AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Tumblr  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Extra hours

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Messages : 480
Cœurs enchantés : 5393
Humeur : Au manque de bonté


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Extra hours   Dim 1 Nov - 1:23


Extra hours
Have some vault s'mores just because… •••

La pièce semblait vide de prime abord, le silence régnait en maître incontesté et plus aucune lumière n'éclairait le bureau. Mais un souffle, un infime souffle brisa le silence, nous laissant imaginer une occupation en ces lieux.  Le voleur se redressa, allongeait dans le vieux fauteuil, il s'était assoupit très rapidement, oubliant que l'heure d'hiver allait très rapidement chassé la lumière et le plonger dans les ténèbres. L'adjoint du shérif se redressa et tata le mobilier pour contourner l'obstacle. Lorsqu'il sentit l'interrupteur de la lampe, sous sa main gauche, il le pressa sans attendre, brisant instantanément la paisible quiétude engendrée par les ténèbres de la nuit. Robin se massa la nuque encore douloureuse, il observa les quelques cartons qui l'entouraient. Afin de soulager Emma et de lui permettre de rentrer un peu plus tôt pour se reposer, le vaillant camarade dénommé Locksley avait accepté de trier les quelques vieux dossiers qui traînaient dans le bureau. Si de prime abord la mission semblait simple, les quelques heures de sommeil perdues, rendaient l'opération plus délicate que prévu. Robin éprouvait la plus grande des difficultés à rester concentrer plus de dix minutes et la vue de cette dizaine de cartons contenant un nombre incalculable de dossiers continuait à amoindrir sa motivation. Mais il devait le faire, il l'avait promis, il y passera une bonne partie de la nuit, mais s'acquittera de sa tâche et prouvera une fois encore à Emma Swan qu'elle avait prit la bonne décision en acceptant de l'engager.


L'ancien voleur souffla une fois encore, il fouilla dans la poche de son jean et sortit son portable pour s'enquérir de l'heure. L'écran du mobile, une fois déverrouillé, laissa apparaître une photo de Regina qui tenait Roland dans ses bras. Attendri, comme à chaque  fois, Robin laissa un léger sourire illuminait son visage dont les traits tirés, laissaient entrevoir une grande fatigue. L'horloge indiquait 23h40, une heure matinale pour les fêtards et tardive pour le commun des mortels. Face à l'hésitation, le voleur tapa sur la petite icône relative aux SMS et en plaça le prénom de sa belle dans la case réservée au destinataire. L'envoi d'un SMS étant plus que tentant, mais l'heure avancée refréna Robin. Regina était peut-être déjà couchée, après tout, elle-même avait des journées à rallonge ces derniers temps et son voleur de petit ami, pouvait comprendre qu'elle préfère retrouvé rapidement son lit (très confortable soit dit en passant) plutôt que de veiller dans l'attente d'un message. Il se mordit donc la lèvre inférieure, toujours enclin à l'hésitation et lutant contre une douce tentation, celle de faire savoir à sa belle, à quel point, elle lui manquait.  "-Tant pis !" Il commença à taper sur l'écran tactile. En écriture automatique, il allait plus vite et pouvait se permettre de constituer des phrases complètes se délestant de l'abrégé.


 "Encore une journée à rallonge ! Je vais surement passé une bonne partie de la nuit au bureau à trier de vieux dossiers. Le café est mon ami ! Je suis désolé de ne pas être passé à la Mairie hier, tout comme je suis désolé de peut-être te sortir de ton sommeil. Tu me manques, ton regard, ton sourire, ton parfum... ton corps (surtout) Razz A très vite Ton homme <3"


Avant que l'hésitation ne l'assaille à nouveau, il préféra cliquer tout de suite sur "envoi". Il posa ensuite son mobile sur le bureau, récupéra son mug et s'éloigna pour retrouver avec plaisir la cafetière qui contenait encore du café, un bon nectar sombre et fort à la fois. Ce soir il lui en faudra beaucoup pour lutter contre Morphée et mener à terme sa nouvelle mission. A moins bien-
sûr qu'une autre solution se présente à lui.  
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1444
Cœurs enchantés : 9378
Humeur : Amoureuse <3


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Extra hours   Lun 2 Nov - 7:52




Extra Hours
 


La journée avait été somme toute des plus banales, pour Regina, mais néanmoins fatigante. Elle avait commencé par emmener Henry et Roland à l’école, puis était retournée à la mairie pour s’occuper de diverses choses, toutes plus ennuyantes les unes que les autres. Certains papiers lui avaient pris plusieurs heures. Etre maire n’était pas une chose facile. Et puis il fallait reconnaitre que ces derniers temps, toutes ses pensées étaient accaparées par un certain voleur… D’ailleurs,  elle avait pris le temps de lui envoyer quelques SMS –une belle invention de ce monde, tout de même- pour prendre de ses nouvelles, car elle savait que lui non plus ne chômait pas, depuis qu’il était devenu l’adjoint du shérif. Regina était très fière de lui, et ce métier lui allait comme un gant. En acceptant le job, Robin et Regina espéraient que leurs boulots respectifs leur permettraient de se voir d’avantage. Mais force était de constater que pour ce jour-là, ce n’était pas le cas. A l’heure du déjeuner, le maire de Storybrooke se rendit au commissariat pour voir son homme, mais celui-ci semblait débordé, alors elle préféra le laisser continuer à faire ses preuves plutôt que de le distraire. Roland mangeait à la cantine de l’école primaire, mais Henry non, alors elle alla déjeuner au Granny’s avec son fils, avant de le ramener au collège et de s’en retourner à la mairie.

La journée passait à une lenteur incomparable, et Regina n’avait qu’une hâte, retrouver Robin. Le soir venu, elle alla chercher les enfants à l’école et les ramena à la maison. Elle aida Roland à faire ses devoirs, puis alla se mettre aux fourneaux pour leur préparer le diner. Ne voyant pas Robin revenir, inquiète, elle décida de l’appeler. Pour une raison encore inconnue, l’appel resta sans réponse. Elle décida donc de voir par elle-même ce qui le retenait. D’un mouvement de la main, elle fit apparaitre une sorte de tourbillon dans le miroir de l’un des placards de sa cuisine. Ce tourbillon se dissipa rapidement pour laisser voir Robin, entouré par des piles de dossiers, disant à Emma de rentrer se reposer et qu’il s’en chargeait. Un sourire se dessina sur les lèvres de Regina qui fit disparaitre l’enchantement pour laisser le miroir reprendre ses fonctions originelles. Robin était si gentil, il pensait aux autres avant lui-même. Il rentrerait surement un peu plus tard que prévu.

L’ancienne méchante reine fit donc manger les enfants : une quiche faite maison avec une salade verte, et de la compote maison en dessert. Regina avait décidé d’attendre le retour de son homme pour diner avec lui. Elle regardait les enfants manger et discuter d’un air pensif, scrutant de temps en temps l’heure sur son téléphone, vérifiant surtout s’il lui donnait des nouvelles. Il devait être vraiment débordé, le pauvre. Elle laissa échapper un petit soupir, qui ne passa pas inaperçu auprès des garçons qui pouffèrent de rire. Sortie de sa rêverie, Regina rit avec eux avant de débarrasser les assiettes vides. Il était temps pour les petits de se préparer pour aller au lit. Si Henry resterait probablement encore un moment à lire, Roland devait aller dormir tôt, il était encore jeune.

Après avoir embrassé ses deux garçons adorés, leur souhaitant une bonne nuit, Regina alla au salon attendre, encore et toujours, le retour de Robin. Elle détestait vraiment ce genre de situation. Rester là à attendre, ce n’était pas elle. Elle trépignait d’impatience, ne supportant pas de ne pas avoir le contrôle de la situation. Après avoir fait les cents pas, tenté de lire un livre, poussé un nombre incalculable de soupirs, elle finit par s’assoupir un instant. C’est là que la sonnerie indiquant la réception d’un SMS se fit entendre. Ouvrant de grands yeux, elle se saisit de son mobile et consulta immédiatement le petit courrier, constatant avec un sourire qu’il provenait de Robin. Son sourire s’élargit en lisant le contenu de son message. N’y tenant plus, et sachant pertinemment qu’il n’aurait pas eu le temps de diner, Regina alla dans la cuisine pour emballer une part de quiche qu’elle mit dans un petit panier, avec une pomme, des couverts et une serviette, et d’un mouvement de sa main libre, disparut dans une  nuée de fumée violette. Elle se rematérialisa devant l’entrée du commissariat et entra. Elle ne tarda pas à trouver Robin près de la cafetière. A combien de tasses en était-il depuis ce matin ?
Heureuse de le retrouver, Regina affichait un sourire radieux et rompit le silence pour qu’il constate sa présence.

-Tu ne préfères pas diner, plutôt qu’un énième café ?

Et sans attendre, elle se dirigea vers lui pour l’embrasser. Elle avait l’impression de ne pas l’avoir vu depuis au moins une semaine, tellement il lui avait manqué.

-Alors dis-moi, qu’est-ce qui te prend autant de temps ? Ce sont tous ces dossiers que j’ai vu en passant sur ton bureau ? Est-ce que je peux t'aider?

Bon, en fait cette demande était un petit peu égoïste, elle avait envie de pouvoir profiter de son homme, et au vu de l'heure tardive, s'il ne finissait pas rapidement, il y passerait toute la nuit. Ce serait éprouvant pour lui, d'autant qu'il travaillait encore le lendemain, et l'accumulation de fatigue n'était pas une bonne chose.




(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 480
Cœurs enchantés : 5393
Humeur : Au manque de bonté


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Extra hours   Mer 4 Nov - 0:39


Extra hours
Have some vault s'mores just because… •••


Par amour, on peut souffrir, mais l'on peut aussi grandir et il n'est jamais trop tard pour ça. Quoique à bien y réfléchir le verbe mûrir semble plus adéquat pour évoquer mon évolution depuis le retour des souvenirs jusqu'au retour de Regina, Emma et Mary Margareth. Un retour ponctué d'exclamations pour certaines ( devrais-je ajouter un retour en grâce pour mieux vous faire comprendre le choses ? et alourdis par de nombreux regards assassins pour une autre que je ne vais pas nommer, puisque c'est tellement évident de savoir de qui je parle. Et dire que si je m'étais arrêté à ça, si j'avais accepté de suivre la meute hostile à Regina, nul doute que je ne pourrais prétendre à être ce que je suis à présent, à savoir un nouvel homme, heureux qui plus est. Les regards, les rumeurs et autres bassesses n'ont en rien entaché l'amour que j'ai pour cette femme incroyable qui mérite d'être vu telle qu'elle est vraiment. Alors oui, je ne suis peut-être pas assez objectif, mais qu'importe, je suis prêt à me battre comme un lion pour prouver à tous ses détracteurs, qu'ils se trompent lourdement. Laissez-moi vous dire que l'amour efface la haine, qu'il incarne l'espoir, qu'il est le meilleur des remèdes. Oui, je vous l'accorde, par amour, on souffre, mais on change également, l'on bouscule nos conventions, l'on se remet en question. Croyez-moi, on grandit et ça fait un bien fou...


« -Non, c'est hors de question que tu restes ! Tu es enceinte, tu te fatigue plus vite en conséquence. Laisse-moi les clés, je fermerais le bureau après avoir trié tous ces dossiers » avait-il dit quelques heures auparavant. Ne se doutant pas un seul instant que tous ces cartons de dossiers étaient pleins à craquer, tous sans exception. Le nouvel adjoint serviable, mais un peu naïf, comprit très vite sa douleur lorqu'il ouvrit, une à une les boîtes. Mais ne dit-on pas qu'à cœur vaillant rien n'est impossible ? Si on le dit, mais le mettre en pratique s'avère un peu plus problématique si dame motivation ne prend plus part au débat. Il ne lui avait donc fallu qu'une seule boîte pour perdre le fil et laissé Morphée, vile tentatrice, le pendre dans ses filets. Mais à présent reput de ses quelques heures de somnolence, Robin devait reprendre la tâche ingrate dont il s'était gentiment affublé. Il l'avait promis à Emma et une promesse étant une promesse, il ne pouvait s'en dérober. Il élit donc domicile auprès de la cafetière et commença à l'abreuver d'eau pour qu'elle consente enfin à lui servir le breuvage salvateur. Mais la machine se faisait capricieuse ce soir au grand dam de Robin qui attendait impatiemment sa boisson pour se remettre d'aplomb. « -Aller s'il te plaît, pas ce soir ». Il vérifia le branchement et réitéra son action, en vain. « -Saleté ! » dit-il en envoyant un petit coup de pied dans la machine qui reprit aussitôt vit. « -Yes! » s'exclama l'adjoint du shérif en levant les bras en l'air. Mais il ne put savourer pleinement sa victoire puisqu'une certaine personne se fit entendre, une personne qui laissa paraître sur le visage du jeune homme, un sourire qui redoubla en intensité lorsqu'il se retourna pour faire face à Madame le Maire.


« -Tiens j'ignorais que madame le Maire était livreuse de plateau repas à ses heures perdues » dit-il d'un air taquin avant de reposer sa tasse pour accueillir sa petite amie. Lorsque Regina posa ses lèvres sur celles de Robin, ce dernier ressentit le besoin de lui rendre ce baiser au centuple. Ce besoin se fit dès lors quasi-vital tant elle lui avait manqué durant cette journée de labeur. Pour mieux profiter, il ferma les yeux, laissant ainsi ses sens s'enivraient de cette présente au combien divertissante. « -Hum, c'est fou ce que tu m'a manqué. » Il lui caressa la joue et ne put que constater malgré l'heure, que sa "femme" était encore belle comme le jour et ce malgré le peu d'accessoires dont elle s'était parée. « -C'est fou ce que tu es sexy, même au douze coups de minuit. Et pour répondre à ta question, ce qui me prend autant de temps, ce sont effectivement tous les dossiers qui peuplent mon bureau. Ce sont pour la plupart de vieilles archives qu'il faut que je classe et trie pour qu'on fasse un peu plus de place dans les placards. En acceptant de m'en occuper, je n'imaginais pas que toutes ces boîtes étaient pleines à craquer. Preuve qu'on ne s'ennuie pas à Storybrooke ! »


Il dut mettre un terme à son argumentation, incapable de dompter son bâillement. La main sur la bouche, il reporta son attention sur ce que tenait Regina entre ses mains. « -Tu m'as vraiment apporté un dîner ? Tu es adorable et moi désolé de me laisser autant accaparer par le travail. Tout va bien à la maison ? Roland a fait ses devoirs ? Non attends, tu sais quoi, assis-toi. Je vais aller te prendre quelque trucs à grignoter au distributeur. Je vais faire une petite pause ok? Par contre, il est hors de question que tu mettes le nez dans ces cartons, c'est plein de poussière et tu as suffisamment à faire à la Mairie. Installe-toi dans le canapé, je reviens ! » Il lui prit le visage, l'embrassa à nouveau et quitta la pièce pour longer le couloir et courir ensuite à toute vitesse vers le distributeur qu'il dévalisa. Les bras chargés, il fit le chemin inverse pour regagner son office. « Voilà Madame Mills. Je suis désolé, ça ne sera point un dîner romantique, mais avec un peu d'imagination ça peut le devenir. Je me suis permis de prendre ce que tu préfères, j'espère que tu ne m'en veux pas trop ? » dit-il en arborant un sourire angélique.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1444
Cœurs enchantés : 9378
Humeur : Amoureuse <3


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Extra hours   Jeu 5 Nov - 8:43




Extra Hours
 


D’avoir vu Robin ainsi parler à la machine à café, et quasiment s’acharner dessus pour qu’elle refonctionne, avait tiré à Regina un sourire amusé. Bien entendu, l’adjoint du shérif n’avait probablement pas remarqué cela, et puis leurs lèvres n’avaient pas tardé à se rejoindre, comme attirées comme des aimants. Elle sourit à la réflexion de son homme.

-Madame le maire est très polyvalente, vous savez, surtout à la nuit tombée… dit-elle avec un regard évocateur.

Après leur baiser de retrouvaille, Regina posa le panier sur le rebord de la table de la salle de pause et passa ses mains dans les cheveux et sur la joue de son voleur.

-Tu m’as manqué aussi, c’est l’horreur ces journées passées sans te voir.

Elle plongea son regard dans le sien, ne pouvant plus s’en détacher.

-Même si j’aime beaucoup tes petits messages, je préfère infiniment t’avoir dans mes bras. Surtout quand tu me dis que mon corps te manque, ajouta-t-elle en se mordant la lèvre inférieure.

Pauvre Robin, trier ces montagnes de dossier n’était pas une mince affaire, et il était seul pour l’accomplir. Et au vu de tout ce qui jonchait encore son bureau, la nuit entière n’y suffirait pas. Regina n’eut pas le temps de dire quoi que ce soit, que son ancien voleur avait filé comme le vent en direction du distributeur, pour en revenir peu de temps après. Entre temps, l’ancienne reine s’était assise sur le canapé, ayant déballé pour son homme ce qu’elle lui avait rapporté de la maison.

-Bien sûr que non, tu me connais, je suis partie en laissant les garçons sauter sur les canapés, sans avoir diné, sans avoir fait leurs devoirs et il va sans dire, sans avoir pris leur bain, répondit-elle amusée en levant les yeux au ciel. Puis elle redevint sérieuse, toujours en souriant. Tous les devoirs de Roland sont faits, jusqu’à la semaine prochaine, je lui ai appris qu’il fallait s’avancer pour ne pas se laisser déborder. A cette heure-ci, il dort paisiblement. Je peux te le montrer si tu veux.

Encore mieux qu’un baby-phone, un miroir. Avec un peu de magie, on pouvait voir en direct ce qui se passait pour la personne choisie.
Monsieur l’adjoint semblait très réfractaire à ce que sa moitié ne l’aide avec ses cartons et dossiers poussiéreux, ce qui embêtait un peu la belle brune qui ne demandait à lui venir en aide. Elle lui tendit la petite assiette contenant une part de quiche et des couverts.

-Tu sais, on peut tricher un peu. En un claquement de doigts, tous ces dossiers pourraient être triés par année et par ordre alphabétique. Tu n’aurais alors plus qu’à les mettre où tu veux, et enfin on pourrait rentrer…

Robin lui avait confié un jour qu’il n’aimait pas trop la magie, mais il avait pu déjà constater qu’elle s’avérait parfois fort utile quand on savait l’utiliser correctement. Et puis là, ce n’était pas comme si elle s’en servait pour faire du mal, au contraire, c’était pour aider son homme à avoir une bonne nuit de sommeil plutôt que de la passer au commissariat à s’épuiser dans une tâche pas franchement indispensable. Elle attendait donc l’approbation de son homme, espérant qu’il accepterait. Si tel était le cas, ça leur permettrait de passer un peu de temps ensemble, parce que cette journée avait vraiment été insupportable pour Regina qui n’arrivait plus à se passer de son bel archer.
Elle lui sourit en attrapant un muffin qu’il avait ramené du distributeur.

-Je ne savais pas qu’il y en avait ici. Je crois que ça me fera une excuse pour venir plus souvent… dit-elle d’un air malicieux avant d’en porter un morceau à sa bouche.

Elle ne pouvait décrocher son regard de lui. Même fatigué après une longue journée dans les pattes, Robin était toujours aussi attirant, son regard toujours aussi doux, son sourire toujours aussi craquant. Comment résister lorsqu’il faisait ce sourire-là ? Celui de Regina ne pouvait s’empêcher de lui répondre de même. C’était comme un automatisme.

-Ne me regarde pas comme ça, dit-elle, amusée.

Elle savait que si elle restait à le regarder lui sourire, elle ne résisterait pas à l’envie de l’embrasser encore et toujours, et alors jamais ils ne sortiraient du commissariat. Et elle savait Robin consciencieux, il ne partirait pas sans avoir accompli sa mission de rangement et classement de dossiers. Il avait d’ailleurs raison, une promesse étant ce qu’elle était, il fallait la tenir. Cela faisait partie de ce que Regina aimait chez lui : il était une personne de parole, sur qui l’on pouvait compter. Robin était vraiment quelqu’un de bien, et il l’inspirait beaucoup dans son travail sur elle-même pour devenir une meilleure personne.
Elle ne tarda pas à finir sa petite pâtisserie , et posa ses mains sur ses genoux.

-Bon alors, qu’est-ce qu’on fait ?





(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 480
Cœurs enchantés : 5393
Humeur : Au manque de bonté


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Extra hours   Jeu 5 Nov - 22:56


Extra hours
Have some vault s'mores just because… •••


Les aiguillent de l'horloge du bureau, frôlaient dangereusement les 0h30. Le temps n'avait donc de cesse de s'écouler sans que Robin ne parvienne à trouver le courage de se remettre au travail. Les boîtes pleines de dossiers aussi poussiéreux que le dessus des contenants, ne pouvaient être quantifié avec les doigts d'une seule main au grand désarroi du nouvel adjoint, qui commençait à se maudire d'avoir relativisé l'ampleur de la tâche. Mais pour le moment, tout cela n'était qu'un "léger" détail, très largement éclipsait par la présence de Madame le Maire en personne. La voir ici, à cette heure, avec en guise de petite attention, un panier repas, lui rappela à quel point il était chanceux de pouvoir se targuer de voir le vrai visage de Regina Mills. À son tour, dans un élan chevaleresque, il se précipita jusqu'au distributeur. Certes, ça n'était pas ce qu'il y avait de plus diététique, mais par chance les muffins n'étaient pas trop mauvais. Avec le peu de monnaie qu'il avait sur lui, Robin prit ce qui était à sa portée et retourna aussitôt sur ses pas où son rayon de soleil, assise sur son fidèle canapé vert, attendait patiemment, toujours le sourire aux lèvres.

« -Mais qu’est-ce qui te fais donc sourire autant ? » dit-il en remarquant les quelques mets qui paraient la table où il avait l’habitude de poser sa fidèle tasse de café et les quelques pâtisseries qu'il allait récupéraient chez Granny pour combler les petites fringales d'Emma.  Le voleur posa toutes les viennoiseries sur la table et s'assit à côté de Regina. « -Donc avant que je ne me régale, on parlait des enfants non ? » dit-il en dévorant du regard, la magnifique part de quiche qui lui faisait de l'œil. Regina, désireuse de taquiner son homme, joua sur l'ironie, avant de se faire un peu plus sérieux pour énoncer ce qui en était vraiment concernant le fils de Robin.


« -Tu sais la prochaine fois, laisse leur les pistolets à eau, ça risque de ne pas être triste. » dit-il en ironisant, puis visiblement en harmonie avec sa compagne, il reprit son sérieux. « -Je suis content que Roland t'apprécie autant. Il a son petit caractère, mais avec toi, j'ai l'impression que c'est tellement facile. Tu l'apaises beaucoup, tu lui apportes ce que je n'aurai pu lui apporter, de l'amour maternel. Montre-moi donc ce petit garnement alors ! Bon même si tu sais que je suis réfractaire à la magie, je veux bien faire une petite exception pour voir notre... Enfin, je veux dire mon fils, dormir. » Maladroit à souhait, il n'avait pu rattraper son lapsus. C'est donc légèrement gêné, qu'il se terra dans le silence et observa le miroir de poche que venait de lui tendre Regina. Le petit Roland, dormait paisiblement en serrant fort la peluche que lui avait offerte Regina. Robin, attendrit par cette vision, se tourna vers sa petite-amie et l'embrassa pour lui faire part de toute sa gratitude.  « -Je t'aime-toi ! » lui dit-il en se saisissant de l'assiette et des couverts qu'elle venait de lui tendre. Aussitôt, Robin se mit en position, il savait, avant même d'avoir porté à sa bouche, une première bouchée, que cette quiche serait divine et pour cause, elle avait été préparée par l'une des meilleures cuisinières de la ville. Une excellente cuisinière qui pouvait se targuait d'avoir utilisé un ingrédient supplémentaire dont elle seule avait le secret.Et effectivement, la quiche était délicieuse, autant que peuvent l'être celles de Granny dans ses meilleurs jours. Robin ferma les yeux pour mieux savourer les talents culinaires de Regina. Il reprit une autre bouchée pour en être sûr. C'était indéniable, il avait gagné au loto en choisissant un tel cordon bleu, mais ne vous y tromper pas, Regina est polyvalente et possède bien d'autres talents.


Cette dernière continua à observer son homme se régaler, en posant son regard sur son bureau, elle ne put malgré tout s'empêcher d'observer la pile de boîtes et proposa, en guise de solution de "tricher un peu" en utilisant la magie. Aussitôt, Robin posa son assiette, il la regarda sans animosité et lui sourit tendrement avant de la reprendre.


« -Tricher c'est mal Regina et tu sais ce que je pense de la magie. Je sais que tu veux bien faire en voulant m'aider. Mais je préfère me passer de la magie pour accomplir cette tâche. Mais on peut éventuellement conclure un marché mademoiselle Mills si vous le voulait bien. » Il l'entraîna dans ses bras, posa son menton sur son épaule et plaça ses mains sur son ventre plat. « -Alors je te propose de terminer la boîte qui est sur mon bureau tout en grignotant.( il porta un bout de muffin à sa bouche, attendant qu'elle l'ouvre pour avalait le petit morceau qu'il lui tendait) À deux, ça ira plus vite et lorsqu'on aura terminé, peut-être qu'on pourrait tester la polyvalence de Madame le Maire. Qu'en dites-vous ? Et si tu veux, je peux te regarder avec ce regard (mime le cocker triste) ou celui-là (mime le séducteur) Alors tu préfères quel regard ? » A nouveau, il laissa paraître son sourire enjôleur et ne se priva pas d’embrasser langoureusement sa belle.


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1444
Cœurs enchantés : 9378
Humeur : Amoureuse <3


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Extra hours   Dim 8 Nov - 1:40




Extra Hours
 



Voir Roland dormir si paisiblement, même au travers d’un petit miroir de poche, était touchant. Tout autant que l’étaient les paroles de Robin à propos du rôle de sa petite-amie vis-à-vis du petit. Regina laissa paraitre un sourire attendri, avant d’effacer l’image d’un passage de la main par-dessus la douce image du petit garçon, pour que le miroir reprenne son rôle. Robin sembla rassuré, même si, elle le savait, il lui faisait confiance pour s’occuper du petit. Elle releva intérieurement son petit lapsus sur le possessif employé, et en fut touchée, mais préféra ne pas insister. Leur histoire était, bien qu’intense, encore récente, et il n’y avait aucun besoin de précipiter quoi que ce soit. Elle eut un petit rire à sa plaisanterie sur les pistolets à eau. Il ne faisait aucun doute que Roland et Henry auraient fait un carnage à la maison si on les avait laissés jouer à l’intérieur avec ce genre de gadgets.

-Oui, je suis certaine que la maison ressemblerait rapidement à une scène de crime. Si tu veux plus d’enquêtes, je ne pense pas que ce soit une méthode très judicieuse, surtout pour mes nerfs, dit-elle avec un clin d’œil.

En effet, madame le maire aimait que son logis soit rangé, propre et en ordre. Henry, plus jeune, la rendait folle à laisser trainer ses affaires, ses chaussures, ses livres. Elle passait souvent beaucoup de temps à lui ranger sa chambre, quand il était trop petit pour le faire lui-même.

-Moi aussi je t’aime,répondit-elle en souriant à sa déclaration. Ce qui me fait sourire, c’est toi, le simple fait de te voir. Tu m’as tellement manqué. Te voir est un vrai réconfort, une bouffée d'air frais.

Elle se sentait si chanceuse de l’avoir dans sa vie. Aimer quelqu’un qui vous aime aussi, rien n’est plus beau que ça. Regina n’avait jamais été plus heureuse. Elle le laissa commencer à manger tranquillement tout en le regardant avec amour. Elle aurait pu passer des heures entières à le regarder. Il lui arrivait souvent de l’observer dormir, lorsqu’elle se réveillait avant lui. Elle le trouvait si beau, tout chez Robin lui était agréable. Et ce, même si parfois ils avaient des avis différents. Robin semblait assez réfractaire à l’utilisation de la magie. Il faut dire que sans la partie du monde des contes d’où il venait, il ne l’avait pas côtoyée, contrairement à Regina. Madame le maire poussa un petit soupir en entendant le début de sa phrase, mais resta attentive puisqu’il parlait d’un marché. La suite serait peut-être intéressante, qui sait ? Elle l’était puisque l’adjoint du shérif avait finalement posé son assiette pour se rapprocher de sa chérie. Il lui tendit un bout de muffin qu’elle accepta sans pour autant le quitter des yeux, et ne manqua pas d’effleurer l’index de Robin avec ses dents. Sa proposition était intéressante. Néanmoins, il refusait une aide un peu plus radicale et rapide, ce qui l’ennuyait un peu puisqu’elle savait qu’il allait encore devoir peiner pour finir cette tâche fastidieuse.
Après avoir avalé son bout de muffin, tout en observant les deux regards dont était capable son homme avec ses magnifiques yeux bleus, elle lui sourit.

-Je préfère le second, mais tout chez toi me plait… Elle posa son index sur les lèvres de Robin. Sauf quand tu refuses de me laisser t’aider de manière efficace.

Elle eut un léger pincement de lèvres avant de se pencher vers lui pour se retrouver à seulement quelques centimètres de son visage.

-Je te propose un autre marché, monsieur l’adjoint du shérif. Pendant que tu finis ton repas, tu me laisses me charger de ton classement de dossiers, et comme ça tu pourras profiter de ma polyvalence aussi longtemps que tes yeux peuvent tenir ouverts.

Elle essayait de l’amadouer avec un jeu de regard et une distance de plus en plus courte entre leurs bouches, sans pour autant la rompre complètement.

-Plus sérieusement, j’ai pas envie que tu passes encore des lustres à perdre ton temps avec ça. Tu as surement plus constructif à faire de tes journées, et plus intéressant à faire de tes soirées, non ? Je sais que tu as le cœur sur la main, ça fait partie de ce que j’aime le plus chez toi, et que donc tu veux aider Emma, mais sincèrement, si elle avait fait son boulot plus tôt, ou du moins l’avait délégué à quelqu’un, tu n’aurais pas à t’occuper de ces saletés de dossiers poussiéreux.

En y repensant, Regina savait que si elle passait encore une semaine à n’avoir quasiment pas de nouvelles et apprendre au dernier moment qu’il rentrerait tard, voire ne rentrerait pas du tout, elle allait craquer. Robin était pour elle comme une bouffée d’oxygène, et ne plus l’avoir revenait à manquer d’air, et finir par s’asphyxier. Qui pourrait tolérer de subir cela ?

-S’il te plait, mumura-t-elle.





(c) ystananas


Dernière édition par Regina Mills le Mer 11 Nov - 17:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 480
Cœurs enchantés : 5393
Humeur : Au manque de bonté


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Extra hours   Mer 11 Nov - 15:01


Extra hours
Have some vault s'mores just because… •••


Robin n'était pas un fervent admirateur de la magie. À Sherwood, elle n'était pas inscrite dans les mœurs et rares étaient ceux et celle qui l'employaient, du moins rares étaient les personnes qui s'évertuaient à l'utiliser à bon escient. Lui vint alors le souvenir de cette sorcière borgne et repoussante pourvue de quelques capacités divinatoires que le shérif de Notthingham n'avait pas hésité à faire venir jusqu'à son château pour qu'elle lui offre ses services occultes. La femme était à l'origine d'une prédiction faisant savoir au shérif que l'amour de sa vie aurait sous peu le cœur voilé. Sans se pourvoir de la moindre réflexion et interprétant mal les signes, l'hypothétique représentant du bien nommé Jean Sans Terre, y avait vu l'occasion d'éloigner Lady Marianne de son Robin d'archer pour ensuite la conquérir avec plus de facilité. Mais tous ses efforts furent réduits à néant lorsqu'il comprit, mais trop tard, que le cœur voilé était un présage funeste et non la promesse d'un nouvel amour. Et c'est bel et bien le cœur de Marianne que la lame du sinistre shérif transperça et non celui de Robin comme il l'avait tant espéré. Mais Robin avait également eu vent des agissements d'un certain Dark One ou Rumpelstiltskin pour les plus audacieux. Nombreuses étaient ses victimes et mauvaise était sa magie. Comme toutes les autres selon Robin qui peinait à comprendre comment de tels prodiges pouvaient être attribués à d'aussi mauvaises personnes.


Mais en suivant le fil de son raisonnement, il était forcé de reconnaître malgré son hostilité évidente et compréhensive, que la magie avait aussi du bon et il lui suffisait de poser son regard sur Regina pour le comprendre. Il ne se passait pas un jour sans que la Maire de Storybrooke, accomplissent bon nombre d'efforts pour arranger les choses et l'image qu'elle renvoyait auprès de ses concitoyens. Elle, l'ancienne Evil Queen, ancienne détentrice d'une magie sans bornes, elle la sorcière, elle qu'il aurait logiquement due exécrer, était en passe de lui faire revoir ses priorités et les quelques aprioris qui avaient trop longtemps obscurcis son jugement. Ainsi, il se laissa convaincre et consentit à prendre entre ses mains le miroir sur lequel Regina venait de faire apparaître Roland plongé aux pays des rêves. Un léger sourire parut donc sur le visage de l'ancien archer qui était forcé de constater les bienfaits de la magie. Des bienfaits que Regina s'appliquait une fois encore à mettre en valeur au vu de quelques informations difficilement contestables, à savoir le surplus inutile de travail que s'infligeait Robin.


Présentement, il en arrivait presque à regretter d'avoir proposé à Emma de l'alléger en triant lui-même les archives. La présence de Regina ne fit qu'accentuer son regret et vint à lui faire comprendre qu'à présent, il se fichait pas mal de cet amas de paperasses. Maintenant, la seule chose qui mobilisait toute son attention, c'était-elle. Il avait beau la regarder sous tous les angles, sa beauté n'avait de cesse de l'interpeller, tellement que parler d'elle en parlant de "beauté singulière" ne serait suffire pour rendre compte de la chose. Regina, parfaite perfection, une beauté qu'on ne peut se lasser d'observer. Robin en savait quelque chose, il passait la plupart de son temps à la regarder et cette observation quotidienne commençait dès les premières lueurs du jour. À peine réveillé, l'adjoint du shérif posait son regard océanique sur la belle brune accaparée par Morphée. Il y passait des secondes, des minutes à ne faire que ça, la regarder encore et toujours sans oser la réveiller tant il était subjugué par la femme avec laquelle il partageait bien plus qu'un lit. Mais bien plus que sa beauté, dont il n'avait de cesse de chanter les louanges, l'ancien archer était aussi sous le charme d'une personnalité aussi atypique qu'attachante et il ne pouvait que mal résister aux assauts verbaux de la belle qui d'un regard, s'avait l'amadouer. Et cette nouvelle proximité qu'elle instaura contribua à rendre la tâche de résistance encore plus incertaine.


Une nouvelle bataille prenait donc forme en ces lieux, un combat qui opposait la passion à la raison. Robin avait promis à Emma de venir à bout de toutes ses archives, c'est un fait. Mais face à lui, se trouvait une petite-amie légèrement en manque de son homme et la belle savait usait de ses charmes, au grand dam du pauvre Robin qui peinait à donner du crédit à dame Raison. Comment voulez-vous donc lutter contre la proximité, contre l'envie de l'embrasser encore et encore, mais surtout lutter pour ne pas céder à la vil tentation sous toute ses formes. Rectification, la « charmante » vile tentation sous toutes ses « charmantes » formes. « -Regina, je sais que tu veux bien faire, mais tu sais aussi ce que je pense de la magie et... » La belle lui lança un regard surchargé de désir et continua à jouer avec leur proximité, approchant à tout-va sa bouche sans jamais déposer ses lèvres sur les siennes. Mais ce qui n'était alors qu'un jeu se transforma en supplication à laquelle Robin peina à résister offrant une belle victoire à la tentation. « -Regina, mon ange, je sais que je n'ai pas été souvent présent ces derniers jours et je veux vraiment m'en excuser. C'est juste que je voulais bien faire en aidant Emma. Je n'imaginais pas que cela me prendrait autant de temps et je n'imaginais pas que ça nous mettrait autant à cran. Donc ne voulant pas empiré les choses, je me dis que peut-être qu'un brin de magie ne serait pas une mauvaise magie. Donc d'accord, tu peux utiliser ta magie pour m'aider. Je ne peux pas continuer à enchaîner les heures supplémentaires. Je veux rentrer et être auprès de ma femme, j'en ai vraiment besoin. Tout comme j'ai besoin de passer un peu de temps avec mon fils et le tien. Aller, vas-y débarrasse nous de toutes ces boîtes, pour qu'on rentre à la maison. »


Il lui offrit un énième grand sourire et se leva pour aller récupérer sa veste et les clés du bureau. Mais c'était sans compter sur la fatalité bien décidée à se jouer des deux amants. En effet, le téléphone restait jusqu'alors sous silence, vrilla l'intimité du doux silence qui avait envahi les lieux. Robin lança un regard plein d'incertitude à Regina et alla répondre : « -Bureau du shérif, que puis-je pour vous ? »



© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1444
Cœurs enchantés : 9378
Humeur : Amoureuse <3


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Extra hours   Mer 11 Nov - 21:11




Extra Hours
 



Regina avait déployé tous les arguments possibles et imaginables, et au final, ses efforts avaient payé, puisque son cher et tendre Robin accepta de se rendre à l’évidence qu’il irait bien plus vite, et serait enfin libre s’il laissait sa bien-aimée lui venir en aide avec sa magie. L’ancienne reine, qui vivait avec cette magie depuis si longtemps, ne comprenait pas toujours les réticences de son homme. Elle avait sans doute oublié celles qui étaient les siennes dans sa jeunesse, alors que sa mère était déjà une puissante sorcière. Elle avait, à l’époque, si peur de devenir comme elle. Lorsque le Ténébreux était venu pour lui enseigner la magie noire, elle était au préalable assez réfractaire à tous les sacrifices qu’il fallait faire, mais poussée par son souhait de faire revenir Daniel, et quelque peu manipulée par Rumplestiltskin qui avait clairement une idée derrière la tête, elle s’était accrochée et était parvenue à acquérir une puissante magie. Tout ceci était bien loin à présent.

Robin commença donc avec un « tu sais ce que je pense de la magie », mais fort heureusement, le regard et surtout la proximité de Regina eurent raison de ses considérations, et il céda, pour cette fois, à laisser sa belle faire les choses à sa manière. Une étincelle jaillit presque dans les yeux de madame le maire qui eut alors un grand sourire satisfait aux lèvres ainsi que des yeux presque écarquillés d’étonnement, mais au final plutôt de satisfaction. Elle était si contente, elle savait que si elle prenait les choses en main, ils seraient rapidement rentrés chez eux.

-A la bonne heure ! dit-elle joyeusement avant d’enfin l’embrasser. J’adore quand tu sais te montrer conciliant.

Elle se dirigea alors vers son bureau quand le téléphone sonna. Surprise, elle se tourna vers Robin qui sembla tout aussi étonné qu’elle. Elle le laissa faire son travail et répondre pendant qu’elle s’occupait de faire son rangement magique. En un claquement de doigts, les dossiers auparavant empilés, la moitié dans des cartons débordant de feuilles et de poussière, furent désormais tous empilés proprement. Regina s’approcha pour les regarder, mais elle fit une petite grimace en fronçant son nez, signe qu’elle n’était pas satisfaite. Elle reclaqua des doigts, et cette fois, les dossiers furent triés par année. Madame le maire se pencha à nouveau dessus pour observer, mais un détail la chiffonnait encore. Elle claqua une nouvelle fois des doigts, et à présent les dossiers étaient empilés par année et par ordre alphabétique. Un sourire satisfait aux lèvres, elle se retourna pour voir Robin, toujours au téléphone. Elle posa ses fesses contre le bureau, attendant que son homme raccroche, ou au moins qu’il lui explique qui pouvait bien l’appeler à une heure pareille au bureau. Etait-ce Emma, qui avait encore besoin de lui ? Pourtant, elle était sensée être rentrée chez elle depuis des heures. Une urgence ? Madame Mills priait intérieurement pour qu’ils ne soient plus dérangés. Elle n’avait qu’une seule hâte, c’était de regagner la maison avec son bel archer, et enfin pouvoir profiter de lui. Il lui avait tellement manqué, c’était presqu’insoutenable.

-Alors ? murmura-t-elle de manière presque inaudible, mais avec un mouvement de bouche assez distinct pour qu’il comprenne.

Son impatience était plutôt visible, elle avait croisé les bras et les jambes, dans une posture presque autoritaire. La personne au bout du fil n’avait pas l’air de vouloir raccrocher. Regina leva les yeux au ciel, constatant au passage l’étendue de poussière qui régnait sur le plafond sinistre du commissariat, et regarda à nouveau son homme. Agacée, Regina fit un mouvement de main pour mettre le haut-parleur du téléphone, et ne tarda pas à comprendre pourquoi Robin ne pouvait en placer une.

« -… et vous comprenez, ce souci dure déjà depuis des semaines. J’ai dit à mon mari je ne sais combien de fois de faire quelque chose, d’ailleurs où est-il maintenant, hein ? Vous pouvez me le dire ? Non, parce que moi non plus, et franchement ces plantes grimpantes, j’en ai ma claque ! Ca pue, ça attire les bestioles et ça me donne de l’urtic… »

Regina avait avancé d’un pas décidé vers l’adjoint du shérif, lui prenant le combiné des mains.

-Madame, taisez-vous une seconde, commença-t-elle d’une voix ferme. Je pense que vous avez besoin de parler, et je comprends très bien ça, continua-t-elle en levant une nouvelle fois les yeux au ciel. Mais ce n’est pas le bon numéro. Appelez donc les urgences psychiatriques, ils s’occuperont très bien de vous. Quant à votre mari, je suis certaine qu’il reviendra rapidement une fois que vous aurez trouvé la bonne personne à qui parler. Sur ce, bonne soirée !

Et elle raccrocha, tout en regardant Robin et secouant la tête.

-Il faut que tu sois plus ferme, Amour, sinon tu vas te faire manger tout cru par toutes les vieilles rombières qui s’ennuient le soir quand toi tu pourrais ne pas t’ennuyer du tout.

La belle brune lui prit la main pour lui montrer le rangement de dossier qu’elle venait d’effectuer, espérant qu’il serait satisfait et qu’ils pourraient enfin rentrer.

-Ca te va ? De toutes façons, que ça t’aille ou non, je t’enlève et on rentre, c’est un ordre, dit-elle avec un petit sourire.

Elle l’entraîna vers la sortie du bureau et ouvrit la porte qui donnait sur la rue, espérant qu’il la verrouillerait pour de bon et qu’enfin ils ne parleraient plus de travail avant le lendemain.






(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 480
Cœurs enchantés : 5393
Humeur : Au manque de bonté


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Extra hours   Dim 15 Nov - 22:59


Extra hours
Have some vault s'mores just because… •••


Peu habitué à décrocher le téléphone, préférant laisser ce travail à Emma ou David dans le pire des cas, Robin concéda ce soir à une exception. Arborant un semblant de confiance et une petite fierté au coin, l'ancien voleur de Sherwood se pencha au-dessus du bureau de sa supérieure et saisit le combiné tandis que sa belle réglait l'épineux problème des archives. Comme il s'agissait de magie, il préféra ne pas prendre partie et conféra à Regina une confiance presque aveugle. Ainsi, il lui laissa le soin de s'en occuper sans y prêter attention. Il se permit malgré tout, pour la forme, de jeter un petit coup d'œil et laissa transparaître un léger sourire en remarquant que la brune volcanique se donnait du mal pour friser la perfection dans son entreprise de rangement "magique". Regina n'était pas du genre à faire les choses à moitié et même si de prime abord, la difficulté n'était pas accrue au vu de l'utilisation de la magie, Robin percevait les efforts entreprit par madame le Maire, qui se donnait du mal pour boucler au plus vite cette affaire. Lui-même prônait la rapidité, même s'il paraissait plus modéré que sa petite amie. A vrai dire, il enchaînait les heures supplémentaires et savait, même sans le dire tout haut, que s'il continuait sur cette lancée, il pourrait se faire du mal. Mais que voulez-vous ! Emma lui avait fait confiance en lui accordant ce job et à ce titre, il se devait de redoubler d'efforts pour lui prouver qu'elle n'avait pas fait le mauvais choix, qu'il était la personne qualifiée pour la seconder au sein du bureau. Pour la première fois depuis longtemps, il se sentait enfin utile et à sa place. Aider les autres lui apportait tant de réconfort et une confiance en lui perdue au cours des dernières décennies passaient à s'abreuver d'alcool derrière son comptoir, tout en servant les âmes égarées qui en demandaient autant. Mais il ne pouvait continuer à tirer sur la corde en enchaînant les heures de trop, il devait accepter le fait que son organisme lui avait lancé un signal, accepté qu'il n'était plus seul à présent et qu'il avait de ce fait, une vie en dehors du travail.

Au téléphone, une femme, certainement une quadra au vu de ses supplices, commençait à mobiliser toute l'attention de Robin qui peinait à prendre la parole, tandis que Regina apportait la dernière touche de magie à son rangement. "-Ecoutez Madame, je ne suis pas jardinier..." Une fois encore il fut coupé dans son élan et dût se résoudre à faire preuve de patience en écoutant la bonne femme qui n'avait de cesse de se plaindre à cause de quelques problèmes "botanique". Robin se mordit la lèvre et se passa la main dans les cheveux tout en continuant, d'opiner du chef. L'envie de lui couper la parole était trop forte, mais conscient du fait qu'il se devait d'être à l'écoute des doléances, il refréna ses ardeurs. Regina, ayant terminé sa tâche, s'approcha en s'enquérant "silencieusement" de la situation, Robin roula des yeux lui faisant ainsi comprendre son agacement. "-Madame, s'il vous plaît, aller moins vite... oui, oui..." La conversation était à sens unique au grand dam de Robin, qui cherchait à s'extirper gentiment, mais en vain. Regina quant à elle, commençait à perdre patience à tel point que pour mieux comprendre, elle activa le haut-parleur.  " -… et vous comprenez, ce souci dure déjà depuis des semaines. J'ai dit à mon mari je ne sais combien de fois de faire quelque chose, d'ailleurs où est-il maintenant, hein ? Vous pouvez me le dire ? Non, parce que moi non plus, et franchement ces plantes grimpantes, j'en ai ma claque ! Ca pue, ça attire les bestioles et ça me donne de l'urtic… " Les talons de Regina martelèrent le sol et sous le regard interloqué de Robin, Madame le maire en personne prit le combiné, certainement à la grande surprise de la femme qui se trouvait à l'autre bout du fil. Robin se posa sur la chaise face au bureau d'Emma et observa Regina qui reprenait les rennes. Le bel archer ne s'offusqua pas de l'initiative, au contraire, il semblait amusé de voir sa belle, se mettre dans de tels états. Malgré son exaspération, elle n'en restait pas moins polie, même si la conclusion n'en demeura pas moins abrupte. La jeune femme était exaspérée et ne le cachait pas à son petit-ami qui venait de quitter la chaise du shérif, essuyant au passage, une petite critique que Regina avait pris soin de formuler correctement pour ne pas le braquer.


"-C'est la première fois que j'occupe un tel poste. Je suis conscient qu'il me faudra encore du temps pour apprendre de mes erreurs. Mais je ne pouvais pas deviner que les gens prenaient l'habitude d'appeler aussi tard, pour des choses aussi futiles et n'ayant pas l'habitude d'être ferme, j'avoue m'être laissé accaparé inutilement par cette femme. Je suis désolé !" dit-il avec une pointe de déception dans le regard. Sans plus attendre et pour dissiper le malaise qui ébranlait son homme, Regina lui prit la main et le conduisit à son bureau pour lui présenter le fruit de son "dur" labeur.  "-Tu n'as pas fait les choses à moitié !" dit-il en entremêlant ses doigts aux siens tout en observant les dossiers rangés par ordres chronologique et alphabétique de surcroît. "-Bon, je suis forcé de reconnaître, que cette fois la magie a été bien utile." Les deux amoureux sourirent, Robin récupéra sa veste, éteignit la lumière et suivit Regina jusqu'à la sortie du bureau. Il laissa madame le Maire passait devant, pour qu'il puisse enfin verrouiller la porte d'entrée. Il plongea donc sa main gauche dans la poche de sa veste et en sortit le trousseau. Il chercha la bonne clé et la plaça enfin dans la serrure pour la vérouiller.


"-Ca y est ! Le bureau est officiellement fermé et je suis officiellement à toi pour ce soir mon amour ! Et si on allait boire un petit verre au Granny's avant de rentrer à la maison?"



© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1444
Cœurs enchantés : 9378
Humeur : Amoureuse <3


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Extra hours   Lun 16 Nov - 18:59




Extra Hours
 



Madame le maire venait de donner un conseil à l’adjoint du shérif. Robin essayait de justifier le fait qu’il n’avait pas osé envoyer sur les roses l’interlocutrice au bout du fil, avec un regard marqué par la déception, et Regina réalisa qu’elle avait peut-être été un peu dure avec lui. Elle se sentit alors coupable de l’avoir peut-être embarrassé. Elle haussa les sourcils en se mordant la lèvre, regrettant un peu ses paroles, et lui prit la main avec un regard plein de compassion.

-Tu n’as pas à être désolé… C’est moi qui le suis. Je n’aurais pas dû te dire ça. Excuse-moi, s’il te plait. Je me mêle de ce qui ne me regarde pas… L’impatience d’être avec toi me fait être désagréable. Pardon.

Sa voix était pleine de sincérité. Elle n’avait pas voulu le blesser ni le brusquer.

- Tu étais un chef, dans la forêt de Sherwood. Ce travail exige de toi le même sang-froid et la même détermination. Sauf que cette fois, c’est toi qui arrêtes les voleurs, dit-elle avec un petit sourire. Je suis très fière de toi, tu sais. Et tu verras bien vite que dans ce monde, les gens ont tendance à un peu trop s’habituer à ce qu’on les materne.

Ils étaient ensuite passés devant la pile de dossiers bien classés et triés, et Robin avait reconnu les bienfaits de la magie, ce qui avait tiré un grand sourire à sa petite amie, avant d’enfin gagner la porte d’entrée du bureau. Enfin ! La maire de Storybrooke espérait intérieurement que plus rien ne les obligerait à retourner travailler. Plus d’appel de ménagère en détresse ou autre. Ca y est, c’était fait, l’adjoint du shérif avait verrouillé la porte du bureau et avait déclaré n’être plus qu’à sa compagne pour le reste de la soirée. Un grand sourire et un petit rire émanèrent de la bouche de Regina avant qu’elle ne vienne embrasser son homme. Celui-ci proposa un verre chez Granny. La belle brune hocha la tête. Elle ne pouvait pas lui refuser cette petite récompense bien méritée au vu des heures qu’il avait enchainées en ce jour.

-Avec plaisir, allons-y.

Elle referma son manteau et glissa sa main dans celle de son amoureux. Le ciel était dégagé, et c’était agréable de marcher dans les rues de Storybrooke. Les températures étaient clémentes malgré l’hiver qui montrait le bout de son nez. Ils marchèrent ainsi, main dans la main, profitant de cette éphémère liberté de l’un comme de l’autre, qui s’achèverait le lendemain matin quand chacun reprendrait son travail et serait de nouveau accaparé par les soucis de la ville. A peu près à mi-chemin, Regina arrêta Robin pour se placer en face de lui, et prit son visage entre ces mains.

-Est-ce que je t’ai dit que je t’aimais, ce soir ? Je crois que non… Je t’aime, Robin, ajouta-t-elle avant de l’embrasser langoureusement.

Elle lui sourit, puis reprit sa main avant de reprendre la marche en direction de leur but. Ils ne tardèrent pas à arriver au Granny’s, dont les lumières de l’enseigne étaient déjà visible depuis plusieurs dizaines de mètres. Il n’y avait plus grand monde dans le café à cette heure-ci. Ils entrèrent et s’installèrent sur des banquettes, face à face.

-Commande ce que tu veux, je prendrai la même chose que toi.

Elle se souvenait de ce qu’il lui avait dit, qu’il faisait attention avec l’alcool. Du coup, elle préféra le laisser choisir ce qu’il veut et faire de même, plutôt que de risquer de commettre un impair. Elle retira son manteau qu’elle posa sur la banquette à côté d’elle, plié en deux, puis posa ses mains sur la table, dans l’espoir d’attraper celles de Robin, ce qu’elle fit délicatement quand il les y posa à son tour. Elle ne détachait plus son regard de lui. Ils étaient enfin réunis, au calme, sans leurs travails respectifs pour les enquiquiner. Ils étaient redevenus un couple normal, passant une soirée en tête à tête, et c’était parfait. Ses yeux brillaient tant Regina était contente de cette simple petite soirée. Elle aurait pu continuer à le regarder ainsi des heures durant. Elle l’aimait tellement. En avait-il seulement conscience ? Se rendait-il compte à quel point le cœur de la belle brune en face de lui ne battait que pour lui ?
La jeune serveuse ne tarda pas à les rejoindre, et la commande fut passée sans attendre. La demoiselle partie la préparer, la maire de Storybrooke plongea à nouveau son regard dans celui de son bel archer.

-C’est quand, ton prochain jour de congé ? demanda-t-elle avec un sourire. J’aimerais beaucoup qu’on passe plus de temps ensemble… tout une journée. Voire tout un week-end. Qu’en penses-tu ?

Il était vrai qu’avec tout ce qui se passait dans la petite ville de Storybrooke, ce n’était forcément évident d’avoir une vie privée, surtout quand l’un des deux était adjoint du shérif, et l’autre, maire de la ville. Néanmoins, il fallait parfois savoir s’octroyer quelques moments privilégiés de liberté. Regina avait envie de faire une surprise à son homme. Elle avait déjà une petite idée sur la question, mais il fallait prévoir, et pour cela, il fallait qu’il lui donne une date. De son pouce, elle lui caressa la main tout en le regardant avec tendresse. Mais cette étreinte fut bientôt et momentanément interrompue par le retour de la serveuse qui amenait les commandes. Ce fut plus rapide que ce à quoi Regina s’attendait, mais bon, elle n’allait pas se plaindre non plus. A présent, ils auraient la paix.







(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 480
Cœurs enchantés : 5393
Humeur : Au manque de bonté


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Extra hours   Jeu 19 Nov - 22:44


Extra hours
Have some vault s'mores just because… •••


La clé passa dans la serrure et laissa entendre un bruit qui à cet instant, passa pour la plus douce de toutes les mélodies. La porte était close, au même titre que l'office du shérif. Ce soir, plus aucun problème, plus aucune plainte, plus rien ne devait entraver les quelques heures d'accalmie que Robin venait de s'octroyer en charmante compagnie. Regina, heureuse d'avoir son homme rien que pour elle, ne masquait plus sa joie et l'immense sourire qui en découlait. Les deux amoureux échangèrent un petit baiser, furtif puisqu'ils n'étaient pas du genre démonstratifs dans le cadre de leur fonction. Mais au vu du calme qui régnait dans la rue et au vu de l'heure, ils pouvaient malgré tout se permettre quelques petites entorses à leur règlement. Robin le premier approfondit un peu plus le baiser avant de mettre à nouveau, une petite distance entre eux. Regina referma son manteau, tandis que l'adjoint du shérif, réajustait, autour de son cou, son écharpe. Une fois parée pour affronter la nuit, leurs mains se retrouvèrent à nouveau à la grande joie de l'ancien archer qui souriait presque autant que sa petite amie. Ils quittèrent donc le trottoir, traversèrent la route et se postèrent sur le trottoir d'en face, toujours main dans la main. Robin leva la tête et fixa le ciel découvert, mais visiblement délesté de quelque unes de ses étoiles. Les deux amants, tels deux adolescents, avancèrent le sourire aux lèvres. Quelques lumières éclairaient encore les commerces sur le point de fermer pour la plupart.


"-C'est plutôt calme ce soir !" déclara Robin en cherchant du regard d'hypothétiques noctambules. Mais personne n'erraient dans les rues et ce malgré les températures plutôt douces pour la saison. Novembre avait commencé et laissait défiler ses jours à l'approche de décembre. Mais malgré la proximité hivernale, les températures étaient bien trop agréables pour ne pas sortir et aller tranquillement se promener et ce même si l'horloge indiquait qu'un nouveau jour s'apprêtait à s'achever. Robin ramena Regina à lui et laissa son bras se plaçait autour de sa taille. Il voulait la sentir près de lui, profiter d'être avec elle en se fichant des regards et des murmures sur leur passage. A présent, il n'était plus l'adjoint du shérif et ce soir, elle n'était plus, au vu de l'heure, Madame le Maire. Non ce soir, sous la lueur des lampadaires, ils étaient Robin et Regina deux amoureux qui profitent de la vie et du simple fait d'être ensemble avant de reprendre le lendemain, le chemin des bureaux espérant se retrouver à nouveau, avide de liberté et d'insouciance.Et c'est avec cette même insouciance qu'ils s'embrassèrent devant le restaurant après que Regina ait avoué à son voleur à quel point elle l'aimait ce à quoi il répondit après le baiser : "-Non effectivement tu ne me l'avais pas encore dit ce soir. Tu as finis par y prendre goût on dirait" Il l'embrassa à nouveau, surprenant au passage les quelques rares clients qui quittaient les lieux. Visiblement pas gênés, les deux amoureux se regardèrent en éclatant de rire. Puis ils se décidèrent à enfin pénétrer à l'intérieur du café. Robin, en parfait gentleman ouvrit la porte à sa belle qui entra la première. La gérante des lieux, se contenta d'un léger signe de la tête pour les saluer. Elle émettait encore une petite réserve à l'égard de Regina, mais l'hostilité n'était plus. Ce qui en soit, constitué une belle victoire pour Robin, qui salua Leroy du regard, ainsi que deux de ses acolytes, avant d'enfin rejoindre la banquette que lui et Regina avaient l'habitude d'occuper lorsqu'ils concédaient à passer quelques minutes de pause déjeuner en ces lieux. Robin se plaça face à Regina, il retira sa veste qu'il déposa sur le côté, une veste dans laquelle se trouvait son mobile, qui ainsi éloigné, ne pourrait à l'avenir, interféré dans ce petit moment de couple qu'ils étaient enfin parvenus à s'octroyer malgré l'heure tardive. Regina passa la main pour la commande, laissant ainsi le choix à Robin. En parfait habitué, il n'eut pas besoin de demander la carte et en cours de sobriété il opta pour une boisson sans alcool.

"-Au vue de l'heure tardive, un café ne me semble pas être une bonne idée. Que dirais-tu d'une infusion ? Ca ne pourra que nous faire du bien, après une semaine intense de travail. " Il chercha du regard la jeune Ruby, qui n'était vraisemblablement pas de service ce soir, puis il reporta son attention sur madame le Maire qui continuait à lui sourire. Une fois délestée de son manteau, elle posa ses deux mains sur la table et invita son "voleur" à rapprocher les siennes. "-Quoi ? Pourquoi tu souris comme ça ? J'ai quelque chose entre les dents" dit-il avec humour en se passant la langue sur les dents du dessus. Puis il prit sa main, en embrassa la paume et entremêla ses doigts aux siens. "-Je suis content d'être là, avec toi. C'est devenu tellement rare..." Il n'eut pas le temps de continuer, car en effet l'une des jeunes serveuses s'approcha le carnet en main, le style aux aguets et le sourire aux lèvres.

"-Madame le Maire, Monsieur l'Adjoint du Shérif ! Ravis de vous voir. Qu'est-ce qui vous ferez plaisir ? "


"-Deux infusions à la pomme. Vous en faites ?"


"-Oui, il me semble. "

"-Au pire optez pour la bergamote si vous n'avez pas de pommes. Merci !" La jeune serveuse rangea son carnet et s'éloigna pour aller préparer les deux infusions, laissant une fois encore, les deux amoureux seuls."



-C'est quand, ton prochain jour de congé ? J'aimerais beaucoup qu'on passe plus de temps ensemble… tout une journée. Voire tout un week-end. Qu'en penses-tu ?"


"-J'en pense qu'il me tarde de demander mon weekend alors ! D'autant plus que j'ai eu oui dire que ma petite amie avait besoin d'un peu de repos et de quelques siestes crapuleuses au lit, auxquelles s'ajoutent quelques grasses matinées que je serais ravi de partager avec elle. Je suis désolé mon amour. Je pensais qu'on arriverait plus facilement à croiser nos emplois du temps. Je vais me rattraper, promis ! Je vais essayé d'avoir deux jours de repos et dès lors, je ne serais rien qu'à toi, promis." Il lui prit la main, la serveuse revint à ce moment et s'excusa de les perturber à nouveau. Elle posa les deux tasses fumantes et s'en alla sans attendre. Deux, trois badauds observèrent le couple, intrigués de voir celle qui jadis se faisait appeler "l'Evil Queen" sourire avec autant de sincérité.


"-Tu me manque beaucoup en tout cas ! Et nos petits moments me manquent tout autant. On est si près et si loin à la fois, c'est assez perturbant, tu ne trouves pas ? Presque aussi perturbant que de ne pas te voir de la journée. Ah, il n'y a pas à dire chère Regina Mills, vous m'avez totalement ensorcelé"



© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1444
Cœurs enchantés : 9378
Humeur : Amoureuse <3


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Extra hours   Sam 21 Nov - 18:38




Extra Hours
 



Robin avait opté pour une infusion, à la pomme qui plus est. Regina soupçonna son homme de trop bien la connaître, elle qui raffolait tant des pommes. Elle sourit, hochant la tête et caressa les mains de son homme qui venaient de rejoindre les siennes. Elle ne pouvait s’empêcher de sourire en regardant son petit-ami, qui lui demandait alors pourquoi elle souriait ainsi, ce qui lui valut un petit rire presque enfantin.

-Rien, je t’aime, c’est tout. Je me dis que j’ai une chance incroyable de t’avoir dans ma vie.


La serveuse arriva, Regina laissa son très cher adjoint du shérif passer la commande, et quand la serveuse repartit, elle ne tarda pas à reprendre le contact de leurs mains tout en plongeant son regard dans celui couleur océan de son bel archer.

-Tu as raison, nos petits moments à nous sont devenus trop rares, et je le déplore, commença-t-elle avec un regard de cocker. Mais, si tu me promets de te rattraper, avec en prime des siestes crapuleuses, tu vas me réconcilier avec le mot « sieste », ajouta-t-elle avec un grand sourire. Mais je veux que tu arrêtes de t’excuser. Ce n’est pas de ta faute, tu fais de ton mieux, et je le sais. D’ailleurs, je suis très fière de toi.

La commanda arriva, les obligeant à rompre encore une fois le contact de leurs mains. Machinalement, celles de la maire de Storybrooke vinrent se placer autour de la tasse chaude, de laquelle émanait une délicieuse odeur de pomme. Cependant, ses yeux couleur chocolat ne quittaient pas ceux de son ancien voleur.

-Bien sûr que c’est perturba nt. Tu lis dans mes pensées. Parfois j’aimerais t’enlever pour te garder juste pour moi. Oui je l’avoue, ce genre de pensées me traverse l’esprit quand je m’ennuie à mourir dans mon bureau à traiter des dossiers et des problèmes qui ne devraient pas avoir lieu. Mais quel genre de maire serais-je, si je cédais à ce genre de tentation, n’est-ce pas ?

Elle but une petite gorgée d’infusion à la pomme, elle était délicieuse d’ailleurs. D’habitude, elle prenait plutôt des cafés ou des capuccino, chez Granny, mais cette idée qu’avait eue Robin. Sa remarque la fit sourire. Elle reposa sa tasse en faisant un petit mouvement de tête de côté avant de le regarder à nouveau.

-Eh bien, si ensorcelé vous êtes, monsieur de Locksley, sachez pourtant que je n’ai usé d’aucune magie sur vous… C’est promis ! ajouta-t-elle avec un petit sourire. Toutefois, je vous retourne la remarque. Seriez-vous devenu mage, sans me l’avoir dit ?

Sans le quitter des yeux, elle reprit une gorgée du délicieux breuvage chaud qui la réchauffa rapidement. En reposant une nouvelle fois le petit récipient de porcelaine, elle prit un air un peu plus sérieux.

-Alors c’est vrai, tu vas réellement demander un week-end entier ? Je te préviens, j’ai déjà plein d’idées. Mais tu n’en sauras rien tant que nous ne serons pas arrivés au jour-J… Alors dépêche-toi, finit-elle avec un air taquin.

En effet, ce n’était pas les idées qui lui manquaient. Si par chance, son amoureux pouvait avoir deux journées de congé d’affilée, ils pourraient réellement en profiter pour se retrouver, se ressourcer tous les deux et surtout ne pas avoir l’impression de passer leur temps à se croiser, ce qui était, pour un « jeune couple », assez compliqué à gérer.

-Vous avez beaucoup d’affaires en cours, avec Emma ? demanda-t-elle alors.

Il fallait bien tâter le terrain, pour savoir si Robin pourrait ou non obtenir facilement un week-end rapidement. Storybrooke avait beau être une petite ville, il s’y passait malgré tout beaucoup de choses, et pas forcément des choses « magiques » au sens propre du terme. Non, comme partout il y avait de petits larcins, des vols, des effractions, etc. Et le travail que faisaient Emma, Robin et David n’était pas forcément facile, Regina en avait conscience. Elle savait son homme très sérieux et impliqué, mais elle ne voulait pas non plus qu’il se tue à la tâche.

-Je suis désolée, tu en sors à peine et voilà que je te parle du travail… N’importe quoi. Pardon, Amour.

Elle lui reprit alors la main, comme pour appuyer ses excuses. Sa paume avait été réchauffée par le contact avec la tasse de thé brûlant qui sentait si bon. Elle n’avait pas prêté à attention aux quelques curieux qui les avaient un peu observés avant de sortir. Il fallait dire que l’heure commençait à se faire extrêmement tardive. Le Granny’s commençait gentiment à se vider. La jeune serveuse essuyait les derniers verres propres qu’elle avait lavés et passait un dernier coup de chiffon sur le comptoir à présent déserté par les clients. Regina buvait sa tisane tout en écoutant son chéri lui répondre, et puis elle finit par remarquer que le café avait été déserté par les clients. Elle regarda l’heure à la pendule accrochée au mur derrière le bar, et la serveuse qui ne semblait pas oser leur dire qu’il était temps de s’en aller. La maire de la ville s’en était rendu compte et lui adressa un sourire avant de regarder Robin.

-Je crois qu’il est temps d’y aller, dit-elle à voix basse.

Elle but la dernière gorgée parfumée à la pomme qui restait dans sa tasse avant de la reposer et d’attraper son manteau pour en sortir son portefeuille pour y prendre un billet qu’elle déposa sur la table, ce qui promettait un pourboire non négligeable à la petite serveuse. Regina se leva en attrapant son manteau qu’elle enfila, et vint se placer près de Robin.

-Au revoir, bonne soirée… Et pardon d’avoir tardé… lança-t-elle à l’intention de la serveuse.

Puis, elle prit la main de son homme, une fois que celui-ci se fut préparé pour ressortir, et ils prirent la direction de la sortie. Une petite brise fraiche vint caresser leurs visages et ébouriffer leurs cheveux.

-Dépêchons-nous de rentrer, dit-elle, amusée alors que ses cheveux masquaient son champ de vision.

La belle brune se blottit alors contre son beau voleur, et ils commencèrent tranquillement à avancer en direction de leur maison.







(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Extra hours   

Revenir en haut Aller en bas
 
Extra hours
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» relation "extra" conjugale
» Feuilletés apero très rapide et très simple mais extra!!
» 2ne1 (K-pop) Juste parce qu'elles sont extra!
» Collection avril 2012 - Extra Dimension ?
» Gâteau marbre extra leger de Nadège

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No Kindness Left :: Bienvenue à Storybrooke :: Quartier Grimm :: Storybrooke Sheriff department-
Sauter vers: