AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Tumblr  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'enquête reprend... + Thalia&Elsa.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
queen of ice-solation ❄
avatar


Messages : 443
Cœurs enchantés : 2237
Humeur : frigide.


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: L'enquête reprend... + Thalia&Elsa.   Sam 12 Déc - 1:40

l'enquête reprend.
Même si ton coeur a l'âme en peine, il faut y croire quand même. (G. Thalia Cavendish & Elsa Bludvist)

Plus le bateau s’éloignait d’Arendelle et plus je perdais espoir de retrouver Anna un jour. Les recherches n’avaient jusque là rien donné, et je me demandais s’il n’était pas plutôt possible qu’elle se soit tout bonnement évaporée. Elle était forcément quelque part dans ce monde. J’avais entendu parler de l’existence de passages pouvant mener là où avait été emportés les maudits, mais un voyage vers cet Autre Monde ne s’obtenait pas aussi aisément, et je doutais qu’Anna puisse en avoir trouvé un. Et puis il ne me semblait pas qu’il y en avait à proximité lorsqu'elle disparu. Ce qu’il y avait à proximité, c’était Cora et sa compagnie. Pour moi la disparition d’Anna avait forcément quelque chose à voir avec ce beau monde.
On avait déjà fait un bout de chemin. Cela devait bien faire deux ou trois semaines que nous naviguions, faisant des escales sur à peu près chaque terre que nous voyions. Mais toujours pas de résultats. Nous faisions masses de rencontres, sans pour autant trouver quoi que ce soit d’intéressant, pas le moindre indice, pas la moindre piste. Les arrêts avaient été nombreux, mais les recherches n’avaient jamais rien donné. Pas une seule fois je ne fus avertie de l’arrivée de ma petite sœur dans mon royaume. J’imagine que lorsque je rentrerais bredouille, je ne la trouverais pas plus là-bas.
Mais même une fois qu’elle retrouverait le chemin de la maison, car j’espérais bien qu’elle finisse par le retrouver un jour, c’en serait terminé des campagnes dans lesquelles nous devons accompagner mon cher mari. Voilà où ça l’avait conduite, cette curiosité pour les armes et tout ce que faisais Drago. S’il ne s’était pas ramené avec son armée de dragons, s’il n’avait tout simplement pas été là, j’aurais encore eu ma sœur avec moi…

Mais à vrai dire, je ne sais pas si j’avais envie de retrouver le château tout en sachant qu’Anna n’y était pas revenue. Je me sentais déjà seule face à Drago, ses hommes, et ses alliés et leurs hommes à eux. Je ne me sentais déjà plus chez moi, alors s’il n’y avait plus Anna pour apporter sa petite touche de gaieté et d’enthousiasme aux lieux, l’envie de rentrer me passait vite. J’avais légèrement le mal de mer, mais les voyages sur l’eau ne duraient guère trop longtemps puisqu'il n’y avait pas une terre à laisser de côté, et disons que ça en valait la peine. Et ça m’occupait.
Quelques fois, lorsque nos projets coïncidaient, lorsque la carte et la date permettaient à Drago de se retrouver non loin de là où moi je me trouvais, nous faisions un peu de trajet ensemble. Mais le reste du temps, il avait d’autres chats à fouetter que de chercher une jeune femme disparue, j’imagine, bien que celle-ci soit la sœur de son épouse.

Cependant, une autre personne m’avait accompagnée pendant une bonne partie du trajet. Il s’agissait de Thalia. Elle s’était présentée un jour à Drago, mais ses histoires de fille de bûcheron ne l’avait pas trompé. Il y avait d’abord eu de la méfiance envers cette inconnue. Et pour une fois, je rejoignais l’avis de Drago. Il manquait quelque chose dans le récit de la jeune femme, pour moi il n’y avait pas de doute, elle n’avait pas l’allure d’une simple fille de bûcheron comme elle voulait bien le prétendre. Mais Anna s’était assez vite rapprochée d’elle, la défendant quand il le fallait. J’imaginais qu’elle en savait plus que nous au sujet de cette Thalia, mais puisque elle n’avait pas mentionné le sujet ouvertement, je n’avais de mon côté pas posé de questions là-dessus. Toutefois même si Anna semblait lui accorder sa confiance, je me gardais de lui donner la mienne. Anna avait tendance, je trouve, à sympathiser trop facilement. Et toute cette histoire avec Hans n’était qu’un exemple. Ce n’était sans doute pas un défaut en soit, mais justement, depuis Hans et tous les problèmes qu’il nous avait engendrés, je préférais prendre mes gardes devant des inconnus qui voulaient se présenter comme des alliés.
Mais voilà. J’avais beau me méfier de Thalia, elle avait souvent été là pour m’accompagner dans mes recherches, et la disparition d’Anna semblait l’affecter presque autant que moi.

Enfin, la terre fut en vue. Rien d’enneigé, bien au contraire. La température semblait plutôt élevée, trop même. Et lorsque enfin nos pieds foulaient la terre ferme, il n’y avait pas l’ombre d’une seule plante en vue. Peut-être plus loin, mais rien de vert dans le champs de vision.

code by sixty.

_________________

je n'ai vu que des ombres. Des ombres géantes à perte de vue et une tempête de flocons noirs. Une neige noire qui recouvre progressivement mes mains, puis mes bras écartés. Des roses rouges semblent pousser tellement le sang gorge la poudreuse. ©️ caius


Dernière édition par Elsa S.-Bludvist le Lun 19 Sep - 18:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 148
Cœurs enchantés : 958


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: L'enquête reprend... + Thalia&Elsa.   Lun 14 Déc - 19:08



L'enquête reprend ...
Elsa & Thalia

La vie était parfois imprévue, merveilleuse et cruelle. Depuis que j’avais récupéré mes mains, la malédiction de cette reine que l’on appelait « la méchante reine » avait détruit le monde dans lequel j’avais vécu. Accompagnée par mon fils, Milo j’arpentais les terres détruites et dangereuse dans le clan de Drago. Si j’avais retrouvé un certain équilibre dans ce clan où les dragons gardaient les entrées et sorties du camp. Il était vrai que j’avais prévu de fuir le dit camps pour  repartir à la recherche de mon frère, il était le seul qui hantait mes pensées après la sécurité de Milo. Sans compter qu’il y avait le fameux rêve que j’avais fait le soir où mes mains m’avaient été rendu, l’inconnu avait lui aussi affirmer que je devais retrouver mon frère, même si ce dernier nous avait appelé « Shou et Maât », j’ignorais ce que ses personnes représentaient, bien qu’une partie de moi avait compris qu’il parlait d’Hansel et moi.

Si tout c’était relativement arrangé, il y avait eu un nouvel évènement qui avait mis court à mes désirs de fugue : Anna avait disparu. La princesse d’Arendelle, la sœur d’Elsa qui elle-même était la femme du tyrannique et flippant Drago. Si je trouvais que la reine du royaume d’Arendelle était clairement digne du surnom que tout le monde lui donnait à savoir la reine de glace, sa sœur était loin d’être comme elle. Anna, avait fouiné dans mes affaires, certes, elle avait découvert que j’étais Gretel, et la reine de Cavendish, enfin quand je dis la reine, plutôt la reine déchue, mais bon c’était une tout autre histoire que je ne pouvais mettre sur le dos de la malédiction. Pour en revenir à Anna, elle avait été une véritable amie pour moi, lorsque je ne savais plus quoi faire avec Milo elle essayait de m’aider aussi bien qu’elle le pouvait. Parfois la situation était risible, Milo s’échappait à quatre patte et Anna et moi y courrions après, ou quand il pleurait et qu’on ignorait bien ce que j’avais bien pu faire de travers. Sans compte qu’Anna était la seule personne à qui j’avais avouer les nombreuses interrogations qu’avait créé le rêve que j’avais fait la nuit où mes mains m’ont été rendu. Elle m’avait promis que nous irions voir ses cousins les trolls. J’avoue, que j’avais du mal à saisir le lien de famille entre eux, mais je n’en avais pas demandé davantage. Chacun sa famille, la mienne était loin d’être parfaite et pour cause mon mari me voulait morte, moi et notre enfant, mon frère avait trahi la parole qu’il m’avait fait et quand à mes parents ils nous avaient abandonnés Hansel et moi pour qu’on se fasse dévorés par des loups ou qu’on meurt de froid, bref je n’avais aucune leçon à donner.

Seulement, Anna avait disparu, brisant le masque de glace de la Reine. Rapidement, elle avait débarqué dans mes modestes appartements, manquant tomber nez à nez avec mes mains d’or. Ses mains que je transportais partout et qui me rappelait que j’avais été aimé, que mon mari avait aimé cette jeune sauvage sans main venue manger dans son verger en flottant dans les airs tel le fantômes que j’étais devenue. Mon mari avait réanimé l’humaine en moi et m’avait comblé, et il m’avait offerte ses mains d’or. Alors je les transportais avec moi, comme un des seuls vestiges qui me reste du court règne que j’ai eu sur le royaume de Cavendish.
Pour en revenir à Elsa, elle n’avait qu’une idée en tête retrouvé sa sœur, Anna m’ayant déjà raconté leur histoire plus que tumultueuse, accouplé à mon propre désirs de retrouver mon frère, j’avais décidé d’aider la reine de glace à retrouver sa sœur. C’était le moins que je pouvais faire pour honorer l’amitié et le soutien sans faille que la cadette de la famille m’avait porté.
Voilà pourquoi, j’avais mis la méfiance que je ressentais à l’égare de cette reine de côté afin de retenir uniquement l’admiration qu’Anna portait à sa sœur et que j’avais ressenti à travers ses récits passionnés. C’est ce sentiment là qui m’avait poussé à imposer un nouveau voyage à mon fils a peine âgé de six mois.

Accompagnée d’Elsa, et toujours de Milo, nous avions parcouru beaucoup de territoire sans jamais vraiment s’éloigné de Drago le magnifique, comme je l’avais surnommé avec la collaboration de mon fils. Je devais avouer, qu’avec le temps Elsa me paraissait moins froide et moins flippante qu’avant, bien que je n’avais jamais rien partagé de plus que nécessaire avec la jeune femme.  Je ne savais pas si elle était fiable, sa fidélité à son mari risquait de mettre à péril la couverture bien que bancale que je m’étais créé le jour de mon arrivée. La survie de mon fils et la mienne dépendait du maintien de mon secret. Bien que j’ignorais les raisons qui avaient poussé le roi de Cavendish à ordonné notre mise à mort je ne voulais pas prendre le moindre risque.


Le bateau naviguait depuis plusieurs jours déjà, Milo semblait aimer ce bateau, une première pour lui et pour moi aussi, seulement de mon côté il me rendait plus malade qu’autre chose. J’avais l’impression de revivre les premier mois de ma grossesse à chaque vague trop grosse.
Vous l’aurez compris, j’attendais qu’une seule chose, voir un bout de terre se dessiner sous mes grands yeux noirs.
Un miracle qui a fini par arriver tandis que Milo dormait paisiblement dans le hamac que je lui avais constitué, repartant vers mon fils, je reconstituais nos affaires en vérifiant pour la énième fois que mes mains d’or et les divers richesses que ma belle mère m’avait remis était toujours dans le coffre que j’accrochais à ma ceinture avant de créé un porte bébé, en tissu, un art dont j’étais devenue experte, avant d’y installer mon fils toujours endormi à l’intérieur. Saisissant mon arc, et ses flèches que je répartissais sur mon corps, tout en vérifiant que mes gestes ne blesseraient pas le trésor de ma vie, avant de mettre divers poignard dans les étuis prévu à cet effet. Une vraie guerrière voilà en quoi la vie m’avait transformé, mais ce n’était pas grave, j’assumais mon nouveau statut.

Repartant sur le pont, je m’approchais d’Elsa admirant la vue désertique qui s’offrait à nous : « Heureusement, vos pouvoirs vont nous empêcher de mourir de chaud, enfin de l’espère. » Lâchais-je, avant de rajuster les draps autour de mon corps, j’allais mourir de chaud, et Milo survivrait-il à une telle épreuve. « Je vais chercher plus d’eau ca ne sera pas du luxe je pense » terminais-je avant de repartir vers l’intérieur du bateau me rajoutant ainsi du poids à ma tenue. J’aurais pu demander à Elsa d’en porter quelques une mais elle était une reine. Je ne pouvais lui demander cela. Revenant auprès de la jeune femme, le navire amarra sur les terres brulantes.

Alors que nous posions un pied à terre je me tournais vers Elsa, et demandais : « Pensez-vous vraiment qu’Anna soit sur ces terres ? Où sommes-nous précisément ? »

acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
queen of ice-solation ❄
avatar


Messages : 443
Cœurs enchantés : 2237
Humeur : frigide.


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: L'enquête reprend... + Thalia&Elsa.   Jeu 28 Jan - 6:18

Je me demandais toujours comment Thalia faisait pour ne pas quitter le navire dès qu’un bout de terre se présentait. Cela allait au-delà de la méfiance que j’avais pour elle, évidemment. Mais vivre avec un enfant en si bas âge au milieu d’une flopée de barbares, partis pour des semaines de navigation, je crois qu’elle n’avait pas froid aux yeux. Il y avait des jours où les pleurs de Milo me tapaient sur les nerfs. Je serrais la mâchoire dans ces moments-là, j’essayais de garder une bonne ambiance sur le bateau. Et puis il fallait donner l’exemple. Si je commençais déjà à partir en vrille, j’avais peur de ce que ça pourrait donner avec tout l’équipage d’ici une ou deux semaines en pleine mer. Il y avait sûrement l’inquiétude qui jouait beaucoup dans la balance, je pense. Et puis quand Drago venait sur le bateau, de manière occasionnelle, quand il se trouvait non loin pour ses campagnes ou autres, j’avais de quoi passer mes nerfs sur lui plutôt que sur un enfant qui n’avait rien demandé. Je m’en voulais de devoir infliger pareil quotidien à Thalia et son enfant, mais elle s’était montrée vraiment impliquée. Je crois que la disparition d’Anna lui tenait à cœur, elle aussi. Elles étaient tellement proches que je me demandais si Thalia avait d’autres bonnes connaissances à Arendelle. C’était peut-être pour cela qu’elle était autant attachée à ma sœur, parce qu’elle avait trouvé chez elle un début d’amitié là où elle n’avait trouvé que méfiance chez mon mari ou chez moi.
Aussi, Thalia avait du mal avec le voyage en mer. Milo, lui, courait dans tous les sens, il me donnait mal à la tête à bouger autant. Pas que cela me dérangeait, il apportait une petite touche de fraîcheur et détonnait avec ma morosité générale. Je crois que j’en avais besoin. Même si il était vrai que, comme je l’ai déjà spécifié, mes nerfs se trouvaient parfois à fleur de peau.

La terre fut enfin en vue, et je ne savais pas ce qui allait nous attendre une fois que nous poserions pied à terre. Je remarquais que le climat avait l’air sec et chaud au loin – il était difficile de dire dans quel région du monde nous nous trouvions quand nous étions entourés par les flots. On pouvait deviner en étudiant les cartes, évidemment, mais en tant que simple passager à bord, j’imaginais que ce devait être une autre histoire. Après tout, tous les paysages se ressemblaient quand on était en pleine mer, des vagues et l’horizon pour seuls décors. Le climat changeait, l’air était plus ou moins chaud ou froid, les tempêtes venaient parfois pour donner un peu plus de péripéties au voyage, mais hormis cela, nous n’avions pas plus d’indications sur les terres que nous allions aborder. On savait dans quelle direction nous allions, mais il nous était déjà arrivé d’avoir des surprises. L’épisode du Pays Imaginaire restait bien ancré et je me méfiais toujours de tomber sur un imprévu de ce genre.
Quand je questionnais l’équipage sur l’endroit précis sur lequel nous allions aborder, on me parlait de Golden Land. Je n’y avais jamais mis les pieds. Les températures trop chaudes, des climats aussi secs, je ne connaissais qu’au travers de mes livres de géographie et je crois que ça ne m’enthousiasmait pas plus que cela. Thalia vint se poster à mes côtés et, face à la vue qui s’offrait à nous, elle mettait fin au silence. « J’espère bien… » J’esquissais un sourire chaleureux. Histoire qu’elle soit à l’aise. Je ne sais pas laquelle des deux était la plus gênée en présence de l’autre, à vrai dire. Quant à mes pouvoirs, je n’avais aucune idée de ce qu’ils pourraient donner dans des lieux pareils. Je n’étais pas une magicienne hors du commun. J’avais autrefois jeté l’hiver sur tout Arendelle, mais cela faisait des années que je retenais ma magie, ça avait juste explosé, je crois… je n’en sais rien, je n’avais pas de grandes connaissances sur mes pouvoirs. Et autant Arendelle avait un climat qui se prêtait à la neige et à la glace, aussi il était sans doute plus aisé pour moi d’user de ma magie. Mais dans des endroits si désertiques, je ne savais pas à quoi m’attendre. J’arriverais peut-être à faire quelques bricoles pour nous garder au frais, mais je préférais ne pas m’attendre à des résultats fantastiques. « Je viens avec vous pour emporter de quoi se désaltérer, au besoin. Je pense que les réserves vont vite être épuisées, j’espère juste qu’on en aura assez, » je m’inquiétais. Je pourrais toujours faire à l’aide de ma magie un petit stock de glaçons, sous une chaleur pareille ça nous fera rapidement des réserves en eau, mais si je pouvais éviter d’utiliser ma magie pour ce genre de choses, j’éviterai.

Quelques minutes plus tard, le navire s’arrêtait et l’équipage était prêt à enfin mettre un pied à terre, se dégourdir les jambes sur une étendue de sable. Je comprenais bien pourquoi on avait appelé ce territoire Golden Land. Quelques plantes exotiques tranchaient ça et là avec le doré des grains de sable. La vue était incroyable, on aurait dit une plage interminable. Thalia demandait si je pensais qu’Anna serait dans les parages. Pour être franche, je commençais déjà à désespérer de la retrouver, mais ça il était hors de question que je le dise aux autres. Si je montrais des signes de faiblesse, je craignais que la recherche ne se termine plus tôt que prévu, et que je regrette une fois sur le chemin du retour de ne pas avoir visité les territoires que je n’aurais pas fait. « Cela me semble peu probable en effet, mais on ne doit pas passer cet endroit pour autant. D’après mes informations, nous sommes sur les Terres d’Agrabah, ce n’est pas loin des archipels barbares Sud, au besoin nous pourrons toujours nous y rendre. » Je regardais Thalia. Elle et son fils étaient drapés dans des tissus qui les protégeraient de la chaleur. J’en avais fait autant, plutôt par souci de me fondre dans le paysage et ne pas nous attirer de problèmes. « Vous allez bien ? Vous avez besoin d’un peu de temps avant que nous n’entamions le voyage ? » Car oui, j’avais la ferme intention de trouver le royaume non loin de là pour avoir quelque indice sur ma sœur. Mais si Thalia ne se sentais pas bien, j’avais bien remarqué évidemment que les voyages en mer ne la réussissaient pas, alors nous attendrons un peu.

code par sixty

_________________

je n'ai vu que des ombres. Des ombres géantes à perte de vue et une tempête de flocons noirs. Une neige noire qui recouvre progressivement mes mains, puis mes bras écartés. Des roses rouges semblent pousser tellement le sang gorge la poudreuse. ©️ caius


Dernière édition par Elsa Bludvist le Sam 12 Mar - 2:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 148
Cœurs enchantés : 958


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: L'enquête reprend... + Thalia&Elsa.   Sam 30 Jan - 9:54



L'enquête reprend ...
Elsa & Thalia

La reine des glaces, se proposa pour aller chercher un peu plus d’eau avec moi. Je croissais quelques uns de mes soldats qui s’échinaient à aiguiser leur épée. Je devais avouer que malgré la brutalité et le côté obtus de ses derniers, ils étaient agréables. Au fils des mois j’avais gagné leur respect, et ses derniers se pliaient à mes ordres sans le moindre problème. Sans doute un résidu de ma vie de reine. Mes capacités à gouverner étaient restées intacte, ceux malgré la déchéance de ma couronne et un enfant en bas âge dont j’avais bien du mal à me faire obéir.  Un comble n’est-ce pas ? Sans compter que contre toutes mes croyances, il avait commencé à marché plutôt qu’a parlé. Oh il disait bien quelques mots, mais rien de bien transcendant. Mais pendant les batailles que j’avais mené mon petit Milo avait apprit à marché. Il était de nature aventurier. Une tendance qu’il avait dû hériter de moi, parfois il me rappeler mon frère disparu. Hansel. J’aurais tant donné pour savoir ce qu’il aurait pensé de lui. Il lui aurait certainement appris à faire mille et une bêtise, et peut-être qu’il aurait réussi l’impensable : faire obéir le prince de Cavendish.
Après quelques politesses adressées à mes hommes, je repartais rejoindre Elsa, l’esprit embrumé par la chaleur ambiante. J’ignorais tout du nouveau voyage qu’avait organisé la reine des neiges. J’avais été contrainte de guerroyer pour défendre les limites du territoire de Drago. En conséquence je n’avais pu aider la reine d’Arendelle à planifier notre prochaine destination, et il fallait avouer que j’étais tout de même assez confiante. Elsa était de nature prudente, contrairement à sa sœur disparue. Si ça avait été Anna qui avait planifié tout cela, j’aurais certainement été moins encline à la suivre sans décortiquer un peu plus les détails de notre expédition.

La terre se rapprochait et j’avais l’impression que la chaleur augmentait d’avantage et le corps endormi de Milo contre mes seins ne devait rien arranger. Le bateau jetant enfin l’ancre, je demandais à Elsa si elle était certaine qu’Anna soit belle et bien dans ce désert blanc. Tout comme moi, cette dernière pensait que la présence de la princesse soit peu probable. Derrière nous, mes hommes armés jusqu’aux dents admiraient le paysage environnant avec la même inquiétude sur le visage. Cette terre nous été inconnu.

« Thalia êtes vous certaine de ne pas laisser l’enfant sur le bateau ? »

Me retournant vers mon bras droit, je lui jetais un regard mécontent. Il est vrai que j’avais songé à cette possibilité, pour éviter que l’on nous vole notre bâtiment, quelques hommes étaient restés à bord, mais je ne pouvais laisser mon fils seul et sans plus de protection dans ce navire.

« Oui, j’en suis certaine ! Milo reste avec nous, je refuse de le laisser sur le navire seul ! »

Obtempérant d’un signe de tête, il reculait de quelques pas tandis que je reportais mon attention sur Elsa qui me demandait si j’allais bien. Étonnée, j’haussais un sourcil, tandis que ma main se posait sur le dos de mon fils :

« Oui, je vais bien merci Elsa. Ces terres ne peuvent pas être pires que notre traversée en bateau. C’est cette chaleur qui m’inquiète, les soldats n’y sont pas habitués. »

Après plusieurs heures de marchent, Milo avait fini par se réveiller. Après plusieurs coups de pieds et gémissement je l’avais laissé marcher de lui-même. Contre toute attente se dernier m’avait donné la main, calme et obéissant. La chaleur commençait à me faire malice. Des vertiges avaient élu domicile dans mon corps. Buvant quelques gorgées d’eau, j’ordonnais à mon fils de faire pareil. Une demande qu’il exécuta sans trop de protestation. Une première.
Les premières maisons se détachaient du désert de sable qui nous accueillait depuis notre arrivée sur les terres arides et dénudé de vie.

« Thalia regardez on dirait des habitations ! »

Lâcha un de mes hommes, me devançant, hochant la tête j’acquiesçais avant d’ajouter avec difficulté :

« Espérons que ce lieu soit habité pour que nous puissions réquisitionnées quelques montures ! »

La fatigue gagnant mon fils, ce dernier tendait ses bras vers moi. L’attrapant, je le ramenais vers moi, un nouveau vertige s’emparant de moi, je manquais de tomber, tandis que Milo enlaçait ses petits bras autour de mon cou. Me ressaisissant, je me redressais, m’arrêtais quelques secondes avant de repartir en ajoutant à l’intention d’Elsa.

« Restez sur vos gardes Elsa, on ignore toujours qui vit sur ses terres… »

Les habitations se rapprochaient, et mon état physique ne semblait pas être enclin à s’améliorer. Deux de mes hommes surveillaient nos arrières, Elsa se tenait à ma droite, Milo s’était endormi dans mes bras, et son poids d’ordinaire plume me semblait démesuré. Devant nous six de mes équipiers, étaient attentif au moindre détail, armé de leur épée qu’ils avaient sorti de leur fourreau pour leur permettre de se défendre en cas d’attaque. Ma vision se brouillant à nouveau, je sentais ma respiration s’accélérer. J’ignorais tout de ce qui été en train de se passer. Je sentais mon corps s’affaiblir de manière rapide, jamais je n’étais arrivée à un tel stade de souffrance intérieur. Tentant de réveiller Milo afin que ce dernier ne marche seul, je l’appelais tendrement. Derrière moi, les deux soldats me parlaient mais je n’entendais plus, leur voix bourdonnait dans ma tête comme si de millier d’abeilles étaient entrées en moi. Mes pieds se prenant dans une meute de sable, je trébuchais, mes bras libérant mon fils, je le sentais tomber. Ses pleurs me parvenant avant que je ne perde connaissance et que tout devienne noir et silencieux.

acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
queen of ice-solation ❄
avatar


Messages : 443
Cœurs enchantés : 2237
Humeur : frigide.


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: L'enquête reprend... + Thalia&Elsa.   Dim 14 Fév - 12:49

Je m’étais dit qu’au cours du voyage, j’aurais eu l’occasion de me rapprocher de Thalia, et de peut-être sympathiser avec elle. Si ma sœur avait pu le faire, aussi naïve soit-elle et sans qu’il ne lui arrive rien, j’imagine que moi je n’avais rien à craindre d’elle. La traversée avait été longue mais malgré cela, l’occasion de discuter entre femmes ne s’était pas présentée. Ou alors j’étais trop sur la réserve, ou revenue sur mes intentions, pour faire dans la sociabilisation. Je m’étais contentée d’adresser des mots, que ce soit à Thalia ou à n’importe qui sur le bateau, seulement lorsque c’était nécessaire. À vrai dire, le but de ce voyage ne me rendait pas d’humeur à me laisser aller à la légèreté. Ma principale intention sur ce navire était de retrouver Anna.
La première véritable discussion que j’avais avec Thalia était peut-être ce jour. Et encore, il n’y avait rien de bon enfant, ça restait assez froid finalement.
Je me proposais de l’aider à porter l’eau et bientôt nous prîmes la route. Le temps était horriblement chaud, même moi j’avais l’impression de fondre sous ce soleil écrasant. Nous étions un petit groupe, quelques homme, Thalia, son enfant et moi. Tout ce que je craignais pour le moment, c’était la chaleur ou la faune locale plus que de mauvaises rencontres, mais je restais toujours sur mes gardes. Le souvenirs du Pays Imaginaire restait encore bien ancré dans ma mémoire. Thalia me rassurait sur son état, et partageait mes craintes à propos de la chaleur. Pourtant, c’était elle que j’aurais imaginée comme étant la plus courageuse sous ce climat. Ne connaissant strictement rien sur son histoire, ou seulement quelques bribes, je m’étais toujours prise à imaginer qu’elle venait d’une région telle que celle-ci. Son teint hâlé y était sûrement pour quelque chose. Il faudrait que je revois mes préjugés.

La traversée des terres arides fut longue et silencieuse. Et terriblement désagréable. Je regrettais le bateau et la mer à l’infini. Même si beaucoup supportaient mal les vagues, je pariais volontiers que c’était toujours plus agréable que ces montagnes de sable à l’infini.
Je sentais la fatigue s’emparer de moi, comme elle s’emparait de toute l’équipe, et la chaleur nous compliquait la chose, même si nous nous hydrations régulièrement. Les premières habitations firent finalement leur apparition dans notre champs de vision, et j’étais soulagée de voir le bout du voyage, même si mes jambes avaient un peu de mal à encore me porter. La chaleur, la marche et la fatigue n’aidaient pas à donner des forces, quelques gouttes d’eau non plus. Et pire, je n’y étais pas habituée, à de telles marches dans de telles conditions. Je me demandais si quelqu’un dans le groupe l’était. Je jetais quelques regards inquiets vers Thalia, elle avait vraiment l’air mal en point. « Sûre que tout va bien ? » je me risquais.
Elle m’invitait à me méfier des habitants des habitations. Je ne pouvais qu’aquiescer. Il y a eut des rencontres que j’aurais aimé ne jamais avoir eu à faire lors de mon voyage. J’avais appris que même les garçons d’apparence innocents pouvaient se révéler être quelque chose qui ressemblait à un monstre.

Thalia ne semblait pas retrouver la forme, et bien au contraire. Elle finit par s’effondrer alors que nous arrivions au bout du chemin. Je me retenais de lâcher un juron. Décidément, elle choisissait bien son moment ! Mais plutôt que de me mettre en colère, je demandais à ce qu’on la porte jusqu’à la première habitation qui nous accueillerait. Nous étions beaucoup trop loin du bateau pour faire demi-tour, et puis le courage devait sûrement tous nous manquer pour faire le chemin inverse, aussi l’eau qu’il nous restait ne suffirait sans doute pas à braver pendant encore des heures la chaleur étouffante du désert. Je ne pouvais pas non plus la laisser là le temps que nous nous occupions de notre quête.
Les habitations restaient simples. Et petites. J’étais peut-être née dans un château, et peut-être bien que j’y avais toujours vécu. Mais je savais que des maisons aussi petites ne devaient peut-être contenir qu’une seule pièce. L’urgence nous forçait de nous inviter. De toute façon, aucune porte ne nous l’interdisait. Il n’y avait qu’un rideau pour protéger les habitants d’un soleil trop pesant. Nous nous invitions donc, nous excusant auprès de la petite famille qui vivait sous ce toit mais l’urgence nous empêchait de faire autrement. Je pensais au fait que certains avaient mieux tiré parti de la malédiction, Drago avait profité de l’événement pour s’élever. Pendant ce temps, d’autres trimaient toujours. Le sort noir n’avait pas été bénéfique à tout le monde.
Les hommes déposaient Thalia sur ce qui ressemblait à un lit. Oh c’était sûr, il faudrait qu’elle se fasse à ne pas pouvoir toujours poser sa tête sur des matelas aussi confortables qu’à Arendelle, si ce n’était pas déjà fait. Au moins, le mal de tête devenait plus supportable à l’ombre.
Je m’occupais de Thalia et laissait son fils, dont je m’étais occupée depuis son malaise, aux hommes. Nous n’avions pas pris la peine d’emmener avec nous quelqu’un qui aurait eu quelques connaissances médicinales en cas de besoin. Un des hommes avait déjà pris la peine de forcer Thalia à boire un peu. J’espérais qu’elle ne se noierait pas avec quelques gouttes d’eau. Je savais citer par ordre chronologique les noms de tous ceux qui avaient régné sur Arendelle, mais je ne savais ce qui était bon ou non à faire en de telles situations. « Thalia, vous nous entendez ? » Je lui tenais la main, espérant que même si elle était dans l’incapacité d’articuler quelques sons, elle exercerait au moins une pression pour nous signifier qu’elle n’était pas complètement inconsciente.

code par sixty

_________________

je n'ai vu que des ombres. Des ombres géantes à perte de vue et une tempête de flocons noirs. Une neige noire qui recouvre progressivement mes mains, puis mes bras écartés. Des roses rouges semblent pousser tellement le sang gorge la poudreuse. ©️ caius


Dernière édition par Elsa Bludvist le Sam 12 Mar - 2:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 148
Cœurs enchantés : 958


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: L'enquête reprend... + Thalia&Elsa.   Dim 21 Fév - 17:38



L'enquête reprend ...
Elsa & Thalia

La marche dans le désert s’avérait plus compliqué que ce que je l’avais imaginé. Cette destination ne m’inspirait rien de bon. Une mauvaise impression me tordant l’estomac je tentais, de garder la tête haute. Milo courait autour de nous, parfois il demandait à être porter. A dire vrai je préférais largement lorsqu’il était dans mes bras. C’était clairement plus sécurisant pour moi, seulement ses six kilos en plus dans mes bras ne faisait qu’accentuer ma fatigue. Le soleil me tapait sur la tête, je buvais très peu préférant hydrater mon fils. C’est sans doute cela qui a fait que j’ai fini par flancher. Mes jambes me tenaient avec difficulté depuis longtemps déjà, Milo endormi dans mes bras, n’avait de cesse d’augmenter la chaleur de mon corps déjà largement au dessus de la normal. Ma vue se brouillait. Je pensais réellement être en mesure d’atteindre l’orée du village. Seulement mon corps en avait décidé autrement. Soudainement, mes yeux se fermèrent, mes jambes se rompirent et je tombais dans la noirceur la plus parfaite. Mon dernier reflexe fut de tomber sur le dos afin de ne pas blesser mon fils avec mes armes.

J’ignore ce qui s’est passé durant ma période sombre. J’avais bien entendu mon fils pleuré, mais rapidement tout devint silence et sombre. La chaleur ne me faisait plus souffrir j’étais comme libérée. Étais-je morte ? Voilà la première question que je me suis posée, des doutes qui se confirmèrent lorsque l’homme qui m’avait rendu mes mains fit son apparition. Comme dans mes souvenirs il m’était apparu dans un halo de lumière avec seulement un simple voile sur son torse de couleur. Des parures d’or, accompagnées par des pierres précieuses et autres accessoires dont j’ignorais totalement l’utilité ou même le nom.

« Maât ma fille, qu’es-tu en train de faire ? Pourquoi reviens-tu ici ? Tu dois retrouver ton frère ! Maât retrouve ton frère ! Sans lui tu ne pourras revenir ! Réveille toi ma fille et retrouve Shou, il est dans un monde différents de celui là. Tu dois le retrouver Maât. Réveille-toi maintenant ! »

Non, enfoncée dans la noirceur, je voyais l’homme de lumière disparaître, tandis que je lui demandais son nom en hurlant. Une réponse que je n’obtiendrais pas. Comme précédemment je n’obtenais qu’une seule réponse :

« Retrouve ton frère Maât ! »

La sensation d’un liquide s’immisçant dans mon œsophage, je me forçais à avaler. Une main saisissant la mienne, j’entendais un bourdonnement lointain et incompréhensible. Je ne voulais pas me réveiller. Égoïstement, je voulais que l’homme lumineux revienne. Je voulais qu’il m’explique qui était cette Maât avec laquelle il me confondait. J’avais porté beaucoup d’identité au cours des années, Gretel, la jeune fille sans main lorsque j’avais décidé que je ne méritais plus de porter de prénom, avant de devenir Thalia. Je voulais qu’il me dise qui était ce Shou dont il me parlait.  Pourquoi est-ce qu’il m’avait rendu mes mains. Je voulais savoir. Après plusieurs minutes à supplier silencieusement le mystérieux inconnu de revenir, je comprenais que tous mes efforts resteraient vains. Serrant légèrement la main de la reine d’Arendelle, je tentais de revenir. La douleur de ma tête refaisant surface.

« Milo »

Un souffle s’échappant de mes lèvres, je tentais d’ouvrir les yeux. En vain, comme toujours j’étais inquiète pour mon fils.

« Milo »

Répétais-je un peu plus fort, avant d’ouvrir les yeux, ébloui par la lumière bien qu’obscurci par des rideaux de piètres qualités. Mes yeux tournant dans la direction de la reine des glaces, je demandais la voix pâteuse, qui malgré le peu de volume résonnait dans ma tête.

« Où sommes-nous ? »

acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
queen of ice-solation ❄
avatar


Messages : 443
Cœurs enchantés : 2237
Humeur : frigide.


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: L'enquête reprend... + Thalia&Elsa.   Sam 12 Mar - 3:53

Je n’avais pas une idée du temps qu’il s’était écoulé depuis le malaise de Thalia, mais je devais reconnaître qu’elle était résistante car elle retrouvait ses esprits plus vite que ce que j’espérais. Certes, je m’inquiétais pour la suite de notre quête, mais j’étais encore humaine et j’aurais été prête à rentrer si son état ne s’était pas amélioré. Il m’avait aussi semblé pendant un instant que l’amie d’Anna était plus qu’inconsciente. Sa respiration avait été si lente, son cœur battait si faiblement alors ! J’avais bien demandé aux hommes de s’occuper de Milo. Le pauvre enfant avait pleuré avant de se calmer puis de larmoyer par à-coups. J’avais prié pour ne pas avoir à lui annoncer la pire nouvelle que l’on puisse annoncer à un enfant. Et surtout si mes recherches se trouvaient finalement infructueuses – mais je préférais ne pas imaginer ce cas de figure – cela me pèserait de devoir porter en plus le deuil de l’une de mes grandes alliées dans ce long voyage. Car Thalia avait été là depuis le début, malgré nos relations plutôt froides et la méfiance que j’avais d’abord eu à son égard. Je ne pouvais pas en dire autant de chaque membre de l’expédition. C’était quelques instants après que j’ai offert ma main à la jeune femme que le soulagement nous détendait tous. En plein désert il aurait été de plus une tâche bien compliqué de trouver de quoi soigner proprement et correctement Thalia. J’expirais profondément, mes épaules s’affaissèrent, il n’y avait plus de quoi s’inquiéter pour le moment.
C’était d’abord un murmure, que je croyais avoir rêvé, puis un son légèrement plus audible qui nous apprenait que Thalia était revenue parmi nous. Un homme était encore en train d’expliquer la situation à la pauvre petite famille qui elle ne s’était heureusement pas montrée hostile. Depuis le simple lit, je leur adressais un sourire reconnaissant. Le petit garçon s’était rapproché de sa mère en courant en l’entendant prononcer son nom. Enfin les yeux chocolats de la jeune femme s’ouvraient. L’entendre simplement parler donnait l’impression qu’elle rêvait, mais c’était plus rassurant encore de la voir revenir à la réalité. Je me félicitais de ne pas m’être trouvée dans le même état qu’elle. On le voyait bien, elle n’était pas au mieux de sa forme pour le moment. Je pensais alors qu’il faudrait qu’on explique à la famille qui nous accueillait pour un instant qu’il faudrait prolonger de quelques temps – en espérant qu’il ne s’agisse que de quelques heures pour ne pas les importuner – notre séjour. Au pire des cas, nous tenterons de trouver une autre solution.

« Pas loin de l’endroit où vous êtes tombée inconsciente, » pensais-je la rassurer sans pouvoir pour autant lui donner plus de précisions. Je n’avais pas la carte en main pour lui indiquer où nous en étions arrivés avant le drame. Je n’avais pas une idée exacte du temps de marche qu’il nous restait encore avant d’arriver à la destination que nous visions. Mais je me le répétais encore, ce n’était pas le plus préoccupant pour le moment. L’important c’était déjà que nous ne causions pas de mort durant notre avancée. Au moindre problème, on pouvait tout arrêter. « Vous vous sentez bien ? » je m’assurais. Et je me demandais s’il ne valait pas mieux retourner au bateau pour le moment, tenter plus tard un autre moyen d’arriver au royaume d’Agrabah. Si après quelques heures c’était Thalia qui nous avais quittés un instant, cela pouvait bien être un autre de nos hommes un peu plus tard, ou pire, le plus fragile et sujet à la chaleur oppressante de cette région : Milo.

Je demandais à l’homme à qui j’avais confié la carte et sur lequel je pouvais m’appuyer pour l’orientation s’il avait une idée du temps qu’il nous faudrait pour arriver à destination. Il nous répondait qu’il faudrait encore une heure, peut-être deux si nous faisions régulièrement des pauses. J’acquiescais. De toutes les manières, il nous faudrait quand même reprendre la route pour rentrer ou pour arriver au royaume d’Agrabah. Au moins nous étions arrivés dans la région dans laquelle les petits villages s’étalaient. Si nous en avions besoin en cas d’un autre malaise, nous aurions un peu d’hospitalité, contrairement à notre traversée passée où seules les dunes de sable avaient constitué notre unique horizon pendant de longues heures. Continuer me semblait donc une meilleure idée. « Nous resterons encore un petit moment ici, afin d’être sûrs que vous soyez remise et que vous soyez en état de poursuivre, » dis-je alors que je me tournais à nouveau vers Thalia. « Sauf si vous préférez rentrer, ce que je comprendrais. »
Après tout, même si moins avantageux, il était toujours possible de rebrousser chemin.

code par sixty

_________________

je n'ai vu que des ombres. Des ombres géantes à perte de vue et une tempête de flocons noirs. Une neige noire qui recouvre progressivement mes mains, puis mes bras écartés. Des roses rouges semblent pousser tellement le sang gorge la poudreuse. ©️ caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 148
Cœurs enchantés : 958


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: L'enquête reprend... + Thalia&Elsa.   Sam 2 Avr - 16:37



L'enquête reprend ...
Elsa & Thalia

Le voile de l’obscurité disparaissait, une lumière dorée réapparaissant. Est-ce à nouveau ce drôle d’homme dont le charisme me faisait frissonner ? Non, cette lumière était accompagnée par une chaleur étouffante qui ne m’offrait rien de bienveillant. Je sentais à nouveau les perles de sueur s’écoulaient sur mon visage. Mes paupières tentant de se protéger de cette lueur trop claire, je les sentais battre entendant leur claquement jusque dans mon cerveau. Une main tenait la mienne, je la sentais, mais pire je sentais tout les détails du gant de cette dernière, ce qui signifiait que les miens ne recouvraient plus les miennes. Sentant une vague de panique, qui eut l’audace de me donner de nouveau vertige je m’affolais pour une autre variable et pas des moindres : mon fils. Milo, je le tenais dans mes bras. Il était endormi quand j’ai succombé. Ô par tous les dieux, si tentait qu’il y en ait, pourvu que je ne l’avais pas blessé avec une de mes armes ! Mes lèvres, sèches, se dénouant pour appeler la chair de ma chair avec faiblesse. Réitérant l’opération plusieurs fois, j’apercevais la reine d’Arendelle, c’était sa main qui était enfouie dans la mienne. Ainsi elle paraissait moins froide. Je pouvais même déceler quelques traits de mon amie Anna. Peut-être que la rouquine avait raison et que sa sœur était pas celle qu’elle donnait l’impression d‘être. Tentant de rendre à la reine du royaume que je servais désormais son sourire, je finissais par demander où nous étions. J’étais censée la protéger et voilà que j’étais celle qu’elle veillait. Mes hommes ne devaient pas être bien loin, saufs si nous avions assailli une bataille et que je n’avais pas pu les défendre ou les mener. Si c’était le cas comment allais-je expliquer ca à Drago ? Je voulais voir mon fils. Tournant les yeux dans tous les sens j’analysais l’endroit où nous nous trouvions apparemment c’était une maison.
Elsa s’attela à me répondre, elle m’apprenait que nous étions non loin de mon lieu de chute. Hochant la tête en signe que j’entendais et que je comprenais. Rapidement, elle s’empressait de connaitre mon état de santé, reportant mon attention sur cette dernière je répondais d’une voix roque :

« Je vais bien, merci, où est Milo ? Et les hommes ? »

Au moment où je demandais cela, un d’entre eux apparaissait avec une carte sous la demande d’Elsa. Ce dernier nous annonçait qu’il nous faudrait une heure de marche pour arriver jusqu’à notre point d’arriver. Hochant la tête, je me redressais, au même moment où mon petit garçon s’apercevait que j’étais enfin revenue à moi. Dans un « maman », replie de larme il me sautait dans les bras, manquant ainsi de me faire tomber à la renverse. Serrant ce dernier plus que de raison, je sentais ce dernier pleurait dans mes bras. Embrassant sa petite tête, je lui murmurais :

« Je suis désolée mon bébé, maman va bien »

Berçant mon fils, légèrement fébrile, je sentais mon regard se poser sur mes cicatrices dorée de mes mains découverte. Écoutant les recommandations de mon bras droit dans cette expédition. Je suivais la carte des yeux, tandis que la reine d’Arendelle ajoutait que nous resterions encore dans cette demeure quelque temps le temps que je sois remise sur pied.

« Nous ne pouvons pas rester trop longtemps dans cette demeure. Je refuse d’être un poids. Je vais bien »

Reportant mon attention sur mon fils, qui caressait une de mes cicatrices d’un doigt tandis qu’il avait mis son pouce dans sa bouche. Caressant sa tête de ma main libre je regardais le soldat de mon infanterie en demandant :

« Pouvez-vous allez me chercher mes armes s’il vous plait et assurez vous que les soldats sont bien hydrater s’il vous plait. »

Ce dernier hochant la tête, il laissait la carte à Elsa, m’assaillant un regard insistant suivit s’un faible sourire. Gagner le respect de ses hommes n’avaient pas été des plus simple. Pourtant maintenant je savais qu’ils me suivraient jusque dans la mort. Ils me respectaient malgré le fait que je sois une femme et une jeune mère. Une fois l’armure de mon bras droit disparu, je me retournais vers Elsa.

« Merci de vous être occupé de Milo. Où avez-vous mis mes gants, j’aimerais les récupérer s’il vous plait ? »

Tandis que j’abordais le sujet de mes gants, je sentais le regard de mon fils se poser sur moi, ce dernier continuant de jouer avec la lisière dorée de mes mains. Je haïssais le fait de les avoir à découvert. C’était sans doute la peur de devoir vivre une nouvelle fois sans. Redevenir la femme sans main, était pour moi impensable.

« Où sont les propriétaires de cette demeure j’aimerais les remercier ? »


acidbrain




hors RP :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
queen of ice-solation ❄
avatar


Messages : 443
Cœurs enchantés : 2237
Humeur : frigide.


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: L'enquête reprend... + Thalia&Elsa.   Lun 19 Sep - 17:59

Rassurée sur l’état de santé de Thalia, Elsa avait permis à ce qu’on lui laisse un peu de temps avec son fils. Un peu de temps tout court. Et même si la brune affirmait que l’on pouvait continuer les recherches sans plus attendre, il était préférable de prendre des précautions. Si Thalia ou quelqu’un d’autre venait à faire un malaise plus tard, au beau milieu de nulle part sans habitations avant des kilomètres de marche, ce serait plus compliqué. Elle était catégorique, ils resteraient à l’abri du soleil de l’après-midi quelques heures au moins. Thalia demanda à avoir ses gants, puis à parler aux propriétaires de la maisonnée. Ce fut la reine d’Arendelle qui se chargea de tout cela et disparu quelques instants.

Elle revint avec les gants et le couple bienveillant qui les avait gentiment accueillit suite au malaise de Thalia. Il y eut évidemment les remerciements de Thalia, mais Elsa ne s’était pas attendue à ce qu’il se fut passé juste après. Le couple dit quelque chose dans une langue que la reine ne connaissait pas. Quelques phrases échangées, chuchotées. Et Thalia finit même par échanger avec eux dans ce même langage. Elsa soupçonnait bien que Thalia venait de terres qu’elle n’avait sans doute jamais visité, mais serait-ce possible que ce pays soit le sien ? Elle ne savait pas si la malade rétablie avait conscience qu’elle parlait une autre langue. Elle ne savait pas non plus ce qu’ils échangeaient. Rien de bien méchant, en tous cas rien dans leurs tons ou leurs expressions ne semblait le faire comprendre.
N’ayant pas d’explications de la part de l’amie d’Anna suite à cet échange, Elsa en conclut que cela ne la regardait sans doute pas, et ne lui posa pas de questions. Elle les garderait pour plus tard, peut-être lors d’un banquet, quand la curiosité s’immisçait sans problème dans les conversations.

Ce ne fut que le lendemain matin, un peu avant le lever du soleil, que la petite équipe reprit la route. Ils arriveraient avant midi dans un nouveau village, et trouveraient alors quelque part où se reposer et s’abriter des heures les plus chaudes de la journée dans une taverne ou chez un autre habitant si le besoin se faisait sentir - si un autre faisait un malaise par exemple.
Le reste de leur périple se passa d’ailleurs relativement bien. On se plaignit de la chaleur, mais il n’y eut pas d’autres malaises. Le pays fut traversé, des villageois furent interrogés, on vint même à toquer à la porte de plusieurs tavernes pour avoir des nouvelles de la princesse disparue, mais ici comme partout ailleurs jusqu’à présent, il n’y eu aucune piste, aucun indice, aucun espoir. C’était de nouveau bredouille qu’Elsa monterait sur le bateau qui la ramènerait à son royaume.


_________________

je n'ai vu que des ombres. Des ombres géantes à perte de vue et une tempête de flocons noirs. Une neige noire qui recouvre progressivement mes mains, puis mes bras écartés. Des roses rouges semblent pousser tellement le sang gorge la poudreuse. ©️ caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'enquête reprend... + Thalia&Elsa.   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'enquête reprend... + Thalia&Elsa.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'enquête reprend... + Thalia&Elsa.
» Commission d’enquête parlementaire au COS-ONE
» ENQUÊTE/QUESTIONNAIRE
» Enquête de généalogie.com
» Enquête : la mobilité professionnelle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No Kindness Left :: Le monde des Contes :: Golden Land :: Terres arides-
Sauter vers: