AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Tumblr  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (fini) L'amitié peut parfois avoir un prix (PV Regina Mills)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Messages : 566
Cœurs enchantés : 8219


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: (fini) L'amitié peut parfois avoir un prix (PV Regina Mills)    Dim 17 Avr - 13:16


❝L'amitié peut parfois avoir un prix❞
Marvin E. Kandinski & Regina Mills

J’écoutais avec attention Régina qui me déclara ne pas avoir fait de leur ticket de retour une priorité. Régina semblait être préoccupée par un autres problème. Cela avait-il un lien avec les changements brutaux de personnalités des habitants de Storybrooke ? Revenu à mes premières pensées, je soupirais. Dans un sens j’avais été presque déçu par cette réponse. Je pensais à Anna et à son envie de rentrer chez elle pour rejoindre sa sœur. Rien de plus légitime en somme. Je ne pouvais pas l’en blâmer ! Je voulais l’aider et je croyais que je pourrais me tourner vers Régina pour réaliser mon rêve. Malheureusement, il apparaissait que ce n’était pas le cas. Pourtant, je ne me décourageais pas ! Si elle ne se préoccupait pas de cela, peut-être qu’une autre personne dans cette ville le pourrait.

- Régina, je voudrais te poser une question. Si je devais m’adresser à une personne pour obtenir un moyen de rentrer au monde des contes, à qui devrais-je m’adresser ? Est-ce que tu as une idée ? Je cherche à aider une de mes amies !

Je souris un instant, ravi de constater la confiance que Régina avait en moi. Il est vrai qu’elle avait déjà eu de nombreuses occasions de me voir à l’œuvre et pouvait donc certifier de ma bonne foi et mon talent.

- Je te remercie Régina, je te promets que je ferais de mon possible pour que ce Noël soit le plus beau que les enfants aient passé à Storybrooke.

Mon sourire disparut alors de mes lèvres. Penser soudainement à mes enfants avait été bien douloureux pour moi. Je ne pouvais effacés les terribles images qui s’étaient imposées dans mon esprit. En m’occupant des rêves des enfants de Storybrooke, je croyais pouvoir me racheter une conduite mais rien ne pourrait jamais effacer ce que j’avais fait. Les parents de Storybrooke me prenaient pour un héros, les enfants étaient émerveillés devant mes créations. Jamais aucun d’eux n’auraient pu deviner que ses mêmes mains qui réalisaient ces jouets de génie étaient recouvertes de sang d’enfants que j’avais assassinés. J’étais tellement fier de ce masque dont je savais me parer habituellement. Il venait soudainement de tomber de mon visage et sa chute m’avait placé en très mauvaise posture. Si seulement Régina n’avait pu s’apercevoir de rien.

- Rassures-toi Régina, ce n’est pas de ta faute ! C’est juste que depuis la rupture de la malédiction… tous ces souvenirs douloureux… parfois je me dis que je devrais quitter définitivement Storybrooke ! Tout oublier et tout laisser derrière moi… je pourrais enfin me reconstruire une vie ! Etre heureux ! Ce serait tellement merveilleux !

Soudainement, je repris conscience des propos que je tenais devant la personne à l’origine de la malédiction. Je me sentais désolé et peiné et je lui adressais un léger sourire pour la rassurer quelque peu me rendant bien compte que cela ne suffirait pas à la convaincre.

- Le problème c’est que je ne pense pas que je le mérite. Contrairement à toi, je n’arrive pas à tourner la page ! Je ne peux pas avoir une fin heureuse, ce ne serait pas juste ! J’ai fait souffrir toutes les personnes que j’aimais, des personnes admirables et courageuses qui méritaient d’avoir une vie heureuse. Elles ne la connaîtront jamais parce que je les en ai empêché ! Comment pourrais-je prétendre avoir droit à ce que qu’elles n’auront jamais ? Ce n’est pas juste !

Je lui parlais ensuite d’Anna. Ma très chère princesse d’Arendelle qui été entrée dans ma vie un peu par accident et qui avait su me rendre ce bonheur auquel je n’aspirais plus ! Je l’aimais sincèrement, elle embellissait ma vie par un cœur tendre et des rêves pleins la tête. Mais notre amour avait cela de tragique qu’à peine éclos, il était déjà condamné à disparaître Nous avions tous deux conclus que nous accepterions cette situation mais plus le temps passait, plus je me demandais comment je pourrais continuer à vivre sans elle. Régina me prit alors la main, me ramenant à la réalité de l’instant présent. Je soupirais alors légèrement et tournais mon attention vers elle.

- J’ai effectivement quelqu’un dans ma vie. Sans entrer dans les détails, je me suis entiché d’une femme mariée ! Je sais que je n’aurais pas dû, j’ai essayé d’y résister au début et j’ai cherché à la fuir. Mais nous nous sommes rapidement aperçus que nous étions bien plus malheureux lorsque nous vivions loin l’un de l’autre. Alors nous avons décidés de vivre cette idylle quoiqu’elle nous en coûte ! Je sais que je vais finir par la perdre et qu’elle va s’en aller. Elle a toute une famille qui l’attend dans le monde des contes et qui vivent des épreuves difficiles. Je ne veux pas la retenir ici alors que ce n’est pas ce qu’elle désire. Je veux qu’elle soit heureuse parce que c’est ce que font les Gentils, ils doivent être prêt à se sacrifier pour le bien-être d’autrui ! Même si cela veut dire renoncer à l’amour et à ma fin heureuse. Est-ce que tu crois que j’ai raison d’agir ainsi ?

Laissant de côté mes histoires de cœur, nous revenions aux affaires qui nous préoccupaient au début de notre conversation.

- Très bien alors. Je vous attendrais mercredi sans faute. Je demanderais à mon assistante de vous réserver l’après-midi ! Je me réjouis de voir le chalet, te connaissant tu as dû mettre les bouchées doubles. Je me réjouis déjà de la voir ! Pour ce qui est de Kiernan, j’espère que vous pourrez trouver un terrain d’entente. Je ferais tout pour cela, Régina. Mais je te recommande d’être prudente. Même si je n’ai aucun doute sur la supériorité de tes pouvoirs je tiens quand même à te prévenir. Kiernan est coriace… voir même suicidaire parfois ! S’il décide de faire de toi son ennemie, il n’abandonnera pas la bataille sans se battre. Même jusqu’au péril de sa propre vie ! C’est pour ça que je vais tout faire pour le calmer avant qu’il ne soit trop tard.

Notre conversation s’orienta alors sur ma fin heureuse. Je désirais plus que tout pouvoir me racheter à la face de toutes les personnes que j’avais blessées mais pour cela, il fallait que je puisse me départager définitivement du démon qui gâchait ma vie et toute chance de fin heureuse pour moi. J’ignorais si Régina accepterait ou non et ma question n’était pas facile. Comment lui faire accepter ma proposition ? Je n’avais plus affaire à la même personne désormais. Prenant une profonde inspiration j’énonçais alors ma requête.

- Comme tu le sais, je dois la plupart de mes malheurs à ce cher Edward Hyde. C’est de sa faute si toutes les personnes que j’aime m’ont été enlevées. Je ne pourrais pas prétendre à une fin heureuse tant qu’il s’accrochera à moi ! C’est pour cette raison que je me tourne vers toi. Tu es la seule personne qui ait réussit à le faire resurgir à Storybrooke. Aucune de mes tentatives n’ont apportés un quelconque résultat. J’ai besoin de la liste des ingrédients que tu as employé pour fabriquer cette potion. Ce n’est qu’en analysant son contenu que je pourrais trouver la solution à mon problème. Est-ce que tu accepterais de me la prodiguer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1444
Cœurs enchantés : 9378
Humeur : Amoureuse <3


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: (fini) L'amitié peut parfois avoir un prix (PV Regina Mills)    Lun 9 Mai - 23:42




L'amitié peut parfois avoir un prix
 

Pendant une seconde, Regina se demanda si Marvin voulait repartir dans le monde des contes, étant donnée sa question. Mais en l’écoutant jusqu’au bout, elle comprit qu’il voulait aider quelqu’un. Elle le regarda en hochant la tête doucement.

-Je pense que Mr Gold est la seule personne ici qui a toutes les réponses à ce sujet.

Madame de maire se demandait bien à qui Marvin faisait allusion, mais le savait que s’il avait envie de le lui dire, il le ferait de lui-même.
En ce qui concernait les capacités du fabricant de jouets à faire des merveilles, elle n’en doutait absolument pas, et le lui avait d’ailleurs fait savoir. Mais parler de tout cela, des enfants, avait visiblement fait ressurgir de douloureux souvenirs pour Kandinski, et Regina en était désolée, d’autant qu’elle ressentait désormais une certaine culpabilité : l’ancien pingouin le disait lui-même, la levée de la malédiction lui avait permis de se souvenir de ses heures les plus sombres, ce qui, vraisemblablement, l’empêchait désormais de gouter au bonheur. Il envisageait même de quitter la ville pour tout oublier à nouveau et repartir à zéro. La maire de Storybrooke secoua la tête en le regardant tristement.

-Ce n’est pas la solution, Marvin, du moins je ne le pense pas. Je crois que tu le sais. Tu mérites mieux qu’une vie basée sur un mensonge à toi-même. Tu dois te pardonner si tu veux obtenir le pardon des autres. Je sais mieux que quiconque à quel point c’est difficile, mais je suis certaine que ton bonheur est à portée de main.

Il culpabilisait énormément, ça se voyait, ça s’entendait, ça se ressentait. L’ancienne méchante reine ne comprenait que trop bien ce que son ami traversait et lui lança un regard aussi rassurant que possible. Puis, il laissa entrevoir que son cœur battait pour quelqu’un, ce qui tira un petit sourire à madame le maire. La voilà, sa fin heureuse, il la tenait au creux de la main. Mais il semblait y avoir une ombre au tableau : la demoiselle en question était mariée. Marvin développa un peu, et Regina ne mit pas longtemps à faire le lien. Cette amie qu’il voulait aider à repartir dans le monde des contes n’était autre que cette fille dont il était tombé amoureux.

-L’Amour n’obéit à aucune règle, c’est ce qui le rend si imprévisible… lâcha-t-elle à mi-voix.

Cettre phrase, elle l’avait dite à Blanche-Neige en lui parlant de Daniel lorsque, enfant, la jeune princesse les avait surpris tous les deux. Marvin semblait résigné, tel un héros, à sacrifier son bonheur d’être avec sa belle pour qu’elle puisse retrouver les siens.

-Cette demoiselle a beaucoup de chance d’être aimée par toi, Marvin, n’en doute pas. Ce que tu veux faire pour elle est tout à ton honneur.

Malgré tout, l’issue semblait bien triste pour le savant.

-Si une solution est envisageable pour qu’elle reparte d’où elle vient, pourquoi n’irais-tu pas avec elle ?

Le rendez-vous pour s’occuper du chalet de Noël pour le projet de fin d’année était fixé, et le fabricant de jouets semblait s’en réjouir, ce qui fit sourire Regina. Marvin semblait réellement passionné par son travail. Ce qui la fit sourire d’avantage, c’était de le voir s’inquiéter de Kiernan.

-Avant qu’il ne soit trop tard pour lui, tu veux dire
, marmonna-t-elle.

Si kiernan continuait à causer des problèmes, elle n’aurait aucun scrupule à l’éjecter de la ville. Enfin, en théorie. Puis la conversation prit une tournure tout autre. Regina sentait que la demande de son interlocuteur ne serait pas commune, et elle appréhendait un peu, en le regardant fixement dans les yeux et écoutant religieusement ce qu’il disait. Elle garda ensuite le silence quelques secondes, se mordillant la lèvre inférieure.

-Oh Marfvin… C’est une très, très mauvaise idée.

Elle avait insisté sur le deuxième « très ».

-Je ne veux pas prendre le risque que tu te transformes à nouveau. C’est beaucoup trop dangereux. Il faut que tu apprennes à vivre avec ça, même si c’est difficile. Je ne peux pas accepter de te faire prendre le risque d’être tenté de fabriquer la potion toi-même. Je suis désolée, Marvin, je déteste avoir à te dire non, mais là, c’est un Non irrévocable.

Il la trouverait peut-être dure dans sa décision, mais en tant que maire de la ville, elle se devait d’un protéger les habitants, et même Dr Jekyll devait être protégé de Mr Hyde.

-Ne m’en veux pas, s’il te plait…

Elle ne voulait pas non plus le traiter de drogué, mais elle se souvenait très bien qu’un moment, il était devenu accro à cette potion.

-Je ne comprends pas vraiment quel est ton but, en fait. Si tu me l’expliques, je pourrais peut-être procéder moi-même à ces recherches ?

Le savoir en proie à une certaine forme de détresse déplaisait à Regina, elle voulait l’aider, mais si cela le mettait lui-même en péril.

-Je veux t’aider, tu le sais, j’espère. Mais pas à n’importe quel prix.

Il fallait se montrer raisonnable, c’était ce qu’elle essayait, sans doute un peu maladroitement, de lui faire comprendre. Et même si ça lui faisait mal au cœur de devoir lui refuser quelque chose qui semblait lui tenir à cœur, Regina suivait son instinct qui lui hurlait que ce serait une très mauvaise idée.





(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 566
Cœurs enchantés : 8219


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: (fini) L'amitié peut parfois avoir un prix (PV Regina Mills)    Mer 1 Juin - 0:16


❝L'amitié peut parfois avoir un prix❞
Marvin E. Kandinski & Regina Mills

Je souris un instant en entendant les propos de Régina. Mr Gold semblait pouvoir être la seule personne capable de répondre à mes interrogations ? Mais à quel prix le ferait-il ? Tout comme les habitants de Storybrooke, je savais parfaitement que Le Ténébreux n’était pas homme dont l’aide pouvait être obtenue facilement, tout du moins pas sans un marché dument signé. Hors je ne pouvais me permettre une action pareille. Avec Hyde tapis à l’intérieur de mon esprit, cet échange de bon procédé ne pourrait qu’entraîner son lot de malheurs.

- Tu sais, je crois que je préfèrerais en venir à de telles extrémités. Tu sais mieux que quiconque à quel point je peux être dangereux lorsque je suis manipulé.

Cette phrase avait été lancée avec une certaine amertume que je ne tentais pas de dissimuler. Après tout, la Méchante Reine qui m’avait fait subir ce sort atroce n’avait plus rien à voir avec la Régina qui se tenait à mes côtés. Elle me parla alors en des propos rassurants du bonheur auquel j’avais droit. Je savais que je pouvais me fier aux propose de Régina. Après tout cette rédemption à laquelle elle aspirait tant elle avait fini par l’obtenir en fondant une nouvelle famille avec les personnes qu’elle aimait. Pourtant, je me doutais que la quête de rédemption ne devait pas être aussi simple qu’il n’y paraissait. J’adoptais alors une aptitude plus sombre que jamais.

- Je peux te poser une question ? Que vois-tu lorsque tu fermes tes yeux ? Qu’est-ce que tu entends dans la profondeur de la nuit lorsque tous les bruits alentours se sont tus ? Je n’ose plus m’endormir de crainte de voir les fantômes de mon passé ressurgir à l’improviste. Je passe mes nuits avec la radio branchée de peur d’entendre leurs cris de détresse et leur râle venir me tirer de mes douces rêveries. La douleur est insupportable et il n’y a rien que je puisse faire pour apaiser cette douleur. J’ai la sensation que c’est restant ici et en masquant mon bonheur derrière une nouvelle vie épanouie que je me mentirais à moi-même.

Je souris à la citation de Régina. Je pensais en mon fort intérieur que cela justifiait en grande partie mon comportement avec Anna. Le scientifique que j’étais se refusait à apprécier l’imprévisible. L’organisation et la raison étaient des valeurs si chères à mon cœur ! J’avais de la peine à imaginer que ma jeune assistante puisse ainsi bouleverser l’ordre que j’avais établis dans ma vie. Le bouleversement de mes convictions les plus profondes me déstabilisait au point de chercher tout simplement à les rejeter, à la rejeter ! Régina saluait le courage dont je faisais preuve et approuvait totalement mon choix.

- Je te remercie, Régina. Cela me fait extrêmement plaisir de voir que tu es de mon avis. Je crois également que c’est la meilleure décision que je puisse prendre !

J’ignorais cependant si elle pouvait être considérée comme chanceuse. M’aimer n’était pas une bénédiction mais un danger de chaque instant ! Car aimer mes bons côtés signifiaient également être exposés à mes plus noirs desseins et à mes crimes les plus atroces. Si je tenais tant que cela de l’écarter de ma vie, c’était bien pour cette raison.

- L’Amour consiste également à faire passer les besoins des autres avant les siens ! N’as-tu donc pas entendu ce que je viens de dire à l’instant ? Cette femme est mariée et d’après ce que j’en sais elle est heureuse en ménage. Comment pourrais-je la suivre en sachant que je serais considéré comme la cinquième roue de son carrosse ? Non, je ne tiens en aucun cas à prendre une décision qui finirait par la faire souffrir. Elle mérite mieux que ça ! Nous n’appartenons pas au même monde…

Régina me fit comprendre par défi qu’elle ne craignait en rien la menace que représentais Kiernan. S’il devenait un danger pour les autres, je sais qu’elle aurait tôt fait de se débarrasser de lui. Je lui adressais alors un demi-sourire.

- C’est vrai tu as raison ! J’ai presque failli oublier à qui je m’adressais. Cependant, je t’en prie, garde à l’esprit mes paroles. Je ne voudrais pas qu’il t’arrive malheur !

Bientôt, nous abordions le sujet qui me tenais le plus à cœur dans cette rencontre. Régina ne tarda pas à décliner ma requête. Je demeurais alors impassible, n’osant prononcer un mot ni même croiser son regard. Je sentais que tous mes rêves et mes espoirs s’envolaient subitement en fumée. Comment osait-elle me faire cela après avoir joué avec mes mauvais démons durant des années ? Je ne comprenais pas pourquoi la femme qui possédait toutes les réponses à mes questions s’opposait à la réussite même de mon projet. Qu’est-ce qui justifiait tant de cruauté et d’incompréhension de sa part ? Je sentis une brutale colère s’emparer de moi et je me mis soudainement à m’exprimer d’une voix rauque et profonde, se rapprochant de celle de Hyde.

- Pourtant aussi loin que je me le rappelle, tu n’as jamais hésité à l’utiliser contre moi cette maudite potion. Tu as peur d’une bête que tu ne peux pas contrôler alors que c’est toi-même qui a veillé à son retour à Storybrooke ? Est-ce que c’est ton côté prétendument angélique qui s’exprime ? Je ne te demande pourtant pas grand-chose. J’espère simplement que tu puisses consentirent à me donner cette fichue liste d’ingrédients !

Soudainement, je pris mon visage entre mes mains et respirais profondément. J’entendis subitement raisonner en moi les appels de détresses de Hyde. Désireux plus que jamais de sortir de sa cachette, il tentait de me convaincre d’utiliser la manière forte au détriment de Régina. Pourtant, je me refusais à lui accorder ce qu’il me demandait. Je demeurais calme et répondis avec plus de douceur à mon amie.

- Je te prie de m’excuser, Régina… Je ne… je ne voulais pas dire cela. Mes paroles ont surpassé mes pensées. Je te prie de me pardonner. C’est Hyde ! Je l’entends et je le vois aux moments les plus inopportuns de mes journées et de mes nuits. Il ne demande qu’à sortir de ma tête et je sais qu’il trouvera un moyen. Qu’importe si tu tentes de m’aider ou pas. Il trouvera une solution ! Ma seule chance c’est de pouvoir me séparer de cette personnalité destructrice ! Je dois la faire disparaître une bonne fois pour toutes !


Relevant alors mon regard vers mon amie, je poursuivis mon discours.

- Je suis persuadé que les composant de la potion seront la seule réponse à mon problème. Il faut que je sache quels produits tu as employé afin de reproduire et d’améliorer la solution de base. Je dois trouver la potion qui me séparera de Hyde à jamais… appelle ça l’approche scientifique du problème !


Soudain, j’entendis la sonnerie de mon téléphone portable raisonner dans la pièce. Me dirigeant vers le manteau où il était retenu, je jetais un œil à son écran et trouvait alors un message envoyé par un numéro que je connaissais très bien. Soupirant légèrement, je jetais un regard vers mon interlocutrice.

- Je te prie de me pardonner. J’ai un rendez-vous et je ne peux pas le manquer ! Je suis désolé si je dois d’abandonner si tôt. J’espère que tu ne m’en veux pas !

D’un geste mécanique je jetais mon manteau sur mes épaules. J’adressais alors un dernier sourire triste à Régina.

- Ce fut un réel plaisir pour moi de te revoir. Je te recontacterais pour notre rendez-vous pour le jouet de Roland ! Merci encore.

Je m’apprêtais alors à repartir mais finis par me retourner vers mon amie.

- Je te remercie pour ta proposition. Mais je doute que ta poudre de perlimpinpin et tes tours de prestidigitation puissent m’être d’une aide quelconque dans ma quête. Je te souhaite une bonne journée !  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (fini) L'amitié peut parfois avoir un prix (PV Regina Mills)    

Revenir en haut Aller en bas
 
(fini) L'amitié peut parfois avoir un prix (PV Regina Mills)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» un chat castré peut-il avoir une érection?
» Peut plus avoir la paix avec ces foutus téléphones !!!!!
» peut on porter plusieurs pierres en meme temps ?
» Péridurale
» Le Président d'Honneur de notre forum

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No Kindness Left :: Bienvenue à Storybrooke :: Quartier Aragon :: Les villas :: Villa de Regina Mills-
Sauter vers: