements qu'il avait confectionné lui-même. Jefferson fini par se retourner rapidement, prêt à confronter Juliette :

« Jefferson ! C'est Jefferson à présent ici ! J E F F E R S O N ! »

Hurla-t-il tout en prenant le soin d'articuler, le tout avec ses grandes mimiques habituelles. Le chapelier avait le don pour rendre son phrasé et ses gestes magistraux. Il avait le sens de la grandeur et de la démesure. Le père de famille remit ensuite convenablement son foulard tout en l'observant :

« Ravi de constater que vous vous rappelez un peu de vos feux sujets MA reine, moi qui pensais que vous ne connaissez que votre époux...hum...comment s'appelle-t-il déjà ? Peu importe ! » Il se mit à rire : « A présent, si vous voulez bien me laisser, je dois rentrer pour prendre le thé. » Jefferson lui fit une révérence des plus grossière, il témoignait du peu de respect qu'il avait à l'égard d'Elizabeth.


 
© TITANIA
 


Dernière édition par Jefferson T. Hightopp le Dim 17 Avr - 1:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
My only love sprung from my only hate.

avatar


Messages : 445
Cœurs enchantés : 3813


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Jefferson ♅ C'est quoi le problème    Dim 13 Mar - 14:06

DIT MOI CE QUI NE VA PAS

Jefferson (le chapelier fou) & Juliette (la Reine Blanche)
Voir le chapelier dans cette ville avait réveillé un souffle d’espoir en moi. Il n’était pas envoyé par les mages de notre royaume, c’était certain. Je savais que les choses ne fonctionnaient pas ainsi. Pour effectué la traversée il fallait la payer. En or, en diamant, qu’importe, mais le prix était trop élevé pour le chapelier. Sans compter que ses vêtements étaient typiquement ceux de Storybrooke, seul son éternel chapeau restait ancré sur sa tête. Je me souvenais de la première fois que j’avais croisé le chapelier. C’était quelque temps avant qu’Alice ne soit kidnappée. Nous avions longtemps parlé même si sa logique avait été affectée par la folie présente à Wonderland et le nombre de thé qu’il buvait. Certain d’entre eux été particulièrement aditif et détériorait la raison. Les mages n’avaient jamais accepté que je n’en boive. Si je me souviens bien, c’était un de ses thés qui avait condamné le chapelier à rester dans ce monde sans pouvoir rejoindre sa fille. Je lui avais promis de le libéré, j’avais cherché un moyen auprès des mages. Seulement, ce fut à mon tour de perdre la raison. L’annonce de la mort de toute ma famille avait eu raison de toutes les promesses que j’avais pu faire. Les pouvoirs de la bague qui était depuis toujours liée à mes émotions, avaient pris le dessus. Je ne voulais plus me battre et mon mari avait choisi de faire disparaître Juliette, il avait choisi de me privé de mon passé pour me sauver et sauver notre peuple. Je n’avais jamais pu retrouver le Chapelier, depuis la disparition d’Alice je devais l’avouer, je n’avais plus repensé à lui.
Mon ami du passé semblait m’en vouloir, à peine m’avait-il vu qu’il changeait de direction s’enfonçant dans la forêt tandis que je l’appelais. Le suivant déterminé, il finissait par se retourner vers moi pour m’hurler dessus. Une attitude qui me stoppa net. Levant les mains en signe d’acceptation.

« D’accord, je suis navrée Jefferson, je ne vous appellerais plus Chapelier, j’ai compris »

Acceptais-je, avec douceur, tout en me rapprochant de lui pendant qu’il mettait son foulard en place. Ses mouvement excentrique me prouvant qu’il restait le même que dans notre monde. Si seulement, il avait pu en être de même pour les personnes que j’aimais, songeais-je avec tristesse avant que Jefferson ne me coupe dans mon envie de prendre des nouvelles en hurlant une nouvelle fois le regard brûlant de colère qu’il était heureux de voir que je me préoccupais de mes sujets plutôt que du roi. Ouvrant les yeux sous le coup de l’étonnement, je serrais les dents. Pour qui se prenait-il ? Alors qu’il attaquait de partir en prétendant vouloir boire une tasse de thé, je protestais :

« Non ! Je voudrais savoir ce qui vous arrive ! J’ai saisi dans cette ville je ne suis plus votre reine, mais je veux connaître les raisons qui vous poussent à être aussi amère en ma présence ! S’il vous plait Jefferson. Si vous tenez à votre tasse de thé, nous pouvons aller en boire une. »

Me rapprochant de lui, je n’étais plus qu’à quelques centimètres de l’ancien Chapelier du royaume, je me doutais des reproches qu’il me ferait. Je n’avais pas tenu parole. Mais je voulais l’entendre le dire. Je savais que trop bien la douleur que les sous entendu créaient dans l’esprit. J’avais mis des années avant de dire à mon mari combien je lui en voulais pour avoir tuer mon cousin. Les années que j’avais passé à refouler cette évidence avait failli le privé de sa vie.

« Jefferson, je suis sincèrement désolée du mal que j’ai pu vous faire. Je vous en pris cessez de me voir comme une reine, regardez moi comme une personne lambda, c’est ce que nous sommes dans cette ville. Exprimez les motifs qui animent votre colère Jefferson. S'il vous plait, faites moi confiance, la haine détruis les cœur même les plus pure. »


acidbrain

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Jefferson ♅ C'est quoi le problème    Dim 17 Avr - 1:32


C'est quoi le problème


Jefferson tenta de fuir désespérément Juliette comme la peste enfin jusqu'à ce qu'il ne puisse plus avancer dans la forêt à cause de la rivière. Le chapelier fou se résigna à la traverser ne souhaitant pas salir et abîmer ses vieux habits. Le jeune homme se retourna. Sa majesté était toujours là, toujours aussi magnifique d'ailleurs. Il avait toujours été dans son camp enfin jusqu'à ce qu'il finisse par perdre espoir et qu'il fut condamné par la reine de cœur qui lui coupa la tête. Sa majesté la reine blanche s'approcha de lui et cela malgré la tourmente dans laquelle Jefferson se trouvait. Il était révolté. Depuis longtemps, le chapelier en voulait à tout le monde où du moins tous ceux qui avaient côtoyé sa route sans jamais lui venir en aide. Il faut dire qu'il s'était retrouvé seul dans sa folie. La solitude était la pire chose qu'il puisse arriver à quelqu'un et se voir séparer de son enfant était encore plus horrible. Jefferson lui infligea le même accueil qu'il avait fait à Regina. La méchante reine avait changé, mais il avait tellement souffert qu'il se refusa à lui pardonner...enfin jusqu'à ce qu'ils trouvent un arrangement commun. Juliette ne lui était en rien redevable, si ce n'est la promesse qu'elle avait fait de venir le sauver. Le pire dans tout ça, c'est qu'au fond, il était plus blessé par la reine blanche que part Regina dans la mesure où Elizabeth avait un cœur pure, elle était respectée, douce, une bonne souveraine en somme. La jolie brune s'approcha donc à pas de loup tout en s'excusant, elle ne l'appellerait plus Chapelier. D'habitude Jefferson ne faisait aucune simagrées lorsque l'on le nommait ainsi, mais aujourd'hui il n'était pas assez de bonne humeur pour qu'elle puisse l'appeler de la sorte. Le père de famille replaça ensuite convenablement son foulard. Il n'aimait pas montrer sa cicatrice au grand jour et encore moins devant sa fille chérie de peur de la choquer et de choquer les gens. Il n'était pas un monstre comme ceux que le docteur Frankenstein pouvait créer. Sa cicatrice faisait partie de son passé. Juliette quant à elle se retrouva à quelques centimètres de sa personne. Elle désirait savoir ce qui n'allait pas, comprendre pourquoi il se montrait hostile à son égard. Jefferson fronça les sourcils, car il était blessé de constater qu'elle était incapable de trouver toute seule. Elizabeth était même prête par-dessus le marché à suivre le chapelier pour prendre le thé avant de s'excuser. Le chapelier se mit à pouffer avant de faire un pas en arrière, sa chaussure touchant l'eau de la rivière. Il se résigna à contre cœur et fit un pas en avant pour se retrouver au sec et plus près de la souveraine :

« Voyons ! Mon cœur n'est plus pure depuis bien longtemps ! »

Il sourit amusé avant d'observer Elizabeth. Il était frustrant de devoir se liguer contre elle alors qu'il la respectait plus que tout. Il soupira avant de croiser les bras contre son torse :

« Je vous estimais beaucoup Elizabeth. » Il ne la quitta pas du regard avant de décroiser les bras pour mettre ses mains dans ses poches : « Je pensais que vous étiez la sauveuse du Pays des Merveilles face à la reine de cœur...je pensais que vous étiez ma sauveuse, celle qui me ferait arrêter ce cirque incessant... » Le chapelier sortit d'une de ses poches un jeu de cartes qu'il se mit à mélanger tout en se concentrant dessus : « Vous me l'aviez promis....et vous ne l'aviez pas fais...sans doute parce qu'aucune autre personne à par celles de votre entourage ne compte...vous n'êtes pas si différente de la méchante reine ou de la reine de cœur tout compte fait » Il continua de mélanger avant de s'énerver et de balancer son jeu de cartes au ciel ce qui fit tomber un peu partout les fameuses cartes avant de finalement s'agenouiller pour en récupérer quelques-unes.

« Nous n'irons guère boire le thé ensemble, vous n'y êtes nullement invité ! »


© TITANIA


HJ : Désolée du retard ma reine Potté
Revenir en haut Aller en bas
My only love sprung from my only hate.

avatar


Messages : 445
Cœurs enchantés : 3813


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Jefferson ♅ C'est quoi le problème    Mer 20 Avr - 12:12

DIT MOI CE QUI NE VA PAS

Jefferson (le chapelier fou) & Juliette (la Reine Blanche)
Celui qui avait été un ami autrefois semblait me haïr désormais. J’étais la seule responsable de ce désastre. Je n’avais as tenu ma parole. J’avais laissé la prétendue mort de Rosaline m’anéantir.  J’avais des responsabilités en plus de celle qui me liait à ma cadette depuis le jour de sa naissance. Je devais le sauver. Je servais le ramener à sa fille et j’avais tout raté. Du début à la fin j’avais préférer l’abandonner à son sort piéger à cette table, contrains de boire du thé. Je l’ai laissé plonger dans la folie. J’étais prête à me rendre coupable de tout. Je voulais prendre tous mes tord. Accepter le fait que mon mari m’ait retiré la mémoire, le soustraire à toute complicité dans le malheur du Chapelier. Silencieuse, j’écoutais tous ses reproches. Il avouait qu’il m’estimait, désormais ce n’était plus le cas. Il ne le disait pas mais cela se sentait dans le timbre de sa voix. Sortant un jeu de carte pour mieux le mélanger, je le laissais faire, attentive à chacune de ses paroles, qui m’heurtait de plein fouet à chaque reproche. Jefferson reparla de la prophétie, cette satanée vision qui avait ruiné ma vie. Serrant légèrement les dents, je me soumettais au silence. Il devait exprimer sa colère. C’était plus sein que de la ruminer. Ce n’est que lorsqu’il me balança sans la moindre hésitation que je n’étais pas mieux que la méchante reine ou encore sa mère, que mon visage se transforma déformé par la colère. Ce dernier jetant ses cartes en l’air avant de s’agenouiller pour les ramasser j’explosais de colère, ma bague s’illuminant au même instant, prête à rependre ses foudres sur le chapelier si mon esprit en exprimait le souhait :

« Je veux bien endosser tout la responsabilité de ce qui vous ait arrivé Chapelier ! Mais jamais au grand jamais je ne serais comme la reine de cœur ou encore sa fille ! J’ai essayé de vous sauver ! J’ai vraiment essayé. Mais reparlons en de cette prophétie ! Je n’étais pas celle qui vous sauverais c’était Alice ! Je devais la mener à la victoire et j’avais fini par vouloir le faire ! »


Marquant une pause, je sentais une rafale de vent s’abattre sur nous tandis que je me rapprochais du chapelier toujours en colère, en poursuivant sans lui laisser le temps de répliquer :

« La reine de cœur à kidnapper Alice ! Elle a enlevé ma petite sœur, sous mon nez et avant que je n’ai le temps de la libéré elle l’a envoyé dans notre ville natale ! Alors oui Chapelier j’avais mis votre affaire en suspens et je m’en excuse. Je devais retrouver ma sœur ! Un an après mon mari et son acolyte sont venu m’apprendre sa mort ainsi que celle de toute ma famille. Je n’ai pas résisté. Vous ne vous en souvenez sans doute pas. Ou peux être que vous n’aviez pas fait le rapprochement, mais durant un mois j’étais hors de contrôle. Mes pouvoirs avaient pris le dessus et le royaume avait été pris sous milles et un aléa climatique. Quand votre roi a compris que je voulais mourir et que cet acte entrainerait la mort de centaine de personne il m’a retiré la mémoire. Voilà pourquoi je n’ai plus eu le loisir de chercher à vous libérer de cette horreur dans laquelle vous étiez ! »

Une larme roulant sur ma joue, je l’essuyais d’un revers de main, avant de pousser un soupir et de m’agenouiller à mon tour pour ramasser les cartes de Jefferson. La colère était passée, mais les résidus de cette dernière restaient toujours là. Alors que je tendais quelques une des cartes au Chapelier j’ajoutais plus calmement :

« Je ne suis pas comme ses sorcières. Ma sœur était tout ce que j’avais de plus précieux. Elle avait confiance en moi et je n’ai pas pu la sauver. En réalité elle n’était pas morte, mais c’était tout comme. Des personnes lui ont fait du mal. Qu’auriez-vous fait si les rôles étaient échangés et qu’on s’en soit pris à Grace ? M’auriez vous choisi ? Ou auriez-vous essayé de sauver Grace ? »

Jefferson ayant ramassé ses cartes, je posais mes mains sur mes genoux avant de dire, en un murmure :

« Je ne suis pas comme Cora, je vous en pris, racontez moi ce qui c’est passé le jour où j’ai retrouvé la mémoire je suis allée là où je vous avais laissé et vous n’y étiez plus. J’ai osé penser que vous aviez réussi à retrouver votre liberté. Apparemment ce n’est pas le cas. Que c’est-il passé ? »

acidbrain

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jefferson ♅ C'est quoi le problème    

Revenir en haut Aller en bas
 
Jefferson ♅ C'est quoi le problème
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» pas faim sos c'est quoi le problème???
» euh... c'est quoi le problème?edit 4 déc
» Problème de livraison colis MAC
» Problèmes avec mon chien...
» L'Antifan quoi qu'est-ce?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No Kindness Left :: Broyer les vieux papiers :: Faire le tri sélectif :: RPs délaissés-
Sauter vers: