AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Tumblr  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Frappe éclair des Atlantes (feat Elsa Bludvist)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Messages : 78
Cœurs enchantés : 2234


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Frappe éclair des Atlantes (feat Elsa Bludvist)   Sam 23 Jan - 10:39

Frappe éclaire des Atlantes
Drago & Elsa Bludvist

Le cor résonnait dans tout le royaume d’Arendelle. A plusieurs reprises on annonçait l’alerte. Drago qui dormait trop souvent d’une oreille, sortit lentement de ses songes. Des bruits de pas précipités et des voix parcourraient le palais.
« La priorité est de protéger la famille Sorensen ! » claqua l’ordre lointain de la garde Royale. Drago relâche l’étreinte qui avait sur une Elsa paraissant encore endormi, allongé contre elle après des ébats partagé avant de trouver le sommeil. La nuit serait courte. Il s’approcha de la fenêtre et des flammes immenses embrasaient une partie du camp. Il s’était demandé un instant si ce n’était pas une mutinerie de la part de la reine des glaces. Soudain, un vaisseau marin sortit de l’eau avant de s’écraser sur la surface, tel le saut d’une baleine. La forme, les couleurs et il connaissait ce véhicule de guerre crachant des orbes puissantes et explosives. Le peuple d’Atlantis. Sa langue siffla une insulte envers la reine guerrière de ce peuple. Elle était pure qu’une gangrène, obligeant à s’amputer toujours plus de ses forces. S’acharnait-elle sur lui ou Cora connaissait le même sort ?

La porte s’ouvrit brusquement : « Drago ! » le jeune homme n’eut pas le temps de continuer que le chef barbare l’intima de se taire en claquant la langue. Il lui fit un signe de tête rapide pour lui désigner Elsa qui était encore dans le lit. Le jeune guerrier s’approcha alors silencieusement et aidait le régent à enfiler ses protections et son bras factice. Le plus vieux attrapa  au passage son hallebarde qui reposait près de la coiffeuse de la Reine et quitta la chambre afin de se rendre au milieu de la bataille. Il réfléchissait alors que ses pas lourds et dynamiques le conduirait à la source de l’attaque. Gaston et Shan Yu était tout deux en déplacement pour tenter de prendre un bout de terre sur Jungle Green. Elle devait le savoir, sinon elle avait particulièrement bien choisi son moment. Et si Elsa lui avait demandé de l’aide ? Il vérifierait ses hypothèses après l’avoir assez impressionné pour la faire partir. S’il pouvait la détruire, ce serait une aubaine.
« La guerrière, si vous la voyez vous me la laissez ! beugla t-il à une troupe d’homme prêt à le couvrir.
_Elle ne semble pas être là… »

Drago observa le ciel qui se déchirait pas les lumières sinistres des flammes de dragon ou des missiles du peuple marin. Au dessus de sa tête, l’ombre vive d’un dragon balaya l’air au-dessus de sa tête. Hillel tenait les rennes. Il était rapidement suivit par sa soeur, chevauchant la bête du Gévaudan, sa hache brandit. Ils quittèrent le parait avant leur paternel. Ce n’est pas sans fierté qu’il entendait les cris de guerre de sa fille et un soulagement de voir son fils se bouger pour les soutenir.

Le voilà au milieu de la mélée, se battant avec puissance, la tenue fier sur son énorme dragon. La créature plongeait et renversait les hommes en planant proche du sol, son cavalier profitant de l’occasion pour en empaler un ou deux. Puis il s’élancèrent dessus de l’eau pour aider la petite horde de dragon. L4acide de son animal éros à peine la carrosserie de la machine atlante, sûrement aidé par l’eau. Il lui en faudrait un morceau pour mieux l’étudier.

Soudain, un soldat atlante envoya un grappin. Son dragon l’évita de justesse mais pas le deuxième. Fiché dans l’aile, la bête éructa et battit maladroitement des ailes pour gagner en altitude afin de se protéger et se débarrasser du nuisible. Un autre homme porta de l’aide à celui au sol et pour le garder sur la terre ferme. Brusquement le dragon pencha. Deux grappins étaient accrochés à la même aile. Le dragon siffla de douleur alors que la membrane de son aile se déchirait. Il vacilla enfin quand lui immobilisa sa deuxième excroissance qui lui permettait de voler. La créature ailé s’écrasa au sol lourdement avec son cavalier. Drago quitta le dragon son dragon à la dernière minute pour ne pas se retrouver coincé sous son poids. Il tira violemment sur une des cordes, prêt à en découvre et entraina vers lui un des assaillant. Ces derniers n’avaient pas pensé à immobiliser l’autre bête : le dragonnier. L4homme s’embrocha directement sur l’hallebarde qui l’attendait, pointe en avant.

Prit dans la bataille, il les faisait tomber les uns après les autres et évitait au mieux les coups. Il avait déjà quelques entailles, ici et là, et la sueur scintillaient sur sa peau, reflétant la chaleureuse couleur de l’incendie dont était victime le camp. Il n’y avait pas de panique, que des hurlements primaires de guerrier enragés qui ne se laisseraient pas faire. Ils se battraient jusqu’à la mort. Le royaume et ses habitants s’étaient cloitrés chez eux et il n’y avait pas un bruit autour du château. Il préférait laissé la garde d’Arendelle et les guerriers s’occuper de l’attaque. Les plus curieux se satisfaisait d’une petite ouverture à leur fenêtre.

Brusquement, une orbe gigantesque explosa près de Drago, faisant voler en éclat une tente de vivre. Des morceaux de tissus, de bois et des caisses volèrent en éclats, dont quelques morceaux qui se fichèrent dans la chair endoloris de certain combattants, atlante et dragonnier confondus. Drago fit projeté à plusieurs mètres, légèrement sonné. Il se releva aussi rapidement qu’il le pouvait, secouant sa tête pour retrouver ses esprits. Un atlante l’avait vu et voulu profiter de cet instant pour venir couper la tête du serpent. D’un pas de loup, il progressait dans son angle mort, jonglant avec son épée comme pour préparer la puissante de son coup.
acidbrain



_________________

« Drago bludvist est un fou-furieux, sans foi ni loi et surtout sans pitié.
Et s’il a battit une armée de dragon, que les dieux nous viennent en aide. »
STOÏCK THE VAST.

Pour me contacter, passez par Briar


Dernière édition par Drago Bludvist le Ven 25 Nov - 21:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
queen of ice-solation ❄
avatar


Messages : 443
Cœurs enchantés : 2237
Humeur : frigide.


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Frappe éclair des Atlantes (feat Elsa Bludvist)   Ven 29 Jan - 3:09

Son cauchemar était bercé par le son du cor, si l’on pouvait employer ce verbe. Elle était plongée dans l’une de ces phases du sommeil où celui-ci était lourd. Elle rêvait que son château se faisait attaquer. En fait, il s’agissait d’une inquiétude qu’elle avait régulièrement depuis qu’elle s’était mariée avec Drago. Elle savait qu’il faisait partie désormais de ces têtes dans le Monde des Contes, parties à la conquête d’un maximum de territoires, aussi elle n’était pas naïve, en s’unissant avec le barbare, elle exposait son royaume aux autres grandes forces. Il aurait de toutes les façons était pris pour cible à un moment ou un autre, Drago n’apportait qu’une protection supplémentaire avec son armée de dragons, mais malgré son mariage, cela n’empêchait pas Cora ou le peuple d’Atlantis de s’en prendre à Arendelle. Et dans son rêve, le cor sonnait la guerre sur un royaume endormi, bercé par la quiétude des lieux, éclairé par les étoiles. Dans son rêve, ce même royaume était réveillé par le son du cor, les habitants en panique devaient trouver un endroit pour se réfugier le plus vite possible, et les lumières des torches brûlaient dans la cité.
Je me réveillais en sursaut. Le son du cor n’était pas seulement présent dans mon rêve, il était là. Et les cris que j’entendais endormie attaquaient toujours mes oreilles. Lorsque je me tournais sur le côté du lit où aurait dû être Drago, je ne trouvais qu’un tas de draps. La place était encore chaude, signe qu’il s’était levé très peu de temps avant. Comment j’avais pu ne pas me réveiller ? Dans les couloirs, j’entendais à intervalles régulières un garde hurler aux autres de protéger ma famille. Est-ce qu’ils étaient seulement au courant que dans cette famille, il ne restait plus que moi ? Et encore, j’avais dû céder mon nom lors de mon union avec un barbare pareil. Et puis il était inutile de me protéger, ou de me mettre à l’abri, je ne comptais pas m’éclipser pendant la bataille.
Est-ce que Drago s’était sérieusement réveillé sans même penser à me secouer ? C’était mon château après tout, c’était mon héritage. J’étais en droit d’être en première ligne pour le défendre, même si c’était en partie à cause de lui que l’on se faisait attaquer.

Je sautais du lit, et m’habillais en vitesse. Puis je quittais la chambre. Alors que je prenais le couloir pour savoir ce que diable il pouvait bien se passer ici, mes pas me menèrent à une large fenêtre qui m’offrait une vue partielle sur les événements au dehors. « Par les torses velus des écureuils des neiges, je jure que je vais les tuer… » Cette fois pas que mon mari. Ils allaient comprendre à qui ils avaient à faire, ils allaient m’entendre. J’attrapais le premier soldat que je croisais, pour me tenir au courant sur l’identité des attaquants et sur les points importants à savoir. Puis je le laissais se presser pour faire ce qu’il avait à faire, quant à moi je prenais la direction de la sortie du château, car il était hors de question que je regarde le combat sans broncher, depuis une tour ou une cave pour être assurée de ma survie.
Je n’avais pas de plan d’attaque. J’étais seule, ils étaient une armée. J’envoyais quelques grosses guimauves pour aider les hommes de Drago dans le combat, mais je n’étais pas sûre de l’efficacité de ceux-ci, après tout je ne savais pas grand-chose sur les capacités de nos ennemis. Je n’avais pas de meilleures solutions. Je pris le chemin vers la bataille. Même si celle-ci était assez éloignée du château et de la cité pour que les habitants d’Arendelle n’aient pas trop à craindre pour leur vie, j’entendais de là où j’étais très distinctement les hurlements des barbares. Il n’y avait qu’eux pour crier ainsi. Quand je vous dit que je tolérais juste Drago et ses hommes. Avant de m’éloigner, je pris une précaution pour le bâtiment derrière moi et prit l’initiative de dresser un haut mur de glace pour le protéger. Là non plus, je n’étais pas sûre de l’efficacité, mais j’aurais fait de mon mieux. Je me permettais d’emprunter un cheval aux écuries, je le montais, puis descendait au galop en direction des soldats qui s’entretuaient.

Je n’avais jamais vraiment participer à une bataille. Était-ce ce à quoi j’avais signé quand j’ai accepté le marché de Drago ? La neige était salie. Mélange de boue et de sang, parfois quelques débris d’armes ou de chair étaient éparpillés ça et là sur la poudre immaculée. Un peu à l’écart, je voyais mes guimauves se mêler au tumulte, et plus loin, sous le coup d’une explosion, mon barbare de mari se faire éjecter. Rien à craindre, ce monstre se relevait toujours. Alors qu’il se préparait à donner un coup à la nouvelle adversaire qu’il s’était faite, je lançais sur celle-ci un jet de glace en plein visage. Si ça ne la tuait pas, ça la gèlerait assez longtemps de l’intérieur pour qu’elle soit hors d’état de nuire. C’était mon premier coup, sûrement pas le dernier ce soir. Mon visage était ferme. Je voulais bien accompagner Drago lorsque j’y étais contrainte dans ses campagnes, mais qu’on s’en prenne à mon royaume, et qu’on le défende sans même prendre la peine de me sortir du sommeil, je refusais.

_________________

je n'ai vu que des ombres. Des ombres géantes à perte de vue et une tempête de flocons noirs. Une neige noire qui recouvre progressivement mes mains, puis mes bras écartés. Des roses rouges semblent pousser tellement le sang gorge la poudreuse. ©️ caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 78
Cœurs enchantés : 2234


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Frappe éclair des Atlantes (feat Elsa Bludvist)   Dim 31 Jan - 22:39

Frappe éclaire des Atlantes
Drago & Elsa Bludvist

La bataille faisait rage. Drago était tombé, arrivé trop rapidement dans le feu de l’action. L’attaque des atlantes prenait son plein. Il n’avait pas pris le temps d’étudier les pertes, leurs atouts. Non, les hommes étaient assez entrainés pour avoir de bon réflexe et faire ce en quoi ils étaient bons. Avec la guerrière masquée, tout ce qu’il savait c’était qu’il fallait la repousser vite. Elle ne leur laissait jamais le temps de réfléchir. Les hommes de Drago et ses alliés compris prenait lentement le dessus.

Il se releva, un peu groggy et la première chose qu’il vit, c’est Elsa. Forte, sûre d’elle et d’un geste précis elle mis un atlante à terre. Le sourire en coin, Drago avait un avant-gout de ses pouvoirs dévastateurs. Il voulait voir en elle la guerrière. Mais pas tout de suite. Il serait bête de perdre une arme qui n’a pas eu le temps de se façonner. Elsa devait rester en vie. Il fondit sur elle et l’entraina sous une des tentes. Autour d’eux on ne devinait que les silhouettes des soldats qui s’affrontaient en ombre chinoise par les orbes de feu et les lanternes qui éclairaient le camp. La poigne bien agrippé à son bras qui lui laisserait des marques violacée sur sa peau diaphane, il la secoua légèrement.
« Pourquoi t’es là ? Tu te remets à l’abris au château ! siffla t-il entre ses dents. J’aimerai ne pas avoir à courir derrière tes fesses et essayer de sauver les même. T’es pas prête ! Tu comprends ça ? T’es pas prête car t’as refusé de combattre à mes côtés. Alors ton fichu fjord, je gère. Je gère les attaques !C’est mon domaine. Toi ce sont les pouilleux de ton royaume et ta politique. Va te réfugier derrière les lignes » tenta t-il de lui faire germer l’idée de la combattante qu’elle pouvait être.

Un grognement alerta Drago malgré le brouhaha environnant. Une ombre immense s’élevait le long de la tente et au-dessus d’eux. Il plongea en attrapant Elsa contre lui et évita de peu la chute d’un énorme Gronckle. Des hommes sautèrent au-dessus d’eux pour porter un coup à un atlante presque aussi immense que Drago, plus même. C’était une armure de guerre qui élevait presque jusqu’à trois mètres le soldat. Un des golem de neige d’Elsa vu découpé en deux d’un seul de ses coups. Drago releva sa femme d’un geste et la poussa en direction du château. Il beugla alors et un dragon (le plus proche) subit le poids de son cavalier : Drago. Il s’envola dans les airs et il concentra ses attaques sur ces deux géants d’une mécanique ancienne. Il entreprit d’en achever un, mais la mission se montrait plus difficile qu’il ne l’imaginait. Alors que le dragon s’activait à cracher ses flammes, il ne put s’empêcher de chercher Elsa pour savoir si elle était retournée se mettre en sécurité.
acidbrain



_________________

« Drago bludvist est un fou-furieux, sans foi ni loi et surtout sans pitié.
Et s’il a battit une armée de dragon, que les dieux nous viennent en aide. »
STOÏCK THE VAST.

Pour me contacter, passez par Briar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
queen of ice-solation ❄
avatar


Messages : 443
Cœurs enchantés : 2237
Humeur : frigide.


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Frappe éclair des Atlantes (feat Elsa Bludvist)   Mer 10 Fév - 22:28

J’avais bien espéré rentrer et trouver un peu de repos. Faire une pause dans mon voyage, de courte durée avant de reprendre les recherches. Visiblement, même chez soi, on ne pouvait pas être tranquille, il fallait que ça me tombe dessus. Ce n’était vraiment pas le moment. Est-ce qu’ils avaient su que je m’étais absentée un moment, en en profitant ? C’était bien possible, mais surprise, j’étais toujours là quand il le fallait, apparemment. J’avais bien mis un moment à réaliser que nous étions en état d’alerte, parce que justement, je ne pensais pas que ça arriverait à Arendelle. Peut-être pas aussi vite. Et peut-être pas en cette période.
Et en quelques instants, sans réfléchir à aucun plan ou stratégie, je m’étais retrouvée au beau milieu du champs de bataille, avec pour seule arme un peu de magie et quelques grosses guimauves que j’avais envoyées, espérant qu’elles aideraient. Je n’avais pas d’armée, pas à proprement parler, et de ce côté-là je ne pouvais que compter sur celle de Drago, mais ce n’était pas pour autant que j’allais rester les bras croisés à me ronger les sangs depuis le balcon, croisant les doigts pour que le royaume n’ait pas à subir les conséquences d’une bataille autour d’une conquête de territoires. Je n’étais pas dans le feu de l’action depuis quelques minutes que je me surprenais à défendre Drago. Il y avait quelques années de cela, je l’aurais bien volontiers laissé mourir. Ce devait peut-être être différent, il y avait Arendelle, et puis sans lui je risquais de me retrouver en mauvaise posture, et puis de l’eau avait dû coulé sous les ponts depuis sa romantique demande en mariage. Je crois.

À peine arrivée d’ailleurs, et ayant à peine le temps de me montrer efficace que Drago me prenait déjà à part. Et pas moyen de l’éviter, sa poigne était assez forte pour que je ne puisse pas m’en dépêtrer. Et atterrir dans une tente quelques minutes après mon arrivée, alors que la bataille faisait rage tout autour, ne me rassurait pas. Bien au contraire. Certes, on avait une idée du spectacle sanglant qui se déroulait juste à côté, mais nous n’étions pas à l’abri d’une flèche perdue, ou d’un guerrier qui nous aurait vu entrer et déciderait d’attaquer.
Ce n’était clairement pas pour me féliciter que Drago m’avait entraînée là. Je m’en doutais quelque peu, il n’avait visiblement pas désiré ma présence ici, il ne m’aurait pas laissée dormir si ç’avait été le cas. L’effet Reine des Neiges, ça ne devait pas être dans ses plans, il pensait s’en sortir avec une armée de dragons. Il s’en serait sans doute sorti, il n’en serait pas là s’il n’y arrivait pas, là n’est pas le problème. Le problème c’est qu’Arendelle était mon héritage, et l’idée d’être mise de côté même pour une bataille qui n’aurait pas de conséquences sur les habitants de mon royaume m’horripilait.
En attendant, j’avais l’impression de faire face à un enfant en plein caprice, mais j’étais assez éveillée et à fleur de peau pour ne pas laisser passer, baisser la tête et obéir. « Ton domaine ? Tu gèrerais pas ces attaques ici si je n’avais pas acquiescé à tes menaces. » Encore le sujet du mariage foireux qui revenait. Je crois que j’aurais du mal à passer l’éponge sur cet épisode. « Non, je ne vais pas t’attendre et dormir sur mes deux oreilles pendant que ça se passe, tu ne me mettras pas en dehors de ça. Tu veux que je te dise ce que c’est, mon domaine ? Mon domaine à moi c’est Arendelle. » Ma mâchoire se crispait, mon ton se fit plus sec et j’agissais telle une autre enfant en plein caprice. « Tu as compris ? C’est. Arendelle. Politique ou pas. Tout Arendelle. » J’étais reine, et hors de question que je sois mise de côté, même par mon mari, même si je n’étais pas prête. Selon lui. Moi j’étais toute prête à défendre mon domaine.

Mais la conversation se continuerait peut-être plus tard ou jamais. En attendant, comme je m’en étais inquiétée, un élément perturbateur vint nous rappeler que nous étions en pleine bataille. Drago réagit au quart de tour alors que je contemplais bouche bée l’énorme masse sombre qui s’approchait inéluctablement de nous. Nous étions à nouveau en plein dans le feu de l’action, au moment où l’un de mes propres soldats se faisait éventré aussi rapidement que je l’avais créé. C’était de la neige après tout, je ne m’attendais pas à ce qu’il soit bien solide, du moment qu’il avait pu faire quelques dégâts du côté de l’armée atlante. C’était presque un géant qui s’occupa de son sort. On n’avait pas assez des dragons de notre côté, il fallait qu’on nous rajoute d’autres espèces de bêtes de combat de l’autre. Drago me repoussa du côté du château, mais si je n’avais pas sa masse pour résister à sa force, je n’en fis qu’à ma tête et restais sur les lieux. Il ne me verrait pas rentrer de sitôt. Alors qu’il chevauchait déjà sur l’un de ses dragons et s’occupait de l’un des deux géants, je prenais en charge le deuxième. Je n’allais pas m’attaquer à tout petit si je pouvais prendre le gros lot.
Pour l’effet théâtral, je faisais craquer mes doigts. J’avais souvent entendu les hommes de Drago le faire, et si au départ ce son me révulsait, j’en avais pris l’habitude. Et oui, ça donnait son petit effet. Je tentais de paraître le plus calme possible. La dispute et le contexte actuel n’aidaient certainement pas à apaiser mes nerfs. « Je peux construire un château avec tous les détails en une flopée de secondes, » je marmonnais. « Devines ce que je peux faire en moins de temps dans une situation pareille… » Cela s’adressait à Drago, bien qu’il ne l’entendait pas, mais je tentais tout aussi bien de me rassurer. Je levais les yeux vers mon mari. Il regardait dans ma direction. J’en profitais pour lui adresser un sourire. Pas ceux que je réserve pour les moments où je veux paraître chaleureuse, plutôt celui du défi. Ohé, tu n’as pas le temps de jouer ! Je me reprenais vite. Si Drago tentait de terrasser ses adversaires par le feu, j’optais pour la glace. Et un geste me suffisait pour cribler ma cible de dizaines de stalagtites, visant les points faibles de son armure dans lesquels la glace ferait autre chose que ricocher.

Me réfugier derrière les lignes ? Et puis quoi, encore. Je n’étais pas la princesse à sauver, ou celle qui irait sauver sa peau dès que l’occasion se présentait, j’étais la reine sur ces terres, et je n’avais pas l’intention de me réfugier.
code par sixty


_________________

je n'ai vu que des ombres. Des ombres géantes à perte de vue et une tempête de flocons noirs. Une neige noire qui recouvre progressivement mes mains, puis mes bras écartés. Des roses rouges semblent pousser tellement le sang gorge la poudreuse. ©️ caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 78
Cœurs enchantés : 2234


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Frappe éclair des Atlantes (feat Elsa Bludvist)   Ven 12 Fév - 21:05

Frappe éclaire des Atlantes
Drago & Elsa Bludvist

Sous la tente, Elsa ne se laissait pas faire face au gigantesque barbare. Rien d’innovent. Elle était toujours en opposition avec lui que ce soit dans des discussions politiques ou simples, les ordre qu’il lui donnai et lorsqu’il était question de confectionner un héritier. Surtout de confectionner un héritier. Le regard solennel et froid, il se faisait violence pour ne pas sourire de satisfaction. Elle avait la réaction qu’il espérait depuis déjà un moment. Elle pouvait mettre tellement d’énergie à objecter chacun de ses gestes et paroles qu’il aspirait qu’un jour elle en userait à bon escient. Comme en cet instant. Pas le temps de faire ressortir sa force de caractère et lui faire gouter à son potentiel de reine puissante dont l’âme de guerrière pouvait être redoutable. Ils n’avaient pas besoin de discuter plus longtemps. L’idée de son utilité en combat devait fermer lentement pour être correctement enraciné dans son esprit.

Drago trop habitué aux situations critiques avait réagis plus vite que son épouse et lui évita la catastrophe. Lui n’avait pas hésité à plonger, en l’embraquant contre lui, le main bien derrière son crâne pour prévoir un choc malheureux. Ce n’était qu’un réflex pour protéger ses biens. Certes il l’avait renvoyé vers le château et espérait qu’elle s’y rendrait frustrée comme lorsqu’il écartait sa fille du combat. s’envolant sur un dragon pour se remettre rapidement dans la bataille et intimider l’ennemi de ses forces armées. Il focalisa ses attaques sur une des machines humanoïdes plantant au-dessus de lui. Il réfléchissait vivement à un stratagème. Il les comptait, observait leurs attaques et leur puissance alors qu’on les assénait de coups de haches, d’épées, de flammes et explosions.

Il balaya ensuite l’horizon des yeux retrouva vite son épouse qui émanait de la pureté blanche de son élément : la neige. Que ce soit par sa chevelure ou sa peau, elle se démarquait dans la foule de combattant à la peau hâlée. Elle le défia du regard et ses grands yeux glaciales amusa Drago. Il ne la trouva plus belle encore qu’à ces moment. Le reste, le laissa interdit. Il ne pouvait cacher sa surprise lorsqu’elle lança son coup, d’un léger sursaut et les yeux grands ouverts d’un étonnement fort agréable. Oui il savait qu’elle pouvait créer des palais de glace, le repousser de gerbe de neige ou lancé des lances gelés et même élever une muraille tout autour du château. Elle était puissante et il en avait conscience. Il avait aussi vite remarqué qu’elle n’était pas totalement maitresse de ses dons. Alors ce qu’il vit le combla. On ne pouvait transpercer efficacement un ennemi avec d’impressionnable pics de glace sans avoir du talent. Il fallait la façonner et il voulait être celui qui le ferait. Elsa avait détruit le géant mécanique en un geste visant juste et presque avec art. Il avait la pression de voir l’Ice Beast, son alpha. Il avait même une idée à laquelle il penserait plus tard. Un sourire à sa belle et il se concentra sur les deux géant mécanique qui restaient. Une tait en mauvaise posture avec un golem de glace. L’autre sous lui essayait de décimer les soldats au corps à corps qui s’agglutinaient sans succès sur lui. Enfin, déchirant le ciel de dragon relativement fins et dans les plus rapides, l’unité d’annihilation. Drago leur fit signe de son hallebarde vers le mastodonte. Un des hommes hurla des ordres et comme des vautours autour d’une carcasse, ils tournaient dans les airs. Une chaine s’enroula sur le bras mécanique, puis une autre sur le deuxième bras et encore une sur le même. Les trois dragons soulevèrent la machine puis un quatrième dragon passa sous lui quand la hauteur le permettait. Ce dernier lui lia les jambes avec une dextérité et une rapidité hors paire. La machine se retrouva écartelée dans les airs, le brisant en trois morceaux avant que la cuirasse ne s’écrase lourdement au sol. Il n’en restait plus qu’un avec le monstre des neiges. La reine n’avait qu’à s’en charger. Il n’interviendrait pas avec ces gaulante qui avait l’air de partager l’affection que leur créatrice lui portait. Peut-être que le soldat de glace parviendrait seul à se défaire de la dernière armure gigantesque.

Les trois à terre, Drago décide de frapper avant une nouvelle surprise des atlantes. Il fallait jouer l’offensive et reprendre la main. Il ne le ferait pas seul… Il n’y avait plus que des soldat au sol et ça ne l’inquiétait pas plus que ça même s’ils se montraient efficaces. Puis il y avaient les véhicules de guerre marins qui eux par contre, étaient particulièrement destructeurs. Il plongea avec son dragon après un violent coup sur le mors. Sa cible était Elsa. La bête jus jusqu’à elle et glissa le bout de son incandescent fuseau sous ses jambes pour l’envoyer en arrière. D’un léger coup de gueule, il la jeta directement contre Drago qui la rattrapa de justesse de sa poigne de fer. Les couture de ses soyeux vêtements craquèrent à certains endroit dans l’action si soudaine. La bête remonta dans les airs à grands coups d’aile, légèrement déséquilibrée. L4homme aida son épouse à prendre place devant lui et quand tout le monde vu stable, il dirigea le dragon vers le lac. Il pointa les sous-marin de son hallebarde et susurra à l’oreille d’Elsa : « Continue de briller et montre nous qui tu es. Quelle Reine tu es… »

au même moment une immense orbe de feu était tiré dans leur direction.

acidbrain



_________________

« Drago bludvist est un fou-furieux, sans foi ni loi et surtout sans pitié.
Et s’il a battit une armée de dragon, que les dieux nous viennent en aide. »
STOÏCK THE VAST.

Pour me contacter, passez par Briar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
queen of ice-solation ❄
avatar


Messages : 443
Cœurs enchantés : 2237
Humeur : frigide.


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Frappe éclair des Atlantes (feat Elsa Bludvist)   Mer 9 Mar - 21:57

Je ne savais même pas comment je pouvais aussi bien me débrouiller, sachant que je n’avais jamais vraiment pris part à une bataille auparavant, et surtout avant Drago. Arendelle était un royaume en plutôt bons termes avec les royaumes voisins, on traitait seulement des questions de commerce avec eux, et les relations s’arrêtaient là. Bon, il y avait Hans dans tout cela, mais l’histoire avait vite été réglée – bien que les choses auraient pu être bien pire que ce qu’elles l’avaient été – et le père de ce manant ne nous tint jamais rigueur des conséquences des idioties de son dernier fils. Et puis voilà, il y avait eu Drago. Et au beau milieu de la nuit, vous pouviez vous réveiller en sachant votre royaume attaqué, et on ne prenait pas même la peine de vous avertir. Je crois que c’était cela qui avait excité quelque peu ma magie. La colère d’avoir été mise à l’écart. Et ma magie reflétait généralement mes états d’esprits. Elle pouvait se révéler belle, mais aussi dangereuse. Quand la colère m’y encourageait, je n’avais pas forcément besoin de me vider de mon énergie pour faire des dégâts. Bien que je sentirais la fatigue plus tard, l’adrénaline semblait suffire pour le moment, au moins pour me permettre de survivre au beau milieu de tous ces barbares, autant ceux qui se trouvaient du côté du roi des dragons que des attaquants. Je m’étais toujours débrouillée pour que tout se passe toujours bien à Arendelle, d’en faire un lieu d’utopie. Et voilà qu’en pleine nuit, ça attaquait. Que je me pointais pour défendre ce qui m’appartenait, et que tout ce que Drago trouvait à redire plutôt que d’au moins m’être reconnaissant de me joindre à l’effort, c’était de rentrer au château, ce qui avait excité un peu plus ma colère.
En survivant à l’attaque soudaine sous la tente, et après avoir été gentiment envoyée balader par celui qui prenait un peu trop les rênes de l’événement, j’étais restée sur les lieux. Plutôt que de me mettre à l’abri parce que je n’avais pas d’expérience dans le combat, j’avais préféré risquer ma vie et me risquer à utiliser mes pouvoirs, quitte à mal m’en servir et décimer par erreur une partie de l’armée de Drago. Ce n’est pas comme si ses hommes m’étaient chers, mais ce serait stupide de réduire nos défenses. Encore une fois, la magie était partie d’elle-même, meilleure encore que ce que j’avais espéré, et atteignait ma cible. Les morceaux de glace étaient projetés par dizaines, et seulement quelques uns avaient atteint le point faible de l’armure du géant, d’autres morceaux avaient ricoché – comme je l’avais craint – mais j’avais atteint ma cible tout de même.

Un rapide coup d’œil aux alentours m’annonçait qu’un dernier monstre attendait encore d’être mis à terre. M’assurant d’abord que ma victime ne s’était pas relevée, un geste encore me suffisait pour faire de mon golem de neige un golem de glace. Mais ça ne suffisait pas à rendre ce dernier intelligent, et plutôt que de frapper comme moi dans l’un des points faibles de l’armure, il se contentait de taper inutilement sur celle-ci. Alors je faisais ce que je faisais de mieux, ce que j’avais pris l’habitude de faire quand j’avais besoin de me débarrasser d’un parasite – je cite encore une fois mon cher époux – et je fis du géant un épais bloc de glace. Pas seulement jusqu’aux chevilles, c’était le corps entier qui se trouvait noyé dans une prison glaciale dans laquelle il ne pouvait pas bouger le petit doigt. Avec un peu de chance, il ne s’en sortirait pas d’ici à ce que la glace ne fonde, surtout à Arendelle – quoi qu’il y avait les dragons autour. Le golem partit s’occuper ailleurs, et Drago venait rapidement me cueillir.

L’atterrissage sur le dos de la bête ne fut absolument pas délicat. Les tissus se craquèrent, et je craignais de me retrouver nue comme un ver si l’action ne se calmait pas. J’étais bien à terre, j’étais mal à l’aise en plein vol. Surtout sur ces bêtes. Sentir quelques chose de vivant sous mon fessier n’était pas une sensation que je trouvais particulièrement agréable, et surtout sur les bêtes qui auraient pu réduire Arendelle en cendres si quelques années plus tôt j’avais refusé une proposition qui s’était plus imposée qu’autre chose.
Je me contentais d’offrir à mon ravisseur un regard noir, pour changer mes habitudes… les événements ne m’aidaient pas à m’adoucir de toute façon. Et il savait que je n’aimais pas particulièrement ses bêtes. Les approcher, cela relevait de l’exploit. Les monter… il fallait que je n’ai pas d’autres choix. Après être enfin parvenue à m’asseoir de côté, me maintenant à la cotte de maille sur le bras de Drago encore vivant pour ne pas perdre l’équilibre. Être en hauteur dans la montagne ? Pas de soucis. L’être sur le dos d’un bête qui pouvait à tout moment faire n’importe quoi, y compris nous virer de bord ? Un peu plus. « Ah donc ça va, maintenant je n’ai plus besoin de rentrer me coucher ? » Au moins, j’avais fait mes preuves. Un léger sourire se dessinait dans le coin de mes lèvres, assez discret pour que Drago ne puisse pas le voir de son côté, mais il devait s’entendre dans ma voix. Je jetais un œil dans la direction que m’indiquait le barbare. J’avais laissé les soldats à mon golem, en espérant que lui aussi fasse ses preuves.
Le sourire, toujours présent, s’était effacé d’un seul coup lorsqu’une forme flamboyante entrait dans un coin de mon champs de vision. Je craignais de savoir de quoi il s’agissait. À nouveau, j’utilisais mes pouvoirs – c’était de toute façon mon unique arme – pour empêcher celle-ci de nous atteindre. Je n’avais pas envie de blesser ni ma monture, ni l’homme qui semblait savoir s’en servir, à une telle altitude. Le problème ? C’était que glace contre flamme… la glace fond. Ou alors j’y étais allée trop doucement. Ou alors je n’étais vraiment pas à l’aise en hauteur et ça se ressentait jusque dans mes pouvoirs. Mais plutôt que de retenter un coup qui se solderait à un échec, je criais. « Change de direction. Vite. Ou c’est à deux que nous brillerons. » Et briller de cette façon, ce n’était pas mon objectif.
code par sixty


_________________

je n'ai vu que des ombres. Des ombres géantes à perte de vue et une tempête de flocons noirs. Une neige noire qui recouvre progressivement mes mains, puis mes bras écartés. Des roses rouges semblent pousser tellement le sang gorge la poudreuse. ©️ caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 78
Cœurs enchantés : 2234


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Frappe éclair des Atlantes (feat Elsa Bludvist)   Dim 10 Avr - 17:13

Frappe éclaire des Atlantes
Drago & Elsa Bludvist

Devant la beauté de celle qui n’était sa femme qu’à des fins politiques, il ne put se retenir et voulait essayer de commencer l’éclosion de la nouvelle femme qu’il voulait faire jaillir en elle. Il avait plongé sur Elsa rayonnant au milieu de la nuit noire aux flammes qui éclataient ici et là par les dragons où les atlantes, et des barbares à l’allure sombre qui se défendait à corps et à cri. On ne voyait qu’elle dans ses coquets vêtements éclatant. Il ne pouvait pas la rater. Il l’embarqua sur son énorme dragon avant de s’élever dans les airs par d’imposante saccade provoqué par la bête et ses ailes aussi grandes que les voiles d’un bâtiment pirate. Malgré le vacarme de la bataille, on pouvait entendre les mouvements amples et puissant, s’appuyant sur le vent pour prendre de la hauteur. Un battement qui régulait presque le rythme de leur coeur, évitant les projectiles.

Drago observait la scène, derrière lui et devant au niveau du lac. Il tira sur le mors et le dragon s’approcha de l’eau. Confiant et il n’avait pas vraiment le choix, il l’inspira à faire preuve de ses talents sur ses vrais ennemis. Derrière elle, il la soutenait par sa présence. Derrière eux étaient leur querelles et c’est dans le même camp qu’ils devaient unir leur force. C’est ça qu’elle devait enfin comprendre.
« Tu tiens à rester, laisse moi t’exploiter pour te montrer comment être utile ma chère Reine » lui répliqua t-il avec un ton condescendant sur la politesse dont il avait preuve. Pas plus de temps pour continuer à s’envoyer quelques petites piques. Elsa n’arriva pas à arrêter ni une seule machine, ni l’orbe qui leur arrivait droit dessus. Trop concentré à regarder son profil, il détailla chaque traits qui se tirait alors qu’elle se concentrait, sa vine frontale qui pulsait régulièrement et puissamment, l’expression qui se noyait dans son regard, sa bouche finement pincée et sa nuque dégagée par des épaules qui retenait alors tout son pouvoir en joue. Elle avait lentement allongé les bras et chercher la position adéquate. Elle était merveilleuse et effrayante. Drago n’aspirait pas à la magie, mais il lorsqu’il sentait ainsi sa puissance sans la crainte (pour le moment) il pouvait se délecter de cette force hors du communs. Sa femme le ramena à l’instant présent qui était de sauvé leur vie. Sans prendre le temps de donner des ordres à son dragon, il lui enfonça un violent coup de poing à un endroit précis de son articulation. Il toucha le tendon et la bête ferma par réflexe son aile. Le couple bascula avec le dragon qui tournoya sur lui même dans une chute malhabile. Les ailes claquaient comme les voiles d’un bâtiment pirate en pleine tempête, toutes les cordes lâchées. Drago se remit à respirer lorsque le dragon réussit à se stabiliser avant qu’il ne soit trop tard, se rattrapant d’un vol au ras de l’eau, slalomant entre les immenses sous-marins des atlantes.

Il fonça alors vers le groupe d’élite qui était restée un peu à l’écart dans les airs. Il leur hurla les ordres : il fallait leur conseiller fortement à partir. Ils devaient se débrouiller pour remettre les machines sous l’eau. Il envoyait alors sa frappe rapide et souvent unique. Ils prenaient sinon trop de risque et leur coup était trop vicieux et précis pour pouvoir les réitérés souvent plus de deux fois. Ou alors, ils avaient dans le plan de bataille, deux ou trois missions différentes, de grandes frappes pour faire tomber les rangs à grande échelle. Les hommes ailés partirent les uns après les autres et certain dans une direction opposé. Les deux premiers, le chef et la seule femme de l’unité prirent les devant. Un autre arriva sur le flanc gauche pour assurer leur arrière et les couvrir. A deux secondes encore un soldat sur une monture légère arriva sur leur droite dans le même but, mais aussi pour son compagnon d’arme, à gauche. Fonçant vers le plus grands sous-marins, il bondirent de leur monture, une chaine qui se déroula dans leur descente. Ils atterrirent sur l’avant du vaisseau marin à la forme d’un crustacé. D’une synchronisation parfaite et de gestes précis, il enfoncèrent le grain sur l’avant du véhicule et s’élancèrent sur la chaine tendue par les dragons dans les airs. Les bêtes piquaient vers le haut, le nez pointé au ciel. Les deux soldats comme des acrobates filaient à vive allure le long du lien malgré les saccades du sous-marin qui commençait à s’élever. Ce plan était réalisé pour la première fois. Ils s’attaquaient à un petit bâtiment mais le but était aussi de voir si elle marchait pour l’exécuter à grande échelle. Ensuite trois autres dragons étaient arrivé pour jeter un bon nombre d’explosif à la main ou par leur dragon.

Drago avait prit un peu plus de distance pendant ce temps : « Tiens toi prête à geler le lac. Je sais que tu peux le faire. Dis moi ce que je dois faire pour que tu y arrives correctement. Je ne serais que ton cavalier. Après tu feras ce que tu veux, moi je décimerai tout ceux coincé à Arendelle… » lui expliqua t-il ses hargneux desseins en pensant à tout les hommes que les atlantes lui avait encore pris. Il ne les laissera pas sans perte non plus de leur côté.

Un des soldats de l’unité d’élite se détacha de son poste. Le chef de l’unité venait de mourir, tué par une flèche assassine. Le vaisseau se soulevait à peine. S’approchant du dragon sans cavalier, il attrapa une chaine enroulé et accroché au flanc de son dragon. Il passa sous le cauchemar monstrueux et fixa le crochet sous le harnais de son armure. Il fila ensuite à l’avant et la chaîne se déroula comme le dessin de sa trajectoire. Il tractait le dragon solitaire. Enfin, ils arrivèrent à soulever le sous-marin à 1 mètre de la surface de l’eau. D’un hurlement, ils se dirigèrent subitement sur la droite. Le sous-marin aussi souple qu’une baleine plongea sur le côté. Ils détachèrent les chaînes et se dispersèrent.
« Maintenant ! » ordonna Drago à Elsa.

Le vaisseau écrasa lentement et dans une symphonie de grincement la surface de l’eau. Il se fit happé dans un remous agité et désordonné.
acidbrain



_________________

« Drago bludvist est un fou-furieux, sans foi ni loi et surtout sans pitié.
Et s’il a battit une armée de dragon, que les dieux nous viennent en aide. »
STOÏCK THE VAST.

Pour me contacter, passez par Briar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
queen of ice-solation ❄
avatar


Messages : 443
Cœurs enchantés : 2237
Humeur : frigide.


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Frappe éclair des Atlantes (feat Elsa Bludvist)   Mar 8 Nov - 0:00

Elsa se disait que peut-être une heure plus tôt, elle était encore en train de dormir. Pendant que son royaume se faisait attaquer. Elle s’était réveillée, et elle s’en était retrouvée là. À dos de dragon. Avec Drago. C’était qu’elle l’aimait, Arendelle, pour déployer autant d’efforts pour la défendre.

En altitude, elle n’était plus aussi à l’aise que lors de sa période en tant que jeune reine des neiges indépendante - avant que sa soeur ne la ramène à la maison. Contrairement à l’époque, Elsa n’avait pas cette sensation de puissance, ou de liberté. Non non, elle avait juste l’impression de paniquer, contrainte à faire confiance à une bête - autre que Drago. Et ce qui la séparait du reste du monde n’était pas une immense montagne non, c’était du vide. Du vide. Et plus le dragon se mouvait dans les airs, plus elle sentait son heure venir. Plusieurs fois elle pensa que l’animal domestique de Drago tentait de les renverser - elle non plus n’aurait pas aimé devoir porter Drago sur son dos.
Mais elle se raisonna. Il y avait des problèmes plus importants, si on baissait la tête vers les petits hommes en train de se battre, ou si on écoutait l’enchaînement effrayant de bruits métalliques.

Au moins peut-être pour la première fois depuis que Drago avait fait son entrée dans la vie de la reine glaciale, elle avait l’impression de servir à quelque chose dans son propre royaume. Elle en aurait presque sourit si elle n’était pas à deux doigts de vomir - ou mourir volontairement, elle hésitait encore. Elle s’était presque sentie puissante, si une orbe n’était pas tout à coup venue lui remettre les pieds sur terre - et pas encore dans le sens littéral du terme. Elsa sentit la poigne de Drago s’écraser contre sa bête. Dans la panique, elle s’était dit qu’il venait de signer leur fin. À leur altitude, elle craignait que la rencontre avec l’eau leur soit fatale. Et quand bien même il n’y avait que de l’eau sous la surface… Elsa n’oubliait pas les atlantes et leur visite peu amicale. C’était pour cela qu’elle s’était retrouvée à dos de dragon.
Mais alors que leur chute touchait à sa fin, alors que leurs corps étaient sur le point de s’enfoncer dans l’eau glaciale, leur monture se remit en marche. Cette fois Elsa ne se plaignit pas, même silencieusement, d’être sur le dos d’un dragon, la créature la moins fiable qui soit selon elle. Il se mit alors à neiger. Ses mains étaient encore bleues, durcies par le givre qui s’était naturellement collé contre sa peau. Sa peur avait fait cela. Ses pouvoirs devenaient plus forts lorsqu’il y avait un danger autour d’elle.

Pendant ce temps, Drago s’occupa de crier des ordres à ses hommes. Elsa à espérer qu’elle ne se ferait pas d’autres frayeurs pour la suite. Faire confiance à Drago et à un dragon pour sa survie tout à la fois, c’était beaucoup lui demander. Son regard se portait sur le spectacle qu’offraient le bonshommes sur dos de dragons, mais elle voyait sans regarder, réfléchissant sur ce qu’elle pourrait faire elle ensuite. C’est Drago qui lui souffla l’idée, finalement. Et elle se dit que ce ne devait pas être une mauvaise chose de faire ce qu’il disait, surtout en terme de stratégie, et puis une fois n’était pas coutume. « Fais-moi confiance, » lui dit-elle simplement pour ce qu’il devait faire afin qu’elle réussisse son coup. Puis elle ajouta : « Oh, et je te serais vraiment reconnaissante de ne pas me laisser mourir. » Elsa fixait à présent le lac, canalisant son attention dessus, persuadée qu’ainsi elle réussirait mieux son coup. Elle espérait ne pas se rater. Elle n’aurait pas d’autres chances.

Elle se laissa glisser de l’emprise de Drago alors qu’il lui donna le signal, quitta le destrier, étira les bras, et chuta droit sur le lac et tous les vaisseaux adverses qui l’accueilleraient. Comme elle l’avait espéré, la peur de mourir la rattrapa. Elle avait intérêt à faire confiance à Drago pour ce coup. Et à ses pouvoirs. Elle espérait qu’ils seraient assez rapides et efficaces. Tête la première en direction de la surface de l’eau, elle ramena ses bras dans son champs de vision. Elsa sentait la magie faire son effet. La glace était tellement froide entre ses mains qu’elle les lui brûlait. Et mêlé au bruit des flots, le crissement de la glace arrêta le temps. Elle n’était qu’à quelques mètres du lac quand la surface fut complètement immobilisée, un arrêt sur image dans lequel la reine d’Arendelle allait sûrement s’écraser. Le sang tâcherait la parfaite oeuvre de sa magie si Drago avait préféré littéralement la laisser tomber. « Maintenant ! » hurla-t-elle à son tour. Ce sera peut-être son dernier mot.

_________________

je n'ai vu que des ombres. Des ombres géantes à perte de vue et une tempête de flocons noirs. Une neige noire qui recouvre progressivement mes mains, puis mes bras écartés. Des roses rouges semblent pousser tellement le sang gorge la poudreuse. ©️ caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 78
Cœurs enchantés : 2234


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Frappe éclair des Atlantes (feat Elsa Bludvist)   Ven 25 Nov - 20:33

Frappe éclaire des Atlantes
Drago & Elsa Bludvist

Elsa n’était pas rassurée du tout sur la bête volante qui prenait de l’altitude, le couple royal sur le dos. En plus ils n’avaient que trois bras en tout pour deux cavaliers, il n’y avait pas de quoi la rassurer. Et pourtant, Drago pouvait être très agile même avec un seul bras aussi bien sur un dragon qu’un drakkar. Ils évitèrent de peu une orbe de feu alors que la reine aux pouvoir de glace commençait à prendre ses marques et retirer cette bride qu’elle mettait à ses dons en temps normal. C’était le moment ou jamais de pousser un peu plus loin ses capacités et vites. On les avait repéré et cette orbe n’était qu’un petit avant-gout de ce qui risquait de les attendre. Drago le savait, ne les combattant pas pour la première fois et il se cachait bien de le dire à Elsa. Il ne faudrait pas qu’elle panique ou désespère.

Ils avaient repris leur équilibre sur le dragon à l’envergure majestueuse après avoir brusquement plongé sous la poigne de son maitre pour éviter une mort certaine. Le dragon remontait, toujours les deux cavaliers sur le dos. Drago s’étonna un instant de voir de la neige, puis se pencha pour regarder son épouse et vit ses mains. Encore bien des choses qu’il ne comprenait pas et qu’il n’aimait pas trop. Ce qui était souvent un sujet de discorde entre Hillel et Drago, son fils lui reprochant de ne pas apprécier la magie, mais d’avoir épouser pourtant un être magique et lui demander d’utiliser ses pouvoirs. Il finissait toujours par lui répondre qu’entre Elsa et lui, il n’y avait pas du tout le même charme. La preuve, il avait bien fini par avoir des enfants avec Ursula…

Des hommes étaient arrivés ensuite, faisant oublier toutes les questions et inquiétudes qui encombrait l’esprit de Drago face à ces étranges événement qu’Elsa elle-même ne maitrisait pas. C’était peut-être une mauvaise idée de s’être embarqué sur un dragon avec elle finalement. Il leur donna des ordres, celui de retourner un de leur vaisseaux marin avant qu’il ne décide lui aussi à prendre les airs. Pour l’instant, les atlantes avaient l’avantage, alors il ne sortirait pas de l’eau, surtout face à des cracheurs de feu. Autant profiter encore un moment d’un élément qui les protégeait pas mal. S’il les dragonniers arrivaient à faire marcher leur plan, ils auraient tous très peu de temps pour agir. Surtout Elsa, car elle serait celle qui clôturait le stratège. Il lui demanda alors de glacer les eaux pour les laisser coincé sous l’eau autant de temps que possible. Ca leur permettrait de se débarrasser tranquillement de ceux sur la terre ferme.

Elsa avait l’air d’accord et lui demandait de lui faire confiance. Drago fit ce qu’il put. Puis elle ajouta de ne pas la laisser mourir. Il la jaugea sceptique et la seconde d’après elle se laissait gracieusement tombé vers le lac, les mains en avant. Drago avait sursauté, comprit rapidement ce qu’elle avait voulu dire et fit demi-tour avec son dragon avant de plonger en direction d’Elsa, où du moins du points de rencontre entre la reine et le lac. Vu la taille du dragon, il avait du prendre pas mal de recul et surtout perdre pas mal de temps. Il hurlait à son dragon de foncer et la bête donnait des coups de tête en avant pour plonger toujours plus vite. Heureusement, il arriva à temps. Le lac se gelait et craquait à tout rompre, comme le chant de son pouvoir s’étendant toujours plus loin sur la surface de l’eau. Une couche de glace épaisse avaient emprisonné les vaisseaux ennemi sous l’eau. Le dragon arriva juste au-dessus d’Elsa, à même pas un mètre de la surface glacé du fjord et la tenait fermement entre ses serres. Il remonta formant une parabole et Drago la hissa sur le dragon. Il la serra fortement contre lui, à la fois rassuré et impressionné. Elle avait été spectaculaire. Il s’était même perdu un instant à la dévisager avec admiration. Jamais elle n’avait été aussi somptueuse depuis leur mariage.

C’est alors qu’une source de lumière rouge juste sous la surface de la glace ne cessait de croitre et soudain, la glace explosa, laissant un laser incandescent déchirer l’horizon. Un dragon passait par là et s’effondra tristement. Une de ses ailes avait fini en cendre et dégringolait en tournoyant maladroitement sur lui même. Drago retint sous souffle. Un cor résonna. Il s’éloigna du vaisseau mère et son laser pour revenir vers le campement. L’énorme machine en forme de homard sortit alors de l’eau et là Drago se mit à paniquer. « Les catapultes ! » hurla t-il et ce fut ensuite crié par les hommes à dos de dragon qui allèrent à leur tour le dire aux hommes au sol. On les arma rapidement mais soudain, les atlantes courraient vers la glaces et disparurent dans leur engins. Rapidement, bruyamment et soudain le calme. Ils étaient enfin parti. Le barbare jeta un oeil en campement pendant qu’il était encore en hauteur et soupira. Ils n’avaient pas fait de gros dégâts, mais sa force militaire était déjà bien amoché et les atlantes continuait d’égrainer ses forces.

Ils descendirent enfin sur le camp et Elsa avait même un peu aidé des barbares parfois un peu perdu par le choc de leur blessures. Drago fit un rapide tour pour faire un constat des dégâts ce qui concernait les pertes matériels et les blessés, puis les morts. Ils rentrèrent au château et il avait prit le temps de discuter avec la reine. Elle voulait savoir, avoir plus d’information et d’explication sur la position politique de son mari et surtout sur les atlantes. Comment faire s’ils reviennent. Il prit le temps de lui répondre, mais pas trop. Pas ce soir. Demain. Il avait autre chose à faire… Il voulait lui faire honneur.

A peine l’avait-il raccompagné à sa chambre, qu’il y entra aussi et c’est avec une passion nouvelle qu’il vint lui quémander un peu d’attention sous les draps. Un attrait dans son regard qu’elle n’avait encore jamais vu, des gestes pleins d’ardeur comme souvent, mais avec respect et on pourrait presque parler de délicatesse. C’était pour dire, elle n’avait pas eu le courage ou qui sait l’envie de le refuser ce soir. Durant la bataille, elle avait éveillé en lui tant de désir. Elle avait été majestueuse, se battant à ses côtés et il voulait simplement profiter de cet instant qui le brulait de convoitise.

acidbrain



_________________

« Drago bludvist est un fou-furieux, sans foi ni loi et surtout sans pitié.
Et s’il a battit une armée de dragon, que les dieux nous viennent en aide. »
STOÏCK THE VAST.

Pour me contacter, passez par Briar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Frappe éclair des Atlantes (feat Elsa Bludvist)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Frappe éclair des Atlantes (feat Elsa Bludvist)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bordeaux St Clair - épidémie en 1885 ?
» Bordeaux Saint Clair DELALONDRE
» Bordeaux-Saint-Clair - BREDEL 1739 CHERON 1893
» Bordeaux-Saint-Clair
» DHC pour un teint clair et lumineux.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No Kindness Left :: Le monde des Contes :: Mint Cream :: Le royaume d'Arendelle-
Sauter vers: