AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Tumblr  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 C'est les vacances - Mérida&Giselle.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
merry little voices clean and strong.

avatar


Messages : 98
Cœurs enchantés : 645


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: C'est les vacances - Mérida&Giselle.   Dim 6 Nov - 23:18

de retour pour te jouer un mauvais tour !
No one ever listens, this wallpaper glistens, don't let them see what goes down in the kitchen. Places, places, get in your places, throw on your dress and put on your doll faces. Everyone thinks that we're perfect, please don't let them look through the curtains.

Ah, que c’était bon de rentrer à la maison ! Giselle sentait déjà l’odeur des petits gâteaux dans la cuisine. Ou alors c’était qu’elle crevait déjà de faim. Elle voyageait presque léger, une fois n’était pas coutume. Elle s’était dit qu’elle trouverait bien quelques trucs pour couvrir son corps à Dunbroch. Au pire elle s’arrangerait avec la rouquine pour lui emprunter quelques affaires. Elles devaient bien faire la même taille, non ? Au pire Giselle s’arrangera. Elle mangera autant de gâteaux que nécessaire. Sinon elle gardera sa robe pour la semaine… Si elle ne restait qu’une semaine. Elsa lui avait juste dit de prendre des vacances. En fait, elle lui avait déjà fait la remarque quelques semaines plus tôt. Giselle tu me parais fatiguée, tu es sûre que tu n’as pas besoin de vacances ? Mais Giselle lui avait assuré qu’elle allait bien ! Après tout, elle n’avait pas besoin de se lever aux aurores, elle ne fournissait pas d’efforts considérables - si ce n’est pour éduquer les dragons à l’hygiène bucco-dentaire et pour apprendre aux barbares comment éliminer l’excès de sébum sur leur peau - et n’était de façon général pas fatiguée. Bien au contraire, elle pétait le feu. Puis il y a trois jours, la reine l’avait convoquée. Un peu plus froide que d’habitude - ça avait l’air d’être possible - elle lui avait ordonné de faire sa valise. Non vraiment, prends des vacances, reposons-nous, et reviens-nous quand nous serons tous plus sereins. Giselle avait pensé que toutes les histoires politiques la fatiguait. C’était sûrement vrai. Elsa avait le devoir de protéger son royaume, après tout. Alors elle avait pris la plus sage décision. Elle avait fait un petit sac avec le minimum vital pour sa toilette - c’est-à-dire une valise d’un mètre de hauteur remplie de gels douche et crèmes pour le corps. Et une autre valise un peu plus large, contenant quelques vêtements.

Oui, je sais. Je n’avais pas dit qu’elle n’avait pas pris grand chose pour se couvrir le corps ? En fait, Giselle a oublié l’autre valise près d’une rivière alors que sa voiture s’était arrêtée pour faire le plein de provisions et faire boire les chevaux. Ça arrivait ! Rien de grave. Elle était assez riche pour tout se repayer sans problème, s’il le fallait.

Aujourd’hui, elle arrivait à Dunbroch. Elle reconnaissait les montagnes qui tranchaient l’horizon, celle qu’elle avait longtemps contemplées depuis la fenêtre de sa chambre conjugale lorsque Hamish était encore là. Ah, Hamisch… Avec un peu de chance, elle croiserait l’homme dans lequel il s’était réincarné - car elle croyait encore dur comme fer que son prince charmant ne l’avait pas définitivement quittée. Harris. Ou c’était Hubert ? En tous cas, l’un ou l’autre, elle les nommait toujours comme leur défunt aîné. Et elle reverrait Mérida, noyée sous sa tignasse flamboyante ! Que cela lui ferait bizarre, de la revoir vêtue de manière traditionnelle ! Elle avait déjà tellement eu de mal à la reconnaître avec ses jeans et t-shirts à Storybrooke.
Tout excitée, elle avait demandé à ce qu’on la laisse ouvrir les portes du château par elle-même. On l’avait prévenue, elle n’y arriverait pas. On n’était pas censé entrer comme dans un moulin, ici. Ce fut finalement deux hommes à l’intérieur de la demeure qui la laissèrent entrer. Trop naïve pour faire le moindre mal à une mouche. Elle était heureuse ! Elle s’était mise à chanter à tue-tête un air entraînant : la musique de la purée Mousseline.

Et ça ne faisait pas trois refrains qu’elle chantait qu’elle aperçut les cheveux de feu de sa belle-soeur. « Mémé, ma chérie ! » Giselle courut jusqu’à elle, bras grands ouverts, bras qui se refermèrent autour du cou de sa victime alors qu’elle allait la percuter. « Oh ce que tu m’as manquée ! J’ai tant de choses à te raconter, si tu savais… Et pour commencer, il faut que je te fasse mon rapport. » Elle prit un air presque sérieux. Elle ne prenait pas son devoir à la légère. Elle savait que Mérida comptait sur elle pour une chose, et Giselle ferait de son mieux pour la satisfaire. « Tu sais, pour ma mission d’espionnage ! » Elle avait déjà oublié les hommes de Drago qui l’avait accompagnée jusque là. Est-ce qu’ils entendaient ? Elle ne savait même pas que des barbares aussi peu bavards avaient des oreilles. Et elle ne pouvait pas faire attention à quoi que ce soit, il n’y en avait plus que pour la pauvre rouquine à présent.

_________________

Une vie s'achève, une autre commence. Il y a un adage qui dit qu’on fait toujours du mal à ceux qu’on aime mais il oublie de dire qu’on aime ceux qui nous font du mal. ©️ caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 75
Cœurs enchantés : 1095


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: C'est les vacances - Mérida&Giselle.   Ven 11 Nov - 11:58

Pourquoi moi ?
Giselle & Merida

Qu’est-ce qu’elle aurait aimé que Hamish soit là. Lui au moins, il n’était pas resté de l’autre côté, dans l’Autre-Monde. Et pourquoi qu’il y était encore Harris ? Il serait temps qu’il finisse ses affaires là-bas et vienne ici. Certes, c’était très compliqué de retourner dans son ancienne vie quand on vous en avait construit une toute nouvelle. Fausse, mais d’une telle véracité qu’on s’y détachait difficilement. La Méchante Reine avait fait du beau travail. Après tout, alors qu’elle discutait avec Hubert ce matin et un café au gout trop dilué, il était en sécurité là-bas. Du moins pour l’instant. Il y avait eu encore un grand débat sur les derniers événements, ce qu’on savait, ce qu’on ignorait et ce qu’il nous restait à savoir. Puis que Storybrooke avait été touché par la menace d’or et d’ébène qui venait frapper un peu trop souvent aux portes de leur royaume. Après, dans la longue liste de sujet, c’était l’état de leur père qui était gravement blessé à cause d’une bataille, et très malade. Il n’était pas mourant, mais presque. Un mois qu’il était alité et qu’il devenait fou à rester sans bouger. Mérida n’osait même plus lui rendre visite et l’entendre pester qu’il voulait se lever, servir à quelque chose… Il fallait parfois le plaqué sur le lit pour qu’il se ménage et n’envenime pas les choses lui et son entêtement. Enfin, comme toujours un premier repas de la journée avec un des triplés qui n’était pas des plus joyeux, voire même des plus barbant et déprimant. Même Cly ne lui apporta pas plus de réconfort. Le matériel de défense était en rade… S’ils se faisaient attaqué, ce ne serait pas sans grande perte et ça, la pauvre Reine, ça l’angoissait. Aujourd’hui, les Macintosh avaient en plus décidé de passer pour parler un peu stratège. Un échange politique et militaire, mais elle le savait, aussi pour s’informer de la place de Mérida à ce jour au milieu des batailles, de son poids sur la domination des quatre clans, et son mérite pour régner. Toujours pas de mari, de moins en moins de facilité à tenir tête à Beldam. Elle préférait de loin Cora comme adversaire.

Un paquet de missive de toutes sortes dans les mains, elle les épluchait en parcourant le château, des cuisines jusqu’à la Grande salle. Il y avait des petits parchemins des trois autres clans qui envoyait des rapports par pigeon voyageur ou encore demandait une « audience » même si le terme était pas si poli vu l’urgence de la situation. Il y avait aussi quelques feuilles blanches venant tout droit de Storybrooke, des nouvelles de Harris. Dans le tas, il y en avait un, tout en dessous de la pile qui n’était pas encore ouverte. Mérida en avait marre des papiers. Hubert lui avait proposé de l’aider, même Cly, mais elle s’enfermait dans ses responsabilités et n’arrivait plus à déléguer tant elle angoissait. Pourtant, cette dernière lettre glacée, elle aurait du la lire. La rousse débarqua dans la Grande-Salle. Il y avait comme un bruit de fond qui lui hérissa les poils. Une chanson agaçante et niaise. La reine leva ses yeux, figée de peur et malheureusement son cauchemar était réalité. Giselle. Elle secoua la tête, comme pour essayer de chasser une mauvaise hallucination qu’elle aurait pu avoir à cause de la fatigue ou le stress. Non, non, non, non ! Et Giselle courut vers elle. Mérida fit un pas sur le côté pour l’éviter et tenait ses mains devant elle, pleine de lettre pour éviter qu’elle ne tente encore une fois de s’approcher trop près. Elle n’était vraiment pas d’humeur aux câlins. L’envie de lui faire un croche-pied par la même occasion l’avait démangé. Un coup contre le mur et hop elle l’a renvoyait chez les folles ni vu, ni connu. « Ce n’est pas trop partagé… Pourquoi t’es là ? » demanda Mérida froide en passant les lettres les unes après les autres, paniquée, pour chercher une explication. Elle était là, tout en dessous du paquet. Une lettre d’Arendelle : « J’en peux plus… A ton tour. Cordialement Elsa. » Un immense papier juste pour ça. Merida froissa la missive entre ses mains, un sourire jaune à l’attention de Giselle. Rappelle moi de ne pas te sauver si t’es dans la merde... pensait-elle à l’attention de sa cousine. Elle retint un élan de transformation, ayant presque laissé l’animal en elle s’imposer. C’est qu’elle était fatiguée et sensible en ce moment.

Giselle lui parlait de son espionnage et elle la fusilla du regard. « Mais de quoi tu parles ? soupira t-elle presque pas faussement, vu qu’elle était naturellement exaspérée par la femme d'Hamish. Bon faut que je t’explique, c’est qu’une fausse excuse pour ne plus t’avoir dans les pâtes et te lier un peu plus avec ta vraie famille. Harris n’est pas là, ça t’évitait de te voir te languir dans mes pattes. Ca fait un moment, il est temps que je te dise la vérité » lui fit-elle une grimace faussement coupable. Elle porta son attention aux barbares qui avaient accompagné la jeune princesse et leur fit signe de partir. « Vous attendez peut-être un pourboire ? » dit-elle par réflexe de sa vie à Storybrooke. Les hommes partirent. Elle frappa sèchement Giselle derrière la tête. « T’es qu’une sotte ! Tu peux pas la fermer un peu ! L’espionnage, c’est secret, donc t’en parle pas. Surtout pas devant les gens que tu veux espionner ! » s’emporta la rousse en montrant la direction de la porte qu’avaient pris les hommes de Drago. En réalité, ce qu’elle lui avait dit plutôt était la vérité, ce n’était qu’une excuse pour l’envoyer là-bas et qui sait si l’autre idiote aurait pu lui servir. On ne savait jamais. Harris avait toujours dit, comme Hamish de ne pas la sous-estimer. Chose qui était bien difficile pour la reine. Elle ne la supportait pas. « Ecoute, c’est pas vrai, j’ai toujours besoin de toi là-bas » tant qu’elle y croyait, Mérida en abuserait. Elle ne comprendrait pas de toutes les façons si on lui expliquait pourquoi Elsa et elle s’amusait à se l’envoyer quand les nerfs commençaient à lâcher. « Y’a encore à manger dans les cuisines si tu veux… Attends ! Tu sais quoi ? Après, je te libère… » ou plutôt elle se libérait elle.

Mérida monta les quelques marches jusqu’au trône, prenant la place de son père et jetait une à une les lettres qu’elle avait déjà lues sur le siège de feu sa mère. Hubert était descendu dans la salle du trône aussi et en voyant Giselle et Mérida face à face, il préféra faire demi-tour. Il attrapa Cly au passage qui comptait prendre le même chemin et les deux hommes préférait éviter et la reine et la princesse.

acidbrain



_________________

Pour me contacter, passez par Briar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
C'est les vacances - Mérida&Giselle.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Naufrage du LERIDA le 2/03/1869 pour Marie-Claire JACQUET
» Marie-Claire
» [Flashback] La mort est la raison finale de tout + Regina&Mérida.
» FAST - « Regarde ce que Drago m’a offert ! » (giselle&anna&mushu) [FT]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No Kindness Left :: Le monde des Contes :: Jungle Green :: Les contrées de la Forêt Enchantée :: Royaume de Dunbroch-
Sauter vers: