AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Tumblr  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fils de qui ? Fils de rien !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Messages : 480
Cœurs enchantés : 5393
Humeur : Au manque de bonté


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Fils de qui ? Fils de rien !   Lun 5 Déc - 22:59


Robin &  Regina
FILS DE QUI ? FILS DE RIEN !


« Elle t’a laissé dans la forêt, puis elle s’est donné la mort ! »

Le cœur de Robin cogna douloureusement contre sa poitrine à l'entente de ces mots prononcés par son maître, son sauveur, cet homme gravé dans son cœur et pourvu d'un rôle qu'il venait de mettre à mal par ses révélations Máistir, malgré les accusations de mensonges continua son funeste récit, alors que Robin laissait entrer en lui de la colère et de la tristesse. De cet homme, cet inconnu qui lui faisait face, il ne voulait plus rien entendre. Chaque mot, chaque regard, semblait chargé de mensonge, plus rien ne faisait sens à présent. « - Tout n'était que mensonge » répéta l'ancien archer du Sherwood. Son regard azur s'était voilé et laissait paraître à présent, une couleur dépourvue de la moindre chaleur. D'un geste mécanique, il se saisit d'une flèche « -Non, je ne veux rien savoir. Soyez maudit ! » furent donc ses dernières paroles avant qu'il ne bande son arc et tire en direction de l'esprit qui lui faisait face. Mais Robin ne pût se satisfaire de son tir, car avant même que la flèche n'ait atteint sa cible, il quitta l'inconscience et le passé pour retrouver le présent et les bras de Regina. Il ignorait tout de la situation, encore moins combien de minutes s'étaient écoulées depuis sa perte de conscience, cependant le regard inquiet de Regina laissait imaginer plusieurs longues minutes de calvaire. Robin tâcha de se redresser après avoir savouré le doux contact de la main de Regina contre son visage. Il n'osa pas la regarder droit dans les yeux, encore ébranlé par les quelques révélations qui venaient de lui être faites.

Les premiers mots furent les plus durs qu'il ait eu à prononcer depuis très longtemps. Et pour cause, le simple fait de placer le verbe « mentir » dans une phrase où Máistir en était le sujet, lui semblait inimaginable du moins avant que ce dernier ne lui fasse voir la réalité qu'il avait tâché de travestir pour mieux le protéger. Mais rien n'y faisait, la colère avait déjà commencé à faire son œuvre, alourdissant peu à peu le cœur du pauvre Robin, qui n'avait même pas senti les mains de Regina se joindre aux siennes. Le regard toujours perdu dans le vide, l'ancien voleur se repassait en boucle ce qui s'était passé de l'autre côté, tandis que Regina tentait d'amoindrir la peine de son voleur. « -Regina ! » Il la regarda avec tristesse et avala bruyamment sa salive avant de continuer non sans quelques difficultés « -Je me fiche d'être ce héros qui a changé la vie de tant de gens. Tout est erroné, plus rien n'a de sens. » Il serra le poing, puis la mâchoire avant d'essayer de se reprendre en se redressant totalement. Peine perdue, son équilibre encore incertain le dissuada d'aller plus loin, l'obligeant à se contenter du rebord du puits. Il secoua ensuite la tête et se massa les paupières à l'aide de sa main gauche. Son cœur continuait à cogner contre sa poitrine avec un peu moins d'intensité. Regina bienveillante, ne put se résoudre à lâcher son compagnon et continua à le couvrir de douces paroles qu'il prit soin d'écouter cette fois.

« -Je sais ce que tu veux faire Regina. Tu cherches à m'apaiser, à faire ce qu'il est logique de faire en de telles circonstances. Je ne peux te blâmer d'essayer, mais à ton tour ne me blâme pas d'être en colère. » Il souffla, marqua une pause et regarda le ciel comme pour se rappeler aux bons souvenirs d'une époque totalement révolue. « Un chevalier obéit à des valeurs. Son cœur ne connaît que la vertu. Son épée défend les démunis. Son bras protège les faibles. Sa bouche méprise, le mensonge. Sa colère déjoue les tours du malin. Ce sermon, il me la répétait des dizaines, peut-être même des centaines de fois. Je ne suis pas révolté, je suis blessé, dévasté, trahit. Certes, il a protégé l'enfant que j'étais, mais j'ai grandi. Aussi cruelle soit-elle, la vérité devait être entendue Regina. J'aurai pu mourir sur le champ de bataille lorsque je servais le roi Richard, sans rien savoir. Il me devait la vérité. Je me fiche de savoir qu'il m'aimait, qu'il voulait me protéger, j'avais le droit de savoir ». Il ferma les yeux essayant de chasser toutes ces funestes images de sa tête. « -Je suis le fruit d'un viol ! Je me fous bien de ce qui peut ou non entraver mon destin à présent. » La mâchoire toujours crispée, il n'osait même plus regarder celle qui faisait tant battre son cœur. Le sol semblait être son seul point d'ancrage. « -Je suis totalement perdu » trouva-t-il la force de murmurer alors que la main de Regina continuait à effleurer son visage. « -Tu sais j'ai l'impression d'avoir lutté toute ma vie pour être quelqu'un de bien. Au fond de moi, j'ai toujours voulu être un héros. Le Destin s'en est sûrement amusé, quand on voit ce que mon géniteur a accompli. Richard Coeur de Lion l'a connu brièvement certes, mais suffisamment pour voir la laideur de son âme. Il lui arrivait parfois de parler de lui. Il le haïssait et grimaçait toujours lorsqu'il prononçait son nom. Je crois que j'aurais été incapable d'être aux services du Coeur de Lion, si la vérité m'avait été transmise. » Une première larme coula sur la joue de Robin, puis une seconde « -J'aimerais tellement continuer à en vouloir à Maistyr pour ses mensonges, mais je n'y arrive plus. Maintenant, je me sens tellement mal. J'ai vu ma mère, elle était si belle. J'aurais tant aimé qu'elle me vois dans ce souvenir, qu'elle me sourit. J'aurai tant voulu lui parler, lui dire ce que j'ai accompli. Puis Maistyr me la montrait au retour du village. Tout était en cendre et elle, elle n'existait plus. Son sourire avait disparu, son regard était vide, son cœur et son âme brisés. Elle était un fantôme avant même de mourir. Elle ne m'a jamais aimé, j'étais son fardeau, le souvenir de toutes ces atrocités perpétraient par Uther Pendragon. Cet enfoiré devenu roi. Je l'aurais tué de mes propres mains si la mort ne l'avait pas emporté. Oui, je l'aurais fait souffrir au moins autant qu'il a fait souffrir ma mère »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1444
Cœurs enchantés : 9378
Humeur : Amoureuse <3


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Fils de qui ? Fils de rien !   Dim 8 Jan - 20:57


Fils de qui ? Fils de rien !
On ne choisit pas sa famille.

Le pauvre Robin semblait passer par tellement de douloureuses émotions, tant de sentiments qui peinaient tout autant Regina qui se sentait impuissante au possible face à la détresse de celui qu’elle aimait tant. Alors qu’elle essayait, le moins maladroitement possible, de lui ouvrir les yeux sur le fait que malgré cette révélation, cela ne changeait pas la personne qu’il était, les paroles de l’archer lui parurent bien amères. Elle ne pouvait certes pas lui en vouloir, il était en colère, et cela se comprenait aisément. Qui ne l’aurait pas été à sa place ? Il essayait de se redresser, mais son équilibre semblait mis à mal par ce voyage brutal au pays des songes et des souvenirs. Regina le soutint aussitôt, pour l’empêcher de chuter, et le laissa ensuite s’appuyer au rebord du puits, ne pouvant réprimer un regard empreint de compassion et de tristesse. Elle détestait le voir ainsi, elle aurait tellement aimé pouvoir faire disparaitre ses souffrances avec sa magie, mais malheureusement, c’était impossible. Et même si cela l’avait été, réfractaire à toute forme de magie comme l’était Robin, il aurait refusé tout net, elle ne savait.

-Je ne te blâme pas d’être en colère, mon Amour… Tu en as le droit.

Elle voulait éviter de mettre de l’huile sur le feu. Il était déjà tellement mal. Il se sentait trahi par cet homme qui avait tant représenté pour lui. Ce Maistyr. Voir Robin dans une telle peine brisait le cœur de l’ancienne reine qui ne savait vraiment pas que faire ou que dire pour soulager celui de son voleur. Quoi qu’elle puisse dire, il rejetait tout en bloc. La belle brune se mordit la lèvre tandis que l’adjoint du shérif fixait le sol momentanément. Il était perdu, il le disait, elle le voyait. Elle posa sa main sur sa joue.

-Oh, Robin…

Elle le laissa parler, il en avait besoin. Et voir des larmes rouler sur ses joues donnait à Regina l’impression que son cœur se fendillait à mesure que les perles d’eau salée dévalaient son visage aux traits durcis par la colère. Une chose positive, si l’on puit dire au vu des circonstances, c’était que Robin admettait qu’il ne pouvait en vouloir plus longtemps à Maistyr. La maire de Storybrooke hocha lentement la tête. Quel horrible souvenir son précepteur avait transmis à Robin.
La colère semblait laisser peu à peu la place à la tristesse. Regina l’écoutait toujours, ce pauvre Robin avait assisté en songe à de bien terribles événements qui eurent lieu bien avant sa naissance et il se sentait si mal, alors qu’il n’y était pour rien. C’était difficile de ne pouvoir amoindrir ses souffrances.

-Je partage ta peine, Robin. Je t’aime, je suis là pour toi. Tu n’es pas ton père, cet être abject n’a rien, absolument rien à voir avec toi. Tu n’es pas responsable des exactions d’Uther Pendragon. Toi, tu as accompli de belles, de grandes choses, tu es un héros, un personne exceptionnelle, et ta mère, si elle avait eu la chance de te connaître, serait fière de toi, tu ne dois pas en douter.

Regina avait conscience que ses paroles, bien que se voulant rassurantes, et surtout véridiques, ne pèseraient pas bien lourd dans la balance, mais elle ne pouvait le laisser ainsi, et elle espérait de tout cœur que son archer serait prêt à les entendre, au sens propre comme au figuré. Lui qui d’ordinaire était le premier à lui faire voir qu’il ne fallait pas se laisser ronger par la vengeance, il tenait à présent des propos d’un tel acabit. Elle avait du mal à imaginer Robin commettre un meurtre. Elle secoua doucement la tête, serrant ses mains dans les siennes.


-Ne dis pas de telles choses. Ton cœur aurait noirci, comme… comme le mien. La vengeance appelle la vengeance, c’est très difficile de sortir de ce cercle.


Bien entendu, elle parlait en connaissance de cause et c’était ce qui l’inquiétait. Fort heureusement, le très méprisable Uther Pendragon avait déjà passé l’arme à gauche, ce qui permettait à Regina d’être rassurée quant aux intentions de son grand Amour. A présent, il fallait qu’il se change les idées, qu’il tâche de remettre de l’ordre dedans, surtout.


-Viens, je vais te ramener à la maison, et tu vas prendre ton après-midi. Tu as besoin de te reposer. Tu veux bien ? demanda-t-elle avec douceur. Ça me rassurerait, insista-t-elle. Je prends aussi mon après-midi, mais je ne resterai pas dans tes pattes si tu as besoin d’être seul. C’est toi qui décides.


De toute façon, ébranlé comme il l’était, il ne pouvait pas retourner travailler. Il n’aurait probablement pas la tête à ça. Il lui faudrait du calme pour encaisser la nouvelle. Se remettre de ses émotions. Regina était prête à tout pour qu’il se sente mieux, il était la lumière de sa vie, elle ne pouvait pas supporter de le voir aussi triste. Elle aurait tant aimé avoir le pouvoir de changer le passer, juste pour revoir son sourire immédiatement.


copyright acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Fils de qui ? Fils de rien !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Mon fils n'écoute rien!
» AIDER MON FILS A SORTIR DE SON ALCOOL
» Fils de politique méritocratie
» Avoir un fils.....
» mon fils de 2 ans "tape des crises"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No Kindness Left :: Bienvenue à Storybrooke :: Quartier Tchaïkovski :: Le puits à souhaits et forêt-
Sauter vers: