AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Tumblr  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Killers don't look like killers if they're good at their jobs.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité

Invité




MessageSujet: Killers don't look like killers if they're good at their jobs.   Mer 9 Sep - 16:56


Neal Baelfire Cassidy
Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation



Nom, Prénom(s) : Neal Cassidy et/ou Baelfire.
Âge : La Trentaine d'apparence mais bien des siècles derrières lui en réalité.
Date & Lieu de naissance : Une date? Impossible à donner ou alors il faudrait demander à son père comment cela se passe dans le monde des contes. En attendant cela devait être entre le printemps et l'hiver vu le temps.
Conte : Aucun
Personnage : Baelfire, fils de Rumpel
Orientation & Statut : Hétéro et Célibataire malgré lui.
Groupe : L'écrivain
Particularité : Son histoire pas comme les autres...rien de très particulier.
Un camp en particulier : Le sien...s'occuper de soi c'est déjà pas mal. Du moins pour l'instant.
Pouvoir(s) : (facultatif) Pas aux dernières nouvelles...

FEAT Michael Raymond James.



Que penses-tu de la politique actuelle des choses ?
Es-tu au moins au courant de ce qui se trame ?
Je ne sais rien du tout. Je n’ai pas la moindre idée de ce qui peut se passer aux pays des contes ou encore à Storybrooke. La seule chose que je sais c’est qu’Emma se trouve là-bas ou alors qu’elle est aux pays des contes ou dans ses alentours. Enfin bref, je ne sais rien de rien. J’ai passé le plus clair de mon temps hors de tout cela. Je ne sais pas ce que sont devenus Blanche-Neige et son prince, ce qu’il en est de la descendance de l’un ou de l’autre.  

Anecdotes & Caractère

Je suis quelqu’un de têtu, quand j’ai une idée en tête ce n’est pas la peine d’essayer me faire changer d’avis enfin cela dépend qui essaye de me faire changer d’avis. Et puis comme on dit il n’y a que les idiots qui ne changent pas d’avis. Disons que je suis prêt à entendre les avis des autres, à entendre d’autres options et donc susceptible de changer d’avis si je juge que quelque chose qui vient d’être proposer est plus intéressant que mon idée. Je suis assez rancunier. Non en fait je suis carrément rancunier, si on me fait quelque chose je m’en souviens. Certes si l’envie de pardonner et là je vais essayer mais malgré tout je vais garder ces souvenirs en tête qui vont m’empêcher d’oublier entièrement, de pardonner dans l’intégralité. Je suis également curieux, impulsif et aventurier. J’aime le danger ou du moins je l’aimais. Mais je crois que j’ai toujours le goût du risque. Je suis sociable et également serviable.


Pseudo : ...
Prénom :...
Âge : 22 ans
Loisirs :
Crédits de la fiche : Baelfiretumblr / NealCassidytumblr
Code du règlement : OK by Em' Hu Dada
Que penses-tu de NKL ? :
Besoin de parrain/marraine ? : Oui pourquoi pas



Dernière édition par Neal B. Cassidy le Jeu 10 Sep - 23:41, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Killers don't look like killers if they're good at their jobs.   Mer 9 Sep - 16:56

Histoire
Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation - Citation

Titre
MONDE DES CONTES - MONDE DES CONTES - MONDE DES CONTES - MONDE DES CONTES

L’annonce de ma venue au monde a été une nouvelle très bien accueillie dès lors que ma mère l’eut apprit à mon père. Mon père devait à ce moment là partir combattre pour la Guerre des Ogres, il ne craignait pas d’y aller parce qu’à vrai dire il avait la réputation de son père sur le dos. Un père lâche à vrai dire. Il ne voulait pas avoir cette même réputation c’est pour cela qu’il était prêt à se rendre là-bas et à combattre. Il fut néanmoins très heureux d’apprendre la nouvelle, lorsqu’il eut quitté la maison, proche du moment de gloire où il allait pouvoir prouver à tous qu’il n’était pas comme son père, une femme le fit changer d’avis. Cette femme apparemment voyante raconta à mon père qu’elle pouvait lui parler de son futur si seulement ce dernier lui donnait à boire. Ce qu’il fit, bien trop curieux d’en apprendre sur ce qu’il allait advenir de lui. Cependant le simple fait de savoir qu’il allait peut être laissé un fils seul avec sa mère car il allait perdre la vie, ceci le fit douter sur ce qu’il devait faire. Rumple décia donc de se blesser lui-même afin d’être incapable d’aller combattre avec les autres et d’être donc renvoyé chez lui, n’étant bien évidemment d’aucune utilité pour le pays ou ne serait-ce que les autres. Il rentra à la maison, la hâte de retrouver ma mère, de lui annoncer qu’il était de retour c’était ce qui le motivait à tenir le coup malgré sa blessure. Cependant pendant son absence les bruits étaient remontés jusqu’au village comme quoi il avait finalement mérité ce titre de lâche puisqu’il avait fuit son destin, fuit le combat. Autant dire que lorsqu’il a fait réapparition chez nous et que le face à face avec ma mère à eut lieu ce fut la fête de mon père et peut être pas dans le bon sens pour lui. Ce dernier fut incendié par cette dernière qui ne croyait pas au fait qu’il ai put fuir ainsi, malgré les dires de mon père elle ne comprenait pas comment il pouvait se supporter ainsi, comment il pouvait amener une telle honte sur notre famille. Mon père était cependant très heureux de me voir, de me découvrir et de me tenir enfin dans ses bras. Mais dès son retour, c’est son couple qui bascula. Ma mère quitta le domicile familiale, mon père me raconta qu’elle avait été capturée par un pirate et que celui-ci avait été jusqu’à lui ôter la vie. En même temps il n’osait peut être pas me dire tout simplement que ma mère m’avait quitté pour sa lâcheté.


J’ai grandi sans la présence de ma mère et il faut dire que je n’ai pas vraiment eut trop de choix, j’ai fait avec. Plus je grandissais et plus mon père semblait inquiet, la guerre était toujours là et les soldats venaient réquisitionner les enfants en âge d’aller combattre, dès lors qu’ils approchaient des quatorze ans on venait les enlever. Les miens approchaient à grand pas et mon père refusait que l’on me prenne comme les autres. Il a tenté alors de me faire fuir avec lui, il voulait me cacher, empêcher ces personnes de me trouver et de m’obliger à partir. Pourtant de mon côté j’étais prêt à partir combattre. Je n’avais pas en tête de faire comme mon père et de fuir mes responsabilités cependant il était prêt à tout pour me sauver de cette tâche. C’est du jour au lendemain en agissant assez stupidement que mon père devant un autre. Celui que j’appelais autrefois mon père était devenu quelqu’un de monstrueux, un être à la peau verdâtre, un rire parfaitement abominable et puis d’une cruauté sans pareil. A mes yeux mon père n’était plus. C’est ainsi qu’il devint le Ténébreux. Certes avec les pouvoirs qu’il avait acquit ce dernier pouvait me protéger et empêcher ces hommes de m’emmener mais ce dernier s’assombrissait chaque jour et Rumple sombrait petit à petit dans l’ombre de cette créature. Je ne voulais pas laisser mon père continuer ainsi, je voulais juste le sauver de ce qu’il devenait, de ce qu’il était devenu. J’ai cherché toutes les solutions possibles et puis j’ai finalement trouvé quelque chose. La fée bleue m’aidant à cela, elle m’a donné un haricot magique qui allait nous permettre de retrouver un monde sans magie, un monde où mon père redeviendrait lui-même. Mon père avait promit que si je trouvais une solution, il me suivrait, il me l’avait juré. C’est donc le cœur remplit de joie que je lui annonçais la nouvelle, nous étions même en chemin pour aller vers ce que je pensais être notre nouvelle vie. Cependant alors que j’avais lancé ce haricot dans le sol et qu’un trou béant c’était ouvert m’aspirant petit à petit, mon père se refusa à me suivre, je n’avais plus la force de tenir sa main et la sienne ne parvenait plus à retenir la mienne. C’est ainsi que la séparation entre mon père et moi se fit à mon grand regret. Il m’avait abandonné, encore une fois il avait fait preuve de lâcheté. Il avait préféré ses pouvoirs à la seule famille qui lui restait.


Titre
STORYBROOKE - STORYBROOKE - STORYBROOKE - STORYBROOKE - STORYBROOKE
Suite à l’ouverture de ce vortex dans le sol par l’intermédiaire de ce haricot magique donné par la Fée Bleue, je me suis effectivement retrouvé dans un endroit sans magie. Cet endroit c’était Londres, du moins je l’avais découvert et l’information m’avait été confirmée dès lors que j’avais fait la rencontre d’une certaine jeune fille. J’avais passé quelques temps dans les rues a essayé de trouver de la nourriture jusqu’à ce qu’un  jour je trouve la fenêtre d’une maison ouverte. Pénétrant à l’intérieur c’est l’odeur fortement agréable de nourriture qui a attiré mon attention. Je me suis précipité sur une brioche qui était, en toute honnêteté, succulente. Je ne m’attendais pas à ce que quelqu’un me surprenne mais il faut dire que ma faim m’avait aveuglé et j’en oubliais le fait que les lieux étaient bien évidemment habités et que par conséquent je pouvais me faire attraper. Cette personne qui m’a fait sursauter était une fille, sans doute de mon âge ou du moins pas très loin. Elle me laissa manger contrairement  à ce que j’aurais pensé. Elle a même été jusqu’à me cacher dans une petite pièce caché dans leur chambre, la sienne et celle de ses frères.  J’ai donc été caché par ses soins jusqu’à ce que ses parents me trouvent. Je pensais être remit directement dehors suite à cela mais contrairement à mes idées ces derniers me gardèrent chez eux. C’est sans compter cependant sur le fait que j’avais dit que je n’avais plus du tout de parents. Pour ce qui était de ma mère ce n’était pas faux puisque l’on m’avait dit qu’elle était morte et puis mon père suite à cela c’était un peu comme si c’était le cas. De toutes manières à Londres j’étais bel et bien seul alors ceci était un demi mensonge.

J’ai donc été traité comme un fils par ces derniers, j’avais un endroit où dormir sans soucis, avec du confort et qui plus est en compagnie de celle qui m'avait trouvé un foyer ainsi que ses frères Michel et Jean. A leur propos, ces derniers m’ont raconté une histoire par rapport à une ombre qui venait chercher des enfants pour les emmener sur une île au loin. Leur avait un jour disparu avec cette fameuse ombre, j’avais tenté de la convaincre de rester mais en vain, heureusement pour nous cette dernière était revenue quelques temps après étant donné que l’ombre et son propriétaire semblait ne pas avoir besoin d’une personne comme elle. Ce n’était pas du tout le genre de personne dont il voulait. Malheureusement l’ombre revint bien assez tôt et là ce fut pour attraper le petit dernier de la famille, prévenu par la jeune fille, j’ai donc fait la promesse à cette dernière que je n’allais pas laissé le petit être enlevé. J’ai tout fait pour empêché l’ombre de revenir dans la chambre à coucher et s’en prendre à l’un des enfants. Cependant ce que nous avions mit en place ne servit à rien puisqu’elle parvint à entrer. Afin de tenir ma promesse et de permettre à cette famille de rester ensemble et pour ainsi ne pas avoir une autre famille déchirer comme c’est le cas pour la mienne, j’ai ordonné ou demandé c’est à voir, à l’ombre de m’emmener avec elle à la place du dernier de de la famille. C’est donc ainsi que j’ai quitté Londres, accroché et détenu par cette chose, nous volions dans les airs. C’était assez dommage pour l’ombre mais j’étais loin de vouloir me laisser faire et de tenir mes promesses vis-à-vis de cette ombre, j’ai donc tout fait pour me débattre et me défaire de son emprise. J’y suis arrivé grâce à une allumette que j’ai craqué et a semblait être assez pour effrayer la chose qui me tenait. J’ai donc subit une chute de plusieurs mètres mais quelle importance puisque sous mes pieds se trouvait l’océan.



Titre
STORYBROOKE - STORYBROOKE - STORYBROOKE - STORYBROOKE - STORYBROOKE
Je me suis trouvé chanceux qu’au moment où j’ai décidé de me défaire de l’ombre, ce soit l’océan qui se trouvait en dessous. Cela m’a permit de me libérer sans trop craindre la chute qui allait suivre. Tomber dans l’eau n’allait pas me faire de mal après tout j’allais juste finir tremper. Alors que j’étais dans l’eau, l’ombre continua de me chercher, je tentais donc du mieux que je le pouvais de ne pas me faire attraper en me cachant et profitant de l’obscurité et du peu de lumière qu’apportait la lune. Quelques minutes après avoir chuté dans l’eau, j’ai été repêché par un navire et son équipage. C’est alors entre les mains du Capitaine Killian Jones aussi connu sous le nom de Capitaine Crochet et William Mouche que je termine. Les cales du navire sont pendant un temps assez bref l’endroit où l’on m’a retenu . J’ai été laissé seul sans doute le temps que le capitaine réfléchisse à ce qu’il allait faire avec moi par la suite ce dernier est revenu vers moi et m’a interrogé. Alors que j’étais têtu et que je comptais sur ce petit détail pour ne rien dire, j’ai finalement cédé à cette personne qui semblait plus digne de confiance ou qui semblait avoir elle aussi quelque chose à donné, des informations, des propos, du réconfort. Je ne saurais pas dire pourquoi précisément mais à ce moment là je sentais que je pouvais dire ce que je me forçais à garder pour moi en général. Ainsi en quelques mots et à peine quelques minutes, j’ai dévoilé à ce pirate que je venais de rencontrer, que mon père m’avait abandonné montrant donc la lâcheté de ce dernier et que ma mère n’était plus de ce monde car comme me l’avait dit mon père, un pirate l’avait enlevé pour lui enlevé la vie par la suite. Si au départ j’avais cédé à lui dire cela, je tenais quant au fait de ne pas lui dire mon prénom. Cependant encore une fois j’ai cédé et j’ai donné au Capitaine Jones, mon identité lui permettant ainsi de savoir qui j’étais bien que je doutais que ce dernier ne me connaisse.


Des garçons appelés les enfants perdus étaient à ma recherche à la demande de Peter Pan après que son ombre soit revenu sans moi. En me cachant derrière une poutre dans la cale du bateau j’avais réussi à échapper à ces derniers qui ne m’ont donc pas trouvé en venant fouiller l’endroit. Crochet avait laissé les enfants me chercher sans pour autant dire où je me trouvais, c’est une fois que ces derniers avaient quitté le navire, que Crochet revint vers moi et me fit sortir de ma cachette, m’accueillant à bras ouvert comme un membre de l’équipage. Killian m’avait fait remonté sur le ponton en sa compagnie, m’apprenant comment tenir la barre, ce qui au départ ne me tentait pas du tout mais j’ai cependant céder devant l’insistance du pirate. Alors que précédemment j’avais cédé à la demande de Crochet quand il m’avait demandé de parler de ma mère et de mon père ainsi que de mon prénom, quand ce dernier me se mit à me questionner sur mon père je tins tête, aucunes informations n’arrivèrent aux oreilles du capitaine. Il s’est alors mit à me parler de sa propre jeunesse, c’est d’ailleurs ainsi que j’ai put apprendre que ce dernier avait également été abandonné par son père. Cela nous faisait donc un point commun. C’est peut être le premier point qui m’amena à faire confiance un peu plus qu’avant à Killian et après lui avoir fait promettre de ne rien dire aux autres membres de son bateau je lui ai parlé de mon père et de ce qu’il est à présent. Révélant ainsi qu’il est le Ténébreux. Je lui ai à vrai dire tout dit de mon père, que ces pouvoirs il les avait de la dague qu’il doit cacher des autres s’il souhaite que personne n’ai le pouvoir sur lui et ne l’utilise comme un vulgaire pantin.


Pour tout dire j’avais eut soudainement confiance en cet homme parce que je nous pensais semblables sur certains points et donc que l’on pouvait être proches mais j’ai trouvé un jour, le portrait d’une femme dans la cabine de ce dernier. Mais ce n’était pas n’importe quelle femme. Il s’agissait d’un portrait de ma mère. Aussitôt j’ai déboulé sur le pont, une arme à la main que j’ai dirigée vers lui. Pour moi à ce moment là j’étais sûr d’avoir enfin trouvé le dit pirate dont m’avait parlé mon père, celui qui avait enlevé ma mère et qui l’avait tuée par la suite. Cependant ce dernier me jura que ce n’était pas vrai allant jusqu’à me confesser qu’il n’avait jamais enlevé Milah mais qu’elle l’avait rejoint, qu’il était éperdument amoureuse de cette dernière. J’avoue avoir du mal à croire ce qu’il me balança à la figure par la suite mais après avoir repensé à l’être qu’était devenu mon père les paroles de Killian ne pouvait être que la vérité. Il me racontait que la vie de ma mère avait été ôtée certes mais que ce n’était pas par lui mais par la main de mon propre père qui avait détruit son cœur devant les yeux de Crochet sans le moindre scrupule. Il m’a même avoué que ma mère avait regretté de m’avoir abandonné à mon père et qu’elle avait prévu de revenir me chercher avec lui dès que j’aurais un peu grandit. Malgré ses aveux et cette sincérité que le Capitaine montrait soudainement, je ne voulais pas rester avec lui une seule seconde de plus. Je demandais alors à le quitter et à retrouver cette famille londonienne dès que possible. Quelques heures après notre discussion, il a tenté de me refaire sa proposition de rester avec lui, d’être de son équipage, de la famille du Jolly Roger, cependant c’était hors de question pour moi de rester avec lui. Les enfants perdus sans perdre de temps sont arrivés sur le ponton et m’ont emmené avec eux, bien évidemment prévenu par Crochet qui avait préféré me demandé une dernière fois si j’étais sûr de ce que je désirais.



Après avoir été emmené par les jumeaux et Felix sur l’île du Pays Imaginaire, on me présenta à un autre enfant perdu qui nia que j’étais l’enfant recherché par Peter Pan. On me confia que j’étais chanceux de ne pas être cette fameuse personne mais cela n’était pas une raison qui les poussa à me ramener d’où je venais. Je restais donc parmi eux vivant à leurs côtés. C’est cependant à l’écart et seul dans une grotte que j’ai put apprendre à vivre comme je le voulais et avec les moyens du bord. J’ai à vrai dire fait de cet endroit mon chez moi, faisant un portrait de la famille que j'avais quitté, à ma manière, inscrivant des bâtonnets sur les parois afin de compter le nombre de jours que je passais en cet endroit. J’ai même été jusqu’à faire un dessin de cette grande horloge que j’ai vu à Londres, Big Ben. Mais je pense que le meilleur demeure quand même cette carte marine que j’ai faite à l’aide d’une noix de coco vidée et d’une bougie. Mais bon ce dernier objet n’est pas fait à la légère et sans une idée derrière la tête. Après avoir passé six bonnes années sur cette île, aux côtés de Peter Pan et de ses enfants perdus, la carte m’a permit de quitter ce satané endroit et de rejoindre le monde sans magie.



Titre
STORYBROOKE - STORYBROOKE - STORYBROOKE - STORYBROOKE - STORYBROOKE
J’ai réussi avec la persévérance, la patience et la foi à quitter ce lieu qui était loin d’être comme chez moi. J’ai réussi à retrouver ce monde sans magie, certes ce n’était pas Londres, les bâtiments étaient loin d’être identiques à ceux que j’avais connu mais cela me convenait. C’est aux Etats-Unis que je me suis établis, j’ai grandit en m’élevant finalement seul, en me démerdant comme je le pouvais. J’ai d’ailleurs décidé de endossé une nouvelle identité celle de Neal Cassidy. Alors que ma vie avait déjà changé par beaucoup d’évènements comme la lâcheté de mon père et son abandonné ou encore des tas de rencontres que j’avais fait au cours de mon petit début de vie, celle que j’avais fait par la suite à Portland dans l’Oregon avait littéralement changé mon existence. Je dormais à l’arrière d’une voiture qui était loin d’être la mienne, une voiture que j’avais prit le soin de voler. Enfin bref je dormais dedans quand des bruits me sortirent de mon réveil, on tentait de voler une voiture déjà volée par mes soins. Et bien c’était du propre ça ! Je dois avouer que je me suis bien amusé à voir ce petit bout de femme essayait de faire démarrer la voiture alors que les clés étaient tout simplement en ma possession. Je l’ai néanmoins laissé démarrer la voiture avec ses moyens pour ensuite la sortir de sa concentration, me permettant de laisser échapper un rire j’ai alors secoué les clés de la voiture lui précisant que si elle désirait faire démarrer la voiture il aurait simplement suffit de me demander l’outil adéquat autrement dit les clés. La jeune femme avait alors démarré et commencé à prendre la route, je lui avais cependant proposé d’aller prendre un verre, après tout elle me volait, ma voiture volée elle pouvait bien m’accepter un petit verre quelque part. Elle a cependant refusé, pensant il me semble que la voiture était la mienne. Si seulement elle savait. Alors que je la déconcentrais, cette dernière à oublié de s’arrêter au stop grillant ce dernier et nous attirant malheureusement l’attention des policiers. Ce dernier se débrouille alors pour les sortir de là en quelques mots il prétexte être en train d’essayer d’apprendre à conduire à sa petite amie qui n’a pas l’air douée dans le domaine. Une fois le policier éloigné, j’ai prit le temps de lui expliquer mon comportement face à cet homme lui apprenant donc que ce n’était pas ma voiture mais plutôt un véhicule que j’avais moi-même volé bien avant qu’elle ne songe à le faire à son tour.

Le lendemain soir où nous nous sommes rencontrés j’ai retrouvé cette jeune femme devant un parc d’attraction où je lui ai dit de venir. Elle m’y retrouve, il est question pour nous deux de boire ce fameux verre que je lui ai proposé la veille. Pour faire les choses correctement je suis arrivé deux verres à la main sur le point de rendez-vous, j’ai ouvert le cadenas qui fermait le grillage à l’aide de bouts de fer nous permettant donc d’entrer en ce lieu normalement fermé à cette heure là. Histoire de rendre les choses encore plus magiques, amusants et poussant dans l’interdit j’ai été activer le générateur d’électricité allumant donc les lumières du parc d’attraction. C’est dans un carrousel à chaises volantes que l’on s’installa tous les deux pour commencer ce petit rendez-vous et à la demande d’Emma, je me mis à lui raconter mon histoire. Les jours passants nous avons finit par rester ensemble et quelques semaines plus tard nous nous sommes retrouvé à continuer à se côtoyer mais quitte à vivre dans la galère autant s’entraider. C’est pourquoi on se mit à cambrioler quelques endroits ensemble, profitant de sa condition de femme, on la fit passer pour une femme enceinte jusqu’aux dents prête à accoucher à tout moment. Grâce à la vivacité d’Emma qui avait remarqué que j’avais été grillé par un autre client nous avons put quitter les lieux sans avoir de problème. C’est amusé par le fait de nous en être sorti sans le moindre problème que nous sommes partis à un hôtel, squattant la chambre de personnes qui venaient juste de partir. Je lui avais même offert un petit quelque chose que j’avais volé dans la boutique que nous venions de quitter précipitamment. Un pendentif avec un cygne dessus. C’était peut être précipité mais je crois bien que c’était la première fois que je ressentais ce genre de chose pour quelqu’un. Je me rendais compte des sentiments que j’avais pour cette femme, pour cette petite blonde qui était maintenant avec moi dans mes conneries. Je lui ai d’ailleurs proposé à ce moment là que l’on s’installe tous les deux où elle voulait, la laissant choisir sur la carte des Etats-Unis qu’il avait trouvé dans la chambre d’hôtel. Tout en fermant les yeux, Emma laissa retomber son doigt sur la carte. Le choix se porta donc aléatoirement sur la ville de Tallahassee en Floride. A présent il ne restait plus qu’à s’y rendre.

Quelques jours plus tard, j’ai été contraint d’avoué à Emma que contrairement à elle j’étais recherché par la police, les forces de l’ordre étaient à ma recherche et je ne devais pas continuer à lui cacher ce détail si nous devions bouger ensemble. Pour lui prouver mes dires c’est une affiche avec ma tête se trouvant dessus que je lui mets devant les yeux. Alors que mes aveux à Emma sont faits j’approfondis et lui livre les détails qui poussent la police à me chercher. Les vols de montres que l’on m’a amené à faire et qui se trouvait à ce moment là dans la consigne d’une gare. Je devais quitter le pays, le Canada était la seule solution pour l’instant. Mais je ne pouvais tolérer qu’Emma ne me suive au risque d’être prise à son tour dans les filets de la police. Emma souhaite cependant aller récupérer les montres à la gare afin de pouvoir revendre ces dernières et ainsi avoir de l’argent, j’ai bien évidemment hésité mais alors qu’à présent je regrette cette idée, j’ai à l’époque accepté. Confiant les clés à Emma je l’ai laissé aller les récupérer, revenant le soir même vers moi avec ce sac remplit de la marchandise en question. Afin de la remercier de ce geste, je lui ai laissé une de ces monstres, j’ai ensuite quitté le véhicule afin d’aller vendre ces objets. Dès lors que j’ai quitté Emma, il est question de la rejoindre seulement quelques heures plus tard sur un parking. Il était hors de question que je la laisse tomber. Tandis que j’étais en train de marcher tranquillement allant à mon but, je me suis sentit comme suivis, épié. J’ai tenté de fuir cette personne qui me suivait réellement mais en vain. Je me suis fait rattraper par un homme qui m’expliqua être l’ange gardien d’Emma. C’était bien ma chance ça ! Tombé sur un mec qui se prétendait être son protecteur. Il m’avait raconté que cela fait deux années qu’il recherchait Emma, qu’il l’avait perdu de vue et qu’il était responsable de cette perte mais qu’il voulait se rattraper. Cet homme, un dénommé August osait me dire que j’avais ôté Emma du droit chemin, il m’avait raconté qu’elle avait une destinée à accomplir. Pour moi la magie avait été mise de côté depuis bien des années, cela faisait très longtemps que je n’avais pas eut à faire à elle.

Ce dernier me demanda alors si j’y croyais, j’avais refusé de l’écouter et de laisser Emma cependant après avoir ouvert une boîte qui contenait une machine à écrire. Cependant ce n’était pas la machine à écrire qui me força à suivre les dires de cet homme, ce fut surtout ce qui était noté sur le papier se trouvant dans la machine à écrire. Quelques mots qui avaient pourtant tant d’importance. «  Je sais que tu es Baelfire ». Cela avait suffit à me faire écouter August. Il me connaissait, il était également de mon monde. C’est alors que j’écoutais attentivement toute l’histoire qu’August avait à me raconter autant sur lui que sur Emma et sa véritable identité. C’est vraiment avec regret que j’abandonnais Emma pour satisfaire la demande de cet homme, j’avais par conséquent réussi à fuir le pays pour me retrouver à Vancouver au Canada. C’est donc ces deux mois plus tard que j’ai retrouvé August sur les rives d’une berge me permettant de lui demander des nouvelles d’Emma dont je n’avais absolument aucunes nouvelles. J’avais accepté de satisfaire sa demande mais je n’arrivais pas à vivre ainsi, je pense que j’aurais préféré continué d’être avec elle tout en étant poursuivit par les forces de l’ordre plutôt que d’y avoir échappé et de l’avoir laissé seule là-bas. Et quand August m’annonça qu’elle avait en plus de ça été condamnée à une peine de onze mois de prison à Phoenix je me sentais encore plus coupable d’avoir accepté aussi stupidement de lui obéir. J’ai d’ailleurs décidé de remettre à August une lettre contenant l’argent de la revente des montres, je lui ai également donné les clés de la voiture jaune afin qu’il donne tout cela à Emma. Avant de le laissé partir je lui ai cependant demandé une chose, de me tenir au courant lorsqu’Emma aurait réussi à mené à bien sa mission et accomplir sa destinée, c’est-à-dire briser la malédiction lancé par la Méchante Reine, actuellement maire de Storybrooke sous le nom de Regina Mills.

Ce n’est qu’une dizaine d’années plus tard alors que nous étions en novembre 2011 qu’August est revenu vers moi à New York, il m’a annoncé la présence d’Emma à Storybrooke l’endroit où elle devait se trouver au mieux pour pouvoir briser convenablement la malédiction. C’est ce même jour que j’ai malencontreusement bousculé une jeune femme dont le café s’est renversé sur sa chemise. Ce n’est que bien plus tard que j’ai apprit que cette rencontre n’était pas dut au hasard. Mais là n’est pas encore la question. Cette jeune femme, une dénommé Tamara fut donc une personne avec laquelle je pris le temps de faire ample connaissance et avec qui j’ai même prit le temps de me poser afin d’entamer une relation. Assez difficile quand on sait les regrets que j’ai eut envers Emma mais elle était loin de moi et on m’avait interdit d’être sur son chemin par conséquent je me devais de virer vers une autre vie malheureusement.  Encore bien des mois plus tard, un jour alors qu’une averse me tombe sur le coin de la figure comme pour beaucoup d’autres habitants bien évidemment, je me dépêché de rentrer à mon appartement afin d’être au sec. Je me précipite également à la fenêtre de mon appartement miteux afin de fermer cette dernière histoire que l’eau ne s’infiltre pas à l’intérieur. Histoire de poursuivre cette journée peu glorieuse je fais malencontreusement tomber mon téléphone en tentant vainement de fermer la fenêtre, c’est quelques secondes après qu’une colombe apparait venant de nulle part afin de me déposer une carte sur le bureau. Je me dois de vous le dire c’est la seule fois que ce genre de chose m’arrivait et j’en étais très surpris. M’empressant de saisir le bout de papier, je pris le soin de lire au dos de la carte un unique mot « Brisé » et de l’autre côté une image de l’horloge de Storybrooke avec le nom de la ville en dessous. August avait tenu parole et m’avait prévenu qu’Emma avait accomplit ce que l’on attendait d’elle depuis sa venue au monde.



Titre
STORYBROOKE - STORYBROOKE - STORYBROOKE - STORYBROOKE - STORYBROOKE
J’ai passé tellement de temps à me demander ce que j’allais pouvoir faire maintenant que je savais qu’Emma était sur le bon chemin, qu’elle était auprès des siens. Elle avait enfin sa famille, aucunement besoin de moi. Mais je n’ai pas voulu la quitter. Je n’ai pas désiré la laisser seule. Je ne voulais pas qu’elle termine en prison et pourtant j’ai accepté ce qu’August m’a demandé tout ça pour qu’elle puisse se retrouver là où elle est à ce jour. Pour qu’elle puisse être celle qu’elle est aujourd’hui. J’ai essayé de me rendre à Storybrooke, j’ai prit une voiture d’un ami que je m’étais fait à Manhattan et je suis allé jusqu’à l’endroit où est censé se trouver la ville. Cependant il n’y avait rien à faire, c’était juste une route en continue. Pourtant c’était là, j’avais demandé des explications à August. C’était censé être là. Mais sans la compagnie de quelqu’un y était déjà il allait m’être impossible de pénétrer dans cette ville. Un jour où comme les précédents je repartais de cet endroit qui en théorie devait m’emmener à Storybrooke, j’avais la nette impression que quelque chose clochait. Je n’avais pas tort du tout, j’avais des personnes, deux pour être précis qui ne cessait de me suivre. Mais je venais de les remarquer. J’ai passé néanmoins une semaine supplémentaire à faire des recherches sur les solutions que je pouvais utiliser pour enfin réussir à entrer dans cette ville. J’espérais surtout que ça allait enfin être la bonne.

Mais alors que j’étais enfin sur cette longue route qui devait me mener à Storybrooke, les choses changèrent brusquement. Cela faisait un bon bout de temps que quelque chose d’aussi mouvementé et fou ne m’était pas arrivé. Une voiture me collait jusqu’à ce que les personnes à l’intérieur se décident à me doubler pour me barrer la route. Les choses se sont enchainées très rapidement, avant que je ne trouve le temps de verrouiller la portière j’ai été sorti de la voiture par un homme. J’ai essayé de m’échapper, la seule chose que j’ai trouvé utile de faire c’est de foutre un coup de tête à celui qui me tenait. Ce qui a été plutôt utile jusqu’à ce que je me prenne une chaîne de coup dans les côtes. Je me souviens d’un trou similaire à celui dans lequel j’étais tombé quand mon père avait refusé de me suivre. Je me suis retrouvé avec ces individus dans un monde quasi identique à celui d’où je venais. J’ai été trainé d’un côté et de l’autre. Je n’avais aucune idée de ce que l’on voulait faire de moi du moins ce n’est pas une chose que l’on m’a dit clairement. Mais un jour où j’écoutais mes « ravisseurs » discuter de leur plan, d’où ils en étaient j’ai comprit qu’apparemment je devais être comme une monnaie d’échange. Mais contre qui ? Pourquoi ? Concrètement je n’ai pas cherché plus longtemps à savoir ou à chercher le pourquoi du comment. J’ai tenté de m’enfuir en échappant à leur surveillance.

J’ai passé mon temps à essayer de leur échapper. Je ne sais pas si je dois maudire ces personnes de m’avoir emmené dans cet endroit mais je sais que m’y retrouver m’a été d’une aide pour pouvoir revoir le visage d’une personne que je n’avais pas vu depuis onze ans. Emma. Le visage, la même chevelure blonde peut être un peu plus long que dans mes souvenirs. Toujours aussi belle, aussi déterminée. J’ai crié son nom mais en vain. La suite des évènements se résument à une énième fuite de ma part bouclé par une tentative d’anéantissement des personnes qui souhaitaient me retenir. J’ai fait des pieds et des mains, j’en ai prit plein la figure, plein les côtes enfin bon j’ai bien bataillé pour finalement les mettre à terre. J’ai vu ce sachet tomber, le même qu’ils avaient prit en main quand ils m’avaient emmené ici. Je l’ai ouvert et j’ai trouvé deux haricots magiques dedans. J’ai prit l’un d’entre eux, je l’ai lancé sur le sol en laissant ce même trou que j’avais vu dans ma vie, s’ouvrir sous mes pieds. Sans réfléchir à ce qui pouvait m’arriver j’ai sauté dedans en espérant qu’ils n’auraient pas le temps de reprendre conscience et de me suivre. Heureusement pour moi le hasard fait bien les choses du moins pour cette fois puisque ma réapparition s’est faite à quelques mètres de l’endroit où était resté la voiture. Sans attendre et en faisant tous les efforts possibles, je me suis dépêché d’aller jusqu’à la voiture. Il me restait quelques kilomètres à faire avant d’aller jusqu’à cette foutue limite qui devait techniquement m’amener à Storybrooke.

J’ai espérer comme si c’était la dernière chance que j’avais dans ma vie de pouvoir essayer. J’ai tant espéré , j’ai souhaité très fort pouvoir réussir à entrer . Et croyez-le ou non j’ai réussi. J’ai fermé les yeux l’espace d’un instant, je les ai ouvert de nouveau et le panneau de Storybrooke était présent. C’est du moins la seule chose que j’ai eu la possibilité de voir, ensuite tout est noir.






Dernière édition par Neal B. Cassidy le Jeu 10 Sep - 23:14, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Devilishly Handsome Pirate
avatar


Messages : 296
Cœurs enchantés : 971


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Killers don't look like killers if they're good at their jobs.   Mer 9 Sep - 18:08

Bienvenue à toi Neal, tu as une semaine pour faire ta fiche mais si tu as besoin de délais n'hésites pas à venir vers nous ;) Bon courage !

_________________
You're so affraid of losing the people that you love that you push them away.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Killers don't look like killers if they're good at their jobs.   Mer 9 Sep - 18:14

Merci beaucoup !

J'ai lu le contexte mais est-il possible d'avoir une petite précision d'où je dois ou peut m'arrêter avec mon perso que cela concorde avec vos personnages et vos histoires.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Killers don't look like killers if they're good at their jobs.   Mer 9 Sep - 18:18

Welcome mister ** bonne chance pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Killers don't look like killers if they're good at their jobs.   Mer 9 Sep - 18:19

Bienvenue à toi !

Il va falloir que je t'embête un peu par mp vu que je ne reprend pas la même Pan que celui de la série ^^

Bon courage pour ta fiche !

EDIT : Et oui je vais te donner cette précision en même temps dans mon mp, je t'envoie ça de suite.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Killers don't look like killers if they're good at their jobs.   Mer 9 Sep - 18:22

Merci et d'accord Pan ;)
Du coup ça change l'histoire avec Bae ou pas vu que je publie le passage avec Peter.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Killers don't look like killers if they're good at their jobs.   Mer 9 Sep - 18:25

Neal !!!! Love Très bon choix de perso, Neal est un très bon choix, en même temps je ne peux pas dire le contraire aux vues du lien qu'on a Please Je te ferai aussi un topo sur le relation Emma/Neal Potté mais il est quasiment le même que dans la série ! En tout cas bon courage pour la suite de ta fiche et on te file de suite les précisions Coeur
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Killers don't look like killers if they're good at their jobs.   Mer 9 Sep - 18:30

Oh mais le magnifique cygne est là ! Merci beaucoup Hug2 Bave
Merci pour les précisions parce qu'en lisant ta fiche je n'ai trace que de Hook ( Bande de traîtres ! ) du coup ça m'aide pas à savoir s'ils se sont revus, s'il est finalement tombé quasi "mourant" dans le trou du haricot magique enfin bref une idée pour la suite quoi ;)
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 1012
Cœurs enchantés : 2516


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Killers don't look like killers if they're good at their jobs.   Mer 9 Sep - 19:08

Bienvenue Neal :) ... Et :placer phrase bateau du feat et du mélange blabla:

Non désolée xD Je sais juste pas quoi dire, je suis claquée. Puis si vous veniez pas à mille en même temps, j’aurais le temps de trouver comment innover en premier message.

J’espère en tout cas que tu te plairas chez eux, et que tu es assez taré pour supporter et suivre le staff parce que bon... :/ Sont pas très sain.

:cours loin avant de se faire taper: En bref, bienvenue What a Face

_________________
Je n’ai eu que mensonges et enclaves. J’aurais du être une princesse et désormais c’est ainsi qu’on me traitera. Trop blessée, il est parfois difficile d’être sincère avec ses propres sentiments, même face à son enfant. ▵ ©️endlesslove.
“ i love you mom. ” ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 480
Cœurs enchantés : 5393
Humeur : Au manque de bonté


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Killers don't look like killers if they're good at their jobs.   Jeu 10 Sep - 0:04

Hey salut Camarade, bon courage pour ta fiche ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
are you insane like me ?

avatar


Messages : 564
Cœurs enchantés : 925
Humeur : Lunatique.


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Killers don't look like killers if they're good at their jobs.   Jeu 10 Sep - 0:09

NEALOUUUUUUU
Bienvenue sur NKL, j'espère que tu te plairas sur le forum, si tu as envie de faire une pause dans l'écriture de ta fiche n'hésites pas à squatter le flood et puis voilà ! Bon courage pour ta fiiiiiiiche Nik Nik

_________________

Don't be beggin' for your life cause that's a lost cause. High stakes, body armor, suicide boy. There's a time for games and there's a time to kill. Make up your mind baby, cause the time is here. ©️ caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Killers don't look like killers if they're good at their jobs.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Killers don't look like killers if they're good at their jobs.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» (th) ★ we must be killers.
» Offre Job d'étudiant
» qui a testé la bronzing powder H&M ?
» Cherche emploi étudiant sur dijon
» Cozy Wrap Simply Good

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No Kindness Left :: Broyer les vieux papiers :: Faire le tri sélectif :: Fiches de présentation-
Sauter vers: