AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Tumblr  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Montre moi ce que tu sais faire + Neïlina&Briar.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Messages : 1012
Cœurs enchantés : 2516


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Montre moi ce que tu sais faire + Neïlina&Briar.   Lun 12 Oct - 22:24

Montre moi ce que tu sais faire



Assise sur le bord du trottoir froid dont la morsure glacée lui traversait le jean serré couleur gris, elle s’occupait avec un roman de Haruki Murakami qui décrétait qu’on ne pouvait vivre sans amour. Briar-Rose l’avait acheté pour elle, même si elle n’aspirait pas à ce sentiment en ce moment et vivait très bien sans. Puis pour Anakin. S’il n’avait jamais son amour, en recevra t-il un jour de quelqu’un vu que par conséquent il ne saurait recevoir ce sentiment ? Plein de questions qui lui trottaient encore en tête ce qui la fit loucher un instant. De ce concentrer à cette grimace lui permettait de chasser un instant le tintamarre dans sa tête. Elle referma le livre pour se masser le visage en évitant bien sûr d’effacer son trait d’eye-liner et son mascara ainsi que le rouge à lèvre. Elle s’attarda alors sur les côtés de son nez. Cela en devenait fou de penser sans cesse à tout ça. « Ca » qui se referait trop souvent à Anakin, son fils. Elle faisait tellement tout pour essayer de l’aimer, qu’elle l’aimait avec théorie. Ne s’aimait-elle pas ou est-ce qu’elle n’aimait pas le père qui pourrait être celui de son fils. Briar-Rose souffla et balaya la rue des yeux. Il n’y avait pas un chat. Le temps était frais et humide, presque brumeux posant comme un filtre légèrement flou d’automne sur la ville. Sa vie n’avait pas l’air d’en finir comme cette rue, sauf qu’elle était bondée de visage, de souvenir, de peur et de démon. De hurlement qu’elle retenait toujours un peu plus au fond d’elle, ou presque. Elle aurait tout donné pour qu’elle soit vide comme à présent. Elle espérait en tout cas que son amie Neïlina arriverait à effacer quelques encombrant dans sa rue.

Elle releva les épaules, fermant un instant les yeux, frissonnante et s’enfermant dans l’image de plus en plus trouble chaque jour de ce prince qui l’aurait « sauvé » dit-on. C’est à cet instant qu’enfin celle qui avait toute son admiration ces derniers temps se présenta. Neïlina était toujours resplendissante, sûre d’elle, futée et d’une beauté qui pouvait facilement faire de l’ombre à la sienne. Briar ne la voyait pas au début comme une amie, mais comme un guide pour être pire arme de séduction voire de destruction. La plus vieille avait tout pour lui donner des astuces de femme et la rendre aussi accomplie qu’elle avait l’air d’être. La rousse voulait apprendre d’elle car elle ne pouvait que lui apporter. A trop chercher son prince, elle avait pris plaisir d’abuser des hommes et de voir ce qu’elle pouvait faire avec son minois. Neïlina le faisait avec un sourire. Mais rapidement, Briar la voyait en plus comme une confidente, une personne avec qui elle prenait plaisir à passer du bon temps, une amie.

Cette dernière se leva sans avoir à retrouver son équilibre perché sur les hauts talons de ses bottines comme si elle était née avec. Elle fit la bise à la demoiselle et se frotta les bras.
« J’ai failli mourir de froid. Tu sais que c’est mauvais pour la peau, ça la fait craqueler. Je crois que c’est pire qu’elle frippe à cause du soleil. Tu me dois un pot de crème hydratante pour peau sensible et délicate. » pesta pour la forme Briar avant de se laisser embarquer par l’autre jeune femme.
made by roller coaster

_________________
Je n’ai eu que mensonges et enclaves. J’aurais du être une princesse et désormais c’est ainsi qu’on me traitera. Trop blessée, il est parfois difficile d’être sincère avec ses propres sentiments, même face à son enfant. ▵ ©️endlesslove.
“ i love you mom. ” ▵


Dernière édition par Briar-Rose Woods le Sam 16 Juil - 20:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La vie n'est que ronces et l'amour en est sa plus cruelle épine

avatar


Messages : 330
Cœurs enchantés : 3990


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Montre moi ce que tu sais faire + Neïlina&Briar.   Jeu 15 Oct - 21:06

montre moi
Briar
feat.
Neïlina


 

 



 

 

Jamais je ne pourrais oublier ce que vous m'avez fait, mais je parviendrais toujours à vous vaincre. Vous savez pourquoi ? Parce que je suis la seule qui puisse réellement vous battre.

J’avais retrouvé mon sens froid, et un certain équilibre. Quelques semaines après la levée de la malédiction j’étais parvenue à mettre mes vies passées dans l’ordre chronologique. Rien de bien compliqué, mais une chose caractérisait chacune de mes vies, ma rage de vivre. J’avais survécu à milles et unes horreurs. La transformation en monstre, le viol, la persécution psychologique, puis une condamnation  à mort. Oui, malgré les identités, les époques, et les univers différents, j’étais parvenue à trouver un certain équilibre. Un équilibre, bancale car de nouvelles peur avait immergée dans mon esprit notamment celle de retrouvé Athéna et qu’elle me transforme à nouveau en une gorgone. Je n’aurais pas été capable de supporter cette douleur. Je ne pouvais pas, et bien que Zeus m’avait accordé le pardon ultime, je savais que lorsque j’étais énervée, fatiguée, ou simplement agacée, mes pupilles redevenaient celles d’un serpent et mon interlocuteur se retrouvait subitement pris de maux de tête. Les mêmes particularités que celles dont ma malédiction m’avait doté à la seule différence que mes interlocuteurs étaient transformées en statue dès qu’ils croisaient mon regard.
J’avais trouvé un certain réconfort dans le sport, j’avais repris de plus belle mes entrainements de body building, j’entretenais mes abdominaux, mes biceps, mes cuisses, mes fesses, je n’oubliais aucun muscle. En ce doux matin de septembre, je courrais dans la brume depuis un peu plus d’une heure,  mes cheveux relevés en une queue de cheval sauvage, mon corps vêtue d’un short moulant parfaitement mes formes accompagnées d’un haut tout aussi resplendissant. Une alarme venant coupée court à ma course folle, je saisissais mon portable, le prénom de Briar-Rose, s’imposant à mes yeux, je me souvenais de notre rendez-vous, je devais la retrouver dans moins de cinq minutes au Psychic Club. Repartant à mon appartement, en courant à grande foulée, je sautais sous la douche, me lavant rapidement, je tentais d’imaginer à quel point la rouquine serait folle de rage que je la fasse attendre dans le froid environnant. J’entendais dès lors ses plaintes,  efficace, j’enfilais une robe, tout en mettant dans un sac de sport un short, un nouveau haut accompagné de basket. Briar voulait oublier, j’allais lui donner ma recette.

J’arrivais devant le Psychic Club, avec dix minutes de retard. Ma rouquine nationale, se relevant gracieusement du trottoir, je sentais déjà son agacement, mon regard se posant sur son bouquin je retenais un soupir exaspérer. Un roman d’amour, manquait plus que ça. Cette dernière se plaignant de la déshydratation que sa peau venait de subir à cause du froid dans lequel je venais de la faire attendre. Hochant un sourcil guère surpris par sa réaction, je lâché avec sarcasme : « Quel dommage que ton livre n’ait pas pu te réchauffer … Bon arrête de râler j’ai un programme bien charger pour te réchauffer, tu voulais oublier n’est-ce pas ? Je vais te montrer comment moi je fais. » Souriant tendrement à la princesse aurore, bien que j’ignorais ce petit détail, je lui passais devant afin d’ouvrir les portes du club où je passais les meilleures moments de mes journées.
Une fois à l’intérieur, je la menais à une pièce qui était destiné à toutes les strip-teaseuses, la salle d’entrainement. Tandis que je m’attelais à allumer les lumières, j’ajoutais à l’intention de Briar : « Mets toi en tenu si tu n’as rien va dans mon sac j’ai des affaires de sport ont doit faire la même taille et je te laisse choisir la musique. On va échauffer tes muscles pour que tu puisses t’attaquer à ma meilleur amie qui est juste à ta droite » Terminais-je tout en désignant la barre de strip-tease qui m’avait sauvé bien des années auparavant. « Après la mort de mes parents c’est elle qui m’a sauvé » expliquais-je tous en allumant les lumières avant de reprendre : « D’ailleurs pour la musique tu as les enceinte au fond à gauche, tu as l’ordinateur juste à côté, je te propose une séance d’abdos, suivi de deux séries de step et après tu attaqueras la barre, je veux voir ton potentiel princesse. »
© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1012
Cœurs enchantés : 2516


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Montre moi ce que tu sais faire + Neïlina&Briar.   Dim 18 Oct - 1:45

Montre moi ce que tu sais faire



Briar eut un petit rictus taquin quand sa récente amie lui fit gentiment comprendre que ses jérémiades ne lui faisaient aucuns effets. Il était vrai qu’elle la connaissait et que jouer les princesses devant une reine n’avait aucun intérêt. Après, elle eut un peu de temps avant de comprendre ce qu’elle voulait dire avec ironie à propos de son roman. Elle avait baissé un sourcil bien sceptique. « A l’eau de rose » était la description qu’elle s’imaginait du livre qui était plutôt une pensée philosophique sur le besoin d’amour en général. Elle ne releva pas et haussa simplement les épaules.
« Il n’y a que Les Liaisons Dangereuses pour réchauffer en cette journée humide ma grande, tu devrais le savoir. » argumenta t-elle d’une image encore fausse qu’on lui collait au visage. Elle le cherchait aussi alors elle n’allait pas se plaindre. Au début elle s’en offusquait mais elle se fatiguait plus que d’admettre ce que les gens voulait qu’elle soit. Si ça leur faisait plaisir. Même si venant de Neilina ça la froissait un peu. Après elle avait aussi répondu par habitude.

Elle lui emboita le pas assuré avec la même attitude ou presque. A sa démarche, ses gestes précis et organisé on sentait que le Psychic Club était presque comme une maison pour Neïlina. Sa gestuelle était propre à une habitude quotidienne d’un lieu qui faisait partie de sa vie. Elles parcourent toutes deux un petit couloirs étroits avec quelques marches, avant d’arriver dans une grande salle. Briar la suivait même si depuis le temps, elle connaissait le chemin. C’était par l’entrée des artistes qu’elles avaient pénétré, ce qui signifiait pas la grande porte, mais une autre plus dérobée dans une ruelle qui longeait la boite de strip-tease. Fameuse porte où elle attendait souvent soit Grace pour les rares fois où elles sortaient ou sinon Neïlina. La ruelle était un peu inquiétante la nuit et vraiment pas rassurante. Il n’y avait pas beaucoup de lumière et était étriqué, sinueuse avant de s’enfoncer dans une impasse plongée dans les ténèbres. Combien d’homme était venu à sa rencontre pour discuter alors qu’elle patientait. Briar-Rose était obligée de leur dire qu’elle n’était pas strip-teaseuse, ni serveuse et non plus une pute ce qui suffisait à repoussait ces mâles un peu lourds et entreprenants.

La demoiselle rousse jeta son sac sur une des banquettes usées qui était anciennement en salle et servait ici, faisant face à la petite scène. Elle allait suivre son sac sur l’imitation en cuir légèrement pourpre quand elle lui parla de mettre une tenue, s’échauffer et oublier. Ca sentait les efforts. Ce n’était pas qu’elle détestait le sport car Briar-Rose aimait se maintenir en forme, juste aujourd’hui elle n’avait pas envie. Neïlina désigna alors la barre fixe qui était fixé du plafond jusqu’au sol brillant autant que celle dans la salle principale, mais était marqué de scotch coloré à des endroits spécifiques. La plus jeune eut un sourire d’enfant qui illumina son visage.
« Tu te rappelais que je voulais essayer ? T’es trop adorable. Mais si j’avais su, j’aurais peut-être dormi en t’attendant. Je ne suis pas au meilleur de ma forme, je te préviens. Et euh… J’ai encore froid, je peux pas rester en jean pour le faire ? » demanda t-elle avant de regretter ses paroles lorsqu’elle se laissa tomber sur la banquette. Elle avait peiné à correctement s’asseoir car le tissus lui tira sur la peau des jambes et lui scia le ventre. Avachie et faisant grincer le fauteuil à la mousse sortante dans les trous aux coins des dossier, elle s’attaqua à ses bottines à talons. Bientôt le bruit des deux chaussures tombant sur le parquet sombre annonça qu’elle pouvait entamer le pantalon. Elle le jeta non loin de son sac à frange en peau et fouilla dans celui de sa coach de la journée. Elle trouva un short et l’enfila aussi sec. Pour le reste, elle n’aurait qu’à retirer son pull et son haut serait amplement suffisant.

« [color=teal]Tu m’as dis de choisir la musique n’est-ce pas ? demanda t-elle alors qu’elle se penchait déjà sur l’ordinateur tout en attachant ses cheveux brièvement. Tu vas être peut-être bien étonnée demoiselle sur mon potentiel » rit la princesse avec un petit regard plein de défi et une sourire qui soulignait le tout. Elle fit défiler la liste et opta pour une musique de Imagine Dragon, I’m so sorry. Bientôt l’enceinte cracha la musique choisir.

Briar monta sur la scène et fit comme chez elle, tirant un des tapis qui était roulés et rangé au fond de l’éstrade.
« Pour le step, tu me guidera musicalement et physiquement j’en ai jamais fait. Mon sport se résume en ce moment à du fit-poussette. Ma baby-sitter à une bronchite. Le pire je crois que c’est mon petit diable qui le lui a filé. »

Elle s’installa sur le dos et entama sa série d’abdominaux. Elle commença par les classiques, puis ensuite en relevant que le bas de son ventre et ceux qui sculptait ceux des hanches. Elle n’avait pas un haut niveau, mais elle se débrouillait très bien.
«  Alors ? Impressionnée ? »
made by roller coaster

_________________
Je n’ai eu que mensonges et enclaves. J’aurais du être une princesse et désormais c’est ainsi qu’on me traitera. Trop blessée, il est parfois difficile d’être sincère avec ses propres sentiments, même face à son enfant. ▵ ©️endlesslove.
“ i love you mom. ” ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La vie n'est que ronces et l'amour en est sa plus cruelle épine

avatar


Messages : 330
Cœurs enchantés : 3990


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Montre moi ce que tu sais faire + Neïlina&Briar.   Lun 19 Oct - 15:58

montre moi
Briar
feat.
Neïlina


 

 



 

 

Jamais je ne pourrais oublier ce que vous m'avez fait, mais je parviendrais toujours à vous vaincre. Vous savez pourquoi ? Parce que je suis la seule qui puisse réellement vous battre.

Mes pas foulaient le plancher du Psychic Club, une vague de bien-être me saisissant à chaque nouvelle inspiration. C’était chez moi. Je n’avais pas voulu relever son argumentation sur la description de son roman « Liaison Dangereuse ». Il y avait plein d ‘autres solutions pour parer à l’humidité ambiante, mais qu’importe chacun sa technique d’assécher l’air ambiant.

Une fois dans ma salle de sport préféré autre que la chambre de mon appartement, bien entendu, je donnais quelques indications à la princesse Aurore, ou du moins ce qu’il en restait, car comme nous, la malédiction de Régina avait changé quelque chose en elle. Dans mon flot de parole, je finissais par indique à Briar-Rose, qu’à l’issue de la séance, je lui laisserais essayer ma barre. Une issue qui semblait réjouir la jeune femme qui eu soudainement un large sourire, bien loin de la moue contrarié qu’elle m’avait servi pour essayer de m’amadouer lorsque je l’avais rejoins. « Bien entendu que j’ai retenu ce détail, concernant le jean tu te rendras compte toi-même que c’est impossible de dompter mon amie sans réelle contact, mais ma fois si tu veux te blesser fait donc. » consentis-je, non pas sans un brin d’ironie, elle devait savoir que mes indications étaient loin d’être donné pour l’enrhumer. Puis si on y réfléchit bien les meilleures figures que je réalise sur ma précieuse barre se font lorsque je suis quasiment entièrement nu.
Tandis que je m’afférais à allumer les lumières, je jetais un coup d’œil à la rouquine que j’avais invité, cette dernière avait du mal à s’asseoir à terre avec son jean. Elle me donnait raison encore plus rapidement que ce que je l’aurais imaginé. Revenant un léger rire de satisfaction, je ne relevais pas, aujourd’hui j’avais la victoire silencieuse. L’admirant se diriger vers mon sac, je secouais la tête, et alluma les lumières tamisés, mais également les générales.
Une fois ’fin prête, cette dernière se dirigea vers l’ordinateur, en bon petit soldat elle répétait mes ordres. « Oh je ne doute pas de ton potentiel Briar sinon tu ne serais pas dans cette pièce croit moi ! » Répondis-je tout en cherchant, le pot de magnésie. Il allait être essentiel pour permettre à la douce princesse d’atteindre son but, mais comme toujours les autres danseuses l’avait bougé de place. L’agacement, me saisissant je jurais, mes pupilles changeant une fois de plus d’apparence, modifiant légèrement ma vue pour prendre celle des serpents. Un grognement s’échappant de ma gorge je frappais contre le mur. Je détestais ce phénomène qui me provenait de mon passé. Zeus ne devait-il pas avoir vaincu la malédiction de sa cousine ? Apparemment non il était incapable de faire les choses correctement, comme tous les hommes de ce monde.
Les minutes passèrent, doucement, gardant les yeux clos, j’espérais que Rose ne choisisse pas se moment pour venir voir ce que j’étais en train de faire. Dès que j’avais retrouvé ma vu normal, j’étais tombée nez à nez avec le sac de magnésie dont la recherche avait déclenché tout ce fichu processus de transformation. La chanson d’Imagine Dragon, I’m so sorry retentissant dans toutes la pièce, je revenais vers elle en essayant d’oublier toute cette mésaventure passée dans chacun de mes pas. « Très bon choix, je savais que je pouvais compter sur toi » annonçais-je tout en refaisant mon apparition dans la pièce armée de mon dit sac. De son coté, mon invitée, s’afférait à la tache en prenant un des tapis qui était soigneusement rangé au fond de l’estrade. « Ne t’en fais pas, je te guiderais il n’y a rien de bien compliqué. C’est vraiment pas cool pour ta baby-sitter, j’espère que tu trouveras vite une remplaçante ceci-dit, ne compte pas sur moi les bébés c’est loin d’être ma tasse de thé. J’ignore comment tu fais pour tenir d’ailleurs. »

Retirant ma robe, je laissais apparaitre un short moulant accompagné d’un soutif de sport, qui camouflait uniquement mes seins, sans porter la moindre attention aux autres parties de mon corps. Prenant à mon tour un tapis je m’installais et attaquait de nouveaux exercices d’abdominaux, différent de celui de ma partenaire du moment. Il était plus physique, mais qu’importe. S’arrêtant à une série de vingt, je me relevais, en répondant : « Très impressionnée, juste fait attention de bien restée droite pendant tes remontés tu risques de te faire mal, fini ta série ou bois un peu comme tu préfères, pendant que je vais chercher des poids. Ah et si à un moment ou a un autre tu as mal à quelques part n’hésite pas à me le dire il suffira d’étirer ton muscle. »
Sur ces mots je partais chercher les dit poids qui pèse seulement un kilogramme chacun. Revenant vers Rose, j’en déposais deux à côté d’elle, tout en me replaçant sur le tapis. « Ca te dit une partie de gainage ? » Proposais-je tout en me plaçant moi-même en position tandis qu’une nouvelle chanson commençait. Cette fois c’était Ready aim fire, du même groupe qui retentissait dans la pièce. « Alors comment tu vis le retour de tout ce que tu étais avant ? » Demandais-je au bout de quelques secondes de silence, des seconde où le gainage commençait à faire tirer les muscles de mon corps.

©️ Gasmask




HRPG : désolé c'est pas top je me rattraperais promis Potté
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1012
Cœurs enchantés : 2516


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Montre moi ce que tu sais faire + Neïlina&Briar.   Mer 21 Oct - 19:59

Montre moi ce que tu sais faire



Briar avait tranquillement attendu son professeur de la journée, frottant ses mains nerveusement sur ses genoux, tant elle voulait se hâter à la tâche. La plus jeune alors qu’elle l’observer pour passer le temps, se disait que c’était vraiment une belle femme. Elle n’avait rien à lui envier, mais en toute objectivité, elle était superbe.
« Oh tu sais, je fais juste pas. Je n’ai aucun mérite. Je trouve des gens pour le faire au maximum, sinon je prends mon mal en patience. C’est pour te dire, je suis prévoyante ! J’ai d’autre personne qui peuvent me dépanner, j’ai un papa hyper canon qui n’en manque pas une pour construire sa paternité, puis un autre qui s’habille comme un croque-mort. J’ai pas trop confiance, mais il l’aime bien et ça me dépanne énormément. Je ne suis pas donc trop à plaindre. » parlait-elle à propos de son enfants de quelques mois.
Enfin elle put monter sur l’estrade prête pour un petit moment de folie, Briar était d’une impatience d’enfant. Elle avait fait des abdominaux pour lui faire plaisir, car si elle s’écoutait elle aurait déjà sauté sur la barre. Elle savait bien qu’un padawan devait rester patient, et qu’un entrainement était toujours très important mais elle n’y arrivait pas. Déjà qu’après cette séance de sport, elle allait négocier pour quelques étirements et oublier le step, elle se décomposa alors que la demoiselle lui avait ramené des poids. Briar loucha un instant pour se demander si elle n’hallucinait pas. Non le calvaire l’encadrait toujours alors qu’elle avait presque transpirée. Briar avant de commencer le grainage restait assise au sol, à jauger Neïlina de la tête aux pieds. Elle ne se lésinait pas et était douée dans ses exercices.
« Mais ? T’as besoin de faire tout ça pour être aussi canon ou c’est un loisir ? Moi j’ai pas besoin. Je peux m’en passer, je suis jolie naturellement. Sinon je te regarde faire libre à toi. » dit-elle presque avec sincérité, même si on ne savait jamais si elle jouait d’ironie et de taquinerie ou si elle exprimait simplement sa pensée.

La demoiselle finit par se résoudre et imita la position de Neïlina pour le gainage. Briar qui sentait les muscles de son ventre la brûler, voulait demander une trève. Elle était fatiguée et n’avait vraiment pas la tête au sport en ce moment. Elle dormait mal et avait mal partout, puis… Le fit-poussette c’était plus facile. C’était une jeune femme très énergique, mais elle préférait de loin être à la plage et faire à son rythme. Un rythme vraiment sans pression et très lent. Elle ne voulait pas avoir l’air molle à côté de son amie et tient bon. Elle jeta ses cheveux en arrière, puis finalement elle gémit et relâcha tout, restant allongé sur le tapis. Les mains sur son ventre, elle attendait que la sensation du travail se dissipe.
« Bah ecoute, comment je le vis. J’ai un enfant et je sais pas d’où il sort. Puis je crois que je ne veux pas le savoir. Je dors tout le temps et j’ai une vie pourrie, qui en plus était prévu dans ma fausse vie. Quoi d’autre ? Ah ouais, j’ai jamais pu profiter de ma vie aisée réellement. J’étais à ça, désigna t-elle un petit espace entre son pouce et son index. Mais ça va, je prends sur moi. Je suis blasée. Et toi ? Ca se passe comment ? »

Briar regardait le plafond, où il y avait surtout des cables et des tâches d’usure, puis les lumières ici et là.
Elle reprit après un court silence : « Je vis un peu au jour le jour en ce moment, ça aide. Je sais pas si c’est compliqué pour toi. Mais ça pourrait être un conseil. » ajouta t-elle un petit rire, avant de mettre en position assise. Elle avait un petit sourire en coin satisfait, tendant l’oreille à la brune. Peut-être qu’elles n’allaient pas en faire plus. Sinon, elle écouterait son guide et s’exécuterait. Mais juste ce qu’il faut hein ! C’était un principe de vie pour elle.
made by roller coaster

_________________
Je n’ai eu que mensonges et enclaves. J’aurais du être une princesse et désormais c’est ainsi qu’on me traitera. Trop blessée, il est parfois difficile d’être sincère avec ses propres sentiments, même face à son enfant. ▵ ©️endlesslove.
“ i love you mom. ” ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La vie n'est que ronces et l'amour en est sa plus cruelle épine

avatar


Messages : 330
Cœurs enchantés : 3990


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Montre moi ce que tu sais faire + Neïlina&Briar.   Ven 30 Oct - 20:57

montre moi
Briar
feat.
Neïlina


 

 



 

 

Jamais je ne pourrais oublier ce que vous m'avez fait, mais je parviendrais toujours à vous vaincre. Vous savez pourquoi ? Parce que je suis la seule qui puisse réellement vous battre.

Briar, cette princesse, enceinte par l’opération du saint esprit, même si je sais qu’il devait y avoir anguilles sous roche. Elle avait fauté, ou on l’avait forcé à fauter, comme mon père adoptif l’avait fait avec moi. J’ignorais le fin mot de cette histoire, et  au final il ne me regardait pas. Pourtant, j’avais de l’affection pour la rouquine, qui aurait été la petite sœur parfait à mes yeux. Dans ses manières et ses mimiques, je me reconnaissais, si bien entendu on enlever ses longues siestes qu’elle se payait régulièrement. Sur ce point là elle était clairement mon opposé. Elle dormait quand moi je luttais pour rester éveillé et consciente au maximum.
Tout en ramenant de quoi s’occuper, et échauffé le peu de muscle qu’elle possédait, je l’interrogeais sur sa capacité à géré la chose baveuse et puante qu’elle avait engendré. Non vous ne rêvez pas je parle bel et bien de son gamin. La fibre maternelle était quasiment inexistante chez moi, tout comme elle-même si elle était clairement plus développé que moi, forte-heureusement pour son fils d’ailleurs. Pourtant ce n’était pas faut d’en avoir eu des gosses, deux, deux gamins que l’on connait sous l’identité de Pégase et Chrysador. Mes fils, nait des suites de ma décapitation. C’était sans doute ce souvenir cuisant qui bloquait ma fibre maternel, enfin bref la question ne se posait pas là. Comme je m’en doutais, Briar avait beaucoup de soutiens qui étaient sans doute réellement heureux de l’aider à s’occuper du bambin, dont je n’avais jamais réellement croisé le regard.

Tandis que la rouquine s’essoufflait déjà face à la séance d’abdominaux que je lui avais imposée, tout en lui promettant une montée sur la barre qu’elle reluquait avec tant d’amour, je ramenais de nouveaux jouets, moi-même en tenue de sport. La remarque de Briar, me parvenant alors que je commençais ma série d’abdos en rythme avec la chanson, je laissais un rire peu convaincu s’échapper de mes lèvres. « Il est vraie que tu ne portes pas la marque de ta grossesse, ceci dit ma chère, tu es loin d’être assez musclé pour tenir ne serais-ce que deux minutes sur mon amie. Je suis parfaitement consciente que ce n’est pas le peu que je te demande actuellement, qui va remédier à ce problème, mais je te montre ce qu’il va falloir faire pour arriver à danser toutes une nuit avec la barre. Mais non, je n’ai pas besoin de cela pour être sublime très cher, c’est juste un loisir. » Concluais-je en termina ma série de trente, tout en me retournant afin de faire du gainage, tout en proposant, à ma partenaire de me suivre, bien que je connaissais déjà  sa réaction, elle allait certainement se mettre en position avant de se vautrer proprement sur le tapis afin de parler de manière plus confortable. Après quelques minutes de silence, je finissais par poser la question que me brûlait les lèvres. J’espérais silencieusement, qu’elle vive aussi mal le retour de ses souvenirs que moi. C’était méchant et mesquin, j’en étais consciente, malheureusement, je ne pouvais stopper se type de penser. Ma question, eut l’audace, de mettre fin à son effort physique, comme je l’avais prédit elle posa son corps à terre, en repoussant ses cheveux en arrière avant de me répondre. Tout comme moi, la situation et loin de la satisfaire, à noté l’enfant arriver d’on ne sait-où, légèrement rassurée, je mettais fin à mon gainage. « C’est clair que ça doit pas être simple de se retrouver avec un gamin dont on ne se souvient même pas de sa conception. C’est tout de même la meilleure partie de l’histoire. » Notais-je, d’une voix pensive, le souvenir de mes ébats avec Athos et D’Artagnan me revenant à l’esprit, des souvenirs qui déclenchaient un soupir que je dissimulais sous une expiration sportive, qui pouvait être assimilé à l’effort que j’avais fourni.

Étirant, mes abdominaux, en passant mes mains au dessus de  ma tête, je m’étirais au maximum, jusqu’à en sentir le picotement jouissif du muscle arrivait à son maximum. Comme j’aurais dû m’en douter, ma question se retourna contre moi, soudainement, je relâchais, mes mains, mon regard s’assombrissant d’un voile douloureux, je faisais disparaitre en fermant les paupières quelques secondes. « Moi ? Tu sais ma vie était presque parfaite dans notre monde, j’avais des plans, une perspective d’avenir, et notre très chère maire à tout foutu en l’air ! » Crachais-je, en repensant à mes douces pensées de vengeance suite à la trahison de mon cher mari. J’avais prévu de faire payer les trois mousquetaires, en les discréditant aux yeux du roi, mais non j’ai été prise dans cette satané malédiction et voilà où j’en étais. « Maintenant, je comprends que ma vie dans notre monde est plus complexe que ce que je pensais, mais je pense que je fais comme toi sauf que je vis la nuit et la journée je fais du sport. » Et j’espère ne jamais retomber nez à nez avec mon ancien mari, cet homme dont je brûlais de passion, mais que j’haïssais avec ardeur. Me relevant avec précipitation, je me dirigeais vers ma fidèle amie : la barre. « Bouge tes seins du tapis Briar, tu voulais essayer la barre, vas-y. » Déclarais-je, avec l’espoir, brulant de la détourner de cette discussion foireuse que j’avais déclenché. « Bon commençons par les basics, tu vas devoir t’hisser en hauteur en utilisant tes bras. Ta main de prédilection, plus haut, la jambe opposé à cette main, de plier autour, ta main libre se situera légèrement plus bas et c’est elle qui te permettra de tourner, tu prendras ton impulsion avec ta main libre en utilisant tes abdos pour t’enrouler autour de la barre. » Terminais-je tout en achevant ma prestation au ralenti afin qu’elle puisse retenir tout mes gestes. Ma silhouette, s’enroulant avec élégance autour de la barre, je me laissais glissais jusqu’à ce que mon orteil droit touche délicatement le sol.
Libérant la barre, j’ajoutais : « Tu vois le sac blanc à côté de toi ? Plonge y tes mains dedans et  fait en sorte d’en avoir assez sur tes mains pour éviter qu’elles ne glissent. » Reculant de trois pas symbolique en arrière, je posais mon regard sur la rouquine attendant sa réaction.


©️ Gasmask




HRPG : désolé du temps que j'ai mis j'abuse  Honte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1012
Cœurs enchantés : 2516


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Montre moi ce que tu sais faire + Neïlina&Briar.   Mar 3 Nov - 22:20

Montre moi ce que tu sais faire



Briar avait eu le droit à son quart d’heure où elle pouvait plaindre de son fils. Si Neïlina n’avait pas la fibre maternelle, la demoiselle non plus. Elle se trouvait bien trop jeune et elle avait dormi assez longtemps pour avoir le droit de profiter. Comment faire avec un petit garçon de 4 mois et 6 kg. Puis elle dormait trop, comment veiller à son bon développement. Ca aussi était un problème pour Briar-Rose : elle voulait le meilleur pour lui, une vie saine, mais elle était incapable. Elle n’était pas maman et elle n’y avait même pas encore pensé qu’on lui collait un marmot dans les bras. Elle n’était pas prête à endosser ce rôle et y arriverait-elle un jour. Voilà une des plus grandes raisons de ses rendez-vous récurant chez le psychiatre de renom et sa dose de médicaments quotidien. Il y avait cette angoisse et l’autre bien plus profonde c’était de savoir quelle était son histoire. Que s’est-il passé après le baiser du prince. D’où vient cet enfant. C’était tout ce qui se passait dans la tête de la rousse alors qu’elle parlait de son enfant en mal, avec une touche de culpabilité. Tout s’entrechoquaient comme un jeu de paume lointain dans son esprit.

Malheureusement le repos était bien trop court. Oui car en dehors d’Anakin, la demoiselle adorait se plaindre tout simplement. Elle adorait qu’on la console ou qu’on comprenne son pauvre petit sort et ses malheurs agaçants du quotidien. Or ce qu’il en était de ses réelles fractures, elle se les gardait. Les abdominaux lui permirent de penser à autre chose : elle souffrait le martyr. Puis disons le, ça la « gavait royalement » comme elle aimait si souvent le dire. C’était à se demander pourquoi elle le faisait, puis elle se souvint soudain de la réponse à sa remarque sur le sport-pour-avoir-un-beau-corps. Ce n’était pas pour être ravissante qu’elle faisait ça, mais pour tenir sur la barre et Briar était loin d’avoir ses muscles. Sa plus grande passion, c’était de regarder faire les autres.

Le tapis sur lequel elle avait fini par s’allongée était collant par l’usure des frottements et des contacts, puis sûrement nettoyer quand on y pensait. Elle le regarda une seconde avec dégout après avoir conter sa dure petite vie à Neïlina. Approchant doucement son visage, elle se ravisa rapidement de vouloir savoir l’odeur qu’il pouvait avoir.
« La meilleure partie de l’histoire. Je ne sais pas. Ca dépend comment c’est fait et avec qui… Euuurk » répliqua t-elle par rapport à la conception d’un enfant. Anakin plus particulièrement.
Mais bien sûr Briar était aussi curieuse que Neïlina et aurait aimé savoir comment le vivait son mentor. Etait-elle faillible comme elle ?

La rousse finit par hausser les épaules face à son discours. Regina avait peut-être brisé des vies et des avenirs radieux, elle ne le voyait pas vraiment comme ça. Sa vie était aussi différente de celle de sa comparse.
« Oui, c’est sûr. Mais tu sais, moi je devais avoir de belle perspective d’avenir, enfin je pense vu qu’un couillon de prince est venu me sauver. Mais, je suis bien ici. Finalement, ici ou là-bas, je ne sais pas ce qui est mieux. Tu ne t’es jamais posé la question ? Et pour information, moi je vis quand je suis éveillé, jour ou nuit » finit-elle sur une petite touche d’humour.

Puis soudain dans le silence qui enveloppait dans un doux voile de confidence les deux femmes, l’annonce éclata : la barre. Briar fit un bond de son tapis et sautillait presque comme une enfant qui essayait le dernier Hoverboard.
« Mais ça, on fait pas ? » essaya t-elle d’attraper un poids, mais qu’elle fut arrêter dans son élan, l’élément ayant à peine bouger de sa position initiale. « Ouais, non. Laisse tomber. Je t’écoute ! »
La rousse battait des cils devant son coach. Ses yeux bleus sautaient de son amie à l’objet de toutes les envies et revenait à son amie, mais la barre faut pas l’oublier non plus. Lors de la demonstration, Briar ouvrit la bouche sans rien dire un instant et lançait un regard à Neïlina qui voulait dire : « Je veux être aussi bonne que toi. ». Son sourire appuyait son admiration. Ca ne rajouterai à ses techniques de séduction pour trouver son prince.

La princesse courut littéralement vers le sac de magnésie et revint dans une nuage blanc. Une main, commençant par la gauche, mais elle se reprit pour y positionner la droite, la plus haute. Elle tira un peu sur la barre et décolla légèrement du sol. Son bras pouvait peut-être supporter son poids. Elle positionna sa jambe, le regard qui cherchait l’approbation de la plus vieille. Puis elle se lança. C’était bancal et peu assuré, ne faisant qu’un quart de tour. Elle réessaya plusieurs fois en écoutant les conseils de Neïlina. Si bien qu’au bout de la sixième fois, elle s’osait à prendre de l’élan.

Puis elle s’arrêta essoufflée et alla chercher un peu d’eau. Après une grande goulée, elle s’adressait à son amie.
« Dis, tu dois en faire craquer des hommes en faisant ça. Tu leur dis que t’es danseuse ici ? Tu couches avec des clients ? Beaucoup ? » demanda t-elle en dernière question avec un petit amusement.
made by roller coaster

_________________
Je n’ai eu que mensonges et enclaves. J’aurais du être une princesse et désormais c’est ainsi qu’on me traitera. Trop blessée, il est parfois difficile d’être sincère avec ses propres sentiments, même face à son enfant. ▵ ©️endlesslove.
“ i love you mom. ” ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La vie n'est que ronces et l'amour en est sa plus cruelle épine

avatar


Messages : 330
Cœurs enchantés : 3990


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Montre moi ce que tu sais faire + Neïlina&Briar.   Lun 16 Nov - 19:13

montre moi
Briar
feat.
Neïlina


 

 



 

 

Jamais je ne pourrais oublier ce que vous m'avez fait, mais je parviendrais toujours à vous vaincre. Vous savez pourquoi ? Parce que je suis la seule qui puisse réellement vous battre.

Les histoires de conception d’enfant, battait son plein, de mon côté je trouvais que c’était le moment le plus agréable de la magnifique erreur qu’elle avait fait, apparemment à son insu. J’aimais le sexe, mais restons claire, c’était Athos qui m’avait réellement initié, de ce que je me souviens, Poséidon, malgré le fait que j’avais été parfaitement consentante c’était pas mal foutu de mes désirs. Quoi qu’après réflexions ses désirs étaient les miens, enfin bref, malgré la réputation du dieu de la mer, il n’avait pas été si exceptionnel que cela. En ce qui concerne, mon père adoptif, en parler serait clairement inutile, il m’avait violé tant de fois que le décompte endormirait n’importe qui, et la violence de l’acte était sans pareille.
De son côté, Briar semblait ne pas partager mon point de vue, mais elle avait raison sur la dernière partie de sa réflexion tout dépendait avec qui. Mes réflexions précédentes, me revenant à l’esprit je sentais une nouvelle fois l’odeur acre et la peau de mon obsédé de père. Une grimace venant fixer mes lèvres pendant quelques secondes, je déglutissais discrètement avec dégoût en mettant fin à cette discussion peux désireuse de débattre sur les facettes perverse des hommes : « Oui, la dessus tu as tout a fait raison ma chère Briar. » Étirant, mes cuisses avec ferveur et efficacité, je détournais le regard afin qu’elle n’aperçoive pas le changement de mes pupilles humaines en celle du reptile qui avait habité mon visage il y a bien longtemps. Alors que la rouquine la plus jeune de la salle poursuivait son entrainement imposé, je posais la question qui me brulait les lèvres. A savoir son ressenti face aux bébés dans le dos que nous avait fait la méchante reine. Bien entendu, sa réponse finissait pas me retourner la question, un acte que j’aurais dû prévoir. Prise à la gorge je dévoilais quelques brides d’information, radine comme toujours, je ne me livrais pas. Brair semblait être une femme de confiance, mais rien ne m’assurer de son mutisme. J’avais toujours peur qu’on me retrouve, autant les ennemis de ma vie en temps que Médusa, ou en temps que Milady, même si j’en avais eu plus en vivant cette vie de comtesse légèrement infidèle. En entendant, mes explications, Briar, toujours couchée à plat ventre sur le tapis où elle était censée transpirer de douleur, me demanda si je n’aurais pas une meilleure vie ici plutôt que dans notre monde d’origine. Mes sourcils se fronçant sous la réflexion qui s’exerçait dans mon esprit je laissais échapper sans réfléchir à protéger mon identité. « Non, certes il est fort probable que j’aurais fini pendu ou décapité dans notre monde d’origine, mais j’aurais préféré y rester et vivre ce que j’avais à vivre. Mes plans étaient parfaits, j’aurais pu parvenir à mes fins. Dans cette vie, j’ai l’impression d’avoir été manipulé, et certes désormais je fais mes propres choix, mais j’aurais préféré que la méchante reine ait l’audace de régler ses problèmes avec blanche neige en comité réduit. »

Consciente que je devais couper court à la séance, confidence sur l’oreiller, même si en l’occurrence c’était plus confidence sur le tapis, je me levais oubliant mes désirs de prouver à la princesse qu’elle n’était pas assez musclée pour vaincre la barre plus de cinq minutes. Me dirigeant, vers le dit accessoire, je ne prenais pas la peine de mettre la poudre que j’avais tant cherchée quelques minutes auparavant tout en annonçant qu’elle allait essayer la barre. Une annonce qui enchanta Briar qui sauta immédiatement en position de debout, jamais de ma vie j’avais eu l’occasion de al voir aussi enthousiaste, ça faisait plaisir à voir. « On y reviendra plus tard si tu le souhaite » répondais-je en entendant son étonnement, sans avoir besoin de me retourner pour savoir qu’elle parlait des poids que j’avais déposé près des tapis avant de commencer la séance d’abdominaux qui avait elle aussi était écourté.
En bonne institutrice, je lui expliquais en long en large et en travers comment se mouvoir autour de mon accessoire de soirée sans la moindre fioriture. Ralentissant chacun de mes gestes, je sentais mes muscles se tendre autour de l’aluminium qui se moulait à la perfection avec mon corps.
Ma prestation terminée, j’indiquais le dernier détail à accomplir par Briar à savoir de mettre un peu de la magnésie sur ses mains, en bonne élèves motivé elle s’exécuta allant jusqu’à s’en rependre sur tout le corps. La trouvant enveloppé dans un nuage blanc, je laissais échapper un rire attendri bien que légèrement moqueur en lâchant : « Oui je crois que là tu risques pas de glisser »

Un mètre en retrait, je croisais les bras sur ma poitrine admirant le calquage de ce que j’avais montré au ralenti à Briar, qui était plus qu’appliqué dans ses gestes. Comme je l’avais prédit son bras peiné à porter son poids. Alors qu’elle accomplissait qu’un quart de tour, j’intervenais. « Sois plus souple sur ton poignet, et resserre l’espace entre ta main et ta jambe, ton poids sera mieux réparti, ca sera certes moins beau, mais plus efficace dans un premier temps. » Sans rouspéter, la princesse qui dort sans le moindre mal, reproduisait plusieurs fois la figure de base du pool-dance, ce n’est qu’au bout de la sixième fois, qu’elle osait prendre de l’élan preuve de sa prise de confiance en elle. Applaudissant sous le coup de l’admiration, je sourirais de bon cœur en la voyant poser un pied à terre : « Félicitation tu as pris un peu confiance en toi, c’est agréable à voir. Mais maintenant tu comprends pourquoi je voulais renforcer tes muscles. Un soir tu m’accompagneras sur une des barres du club et ce soir là pour que tu puisses y arriver il va falloir que tu prennes de la masse, et pas en matière de volume mais surtout en temps que muscle… »

Alors que Briar partait s’hydrater, je nettoyais la barre avec un chiffon afin d’y extraire les résidus de magnésie et de sueur de cette dernière, tandis que mon élève me noyait sous les questions, haussant un sourcil étonné je m’approchais d’elle en demandant amusée : « A ton avis ? La plupart des hommes de cette ville son tau courant de mon métier, mais oui je n’ai pas honte de leur dire. C’est un atout comme un autre. » Marquant une pause sur la question du sexe, je lui tendais un poids de deux kilogrammes en ajoutant : « Je réponds à tes questions et tu exécutes quelques exercices de musculation, écarte tes pieds pour qu’ils soient dans le même axe que tes épaules. Puis, tu tends tes bras de manière à ce qu’ils forment une ligne parfaite avec tes épaules et tu feras des petits cercles avec tes bras comme ceci. » Terminai-je en saisissant mes propres poids de cinq kilo chacun, me plaçant devant elle et exécutant l’exercice avant de répondre à sa dernière question une fois qu’elle commençait l’exercice : « Alors oui je couche avec les hommes qui viennent me voir, mais c’est moi qui les choisis et non le contraire. Ils apaisent mes nuits et je leur donne ce qu’ils ont besoin. Ceci dit ce n’est pas une obligation. » Achevant la série de vingt, j’ajoutais à l’intention de Briar «  Maintenant tu changes de sens, une nouvelle série de vingt et fait attention sur la fin tu descends les bras tu vas te faire mal et en plus c’est pas efficace. Sinon tu as de nouvelles questions ? »


© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1012
Cœurs enchantés : 2516


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Montre moi ce que tu sais faire + Neïlina&Briar.   Sam 28 Nov - 20:38

Montre moi ce que tu sais faire



Briar ne pouvait pas dire qu’elle n’avait jamais remarqué que le regard de son amie était fuyant. Encore moins nier qu’elle la trouvait étrange. De toute façon, elle parlait sans honte de son passé qui n’était pas d’ici, pas seulement hors de cette ville, mais hors de ce monde, dans un autre monde. Ses yeux, elle n’en vit rien, mais son attitude était assez mystérieuse pour la laisser deviner qu’elle n’était pas rien. Non Neïlina était une personne et pas une paysanne, pas une simple créature ou plus banale encore. Après c’était sa vie et Briar n’en avait cure. Elle avait déjà la sienne à gérer et fille gâtée et qui se trouvait à présent très égocentrique à ce jour, elle ne pouvait penser aux autres. Elle restait malgré tout légèrement méfiante. On ne pouvait se laisser entièrement leurrer. Il fallait se préparer à tout et surtout à des gens qui pourraient lui en vouloir. Sincèrement, elle n’était qu’une princesse parmi une centaine d’autre, mais il y eut bien une fée qui avait décidée de la plonger dans une profond sommeil à défaut de pouvoir le tuer. Mieux valait rester sur ses réserves ou de le garder en tête. Briar avait penché la tête, pensive. La curiosité titillait son esprit, mais elle ne découvrit rien de plus que ses très infondés soupçons de personne malveillante et l’identité de cette femme n’était pas rien.

La plus jeune l’écoutait d’une oreille et afficha un très bref rictus de satisfaction quand Neïlina confirma ses hypothèse. Cette dernière parlait de mériter la potence, rien que ça ! Briar-Rose regardait ses ongles et hochait la tête car son amie disait vrai. Elle la regarda dans les yeux un instant silencieuse et haussa les épaules.
« Sûrement… Mais après tu me diras on est là et moi je trouve que plus le temps avance et moins nous on avance si ce n’est dans ce monde. Je crois surtout que je me fait à cette vie. Si je reste, je ne le regretterai pas. Enfin, se laissa t-elle un temps de réflexion, pensant à son prince mystérieux. Non je crois que je ne regretterai pas grand chose plutôt. J’espère en tout cas que tu arriveras à retrouver tes desseins et arriver à les achever. »
La plus accomplie des deux montrait bien son refus de s’épancher en attirant l’attention de la jeune princesse arrogante vers la barre. Briar n’y vit rien du tout, si ce n’est l’objet de toutes ses convoitises (du moins pour cette journée qu’avait annoncé Neïlina). Elle avait presque sauté sur la barre sans attendre les explications de son professeur.

Dans un léger nuage léger et blanc, Briar apparut, le visage, les vêtements et le corps parsemés de tâches blanches et ses mains étaient immaculées.D’un rictus, elle répondit à la remarque sarcastique de Neïlina, se montrant faussement touchée.
« Oh ça va ! Je fais pas vraiment grand chose de mes mains. On le fait pour moi d’habitude. Et j’aimerai qu’en fasse plus, c’est pas pour rien que je t’aime, j’attends tout tes secrets ou presque » finit-elle d’un petit rire complice.
C’est avec un regard concentré, mais les pieds qui trépignaient d’impatience alors qu’elle s’appuyait sur une jambe puis l’autre qu’elle écoutait et observait ce qui l’attendait pour sa toute première leçon. Elle adorait apprendre, même si c’était plus souvent de manière intellectuelle, le pole dance la fascinait.

Cela parut lui durer une éternité lorsque les muscles de ses bras la brulait sous la peau. Elle sentait tout ses ligaments et ses tendons la tirailler le long de ses bras et ses jambes. Son ventre se figeait dans la douleur qui annonçaient de belle courbature pour le lendemain. Alors qu’elle tournait autour de la barre, elle se disait mentalement de penser à prendre des anti-douleurs avant de s’endormir et ne pouvait quitter son lit. Malgré tout, elle s’était amusée comme une folle et ne s’était arrêté que quand elle y arrivait avec plus de confiance et de technique après tout les conseils de son amie. Elle était encore loin de son niveau, n’égalant pas encore la grâce et l’assurance de la dame qui en faisait son métier. Briar ne pouvait quand même pas cacher sa fierté surtout face aux encouragement de Neïlina.

Essoufflée et en quête de sustenter cette soif qui lui serrait la gorge, elle se dirigeait vers les sacs pour trouver la bouteille d’eau. La musique laissait une ambiance agréable dans la salle et vidait son esprit qui ne demandait que d’arrêter de penser, seule avec elle-même. Elle n’avait plus ces petites voix qui ne parlaient qu’à elle, en toute intimité. Un soupir d’aise coupa la mélodie de la chaîne et la moitié de la bouteille d’eau venait d’être ingérer par le petit bout de femme. La curiosité de Briar alors la poussa à poser quelques questions assez intimes à son amie que cette dernière prit le temps d’y répondre. Bien sûr rien n’était gratuit avec elle, comme avec la princesse endormie. Briar-Rose avait fait la moue et se positionna sans aucune motivation, mais finit par se reprendre. Lorsque les poids furent lâchés dans la seule force de ses bras, elle faillit basculer en avant. Elle souffla de connotation et les souleva avec effort. Tournoyant ses bras comme Neïlina le faisait face à elle, elle s’affairait sans prendre conscience de l’effort, concentré par les paroles de son interlocuteur.
« Mais et tu te fais payer en plus ? Ou y’en a avoue ! C’est juste parce qu’on peut pas leur résister ! demanda t-elle avec un sourire taquin, pensant à certain homme qui d’un simple regard l’avaient fait vibrer. Et c’est genre officieux ? La direction est au courant ? Désolée si je t’embête hein ! Mais c’est pas un monde que je connais. Moi, je reste soft, je racole pour les tables de jeux et le bar au casino. J’ai couché avec un mec l’autre jour. C’était la première fois et je t’avoue, j’étais rassurée, ni même très assurée, si tu vois ce que je veux dire… Pas top pour mon image. Puis je sais pas, j’ai vraiment l’impression d’être une salope. C’est pas terrible. Une connasse peut-être une salope, je sais pas si je l’assume. » sentit-elle le besoin de le partager avec son amie qui saurait peut-être la rassuré, la conseiller ou affirmer simplement ses dires si elle partageait ou avait partagé sa situation.
Puis Neïlina en bourreau qu’elle était, lui demanda de recommencer, mais dans l’autre sens. Les tenir plus haut, Briar ne se sentait pas capable de le faire, mais elle essaya, bien sûr sans oublier de pester.
« C’est pas bientôt fini cette torture ! Aurait ! Comment ça un soir je monterai avec toi ? Tu ne parles pas un soir où il y aura des clients ? Tu veux dire ici, avec toi pour le fun, c’est bien ça ? » elle n’était pas sûre de bien comprendre vu qu’elle venait à peine de se tenir sur une barre sans trop se faire mal. Le ridicule ne tuait pas alors cela ne comptait pas, car pour le coup, les débuts étaient assez risibles. Puis même, elle n’était pas rassurée de se produire comme ça devant tout le monde. Elle pouvait être très arrogante et aimer se montrer, mais pas à côté de quelqu’un dont elle atteignait à peine la cheville. Non, pour pouvoir se vanter, il fallait être sûre d’être au-dessus de l’assemblée ou l’autre protagoniste.

Les poids tombèrent au sol dans un bruit sonore mais assez sourd, Briar pliée en deux, n’ayant même plus la force de détacher ses doigts des poids et encore moins de se redresser.
« Et on se demande pourquoi je porte jamais Anakin. Il fait déjà 6kg ! »
made by roller coaster

_________________
Je n’ai eu que mensonges et enclaves. J’aurais du être une princesse et désormais c’est ainsi qu’on me traitera. Trop blessée, il est parfois difficile d’être sincère avec ses propres sentiments, même face à son enfant. ▵ ©️endlesslove.
“ i love you mom. ” ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La vie n'est que ronces et l'amour en est sa plus cruelle épine

avatar


Messages : 330
Cœurs enchantés : 3990


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Montre moi ce que tu sais faire + Neïlina&Briar.   Mar 8 Déc - 18:27

montre moi
Briar
feat.
Neïlina


 

 



 

 

JAMAIS JE NE POURRAIS OUBLIER CE QUE VOUS M'AVEZ FAIT, MAIS JE PARVIENDRAIS TOUJOURS À VOUS VAINCRE. VOUS SAVEZ POURQUOI ? PARCE QUE JE SUIS LA SEULE QUI PUISSE RÉELLEMENT VOUS BATTRE.  

Malgré mon mécontentement, j’écoutais les mots de Briar, elle n’avait pas tord, seulement, je me sentais réellement trahi sous tous les sens du terme. Adolescente, avant que je ne me mari avec Athos et que Régina perde l’amour de sa vie James Jason ou un truc dans le genre, nous avions été amie. Mon mari m’avait condamné à une mort précoce et Régina cette ancienne amie n’avait rien trouvé de mieux que de me maudire avec le reste de ses sbires. Une grimace, illuminant mon visage tandis que mes yeux de serpent reprenaient leur place d’origine, je détournais le regard tout en répondant d’une voix pensive et légèrement haineuse : « J’espère aussi ! » Comme souvent dans ce genre de situation, je détournais l’attention de mon interlocuteur. J’allais pas en plus lui révéler mes secret, elle avait beau être la belle au bois dormant rien ne me certifiait que comme moi elle avait eu qu’une seule vie. Si tenté qu’on puisse assimiler son histoire à une vie digne de ce nom. Pour ce faire, je lui parlais de l’objet de toutes ses convoitises : ma barre.

Briar était avide d’information, même les plus personnelles, soit savoir si je couchais avec mes clients, ou plutôt avec les hommes qui venaient me voir, bien entendu je passais un marché avec elle. Si elle voulait savoir toutes ses choses, elle allait devoir souffrir un peu. Lui donnant les fameux poids auxquelles elle pensait avoir échappé précédemment. Musclant ses bras ainsi que ses épaules je m’afférais à lui répondre avec beaucoup plus de bonne volonté que lorsqu’elle me posait des questions sur mon passé. « Ils payent tous en nous regardant danser Briar ! Ne confond pas les danseuses et les prostitués s’il te plait. » Répondis-je sèchement, légèrement offusqué, luttant contre la voix issue de mon passé, celle de mon beau père et les mots qu’il disait avant de me violer pour que je garde le silence. « Ils ne me paient pas pour que je couche avec, c’est moi qui choisi celui avec lequel je vais passer la nuit. Et oui c’est officieux, Briar, étant donné que nous ne sommes pas des prostitué, ce que l’on trafique avec nos fesses en dehors du temps de travail ca ne les regarde pas. » Posant les poids après deux série de vingt dans chaque sens à mes pieds j’incitais la belle au bois dormant à faire pareil : « Allez ! Tu as assez forcé sur cette partie du corps maintenant il faut relâcher ton muscle et après tu l’étireras fait comme moi ! » Relâchant mes bras je les balançais élégamment, tout en relâchant ma nuque en formant doucement des cercles avant de rebondir sur ce qu’elle m’avait dit, curieuse me comportant presque comme une amie avec elle : « Comment ça ta première fois ? La première fois que tu couchais consciemment depuis la levée de la malédiction ? Ou la première fois que tu couchais avec un inconnu ? » Passant cette fois aux étirassions, je passais mon bras dans mon dos en tirant dessus jusqu’à ce que de légère décharge me saisisse. « Ton image ? Et dit moi c’est quoi pour toi ton image ? » Demandais-je non pas sans un brin de mauvaise foi, il fallait l’avouer là elle m’avait vexée. Elle avait beaucoup trop insisté sur le fait que j’étais une prostituée, comme ma mère avant moi mais ça elle ne le savait pas.

« Non un soir en face à face avec des singe ! » Lâchais-je tout en rigolant suite à sa demande avant de poursuivre, tout en étirant mon second bras : « Pourquoi ce n’est pas ce que tu voulais ? Assumer ta sensualité autour de la barre devant un public clairement impartiale, bien que légèrement obsédé ? »

Marquant une légère pause, je saisissais les bouteilles d’eau derrière moi, tout en tendant une des deux vers une Briar légèrement transpirante, je poursuivais : « sinon a quoi bon apprendre tout cela ? Et si tu veux mon avis tu devrais porter ton fils il servirait au moins à une chose six kilos c’est déjà un bon début tu ne trouves pas ? » Reposant la bouteille, je remplaçais cette dernière par une serviette éponge gris-perle, afin de m’éponger délicatement le visage tout en demandant : « Alors Briar que veux tu faire ? On continue ta séance de torture ou tu préfères une autre activité ? »

© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1012
Cœurs enchantés : 2516


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Montre moi ce que tu sais faire + Neïlina&Briar.   Dim 27 Déc - 3:52

Montre moi ce que tu sais faire



Briar-Rose étonnait peut-être Neïlina, mais les deux femmes accusaient le coup à leur façon. La rousse préférait se dire qu’à partir de maintenant elle déciderait de ce qu’elle voulait elle. Elle n’avait rien demandé enfaite. Elle n’avait pas demandé à être endormi, ni même d’être emportée par la malédiction et encore moins un enfant. Elle ferait ce qu’elle souhaitait et pensais bon pour elle. Briar cherchait la liberté de faire des choix et cela se ressentait de plus en plus dans ses séances de psychanalyse. Resté ici était pour l’instant son envie. Après elle ne dit pas qu’il ne changerait jamais.

Briar-Rose écarquilla subitement les yeux face à sa partenaire, puis loucha en tordant sa bouche. Elle secoua la tête de gauche à droite et agitait sa main devant elle. La plus jeune avait compris au discours de son amie qu’elle avait été mal comprise.
« _Mais je sais que t’es pas une prostituée. J’en suis pas une non plus, mais nos services touchent à la séduction et à notre pouvoir sur les hommes. Moi pour le client du casino que je racolais à la table de jeu, je suis plus ou moins payées quand je bas des cils pour qu’il dépense. C’est pareil, même si toi, c’est beaucoup plus acrobatique, avoua t-elle essoufflée. C’était une question comme ça. Moi je l’ai fais payer en plus, rien que pour moi. Je ne touche pas qu’une « com’ » de la part de mon patron, je veux plus. Donc enfaite… Tu ne partages pas du tout ma position et je me sens vraiment sale pour le coup. Ca me permet de faire de l’argent en plus, grimaça t-elle pensive. Puis ouais c’est sûrement pas plus mal si la direction ne sait pas. Tu as raison. Je vais être discrète moi à l’avenir. » posa t-elle un doigt sur sa bouche pensive, regardant le plafond un instant.
Alors qu’elle remettrait ses constructions de plans à plus tard, elle baissa la tête pour retrouver Neïlina qui lui demandait encore des efforts.
« Bah… Mon image… C’est pas terrible de la jouer grande dame, femme sulfureuse et charismatiques,… Enfin les petites femmes fatale quoi ! Et que t’es d’un coup perdue, comme une pauvre pucelle. J’étais gauche, et je sentais que je maitrisais pas la situation. Mais comme je te disais et je te rassure, j’ai recouchée depuis la levée de la malédiction, rit-elle. C’était la première fois qu’un mec m’intéressait et qu’il me propose plus pour monter dans une chambre et j’ai dis oui. Il était séduisant en plus. J’ai vraiment tout gagné. » finit-elle sa confession d’un clin d’oeil. « Mais tu es-sûre que tout vas bien ? T’as l’air tendue ? » fit-elle mine de ne pas comprendre la mine renfrognée de son amie. Après, elle n’avait aucune idée de ce qui aurait pu subitement la froisser. Puis elle aussi tentait de détourner non pas la discussion, mais la situation, posant lentement les poids au sol. Enfaite très brusquement, le corps plié en deux n’ayant même plus la force de se redresser.

Elle du bien sûr lâcher ces foutus poids, car Neïlina avait réussit à attisé son excitation et son angoisse. Faire de la barre en public. Elles en avaient vaguement parlé après de longues discussions insensées et quelques verres de trop. La demoiselle hésitait. Elle haussait les épaules et commença par contre les étirements avec plaisir. Elle aimait beaucoup cette partie de l’effort, en tirant là où ça faisait mal pour oublier les douleurs du muscle. Après des petits soupirs, elle prit le temps de se rafraîchir un peu.
« Haha ! Non ma chérie, s’ils ont inventé des poussettes c’est pour ne pas avoir à le porter. Hmm, pourquoi j’apprendrais tout ça… Je sais pas ! Faudrait vraiment que je sois parfaite sinon, je voudrais vraiment pas me couvrir de honte si je fais ça en public. Je t’avoue, je voulais savoir faire de la barre pour dire que je savais en faire… Mais d’un autre côté, à qui je le montrerai enfaite ? Personne ! A moins qu’il ait une barre chez lui, mais là pour le coup je m’inquiérais. Quoique j’imagine très bien Dagmar en avoir une dans son salon et je passerai bien une soirée avec lui si tu vois où je veux en venir. On verra d’accord ? Je veux voir comment je m’en sors avant. Et t’es avec moi sur scène si je le fais ! »

Briar regarda la barre dans leur dos et fermait les yeux pour sentir son corps qu’elle avait déjà trop épuiser. C’est pas qu’elle n’avait pas de force car elle se tenait en forme mais elle avait un énorme défaut : la flemme. Elle faisait du sport, mais dès que c’était un peu trop éprouvant, elle arrêtait. Là c’était un peu trop éprouvant alors elle avait bien envie d’arrêter. Faire une pause.
« Tu me proposes quoi comme autre activité ? Genre un petit verre pour se détendre ? On va aller se faire masser ? » demanda Briar juste au cas où, le sourire aux lèvres amusée.
made by roller coaster

_________________
Je n’ai eu que mensonges et enclaves. J’aurais du être une princesse et désormais c’est ainsi qu’on me traitera. Trop blessée, il est parfois difficile d’être sincère avec ses propres sentiments, même face à son enfant. ▵ ©️endlesslove.
“ i love you mom. ” ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La vie n'est que ronces et l'amour en est sa plus cruelle épine

avatar


Messages : 330
Cœurs enchantés : 3990


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Montre moi ce que tu sais faire + Neïlina&Briar.   Dim 3 Jan - 14:36

montre moi
Briar
feat.
Neïlina


 

 



 

 

JAMAIS JE NE POURRAIS OUBLIER CE QUE VOUS M'AVEZ FAIT, MAIS JE PARVIENDRAIS TOUJOURS À VOUS VAINCRE. VOUS SAVEZ POURQUOI ? PARCE QUE JE SUIS LA SEULE QUI PUISSE RÉELLEMENT VOUS BATTRE.  

La discussion faisait bon train dans la salle d’entrainement du Psychic Club, quelques fois je sentais mon esprit s’échauffer, surtout lorsque les paroles commençaient à s’orienter vers nos vies passées. Cependant je ne pouvais pas lui reprocher quoi que se soit, j’avais été la première à aborder le sujet. J’aurais du me douter que la rouquine me retournerait la question.
Le second sujet de discorde fut quand elle me posa des questions sur mon travail au Psychic Club et des accoter que ce dernier offrait. En temps normal je n’étais pas contre en parler. Seulement, cette fois Briar avait utilisé l’insulte suprême : Pute. Ce mot avait plus de signification pour moi que pour n’importe qui.
Je n’étais pas comme elle une princesse insouciante dans le monde des contes, j’avais vécu des vies où la dépravation sexuelle régnait en maitre. Elle portait bien des noms différents, lorsque j’étais Médusa elle avait porté le nom de fille de petite vertu. En temps que Milady ou devrais-je dit Anne, le mot catin fut le premier qui m’avait été donné d’entendre. En effet, ma mère faisait partie de cette catégorie de personne. Par la suite il m’avait suivi, mon père adoptif aimait me le donner avant de me violer afin de me rappelait que je l’avais forcé à faire cela. Ô bien entendu je n’avais rien fait, mais c’était plus simple pour lui de me faire croire cela, plus simple et bien sur plus amusant. Sans doute se déculpabilisait-il ainsi ? Je n’en sais rien, la seule satisfaction qu’il m’a offerte ce fut le jour de son enterrement, voire sa dépouille avait été pour moi une jouissance absolu. Je savais que le poison qu’il avait ingéré l’avait fait souffrir. Une petite vengeance en quelque sorte.

J’écoutais vaguement, Briar me comptait l’horreur de sa première fois, et du mal-être qu’elle avait ressenti après. Une vraie amie aurait sans doute dû l’écouter plus attentivement, seulement, même en le voulant vraiment, j’étais incapable de détacher mes pensées des flashs de mon passé. Ce n’est qu’une fois que cette dernière me demanda si j’allais bien étant donné que j’avais l’air tendu que je reprenais mes esprits, en secouant légèrement la tête tout en posant mes poids à terre :

« Oui tout vas bien, j’ai juste une crampes. Alors du coup ça y est tu as ton mec idéal ? Et ne te sens pas sale Briar ca ne sers à rien. Si tu n’aime pas ce que tu fais arrête juste d’accord ? Rien en t’oblige à rester sur ces positions Dagmar comprendrait c’est lui qui m’a orienté il y a quelques années vers le Psychic. Il pourrait faire de même avec toi. »  

Étirant mes membres inférieurs afin de maintenir mon excuse de crampes intacte, je l’invitais à faire de même. Je devais avouer que j’étais impressionné par sa résistance. Avant notre séance je n’aurais pas donné chère de la peau de la belle au bois dormant. Il semblerait que j’avais tord. L’excitation de la rouquine vis-à-vis du sport que j’exerçais depuis  bientôt plus de dix ans. Une donnée qui ne me rajeunissait pas mais qu’importe. Si de mon côté j’essayais de trouver une utilité à la présence de son fils, elle me riait au nez en m’apprenant que si des poussettes avaient été créés c’était essentiellement pour éviter de porter les fameux bambins.
Laissant, mon apprenti réfléchir aux problèmes de taille que je venais d’y poser, je buvais une longue gorgé d’eau avant de manquer de m’étouffer en entendant les propos qu’elle tenait sur la demeure de mon bienfaiteur : Dagmar. Tandis que j’explosais de rire, je lâchais :

«  Ô je suis certaine que ta proposition lui plairait ! Tu sais parfois il vient au salon, il est certain que l’atmosphère est moins intime »

Rigolant une nouvelle fois, je lui accordais un clin d’œil avant de reprendre :

« Accorder, je t’entrainerais, on trouvera ton propre style et si un jour tu es prête, je t’accorderais le privilège de danser, duo, solo on verra ça le moment venu. Ca te convient comme deal ? »

Demandais-je tout en tendant ma main vers elle. Tout en m’épongeant le visage avec une serviette en coton avec ma main libre. Sentant l’épuisement de la plus jeune, je consentais à faire une concession. En temps normal, je n’entrainais pas les nouvelles, je n’étais ni assez patiente ni assez sociable pour cela. Cependant, cette fois j’en avais décidé autrement. La personnalité de Briar me plaisait et lorsque je la regardais faire par moment, elle me rappelait moi. Ma proposition semblait lui plaire plus qu’aucune autre que je lui avais déjà faite. Tandis qu’elle me demandait si on allait prendre un verre ou s’offrir un massage, je souriais gentiment avant de répondre en haussant les épaules :

« Les deux ont va se faire masser pour détendre tous nos muscles et après on se paie un bon verre alors partante ? »
© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Montre moi ce que tu sais faire + Neïlina&Briar.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Montre moi ce que tu sais faire + Neïlina&Briar.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Montre moi ce que tu sais faire + Neïlina&Briar.
» Demelza — le coté obscur de la force n'a qu'à bien se tenir, moi aussi je sais faire des cookies !
» Debut du régime je ne sais pas quoi faire comme menu
» Je ne sais plus comment faire avec mon fils de 6 ans
» [Outils] Faire des copies d'écran - FastStone Capture

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No Kindness Left :: Bienvenue à Storybrooke :: Quartier Turner :: PsyChic Club-
Sauter vers: