AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Tumblr  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La curiosité est une grande qualité. [Belle French]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Messages : 100
Cœurs enchantés : 1180


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: La curiosité est une grande qualité. [Belle French]   Ven 15 Jan - 19:11

La curiosité est une grande qualité.

tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man, boy. but for now it’s time to run.

La routine était ma pire ennemie. Je détestais la routine autant que je détestais immobile à ne rien faire. Malheureusement dans une ville aussi petite que Storybrooke, on prend vite le pli d'un train-train quotidien. Je n'en pouvais plus. Ici, je me sentais bien plus coincée qu'à Paris. Pourtant, on aurait pu imaginer que les grands espaces verts me feraient du bien comparer aux hauts immeubles haussmannien parisien. Jamais je n'aurais pu croire que l'atmosphère oppressante de la capitale me manquerait à ce point.

J'ouvris les yeux en soupirant. 9 heures. Je ne voulais pas me lever maintenant. Pourtant, je savais que je le devais, sous peine de ne pas pouvoir faire tout ce que je voulais aujourd'hui. J'énumérai à nouveau mentalement tout de ce que je devais faire de ma journée, puis je me préparai avant de claquer la porte de l'appartement derrière moi. Nous étions samedi. Je commençais par faire quelques courses. J'avais ce que ma mère appelle communément un « frigo d'étudiante », autrement dit il n'y avait jamais plus que ce dont j'avais réellement besoin. Chez moi rien ne moisissait, je détestais le gaspillage. Je rangeai mes victuailles dans mon réfrigérateur en pensant qu'une balade me ferait le plus grand bien. Je n'avais pas envie de courir aujourd'hui, mais j'avais tout de même besoin d'évacuer mon énergie. Une balade sur la plage s'imposait.

Je m'émerveillai du bruit de chaque vague, de celui du vent, de mes pas sur le sable. Il ne faisait pas spécialement beau aujourd'hui, mais je trouvais que c'était ce qui faisait toute la magie de l'endroit. Je marchai doucement, profitant de chaque instant, jusqu'aux falaises, ces pics abrupts contre lesquels les vagues venait s'éclataient en une gerbe d'éclaboussure. Je me couchais un bon moment dans le sable, consciente que j'allais devoir me relaver après l'épreuve que j'étais en train de faire subir à mes cheveux, fermant les yeux et profitant du calme uniquement interrompu par le claquement régulier des vagues. C'était reposant. J'aurais pu passer toute ma journée ici. Je ne sais pas si j'arriverais à m'habituer à ce petit bled paumé, en revanche ce qui était sûr c'était que je m'étais déjà habituée à avoir la mer toute proche de chez moi. Ce sera sans doute la seule chose que je regretterai réellement lorsque je devrais repartir. Je me relevai à contre cœur. J'avais d'autres choses à faire. Je m'arrachai difficilement à la contemplation de la mer.

Je rentrai chez moi et pris une douche afin d'enlever le sable mouillé qui s'était agrippé un peu partout sur mon corps et dans mes cheveux. Je décidai ensuite de me rendre à la bibliothèque. Je n'oubliai pas pourquoi est-ce que j'étais là : le secret de Storybrooke. Il fallait que je le découvre à tout prix et quel meilleur endroit que la bibliothèque. Elle n'était pas immense placé sous un clocher, mais elle devait bien contenir des informations utiles. Je poussai la porte et la douce odeur des pages me prit au nez. Je me sentais tout de suite apaisé. Rien ne pouvait plus me détendre que cette odeur si familière et pourtant tout le temps différente selon le livre. Je fis d'abord un rapide tour des lieux, je me disais qu'avec un coup de chance, il était tout à fait plausible que je trouve un livre avec pour titre « Le mystère Storybrooke décrypté ». Malheureusement, ma recherche ne donna rien. Je déterminai donc rapidement qu'il valait mieux que je demande de l'aide à la bibliothécaire. Malgré le regard étrange qu'elle m'avait jetée à mon arrivée, j'avais plus besoin d'elle en amie qu'en ennemie. Je me dirigeai vers le comptoir et lui demandai sur le ton le plus poli possible et avec mon plus bel accent australien :

« Bonjour, est-ce que vous auriez une salle d'archives ? Je dois, pour un travail scolaire, parler d'un événement marquant de la ville. »

Je mentais, mais j'en avais tellement pris l'habitude que cela sortait naturellement de ma bouche. Je la regardais néanmoins avec appréhension, me demandant si elle allait trouver ça suspect ou accéder à ma requête sans demander son reste.

made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 265
Cœurs enchantés : 5090
Humeur : Perdue


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: La curiosité est une grande qualité. [Belle French]   Ven 15 Jan - 21:37




La curiosité est une qualité.


Ah le samedi. Ce jour était le préféré de Belle. Il y avait toujours un monde fou à la bibliothèque. Mais surtout, il y avait ses clients préférés, les enfants. Ils venaient, accompagnés de leurs parents et faisaient résonner leur rire dans tout l’établissement. Belle adorait voir leur visage émerveillé face aux livres. Ils avaient tous des centres d’intérêts différents et heureusement pour elle, elle en avait pour tous les goûts. Elle prenait le soin de varier les livres le plus possible afin que chacun y trouve son bonheur. Il lui arrivait parfois de devoir calmer les ardeurs de certains enfants qui voulaient prendre trop de livres à la fois sans forcément penser qu’ils n’étaient pas tous seul dans l’établissement.

La matinée avait donc été chargée mais Belle avait vraiment adoré ça. Elle reconnaissait volontiers qu’un coup de main aurait été le bienvenu. Car elle était toute seul pour tout gérer. Elle devait enregistrer les livres empruntés, feuilleter  ceux qui lui revenaient pour s’assurer qu’ils n’étaient pas abîmer et finir par ranger le tout. Quand tous les enfants furent partis, Belle pouvait enfin prendre le temps de souffler un peu. Elle alla s’assoir sur un fauteuil bien confortable qui se trouvait là spécialement pour les personnes qui avaient envie d’être installées confortablement pour lire durant quelques heures. Elle avait même poussé jusqu’à mettre une bouilloire d’eau chaude à disposition avec quelques sachets de thés. Sa petite idée avait eu un franc succès et attirait assez souvent des  personnes qui avaient envie de prendre un peu de temps pour elle et de faire une coupure avec un bon livre. Belle avait même faillit enfermer une personne en partant un soir. Cette dernière était tellement absorbée par son livre, que Belle ne s’était même plus souvenue qu’elle était là. C’est en l’entendant éternuer que la mémoire lui revint.

Notre chère bibliothécaire ne vit pas le temps passer. Elle avait eu le malheur de se plonger dans un livre. Et quand elle le faisait, elle ne le faisait pas qu’à moitié. Elle avait cette capacité de se plonger littéralement dedans. Elle avait une imagination qui dépassait tout et elle se voyait vraiment à la place de l’héroïne. Elle sentait le feu du dragon quand ce dernier crachait son feu. Elle sentait les odeurs de la forêt quand elle se retrouvait perdue dans une forêt enchantée. Elle entendait les sabots du cheval de son prince charmant qui tapaient le sol pour venir la sauver et la sortir de sa tour d’où elle avait été faîte prisonnière. Belle venait de sursauter. Elle ne s’était pas rendu compte qu’elle s’était endormie, le livre qui était tombé au sol l’avait réveillée en sursaut. Pendant un court instant, elle ne se souvenait plus où elle était. Elle regardait rapidement autour d’elle. Ah oui, elle se trouvait dans la bibliothèque. Elle se leva et s’étira. Elle regardait l’horloge qui se trouvait au-dessus de la porte d’entrée. Elle avait dormi au moins une bonne heure. Elle devait probablement en avoir besoin. Il fallait dire que la veille elle avait décidé de rester avec Rumpel qui avait cette capacité à ne pas dormir. Elle avait donc passé une bonne partie de la nuit à parler avec lui et elle s’était donc couchée relativement tard.  Le réveil avait été difficile le lendemain, mais elle ne l’avait pas regretté.

La jeune femme se disait qu’il fallait qu’elle se lève car même si l’idée de rester assise dans ce fauteuil était vraiment alléchante, elle n’était pas là pour regarder le plafond mais pour travailler. Elle prit la tasse de thé qui trainait et elle alla la laver. Elle se dit que la bibliothèque avait vraiment besoin d’un bon coup de nettoyage. Heureusement pour elle, elle avait déjà pris le soin de nettoyer la totalité des étagères en retirant tous les livres qu’elle avait trié et ranger par sujet et par ordre alphabétique. Mais il faudrait qu’elle refasse les étiquettes de présentations qui indiquaient les thèmes de chaque livre. Mais une chose à la fois. Il ne fallait surtout pas qu’elle commence à s’éparpiller au risque que ça devienne vraiment un immense bordel. Elle décidait donc de nettoyer le sol en premier lieu. Elle se rendit donc dans l’arrière pour aller chercher la serpillère et deux seaux. Un remplit  mélangée à du produit, et l’autre uniquement remplit à l’eau clair pour pouvoir bien rincer le tout.  Elle s’armait donc de ce qu’il fallait et tout en chantant, elle nettoyait le sol. Si les livres étaient en vie, ils auraient très certainement applaudit. Belle les adoraient et les chouchoutaient du mieux qu’elle pouvait. Elle finissait tout juste de rincer le sol que la cloche de la porte d’entrée sonna. Belle se retournait en espérant que ce ne soit pas encore un groupe d’enfants. Car même s’ils étaient adorables, ils étaient quand même un peu pompeur d’énergie. Mais ce n’étaient pas eux. Il s’agissait de la nouvelle secrétaire de Régina. Cette dernière ne pouvait pas passer inaperçu. Belle trouvait qu’elle avait une couleur de cheveux vraiment étrange. Elle alla donc à la rencontre de sa visiteuse.


-Bonjour, oui bien sûr, toutes les bibliothèques en possède une. Mais ce n’est pas une salle qui est accessible au public. Que cherchait-vous exactement ? J’ai peut-être ce qu’il vous faut sur mes étagères.

Belle était souriante et polie mais elle se demandait quand même ce que Louise cherchait.  Car la demande des archives n’étaient pas vraiment une demande habituelle. Et ce n’était pas vraiment, voir même pas du tout, un endroit ouvert au public.


Belle French et Louise Lemire

CODE BY AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 100
Cœurs enchantés : 1180


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: La curiosité est une grande qualité. [Belle French]   Jeu 28 Jan - 22:48

La curiosité est une grande qualité.

tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man, boy. but for now it’s time to run.

Je ne m'attendais absolument pas à sa question. J'étais venue ici comme une fleur sans vraiment préparée mon coup. Quelle idiote j'avais été ! Tout ça parce que j'avais rapidement observé la bibliothécaire en ville et qu'elle m'avait semblé gentille, douce et légèrement naïve sur les bords. En même temps, j'aurais bien dû me douter si Storybrooke cachait un tel secret que ce que l'on m'avait racontée, tous les habitants se méfieraient de ma présence. J'envisageais sérieusement de cambrioler la bibliothèque cette nuit afin de trouver les informations qu'il me faut avant de me barrer en courant. Cependant, je me doutais de deux choses : premièrement que ce ne serait pas suffisant pour prouver l'existence de la magie dans cette ville, deuxièmement que les soupçons se tourneraient rapidement vers moi. Après tout, qui d'autre serait assez tarée pour forcée la serrure d'une simple bibliothèque ?

Je réfléchis à vitesse grand V. Je venais de me mettre dans un pétrin pas possible et je ne voyais pas encore comment j'allais m'en sortir. Comment allais-je l'amadouer ? Il fallait que la mette dans ma poche pour qu'elle me dise où se trouver les informations dont j'avais besoin, mais elle n'avait pas l'air d'être le genre de personne qu'on peut faire boire pour qu'elle nous avoue son secret le plus honteux. Je l'observais rapidement afin de comprendre comment elle fonctionnait. Un style plutôt propre et gentille, au vu de son sourire un peu niais je suppose qu'elle est amoureuse et que ça doit sans doute être réciproque, elle est légèrement tendue signe qu'elle se méfie de moi (et elle a bien raison) mais qu'elle ne veut pas me le montrer, et elle est entourée de livres, elle doit forcément adoré ça sinon ce serait une torture de passer ses journées ici, et puis j'avais aperçu en arrivant qu'elle avait installer un fauteuil et une bouilloire avec du thé dans un coin, elle devait adorer ce qu'elle faisait. Je décidai de rabattre mes cartes sur un sujet d'entente commun : les livres. Il fallait qu'elle arrête de se méfier de moi. J'abandonne quasiment immédiatement l'idée d'accéder aux archives aujourd'hui, c'est peine perdue. Il va d'abord falloir que j'amadoue la bibliothécaire et que je lui fasse baisser sa garde.

J'élaborais rapidement une stratégie dans ma tête. Puis je sortis mon plus beau sourire. L'« Opération bibliothécaire » était en marche.

« Je ne sais pas exactement, il nous a juste dit de traiter d'un événement marquant de la ville, qu'il date d'une semaine ou d'un an importe peu. Est-ce que vous auriez quelque chose à me conseiller ? »

J'enchaînais ensuite directement sur un autre sujet.

« Ah ! Et puis j'ai besoin d'un autre livre ! J'ai très envie de lire North and South de Elizabeth Gaskell, vous l'avez en rayon ? Vous l'avez déjà lu? »

Mon ton sonnait un peu faux à mes yeux, mais il serait sans doute suffisamment convaincant pour elle. J'avais décidé d'enchaîner sur un terrain commun : la lecture. Je devais lui faire oublier que j'étais peut-être une menace à ses yeux. Je devais lui faire avoir une confiance aveugle en moi. Sans doute de façon un peu sadique, j'espérais qu'elle me résisterait quelque peu, ce serait nettement plus drôle et puis ça occuperait mes week-ends, étant donné que Regina n'avait pas besoin de moi sauf en cas d'urgence. Il fallait que je fasse de cette gentille petite bibliothécaire une « alliée ». Elle était l'obstacle à ma source d'informations principale. Comme Internet n'avait rien donné sur cette ville, il me fallait me rendre à l'évidence : j'allais devoir user de la bonne vieille technique du livre papier. C'était rigolo, j'avais l'impression d'être l'une de ses détectives dans les vieux films à chercher des indices à la loupe. Cependant, je me doutais que ça n'allait pas m'amuser longtemps, très vite j'allais m'énerver si elle ne me donnait pas ce que je voulais. Je savais être sympa, mais il ne fallait pas abuser.

Je parcourais rapidement les étagères des yeux. Un nouveau sujet de conversation, que je trouvais des plus bateaux pour des amoureux de la lecture, me vint à l'esprit.

« Et sinon, vous aimez Harry Potter ? »

J'espérais qu'on serait d'accord pour dire que ce livre était le meilleur livre de magie au monde ! Magie ? Oh bordel ! J'espérais que je n'avais pas fait une boulette. Si ça se trouve, elle ne ferait pas le lien. De toute manière, d'après ce qu'on m'avait dit, ce n'était pas ce type de magie qu'on pratiquait ici.

made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 265
Cœurs enchantés : 5090
Humeur : Perdue


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: La curiosité est une grande qualité. [Belle French]   Dim 7 Fév - 12:07




La curiosité est une qualité.

Belle avait quand même Louise à l’oeil. Elle ne pouvait pas s’empêcher de se méfier d’elle. C’est un peu comme si elle avait un sixième sens qui pouvait l’aider à cerner les personnes qu’elle ne connaissait pas. Et pour Louise, son sixième sens faisait le bruit d’une alarme à faire évacuer une ville. Après tout, cette jeune femme venait de l’extérieur de la ville. Il serait quand même judicieux de trouver un moyen pour filtrer les gens ou faire en sorte que ce soit les habitants qui décident qui entre et qui sort. Car le jour où le monde saura que la magie existe dans cette ville, ce sera rapidement le bordel. Ils vont tous finir en rat de laboratoire et il en est hors de question. Belle irait quand même toucher un mot à Régina même si c’est la dernière personne qu’elle a envie de voir. Mais il est temps pour notre petite Belle de passer à autre chose. Cette histoire est derrière elle à présent. Et puis, elle trouvait quand même Louise un peu étrange. Quel était l’intérêt de se balader en ville avec des cheveux de toutes les couleurs ? Décidément, ce monde était vraiment étrange et Belle avait encore beaucoup de choses à apprendre.

Belle se méfiait donc d’elle. Elle ne la connaissait pas et on dit toujours qu’il faut d’abord apprendre à connaître une personne avant de la juger. Certes, ce n’est pas totalement faux, mais quand cette personne vient directement vous demander d’accéder aux archives de la bibliothèque, on n’a pas forcément envie de chercher plus loin. Et puis y accéder pour quelle raison ? Qu’est ce qui pouvait donc fasciner Louise à ce point-là ? Il était évident qu’elle voulait nuire à la ville. Rapporter ça à quelqu’un pour faire éclater la vérité au grand jour. Mais non, jamais de la vie. Belle ne laisserait jamais une chose pareille arriver. Ce qui l’inquiétait le plus, c’était que Louise n’était pas la première personne qui voulait accéder à ses fameuses archives. Charlie avait la même idée derrière la tête mais sans doute, pour des raisons complètement différentes. Il fallait que Belle en parle aussi à Rumpel. Maintenant que la magie était revenue, il pourrait peut-être jeter un sort sur les archives ? Il fallait donc qu’elle lui en parle rapidement. Il allait donc falloir qu’elle essaie de la questionner de façon à ce que Louise se livre d’elle-même. Il allait falloir que Belle fasse comme si de rien n’était et baisse sa méfiance. Car sinon, elle allait la faire se braquer et elle ne pourrait rien obtenir d’elle. Car maintenant que tout aller bien dans la ville, il était hors de question que Belle laisse une personne de l’extérieur venir tout gâcher. Il faudrait donc non seulement jeter un sors sur les archives, mais peut-être aussi les déplacer ou les rendre invisible. Ah oui, c’était aussi une bonne idée. Mais pour le moment, il fallait qu’elle se concentre uniquement sur Louise.

Belle tenta donc de se détendre afin de faire croire à Louise qu’elle avait baissé sa garde. Mais elle se méfier quand même. Elle lui rendit donc son sourire qui était le plus joli et le plus sincère possible. A force de voir Charlie qu’elle détestait plus que tout, elle était devenue très douée à ce petit jeu.

-Un évènement marquant de la ville qui soit récent. Huummmmm laissez-moi réfléchir. Ce n’est pas facile je trouve. Il est rare qu’il se passe quoi que ce soit dans une petite ville qui est aussi tranquille que la nôtre.

Belle n’eut même pas le temps de commencer à réfléchir à la question, que Louise passai directement à un autre sujet. Décidemment, il fallait la suivre et il fallait aussi que cette dernière arrête de boire du café ou toutes autres boissons énergisantes.

-Oui bien sûr, j’ai toute la collection de ses livres. J’aime beaucoup Elizabeth Gaskell. Vous les avez tous lu ou c’est la première fois ? Venez, je vais vous montrer où ils se trouvent.

Belle l’emmena avec elle à travers la bibliothèque et s’arrêta face à une étagère. Elle sortit le livre et le tendit à Louise tout en souriant. Il était clair que Belle se méfiait d’elle comme de la peste. Elle allait l’avoir à l’œil. Tout en lui parlant. Il fallait qu’elle pense à un évènement marquant qui a eu lieu dans la ville. Quelque chose qu’elle pourrait se mettre sous la dent et qui pourrait l’occuper un bon moment. Mais quoi ? Qu’est- ce qu’elle pourrait lui dire ? Elle ne pouvait pas réellement parler de certaines choses qui s’étaient passé ici. Car il s’agissait de magie. Le souci était que sans magie, c’était une ville comme les autres ou les habitants vivaient leur petite vie tranquille sans que personne ne vienne interrompre leur petit traintrain quotidien. Une fois que Louise serait partie, Belle se dépêcherait d’aller voir Régina car là, ça commençait vraiment à devenir urgent. Heureusement, les apparences sont parfois trompeuse et Belle peut être gentille en apparence, mais quand elle doit défendre quelque chose ou quand elle pense qu’une personne à de mauvaises intentions, il vaut mieux se méfier d’elle. Et puis Louise n’était pas très discrète car Belle trouva le changement de sujet assez soudain. Elle cherchait donc à l’amadouer autrement et ça, il n’y avait pas besoin d’avoir fait l’université pour le comprendre.

Et voilà que maintenant elle lui parlait d’Harry Potter ? Non mais sérieusement ? Ça allait être quoi après ? Belle croisa les bras tout en regardant Louise. Elle essayait de rester le plus naturel possible. Mais Ce n’était pas chose facile.

-Oui, j’ai bien aimé. Ça doit être génial de vivre dans un monde où il y a de la magie non ? Mais ce que j’ai trouvé super, c’est que ce monde est réservé exclusivement aux personnes qui ont des pouvoirs. Il est interdit au moldu.

Bon, elle y était allée peut-être un peu fort. Mais au moins, Louise avait peut-être comprit le message subliminal. Car oui, Belle avait adoré ce livre ça s’était vrai. La magie n’était pas pareil ici mais elle était relativement puissante. Et Belle voulait savoir comment Louise avait atterrit ici. Qui lui avait parlé de l’existence de cette ville ? Mais surtout pourquoi ?


Belle French et Louise Lemire

CODE BY AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 100
Cœurs enchantés : 1180


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: La curiosité est une grande qualité. [Belle French]   Dim 22 Mai - 17:14

La curiosité est une grande qualité.

tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man, boy. but for now it’s time to run.

L'hyperactive, il faut que tu te calmes, tu vas plus la faire flipper qu'autre chose. J'étais le genre de personne qui n'aime pas attendre pour obtenir ce qu'elle veut. Surtout, je ne pensais pas qu'elle me ferait un tel foin pour accéder aux archives. Dans les grandes villes, on demande simplement à ce que vous remplissiez un formulaire, que vous laissiez votre carte d'identité et un monde d'archives s'offre à vous. Dans le pire des cas, on vous demande le document précis que vous souhaitez et quelqu'un va vous le cherchez pour que vous puissiez le consulter sur place. Mais jamais, ô grand jamais, on ne vous fait un tel fromage. C'était sans aucun doute la preuve de plus que quelque chose de bizarre se tramait dans cette ville. Je voulais que cette fille ait confiance en moi, mais ça semblait bien mal parti.

« Oh ! Ne vous en faites pas ! Même un article sur un concours de tarte à la rhubarbe fera l'affaire ! Ça a beau être une petite ville, il doit bien y avoir quelques événements locaux incontournables non ? »

J'avais directement enchaîné sur autre chose. Je sentais que, de toute manière, ce sujet était encore trop épineux et que la conversation resterait stérile. Techniquement, sauf si elle s'est retrouvée là par un malheureux hasard, être libraire signifie qu'on aime lire et tout ce qui se relie autour. J'avais pris un sujet facile que j'avais étudié pendant tout un semestre. North and South n'avait aucun secret pour moi et je connaissais grosso modo certaines œuvres d'Elizabeth Gaskell. La bibliothécaire m'emmena à travers les rayonnages pour me montrer ce qu'ils avaient sur cette auteur. J'en profitais pour scruter un peu partout, histoire de voir s'il n'y avait rien d'intéressant, aucun livre ou aucune porte un peu étrange. Je concentrais à nouveau mon attention sur mon interlocutrice, histoire que sa méfiance à mon égard ne s'agrandisse pas un peu plus. Je lui souris de toutes mes dents, elle allait trouver sûrement ça exagérer mais je souriais souvent comme ça.

« J'ai dû étudier cet ouvrage en cours de littérature et j'avais beaucoup aimé, même si elle oublie une partie de la population ouvrière lors des première manifestations dans son roman, il décrit assez bien les conditions de travail des ouvriers, vous ne trouvez pas ? J'aurais aimé le relire et peut-être découvrir quelques choses d'autres, comme... Mary Barton ! Vous l'avez non ? »

J'étais difficile à suivre quand je savais que j'aurais des difficultés à obtenir ce que je veux. Elle n'allait pas me le donner, alors j'allais tout faire pour tenter de la cerner afin de revenir plus tard avec un nouveau plan d'attaque. Seulement là, avec tout mes revirements de situations et changement de conversations, j'allais surtout faire en sorte qu'elle se braque un peu plus, et se méfie de moi comme de la peste. Ca allait être une horreur pour rattraper toutes les erreurs que je venais de commettre. Néanmoins, j'étais d'un naturel plutôt optimiste et je savais que je finirais par obtenir ce que je veux, quitte à casser une vitre et à entrer par effraction. J'étais secrétaire du maire, elle ferait sûrement jouer en ma faveur que j'étais complètement tarée et qu'il n'y avait qu'à regarder mes cheveux pour le comprendre. J'enroulais une mèche de mes cheveux autour de mon doigt. Pas sûr qu'Harry Potter ait été une bonne idée, quoique... Un nouveau sourire, plus manipulateur, passa pendant une fraction de secondes sur mon visage. Elle avait croisé les bras, attitude que les psys décrivent généralement comme de la défensive.

« Je ne sais pas si « génial » serait le terme que j'aurais employé. Dans les disney et ce genre de film, on nous fait passer la magie comme quelque chose d'idyllique. Mais est-ce que ça l'ait vraiment ? Avoir autant de pouvoir n'est jamais bon. Lord Voldemort, par exemple, est tellement assoiffé de pouvoir qu'il en oublie tout le reste. Il n'y a plus rien de bon en lui. Il a perdu le peu d'humanité qu'il lui restait, le jour où il a compris qu'il était un sorcier et qu'il avait d'immense pouvoir. Avoir de la magie, oui, mais le surplus n'est jamais une bénédiction. (Je ris à sa remarque) Interdit aux moldus ? Pourtant, certains moldus y sont précipités alors qu'ils n'ont rien demandés. Les Dursley ne demandent pas mieux que de vivre une vie tranquille et pourtant Dumbledore se pointe avec Harry et les « oblige » à subir toutes les conséquences que la magie aura sur Harry, dont le fait que des Détraqueurs se pointent à Privet Drive et attaquent Harry et Dudley. »

Je n'aurais pas dû me lancer toute seule sur ce sujet. J'aimais tellement ses livres que j'allais vraiment finir par débattre dessus sans arrière-pensée.

« En fait, je trouve presque que le monde de la magie est cruel. Les cracmols se font éjecter de la société sous prétexte qu'ils n'ont pas de pouvoirs et certains se trouvent propulsés à l'intérieur alors qu'ils n'ont rien demandés. Oh ! Et puis, il y a ses contes de fées. Dans ce monde, les méchants n'ont pas droit à leur fin heureuse et je ne parle même pas des personnages qui subissent les dommages collatéraux, ceux qui croient que les méchants peuvent devenir gentils, qui sacrifient tout pour les aider et qui finissent par apprendre à leur dépens qu'un méchant n'est rien d'autre qu'un méchant. »


Exit la gentille licorne optimiste. J'avais besoin de savoir ce qu'elle avait dans le ventre et ce que cette petite bibliothécaire pense réellement.

made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 265
Cœurs enchantés : 5090
Humeur : Perdue


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: La curiosité est une grande qualité. [Belle French]   Dim 29 Mai - 11:06




La curiosité est une qualité.

Belle savait reconnaître des personnes louches quand elle les voyait. Et avec Louise, son instinct avait déclenché l’alarme incendie. Cette fille était vraiment très curieuse. Voir même beaucoup trop curieuse pour Belle. Pourquoi voulait-elle absolument consulter les archives de la ville ? Il allait vraiment falloir qu’elle en parle à Régina et vite. Bon, il est clair qu’elle ne portait pas l’ancienne méchante Reine dans son cœur et inversement sans doute. Mais pour le bien de la ville, les deux femmes pourraient sans nul doute faire un effort. Sauf si Belle pouvait faire en sorte que Louise passe à autre chose. Mais sur ce point-là, elle avait un doute. Il allait donc qu’elle essaie de savoir ce que la jeune femme désirait savoir sur sa petite ville. On dit que la curiosité est un vilain défaut et dans le cas de Louise, s’était exact.

«Vraiment ? Un événement aussi banal suffirait à vous contenter ? Eh bien pour tout vous dire, notre ville est vraiment très calme. Madame le Maire organise des événements uniquement quand elle en a envie. Je vous conseille donc d’aller voir directement avec elle. »


La jeune secrétaire changea presque immédiatement de sujet. Belle trouva ça étrange. Pourquoi sautait-elle du coq à l’âne comme ça d’un seul coup ? Elle trouvait qu’il serait tout de même plus prudent de rester sur ses gardes. Car si ça se trouvait, Louise essayait de détourner son attention pour une raison précise. Elle décida donc de l’emmener dans les rayons de son établissement afin de lui montrer ce qu’elle lui demandait. Pour le coup, la jeune femme aurait bien voulu avoir les yeux derrière la tête afin de voir ce que regardait Louise. Elle se doutait que cette dernière devait passer l’intérieur du bâtiment au scanner afin de trouver une porte cachée ou tout autre chose qui pourrait l’aider à trouver l’emplacement de cette fameuse salle des archives. Tout en marchant, Belle se disait qu’elle pourrait demander à Régina de mettre des faux documents. Le genre de document super ennuyeux avec des informations basiques super ennuyeuses.


« Je trouve qu’ils vous font vraiment étudier de très bons romans à l’école. En ce qui me concerne, à part des pièces de théâtres et des langues mortes, mon précepteur ne me faisait pas lire grand-chose d’intéressant. Vous avez de la chance, j’ai tout ce que vous voulez dont Mary Barton. Je trouve qu’il est très important d’avoir un large choix de livres pour contenter tout le monde. »

Belle avait un peu de mal à suivre. Louise ne cessait de changer de sujet. Il fallait vraiment qu’elle trouve une idée pour l’éloigner de la bibliothèque. Mais comment ? Qu’est- ce qu’elle pourrait dire ou faire pour que ça marche ? Là, tout de suite, elle n’avait pas d’idée. Il faut dire qu’il fallait qu’elle fasse attention à réussir à suivre tous les changements de sujet que faisait Louise. Et ce n’était pas une mince affaire. Elle était vraiment déterminée et agaçante au plus haut point. La détermination peut-être une qualité mais pas dans le cas de Louise. Cela dit, c’est dommage, elles auraient vraiment pu bien s’entendre. Elles aimaient lire toutes les deux et elles avaient un peu les mêmes goûts. Elles auraient pu passer des heures et des heures à parler littérature devant une bonne tasse de thé et des gâteaux. Mais ça, ce serait surtout dans une vie idéale. Ce qui n’était malheureusement pas le cas. Elle n’aimait pas trop les sourires que lui lançait Louise. Belle sentait bien que ces derniers étaient très loin d’être sincère. Qu’est- ce qu’elle avait en tête ? Ah si seulement elle pouvait lire dans les pensées.


« Eh bien d’après ce que j’ai lu, la magie peut avoir de graves conséquences. Ca je suis d’accord. Ensuite, les moldus purent ne sont pas envoyé à Poudlard. Harry et Hermione ont tous les deux un des parents qui sont moldus et l’autre sorcier. En même temps, ce n’est pas de la faut d’Harry si ses parents se sont fait tuer par Voldemort. Mais c’est vrai, ils n’ont rien demandé. Mais après, s’ils n’avaient pas été aussi méchants avec lui, les choses ce seraient s’en doute passée différemment. Concernant Voldemort, je trouve que son sort est plutôt triste quand on y pense. La magie la complètement isolé. Je ne comprends pas comment il a pu en arriver à un telle degrés de méchanceté » En fait, elle ne pouvait pas s’empêcher de penser à Rumple en pensant à Voldemort. Si ça se trouve, il finirait comme lui. Seul et uniquement avec sa magie. Mais Belle ferait tout pour que ça n’arrive pas. Elle était persuadée qu’elle pourrait y arriver. Mais ça, c’était un tout autre sujet et elle allait avoir tout le temps de s’en soucier.

Belle aimait bien ses livres et elle constata que Louise aussi. Elles avaient au moins un point en commun sur lequel elle pourrait probablement s’entendre.

« Oh oui, je suis entièrement d’accord. C’est vrai que le monde de la magie est vraiment cruel. Il met beaucoup de personnes à l’écart. Surtout celles qui n’ont pas de pouvoirs magiques. Ces personnes-là sont vraiment mises de côté. Un peu comme si elles ne pouvaient pas comprendre celles qui ont des pouvoirs. C’est assez dévalorisant. Malheureusement, un méchant restera toujours un méchant. C’est un peu comme si on essaie d’adopter un lion. Pendant un temps ça va marcher mais il faut se dire que c’est un animal sauvage et qu’il le restera toujours. » Des personnes qui sont des dommages collatéraux ? Belle ne connaissait ça vraiment que trop bien… Car c’est précisément ce qu’elle avait été pour Rumple et Régina.

Elle faisait exprès de rester un peu vague sur le sujet. Elle tenait un discours contraire à ce qu’elle pensait réellement pour ne pas éveiller les soupçons.



Belle French et Louise Lemire

CODE BY AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 100
Cœurs enchantés : 1180


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: La curiosité est une grande qualité. [Belle French]   Dim 26 Juin - 16:23

La curiosité est une grande qualité.

tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man, boy. but for now it’s time to run.

On m'avait décrite la bibliothécaire, Belle il me semble, comme une personne d'une grande gentillesse, généreuse et à l'écoute de chacun. Alors pourquoi, bordel, fallait-il que ma tronche ne lui revienne pas et qu'elle soit si sur sa défensive ?! Je pétais un plomb et dans ma tête, douze milles plans différents se battaient en duel, celui de partir et de revenir plus tard commençait doucement à arriver à s'immiscer dans mon esprit. Je ne voulais pas abandonner la partie, mais en même temps je sentais que je n'arriverais à rien tant qu'elle ne me ferait pas plus confiance. En même temps, est-ce qu'un jour j'arriverais à avoir sa confiance ? Rien n'était moins sûr.

J'avais envie de me taper la tête contre l'un des murs à sa réponse. Aller voir Regina pour obtenir des infos, c'était comme aller dans la cage aux lions pour récupérer un steak. Autant dire qu'il valait mieux ne s'approchait ni de l'un ni de l'autre. Je souriais simplement à sa réponse. Cette fille était naïve, mais peut-être pas autant que ce qu'on m'avait laissée entendre. Je décidai de ne pas répondre à sa remarque, elle prendrait peut-être mon silence pour un assentiment. En plus, ça me laisserait un peu de temps pour réfléchir à un plan d'action. J'étais tellement désespérée d'obtenir la moindre information que j'aurais été prête à la ligoter avec mes cheveux et lui faire passer un interrogatoire serré pour obtenir ce que je voulais. Malheureusement, j'étais loin d'être Raiponce, et mes cheveux colorés ne me servait à rien si ce n'est à montrer à tous une partie de ma personnalité.

Elle me conduisit jusqu'au rayon des livres d'Elizabeth Gaskell et j'en profitais pour apercevoir une porte dans la bibliothèque, comme une espèce de monte-charge. Est-ce que les archives se trouvaient en dessous ? Ce serait tellement bien ! Mais vu la gueule de la porte, elle aurait le temps de me rattraper, d'appeler la police et d'appeler Regina, bien avant que je puisse appuyer sur un bouton et que ce truc se mette en marche. Je lui suivis donc paisiblement et pris les deux livres que je souhaitais lire. J'abandonnais complètement l'idée d'aller dans les archives, du moins pour aujourd'hui, quitte à entrer par effraction j'y arriverais. J'engageais donc une conversation, presque, sans arrière-pensée. Elle était douée, elle me pompait toute mon énergie.

« Votre précepteur ? Genre vous aviez un précepteur ? Je croyais que ça n'existais plus depuis au moins deux siècles ? »

C'était fort intéressant. Je me demandais ce qu'elle allait trouver à me répondre. Un petit sourire en coin naquit sur mon visage. Alors ma chère Belle, est-ce que tu t'es mise dans la panade toute seule ? Et surtout comment est-ce que tu vas t'en sortir. Malheureusement pour elle, si elle ne me donnait pas de réponse satisfaisante, j'allais insister encore et toujours jusqu'à connaître la véritable raison. Un sourire plus sincère vint remplacer le précédent.

« Oui c'est vrai que c'est très important. J'imagine qu'étant la seule bibliothèque à des kilomètres à la ronde, beaucoup de personnes viennent vous voir pour des demandes diverses et variées. Ca ne doit pas toujours être facile de combler tout le monde. »

Et maintenant, sujet de la magie. Juste pour savoir si cette ville avait vraiment quelque chose de louche à cacher et surtout pour savoir si elle pouvait flancher si je la cuisinais assez.

« Donc, vous pensez que la magie existe ? Les moldus pures non, mais ils sont souvent les dommages collatéraux d'un monde qui ne leur est pas destiné. Pour Harry, il me semble même que ses deux parents sont sorciers, ils ont juste été lâchement tués par Voldemort qui cherchait à assouvir sa soif de pouvoir. D'après mes souvenirs, Voldemort est tel qui est depuis un très long moment. Il ne s'est pas passé un événement spécifique qui lui a fait changer de camp, il se pensait juste supérieur et voulait que les autres le voient également. Ce n'est pas du tout comme Queudver, lui a fait le choix de la magie noire par pure lâcheté. Il s'est purement et simplement soumis à plus fort que lui. Je déteste ce genre de comportement. Si on ne se bat pas pour une cause juste, ou même que l'on croit juste alors il n'y a aucune raison de se mettre dans l'un des deux camps. Le sort de Voldemort est triste, mais je ne pense pas qu'il aurait voulu vivre autrement. Il croyait en cette cause, il croyait en ce pourquoi il se battait, même si ce n'était pas le bien et il n'a jamais fait preuve de lâcheté face à son sort. La vie l'a sans doute rendu ainsi et puis son caractère. Il a toujours voulu être supérieur, le seul moyen qu'il a trouvé a été la magie. C'est idiot mais c'est comme ça. Quand on vous rabaisse toute votre vie, à un moment vous n'avez pas d'autres choix que de vous battre et sans famille ou quelqu'un pour vous guider sur le bon chemin, on emprunte très vite le mauvais. »

Je ne m'étais même pas rendu compte que j'avais autant parler. Le sujet des livres était quelque chose qui me passionnait réellement. J''aimais comprendre le comportement des personnages, pourquoi ils réalisaient telle action à tel moment et pas un autre, pourquoi il aimait le Nutella plutôt que le beurre de cacahuètes (et là il était évident qu'il faisait une allergie aux cacahuètes, sinon comment pouvait-on sérieusement ne pas aimer ça ?).

« Au final, je me demande qui sont les plus malheureux : les méchants ou les personnages sans magie qui sont volontairement mis de côté ? Et vous pensez que c'est vrai, qu'elles ne peuvent pas comprendre celles qui ont des pouvoirs ? C'est drôle, comme vous en parlez, on a l'impression que vous avez vécu ça,
dis-je en rigolant. »

Je me forçais un peu à rire, même si j'étais passée maîtresse dans cet art. Je me demandais si quelque chose allait la trahir ou si elle ne savait réellement rien. Le moindre indice pourrait m'être utile pour avancer dans ce que je cherchais, car là c'était le noir le plus total.

made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 265
Cœurs enchantés : 5090
Humeur : Perdue


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: La curiosité est une grande qualité. [Belle French]   Lun 27 Juin - 13:52




La curiosité est une qualité.

La plupart du temps, on dit que les personnes qui sont trop gentilles sont trop bonnes, trop connes, mais ce n’était pas le cas de Belle. Pourtant, tous les livres qui comptaient son histoire disaient le contraire. Elle avait peut-être été comme ça à une période de sa vie. Mais la vie avait finir par lui donner un certain nombre de gifles qui n’avaient fait que renforcer sa méfiance fasse à certaine personne. La plupart du temps, son instinct ne la trompait pas. Et avec Louise, son destin était rouge foncé et tournait telle une alarme déclenché par un incendie. Plus la conversation entre les deux jeunes femmes avançaient, plus elle se disait qu’il fallait vraiment qu’elle se méfie.

Belle savait très bien que Louise n’était pas suffisamment cinglée pour aller parler directement à Régina. Au moins, elle aurait essayé. Il fallait vraiment qu’elle trouve un moyen de se débarrasser de cette salle fouineuse. Mais Louise était encrée à son idée de consultation des archives comme une moule à un rocher. Et il allait très vraiment très difficile de faire en sorte qu’elle veuille bien se décoller. Bon sang, Belle ne cessait de repenser encore et encore à la même chose. Il fallait vraiment qu’elle aille voir Régina et que cette dernière fasse quelque chose pour que personne de l’extérieur ne puisse consulter ses archives. Heureusement, Belle était là pour veiller sur sa bibliothèque. Elle devrait peut-être demander à Robin qu’il vienne poser une alarme qu’elle pourrait enclencher le soir afin de dissuader les voleurs de vouloir entrer dans son établissement par effraction. Elle savait que ça existait. Même si la jeune femme s’était relativement bien adaptée à ce nouveau monde, pour les technologies, elle avait encore du progrès à faire.

La jolie brune conduisit sa petite fouine vers le rayon où cette dernière serait susceptible de trouver son bonheur. Les deux jeunes femmes passèrent devant une porte. Belle, qui marchait en tête, savait que Louise penserait que cette porte la mènerait tout droit aux archives. Mais grosse erreur ! Ces dernières ne se trouvaient pas du tout à cet endroit. Cette porte était condamnée depuis très longtemps. Le sous-sol était beaucoup trop dangereux pour que l’on y entrepose quoi que ce soit. Et puis enfermé des livres ou de archives dans un endroit humide. Ce n’est clairement pas une bonne idée quand on y réfléchit bien. Mais ça, seule une personne qui aime réellement les livres est censée le savoir. Car oui, Belle était vraiment amoureuse de ses livres.

« Oh ne m’en parlez pas… Mon père a du sang de Baron dans les veines. Il est très ancré sur les vieilles traditions qui existaient avant. Notre famille possède toujours le Manoir familiale où toute une génération de Barons et de Baronnes ont vu le jour. Donc je me suis fait élever de cette manière. »

Il ne fallait surtout pas que Belle se vende. Heureusement pour elle, et malheureusement pour Louise, la jeune femme avait une imagination plus que débordante à force d’avoir sa tête dans les livres toute la journée. Il était donc très facile pour elle d’inventer des histoires. Elle n’aimait pas mentir. Elle savait que ce n’était vraiment pas bien. Mais là, c’était pour sauver la ville et se sauver elle-même par la même occasion. Il fallait donc qu’elle fasse très attention car elle marchait sur des œufs et elle le savait.

«En effet, ce n’est pas évident de faire en sorte que tout le monde trouve son bonheur. Mais j’essaie vraiment de faire au mieux. Je pense qu’il faudrait que je prenne des cours d’informatique. Ca me facilitera grandement la tâche. Car mon père voulait nous élever à l’ancienne et vivre de la même manière. Je vous laisse donc imaginer. Pas de télé, pas d’électricité. Remarquez, c’est très certainement grâce à lui que je vous un tel culte à la lecture. C’est donc un mal pour un bien finalement. »

Les deux jeunes femmes partirent sur le sujet des livres de ce cher Harry Potter. Il fallait que Belle reste sur ses gardes et qu’elle fasse en sorte de ne surtout pas la baisser.

«Pour moi, la magie existe uniquement dans les livres. Je n’ai jamais lu de témoignages de personnes qui auraient pu assister à de la magie réellement. Donc pour moi, elle existe tout simplement dans la tête des gens. Après, il existe des magiciens qui sont suffisamment doué pour faire croire qu’ils peuvent faire disparaitre une personne. Mais rien n’est vrai au final. Pour en revenir aux livres, oui, les moldus sont non seulement des dommages collatéraux, mais en plus, ils sont détestés par les vrais sorciers. Ils se croient vraiment supérieur à tout le monde ceux-là. Je me souviens à quel point Drago c’est montré méchant avec Hermione. J’ai la très nette impression que Voldemort ne voyait rien d’autre que la puissance. Il a été aveuglé par ça et il a tout fait pour que ses adeptes le suivent en s’en fichant complètement des conséquences que ça pourrait avoir. Lucius l’a vraiment suivi en aveugle. Il est parti en prison en laissant sa femme et son fils derrière lui. Comme quoi, le pouvoir et l’envie d’être encore plus puissant rend vraiment les gens aveugles. Je suis entièrement d’accord, Queudver c’est vraiment montré lâche sur ce coup-là. Pour Voldemort je suis d’accord. Il a été une victime finalement. Même s’il a fait des choses horribles, il avait tout simplement envie d’exister. Il devait se sentir bien seul pour en arriver à un tel degré de méchanceté et de cruauté. A part causer sa perte, ça ne lui aura rien apporté d’autres. Le pire dans tout ça, c’est que je suis certaine qu’il ne regrette pas du tout ce qu’il a fait et qu’il serait capable de tout recommencer s’il le fallait. »

Finalement, Belle aimait bien parler avec Louise. Elles pourraient très bien s’entendre si cette dernière ne montrait pas une telle obsession pour les archives. Louise parlait vraiment comme une passionnée. Elle aimait les livres presque autant que Belle. Pourquoi fallait-elle que cette dernière soit si obsédée par la magie de la ville ? Si ça se trouvait, elle n’avait pas encore rencontré Vael qui était au courant de qui Belle était réellement. Si ça se trouvait, il n’avait rien dit.

« Oh si ça se trouve, j’ai peut-être vécu ça dans une vie antérieur. Qui sait. Je pense que les personnes sans magie peuvent être heureuses et malheureuse. Tout dépend de quel point de vue on se place. La magie peut détruire des relations car j’ai l’impression que c’est un concours sur qui sera le plus fort. Et puis, je trouve que, si elle existait, ce ne serait pas quelque chose de naturelle. Pour moi, les personnes qui utilisent la magie sont ceux qui ont la flemme de faire les choses par eux-mêmes.»

La petite fouine commençait très franchement à devenir plus qu’ennuyeuse. Belle avait vraiment hâte qu’elle s’en aille et qu’elle puisse passer à autre chose. Elle devait se dépêcher de parler à Régina et de mettre en place cette fichue alarme. Elle n’avait pas envie d’utiliser la magie. C’était quelque chose de dangereux.



Belle French et Louise Lemire

CODE BY AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 100
Cœurs enchantés : 1180


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: La curiosité est une grande qualité. [Belle French]   Mar 29 Nov - 15:53

La curiosité est une grande qualité.

tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man, boy. but for now it’s time to run.

Ma décision était prise, j'allais me barrer de cet endroit. La bibliothécaire ne pourrait rien m'apporter de plus de toute façon. A l'heure actuelle, elle était aussi utile qu'un brin de tofu. Pourtant, j'étais un peu triste. Dans son comportement, on sentait une grande méfiance envers moi (normal Louise, tu t'attendais à quoi en essayant de fouiller les archives de la ville à la recherche d'un quelconque secret ?), pourtant je suis pratiquement certaine que dans d'autres circonstances et si je n'avais pas constituer une sorte de menace à ses yeux, nous aurions pu être ce qui se rapproche plutôt d'amies. J'étais sans doute tout autant qu'elle passionnée de lecture et nous aurions pu partager nos impressions sur nos lectures communes pendant des heures. Cependant, le destin a voulu que j'ai besoin de quelque chose ici et qu'elle me prenne en grippe. En même temps, je me demande si cela aurait changer grand chose si j'étais venue dans la bibliothèque comme une simple lectrice en quête de quelque chose de nouveau ? Après tout dans cette ville, les étrangers n'ont pas l'air d'être vu d'un très bon œil. Il n'y a qu'à observer la façon dont le rat de bibliothèque me regarde dès que je pose les yeux quelque part, on dirait qu'à tout moment je vais sortir un bidon d'essence de sous mon manteau, craquait une allumette et faire cramer cet endroit jusqu'à la dernière planche.

Ce qu'elle me disait m'intriguait. Fille de baron, ça existait encore comme titre ? Et les gens l'utilisaient sérieusement ? C'était complètement dingue. Cependant, je me retins de lui poser plus de questions, je savais que je me la mettrais un peu plus à dos en faisant ça et ce n'était pas du tout mon objectif. Je hochais donc la tête gentiment comme si c'était la chose la plus normale du monde, alors que pas du tout. Enfin, si j'étais tombée dans une ville de ducs et de lords, il ne fallait pas que je m'étonne que tout le monde me regarde de travers, moi qui venait d'une famille tout ce qu'il y a de plus normal.

Je hochais encore une fois à la tête à sa remarque sur Harry Potter, j'aurais encore pu débattre là-dessus pendant des heures, mais je savais que ça ne m'avancerait pas plus. Elle ne m'apprécierait pas pour autant et ce n'était pas ce qui allait me donner la clé des archives. Conclusion : zéro intérêt à l'ouvrir. Conclusion : tais-toi Louise. Je regardais encore un peu autour de moi, puis finis par jeter un coup d'oeil à mon téléphone, autant ne pas chercher une montre que je n'ai pas.

- J'adorerais, vraiment, continuer cette conversation. Je trouve ça vraiment super intéressant, mais il faut que j'aille travailler. Vous connaissez bien Regina, elle va me faire couper la tête si j'arrive en retard.

Et je partis en lui faisant un simple signe de la main sans me retourner. N'empêche : pas d'alarmes, ni de caméra de surveillance dans la bibliothèque, je retiens.
made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 265
Cœurs enchantés : 5090
Humeur : Perdue


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: La curiosité est une grande qualité. [Belle French]   Mer 30 Nov - 20:27




La curiosité est une qualité.

Plus les heures passaient, plus Belle se demandait ce qu’elle pourrait dire ou faire pour que Louise quitte sa bibliothèque. Mais il n’y avait rien à faire, la jeune femme était accrochée à son établissement comme un oursin était accroché à son rocher. Étrangement, elle aussi avait bien apprécié la conversation qu’elles avaient eue sur les livres. Mais même avec ça, Belle continuait de se méfier de Louise comme on pourrait se méfier d’une maladie orpheline. Elle arrivait très bien à sentir une personne mal attentionnée quand elle en voyait une. Et Louise puait la faux-cul à des kilomètres. Il faut dire qu’avec un mari comme le Ténébreux, Belle avait appris pas mal de choses sur les personnes qui agissaient par pur intéressement. Et c’était précisément ce que faisait Louise. Une fois cette dernière parie, il serait plus que probable que notre petit rat de bibliothèque aille demander de l’aide à Régina et à Robin. Elle ne pouvait pas laisser sa bibliothèque livrée à elle-même sans la moindre surveillance. Bien sûr, elle aurait pu aller voir son mari. Mais l’entente entre eux n’était pas vraiment au beau fixe ces derniers temps. Elle préférait faire les choses à sa manière. Louise avait raison de penser de cette manière, tous les habitants de la ville se méfiaient des étrangers comme de la peste. Car on ne sait jamais vraiment si ces derniers ont de bonnes ou de mauvaises intentions. Il faudrait vraiment trouver un système pour qu’ils ne puissent pas entrer dans la ville comme dans un moulin. Qui sait, ça pouvait être grave dépend qui entrait ici. Ça aussi, ce serait un point à débattre avec Madame le Maire.

La jeune femme commençait à en avoir marre des questions que Louise posait. Sans compter qu’elle avait vraiment horreur du mensonge, mais malheureusement, elle n’en avait pas vraiment le choix. Il ne fallait surtout pas que Louise apprenne la vérité. Sans quoi, la situation serait encore pire. Donc elle lui avait raconté les premières choses qui venaient de lui passer par la tête. Elle avait lu tellement de livres, que c’était facile pour elle de raconter n’importe quoi. Mais fallait-il encore se montrer convaincant dans ses propos. Louise ne lui posa pas d’avantage de questions ce qui soulagea Belle. A présent, il fallait qu’elle la sorte de la bibliothèque mais sous quelle prétexte ? C’était une excellente question.

La discussion qu’elles eurent sur Harry Potter fut de courte durée. Belle avait un peu de mal à être à fond dans le sujet de discussion. Elle aurait tellement voulu avoir le pouvoir de lire dans les pensées des personnes qui se trouvaient en face d’elle. Ce serait quand même très pratique pour pouvoir anticiper les mauvais coups. Après, il ne faudrait pas qu’elle en abuse non plus. Quoi que, ce serait peut-être un peu lourd à porter sur le long terme. Car elle entendrait des choses qu’elle ne voudrait pas forcément.

« Oh oui c’est vrai que le temps est passé très vite. Je suis désolée, quand je commence à parler livre j’ai dû mal à arrêter après. Oui pour la connaître, je la connais... A bientôt peut-être. »

Et voilà, la fouineuse s’en alla. Une fois sa journée terminée, Belle irait voir Régina à son bureau car s’était un cas d’urgence. Comme pour être certaine qu’elle ne reviendrait pas, la jeune femme alla fermer la porte de la bibliothèque à clef et elle alla se faire un thé.




Belle French et Louise Lemire

CODE BY AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La curiosité est une grande qualité. [Belle French]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La curiosité est une grande qualité. [Belle French]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Normandie Qualité Tourisme
» à MARSEILLE, est-elle vraiment "plus belle, la vie" ?...
» Grande Tétée 2010 - Lyon
» elle est belle la montagne
» Comment créer une image en mosaïque ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No Kindness Left :: Bienvenue à Storybrooke :: Quartier Lucrèce :: L'horloge et la bibliothèque-
Sauter vers: