AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Tumblr  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La rencontre entre un blond trop chaud et une blonde plus froide

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité




MessageSujet: La rencontre entre un blond trop chaud et une blonde plus froide   Lun 28 Déc - 3:17



Oh la belle blonde ...





Hypnos était encore venu se plaindre que Cerbère avait mangé l'âme d'un mort sans permission et j'écoutais sa requête mais je m'en fichais. Cerbère me regardait et je ne pouvais rien lui refuser . J'écoutais donc le Juge des Enfers, mon employé dire les charges avant de répondre que je m'en occupais de ce cas pas si grave que cela en réalité. C'était une mauvaise âme de toutes façons.

Je faisais donc mon boulot tranquillement avant de décider que j'allais faire un tour dans le monde des humains. Je commençais à me sentir fatigué des mêmes décors et un peu d'air frais de la surface me ferait le plus grand bien. Une peau parfaite comme la mienne se travaille après tout. J'avais mon pantalon de cuir qui moulait mon corps parfait et ma chemise de lain blanche. J'étais parfait, il me fallait donc des vêtements à la mesure de ma perfection. C'est pour cela que j'étais chez le meilleur tailler des Royaumes Enchantés et que je me faisais faire quelques pourpoints pour des soirées mondaines si l'envie me prends.

J'étais ensuite revenu dans mon Royaume merveilleux souterrain, infernale. Une petite caresse à Cerbère et je me mis à faire quelques détours aux Champs Elysées. Je sifflotais avant de terminer ma petite balade chez les Moires, elles avaient un message pour moi. Je les rejoignis sans me presser quand elles m'apprirent qu'un bateau se trouvait non loin d'une entrée des Enfers. Chouette. Je m'en fichais pas mal à vrai dire, il y avait si peu de chances que ces mortels la trouvent et au pire ce serait pas de chance pour eux. Mais en souverain responsable que j'étais, je me devais de m'informer de mes possibles invités non desirés. Ainsi, les Moires activèrent leur Oeil et je pus voir un équipage composé de personnages nullement intéressant avant d'apercevoir une maigre silhouette. Une fascinante et envoûtante silhouette. J'ordonnais aux vieilles peaux de me montrer celle qui se trouvait sur le pont, les yeux rivés vers l'horizon. Elsa d'Arendelle, femme du gros poisson qu'était Drago, concurrent au contrôle du monde de la surface. Une belle jeune femme qu'est cette nouvelle Reine, et seule surtout. Il serait malvenu de ma part de ne pas saluer sa Majesté et de laisser une femme seule. Je partais me préparer, un sourire carnassier presque sadique ornant mon beau visage.

J'avais pris une épée pour le côté théâtre avant d'annoncer mon départ. Un brouillard envahit alors le bateau, il faisait nuit et la lumière de la lune aujourd'hui pleine peinait à passer au travers de cette brume. J'apparus alors, mon épée à la main et le sourire aux lèvres. Je ne disais rien faisant quelques pas alors que certains barbares m'ordonnaient de ne pas bouger et de m'introduire. Je souriais encore en balançant mon arme vers eux :

Je ne suis qu'un simple voyageur égaré ...

Je me mis à rire avant d'apparaître derrière la reine des neiges. Je vins poser mes lèvres près de ses oreilles dont je pouvais sentir le froid émaner bien que je puis quand même arriver à lui murmurer ces mots :

Je suis crédible babe ?

Je me mis à rire de nouveau avant d'enflammer le contour de la proue d'un mouvement de poignet. Je ne faisais que rendre la scène plus ... magique et lumineuse. Bien que je ne le cache pas, cela servait aussi à impressionner voir effrayer les hommes entourant la belle blonde. Je n'aime pas qu'on s'approche des objets de mes désirs, je suis un petit capricieux. Alors que je la regardais dans le blanc de ses yeux bleus, je lui jetais un compliment accompagné d'un sourire :

Vous êtes magnifique. Trop bien pour des barbares dans leur genre ...

Jetant un regard méprisant aux hommes du Dragonnier. Ils ne méritaient pas d'accompagner une si jolie femme ou de même poser leurs yeux dessus. La souillant presque en plus du fait qu'elle ait du assouvir les désirs du chef de ces plébéiens. Je lançais quand même un regard jauger de bas en haut envers cette reine, un sourire désormais coquin aux lèvres. Elle n'étais pas grande donc je baissais la tête mais bien qu'elle n'ait pas des formes si avantageuses que cela, elle avait une beauté naturelle et un magnétisme qui m'enivrait complètement. Je mis alors un genoux à terre avant de prendre avec force la main de la belle dont je baisa le dos :

Enchanté votre Majesté Elsa d'Arendelle.

Me remettant sur mes deux jambes tout en laissant quelques flammes apparaître ici et là afin de ne pas être dérangé. Je jetais un oeil à l'astre lunaire à peine perceptible avant de laisser le temps à la glace qui recouvrait mes lèvres de fondre afin de reprendre la parole :

Y a t il quelque chose en laquelle je puisse vous être utile ?

J'avais éteint le feu et fais disparaître le brouillard, me laissant face à elle alors que ses hommes nous encerclaient. Mais que voulez vous j'aime la beauté des femmes et je suis un grand joueur capricieux ...



Revenir en haut Aller en bas
queen of ice-solation ❄
avatar


Messages : 443
Cœurs enchantés : 2237
Humeur : frigide.


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: La rencontre entre un blond trop chaud et une blonde plus froide   Dim 24 Jan - 7:40

Lorsque la mer s’était apaisée, j’étais remontée sur le pont. La veille, les vagues étaient tellement fortes qu’elles avaient secoué le navire dans tous les sens. Aujourd’hui, mon dos me faisait mal de m’être tant cramponnée à ce que je pouvais. Je n’avais pas le mal de mer, mais dès que les vagues se faisaient aussi fortes, j’avais tendance à paniquer. Non, le mot est trop fort. Disons, m’inquiéter. Je n’ai pas eu d’histoire tragique avec l’eau, je n’ai jamais failli me noyer, mais je n’oubliais pas que père et mère étaient morts en mer, eux. Comme quoi, celle-ci n’épargne personne, j’avais beau être reine, je pouvais connaître le même sort que mes parents. Mais jusqu’à présent, ma vie et celle des hommes à bord avait été épargnée par les vagues.
J’étais encore ensommeillée. N’ayant pas pu dormir au cours de la nuit, comme à peu près chaque membre de l’équipage, j’avais tenté de récupérer au matin, lorsque la météo nous devint favorable. Mes yeux n’avaient pas pris trop de temps avant de se fermer, mais le repos fut de courte durée.
Je désespérais de retrouver ma chère sœur. Notre voyage avait été bien plus long que prévu. Drago nous avait parfois rejoint, et je saluais l’intérêt qu’il portait à la disparition d’Anna. Bien que toujours pas des plus romantiques ou des plus courtois, il n’avait pas été cruel pour me refuser de partir à sa recherche. Mieux encore, il m’avait laissé quelques uns de ses hommes et un navire. Thalia était de la partie, elle aussi. Souvent à l’écart pour s’occuper de son enfant, je ne la voyais pas tant que cela, et bien peu régulières étaient nos conversations. Souvent, cela se limitait à quelques politesses. Depuis qu’Anna n’était plus là, je n’avais pas eu de véritable conversation, ou difficilement, avec d’autres personnes à vrai dire.

Toute la journée avait passé sans que la moindre terre ne fut en vue. Je crois que je commençais à baisser les bras. Anna n’était nulle part, et plus on s’éloignait d’Arendelle, plus je savais que je ne la trouverais pas. Elle n’aurait pas pu aller aussi loin, même en admettant qu’elle avait été enlevée par un énergumène. Si ? Et en même temps, la frustration. Et je ne voulais pas abandonner et rentrer bredouille au château.
Le jour s’était vite couché, il n’y avait plus que les étoiles pour apporter un peu de lueur sur le bateau. Le vent avait reprit, bien plus frais que sous un soleil de plomb. J’avais regardé de gros gaillards rentrer dans les cabines pour espérer profiter d’un peu plus de chaleur ou trouver le sommeil pour d’autres. Il n’y avait plus grand monde sur le pont, seulement une poignée des hommes de Drago. Le froid ne m’avait jamais dérangée, la solitude non plus. J’étais bien.

J’étais bien, jusqu’à ce qu’un imprévu n’arrive.
Des imprévus, on en avait eu, c’était pas le souci. Des erreurs de navigation, des cartes trop anciennes sur lesquelles ne nombreuses terres n’avaient pas été répertoriées, ou juste des cartes fausses. On avait eu des imprévus sur les rations de nourriture, des contretemps et tout ce qui peut vous ennuyer au cours d’un voyage. Mais des imprévus de ce genre, jamais.
Je me redressais d’un bond quand un nuage de brume s’installait sur le bateau. Mes yeux fatigués avaient d’abord cru voir le passage du vent, mais c’était un corps qui était apparu. Un homme de Drago auquel je n’aurais pas fait attention ? Non, un voyageur égaré. À vrai dire, avec le nombre de magiciens, de sorciers, d’enchanteurs, je n’étais même plus étonnée par ce genre d’arrivées trop théâtrales. Plus étonnée donc, mais inquiète toujours. On ne savait jamais ce qui pouvait nous tomber dessus. J’allais réagir quand le voyageur vint se positionner juste derrière moi, me faisant sursauter en prononçant quelques mots. « Qui êtes vous ? » je demandais, sans répondre à sa question. Crédible sur quoi ? Le fait d’être un simple voyageur ? Certainement pas. Mais je m’en moquais bien de ce qu’il était, je voulais juste savoir ce qu’il voulait.
Un éclat de rire et je voyais des flammes danser. Je n’étais pas à l’aise avec le feu, la chaleur, ce genre de choses. Vraiment pas. « J’en connais un autre genre, de barbare. Le genre qui met le feu sur un bateau qui porte femmes et enfants. Que voulez-vous ? » Je me risquais à ne pas juste baisser les yeux et attendre que les choses se fassent. Je pouvais dire les pires atrocités sur mon mari et ses fidèles, j’étais la seule en droit de le faire dans une situation pareille. Drago était un barbare, mais il m’avait montré son soutien pour Anna. Ça faisait presque de cet homme quelqu’un d’humain, si on oubliait son bras manquant.

L’homme me prit la main et me fit comprendre qu’il savait qui j’étais. Sans toutefois se présenter à son tour. « Qui êtes-vous ? » je répétais. Il se redressa et me demandait si j’avais besoin de lui de quelque façon que ce soit. Je n’avais pas à lui révéler ce pour quoi j’étais venue. Évidemment, j’aurais voulu qu’il me dise où se trouvait Anna, s’il en avait le pouvoir. Mais ce n’était pas le genre de sujet à aborder avec un inconnu. « Déjà, si vous pouviez arrêter avec le feu, je vous en serais reconnaissante… » les flammes cessèrent. « Il y a un but à votre présence ici ? » je demandais, soudain plus sereine. Autant en finir directement.

hrp; désolée du temps de réponse, maintenant je vais essayer de répondre vite de toute façon o/

_________________

je n'ai vu que des ombres. Des ombres géantes à perte de vue et une tempête de flocons noirs. Une neige noire qui recouvre progressivement mes mains, puis mes bras écartés. Des roses rouges semblent pousser tellement le sang gorge la poudreuse. ©️ caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La rencontre entre un blond trop chaud et une blonde plus froide
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il a trop chaud pour dormir
» Que faire quand il fait trop chaud ?
» Couches lavables trop grosses
» Trop chaud? Trop froid?
» C,est chaud !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No Kindness Left :: Broyer les vieux papiers :: Faire le tri sélectif :: Fiches de RPs-
Sauter vers: