AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Tumblr  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Seeking a special christmas gift for your lover ? [Régina]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité




MessageSujet: Seeking a special christmas gift for your lover ? [Régina]   Sam 19 Déc - 0:28

J'aurais tellement aimé n'avoir que faire de tout cela, juste tout lâcher avec un bon gros merde avant de reprendre ma vie d'antan, à faire ce que je voulais quand je le voulais, mais cela n'était pas possible. Pourquoi ? Tout simplement car je me retrouvais propulsé dans un monde où je n'avais plus le choix, plus cette liberté totale comme à l'époque, prisonnier des conventions sociales et surtout du triste schéma : métro, boulot, dodo ! Même si pour le coup le « métro » était bien entendu une métaphore, n'ayant pas à marcher plus de quelques minutes pour aller bosser. Mais là n'était pas la seule raison, non, car j'aurais pu vivre d'amour et d'eau fraîche, du moins essayer, regagner mon indépendance et m'imposer mais ça … ce n'était plus suffisant pour moi, je voulais plus, toujours plus. Je ne voulais pas redevenir une image figée et éternelle qui au final ne marquait personne et surtout n'avait rien, aucune envie particulière pour être comblé et se sentir grandit, non ! Je refusais de croire que j'étais un être fini, qui n'avait plus rien à réaliser, qui avait atteint son plein potentiel, c'était absurde, je valais tout de même bien plus que cela ! Or, tout ce que j'avais trouvé pour le moment afin de progresser, c'était de me rapprocher de l'humanité, de ces gens aux cœurs battants et plein d'espoirs inutiles et de désirs qui pourtant leur permettait de se développer sur de tous nouveaux plan qui m'étaient inconnus et je voulais ça, je le voulais après avoir vu Pitch se lancer sur cette voie et plus encore après l'avoir vécu, un court laps de temps, me perdant dans ces réminiscence qui malheureusement me paraissaient de plus en plus difficile à capter dans toute leur splendeur.

Alors c'est pour ça, pour ça que je bossais encore, qu'en ce jour et cette heure je me trouvais actuellement dans la boutique Aphrodite, lieu atypique de débauche et de luxure mais que j'aimais particulièrement car de cette façon je pouvais voir à quel point l'humanité et même toute créature vivante pouvaient être perverses ! Ici nul masque, on avait beau tenter de faire semblant, à partir du moment où l'on franchissait cette porte l'on était déjà à nu car rare étaient les situations dans laquelle l'entrée avait été orchestrée par le hasard. Non, ici tout le monde était à nu et ça me plaisait terriblement ! Un immense sourire ce dessinant au coin de mes lèvres alors que certains regards se détournaient en me voyant, moi, petit vendeur à l'allure d'adolescent que l'on préférait éviter du regard pour ne pas subir mon jugement mais surtout pour ne pas éprouver le moindre désir interdit face à ma silhouette effilée que je m'amusais à ne pas cacher par le biais de hauts transparents et de pantalons serrés qui ne pouvait qu'attirer le regard des plus faibles aussi bien devant que derrière. À cette pensée mon sourire s'étendit … combien avais-je réussit à piéger en faisant sauter le voile de la pensée innocente, les aguichant comme jamais avant de les rembarrer juste avant le premier contact, alors qu'ils étaient sur le bord de l'explosion en les traitant de pervers, les faisant se sentir coupable et sale alors que c'était moi qui avait lancé le jeu et qui était responsable de toux. Jeu sadique, oui, mais pas plus que je ne l'étais devenu avec les siècles.

Cependant aujourd'hui le monde n'était pas au rendez vous, les rayons étant vides, les collègues absent hormis dans le bureau et le temps qui narguait via cet horloge dont les aiguilles semblaient presque vouloir faire marche arrière. Quel dommage, moi qui voulait tester une nouvelle méthode pour attirer les regards, un débardeur coupe Ibiza, c'est à dire largement ouvert sur les côtés au point que de profil l'on me voyait torse nu et un jean court serré, le tout étant noir. Combien ce serait penchés pour admirer la vue ? Surtout en ces temps d'hiver où j'étais sans doute le seul fou à se dénuder et ceux sans risquer la moindre conséquence climatique. Mais du coup je ne le saurais sans doute jamais et cela me faisait rager. Ma tête s'écroula alors sur le comptoir, mes bras enfouissant cette dernière avant de pousser un fort grognement de désespoir mêlé d'un agacement certain de ne rien avoir pour se divertir … enfin rien … non, j'avais mille et une choses pour m'amuser, si vous voyez ce que je veux dire … mais je voulais que l'on me regarde, capter toute l'attention, pas m'offrir un quelconque plaisir solitaire !

C'est alors que la clochette de l'entrée tinta, me faisant lever la tête tel un suricate, voulant voir qui donc avait mis les pieds dans mon entre et surtout qui allait me sauver de ce moment devenu bien trop long. Un sourcil se leva en voyant la personne … sans doute la dernière personne que j'aurais pensé voir ici et pourtant … je ne rêvais pas, je ne rêvais jamais : Régina, l'atroce souveraine, monstre parmi les hommes qui aujourd'hui s'apparentait à la pire des guimauves. J'aurais pu m'amuser de sa présence, du fait de la voir à nu mais elle … non, elle avait encore son masque, comparé à la majorité des habitant elle faisait partit des rares à pouvoir débarquer n'importe où sans que cela ne puisse révéler quoi que ce soit de concret, comme cette Emma Swan, comme Rumplestiltskin. À tous les coups elle venait plus pour m'emmerder qu'autre chose, n'en voulant peut être pas à moi directement mais cherchant très certainement des noises à cette boutique qu'elle n'avait sûrement pas anticipé en créant son sort la vilaine petite sorcière. Bien, me redressant un peu, j'affichais ce sourire narquois de façade. Je n'étais plus affalé au comptoir mais accoudé à ce dernier, tenant ma tête d'un air malicieux alors que j'étais cambré d'une manière bien peu naturelle pour ne pas être volontairement aguicheuse.

« Voyons donc ce que le vent nous porte ! Mme le Maire ! En quoi puis-je vous aider ? En auriez vous assez de vos charmants petits pantins à la plastique parfaite et voudriez prendre un véritable compagnons ? Vous savez, le genre à trois vitesses ! Ou voulez vous plutôt prendre le dessus en toute situation ? Nous avons de très bon accessoires pour cela, notamment certains qui vont à la taille si vous voyez ce que je veux dire encore une fois. Votre étalon du moment pourrait particulièrement aimer cela, allez savoir ! »
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 1444
Cœurs enchantés : 9378
Humeur : Amoureuse <3


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Seeking a special christmas gift for your lover ? [Régina]   Dim 20 Déc - 1:30


Seeking a special christmas gift?
Jack & Regina





Comme elle s’en doutait, la journée serait chargée pour Regina. Voilà une semaine qu’elle avait viré son ancienne secrétaire qui, à la vérité, avait tout fait pour se faire licencier. En effet, depuis quelques mois, probablement depuis le retour de ses souvenirs, elle était devenue insupportable, cumulant les retards et les fautes professionnelles volontaires, créant des difficultés à madame le maire qui s’était alors vue contrainte de se séparer de cette employées devenue non seulement inutile, mais encombrante. L’ancienne secrétaire semblait satisfaite de son propre départ, et si son ancien employeur s’en était satisfaite au début, elle se rendit bien compte qu’elle était à présent dépassée par la charge de travail que représentait le fait de faire son job et aussi celui d’une secrétaire. Elle avait à présent à gérer sa ligne directe ainsi que la ligne de la mairie, devant prendre elle-même les rendez-vous que les gens appelaient pour demander, en plus de son travail habituel. Les journées se trouvaient donc être plutôt longues et fatigantes. Regina avait pris l’initiative de passer une annonce dans le journal local pour recruter une nouvelle secrétaire, ne se faisant que peu d’illusion sur le succès que pourrait avoir cette entreprise. En effet, depuis la levée de la malédiction, l’ancienne « méchante reine » n’avait une popularité que très limitée, pour ne pas dire inexistante. Elle avait promis à Henry de devenir meilleure, de faire des efforts pour être la mère qu’il méritait, et changer des décennies de mauvaises habitudes n’était pas si facile, surtout avec un caractère comme le sien. Aussi, les regards de travers et les réflexions se voyaient souvent renvoyés à l’expéditeur. Robin aussi l’encourageait dans la voie de la sagesse, et la belle brune tâchait de faire de son mieux.

Arrivée à son bureau de bonne heure, le voyant du répondeur clignotait déjà. Regina soupira et pressa le bouton pour écouter les messages, se disant que finalement le téléphone n’était une invention si géniale que ça. Alors que le premier message défila, elle retira son manteau. Puis elle s’installa, attrapa un crayon et un bloc-notes, attendant qu’une information importante soit digne d’être notée. Pour l’instant, à part une erreur de numéro, une blague téléphonique et une personne qui disait qu’elle rappellerait plus tard, rien de bien intéressant. Madame le maire passa une main dans ses cheveux en soufflant, quand un nouveau message arriva. Une voix masculine au ton assez emporté commença à expliquer qu’il était scandaleux que dans une ville comme Storybrooke, des mineurs puissent travailler dans une boutique telle que l’Aphrodite’s shop, que c’était déjà inadmissible que le maire laisse faire ce genre de choses, et bien d’autres reproches encore. Regina n’avait pas été d’accord pour l’ouverture de cette boutique mais elle n’avait pas pu tout contrôler sur ce coup-là. Sans doute y avait-il eu magouilles avec Gold pour qu’un tel magasin ait pu ouvrir, et s’il était encore debout, c’était probablement que le chiffre était convenable. Cette pensée la fit secouer la tête. Des mineurs travaillant là-bas ? Voilà qui pourrait peut-être faire fermer la boutique.  Voilà qui méritait qu’elle s’en occupe le jour-même. Et comme si c’était fait exprès, il n’y avait pas d’autre message sur la boite vocale de la mairie. Regina vérifia l’adresse de la boutique, se leva et enfila son manteau noir et attrapa son écharpe rouge ainsi que ses gants avant de quitter son bureau qu’elle verrouilla. L’hiver s’était bel et bien installé, et les températures n’étaient pas commodes à l’extérieur.

Elle gara sa Mercedes à quelques dizaines de mètres de l’entrée de la boutique et s’y dirigea. Si un jour on lui avait dit qu’elle mettrait les pieds dans ce genre d’endroit, jamais elle n’y aurait cru. Elle marcha d’un pas rapide et assuré vers l’Aphrodite’s shop, les talons de ses bottes claquant sur le trottoir, et poussa la porte de la boutique de sa main gantée. Son entrée ne fut pas discrète puisqu’un tintement annonça sa présence. Elle laissa la porte se refermer derrière elle et retira ses gants avant d’avancer vers le comptoir où un jeune homme –à l’allure vraiment très jeune- commença à lui parler. Etait-ce de lui que parlait l’inconnu sur le message du répondeur ? Probablement. Il avait l’air d’avoir à peine dix-sept ans ! Evidemment, le message avait été anonyme, donc madame le maire n’avait eu d’autre choix que d’aller vérifier par elle-même l’information. Avançant vers le jeune vendeur aux cheveux décolorés, Regina ne put s’empêcher de remarquer l’étrangeté de sa tenue, aussi légère que transparente. Comment pouvait-on travailler vêtu ainsi ? L’obligeait-on à porter ces vêtements ? Le jeune homme avait l’air de plutôt se complaire dans cet univers.

La réflexion du blond peroxydé lui tira un léger froncement de sourcils. Pouvait-il réellement imaginer qu’elle venait ici en tant que cliente ? Après une seconde, ce qui lui permit d’arriver enfin à hauteur de son interlocuteur, madame Mills lui fit le sourire le plus hypocrite dont elle était capable, traduisant ainsi son agacement.

-C’est très aimable à vous, j’y penserais, dit-elle d’un ton qui montrait bien qu’elle n’en pensait pas un mot.

Elle prit ensuite un air plus sérieux, afin de montrer qu’elle n’était pas venue ici pour plaisanter.

-Je suis ici parce qu’une personne prétend que cette boutique emploie des personnes mineures. Je viens donc vérifier l’identité de chaque personne travaillant ici.

Elle braqua son regard sombre dans celui de son jeune interlocuteur qui semblait n’avoir guère froid aux yeux, ni nulle part.

-Quel âge pouvez-vous bien avoir, jeune homme ? demanda-t-elle .

S’il y avait une chose dont Regina Mills avait horreur, c’était qu’on lui fasse perdre son temps. Néanmoins, si l’auteur de l’appel anonyme était tombé sur ce vendeur, il était tout à fait légitime qu’il se soit posé des questions quant à la légitimité de l’emploi de ce jeune homme.

-Votre employeur est là ? Combien êtes-vous à travailler ici à l’heure actuelle ?

Regina avait bien sûr remarqué en entrant que le magasin était dépourvu de tout client. Peut-être l’heure était-elle un peu prématurée pour compter des clients par dizaines, si tant était qu’il pût y avoir une telle affluence en ces lieux. D’ailleurs, l’ancienne reine se demandait bien qui pouvait s’y rendre.

-Vous n’avez pas froid ? finit-elle par lui demander.

La boutique était loin de souffrir des températures rigoureuses qui régnaient à l’extérieur, mais tout de même, de là à porter des vêtements aussi légers à l’approche des fêtes de fin d’année, il y avait de quoi être surpris.





(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Seeking a special christmas gift for your lover ? [Régina]   Mar 22 Déc - 2:33

J'observais la guenon de la tête aux pieds … tirée à quatre épingle, cette éternelle couleur noire qui prenait le pas sur tout le reste et cette posture d'une droiture à toute épreuve … elle était d'un barbant ! Ou était l'extravagance de ses tenues passées ? Ces épaulettes à éborgner un pauvre bougre en tournant, ces cols immenses qui auraient pu cacher le soleil, ces robes aux formes nouvelles et avec toujours une belle couleur comme ce rouge foncé que je l'avais une fois vu porter. Oh bien sûr nous n'étions plus dans notre monde d'origine ! Mais vu ce que ce monde avait à offrir j'aurais espérer, tout de même et surtout venant de l'ancienne reine du mal, un peu plus d'imagination pour sortir du lot que ce tailleur à la coupe un peu moderne mais pas trop. Enfin bref, tout ça pour dire qu'elle m'ennuyait tellement avec son intervention que j'en avais perdu le fil pour m'intéresser à sa tenue plus qu'aux inutilités qui pouvaient bien traverser ses lèvres. Cependant je relevais les yeux en commençant à me rappeler qu'elle n'était pas là pour le plaisir mais notre déplaisir et qu'il valait mieux que je reste attentif.

« Pardon vous disiez ? Des mineurs ? Nan on leur donne que des capotes ! »

Je réfléchissais un instant … je n'étais pas certain que c'était de ça qu'elle venait de me parler. Je me concentrais donc, posant mon pouce et mon index de chaque côté de ma bouche avant de reformer ses paroles dans ma tête. C'était ça … elle ne désirait pas savoir si nous avions servit des mineurs mais si on employait des mineurs. Sur le coup cela me parut totalement absurde comme réflexion avant de voir mon reflet … c'est vrai ! J'étais coincé dans le corps d'un adolescent dont il était difficile de qualifier l'âge ! Un immense sourire apparut sur mes lèvres alors que je me redressais, bien décidé à en jouer et à la faire tourner en bourrique, surtout quand elle me demanda clairement mon âge.

« Oh, vous parliez des employés … et moi je devine ! Cela dit, très chère, si vous posez la question c'est que vous ne savez pas qui je suis. Je pourrais en être grandement vexé, vous savez ? Mais soit ! Jouons ! Combien me donneriez vous ? De votre avis, suis-je un mineur exploité qui prend un pied monstre à excité des vieilles et vieux libidineux ou simplement un con au visage enfantin ? Car voyez vous, il ne suffit que d'un an pour faire toute la différence ! Dansant sur le fil entre l'adolescence et l'âge adulte. »

Finalement, moi qui pensait avoir une sacré épine dans le pied, cette journée s'annonçait beaucoup plus intéressante qu'elle n'en avait l'air. Après tout ne disait-on pas que la miss essayait de s'offrir la rédemption ? Je n'y croyais aucunement, on ne pouvait jamais réellement s'éloigner de sa vraie nature, j'en étais la preuve vivante, mais cela ne coûtait rien de justement tester cette théorie. Comment ? En me montrant juste terriblement agaçant et insultant, voir jusqu'à où la patience de la petiote, si on se fiait à ma vision du temps, se plaçait. Alors évidemment quand vint le moment de répondre à ses autres questions, souriant d'un air carnassier, je me faisait une joie de lui dire les pire âneries au monde.

« Oh … n’ai je donc pas le droit d'être mon propre patron ? Moi qui y ait pourtant mis mon corps et mon âme dans cette petite entreprise … surtout mon corps à dire vrai ! Dans un lieu où je peux être tout à la fois, unique employé faisant office de boss, de vendeur et de service qualité. Après tout, pourquoi ne pourrais-je pas tirer toutes les ficelles ? Fut bien un temps où vous même aviez contrôle sur tout et n'aviez de compte à rendre à personne … mais ça c'était il y a un temps si lointain maintenant ! Maintenant vous n'êtes qu'une … mmmh … comment dire ? Une pauvrette que plus personne ne prend au sérieux ! Détestée de tous, n'ayant de l'autorité sur rien et tentant de faire son chemin avec parfois de veines menaces que l'on sait tous que vous n'accomplirez pas pour plaire à votre petit ami du moment ! Un dont vous n'aurez pas arraché le cœur pour l'attirer dans vos draps cette fois. » Mon regard était devenu à la fois plus espiègle et plus sombre. C'était le moment des hostilités et je voulais voir si j'arrivais à toucher sa corde sensible. Mais surtout je voulais savoir si elle était devenu aussi inoffensive qu'on le disait … ce qui aurait été bien pathétique « Mais sinon, non, je n'est pas froid. Allons bon, nous sommes tout de même dans le palais des plaisirs ! Tout n'est que chaleur et luxure et moi même je brûle de ce désir ardent … de vous faire chier royalement ! » Alors j'éclatais de rire, retournant sur mon tabouret où je croisais les jambes « En bref, nop ! La seule personne avec qui vous pourrez parler ici et maintenant c'est moi, pas d'intermédiaire. »
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 1444
Cœurs enchantés : 9378
Humeur : Amoureuse <3


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Seeking a special christmas gift for your lover ? [Régina]   Ven 25 Déc - 17:04


Seeking a special christmas gift?
Jack & Regina






Face au jeune vendeur qui semblait vouloir la provoquer avec son air impertinent, montrant qu’il n’avait que faire de ce qu’elle lui disait, elle croisa les bras à sa première réflexion. Sans doute se sentait-il visé lorsqu’elle parla d’éventuels travailleurs mineurs dans cette boutique, et il se contenta de rétorquer qu’ici, les mineurs se voyaient donner des capotes.

-Quelle riche idée…

Il semblait bien décidé à la provoquer, certainement avait-il remarqué que Regina Mills n’était pas le genre de femme à aimer perdre son temps, du coup, il en jouait et faisait tout pour tourner autour du pot. Elle avait pourtant posé une simple question, à laquelle un chiffre aurait été une réponse suffisante. Mais non, l’insolent gamin préféra répondre par une autre question. Visiblement, elle aurait dû savoir qui il était dans l’autre monde, mais l’ancienne méchante reine n’avait point souvenir d’avoir un jour croisé cette personne.

-Devrais-je avoir gardé un quelconque souvenir de vous dans la Forêt Enchantée ? Nous sommes nous déjà croisés ?

Il prétendait qu’il aurait pu se vexer, mais la belle brune se contenta d’hausser légèrement les épaules avec une petite moue discrète qui montrait bien qu’elle n’avait aucune idée de son identité. A vrai dire, elle n’en avait que faire, tout ce qu’elle voulait, à l’heure actuelle, c’était avoir une réponse à sa question.

-Vous semblez aimer jouer sur les mots, et sur les chiffres. Vous n’avez cependant pas répondu à ma question.

Et voilà qu’il continuait, il déblatérait des choses insensées et essayait probablement de susciter en son interlocutrice un sentiment d’agacement. Oh, pour être agacée, Regina l’était, déjà le simple fait de se retrouver ici ne l’enchantait guère, et surtout de voir que la personne à qui elle parlait ne voulait pas se montrer coopérative Elle décida de lui offrir son plus joli sourire. Au jeu du plus malin, madame le maire était douée. Bien sûr, tout un chacun savait qu’avec son caractère, elle avait tendance à s’emporter rapidement, mais là, elle le sentait, il lui faudrait garder son sang-froid. Souriant, donc, elle lui répondit calmement.

-Eh bien, c’est tout à votre honneur d’ainsi vous dévouer à cette cause qui parait tant vous tenir à cœur. J’espère pour vous que vous en tirez une grande satisfaction.

Il essayait de toucher une corde sensible en parlant de son passé, de sa situation présente assez compliquée, de sa relation avec Robin des Bois. Mais Regina continuait à garder son masque de bonne humeur.

-Je vous crois assez intelligent pour comprendre que je ne suis pas ici pour parler de moi, mais si ma vie vous intéresse à ce point, n’hésitez pas à passer prendre une tasse de thé. Ou un verre de whisky, si vous en avez l’âge légal dans ce monde ? J’ai une bouteille dont vous me direz des nouvelles ! ajouta-t-elle avec un petit haussement de sourcils.

Elle le laissa rire de sa connerie, ne sourcillant même pas. Elle était obligée de parler avec lui, et seulement avec lui ? Soit, elle s’en accommoderait.

-Vous voulez être le seul intermédiaire ? Parfait. Je veux voir le registre des employés, et chaque contrat signé ici depuis cinq ans. Vous avez l’air d’en connaître un rayon, alors montrez-moi ces documents, très cher.

Elle insista sur le « très cher », comme il l’avait fait auparavant. Néanmoins, le ton de sa phrase était resté professionnel. Elle était là pour une raison, elle ne comptait pas s’en détourner, même si le jeune homme semblait déterminé à lui faire perdre son temps.

-J’aimerais aussi avoir votre identité, si ce n’est pas trop vous demander, ajouta-t-elle avec un sourire.

Elle attendit qu’il daigne bouger ses fesses de la chaise pour éventuellement aller lui chercher les documents qu’elle avait demandés, avant de sortir son téléphone de sa poche. Il avait vibré, indiquant un SMS. Elle répondit à son amoureux « J’espère que ta journée est plus sympa que la mienne. Il faudra que je te raconte, tu vas rire. Je t’aime. ». Elle rangea à nouveau le petit appareil dans sa poche. Regina le sentait, cette entrevue serait longue, très longue, au vu du caractère de son charmant interlocuteur. Cette pensée la fit soupirer intérieurement. Mais il faudrait en passer par là, après tout, les habitants de Storybrooke avaient chacun leur manière de lui faire payer cette foutue malédiction. Le vendeur blond décoloré semblait avoir trouvé en la provocation, un moyen de s’amuser d’elle.




(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Seeking a special christmas gift for your lover ? [Régina]   Mer 30 Déc - 16:14

Cette bien vilaine reine ne semblait point amusée par mes diverses frasque … quel dommage ! Mais voilà au moins un point où elle respectait sa réputation, n'étant pas vraiment connu pour son sens de l'humour ou sa légèreté. Pas un rictus, rien, au contraire même ! Elle croisa les bras, adoptant une position plus défensive … plus agacée diront nous alors que moi même je ne faisais que prendre cet air de plus en plus supérieur sur cette pauvre mortel qui se voilait bien la face. Mon sourire s'étendit quand elle confirma ne pas me connaître, montrant mes dents d'un blanc nacré alors qu'elle demandait si nous nous étions déjà croisé et donc si elle devait avoir gardé souvenir de moi. Oh, vu le personnage égocentrique, sans doute même plus que moi .. si c'était possible du moins car je me plaçais très haut, j'étais certains que même de son bras droit elle ne se souviendrait pas si monsieur ne décidait pas de reporter l'uniforme complet. Généralement avec des personnages de ce type, on ne voyait que son nombril et les gens qui auraient pu la contrarier hors il est vrai que je n'avais pas eut l'occasion de me jouer un peu d'elle par le passé, pas avant ce jour.

« Vous auriez pu savoir qui j'étais, rien que pour me faire plaisir ! Mais nop, madame ne me connaît pas et aurait été de toute façon trop obnubilée par sa propre personne pour s'en souvenir. Tout de même … cela est question de culture mais la votre semblait s'arrêter aux jolies robes et à « Tuer Snow ! Tuer Snow ! TUER SNOW !!! ». Vous aviez une existence palpitante dite moi ! Enfin bref … Non, en effet, je n'ai pas répondu à votre question. Quel intérêt si je l'avais fait ? Vous auriez eut votre réponse, on serait vite arrivé à la conclusion et moi j'aurais perdu une bonne occasion de me marrer. Puis franchement vous me faites la leçon mais en attendant vous ne m'avez pas répondu non plus ! Vous ne jouez pas le jeu ma reine, voilà qui n'est pas très poli, surtout quand on veut qu'un con vous réponde. »

Je souriais d'un air espiègles. Était-ce cela la grande terreur de notre siècle ? Woaw … j'avouais que pour le coup j'étais un peu déçu. Elle manquait d'esprit, elle manquait de répartit à mon goût et surtout disposais encore de trop de self contrôle. Je voulais la voir éclater, la voir hurler de rage mais à croire que cela ne viendrait pas, pas pour l'instant en tout cas, il me faudrait pour cela plus d'effort. Car non, pour le moment elle semblait tenter de ravaler ses ondes négatives, m'offrant ce sourire faux au possible pour tenter de jouer le même jeu que moi, me caressant dans le sens du poil en utilisant cette ironie qui voulait approuver mes mots mais disait en réalité qu'elle en avait rien à foutre et que je pouvais toujours causer, cela ne l'intéressait pas. Je levais les yeux au ciel.

« Woaw ! Vous vous entendez ? On me dit souvent que je raconte des conneries mais vous vous n'êtes pas mieux ! »

J'écoutais la suite de son discours. Pour le coup je tirais une moue … elle ne s'énervait toujours pas, elle ne réagissait même pas aux sous entendu que j'avais fait sur sa vie merdique. Était-elle vraiment devenu aussi douce qu'un agneau ? Ce petit bonhomme des bois étaient-il vraiment parvenu à castrer la bête. Merde alors … toute cette Malédiction n'aurait donc servit à rien ? Tout juste le caprice d'une jeune femme qui nous aura tous fait chier ? Elle se contentait peut être de cette petite vie ici, avec sa grande maison qui ne faisait même pas la taille d'une écurie royale et sa charmante famille. En attendant la majorité d'entre nous avions été arraché à l'endroit où nous nous sentions le mieux. Après certes, elle m'avait montré que ma quête avait un achèvement possible, mais cela me frustrait plus encore de ne plus l'avoir. Quand à ses petites tentatives pour essayer de me faire dire mon âge … pathétique ! Tout comme ses demandes faites pour m'embêter sans aucun doute en demandant tout un tas de paperasse dont je n'avais que faire et que je ne comptais clairement pas aller chercher. Enfin, je comptais bien l'emmerder jusqu'au bout en la rendant chêvre.

« Intelligent ? Hm … Voila qui est une question de point de vu très chère ! On m'a souvent traité de débile, de teubé, de tête de con … intelligent pas vraiment ! Alors le suis-je assez pour comprendre cela … laissez moi y réfléchir … Bah écoutez je ne sais pas ! Et si nous en parlions ? » Là était le risque quand on en faisait appel à l'intelligence de quelqu'un, c'est qu'il pouvait l'être assez pour jouer les crétins fini afin de faire le plus malin. Je ne m'arrêtais d'ailleurs pas là, réagissant à ses multiples demandes en en faisant moi même. « Et moi je voudrais un poney ! Une piscine ! Même si pour le coup c'est pas trop conseillé pour moi. Une maison de luxe pour voir ce que ça fait de vivre avec des pièces inutiles. Et … Oh ! Votre plus grand gamin là ! Hennings ou Edwige ou je sais pas … il a quel âge déjà ? D'après vous vous pensez que j'ai le droit de sortir avec lui ? Il est mignon, il pourrait même m'aider à la boutique ! On a tellement de produits en stock, je suis sûr qu'on passerait du bon moment … à faire le triage … Qu'en pensez vous ? Au moins de cette manière vous pourriez aller batifoler avec votre folâtre et devenir une super maman avec son petiot, vu que vous ne semblez plus capable de lâcher votre téléphone pour eux. Car oui, même sans lire c'était limite si on ne pouvait pas vous voir glousser ! Croyez moi, je prendrais trèèèèèèèèès grand soin de votre plus grand et lui, au moins, gardera un souvenir in-ou-bli-able de ma personne ! Mais vous avez raison, laissez moi me présenter, surtout si jamais je dois vous appeler belle maman. Normalement l'on me connaît sous le nom de Jokul ! Mais pour vous ce sera … » Je m'arrêtais dans ma phrase, quittant mon siège pour m'accouder au comptoir, dessinant sur ce dernier d'un doigt le nom que l'on m'avait attribué dans ce monde, dans des lettre de givre et dans le sens de Régina « Jack Frost »
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 1444
Cœurs enchantés : 9378
Humeur : Amoureuse <3


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Seeking a special christmas gift for your lover ? [Régina]   Mar 5 Jan - 20:02


Seeking a special christmas gift?
Jack & Regina





Bras croisés et clairement agacée par le comportement du « jeune homme », Regina le dévisageait, attendant qu’il se calme. Mais l’individu ne semblait guère enclin à l’accalmie, et plus les secondes passaient, plus il devenait insupportable. Et le son de sa voix, en plus du caractère ridicule de ses paroles, tapait sur le système de madame le maire. Voilà qu’il prétendait qu’elle ne le connaissait pas juste parce qu’elle était égoïste. Il parla ensuite de ses travers passés, son obsession à pourrir la vie de Blanche. Regina leva les yeux au ciel, profondément agacée de se sentir jugée par un petit être aussi vile qui, visiblement, n’avait rien à lui envier côté noirceur. Contrairement à ce que sa couleur de cheveux montrait, il paraissait bien loin d’être blanc comme neige.

-C’est bon, vous avez fini ? souffla-t-elle

Au moins, il reconnaissait qu’il était con, c’était déjà ça de gagné. Elle soupira.

-A quoi donc voulez-vous que je réponde ? Vous semblez déjà en savoir tellement. Je ne voudrais pas avoir l’immense prétention de vous instruire sur quoi que ce soit.

Cet être pervers et narcissique l’énervait vraiment, elle avait de plus en plus de mal à garder son calme et tâchait de camoufler cet état autant que faire se pouvait. Voilà à présent qu’il l’insultait presque en lui disant qu’elle racontait des conneries. Quelque chose lui disait qu’elle n’était pas sortie de l’auberge et qu’elle ne parviendrait pas à faire ce pour quoi elle était réellement venue.

-Je me fiche totalement des surnoms, aussi véridiques furent-ils, dont vous avez été affublé. Je vous demande officiellement des papiers, et vous allez me les donner sans quoi je fais fermer cet endroit ridicule auquel vous semblez tant tenir.

Mais là, une chose se produisit. Cet imbécile peroxydé commença à parler d’Henry. Une chose à laquelle il ne fallait pas toucher, c’était la famille. Regina pouvait se montrer pire qu’une louve et c’était d’autant plus vrai quand on parlait de son fils Henry. Elle serra les mâchoires et le fixa avec de gros yeux emplis de colère, sentant une sorte de chaleur l’envahir. Elle le laissa déblatérer son discours stupide et ridicule avant de frapper du poing tellement fort sur la vitre qu’il avait givrée pour écrire son nom, que celle-ci céda sous le coup et se brisa. Dans son autre main, une boule de feu était apparue.

-Ecoute-moi bien, sale petite vermine perverse, si tu t’approches à ne serait-ce qu’à dix mètres de mon fils, je te ferai brûler tellement longtemps que tu en regretteras la canicule que l’été dernier !

Réalisant qu’elle s’était emportée, elle fit disparaitre la boule de feu en refermant sa main gauche, et la passa par-dessus la droite pour soigner la blessure infligée par les éclats de verre plantés sur le côté de sa main, pour ensuite passer sa main droite sur le comptoir pour le réparer.

-Jack Frost. Tu n’es pas censé être un gentil farfadet innocent ? Qu’est-ce qui a bien pu se passer ? dit-elle avec un air faussement pensif et volontairement provoquant.

Cette question, en réalité elle se la posait à elle-même, mais elle en était sure, le petit monstre ne se priverait pas pour y répondre. Il semblait tellement heureux à l’idée de saouler son entourage avec sa propre existence. Toujours était-il que ce type venu du froid était insupportable au possible et qu’il avait clairement pour but de lui casser les pieds autant que possible. Et il y parvenait très bien, un peu trop bien même. A présent, elle n’avait qu’une seule envie, le faire frire sur place. Ou lui arracher son petit cœur glacer et le réduire en cendres sous ses yeux. Mais non, elle ne devait pas céder à ce genre de pulsions, elle avait fait une promesse. C’était néanmoins extrêmement difficile. Jamais, en se levant ce matin-là, elle ne se serait doutée qu’elle en viendrait à regretter de ne pas pouvoir occire quelqu’un. Peu à peu, elle essayait de reprendre son calme, luttant contre toutes les pulsions que son esprit tentait de lui rappeler. Non, elle n’était plus comme ça, il ne fallait pas qu’elle le redevienne pour un stupide petit avorton qui, en plus, se jouait d’elle faisait tout pour qu’elle replonge. Elle n’allait pas lui faire ce plaisir. Elle se montrerait plus intelligente que lui, même si elle avait beaucoup de mal à ne pas répondre par la force.

Elle souffla en ferma les yeux et penchant la tête à droite et à gauche, tâchant de reprendre ses esprits et redevenir la personne calme qu’elle était en arrivant.

-J’imagine que je suis venue pour rien, t’as quoi, cinq cents ans ?!

A la vérité, elle avait envie de prendre congé au plus vite de cet être ignoble à qui elle n’avait envie que d’une chose : lui mettre une trempe monumentale.

-Reprenons chacun le cours de notre vie, et tout ira pour le mieux, dit-elle en sortant ses gants de ses poches dans l’espoir de pouvoir y aller.


(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Seeking a special christmas gift for your lover ? [Régina]   Jeu 14 Jan - 0:23

Si seulement elle savait avec qui elle jouait … Oh non, par là je n'entendais pas qu'elle sache que j'étais l'esprit de l'hiver, Jokul Frosti et tout le tintouin ! Bien que cela aurait pu être cool qu'elle connaisse un minimum ses classiques en terme de légendes … non, par là je voulais dire qu'elle n'imaginait pas à quel point je pouvais être le plus grand des chieurs ! J'avais maintenant près de sept-cents ans d'expérience dans ce domaine, il y avait peu de chance pour qu'elle parvienne à me convaincre de m'arrêter ou pour réussir à placer la remarque suffisamment blessante en ma personne pour me laisser sans voix. Non, elle aurait été futée il y de cela bien longtemps qu'elle aurait fait demi tour car elle saurait qu'elle ne pourrait strictement rien de moi. Mais non, elle insistait dans sa bêtise, entrant dans mon jeu, m'amusant avec ce ton de plus en plus agacé alors que le pire était encore à venir. Pour le moment elle attendait simplement que j'arrête de parler, ce qu'elle pouvait attendre longtemps, avant de relancer avec des piques et en s'accrochant toujours sur ses foutus papiers dont je n'avais rien à foutre, surtout en sachant que je n'étais rien d'autre qu'un pauvre petit employé se touchant la nouille entre deux visites et qui n'avait donc aucune vu sur un quelconque contrat. À dire vrai je pourrais même travailler ici gratos que cela m'importerais bien peu, ma présence en ce lieu me servant simplement de passe temps et l'argent n'étant pas trop un problème quand on préférait vivre dans un squat alors que les comptes sont suffisamment plein pour avoir un appartement encore trois ans.

« Moi fini ? Jamais voyons ! En votre présence vous méritez tous les mots du monde, un discours sans fin de conneries, tout comme l'était votre règne très chère reine. Et vous avez toujours moyen de m'instruire … sur la bêtise humaine notamment ! Que je trouve, je l'avoue, tout à fait fascinante ! » Puis d'un coup je me relevais, prenant un air solennel avant de dire d'une voix caricatural « Et je vous dit officiellement que j'en ai rien à foutre ! Quand à votre menace de fermer ce lieu, hououou ! J'ai peur ! » Dis-je en agitant mes mains en l'air comme ci je tremblais « En vrai vous pouvez toujours essayer. Et, oui, peut être que vous fermerez cet endroit d'un claquement de doigt. Seulement réfléchissez, moi qui suit, à vos yeux, sans importance, vous ne saviez même pas qui je suis. Oh je ne parle pas d'égocentrisme encore, je m'en fous mais réfléchissez un instant … si vous tentez quoi que ce soit contre qui que ce soit dans cette ville, vous avez une chance sur deux, peut être trois de tomber sur une créature dont vous ne vous doutiez même pas et qui vous détestera très certainement. Donc allez y, essayez, ajoutez un peu de divertissement à la vie de cette ville en tentant de descendre le temple du vice qui pourrait être aussi bien tenu par un fermier ou un dieu. »

Je ne savais même pas qui était le patron d'ailleurs. Je veux dire, je le voyais, régulièrement, après tout ce n'était pas non plus une énorme entreprise internationale ou le PDG n'est pas vu du petit peuple ! Mais je ne savais pas qui était réellement cette personne … peut être humain, peut être tout autre. Peut être qu'un jour il serait intéressant que je m'attarde sur ce détail ? Mais pour le moment jouer sur ce doute m'amusait grandement … après tout, que ferait la sorcière si en face d'elle se dressait la véritable Aphrodite ? Mais cette menace n'était qu'un jeu pour moi, je ne tentais pas de lui faire pression, sans doute le verrait-elle étant donné que depuis le début je n'avais fait preuve que de bien peu de sérieux. Par contre parler de son fils … ça oui, ooooooh ça oui ! Et cela avait marché avec un résultat des plus probant ! L'ancien monstre qui avait plongé la forêt enchantée dans un règne de terreur était en train de refaire surface, brisant mon pauvre petit comptoir mais surtout faisant apparaître une boule de feu, me faisant froncer les sourcils et perdre le sourire alors que je faisais un pas en arrière. Une boule de feu en soit ne me faisait pas peur, mais je n'étais jamais à l'aise avec ses éléments, les yeux rivés dessus avant de sourire d'un air rêveur, me demandant si je pouvais la souffler comme une bougie tandis qu'elle me faisait ses menaces qui ne faisait qu’agrandir cet air gaie que j'avais adopté. Et pour finir je montrais clairement mes dents blanches quand elle ravala ses flammes et me demanda ce qui c'était passé me concernant.

« Tu m'as pris pour qui ? Pour Olaf le bonhomme de neige ? Mais t'en fais pas, je vais pas l'approcher ton grumeau ! Mais je ne promet pas rien tenter si c'est lui qui m'approche ma bonne reine. Et, je vais réitérer … tu m'as pris pour qui ? Pour ce grand dadet qu'ils ont fait de moi dans ce film d'animation ? Bon, au moins ils m'ont fait canon ! Mais c'est tellement loin de la réalité … une histoire pour enfant à peine quand on oublis toutes les légendes qui tournent autours de ma personne. Cette innocence n'existe que dans les fictions et si je devais être né comme un symbole de pureté l'innocence n'a jamais fait partit de mes caractéristiques. » Mais surtout, alors que j'entendais la fin de son discours je reposais mon coude sur ce comptoir magiquement réparé alors que je soutenais ma tête de ma main et lui lançait un petit air moqueur « Pas loin mon enfant, tu peux en rajouter deux cents de plus et tu es presque au bon compte. Donc toujours à vouloir chercher du petit mineur ici ?  Mais oui, allez y, fuyez avant que je ne fasse totalement ressortir la Méchante Reine de son masque de bonté, allez retrouver votre amour et avouez lui en pleurant que vous avez failli cramer un pauvre petite gamin sept centenaire ! Que vous avez fauté ! Moi, en attendant, je vais continuer à vendre mes jouets à des femmes au foyer désespérées et à de vieux pervers ventripotents, à moins que vous ayez une autre solution pour occuper mon temps ? Mais déjà vous m'avez bien amusez et un petit conseil … Laissez sortir ce côté sombre plus souvent, vous êtes tellement plus sexy de cette manière, presque autant que la reine des glaces, la vraie j'entends et pas cette adolescente ! Elle vous tenait en haute estime … à votre heure de gloire. » Je souriais alors d'un air malsain, faisant un petit au revoir de la main au cas où elle décide vraiment de partir.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Seeking a special christmas gift for your lover ? [Régina]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Seeking a special christmas gift for your lover ? [Régina]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» tajine tofu et crevettes en sauce (special cristou)
» Green - Special Teru ver (tanned skin Elf head)
» Jem episode Special Halloween avec poupées !!
» American Cream Body Lotion (forum special)
» demande special...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No Kindness Left :: Broyer les vieux papiers :: Faire le tri sélectif :: RPs délaissés-
Sauter vers: