AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Tumblr  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (fini) L'amitié peut parfois avoir un prix (PV Regina Mills)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Messages : 566
Cœurs enchantés : 8219


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: (fini) L'amitié peut parfois avoir un prix (PV Regina Mills)    Mer 25 Nov - 21:35


❝L'amitié peut parfois avoir un prix❞
Marvin E. Kandinski & Regina Mills


Tout en déposant violemment mes fioles de produits chimiques sur un des établis de mon laboratoire, je ne peux m’empêcher de bailler. Mes forces m’abandonnent lentement et je frotte mes yeux endoloris qui se referment tout seuls. Combien de temps ai-je encore passé dans mon laboratoire ? Toute la nuit, si j’en juge par la lumière matinale et discrète des premiers rayons du Soleil qui perce à travers les volets fermés de la pièce. Ce n’est cependant pas cet état de fait qui me met en colère, les insomnies sont devenues monnaie courante pour moi depuis que la malédiction a été rompue. Non ce qui m’épuise en réalité c’est l’idée qu’une fois de plus, j’ai échoué dans mes recherches. Aucune des mixtures que j’ai concoctées durant la nuit ne m’a apporté ce que je désirais ? Comment se fait-il qu’un cerveau aussi puissant et doué que le mien ne parvienne pas à reproduire ce médicament si fabuleux que je m’étais injecté dans mes veines de si nombreuses fois dans le monde des contes. Cette idée m’habitait et m’obsédait ! J’avais pris conscience de ma véritable personnalité, je m’étais habitué à cette idée d’être à nouveau le docteur Henry Jekyll et d’avoir ce monstre si cruel qui tour à tour avait assassiné sa famille et ses amis sans aucun regret. Il me fallait à présent reprendre mes expériences, me libérer de cet être diabolique qui m’avait enlevé tant d’être chers. Il fallait que je retrouve cette formule ! Cependant, il n’y a rien à faire, le secret de sa fabrication m’échappe.

La seule vérité que je puisse piocher dans ma tête est qu’une autre personne ici à Storybrooke en connait la recette. Cette personne n’est ni plus ni moins que le maire de la ville, Régina Mills. Connue de tous comme étant la méchante reine de Blanche-Neige, elle est devenue l’ennemie numéro un des tous les habitants de la cité. Cette femme aussi m’avait manipulé et humilié. Elle m’avait offert de consommer sans limite le produit de mes rêves contre de menus services rendus contre mon gré. Bien évidemment, je n’en savais rien à l’époque. Je prenais sa gentillesse et sa générosité comme de la bonne volonté, pensant naïvement qu’une certaine amitié avait pu se tisser entre elle et moi. Pourtant je ne lui en voulais pas tant que cela. En dépit du mauvais tour qu’elle m’avait joué, elle m’avait offert l’image d’une femme douée et intelligente avec laquelle je prenais plaisir à discuter. Je croyais sincèrement en la force de notre relation amicale et y croyais encore aujourd’hui. Si elle était la seule à posséder le secret du docteur Jekyll peut-être qu’elle accepterait de me le révéler un jour. Je pourrais ainsi trouver cette réponse si chère à mon cœur. Il fallait que je la retrouve, que je la soutienne dans cette épreuve. Après tout, d’après ce que disent les habitants de Storybrooke, elle est aussi obsédée que moi à l’idée de devenir une personne meilleure. Elle serait la clé de voûte de tout ce mystère et après ce que nous avions vécus ensemble, je ne pouvais me permettre de l’abandonner !

Sortant alors de mon laboratoire, je me dirige vers ma chambre. Il me faut faire bonne figure devant cette femme de pouvoir et c’est pourquoi je choisis de me vêtir d’un costume de marque me passant sur le visage une mince couche de fond de teint afin de dissimuler ses cernes hideuses qui cerclent mes yeux depuis des lunes. Après m’être assuré une apparence convenable, je sors de chez moi et me dirige vers le quartier Aragon où se trouve sa belle et grande demeure victorienne. La haine des habitants de la ville bien que calmée par Blanche-Neige et Charmant se fait encore sentir dans les rues que je traverse. Comme il doit être difficile pour cette femme de vivre dans ce royaume qui n’est désormais plus le sien après 28 ans de règne ! Des regards suspicieux se tournent vers moi alors que je remonte l’allée jusqu’à sa demeure. Je n’y prête cependant aucune attention. Après m’être légèrement éclaircis la voix, j’appuie sur la sonnette d’entrée espérant de tout cœur qu’elle me répondra.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1444
Cœurs enchantés : 9378
Humeur : Amoureuse <3


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: (fini) L'amitié peut parfois avoir un prix (PV Regina Mills)    Sam 28 Nov - 9:21




L'amitié peut parfois avoir un prix
 



Depuis que la malédiction avait été levée, la vie n’était pas tous les jours facile pour Regina. Elle qui s’était promis de changer pour être la mère dont Henry avait besoin et qu’il avait toujours voulu, et à présent qu’elle avait trouvé l’Amour en la personne de Robin des Bois, elle avait une motivation supplémentaire, elle était néanmoins regardée bien souvent de travers par les habitants de Storybrooke qui, pour beaucoup, ne croyait pas en son changement. Et pourtant… S’ils savaient à quel point c’eut été facile, pour l’ancienne Méchante Reine, de tous les réduire en poussière sur un claquement de doigts. Ici, plus encore que dans la Forêt Enchantée, ils étaient à sa merci, sans le savoir. Certes, ils avaient cette sauveuse qui était à présent en ville, et accessoirement la mère biologique d’Henry, mais Regina avait toujours des pouvoirs extrêmement puissants. Et si parfois certaines réflexions lui donnaient envie d’arracher le cœur de la poitrine de celui qui les avaient prononcées, elle n’en faisait rien, prenant sur elle. Après tout, elle le savait, elle avait été plus que mauvaise. Si tous s’étaient retrouvés ici, c’était de sa faute.
Ce matin-là, elle avait décidé de partir un peu plus tard travailler. Elle avait encore du rangement à faire. Il fallait dire qu’à présent, ils étaient quatre et non plus deux à la maison. Et trois garçons, ce n’était pas toujours simple. Habillée, coiffée et maquillée, madame le maire s’apprêtait à prendre son manteau quand le téléphone sonna. Au bout du fil, une personne visiblement très énervée après elle commençait à l’insulter, lui reprochant (pas forcément à tort) tous les malheurs qui avaient pu s’abattre sur eux etc…

-Vous savez que je peux très facilement vous identifier ? répondit calmement, mais fermement, Regina.

Aussitôt, la personne raccrocha. L’ancienne Méchante Reine en fit de même, secouant la tête, se demandant combien de temps cela allait encore durer. Alors qu’elle avait atteint son manteau posé sur le bord du canapé, elle entendit la sonnette de la porte d’entrée. Elle poussa un long soupir et alla voir, d’un pas décidé, qui pouvait bien s’aventurer ici. Quelle ne fut pas sa surprise en découvrant un visage aussi familier que celui de Marvin Kandinski. Elle n’avait plus pensé à lui depuis la levée de la malédiction. De quel côté se trouvait-il, à présent que sa mémoire était revenue ? De quoi se souvenait-il ? Allait-il, lui aussi, lui jeter des insultes à la figure ? La main toujours sur la poignée de la porte, cette fois grande ouverte, Regina fixa son interlocuteur.

-Si tu viens pour me rabrouer, toi aussi, c’est bon, j’ai mon compte pour ce matin.

Mais en regardant bien son ancien « ami », la belle brune remarqua que, contrairement aux autres habitants qu’elle pouvait croiser, du moins ceux qui la détestaient, il n’avait pas ce regard plein de haine. Au contraire, elle y décelait quelque chose d’autre, qu’elle aurait pu même prendre pour de la compassion. Se rendant vite compte qu’elle faisait erreur, elle changea de regard sur lui, poussant un léger soupir, sans doute de soulagement.

-Excuse-moi. Qu’est-ce que tu veux ? demanda-t-elle sur un ton un peu plus chaleureux.

A noter qu’elle s’était excusée, quelque chose qu’elle ne faisait pratiquement jamais d’habitude, ou alors sur le ton de l’ironie. Cette fois, au contraire, c’était sincère. Elle ouvrit un peu plus la porte et s’en écarta.

-Tu veux entrer ?

N’attendant pas sa répondre, elle l’y invita d’un geste muet avant de refermer la porte derrière lui, et l’entraina un peu plus dans la maison, non loin du salon. Elle était à présent curieuse de savoir ce qui l’avait poussé à venir jusqu’ici, même si, connaissant le personnage, elle se doutait que cela pouvait avoir un rapport avec cette précieuse potion dont il n’arrivait pas à se passer. En y repensant, Regina songea que, comme pour les autres, elle avait manipulé Marvin, exploitant sa faiblesse, qui résidait en cette mixture, pour le pousser à lui obéir et accomplir des choses pour elle.






(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 566
Cœurs enchantés : 8219


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: (fini) L'amitié peut parfois avoir un prix (PV Regina Mills)    Dim 6 Déc - 13:39


❝L'amitié peut parfois avoir un prix❞
Marvin E. Kandinski & Regina Mills


Une seconde ! Le visage de Régina n’avait semblé en colère que quelques secondes. Une expression qui en disait long sur les tourments que l’ancienne souveraine traversait depuis la levée de la malédiction. Combien de coup de téléphones ou de lettres anonymes avait-elle reçu jusqu’à aujourd’hui ? Trop certainement et c’était sans doute la raison qui justifiait le regard emplis de haine qu’elle avait affiché en m’accueillant devant le pas de sa porte. Pourtant ce n’est plus la haine que je lis à présent sur son visage mais la curiosité. Le ton ferme qu’elle emploie et cependant teinté de lassitude et je me sens quelque peu rassuré. Tout du moins j’ai le sentiment qu’elle restera ouverte au dialogue aussi longtemps que je saurais lui prouver que je ne lui veux aucun mal. Un sourire apparaît donc sur mon visage et je tente de lui faire comprendre mes intentions pacifiques.

- Ne t’inquiètes pas ce n’est nullement mon intention. Je sais ce que c’est que de voir une foule en colère sortant torches et fourches devant  sa propre maison. Tu peux me croire ! C’est dans ce genre de moments que l’on a besoin d’alliés sûrs !

Comment pourrais-je me donner le droit de la blâmer de quoique ce soit. Les crimes qu’elle avait commis n’étaient pas plus répréhensibles que les miens. Je suis de ceux qui estiment que chacun devait apprendre à balayer devant leur porte avant de blâmer les autres de quoique ce soit. Le monde est imparfait et ses habitants ne peuvent que l’être aussi. Le bien et le mal, le blanc et le noir… tous cohabitent ensemble dans le corps de toutes les êtres vivant, animaux et humains. De quel doit les héros s’estiment être meilleurs que nous ? Je me sens prêt à offrir ma confiance à l’ancienne reine, croyant dur comme fer que le soutien et l’amitié peuvent pousser une personne à devenir meilleure. Voilà encore l’une des nombreuses leçons de morales que ma douce et tendre princesse d’Arendelle était parvenue à m’enfoncer dans le crâne avec subtilité. Lorsque Régina me demande la raison de ma présence, je ne peux m’empêcher d’esquisser un sourire. Jamais encore je n’aurais cru entendre un jour Régina s’excuser. Cette action flatta quelque peu mon égo mais surtout me rassura sur la nature de nos relations. Si elle avait tenu à le faire c’est que je n’étais pas pour elle qu’une marionnette savante. Je réponds donc à la question de Régina avec courtoisie et sincérité.

- Je t’avoue que j’avais très envie de te revoir. Tant de choses ont changés dans nos vies et nous n’avons pas encore eu l’occasion d’en parler. Pourtant la profondeur de nos conversations et ton intelligence me manque. Il est après tout pas si commun de pouvoir rencontrer des personnes vraiment intéressantes et je n’ai pas l’intention de mettre fin à toute relation entre nous à cause de mauvaises langues. J’avais donc espérer avoir le privilège d’obtenir une audience avec le maire de Storybrooke. Si tout de fois tu n’y vois aucun inconvénient bien sûr !

C’est alors qu’elle me propose d’entrer. Je hoche la tête avec satisfaction, ravi de cette invitation arrivée à point nommé. Je hoche donc de la tête et pénètre dans la maison avec les remerciements qui s’imposent. Un sentiment étrange s’empare de moi lorsque je franchis les portes de la villa gigantesque. Ce n’est pas la première fois que j’ai l’honneur d’y être invité mais cet environnement qui paraissait alors si glacial s’est réchauffé et l’on sent l’amour et la joie qu’elle transpire. Bien évidemment, toute la ville parle de la relation amoureuse de Régina et Robin des bois. Robin des bois et son fils se seraient désormais installés ici ? Cela serait plausible d’autant plus que mon hypothèse est appuyée par la présence de jouets bien rangés dans le salon. Des jouets d’enfants, bien trop enfantins pour appartenir à Henry. Je ne peux m’empêcher d’esquisser un sourire en regardant tendrement une peluche raton laveur reposer sur l’une des chaises du salon. Je le saisis alors dans mes mains et lancent un regard malicieux à Régina.

- Je dois admettre que je suis assez impressionné. Comment fais-tu pour maintenir une maison aussi propre maintenant que ta famille s'est aggrandie ?

Reposant alors la peluche à sa place originelle, je jetais un regard en direction du canapé sur lequel reposait le manteau du maire.

- Mais peut-être n’est pas le bon moment pour venir t’importuner. Tu avais prévu de sortir ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1444
Cœurs enchantés : 9378
Humeur : Amoureuse <3


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: (fini) L'amitié peut parfois avoir un prix (PV Regina Mills)    Dim 6 Déc - 17:22




L'amitié peut parfois avoir un prix
 




Marvin était entré, après avoir promis n’éprouver aucune animosité envers Regina, ce qui la rassura. Lui-même reconnaissait savoir ce que l’on pouvait ressentir face à une foule en colère, et déclara subtilement vouloir être son allié, ce qui tira à l’ancienne méchante reine un sourire, plus émue que ce qu’elle voulait bien laisser voir. Elle l’accompagna donc, se plaçant face à lui, bras croisés, écoutant ses paroles. Il était d’une gentillesse incroyable avec elle, cela la surprit un peu, quand elle repensait à tout ce qu’elle avait fait. Même s’ils avaient tissé des liens amicaux durant les vingt-huit années de malédiction, Regina s’était servi de lui… Bon il y trouvait son compte aussi, c’était vrai.

-Je… dois bien reconnaître que ça me fait plaisir de te voir aussi… dit-elle avec un petit sourire, presque timide. Arrête ce flot de flatteries, Marvin, tu sais bien que c’est inutile avec moi, ajouta-t-elle amusée.

Après avoir fermé la porte, elle l’accompagna au salon, et visiblement il remarqua les quelques changements qui avaient été apportés. La belle brune soupira silencieusement, le laissant attraper la peluche d’Henry et la reposer. Elle avait toujours un peu de mal à parler de sa vie personnelle, du moins d’elle-même. Son histoire avec Robin démarrait sur les chapeaux de roue, ils avaient des sentiments réciproques très forts, c’était comme s’ils s’étaient toujours connus et aimés. Un tel bonheur tout d’un coup, c’était surprenant pour quelqu’un qui avait été en quête de sa fin heureuse depuis si longtemps.

-Décidément, les nouvelles vont vite… lâcha-t-elle en fixant la cheminée.

D’un mouvement gracieux de la main, elle l’invita à s’asseoir. Sa question sur l’entretien de sa maison l’étonna un peu, elle haussa un sourcil.

-J’ai une employée de maison… Enfin, je ne sais pas pour combien de temps encore, ajouta-t-elle, songeuse.

En effet, la demoiselle, elle aussi sous l’emprise de la malédiction, ne tarderait surement pas à lui balancer son tablier à la figure. Ou peut-être pas, après tout Marvin était bien en ce moment dans son salon, l’assurant de la fidélité de son amitié, alors qui sait… Oh et puis maintenant qu’elle avait retrouvé ses pouvoirs, un claquement de doigts et le rangement serait fait… Ah quoi que… Elle avait promis à Henry de ne pas utiliser la magie tout le temps à présent…

-Tu veux boire quelque chose ? Du thé, ou quelque chose de plus fort ?

Elle regarda à son tour le manteau qu’elle avait posé sur le canapé. Marvin s’inquiétait de l’avoir dérangée sur l’heure du départ. Madame le maire secoua la tête en souriant.

-Ne t’inquiète pas… Je pensais aller à la mairie, mais cela peut attendre, je n’avais pas grand-chose à faire de toutes façons. Je ne croule pas sous le travail ces derniers temps .

Si elle ne l’avait pas reconnu très ouvertement, ou du moins pas aussi chaleureusement que Marvin, elle était quand même très contente de le retrouver. A elle aussi, les discussions avaient manqué. Quelque chose lui revint en mémoire : sa rencontre récente et plutôt musclée avec Kiernan Ravenswood.

-Tiens, puisque tu es là, je voulais te demander une chose. Tu connais Kiernan Ravenswood ?

Le retour de cet homme avait suscité la curiosité du maire de la ville, et l’ancien barbier ne semblait pas enchanté que l’on se penche sur sa vie.

-Il m’a paru assez sur la défensive quand je l’ai un peu interrogé sur son départ et prompt retour à Storybrooke, surtout après que j’ai appris qu’il avait brutalisé des gens… Il a même essayé de m’intimider… Vaine tentative, comme tu t’en doute. Il m’a dit qu’il te connaissait et que je n’avais qu’à te demander. Qu’as-tu à me dire sur lui ?

L’ex Méchante Reine plongea son regard sombre dans celui de son ami, afin d’y chercher des réponses et voir s’il était prêt à lui parler de cet homme qui, d’après ses dires, était son ami. L’expression dit « les amis de mes amis sont mes amis »… Comment Marvin pouvait-il être ami avec Mr Ravenswood qui semblait être une véritable brute, tandis que Kandinski avait tout de l’homme réfléchi et intelligent, loin des attitudes impulsives du malotru qu’avait rencontré Regina sur la terrasse de chez Granny.







(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 566
Cœurs enchantés : 8219


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: (fini) L'amitié peut parfois avoir un prix (PV Regina Mills)    Ven 25 Déc - 11:04


❝L'amitié peut parfois avoir un prix❞
Marvin E. Kandinski & Regina Mills


Tout en redécouvrant peu à peu cette maison que j’avais visitée à de nombreuses reprises auparavant, je ne pouvais m’empêcher de sourire à chacun des bibelots que je croisais. Les photos, les jouets tout indiquait que Régina était enfin parvenue à trouver sa fin heureuse et cela me faisait plaisir pour elle. Cette maison réveillait un espoir en moi, celui qu’un jour je pourrais également espérer laisser tous mes cauchemars derrière moi pour me concentrer uniquement sur l’essentiel, ce qui serait important pour moi dans cette vie que je me construisais. Bien que je ne sache pas encore de quoi il retournerait, j’étais prêt et ouvert à toutes les possibilités. En attendant, je profiterais de cette petite visite de courtoisie pour m’assurer du bonheur d’une amie de longue date que je n’avais plus revue depuis très longtemps. Je me tournais vers elle et lui souris

- Pour être tout à fait honnête avec toi, je craignais que ma visite puisse t’importuner. Je suis satisfait de savoir que ce n’est pas le cas. C’est vrai Régina, j’oubliais que tu n’appréciais pas les flatteurs. Pourtant je peux t’assurer que je suis sincère dans chacun de mes propos. Je suis très heureux de savoir que tu aies enfin pu trouver le bonheur.

Régina me fit alors part de sa surprise lorsque je lui annonçais que je connaissais la raison du bonheur infini qu’elle vivait auprès de son archer. Cette remarque me fit même sourire et je me tournais vers elle en haussant les épaules.

- En quoi est-ce si surprenant ? Tu fais partie des personnalités les plus célèbres de cette ville, il est donc tout à fait naturel que les habitants de cette ville aient eu rapidement connaissance de cette information. Alors raconte-moi, comment se passe ta vie de couple ? Est-ce que tu es comblée ? Cela ne doit pas être facile de conciliée ton travail et ta vie de famille. Surtout que tu as désormais deux enfants.

Le maire me parla alors de ses inquiétudes concernant sa domestique. Je la regardais alors avec tristesse. Maintenant que la malédiction avait été rompue, il serait très certainement difficile pour l’ancienne Méchante Reine de retrouver une employée de maison où une personne qui serait intéressée à travailler pour elle. Comment pouvait-on le leur reprocher ? Qui sait la vie que cette pauvre gouvernante avait dû laisser derrière elle lorsque la malédiction avait été lancée ? Car contrairement à moi, les personnes déçues par le résultat de la malédiction avaient été très nombreuses.

- Je me doute bien que cela ne doit pas être très facile pour elle et cela doit l’être encore moins pour toi. Tu sais il aurait peut-être une solution à ce problème. Je pourrais toujours concevoir un robot ménager si tu en as besoin. De cette manière tu n’auras plus à te préoccuper du petit ménage du quotidien. Il faudra certainement que tu fasses quelques bricoles supplémentaires mais qui sais cela pourrait déjà t’aider.

L’ancienne reine me proposa alors de boire quelque chose. Je lui répondis en souriant qu’une tasse de thé me ferait certainement le plus grand bien. Je souris également lorsqu’elle me confirma que je ne la dérangeais pas et que je pourrais rester avec elle le temps d’une petite conversation. Puis, lorsque Régina s’éloigna de moi pour me préparer ma boisson chaude, je m’assis sur le canapé attendant patiemment que cette dernière revienne. Elle revient quelques minutes plus tard avec une tasse dans ses mains. Tout en la remerciant pour le breuvage, je pris la tasse et bu une première gorgée. La question qui suivit me surprit tant que je manquais de lâcher ma tasse. Fort heureusement, j’eus le réflexe de la soutenir et de l’amener jusqu’à la petite table qui se trouvait devant moi. Mon sourire disparut pour faire place à un regard suspicieux et remplis d’inquiétude. Que pouvais-je répondre à cette question ? En quoi la vie de Kiernan pouvait-elle bien l’intéressé ? Avant de répondre à cette question, il me faudrait éclaircir certaines choses.

- Bien sûr que je connais cet homme, il fût… enfin dans ma vie fantasmée, il a été mon capitaine à l’armée. Nous sommes des amis proches. Pour quelle raison t’intéresses-tu à lui ?

Je souris ensuite à sa deuxième remarque. Je connaissais Kiernan depuis de nombreuses années et le fait qu’il ne réponde pas à ces questions ne me surprenait qu’à moitié.

- Tu sais Kiernan n’est pas le genre d’hommes à se confier facilement sur sa vie. A certains moments j’ai même l’impression qu’il n’est pas très honnête avec moi alors que suis l’un de ses intimes. J’ai également entendu parler des bagarres qu’il avait déclenchées dans cette ville. Il t’a recommandé de te tourner vers moi pour m’assurer de sa bonne foi ? Réellement ? Que veux-tu savoir exactement ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1444
Cœurs enchantés : 9378
Humeur : Amoureuse <3


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: (fini) L'amitié peut parfois avoir un prix (PV Regina Mills)    Sam 26 Déc - 21:12




L'amitié peut parfois avoir un prix
 




Marvin avait toujours une telle classe, il était si prévenant. Installé à présent, son ami se souciait que sa visite ait pu l’importuner. Regina sourit en le regardant et secouant légèrement la tête.

-Mais non, pas le moins du monde, ne t’en fais pas.

Et il se réjouissait de son présent bonheur. En fait, à part son amoureux, personne ne s’en souciait réellement, aussi, madame le maire fut touchée de cette attention qu’avait Marvin. Son sourire se fit plus chaleureux.

-Merci, c’est très gentil à toi. Je serais bien ingrate de dire le contraire. J’avoue que je ne sais pas quand j’ai été aussi heureuse pour la dernière fois. Si je fais abstraction des regards de travers, je dois bien reconnaître que je nage dans le bonheur.

Le savoir était une chose, mais le dire, mettre des mots dessus, en était une autre. Regina n’avait pas pour habitude de se confier sur sa vie personnelle, mais elle trouvait en Marvin une oreille amicale et attentive, et finalement, même si elle aurait sans doute un peu de mal à le reconnaitre, cela faisait du bien. Et l’ancien pingouin demandait à en savoir plus. Elle était revenue, après s’être absentée quelques instants, avec un peu de thé qu’elle servit à Marvin, ainsi qu’une autre tasse pour elle.

-Eh bien, oui, je suis comblée au-delà de mes espérances, je vis avec l’homme que j’aime plus que tout, son adorable fils que j’aime comme le mien. Quant à Henry, il partage son temps entre ici et chez Emma. Par contre j’ai l’impression que la situation est compliquée pour lui… Je ne sais pas, il change. C’est sans doute normal à son âge…

Elle poussa un petit soupir avant de boire une gorgée de thé parfumé pomme-cannelle qui lui fit le plus grand bien.

-Quant au travail, eh bien… j’ai dû virer ma secrétaire, elle était devenue infernale. Enfin, elle souhaitait partir de toutes façons, je lui ai donné une prime de départ conséquente pour qu’elle n’aille pas dire que je l’ai virée de manière abusive, ajouta-t-elle en levant les yeux au ciel avec un petit sourire amusé.

Ils parlèrent ensuite du départ de la gouvernante de la maison Mills. Il était vrai que du temps de la malédiction, avoir une domestique était bien pratique. A présent, la malédiction était levée, et la magie était revenue. Et si la demoiselle qui s’occupait de ménage et du rangement était partie, Regina ne pouvant s’occuper de toute la maison toute seule, elle utilisait la magie pour tenir sa maison ordonnée, ce qui était assez fatiguant mine de rien. Là, Marvin proposa une solution miracle : il disait pouvoir réaliser un robot-ménager. Aussi incroyable que cela puisse paraitre, madame le maire savait que Marvin Kandinski était capable de grandes choses. Elle le regarda d’un air impressionné puis sourit.

-Tu m’étonneras toujours, décidément. Mais c’est une excellente idée, j’accepte volontiers. Tu m’enverras la facture.

Et puis enfin, la conversation dévia sur le sujet qui intéressait madame le maire : Kiernan Ravenswood. La petite discussion que Regina avait eue avec lui l’autre jour avait éveillé en elle quelques soupçons, notamment à cause de son attitude depuis son retour à Storybrooke.

-Ainsi donc, vous vous connaissez bien… dit-elle après avoir bu une nouvelle gorgée de thé. C’est étrange, je n’arrive pas à comprendre comment un homme aussi raffiné que toi peut être ami intime avec une brute comme lui. Sais-tu qu’il a brutalisé des clients de la discothèque dans laquelle il travaille ?

Marvin semblait étonné que Regina s’intéresse à lui. Madame Mills posa sa tasse sur la table et regarda son interlocuteur.

-Tu es surpris que je m’intéresse à lui ? Ecoute, il a voulu partir de Storybrooke, pour ensuite en revenir. Son comportement est violent et déplacé. Cela fait partie de mon travail de veiller à ce que les citoyens de la ville soient en sécurité, et un homme tel que Kiernan Ravenswood peut s’avérer dangereux.

Le fabriquant de jouet demanda alors ce que Regina voulait savoir sur lui. Elle le regarda intensément, espérant qu’il ne lui mentirait pas.

-Ai-je des raisons de m’inquiéter de sa présence ? Sais-tu qui il était, de l’autre côté ? Malheureusement, je ne connais pas l’identité passée de toutes les personnes que j’ai emmenées ici…

Elle ne savait pas si Marvin lui mentirait pour protéger son ami, mais s’il essayait, l’ancienne Méchante Reine le saurait, du moins elle ferait tout pour le savoir. Elle n’était pas du genre à se laisser berner. Néanmoins, il n’y avait aucune animosité dans sa voix. Pas avec lui. Il était son ami, sa présence ici, totalement désintéressée, le prouvait.

-Je te sais assez malin pour ne pas essayer de me duper. Je te fais confiance, Marvin.

Elle laissa encore quelques secondes ses yeux sombres sonder les siens, avant de reprendre sa tasse de thé pour réchauffer ses mains, attendant que Marvin ne daigne répondre.






(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 566
Cœurs enchantés : 8219


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: (fini) L'amitié peut parfois avoir un prix (PV Regina Mills)    Dim 10 Jan - 14:09


❝L'amitié peut parfois avoir un prix❞
Marvin E. Kandinski & Regina Mills


Je souris aux premiers propos de Régina. Voir le maire de la ville aussi comblée après tout ce qui était arrivé dans sa vie, tous les malheurs qui étaient arrivés dans sa vie me comblaient de bonheur. Sans jamais me l’être avoué et malgré la manipulation abusive dont j’avais été l’innocente victime j’appréciais la femme qui se tenait devant moi. Il était donc tout à fait normal pour moi de m’inquiéter pour son bien-être. La loyauté avait toujours fait partie des traits de ma personnalité dont j’étais le plus fier. Aujourd’hui encore, c’était eux qui m’avaient conduit jusqu’à la demeure de l’ancienne Méchante Reine qui avait fait vœux de se repentir.

- Tu sais j’ai toujours eu le sentiment que les seuls regards et opinions qui comptaient étaient ceux des personnes qui nous aiment. Si Robin a su voir en toi plus que l’image de la Méchante Reine c’est tout ce qui devrait t’importer. Je te le dis je suis très heureux que tu aies pu trouver le bonheur.

Je m’assis ensuite sur le canapé attendant patiemment le retour de mon hôtesse. Je pris alors le temps de regarder plus en détail les photographies qui se trouvaient devant moi. Des visages heureux, des gestes d’amour c’est tout ce que je percevais à travers ces photographies. J’en venais presque à jalouser le maire. Contrairement à elle, les dernières photos que je possédais représentant de tels moments de bonheur étaient jaunies et racornies depuis longtemps. Il me manquait dans ma vie l’amour de mes proches qui avaient constitué toutes les raisons de mes combats. Était-ce vraiment juste ?

Mes pensées furent alors brutalement interrompues par le retour de Régina dans la pièce. Je lui adressais un sourire alors que je saisis dans mes mains le breuvage qu’elle me tendait. Un sourire éclaira mon visage alors que je respirais l’odeur du thé au pommes, décidemment ce fruit ne la quitterait donc jamais. Elle me parla alors de Robin, de Roland et de Henry. L’entendre parler aussi franchement de ses proches étaient une choses à la fois surprenante et très touchante.

- La parfaite vie de famille en somme ! Je ne doute pas que Robin et toi filiez le grand amour. Comment Roland a-t-il réagis lorsqu’il a appris que tu serais sa nouvelle Maman. Est-ce que ça a été facile pour lui ? Quant à Henry eh bien je pense que c’est une chose naturelle. Après tout ce qu’il a traversé l’année passée. Je pense que c’est assez important pour lui de connaître cette famille dont il ignorait tout jusque-là. Rien n’est plus essentiel que d’avoir des racines solides. Tu ne crois pas ? Quant à ta secrétaire, tu finiras bien par en retrouver une autre, non ? Je trouve en tout cas que tu as fait preuve d’une grande générosité. Je te reconnais bien là !

Intérieurement je fus ravi et fier de voir Régina accepter aussi facilement ma proposition. Depuis toujours, je m’étais vanté de croire que la science valait bien mieux que toutes formes de magie et voici que la grande enchanteresse qu’était Régina venait finalement elle-même par réclamer son aide ? Bien évidemment, je ne résistais pas à l’envie d’en toucher un mot suite à son acceptation.

- Je te l’avais bien dit que tu viendrais un jour faire appel à mes propres tours de magie, non ? Rappelle-toi toujours de cela la science vaudra toujours mieux que tous les sorts. Je le crois véritablement et crois-moi je n’y démordrais pas. En tout cas compte sur moi pour réaliser le plus surprenant des robots ménager. Rien n’est trop beau pour vous, Madame le maire.

La conversation déboucha ensuite sur Kiernan et mon attitude changea quelque peu. M’enfonçant dans mon fauteuil, mes yeux ne pouvaient se détacher du regard de Régina. D’après ses dires, elle ne s’intéressait à lui que pour la sécurité des habitants de Storybrooke, était-ce réellement la vérité ? Même si elle prétendait être en train de changer nous ne pouvions pas être à l’abri d’un sursaut de ses mauvais penchants. Il me fallait protéger mon ami et ancien supérieur hiérarchique. Je pris donc gare aux mots que je choisissais en m’adressant à elle.

- Tu sais ce n’est pas quelqu’un de mauvais. Je sais qu’il peut paraître grossier et agressif lorsqu’on ne le connait pas mais je t’assure qu’il n’existe pas d’ami plus fidèle et plus loyal que lui. Il m’a sauvé la vie à plusieurs reprises et il a fait des choses pour moi que personne avant lui n’avaient fait. Je suppose que notre amitié vient de là. Je me suis toujours promis de lui rendre un jour la pareille.

J’affichais une mine plus triste et secoua lentement la tête lorsque Régina me parla de l’agression dont il s’était rendu coupable sur son lieu de travail. Je m’étais promis de le protéger et de le guider mais chacune de mes actions semblaient réduire à néant mes rêves de rédemption.

- Ce que tu me dis est terrible, Régina, Je savais qu’il n’allait pas très bien mais je ne me serais jamais douter qu’il agresserait des personnes sur son propre lieu de travail. Je comprends que cela puisse t’inquiéter. J’essaierais de lui parler je te promets. En revanche Régina, et cela je peux te jurer, j’ignore qui il était dans le monde des contes. Tout ce que je sais c’est qu’il était le financier de mes projets à l’époque où je portais le nom de Henry Jekyll. Nous avons travaillé ensemble à cette époque dans un hôpital psychiatrique mais j’ignore tout de son identité avant cela. Je ne m’y suis jamais intéressé ! J’ignore la raison de sa présence, il m’a dit qu’il avait besoin d’un but dans son existence, d’un ami qui pourrait l’aider… je ne pourrais pas t’éclairer plus sur lui ! Je suis navré.

Joignant mon regard à celui de Régina, je la fixais droit dans les yeux sachant que je n’avais rien à me reprocher. Je lui avais dit la vérité. A elle à présent d’en faire ce qui lui plairait. J’espérais simplement que cela ne porterait pas préjudice à l’un ou l’autre de mes amis.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1444
Cœurs enchantés : 9378
Humeur : Amoureuse <3


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: (fini) L'amitié peut parfois avoir un prix (PV Regina Mills)    Dim 17 Jan - 0:48




L'amitié peut parfois avoir un prix
 




L’opinion de Marvin concernant le regard des autres était très sensée, Regina le savait, néanmoins, avec la place qu’elle occupait, même si sa fierté lui avait toujours fait dire publiquement qu’elle s’en moquait, en réalité, savoir ce que l’on pensait d’elle lui importait, d’autant plus qu’elle faisait des efforts considérables pour redorer son blason, et la tâche était des plus ardues au vu de son passif. Elle avait besoin qu’on la considère autrement que comme la méchante de l’histoire. Néanmoins, le fait que le fabricant de jouets évoque Robin et le fait que lui ne la voyait pas comme la Méchante Reine la fit sourire. Qu’est-ce qu’elle aimait cet homme, c’était incroyable, jamais elle n’aurait pu penser retrouver un tel bonheur un jour.

-Je sais bien que tu as raison, Marvin… Et son avis est bien sûr ce qui m’importe le plus avec celui d’Henry… Mais tu vois… Storybrooke, c’est ma ville, j’y tiens, et… enfin, j’aimerais que ses habitants me voient comme je suis à présent, et non comme j’étais.

Elle soupira.

-Ça prendra du temps, je le sais.

Madame le maire prit une nouvelle gorgée du délicieux thé parfumé pomme-cannelle, son parfum préféré. Regina s’étonna elle-même à trouver du plaisir à parler de sa nouvelle petite famille. En règle générale, l’ex méchante reine n’était pas très expansive sur sa vie privée. A croire que la présence de Marvin y était pour quelque chose et qu’elle lui faisait confiance, l’appréciant réellement. Oui, c’était vrai, Robin et elle filaient le parfait Amour.

-Roland ? Eh bien… figure-toi qu’il m’a demandé s’il pouvait m’appeler « maman ». Il a même fugué de l’école pour venir me retrouver à la mairie afin de me le demander… Comment voulais-tu que je le gronde après ça ?

Les yeux de Regina brillaient à présent, se rappelant cet épisode si touchant. Le jeune Locksley avait profité de l’heure du déjeuner pour se faufiler parmi les écoliers dont les parents venaient les chercher pour manger chez eux, et avait remonté toute la rue à pieds jusqu’à la mairie pour retrouver sa belle-mère.

-Quant à Henry, eh bien pour l’instant il habite avec Emma. Ça ne m’enchante pas, mais il vient souvent à la maison, alors je dois m’en contenter, j’imagine.

Là encore, Marvin avait raison. Le petit avait sans doute besoin de passer du temps avec sa mère biologique, connaître ses racines, mais Regina ne pouvait pas s’empêcher d’éprouver une pointe de jalousie. C’était son fils à elle, c’était elle qui l’avait élevé et aimé pendant dix ans, se faisant du souci pour lui, pour son avenir et tout le reste. Oui, elle avait commis des erreurs, mais les sentiments qu’elle avait pour son fils étaient les plus sincères du monde.

-Tu as sans doute raison, Marvin, dit-elle après un longue inspiration. Malgré tout, ce n’est pas facile pour autant. Je l’ai eu pour moi toute seule pendant dix ans, et maintenant je dois le partager, avec la fille de celle que j’ai maudite il y a vingt-neuf ans. Tu avoueras que le destin joue de drôles de tours… Le destin, ou ce livre de contes.

Elle reprit une gorgée de thé. Madame le maire pinça légèrement les lèvres lorsque Marvin évoqua la générosité dont elle avait fait preuve avec l’ancienne secrétaire.

-C’est la preuve que j’ai réellement changé… L’ancienne moi l’aurait surement changé en souris… ou l’aurait enfermée quelque part.

Son regard sur perdit quelques secondes au fond de sa tasse, songeant qu’en fait, les habitants de Storybrooke avaient bien des raisons de lui en vouloir et de la craindre, et que regagner leur confiance ne serait pas chose aisée. Mais Regina n’était pas le genre de femme à baisser les bras.
Puis, semblant fou de joie que son amie ait accepté sa proposition, Marvin commença à vanter les mérites de la science, se plaisant à lui dire qu’elle valait mieux que la magie. La belle brune eut un petit sourire en coin.


-Allons Marvin, rappelle-toi que c’est toi qui as proposé. Et je pense que la magie peut s’avérer beaucoup plus efficace dans certains cas… Même s’il y a toujours un prix à payer.


Et Kandinski le savait bien d’ailleurs, avec toutes les années qu’il avait passé à venir réclamer sa précieuse potion. Son amie lui sourit alors.

-Mais je te fais confiance, je sais que tu es capables de prouesses. Il me tarde de voir ce que tu vas faire. Tu dois être débordé d’ailleurs avec l’approche des fêtes de fin d’année.

Alors qu’elle lui offrait un dernier sourire avant de boire encore un peu de thé, il s’effaça bien vite de ses lèvres lorsque le sujet Kiernan Ravenswood arriva sur la table. Regina reposa sa tasse en porcelaine dans la sous-tasse et dévisagea Marvin.

-Paraître grossier et agressif ? C’est le moins qu’on puisse dire ! Figure-toi que d’après lui, je suis une « sacrée connasse ».

Marvin parla du fait qu’il lui aurait sauvé la vie à de multiples reprises. Regina le regarda en écarquillant légèrement les yeux.

-J’espère que tu ne fais pas référence aux souvenirs des vingt-huit ans passés ici ? Marvin, tu es bien conscient que ce sont des souvenirs créés de toutes pièces par la malédiction ? Quant à ce qui se passe aujourd’hui, que ce soit sur son lieu de travail ou ailleurs, il n’a pas à agresser qui que ce soit.

Les propos de Marvin semblaient des plus sincères, Regina pouvait le voir dans son regard. Il ne connaissait pas son identité dans le monde des contes. Madame le maire n’était pas très avancée, mais au moins, son ami était honnête. Savoir que ce taré avait travaillé dans un hôpital psychiatrique la fit un peu sourire. Elle l’aurait plutôt vu du côté des patients, au vu de son comportement irrationnel.

-Et personne n’a songé à l’y enfermer à l’époque ? marmonna-t-elle quasiment pour elle.

Elle secoua doucement la tête et regarda à nouveau son interlocuteur.


-Je te fais confiance, Marvin, fais-lui comprendre qu’il doit se calmer, parce que si c’est ton ami, ce n’est pas le mien, et je n’aurais aucun scrupule à le mettre derrière les barreaux. Ah tiens, tu sais qu’il a essayé de m’intimider ? Et après s’être pris un retour de flamme, sans mauvais jeu de mot, il m’a ensuite proposé ses services. Quel drôle de personnage, tu ne dois pas t’ennuyer.


Sa dernière phrase était, bien sûr, teintée d’ironie. Regina ne gardait pas un bon souvenir de cette entrevue rapide avec cet individu qu’elle qualifiait de violent, caractériel, grossier et colérique. Quoi qu’il en soit, il était vrai qu’il pouvait s’avérer utile si l’on parvenait à le manipuler.






(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 566
Cœurs enchantés : 8219


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: (fini) L'amitié peut parfois avoir un prix (PV Regina Mills)    Ven 29 Jan - 12:38


❝L'amitié peut parfois avoir un prix❞
Marvin E. Kandinski & Regina Mills


Plongeant une nouvelle fois mes lèvres dans le délicieux breuvage que Régina m’avait préparé quelques instants auparavant, je l’écoutais tenir ses propos de regrets de mauvaises image auprès des habitants de la ville. Il était certain qu’après avoir été trompé durant 28 ans de leur vie, nos chers concitoyens ne pardonneraient pas aussi aisément les manœuvre de l’ancienne Méchante Reine. Comment les en blâmer d’ailleurs ? Ils avaient été séparés des personnes qu’ils avaient aimé durant leur vie, leurs souvenirs les plus précieux leurs avaient été sauvagement arrachés. Certains avaient même été les malheureuses victimes de ses manigances et de ses manipulations. Ce fut mon cas notamment mais je n’en avais conservé aucun grief. Tout du moins, il n’était pas judicieux de ma part de les exprimer ouvertement ! Je savais d’ores et déjà que j’aurais un jour besoin de ses services et je ne pouvais donc m’en faire une ennemie. C’est pour cette raison que nous en étions arrivés au point de discuter tranquillement dans ce salon de choses et d’autres tandis que nos concitoyens souhaitaient que le maire pait ses méfaits !

- Tu sais je pense que si tu tiens vraiment à te faire aimer de habitants de ta ville, il faudrait que tu leur adresse un signal fort. Que tu entreprennes une action exemplaire qui leurs prouverais à tous que tu as pu changer ! Une association pour les personnes qui chercheraient encore leurs proches, qui pourrait apporter un soutien psychologique pour les habitants qui auraient de la peine à concilier leurs deux vies. Ou encore un moyen de renvoyer les personnes qui le désireraient dans le Monde de Contes. Mais ce ne sont que quelques idées… Tu es libre de les prendre en compte ou non !

La conversation s’orienta alors vers la famille reconstituée de Régina. L’histoire de Roland me toucha énormément ! Imaginer la scène ou le jeune Roland déboula à la mairie pour déclarer à Régina qu’il était prêt à la considérer comme sa deuxième mère me fit sourire.

- Cet enfant est tout bonnement adorable ! J’aurais tellement voulu assister à la scène. Je suis heureux de voir qu’il ait su t’adopter aussi rapidement. D’après ce que je sais Roland n’a pas eu l’occasion de voir beaucoup sa mère. Il est jeune après tout, je pense qu’il est important à son âge d’avoir une image maternelle à laquelle se raccrocher. Si on considère la manière avec laquelle tu as élevé Henry, tu es vraiment une très bonne mère !

Sans vraiment l’exprimer ouvertement, mes dernières paroles m’avaient quelque peu troublé. J’ignorais tout de ce qu’était une famille. Personnellement, je n’avais jamais vécu le bonheur d’avoir un père ou une mère qui me serrait dans les bras en me disant qu’ils m’aimaient. Henry avait au moins eu la chance d’avoir Régina à ses côtés et même si la situation n’était pas évidente tous les jours, il savait qu’il pourrait toujours compter sur elle.

- C’est plutôt bon signe si Henry vient te voir, ça prouve qu’il tient encore beaucoup à toi. Est-ce que tu crois qu’il t’en veut pour ce que tu as fait ? Je veux dire en ce qui concerne la malédiction ? Je peux comprendre que cela ne soit pas évident pour toi de le partager d’autant plus après l’avoir élevé durant toutes ces années. Mais puisqu’on parle de sa deuxième famille, est-ce que les relations entre Emma et toi ont évolué depuis la rupture de la malédiction ? Est-ce qu’elle te laisse volontiers Henry où est-ce que vous vous voyiez tous les deux en secret ?

Régina inséra dans notre conversation un aspect intéressant qui ne m’avait pas encore effleuré l’esprit. Le destin conditionné par ce satané livre de contes qui semblait constamment se jouer de nous et dicté notre conduite. Personnellement, je ne supportais que mal l’idée qu’un simple ouvrage puisse dicter notre passé et conditionner notre avenir.

- Est-ce que tu y crois toi ? Je veux dire tu penses sincèrement que ce livre de contes à une telle emprise sur nos vies ? Si tel est le cas, pourquoi s’acharner à courir derrière un bonheur qui ne sera jamais qu’une illusion ? Les méchants sont-ils vraiment condamnés à l’image de méchants quoiqu’il arrive ? J’avoue que je ne sais pas trop quoi penser !

Laissant de côtés mes propos moroses, je m’attardais plus sur l’éternel débat qui me fascinait toujours autant. Quelle énergie et quelle force dictait réellement notre monde. Si la magie était une arme et un baume puissant dans le monde des contes, il semblait évident que les règles changeaient dans le monde où nous vivions aujourd’hui.

- Tout dépend de l’arme qu’on a appris à mieux manier. Il est vrai que dans ton cas l’utilisation de la magie semble une évidence ! Mais l’intérêt de la science réside justement dans le fait qu’elle ne réclame que rarement un prix à payer. Elle peut aussi être utilisée par un plus grand nombre de personnes ! Mais oui compte sur moi, je ferais de mon mieux pour ta satisfaire ! Tiens je viens de penser à quelque chose. Est-ce que tu penses que cela ferait plaisir à Roland de recevoir un cadeau de sa nouvelle Maman ? Tu pourrais peut-être lui offrir un « ami imaginaire » pour son premier Noël passé ici !

Buvant une nouvelle gorgée de thé revigorante, je la posais précipitamment sur la table lorsque Régina me rappela l’approche des fêtes. Il est vrai que nous n’avions pas encore pu parler de ma petite entrevue avec Hilda.

- Tiens, c’est vrai maintenant que tu m’y fais penser. Il faudrait organiser une petite randonnée avec Hilda et toi pour ce fameux jeu de piste que vous comptiez organiser pour les fêtes. Nous avons déjà eu l’occasion d’en parler entre nous mais je pense qu’il serait judicieux de se voir toutes les trois afin de peaufiner les détails. Qu’en penses-tu ?

La conversation revint alors sur Kiernan et la mauvaise conduite qu’il avait eu envers Régina. Les souvenirs des moments passés avec mon ami me firent sourire. I Régina pensait que notre relation ne reposait que sur des souvenirs faussés de ces 28 dernières années. Elle était bien loin de la vérité !

- Tu crois que je ne sais pas faire la différence entre la fiction et la réalité ? Rassure-toi-même la situation est extrêmement confuse, je sais parfaitement que ces souvenirs ont été faussés. Malgré tout je peux t’assurer que dans le monde des contes il m’a également énormément soutenu et aidé. Mais je te comprends. C’est vrai qu’il n’est pas le genre de personne à mâcher ses mots. Je pense que son comportement vient surtout du trouble qu’il ressent à l’idée de vivre deux vies à la fois. Pour être parfaitement honnête avec toi, je pense que les souvenirs de son ancienne vie sont un peu confus dans son esprit. Mais je te comprends et c’est tout à fait logique que tu ne puisses pas facilement lui pardonner ses agressions. Tu ne fais que ton travail de maire après tout !

J’éclatais d’un petit rire cristallin lorsque Régina évoqua sa première rencontre avec Kiernan.

- Il t’a proposé de travailler pour toi après avoir tenté de t’intimider dis-tu ? Décidemment, il ne changera jamais ! J’imagine que tu as refusé sa proposition ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1444
Cœurs enchantés : 9378
Humeur : Amoureuse <3


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: (fini) L'amitié peut parfois avoir un prix (PV Regina Mills)    Lun 1 Fév - 23:02




L'amitié peut parfois avoir un prix
 



Marvin était de bons conseils, il proposait des idées pour aider Regina à redorer son blason auprès des habitants de Storybrooke. Les perspectives qu’il évoquait étaient bonnes, la brune hochait la tête pensivement.

-Tu sais, depuis le temps, je crois que tout cela a déjà été fait, et puis j’aimerais bien ne plus être associée à cette malédiction… Quant à l’idée de renvoyer ceux qui le veulent dans leur monde… ça me fait mal de l’admettre mais je ne suis pas assez puissante pour le faire. Je crois que seul Rumplestiltskin a les clés nécessaires pour permettre ça. Et vu l’estime qu’il me porte en ce moment, je ne suis pas certaine qu’il me laisse accéder à cette requête. Mais je te remercie d’essayer de m’aider.

Elle lui fit un petit sourire chaleureux après avoir pris une dernière gorgée de thé.

-J’ai cependant imaginé un projet pour Noël. Un chalet décoré avec des activités. Mon amie Hilda doit venir te voir, si ce n’est déjà fait, à ce propos. Néanmoins, Mr Bennett, de la radio locale, m’a conseillé de ne pas trop ébruiter que l’idée vient de moi…

L’évocation de la petite fugue de Roland, pour une cause adorable, sembla toucher le fabricant de jouets, qui complimenta alors Regina sur l’éducation d’Henry, la qualifiant de très bonne mère, ce qui la fit sourire, touchée à son tour.

-C’est gentil, merci Marvin. Tu sais, être parent, ce n’est pas vraiment pas facile. Je crois même que c’est la chose la plus difficile du monde, parce que tu veux les protéger de tout, et malgré tout il faut les laisser faire leurs expériences. C’est extrêmement compliqué de trouver un juste milieu. J’ai fait beaucoup d’erreurs avec Henry, tu sais. J’espère que je ne ferai plus les mêmes avec Roland.

Ca non, elle ne le voulait pas. Cette nouvelle responsabilité l’effrayait un peu, elle avait très peur de décevoir Robin, ainsi que le petit Roland. Quand elle élevait seule Henry, elle n’avait de compte à rendre à personne et personne ne pouvait légitimement la juger si elle commettait des erreurs. Là, c’était différent, Roland était le fils de l’homme qu’elle aimait, et même si elle l’aimait comme son propre enfant, elle n’en restait pas moins que sa belle-mère aux yeux du monde.

La conversation s’orientait à présent sur Henry, la prunelle de ses yeux. Regina se mordit la lèvre inférieure, songeant qu’à présent son fils était chez Emma, les rôles étaient inversés et elle ne pouvait plus le voir autant qu’avant. Marvin semblait curieux d’en apprendre d’avantage. Madame le maire le regarda dans les yeux.

-Je ne sais pas s’il m’en veut pour la malédiction. J’ai lancé le sort noir bien avant sa naissance, je pense qu’il est conscient qu’il n’a rien à voir dans cette histoire. Oui, avec Emma Swan, je pense que nous sommes parvenues à une certaines entente. Robin travaille avec elle, maintenant. Quant à Henry, c’est mon fils, je n’ai pas besoin de le voir en secret. S’il a envie de venir, il est chez lui, et si je veux le voir, je passe un coup de fil au shérif.

Malgré tout, cette vérité lui faisait mal, elle était légèrement piquée au vif. Elle n’avait jamais eu l’habitude de partager quoi que ce soit, et devoir le faire sur une personne qu’elle aimait plus que tout lui paraissait insupportable, et pourtant, il fallait bien faire avec. Le fait d’avoir Robin et Roland avec elle atténuait cette douleur intérieure qu’elle ressentait. Quant au livre de contes, Regina ne savait que penser. Depuis qu’il était apparu, il lui semblait alors que tout était tracé, sans aucun moyen d’en réchapper.


-Je ne sais pas… Tout ce que je sais, c’est que la moindre parcelle de nos vies et de nos actions sont dans ce fichu livre, et quoi qu’on fasse pour se racheter, il a l’air d’avoir décidé de nos sorts, du moins de l’autre côté. J’espère qu’il n’en est pas de même ici.


Elle le regarda d’un air un peu inquiet.

-Si les méchants sont condamnés à une telle image, alors j’aurais beau faire tous les efforts du monde, ça ne marchera pas… murmura-t-elle comme pour elle seule.

Puis, Regina secoua la tête pour chasser ces pensées pessimistes. Elle avait tout ou presque pour être parfaitement heureuse, alors hors de question de se laisser aller à de telles suppositions.

-Non, je refuse de penser ça. Nous avons changé, nous avons droit nous aussi au bonheur, comme tous ces héros et ces princesses… ajouta-t-elle avec une pointe d’amertume.

Marvin marquait un point en faisant remarquer que dans la pratique de la science, il n’y avait pas de prix à payer, ou du moins, beaucoup moins couteux que ce que la magie pouvait requérir. Et puis, il émit une suggestion : l’idée de faire un cadeau pour Roland.

-Eh bien, je lui ai déjà trouvé un cadeau mais je suppose qu’en avoir deux ne serait pas de refus pour un petit garçon aussi sage. A quoi pensais-tu ?

Puis il parla d’Hilda. Ainsi donc, elle était déjà passée le voir. Regina sourit à nouveau. L’ancienne fée des étoiles avait été d’une aide précieuse pour trouver et peaufiner les idées pour ce projet de Noël.

-Oui, c’est une excellente idée que de se voir tous les trois pour voir le parcours. Vous n’aurez qu’à me donner vos disponibilités, Hilda et toi. Ce sera un moment très agréable, j’en suis sure. Tu verras, ce coin de forêt est vraiment très joli.

La perspective de revoir ses deux amis, probablement les seuls qu’elle ait en ville, lui réchauffait le cœur. Marvin l’éclaira alors sur les relations qu’il avait avec ce Kiernan. Elle soupira avant de rire avec son ami suite à sa question.

-Penses-tu, j’étais à deux doigts de le faire frire sur place, alors sa proposition était bien le cadet de mes soucis. Je crois que je lui ai répondu que j’y réfléchirai. J’avoue que je ne m’en souviens plus tant sa présence m’agaçait. J’aimerais seulement qu’il se rende compte qu’ici, on ne fait pas ce qu’on veut si cela met en danger les autres. Je ne veux pas encore apprendre qu’il a frappé des citoyens. Ce n’est pas seulement à cause de mon travail, c’est aussi une question de bon sens.






(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 566
Cœurs enchantés : 8219


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: (fini) L'amitié peut parfois avoir un prix (PV Regina Mills)    Ven 1 Avr - 19:50


❝L'amitié peut parfois avoir un prix❞
Marvin E. Kandinski & Regina Mills


J’adressais un sourire compatissant envers Régina. Puis soudain un nouveau personnage fit son intervention dans la conversation. Je ne savais que très peu de chose sur ce prêteur sur gage qui avait été un des investigateurs de cette malédiction. Je n’avais jamais croisé sa route dans le monde des contes. Je ne m’en plaignais guère cependant. Je savais qu’il avait fait du mal à bon nombre de personnes dans cette ville. Je savais qu’il continuerait à en faire car d’après les dires des habitants, il n’en ressentait aucune gêne et aucun regret. Je ne connaissais pas non plus l’histoire commune des deux architectes de notre bonne ville de Storybrooke. Cependant, je doutais que le Ténébreux serait prêt à faire un quelconque pas vers Régina pour la libérer de ces malheurs. Il devait probablement s’amuser de la situation difficile dans laquelle se trouvait le maire. Lorsque Régina eut terminé sa phrase je consentis enfin à parler. Haussant légèrement les épaules, je soupirais lourdement.

- Je te comprends Régina. Si seulement je pouvais faire quelque chose pour t’aider concrètement. Je ne serais malheureusement pas d’un grand secours dans ta quête de notre monde originel.

Portant une nouvelle fois la tasse à mes lèvres, je dissimulais avec peine un geste de dégoût. J’avais toujours eu du mal à admettre que la science pouvait capituler devant la magie. Il fallait pourtant admettre que dans le monde des contes cette dernière régnait en maîtresse dans la plupart des circonstances. Voilà ce qui expliquait entre autres que je préférais ce monde ci. Contrairement à certains, je n’étais pas décidé à reparti chez nous. Fort heureusement, Régina m’arracha au monde des contes pour me ramener à notre réalité. Je répondis alors pensif.

- J’imagine que peu d’habitants accepteraient de laisser leurs enfants participer à cet évènement s’ils savaient que tu étais derrière tout ça. Ne t’inquiète pas, ils finiront pas l’accepter la nouvelle Régina ! Hilda est effectivement venue me voir et nous avons trouvé quelques idées intéressantes pour jeu de piste. Je suis d’ailleurs en train de concevoir des rennes mécaniques pour aider les enfants dans leur quête. Le projet avance bien et j’espère que tu apprécieras le résultat final.

Le maire parla ensuite des difficultés d’être parents. L’espace d’un instant, mon esprit s’embrouilla brutalement envahit d’images de mon passé. Etre parent… Je l’avais été à une période de ma vie. J’avais été père deux fois moi aussi ! Pourtant lorsque je pensais à mes enfants, plus aucun souvenir heureux ne semblaient m’être resté en mémoire. Je ne me rappelais que de la culpabilité et du désespoir que j’avais ressentis en regardant leurs deux adorables visages pour la dernière fois. La seule sensation qu’il me restait était celle de mes mains autour de leurs pauvres gorges si fragiles et si menues et le froid… le froid horrible qui se dégageait de leurs corps lorsque ces derniers furent à tout jamais privés du moindre souffle de vie !

Soudain, un bruit inattendu vint me ramener à la réalité. Sans m’en rendre compte, j’avais relâché mon emprise sur la tasse que je tenais entre mes mains. Cette dernière venait de s’écraser sur le sol. Je levais alors un regard désolé à l’adresse de Régina.

- Je suis réellement confus… je te prie de m’excuser. Je ne sais pas ce qui m’a pris… Je… je peux essayer de faire quelque chose…

J’avais beau promettre d’arranger les choses, je restais prostré et tétanisé sur mon fauteuil. De toute manière, je me doutais que Régina aurait une solution magique pour réparer les dégâts. Me passant rapidement une main sur le visage, je profitais de ce geste pour me parer à nouveau de mon visage aimable et chaleureux. Un leurre de plus qui m’avait été d’une importance capitale tout au long de ma vie. Je reportais alors mon attention vers les propos précédent de mon interlocutrice.

- Je vois ce que tu veux dire lorsque tu dis que ce n’est pas facile d’être parent. Faire les bonnes choses, prendre les bonnes décisions… ce n’est pas toujours chose aisée. Mais Henry est un garçon intelligent et Roland a la chance de vivre dans un milieu où il se sent aimé, C’est ça le plus important !

Passant une nouvelle fois ma main sur mon visage, j’essuyais les quelques larmes qui perlaient auparavant au coin de mes yeux. J’avais de la peine à croire que c’était Régina qu’on ne cessait de diabolisé. Elle avait su être un parent merveilleux et savait donc aimer à sa manière. Contrairement à ce que j’avais pu être, Régina était une bonne mère et qu’importe si elle la partageait cette maternité avec Emma, rien ne pourrait jamais retirer l’amour profond qu’elle donnait à ces enfants.

- Je suis heureux si Emma et toi ne vivez plus à couteaux tirés désormais. Il semble qu’elle soit d’ailleurs suffisamment raisonnable et intelligente pour ne pas suivre l’avis de la majorité de la population. Tant mieux si elle te laisse voir Henry de temps en temps. Tu sais cela pourrait te paraître étrange mais je pense que s’il est une personne qui pourrait t’aider à connaître une fin heureuse, c’est elle. N’est-ce pas après tout le travail de la Sauveuse ?

Le ton peu assuré que j’avais employé à l’instant ne serait pas en faveur de mon plaidoyer et je le savais. La vie nous avait infligée de terrible épreuves et j’aurais été bien plus heureux en ignorant tout de ma vie dans le monde des contes. Toutes mes relations et mon travail s’en serait trouvés simplifié. Régina avait raison nos sorts avaient été scellés par cet ouvrage. Nous resterions des victimes de ce destin tragique quoiqu’il nous en coûtait. Mon sourire disparus alors de mon visage pour ne laisser qu’un air tragique et désabusé.

- Tu sais parfois je me demande pour quelle raison nous nous battons. A quoi bon espérer une fin heureuse alors que nous sachons pertinemment que nous ne l’obtiendrons jamais. Nos petits bonheurs ne sont que temporaires et finiront par disparaître un jour ou l’autre. Je crains que contrairement à toi, je ne connaîtrais jamais le bonheur de vivre un avenir radieux avec la personne que j’aime. Je ne parle même pas de fonder une famille. J’admire ton courage Régina ! J’espère que tes efforts porteront leurs fruits. Je l’espère vraiment !

Je souris gentiment aux propos de Régina. J’étais extrêmement touché de la voir accepter ma proposition.

- Je pensais lui confectionner l’un de mes amis imaginaires. Peut-être qu’un petit animal lui rappelant la forêt que nous avons quittés lui ferait plaisir. Mais bien évidemment je ne me lancerais pas dans un projet sans avoir reçu la commande préalable de Roland. Est-ce que tu serais d’accord de venir un jour chez moi avec lui. Nous pourrons en discuter plus calmement ? Il faudra également fixer le jour de notre rencontre avec Hilda. Je ne doute pas que vous ayez réussis à trouver un très joli endroit dans cette forêt. Elle regorge de merveilles après tout !

La discussion s’orienta alors vers Kiernan. Je sentais d’ores et déjà qu’une fois de plus je devrais le houspiller pour avoir osé défier le maire, tout en me doutant que je n’obtiendrais pas gain de cause. Mon ami était une véritable tête brûlée ! Il était très difficile de lui faire changer d’avis lorsqu’il s’était fait son opinion sur une personne et de toute évidence il n’appréciait sa présence qu’à moitié.

- Eh bien j’essayerais de lui en parler mais je ne garantis pas que cela sera un grand succès. Qui sait si tu l’engage il se calmera peut-être…

Replongeant dans mes pensées, j’estimais que le moment était venu pour aborder une discussion plus sérieuse. Je n’étais après tout pas revenu retrouver Régina pour échanger des banalités. Bien que revoir mon amie me faisait très plaisir, il y avait une question qui restait en suspens. Une question dont elle seule possédait la clé. Poussant un léger soupir, je pris mon courage à deux mains et repris le fil de notre discussion.

- Régina il faut que j’admette la vérité. Si je suis venu te voir aujourd’hui ce n’est pas uniquement pour prendre le thé. Je voudrais te demander un immense service ! Tout comme toi je suis en quête d’une fin heureuse et je sais que cela va te paraître idiot mais tu sembles être la seule à en posséder la clé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1444
Cœurs enchantés : 9378
Humeur : Amoureuse <3


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: (fini) L'amitié peut parfois avoir un prix (PV Regina Mills)    Mar 12 Avr - 22:25




L'amitié peut parfois avoir un prix
 

La quête pour retrouver leur ancien monde était en fait le cadet des soucis de Regina. Elle y avait fait un saut avec Emma et Mary-Margaret quelques mois auparavant, et rien de bon n’en avait résulté. Et rares étaient les habitants à vouloir y retourner. Et comme Cora semblait avoir pris de l’importance dans certaines contrées, mieux valait éviter de renvoyer certains habitants de Storybrooke qui se feraient un plaisir de trahir leur maire pour se venger de sa malédiction.

-Je t’avoue que ce n’est pas ma principale priorité pour le moment, de toutes façons…

Voir la réaction du rationnel scientifique et fabriquant de jouets à l’évocation de la magie amusait énormément Regina. Mais c’était bien aux talents manuels de Marvin qu’Hilda avait fait appel pour le projet de Noel de madame le maire, qui visiblement prenait tournure d’après les dires de l’ancien pingouin.

-Je te fais confiance, je suis sure que tu feras des merveilles et que petits et grands seront enchantés.

En ce qui concernait le fait qu’un jour les habitant de Storybrooke finiraient par apprécier la nouvelle Regina, cette dernière doutait, mais Marvin, comme Robin, le lui confirmait. Seul l’avenir le dirait.

Les paroles de Kandinski à propos des enfants, Henry et Roland, étaient rassurantes. Effectivement, Henry était intelligent et savait pertinemment que sa mère l’aimait plus que tout, et même s’il vivait entre chez Emma et chez Regina, il avait deux foyers où ses mamans l’aimaient plus que tout. Et Roland aussi avait désormais une maison avec des parents aimants. Même si Regina n’était pas sa vraie mère, elle l’aimait comme si le fils de Robin était son propre enfant. D‘ailleurs, il avait de lui-même demandé s’il pouvait l’appeler « maman », ce qui avait profondément émue madame Mills. Cette dernière remarqua que son ami était en proie à une certaine émotion et s’en inquiéta. Et souda in, il laissa choir sa tasse qui se brisa au sol. Il s’excusa, d’un air confus. Regina se pencha pour ramasser les débris pour les mettre dans sa main gauche. Puis elle passa sa main droite au-dessus : un petit tourbillon coloré suivit le mouvement induit et les morceaux de la tasse de porcelaine se recollèrent. Elle était comme neuve. La maitresse de maison reposa la tasse sur la table avant de regarder Marvin d’un air inquiet.


-Ce n’est rien, ne t’inquiète pas. Tout va bien, Marvin ? J’ai dit quelque chose qu’il ne fallait pas ?


Elle le regarda avec attention, espérant trouver dans son regard la raison de son malaise. Puis, il s’épancha sur ce qu’il pensait des fins heureuses pour les personnes comme eux : les méchants. Enfin, anciens méchants serait le terme plus adéquat. Et son opinion était bien pessimiste, c’était le moins que l’on puisse dire.


-Mais pourquoi dis-tu cela, Marvin ? Enfin… Tu viens de dire qu’Emma était la personne qu’il nous fallait pour retrouver une fin heureuse. Si c’est le cas pour moi, ça l’est pour toi aussi. Pourquoi donc ne pourrais-tu pas vivre heureux avec la personne que tu aimes ?


D’ailleurs, puisqu’il évoquait cela, était-il amoureux ? Il était étrange de le voir aussi déprimé.


-Y a-t-il quelqu’un dans ta vie ? Si tel est le cas, tu devrais au contraire en être ravi. Que se passe-t-il ?

Elle lui prit délicatement la main pour lui signifier que s’il souhaitait en parler d’avantage, elle était là pour l’écouter, tout comme il l’avait fait pour elle.
Puis, Marvin parla de son idée de cadeau pour Roland, et il fallait reconnaitre qu’elle était pour le moins originale. Regina lui rendit son sourire.


-C’est une superbe idée, je te l’emmènerai mercredi, il n’y a pas école, je m’arrangerai à la mairie. Quant au rendez-vous avec Hilda, je me plierai à vos disponibilités à tous les deux. Tu vas adorer le petit chalet, je l’ai entièrement fait retaper, il est mignon comme tout.


Ah Marvin, parfois, il savait se montrer un peu trop optimiste. Engager Kiernan ? D’une part, l’ancienne méchante reine n’avait plus besoin de personne pour régler ses comptes, et d’autre part, elle ne s’abaisserait surement pas à engager quelqu’un qui l’avait menacée. Mais son ami semblait persuadé que ça le calmerait. Il faudrait réfléchir à la question.


-Je verrai… L’engager pour quoi, telle est la question. Il est hors de question qu'il brutalise qui que ce soit.


Et soudain, la conversation prit une autre tournure. Marvin semblait plus sérieux. Il parlait de nouveau de sa fin heureuse, mais cette fois, un espoir semblait exister dans sa voix. Regina l’écouta avec attention. Il déclarait qu’elle détenait la solution.


-Je suis tout ouïe, très cher, si je peux t’aider, je le ferai avec plaisir. Dis-moi donc ce que je peux faire pour toi.


Il était évident qu’elle ne saurait lui refuser un service, dans la mesure du raisonnable, bien entendu. Elle attendait donc avec impatience de savoir ce qu’il pensait qu’elle était capable de faire pour lui venir en aide. Sa curiosité était d’ailleurs piquée.


-Je me demande bien ce que peut être la clé de ta fin heureuse pour que je sois, à t’entendre, la seule à pouvoir t’aider. De quoi s’agit-il, je t’écoute.

Regina plongea son regard dans celui de Marvin, un regard plein de curiosité et à la fois bienveillant, accompagné d’un sourire. Elle était réellement désireuse de l’aider et espérait effectivement pouvoir le faire.




(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (fini) L'amitié peut parfois avoir un prix (PV Regina Mills)    

Revenir en haut Aller en bas
 
(fini) L'amitié peut parfois avoir un prix (PV Regina Mills)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» un chat castré peut-il avoir une érection?
» Peut plus avoir la paix avec ces foutus téléphones !!!!!
» peut on porter plusieurs pierres en meme temps ?
» Péridurale
» Le Président d'Honneur de notre forum

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No Kindness Left :: Bienvenue à Storybrooke :: Quartier Aragon :: Les villas :: Villa de Regina Mills-
Sauter vers: