AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Tumblr  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mission Skipper - No one gets left behind (Marvin&Kiernan) !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Messages : 566
Cœurs enchantés : 8219


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Mission Skipper - No one gets left behind (Marvin&Kiernan) !   Mar 27 Sep - 15:26

No one left behind !
marvin & kiernan

Voilà plus d'une heure que je tournais dans mon salon comme un lion dans sa cage. Regardant fixement l'aiguille des minutes filé à toute allure sur le cadran de l'horloge, je tentais de rassembler mes esprits après les évènements de l'après-midi. J'avais besoin d'en parler mais surtout d'organiser le grand périple qui m'attendait au coeur de mon royaume de glaces. Je n'avais pas prévu de m'y rendre seul et c'est pourquoi, je tentais d'appeler sans succès mon ami Kiernan pour la trentième fois consécutive. Les sonneries retentissaient les une à la suite des autres sans que je n’obtienne aucune réponse. Une fois de plus, je tombais sur le message plus qu’agaçant de son répondeur. Combien de fois avais-je déjà essayé de l’appeler déjà ? Une bonne trentaine de fois et sans jamais obtenir de résultats probants ! Pour moi c’était une situation inacceptable et je le fis bien comprendre dans dixième message que je lui laissais.

- Bon sang, Kiernan ! A quoi ça te sert d’avoir un téléphone portable si tu ne réponds jamais quand on t’appelle ? Tu sais ce que veut dire le mot « urgence » ? Tu veux que je sois plus clair ? Je me trouve en situation de « Defcon 1 » … si tu as besoin d’une définition du terme, tu la trouveras rangées dans les étagères de ta mémoire fictive entre notre expérience sur le front Irakien et tes serments de loyauté ! J’ai des emmerdes jusqu’au cou et j’ai besoin de toi ! Appelle-moi DÈS que tu auras ce message !

Au fond de moi, je savais parfaitement pour quelle raison il ne me répondait pas ! Ses urgences nocturnes à lui avaient pour nom Grace ou Neïlina… ou toutes autre garce portant une magnifique paire de nibards. A moins qu’il ne se soit trouver un nouveau punching ball pour s’amuser et qui allait forcément finir à moitié mort, publié en fait divers dans le Daily Mirror ! Bien sûr, il ne me venait pas du tout à l’idée de penser qu’en cette soirée de samedi à trois heures du matin, mon vieil ami pouvait se trouver au Psychic Club ou était simplement en train de dormir ! J’en avais assez de me bercer d’illusions alors que je savais que cette pourriture de Hyde lui avait rendu ses souvenirs de psychopathe meurtrier. Alors pourquoi est-ce que j’essayais de lui demander de l’aide ? Il n’en aurait de toute manière rien à faire !

Sortant brutalement de mes pensées, je me dirigeais vers mon laboratoire résolu à régler moi-même ce problème. Je refermermais alors le couvercle de mon ordinateur portable. Dans ma tête, je ne cessais de me ressasser les évènements de la journée. J'avais pris un rendez-vous par Skype en vidéo-conférence pour discuter avec nul autre que Tom McGrath, l’un des génies qui avait mis à l’écran les aventures de mon commando de manchots. Il m’avait fallu des semaines pour que je puisse obtenir un rendez-vous et que quelqu’un puisse croire à ma véritable identité. Il faut dire que prétendre que j’étais l’un des manchots du commando était plutôt osé. C’est pourquoi j’avais pris le temps d'envoyer un e-mail en détaillant toute mon histoire. J’espérais que si l’un des réalisateurs connaissait la vraie histoire derrière le mythe, il finirait par me croire. Finalement McGrath avait cru en ce coup du destin et m’avait contacté. J’avais été ravi de rencontrer cet homme intéressant, qui en plus d’avoir plusieurs cordes à son arc, se glissait à merveille dans la peau et la voix de mon ancien commandant. Nous avions longuement discuté et il avat déclaré connaître notre vraie histoire. Il me révéla alors une vérité à laquelle je ne m’attendais pas. Selon ses études, Skipper n’était pas mort dans le palais de Saint-Pétersbourg comme je le croyais. Peu après que je l’ai quitté et laissé pour mort, les scientifiques ayant mené leurs études sur mon cerveau l’avait capturé et emmené dans la prison où j’avais passé mon enfance pour recommencer leurs expériences. La joie infinie que je ressentais à l’idée de ne pas l’avoir tué avait rapidement fait place à la culpabilité de l’avoir abandonné dans cet enfer cuisant ! Il fallait que je le sorte de là et pour ça j’avais besoin d’aide ! J’avais besoin de mon ancien capitaine et mon meilleur ami pour sauver mon ancien commandant et mon premier meilleur ami ! C’est pour cette raison que je perdais mon temps au téléphone à tenter désespérément de le joindre. Il était le seul homme capable de m’apporter son aide dans cette délicate mission et j’espérais du plus profond de mon cœur, qu’il me resterait fidèle au moins durant les heures qui suivraient.

Je passais toute la nuit enfermer dans mon laboratoire à fouiller dans mes rapports de l’époque, dans l’espoir de découvrir de précieuses informations sur le laboratoire où j’avais passé mon enfance désastreuse. Je parvins à mon but et préparais déjà les plans de ma mission… solo ? C’était bien ce qu’il semblait puisque à 5 heures du matin, Kiernan ne m’avait toujours pas contacté. Comment pourrais-je le lui reprocher ? Il faut dire que je n’y avais pas été avec des pincettes pour lui demander de l’aide. Dans un ultime espoir, je jetais à nouveau une bouteille à la mer espérant que cette dernière arriverait à bon port ! Ma voix était alors bien plus calme et posée.

- Kiernan, c’est encore moi ! Je… je suis désolé te d’avoir aussi mal parler avant. C’est que je viens d’apprendre une nouvelle qui m’a bouleversé… il faut que je parte dans le royaume de Mint Cream en mission et je pensais… enfin j’espérais que je pourrais compter sur toi pour la mener à mes côtés. Ca va te paraître dingue, compte tenu de ces réalités qui se bousculent dans ta tête… je ne voudrais surtout pas empirer la situation… mais j’ai vraiment besoin de toi, j’ai besoin du capitaine Ravens ! Je partirais en mission à 8 heures ce matin. Si tu veux me rejoindre, je ferais le débriefing à 7h30 ! A plus tard, j’espère !

Raccrochant le téléphone, je me remis à la tâche et finis par m’endormir sur mes notes. Je n’avais pas dormi depuis 24 heures… Le bruit singulier d’une clé tournant dans la porte d’entrée me réveilla aussitôt. D’un bond je me relevais de ma chaise et me précipitais vers la barrière de ma mezzanine. Mon visage s’illumina lorsque je reconnus dans les traits de mon visiteur matinal, le visage de mon ancien chef des marines. Descendant les escaliers quatre à quatre, je me précipitais vers lui et sans vraiment réfléchir, je le serrais dans mes bras.

- Je savais que je pouvais compter sur toi. Merci d’être là, tu n’imagines pas ce que ça représente pour moi !

En réalité, je savais très bien ce qui mettait mon cœur en fête. Non seulement, je savais que sa personnalité n’avait pas encore été altérée au point de ne pas chercher à m’aider lorsque j’étais en détresse. Mais en plus, je n’ignorais rien de l’efficacité de notre duo. Cette mission ne pouvait qu’être un véritable succès !

- Va t’asseoir au salon, il faut juste que je passe au labo. Si tu veux quelque chose à boire ou à manger, tu connais le chemin de la cuisine !

Laissant mon ami seul dans le salon, je me rendis rapidement dans mon laboratoire pour rapporter les plans et autres informations nécessaire au débriefing.

acidbrain




Dernière édition par Marvin E. Kandinski le Dim 23 Oct - 0:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 114
Cœurs enchantés : 3718


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Mission Skipper - No one gets left behind (Marvin&Kiernan) !   Mar 27 Sep - 22:12

Comme au bon vieux temps
marvin & kiernan

Il avait reçut un message sur son téléphone, alors qu’il était entrain de finir la vaisselle de ce soir. Le cellulaire reposait sur une étagère parfaitement rangé de sa cuisine. Il allait se pencher pour jeter un oeil au même moment ou Grâce arrivait derrière lui et passaient ses mains sur son torse. « Laisse tomber. Tu l’as feras demain, t’es de repos. Viens, j’ai débouché le vin, j’ai tamisé les lumières et je t’attends pour choisir le film.

_On en est là alors, s’arrêta Kiernan pour poser sa tête sur le bras de Grâce qu’elle venait de passer autour de son cou, dressée sur la pointe des ses pieds.
_Oh arrête. Une brosse-à-dent je veux bien, mais tu ne vas pas me retirer nos petits moments Dvd-canapé-vin-et-sauterie.
_Il est deux heures du mat’… On va s’endormir emmitouflé l’un contre l’autre et là ça dépasse les limites du raisonnable.
_Mais non ! J’ai dis : j’ai tamisé les lumières et sortit le vin. »

Kiernan lâcha sa vaisselle et l’écran de son téléphone venait de se mettre en veille. Le message codé de Marvin venait d’échapper à son attention et il se rendit dans l’appartement de Grâce. Ils avaient quitté le travail plus tôt aujourd’hui. Grâce l’avait quitté plus tôt précisément et avait entrainé Kiernan qui paraissait éreinté ces jours-ci. Et chose étranges, ils ne s’étaient pas vu depuis un moment alors qu’ils habitaient l’un à côté de l’autre. Ce qu’elle ignorait, c’est qu’il s’était isolé un moment chez Marvin, ou qu’il s’était simplement coupé du monde, bien cloitré dans son appartement. Finalement, ils s’étaient endormis au milieu du film, l’un contre l’autre.

Il s’était réveillé aux aurores enfin tiré d’un cauchemar. Il était Kiernan le simple marine à la réelle mémoire effacée et quand il posa ses yeux sur la blonde qui dormait contre son coeur, il était revenu à lui et le choc fut brutal. Elliott venait de voir sa fille collé contre son coeur dans une position lascive qui ne lui donnait qu’une envie, la posséder avec passion car elle lui avait cruellement manqué. Et la culpabilité de le penser et continuer à la posséder alors que Grâce n’était autre que Moira. Le tout mélanger de l’effroi de voir des fantômes de son passés. Fantômes, plus vraiment maintenant et c’était bien une des nombreuses choses qui le rendait si solitaire ces derniers temps. Il se dégagea et allongea Grâce qui commençant à bouger, se laissait malgré tout faire. Il la recouvra d’un plaid avant d’aller dans son appartement. Dans la cuisine, il se servit un grand verre d’eau avec un aspirine. Le visage enfarinée, il attrapa ensuite sa boite de café et vit son fin et large téléphone posé sur le rebord de l’étagère. D’une main, il déposa la boite de café sur la paillasse et de l’autre il activa son portable. Il se frotta les yeux en voyant le nombre d’appel de Marvin. Sans plus attendre, il écouta rapidement ses messages vocaux qu’il avait laissé avec le harcèlement d’appel.

« Rho putain… » furent ses premiers mots de la journée en entendant la détresse de son camarade et en regardant l’heure à son poignet. Il s’en frottait les tempes. Cela aurait été avant, il lui aurait simplement dit qu’il n’avait pas reçus sa fichue lettre. Mais il s’était accroché à ce côté presque reposant qu’avait sa fausse vie et surtout les relations un peu plus saines qu’il pouvait avoir. Inconsciemment surtout, pour conclure il n’allait pas le laisser dans la merde tous seul. L’armée a ce quelque chose de si lobotomisant qu’il était difficile de s’en décrocher de toutes les façons. Après un café, une douche froide et très longue, il s’habilla et parti en avance directement chez son ami. Des lunettes de soleil alors que le temps était gris mais clair et brûlaient déjà sa rétine sensible à cause de la gueule-de-bois. Il fumait une cigarette, vérifiant sa montre en espérant qu’il ne l’avait pas raté. Il ouvrit la porte de la maison de Marvin et la claqua derrière lui.

Son ancien camarade de guerre lui sauta dans les bras. Il se retint un instant, choqué avec son nouveau visage et finit par lui tapoter le dos. « Ca va, ça va… On va pas faire dans le mélodrame. Je suis là… à peu près. J’ai aucune patience et je suis exécrable. Je te préviens. Ca tombe pas au bon moment. Enfin pas le bon matin. Explique… » et Marvin lui dit qu’il allait au laboratoire. Il était parti cherché tous ses plans et notes pour la mission qu’il allait lui demander. Il l’avait vite deviné. Vu comme il avait présenté les choses dans ses messages vocaux. Il soupira et se rendit dans le salon de Marvin pour aller combattre le mal par le mal. Et un Whisky à 7h30 précise, avant de se rendre dans la cuisine pour trouver de quoi grignoter. Il le sentait tellement venir. Son matériel l’attendait dans la voiture. Il avait pris ses armes et d’autre choses bien utiles au cas où. Adossé à la surface de travail, il grignotait quelques biscuits et du pain en fixant le pot de chocolat en poudre. « Mais quel mec peut avoir ça, à part pour sa fille… » avait-il dit avec moquerie dès qu’il entendit les pas de Marvin le rejoindre. « J’avais la flemme de retourner jusque dans le salon. On peut pas faire ça ici ? C’est très bien. En même temps tu me prépare un café, que je fasse passé le whisky. »
acidbrain



_________________

Pour me contacter, passez par Briar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 566
Cœurs enchantés : 8219


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Mission Skipper - No one gets left behind (Marvin&Kiernan) !   Mer 28 Sep - 14:07

No one left behind !
marvin & kiernan

Dès son entrée dans la maison, j’avais sauté dans les bras de Kiernan sans même penser à ma nouvelle apparance. En même temps, mon ami aurait dû être la dernière personne que ce visage aurait dû choquer. A l’époque où nous nous côtoyions à Londres, il avait rencontré Hyde à de nombreuses reprises. Après tout, c’était bien Elliott qui m’avait encouragé à faire sortir le diable de sa boîte ! Chassant de mon esprit cette trop mauvais souvenirs, je m’écartais de mon ami me rappelant soudainement que Hyde n’était jamais bien loin. Serrer Kiernan dans mes bras alors que je refusais presque de prendre les mains d’Anna dans les miennes n’était pas une idée des plus judicieuses. Je m’écartais donc de lui et pris le temps d’observer son visage et les signaux qui m’indiquait la gueule de bois qu’il avait après une soirée arrosée. Je souris un instant, constant avec plaisir que je ne mettais pas tromper sur son programme de la nuit dernière. Au moins, il y avait certaines choses qui ne changeront jamais.

- Tu as raison, mon ami ! Ne perdons pas de temps et commençons de suite !

Sur ses quelques paroles, je partis rejoindre mon laboratoire laissant le champs-libre à mon capitaine. Lorsque je revins quelques minutes plus tard, je le trouvais en train de grignoter des biscuits dans la cuisine, tranquillement adossé à un plan de travail. Je ne pus réprimer un sourire lorsque ce dernier se permit une critique acerbe adressée à une pauvre boîte de boissons chocolatées. Je déposais alors mes plans sur la table.

- Le genre de mec dont la compagne est accrocs au chocolat et qui se soumet galamment à ses besoins de femme enceinte ! La situation est devenue si délicate que j’en regretterais presque tes bouteilles d’alcool posées n’importe où dans la maison…

Ce petit clin d’œil visait à lui rappeler les quelques mois de collocation que nous avions vécus ensemble. Sans l’admettre ouvertement, la compagnie de Kiernan me manquait. Je me faisais beaucoup de soucis pour lui et l’avoir à mes côtés était une manière pour moi de le protéger de ses mauvais démons. De plus, maintenant que Elliott était de retour, je voulais passer le plus de temps possible avec lui avant que du statut d’amis nous ne devenions des ennemis acharnés. Acquiesçant d’un léger signe de tête je lui répondis avec une faux sérieux.

- Ok boss, de toutes manières cela ne changera pas grand-chose. Je t’apporte ton café tout de suite !

Je jetais un instant le regard dépité, ne pouvant croire aux paroles de Kiernan. A peine avais-je eu le dos tourné qu’il s’était déjà servi dans le minibar. N’avait-il pas assez avec sa gueule de bois de ce matin ? Je ne relevais cependant pas mes pensées, l’heure n’était pas à la réprimande. D’autant plus que mon ami n’était pas au meilleur de sa forme. Je préparais donc deux tasses de café bien corsé et déposait l’une d’entre elles devant lui.

- Le café de monsieur est avancé ! Le sucre est sur la table et si tu en as besoin, il doit me rester encore un peu de lait dans le frigo.

Jetant un œil à l’adresse des plans se trouvant sur la table, j’adoptais dès lors une mine plus sombre. Je ne savais pas réellement comme aborder cette histoire. Les premières années de ma vie étaient la seule partie de ma vie dont Kiernan ignorait tout et je craignais qu’il ne me prenne pour un fou dès que j’ouvrirais la bouche. Je pris cependant l’initiative de lui en parler. Les inconnues étaient toujours un problème qui pouvait faire la différence entre l’échec ou la réussite d’une mission. Il était donc très important pour moi d’être totalement honnête. L’homme qui se tenait en face de moi était après tout le plus vieux de mes amis. Il finirait par comprendre et accepter cette réalité plus qu’étrange ! Soupirant légèrement, je bus une grande gorgée de café.

- Avant de te parler de la mission en elle-même, il faut que tu saches quelque chose sur mon passé. Je… je n’ai pas toujours été un être humain ! J’ai passé mon enfance et ma jeunesse sous les traits d’un manchot avant d’être changé en homme.

Relevant alors mon visage à l’adresse de Kiernan, je tentais de deviner dans le regard de mon ami sa réaction devant cette nouvelle improbable. Mes yeux plantés dans les siens, je poursuivis mon récit.

- J’étais un vulgaire cobaye enfermé dans un laboratoire situé au cœur du royaume de glaces dans le territoire de Mint Cream. J’ai été soumis à des tortures innommables par des scientifiques qui avaient pour ambition de développer une arme de destruction massive absolue en boostant les capacités cérébrales de mon cerveau… ce qui expliquer mon instabilité psychologique et la raison d’être de Hyde ! Maltraité j’étais à deux doigts de mourir lorsqu’un manchot membre de l’armée russe m’a sauvé la vie. Skipper ! Ensemble nous avons créé un commando d’élite de manchots et avons livrés de nombreuses missions, notamment pour le compte du tsar Nicolas II de Russie. Ma folie m’a poussé au pire… un jour j’ai pété un câble et j’ai assassiné de sang-froid deux membres de mon unité, dont mon commandant ! Enfin tout du moins c’est ce que je croyais…

Prenant une pause, je bus une grande gorgée de café et poursuivit la suite de mon récit.

- J’ai découvert hier qu’il avait survécu à ses blessures. Des scientifiques l’ont emmené dans le même laboratoire où j’ai passé mon enfance pour poursuivre leurs expériences… Sa mort est certainement celle qui m’a causé le plus de culpabilité durant toute ces années. Et maintenant ça me tombe dessus… S’il y a une petite chance pour que je puisse le retrouver, je ne veux pas la laisser passer. Je suis persuadé que tu me comprends !

Bien évidemment qu’il devait l’être, il avait vécu une situation presque similaire avec sa fille et venait de la retrouver. Il devait forcément comprendre les attentes et les sentiments qui se bousculaient dans ma tête et mon cœur.

- C’est ça l’objectif de la mission, ramener Skipper à Storybrooke ! Et je me disais aussi que… que… non rien laisse tomber !

Au fond de moi, j’espérais que j’en fouillant dans ce laboratoire, je parviendrais à trouver des informations sur l’expérience dont j’avais été le cobaye. Peut-être que j’y découvrirais un remède qui me permettrait de me débarrasser pour de bon de mes démons intérieurs. Mais je n’osais pas en parler à Kiernan… Malgré la confiance que je lui portais, je ne pouvais oublier qui il était et d’où il venait. Est-ce que Elliott m’aurait soutenu dans mes projets ? Portant mon attention sur mon ami, je le regardais avec le plus grand de sérieux.

- Est-ce que tu as des questions à me poser jusqu’ici ?
acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 114
Cœurs enchantés : 3718


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Mission Skipper - No one gets left behind (Marvin&Kiernan) !   Mer 2 Nov - 14:41

Comme au bon vieux temps
marvin & kiernan

Marvin était revenu dans la cuisine et Kiernan lui fit une remarque sur le chocolat. Son ami argumenta que c’était parce qu’il était amoureux. Il roula des yeux en reposant la boite de chocolat en poudre où il l’avait trouvé. « [color=navy]Un corps de bombe avec l’esprit d’une petite fille. Je sais même pas si c’est légal ce que tu fais, vraiment… » Anna est canon, mais qu’est-ce qu’elle peut être conne c’est dingue… Sur ce, il lui demanda sans vraiment trop lui laisser le choix de faire le débriefing dans la cuisine. Marvin accepta volontiers et vint lui déposer une tasse de café. Kiernan regarda le sucre et leva un sourcil sceptique lorsqu’il lui proposa du lait. Il hocha la tête de gauche à droite pour refuser. Il en but une gorgée et regardait son compère déposer les plans sur la table.

C’est alors que l’ami de Kiernan se lança dans les confessions avant de lui expliquer le plan. Il lui annonçait alors qu’il fut un temps, il n’était pas humain. « Un quoi ? » dit-il en avalant presque son autre gorgée de café noir de travers. Puis ce fut plus fort que lui… Il se pinçait les lèvres pour cacher son sourire, et il fuyait son regard pour ne pas rire. C’était plutôt nerveux. Une révélation pareille ça faisait un peu son effet question surprise. Il essayait vraiment de garder son sérieux mais c’était dur. Très dur même avec sa gueule de bois. C’était si… peu croyable. Il avait du mal à se l’imaginer. Il hochait la tête et n’arrêtait pas de se cacher la bouche avec sa main. Marvin continuait son histoire, et lui parlait alors de Skipper et fit une transition sur l’objectif de leur mission. Il lui demandait s’il avait des questions. Kiernan resta silencieux un long moment avant de comprendre qu’il avait droit à son temps de parole. Mais, il était trop occupé à s’imaginer Marvin en oiseau des glaciers. Il se ressaisit un peu et dit : « Oh mec, je suis désolée. Un manchot quoi… Je te vois là, j’imagine pas… Je peux pas. Sinon, je vais rigoler, c’est pas correcte. Je respecte et je suis désolé pour le traitement que t’as reçu, mais laisse moi le temps de le digérer. »

Il se leva pour s’approcher des plans et jetait un coup d’oeil rapide. « Skipper c’est… un manchot aussi ? Tu me demandes d’aller sauver un… animal… Si c’est le cas, il va falloir que je me prépare psychologiquement pour me faire à cette idée » avait-il dit en regardant en l’air comme s’il discutait avec la mère fêlée du jeune délinquant bouclé qui errait en ville. « [color=navy]C’est facile comme mission ? Ou.. Ca va être tendu et chiant ? Dans quoi tu m’embarques. Déroule et je te dirai ce que j’en pense. Au pire ce serait pas pour tout de suite. Car si on a de gros risques d’y rester, je suis pas en état… Demain matin oui. » Il s’accouda sur la table, posant sa tasse de café à proximité. Il attendait les explications de Marvin. « Le si fidèle et courageux Kandinski, ou l’ambitieux et intelligent Dr. Jekyll a été un oiseau qui trébuche sur la banquise et ne sait pas voler… ». C’était plus fort que lui. Il pensait vraiment à une mauvaise blague de son ami. « Comme quoi, je porte trop de jugement aux animaux… » avait-il dit en regard le plan et quelques annotations de Marvin.  
acidbrain



_________________

Pour me contacter, passez par Briar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 566
Cœurs enchantés : 8219


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Mission Skipper - No one gets left behind (Marvin&Kiernan) !   Ven 4 Nov - 0:10

No one left behind !
marvin & kiernan

Lorsque Kiernan m’avait fait une remarque sur la boîte de chocolat, je m’étais senti obligé de rétorquer. Ce n’est pas que je me sentais vexé par sa remarque. C’était plus par esprit de camaraderie. J’aimais bien ces petites joutes verbales auxquelles nous nous livrions de temps en temps. Il n’y avait rien de malveillant dans ce petit jeu. Ce n’était que de petites prises de bec gentillettes qui ne faisaient que confirmer notre affection réciproque. Mon ami ne semblait cependant pas être très convaincu par cette remarque. Cela n’était pas très étonnant compte tenu de sa politique de vie amoureuse. Quoique depuis quelques temps, il semblait s’être stabilisé dans une relation avec la jeune Grace. Ce serait-il subitement assagi ? C’est alors qu’il surenchéri sur une remarque acerbe sur l’intelligence d’Anna qu’il jugeait déplorable. « Anna a beaucoup plus de maturité que tu sembles le croire, je t’assure ! Elle n’est pas très maligne certes mais elle possède beaucoup d’autres qualités… Cela m’étonne de t’entendre dire cela. Depuis quand tu sélectionnes tes conquêtes amoureuses sur la base de leur intelligence ? » A moins que tu fasses une exception pour tes amants ? Je me retins cependant d’ajouter cette phrase, ne voulant pas provoquer Kiernan inutilement face à une situation qu’il n’acceptait qu’à moitié.

Je finis par obéir aux ordres de mon ancien capitaine et après m’être placé en face de lui, jee commençais à lui raconter mon histoire. Mon ami ne cacha pas sa surprise en découvrant la vérité sur mes origines. Sur le moment, cela ne me froissa pas outre mesure. Après tout, j’avais eu des réactions similaires de la part de beaucoup de personnes auxquelles j’en avais parlé. Non, ce qui m’agaçait fortement en revanche, c’était que le moment était terriblement inapproprié. Moi qui était en train de lui ouvrir mon cœur, je me retrouvais devant l’image de mon frère qui se retenait de rire, incapable de passer par-dessus cette trop curieuse révélation. Je poursuivais pourtant mon discours, craignant de plus trouver le courage de continuer sur je m’arrêtais brutalement. Cette situation me mettait mal à l’aise et Kiernan avait dû s’en apercevoir puisqu’après avoir déclaré franchement le fond de sa pensée s’excusa de sa réaction et exprima sa compassion face à mes origines difficiles. Je finis donc par abandonner ce regard noir pour lui sourire amicalement. Je n’ajoutais rien, respectant le besoin de Kiernan de digérer la nouvelle. Je le regardais donc se lever en silence et se diriger vers le plan. L’objectif de la mission lui paraissait tirer par les cheveux et il me lança un regard qui en disait long sur la crédibilité qu’il donnait à mon discours. Mais Skipper n’était pas qu’un animal, il fut un temps où il occupait dans ma tête et mon cœur cette place privilégiée de supérieur et de meilleur ami que Kiernan occupait aujourd’hui. Comment pouvais-je le lui faire comprendre ?

Je me relevais à mon tour en soupirant. "Arrête de me regarder comme si j'étais fou, s’il te plaît ! Je n’ai fait que de dire la vérité. Ce que je te demande en réalité, c’est de m’aider de sauver un de mes frères d’arme des griffes de scientifiques sans scrupule. Parce que manchot ou non, Skipper reste avant tout un soldat qui a risqué sa vie et versé son sang pour protéger des vies innocentes ! Il mérite d’être sauvé comme n’importe quel autre marine !" J’essayais d’éveiller en Kiernan la flamme du capitaine qui brûlait encore quelque part dans sa tête… tentant du mieux possible de lui faire comprendre que l’apparence physique ne devait en aucun cas influencer son jugement.

Je fus soulagé de le voir continuer à s’intéresser à la mission. Cependant, je ne pus l’empêcher de le jauger de la tête aux pieds, ne pouvant que confirmer ses dires. Nous étions en infériorité numérique, nous ne pouvions nous permettre d’attaquer sans être tous deux d’aplomb ! "Non effectivement, je te le confirme ! Tu n’es pas en état de partir en mission aujourd’hui ! J’ignore combien d’adversaires nous auront à affronter mais je sais une chose ; le laboratoire est aujourd'hui aux mains de l'armée ce qui veut dire qu’en face de nous, nous aurons des hommes entraînés au combat et armés. Il vaut donc mieux ne pas prendre de risques. Ecoute, voilà ce qu’on va faire ! On prépare notre mission aujourd’hui. Cela nous donnera l’occasion de bien mettre sur pieds notre plan d’action et on se fera peut-être un petit entraînement cet après-midi après que tu te sois reposé. Tu passeras la nuit ici et demain matin à la première heure nous rejoindrons le Monde des Contes. Est-ce que ce projet te convient ?"

Regardant Kiernan s’accouder à la table, je ne pus m’empêcher de réprimer un sourire en entendant ses paroles. Je ne pus m’empêcher de compléter sa petite remarque. « Toi qui as toujours critiqué mon physique que tu trouvais trop frêle pour un soldat. Pense que lorsque je me suis engagé pour la première fois dans l’armée, je mesurais 50 centimètres et que j’avais un bec et des plumes ! Ca ne m’a pourtant pas empêché de devenir le combattant que tu connais !". Il admit alors qu’il avait peut-être trop d’idées reçues sur les animaux. Je ne pus m’empêcher à cet instant de lui lancer une seconde remarque. « Si tu avais pris le temps de potasser ton histoire militaire tu saurais que les animaux ont toujours été utilisé en temps de guerre en tant que guerriers, espions ou messagers. Si les éléphants, les chiens, les pigeons et les rats deviennent des soldats alors pourquoi pas les manchots ? »

Revenu aux affaires sérieuses, je pris le temps de dérouler les dessins que j’avais fait au cours de la veille. Ils regroupaient toutes les informations que j’avais sur le bâtiment que nous devrions infiltrés, aussi bien sur l’extérieur que l’intérieur du bâtiment. A défaut de savoir combien d’ennemis nous attendraient sur le terrain, nous aurions déjà une longueur d’avance sur l’exploration des lieux.

Carte laboratoire:
 

" Voici un plan du laboratoire tel qu’il apparait aujourd’hui. C’est un camp qui s’étend sur 2 hectares. Il se trouve au milieu de la mer et il ne peut être accessible que par la côte en bateau… Comme tu peux le constater sur le plan, le laboratoire de recherche est entouré de grillages et de tours de garde occupés nuit et jour par des soldats. Il y a en tout quatre étages. Le sous-sol où des camions déchargent chaque jour des marchandises et qui sont rigoureusement fouillés à leur entrée dans le bâtiment. La salle de surveillance pour l’ensemble du bâtiment se trouve au rez-de-chaussée. Les laboratoires qui nous intéressent se trouvent ensuite au premier étage. Tu vois la première des salles en bas à gauche ? J’imagine que c’est là que nous pourrons retrouver Skipper ; dans la salle des cobayes. J’ignore en revanche ce que nous pourrons trouver au deuxième étage. Mon plan était de nous infiltrer en nous réfugiant à l’intérieur de l’un de ses camions de marchandises afin de ne pas attirer l’attention des gardes postés dans les tours. Une fois sur place, notre premier objectif sera de rejoindre la salle de surveillance. Cela nous permettra d’estimer le nombre d’ennemis que nous aurions à combattre et également de mettre HS le système de sécurité. A ce que je sais, toutes les portes s’ouvrent avec des cartes magnétiques ou des digicodes… se sont donc des machines faciles à mettre hors d’usage. Nous pourrons alors accéder au premier étage pour sortir Skipper de sa cage… Tu me suis jusque-là où tu aurais une autre idée à proposer ?"

acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 114
Cœurs enchantés : 3718


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Mission Skipper - No one gets left behind (Marvin&Kiernan) !   Sam 26 Nov - 12:17

Comme au bon vieux temps
marvin & kiernan

Marvin avait défendu Anna en rétorquant qu’elle avait bien d’autres qualités face à son manque d’intelligence. Kiernan ne put s’empêcher de sourire d’un rictus mauvais. « Non ? Vraiment… Je pense savoir. Ses qualités doivent se situer à ce niveau » désigna t-il sa bouche pour accompagner ses paroles avec un rire mauvais. C’était bien sûr plein de sous-entendus dégradant, mais il gardait un peu de tact pour ne pas dire clairement qu’elle devait sûrement bien sucer. Il soupira. Il n’avait pas relevé le reste de sa pique où Marvin l’attaquait ouvertement. Il avait simplement haussé les épaules avant de parler. Il n’avait jamais dit qu’il choisissait des femmes intelligentes. Mais Anna était si puérile. Kiernan n’avait pas imaginé Marvin ainsi, friand de candeur. « Enfin fait ce que tu veux, je pensais juste que… venant toi, tu choisirais mieux. »

Ensuite, ils attaquèrent les grandes discussions. Marvin avait alors exposé son histoire à Kiernan, l’autre qu’il ne connaissait pas loin des rues sombres de Londres. L’ancien chirurgien se retenait de pouffer de rire en imaginant son camarade être rien d’autre qu’un oiseau. Pis encore, un pingouin. Une volaille pataude ! Je comprends mieux son attrait pour les plats de poisson maintenant… Il n’en revenait pas et avait du mal à réaliser. Il ne voulait pas se moquer, mais c’était plus fort que lui. Il avait son naturel aussi, et jamais il n’avait connu de situation cocasse. Il faisait parti de l’élite. Il a toujours été un grand homme, issu d’une grande famille, avec de grandes ambitions. Maintenant, il ne lui restait plus grand chose, si ce n’est sa fille. Et c’était déjà amplement suffisant. Il avait compris la leçon la première fois avec elle. Pas deux fois. Il essaierait de moins passer en premier. Après s’être excusé mais continuant de pouffer de rire et de ne surtout pas réaliser, il écouta l’ébauche du plan. Il lui demandait de sauver un pingouin et là, Kiernan se retenait une nouvelle fois de rire encore plus nerveusement. Il pensait à une blague et espérait fortement au fond de lui qu’il allait lui dire que s’en était une. Mais non. Marvin était plus que sérieux. Malgré tout ça, Kiernan compatissait un petit. Les tortures ce n’était jamais facile à vivre, quelle qu’elles soient. Il en avait fait endurer rien qu’au cours de sa vie de chirurgien, et avait commencé alors qu’il était maudit dans son manoir des Terres du Nouveau Monde. Sans parler que d’utiliser des animaux comme cobaye alors qu’l était chirurgien était monnaie courante chez lui. Puis, il l’avait été lui même psychologiquement, à devoir vivre éternellement entre quatre murs. Plus encore quand on lui demanda la vie de sa fille contre la sienne. Une vie qu’il se devait de prendre lui-même.

Kiernan l’avait longuement fixé, s’approchant non loin des plans, complètement abasourdi. Marvin pesta en disant d’arrêter de le regarder ainsi comme un fou. Le faux capitaine répliqua presque sur le même ton : « Excuse moi ! J’ai pas vraiment l’habitude ! Puis entre nous, même le marine en moi n’arrive pas à se dire que ton Skipper peut-être sauvé comme l’équivalent d’un homme. C’est un animal… » finit-il par lui cracher avec un sourire sarcastique. Il n’était pas ce genre de personne qui avait de l’humanité pour les animaux. Il s’en moquait un peu. Il avait bien ses deux femelles husky, et il appréciait fortement leur compagnie, mais de là à aller les sauver ses deux chiennes captives et torturées… Non. « Je fais ça pour toi si tu veux. Je veux bien t’aider. Mais je te préviens, joue pas ma vie pour un oiseau. » Cela ne voulait pas dire qu’il ferait mal son travail. Au contraire, il se donnerait à fond, mais si ça se gâtait, il n’irait pas plus loin. Qu’ils soient clairs dès le début.

Après ces nouvelles confessions, Kiernan lui avoua qu’il n’était pas en état de faire la mission là maintenant. Cela n’avait pas l’air de trop embêter Marvin qui repoussa au lendemain leur départ pour Mint Cream et lui prévoyait déjà une remise en forme. Kiernan avait roulé des yeux et grogné. A cet instant t il n’en avait pas envie. Ensuite, son hôte lui vanta ses compétences alors qu’il n’était qu’un tout petit animal. Kiernan avait hoché la tête. Il n’en doutait pas et il aurait bien aimé voir ça. Un pingouin doué en combat… Il continua sur le sujets des animaux. Et là, le plus costaud des deux se passa une mains sur le visage : « Ne me lance pas là-dessus. Je reconnais qu’on utilisait les animaux et qu’ils étaient efficaces. Mais tu sais pourquoi des animaux ? Parce que s’ils meurent, c’est beaucoup moins gênant qu’un vrai soldat. De la chair à canon ! Je n’aime pas les animaux plus que ça, pas plus que ma propre vie. C’est tout… » avait-il répondu un peu fermement à cause de la fatigue et la gueule de bois.

Le plus fin finit par lui exposer ses plans avec cartes à l’appui. C’était presque étrange de revoir une carte de l’Autre-monde. Il plaqua ensuite un autre papier par-dessus. Un nouveau plan, celui d’un laboratoire et il illustrait ses explications. Kiernan se pencha à côté de lui et l’écoutait attentivement. Il sélectionnait les mots, comme s’il les soulignait dans sa pensée. Juste des mot-clés pour mieux retenir le stratège et le voir dans sa globalité. Théorie, risque et réalité de la pratique, objectifs à atteindre. C’est comme ça qu’il marchait. Il n’avait pas été aussi fin face aux peau-rouges qu’il avait combattu dans les Terres du Nouveau Monde, c’était une capacité récentes d’un faux vécu.
« Pour commencer, comment ça tu sais pas le nombre d’homme sur place ? C’est pas bon ça. J’aime pas du tout et tu le sais très bien. Tout doit être maitrisé au maximum… » commença t-il et c’était le marine qui parlait. « Après, si on se fait choper dans les camions une fois arrivés, on fait quoi ? On dézingue tout le monde ? » Puis il s’adossa contre la table, buvant quelques gorgées de café. « Qui s’occupe de ce laboratoire ? On n’y fait quoi là-bas exactement ? ... Je pensais : et si on la jouait sous couverture ? Et si, on était convié à ce laboratoire. Je te rappelle que j’étais connu pour investir dans des expériences un peu douteuses et peu éthiques. Mon nom pourrait encore marcher… » avait-il un début d’idée, mais il aimerait en savoir plus avant de s’avancer trop vite.
 
acidbrain



_________________

Pour me contacter, passez par Briar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 566
Cœurs enchantés : 8219


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Mission Skipper - No one gets left behind (Marvin&Kiernan) !   Sam 26 Nov - 19:05

No one left behind !
marvin & kiernan

Le début de notre conversation s’était tout naturellement orientée vers Anna. Je savais depuis un moment que Kiernan n’appréciait Anna qu’à moitié et ses propos pouvant être aussi moqueurs que cruels ne faisaient que le confirmer. Je me montrais parfois véhément lorsque l’on venait sur le sujet, mais aujourd’hui je n’avais vraiment pas envie de me prendre la tête avec ce problème. Levant les yeux au ciel après sa première remarque, je pris le parti d’en rire plus que de m’énerver. Entendre ces sous-entendus de la bouche-même de mon éternel amant avait quelque chose d’étrange et de cocasse à la fois. Je finis par faire de l’autodérision et éclata d’un petit rire cristallin. " Je crois que tu te trompes. Sa seule qualité dans ce domaine est d’ignorer mes propres lacunes… Il est facile de faire passer un amant pitoyable pour un dieu vivant lorsqu’il arrive après un trappeur puant et zoophile d’Arendelle. " Ma colère s’estompa au moment où mon ami déclara que j’aurais sans doute pu mieux choisir, m’apportant en quelque sorte son approbation. Levant un instant les yeux au ciel, je fis mine de réfléchir me rappelant des propos de mon ancien capitaine "Comment tu disais déjà, une femme parfaite… pas très belle, mais pleine de charme avec des lunettes et de l’esprit ?... Je te promets que si Anna me quitte un jour, je prendrais le temps de te consulter avant de me lancer dans une aventure avec ma nouvelle compagne… ou mon nouveau compagnon, je n’ai toujours pas écarté cette éventualité !" A ces mots, je souris pensif et détournais le regard. Je n’osais pas clairement admettre qu’une réplique de Ravens améliorée à la fois fidèle et honnête me conviendrait à merveille, cela n'aurait fait que flatter son égo.

Après ces quelques paroles échangées, j’abordais le sujet de mes origines et ces aveux difficiles ne furent en rien simplifiés par le comportement de mon ex-officier supérieur. Au contraire, plus je parlais et plus mon estomac se nouait. Je connaissais Kiernan depuis des années mais à cet instant-là, j’avais plus l’impression de me retrouver face à un Elliott froid et cruel et que je haïssais par-dessus tout plutôt que devant mon meilleur ami ! Ne pas faire l’amalgame était très difficile pour moi et j’avais beau tout faire pour garder confiance en lui, je ne voyais que l’inévitable réalité qui approchait à grand pas. Franchement, est-ce qu’il réalisait le mal qu’il me faisait à l’instant ? Il ne connaissait pas Skipper, mais il me connaissait, moi. Je ne pus empêcher de retenir cette hargne qui bouillonnait au fond de moi. "Tu te rends compte de ce que tu es en train de me dire ? En traitant ainsi mon espèce c’est comme si tu m’insultais moi ! Parce que, que tu l’admettes ou non, je reste le manchot que j’étais lorsque je suis né ! T’entendre parler comme ça c’est comme si tu me disais que tu ne ferais rien pour moi si je me retrouvais dans une telle situation… Est-ce-que tu réalises à quel point ça me fait mal ?" Je m’étais détourné un instant, juste le temps de pouvoir reprendre mes esprits. Je ne voulais pas m’emporter ainsi mais la situation était loin d’être simple pour moi. C’était de mon commandant dont nous parlions à l’instant… et imaginer les tortures qu’il avait subi toutes ces années, c’était comme me replonger au cœur du cauchemar que j’avais vécu durant toute mon enfance.

Je ne pouvais pas en vouloir à Kiernan. Il faisait son possible pour admettre la situation et c’était loin d’être évident. Le tact et la diplomatie n’avaient jamais fait partie de ses qualités premières. En revanche, son courage et son esprit d’analyse étaient restés intactes. Même s’il ne suivait pas mon point de vue, je ne trouvais rien à redire à la fidélité qu’il me témoignait en cet instant. Je tournais alors mon visage en direction de mon ami et repris l’attitude fière et déterminée qui saillait bien mieux à un marine. " Je suis vraiment désolé... je te jure je voulais pas dire ça. Mets ça sur le compte du fait que je n'ai pas dormi depuis deux jours... Je te remercie, mon frère. Ton dévouement me touche beaucoup... J’ai vraiment besoin de ton aide dans cette mission. Je veux que tu en en mains l'opération ! Je ferais de mon mieux mais je serais loin d’être objectif ! Si l’on se retrouve dans une situation intenable, je compte sur toi pour garder la tête froide et mettre fin à cette mission ! Je sais que tu seras le seul capable de me faire entendre raison dans une pareille situation ! ". Je m’approchais alors de lui et posa une main sur son épaule. Je lui adressais alors un sourire qui se voulait compatissant. " Tu crois réellement que je serais capable de partir avec toi en mission si je n’avais pas la certitude qu’on peut s’en sortir vivants ? Je suis ton second… tu te rappelles ? En tant que tel, j’ai pour devoir de veiller à ce qu’il ne t’arrive rien quel qu'en soit le prix à payer. Crois-moi, je tiendrais cet engagement ! "

Je confiais alors à Kiernan le programme de la journée qui ne semblait guère le réjouir. Dans son état, cela n’était pas surprenant mais cela ne m’arrêterait pas dans ma détermination. Je savais me montrer têtu dans ce genre de circonstances et puis après tout, j’avais toujours agi de la sorte. Je ne portais pas attention aux prochains propos de mon ex-capitaine. Il avait raison, les humains étaient si imbus d’eux-mêmes qu’ils se croyaient supérieurs au reste des animaux en tout ! Maintenant que j’y pensais, ce n’était pas à un fervent chrétien comme Kiernan que je pourrais faire entendre raison, la Bible participant elle-même à ce complexe de supériorité. D’ailleurs en y repensant, Cela justifiait beaucoup de ses réflexions sur le sujet.

Je déployais alors la carte du laboratoire et lui donnait les grandes lignes de mon projet et de ma stratégie. J’eus une légère boule à l’estomac lorsque Kiernan contredit tout mon joli projet. Le génie du groupe cela avait toujours était moi, tout du moins jusqu’à maintenant. Est-ce que cela signifiait que ma cervelle s’était brutalement ramollie ? Ravalant ma fierté, je ne pouvais qu’admettre que mon officier supérieur avait raison. Nous n’avions pas les moyens de nous battre face à une troupe armée jusqu’aux dents. Il valait mieux pour nous que nous la jouions finement. Une mission sous couverture n’était pas une si mauvaise option que cela… Je ne pus m’empêcher de sourire face aux premières affirmations de mon ex-capitaine." Tu serais donc devenu diplomate ? Comme quoi tout arrive… Personnellement, je n’ai rien contre le fait de tuer tout le monde, surtout que ces hommes l’ont amplement mérité mais si tu préfères la jouer plus finement… cela me convien tout à fait ! L’avantage c’est qu’une fois arriver là-bas, nous aurons tout à loisir d’analyser plus clairement la situation pour mieux agir par la suite. Ce laboratoire appartient à l’armée donc ses projets sont avant tout tournés vers des opérations militaires… développement d’armes révolutionnaires, travaux sur l’amélioration des capacités physiques et psychiques de soldats… Il faut voir ce laboratoire comme ceux de la Russie durant la Guerre Froide. Ils livrent une guerre technologique contre tous les Royaumes et bien évident la science qui règne en maîtresse dans le royaume de Grey Cloud les intéressent plus que tout. Tu pourrais peut-être employer ça à ton avantage, Monsieur le grand chirurgien de Londres ! Glisse-toi dans la peau d’un scientifique blasé qui s’est vu rejeté l’avancée de ses recherches miraculeuses par ses pairs et est prêt à passer à l’ennemi. Crois-moi, je connais le monstre qui dirige ce laboratoire, Igor Bolotine, cette histoire va lui plaire. Il est passé par les mêmes épreuves, c’est le meilleur moyen d’y parvenir. Je me ferais passé pour ton assistant et profiterais de ta diversion pour demander à voir les cobaye du laboratoire et là on en profitera pour agir... le seul soucis de ton plan c'est qu'on arrivera désarmés sur place. Ca pourrait être imprudent si jamais ils venaient à flairer l'arnaque... Alors soit je prends la diversion en main en me présentant en tant que Marvin Kandinski en apportant des prototypes d'armes... un ingénieur en armement s'intègrerait parfaitement dans cet univers. En tant que tel, il pourrait très bien être accompagné d'un garde du corps. Après tout, il est dangereux de se promener seul lorsque l'on parcours le pays avec des plans d'armes dans ses valises."

acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mission Skipper - No one gets left behind (Marvin&Kiernan) !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mission Skipper - No one gets left behind (Marvin&Kiernan) !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» émission des maternelles sur les punitions avec Claude Halmos
» recherche émission tv/vivre avec 100 objets
» Émission toc toc toc
» Parlez-vous Normand... l'émission. Et la chronique.
» Décès de Peter Graves, héros de la série Mission Impossible

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No Kindness Left :: Le monde des Contes :: Mint Cream :: Les Royaumes de Glace :: Les Terres Gelées-
Sauter vers: