AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Tumblr  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Emma Swan || Love is a part of all happiness and you have to be open to that.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Messages : 100
Cœurs enchantés : 1518


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Emma Swan || Love is a part of all happiness and you have to be open to that.   Jeu 22 Sep - 15:25


Emma Anna Swan
I have [a family] and it spans three generations and 400 years.



Nom, Prénom(s) : Emma Swan. Emma Anna Swan, en vérité, pour l'état civil, mais "Anna" ne signifie absolument rien pour moi.

Âge : 32 ans, même si j'ai parfois le sentiment d'avoir vécue autant d'années et de vies différentes que mon vieil amour.

Date & Lieu de naissance : le 23 Octobre 1983 quelque part dans le Maine. Si la date pourrait être considérée comme bonne, n'ayant que quelques heures de vie lorsque je suis arrivée dans ce monde-ci, la vraie localisation est la Forêt Enchantée, dans le palais de ma mère, la reine Blanche Neige.

Conte : Aucun, aurais-je dit il y a quelques mois, mais aujourd'hui, j'ai décidé d'assumer pleinement que je proviens du conte Blanche Neige et les Sept Nains.

Personnage : Je suis la fille de la fameuse Blanche Neige et de son Charmant de prince. Et ils ne ressemblent en rien aux personnages de Walt Disney, je vous l'assure.

Orientation & Statut : Malgré ma promesse de ne pas m'attacher et de ne vivre que de relations physiques hétérosexuelles, mon statut amoureux serait plutôt "compliqué". Je suis amoureuse. Follement, totalement et irrévocablement amoureuse de Killian Jones, alias Crochet. Maintenant, je dois me faire pardonner et lui prouver que je veux vivre ma vie entière avec lui.

Groupe : L'écrivain

Un camp en particulier : Honnêtement ? Celui du bien. Celui qui sauve un maximum de vie et évite au plus les carnages inutiles. Celui qui protège ma famille, mes amis, les gens qui pourraient être considérés comme mon peuple. Je suis la Sauveuse, celle qui est censée ramener les fins heureuses. Quiconque vise ce but peut prétendre à m'avoir dans son camp.

Pouvoirs :
Pouvoir de protection : Il semblerait que ça soit mon pouvoir pour l'heure le plus puissant... et encore, je ne le contrôle qu'à peine. Il protège principalement mon cœur, l'empêchant d'être arraché contre ma volonté et il m'arrive parfois de pouvoir créer des barrières repoussant les méchants quand on s'attaque à ceux que j'aime. La force de l'amour dirait ma mère avec des cœurs dans les yeux. Sans doute l'aspect principal de mon statut d'enfant du véritable amour.
Option briquet : Il s'agirait en fait de la capacité de contrôler les éléments d'après Regina, mais à l'heure actuelle, à part allumer les bougies, le feu de camp ou faire déborder le chocolat chaud dans une tasse quand on me met en colère, je ne sais pas faire grand-chose.
Détecteur de mensonge : Rien de magique là-dedans, même si j'aime l'appeler "mon super-pouvoir". En vérité, ça n'est ni magique, ni une science exacte, juste une habileté particulière à lire le langage corporel des gens. Une nécessité pour survivre dans Le Système. Il n'a donc rien d'infaillible, les élans de mon cœur pouvant facilement contrecarrer mes intuitions premières.

FEAT JENNIFER MORRISON



Que penses-tu de la politique actuelle des choses ? 
Es-tu au moins au courant de ce qui se trame ?
J'ai été absente, pendant très longtemps, trop longtemps. Peut-être que si j'étais restée... Peut-être que si j'avais joué mon rôle... Mais la vie est pleine de regrets et le fait est que la situation actuelle est complexe et franchement, je n'en ai pas saisi toutes les nuances. Je sais juste que plusieurs puissances s'affrontent et que le monde des contes tremble sous le feu de plusieurs conflits. Tout ce que je veux, honnêtement, c'est mon chez moi, la sécurité de ma maison, ma famille et mes amis. Protéger Storybrooke. Protéger mon chez moi et les gens qui y vivent, c'est tout ce qui m'importe... Sauf que je suis dans le camp des héros. Je suis la Sauveuse et je dois protéger les fins heureuses. Toutes les fins heureuses. Henry ne me l'a que trop souvent répété. Je sais que je vais devoir m'impliquer. Je sais que je vais sans doute devoir faire des choix, comprendre tous les ressorts des conflits actuels, découvrir quel camp est plus héroïque que les autres, mais sincèrement, pour l'instant, mon esprit est encore trop ailleurs. Je n'ai que Killian en tête. Je dois le retrouver. Je dois m'assurer qu'il va bien et je dois m'assurer qu'il est en sécurité, tout comme ma famille, tout comme Henry, pour ensuite pouvoir faire ce que j'ai à faire. Pour ensuite pouvoir jouer mon rôle de Sauveuse. Ensuite, je devrais sans doute prendre clairement position et affronter les vilains, parce que c'est ce que font les héros : ils protègent les innocents et ils s'allient aux autres héros. Qui est bon dans l'histoire ? Qui ne l'est pas ? Tout est encore un peu flou...


Anecdotes & Caractère

D'aucun diront que j'ai un caractère bien particulier, avec lequel il faut composer si on veut pouvoir persévérer à vivre à mes côtés. C'est sans doute un peu vrai... Ou peut-être même totalement. Solitaire depuis toujours, j'ai un mal fou à accorder ma confiance. Pour la mériter, il faut savoir la gagner au prix de nombreux efforts. Oui, je peux parfois sembler sans cœur, un vrai mur de pierres, mais j'ai trop souffert par le passé pour ne pas me protéger, ou accorder des secondes chances. Oui, je me protège. Loin de mon cœur et la souffrance ne fera pas partie de ma vie. C'est ce que je me suis toujours dit. J'ai passé ma vie à bâtir des murs de plus en plus solides, pour résister à la peine d'avoir été abandonné, pour survivre aux trahisons, pour survivre tout simplement... Parce que seule, sans rien, survivre nécessite des sacrifices et ceux du cœur deviennent vitaux. J'ai donc passé ma vie à fuir. Fuir les gens qui pouvaient vouloir m'approcher. Fuir encore plus vite les gens qui parvenaient à fissurer mes murs.

J'ai la prétention de me penser intelligente, même si je n'ai pas été très longtemps, ni très sérieusement à l'école. L'intelligence se mesure sur d'autres plans que ceux d'un bout de papier qui nous dit diplômé. Moi j'ai très vite appris la débrouillardise, la survie, par les jeux de mains qu'on appelle vol et par le brio des plans d'évasions. C'est que j'ai toujours été déterminé à vivre, peu importe combien c'est parfois difficile. Je n'avais peut-être rien, ni amis, ni famille, mais j'avais au moins le mérite d'exister et d'avoir su gérer ma barque sans l'intervention de quiconque. Oui, je suis sans doute assez indépendante aussi. Foutrement bornée disait un de mes amants. Irrationnellement bornée disait un autre, un peu plus poli. Il parait que c'est encore pire quand les raisons du cœur sont en jeux et que je me décide à ne pas m'enfuir. L'amour et l'attachement seraient mes plus grandes faiblesses. Je les considère parfois comme des forces, même s'il est vrai que par amour, je pourrais faire de grosses bêtises : Comme fuir... ou désormais, choisir de rester...  

~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~

☆ Mes objets fétiches ont de fortes symboliques pour moi. Ainsi, ma veste en cuir me rappelle tous les jours que les gens voient la femme forte que j'ai construis avec les années. Ma coccinelle jaune est ce qui a longtemps été le plus proche d'une maison pour moi. Mon premier pendentif (un simple cercle au bout d'une chaîne) représente mes premiers espoirs déchus, le symbole celtique ancestral des cygnes, des Swans, la famille qui aurait dû m'aimer pour toujours. Le second, porte au bout de sa chaîne le porte-clé gravé d'un cygne que Neal m'avait offert, le rappel constant que la confiance finit toujours par apporter la trahison. Autour de mon poignet gauche se trouve le lacet de Graham, pour me souvenir que parfois, peut-être parfois, la confiance n'apporte que du bon, même quand la fin est des plus malheureuses. Il cache en partie le tatouage de fleur que j'ai fait lorsque j'avais quatorze ans, un autre symbole qui n'appartient qu'à moi.

☆ J'adore le chocolat chaud avec de la cannelle. Un goût hérité de ma mère, que j'ai également transmit à mon fils. Sans doute que j'en buvais beaucoup trop pendant ma grossesse.

☆ En dehors des objets précédemment cités, j'ai toujours voyagé avec peu de choses. Un sac de voyage contenant le peu de vêtements en ma possession et une boite en carton contenant toutes mes possessions : la couverture de bébé dans laquelle j'ai été retrouvée et portant pour broderie mon prénom, une caméra que j'avais volée à l'âge de quatorze ans, une boite en bijou en bois qui fut un de mes seuls cadeaux d'anniversaire, une photo de Neal et moi, mes anciennes lunettes de vue, une bague à pierre bleu dont j'ai oublié l'histoire et quelques bracelets de fils ou de perles offert par des enfants croisés à l'orphelinat.

☆ J'ai de nombreuses cicatrices sur le corps. Tant que je ne saurais les compter. Pourtant, je me surprend parfois à connaître exactement l'histoire de chacune d'elles.

☆ Avant, j'avais un goût plus prononcé pour la tequila, mais j'avoue avoir un faible tout particulier pour le rhum depuis qu'un certain pirate est entré dans ma vie.

☆ Je rêve souvent d'un monde où Henry aurait un petit frère ou une petite sœur et où ma fin heureuse ne m'aurait pas été arrachée. Chaque matin, lorsque les brumes du sommeil ne se sont pas encore évaporées, j'oublie que ce n'est qu'un rêve et que c'est ma vie qui est le cauchemar. Puis les draps froids et le vide dans le lit à mon côté me ramène à la réalité.


Pseudo : Lil
Prénom : E.
Âge : 25 ans
Loisirs : bader devant OUAT, Ecrire, rêver, bosser (bon, c'est pas un loisir, mais quand on est passionné et qu'on a pas le choix de de faire boulot/dodo, hein XD)
Crédits de la fiche : tumblr (gif 1), horan. (vava 1) fanpop (gif 2)
Code du règlement : OK by Regina
Que penses-tu de NKL ? : J'aime l'univers alternatif qui y est proposé Coeur J'ai hâte de commencer à RP.
Comment as-tu connu le forum ? : via PRD
Besoin de parrain/marraine ? : Heu... I don't know XD



Dernière édition par Emma A. Swan le Jeu 22 Sep - 19:11, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 100
Cœurs enchantés : 1518


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Emma Swan || Love is a part of all happiness and you have to be open to that.   Jeu 22 Sep - 15:25

Histoire
I guess my armor's been on for such a long time that sometimes I forget that I don't need it with you.

Save her, save us.
THE ENCHANTED FOREST - THE ENCHANTED FOREST - THE ENCHANTED FOREST
Il y a des histoires qu'on conte comme de grands récits historiques. D'autres qui sont tels des contes de fées. D'autres encore que l'on raconte par des anecdotes. De grands moments entrecoupés de longs moments de rien. Et puis il y a les histoires qu'on raconte le cœur lourd, lorsque l'esprit est embrumé par les ivresses du désespoir, comme un rappel que la vie est une garce ou comme la preuve ultime que notre vie n'est pas si rude, comme pour se consoler de notre pauvre misère. Seulement ces histoires-là, ce sont les histoires comme la mienne...

Tout aurait pu commencer comme un conte de fée. Il était une fois, dans un monde enchanté, une belle princesse et son prince Charmant. De leur amour véritable si pur naquit une enfant, une douce et belle princesse destinée à devenir la reine d'un royaume pas forcément paisible, mais aimant son roi et sa reine de tout son cœur. Sauf que la belle histoire de conte de fée se transforma en drame sans fin bien avant même la naissance de la belle princesse, quand sa reine de mère et son Charmant luttaient encore pour récupérer le royaume de celle que tous connaissaient sous le nom de Blanche Neige. La Méchante Reine jura que jamais elle n'aurait de repos tant que Blanche Neige serait en vie et aimé de tout son royaume et de son échec grandit une plus grande soif de vengeance envers celle qui, bien que douce et pure, fit de sa vie une suite de peine et de souffrance.

Vaincue par Blanche Neige et Charmant, la Méchante Reine jura de détruire les fins heureuses du royaume tout entier et lança un terrible Sort Noir qui envoya tout le monde dans un monde où les fins heureuses n'existaient pas. Pour sauver leur peuple de ce drame, Blanche Neige et Charmant décidèrent d'envoyer la femme enceinte dans ce monde, avant que la malédiction ne les touche et ne les emprisonne, l'enfant qu'elle attendait étant destinée à être la Sauveuse de leur monde, celle qui briserait la malédiction. Mais Blanche accoucha avant d'avoir pu prendre la fuite et c'est seule, toute nouvelle en ce monde, que le bébé fut envoyé dans cet autre monde. Ce monde sans magie devant accueillir les victimes de la Malédiction de l'horrible Regina. Et ce bébé n'était nul autre que moi : Emma. Un bébé enroulé dans une couverture portant ce nom comme unique indice de l'histoire qu'était la mienne avant ma naissance.



Please don't lie to me, don't leave me.
BOSTON - NEW YORK - MAINE - EAST COAST - TALLAHASSEE - BOSTON - STORYBROOKE
Le reste de l'histoire n'a rien de glorieux, ni rien de féérique. Enfant retrouvée abandonnée sur une route isolée du Maine, je fus miraculeusement trouvée avant que la mort ne me prenne, en compagnie d'un petit garçon bien incapable de dire aux autorités qui nous étions et ce que nous faisions là. Alors comme tous les enfants abandonnés de ce monde hostile, nous fûmes placés dans un orphelinat, enfant non désiré en attente d'une famille en quête d'un enfant à aimer. Mais le garçon n'était pas si bon gardien que cela et rapidement, il disparut et sa présence à mes côtés dans le début de cette injuste vie fut oubliés, même dans les papiers racontant mon obscure histoire.

A l'orphelinat, je grandis bercée de belles histoires de familles aimantes accueillant de pauvres enfants dont personne ne voulait, je m'inventais même une belle histoire où mes parents m'avaient abandonnée pour sauver le monde, rêvant du jour où ma mère viendrait au volant d'un bus pour sauver tous les petits orphelins du coin. Mais les histoires ne durent pas et dans ce monde qu'est celui des services sociaux, on apprend vite à comprendre que le monde n'est pas juste et que les contes de fées ne sont que des histoires pour endormir les enfants bercés d'illusions par des parents aimants et protecteurs.

Toute mon enfance se résuma alors en une succession de familles d'accueil, de foyers et d'orphelinat et mes espoirs d'un jour devenir fille d'adoption s'envolèrent à mesure que le nombre de famille prête à m'accueillir pour un temps décollait. Alors, à l'âge de 14 ans, je pris la fuite à mon tour, décidé à ne vivre que par moi-même, telle l'enfant non désirée que le monde me renvoyait sans cesse.

Sur la route, je fis la rencontre d'une autre orpheline : Lily... Du moins, c'est ce que je croyais, car lorsqu'elle nous trouva gîte dans une maison d'été, il se révéla que la maison appartenait à ses parents adoptifs. Des parents qui l'aimaient, mais qu'elle, elle ne voulait pas aimer. Elle l'orpheline ne réalisant pas sa chance d'avoir une famille qui la désirait. L'amitié se brisa vite, le retour dans le système fut immédiat et brutal et les familles se succédèrent à nouveau, certains même oubliés, comme effacés de ma mémoire.

Puis vint la majorité et avec elle, la fin de ma « prise en charge ». La rue à laquelle on m'avait arraché quand je l'avais rejointe volontairement fut à nouveau mon unique maison, cette fois-ci sans que je n'y sois aucunement prête. Heureusement, les enfants du Système sont débrouillards et je pensais plutôt bien me débrouiller, jusqu'à ce que je LE rencontre.

Lui, il s'appelait Neal. Neal Cassidy. Il était un enfant des rues, lui aussi et il souffrait des mêmes blessures que moi. Deux âmes esseulées trouvant une nouvelle définition de « maison » en se perdant ensemble. Avec lui, je crus avoir enfin mon chez moi, cet endroit si spécial où les gens se sentent bien, en sécurité et aimé. Il me fit croire à un avenir, un Tallahassee plein de promesses, loin de notre vie de Bonny and Clyde qui nous rendait heureux, mais toujours sur la brèche. Mais une fois de plus, la chute fut brutale, la vérité violente. Parce que le monde réel n'accorde pas de fins heureuses. De Neal, il ne me resta que du regret, de la rancœur, onze mois de prisons et un bébé...

Les enfants qui grandissent sans parents ne sont pas les meilleurs du monde pour penser à la contraception et bien que l'histoire soit triste, elle n'était pas inédite. Je ne fis que rejoindre les tristes statistiques de plusieurs études qui, au fond, n'intéressent pas grand monde. Alors, quand mon bébé vint au monde, je fis la seule chose que je pouvais faire, la seule chose que je m'étais pourtant juré ne jamais faire : Je mis mon propre enfant dans ce système qui avait détruit mon enfance, priant pour qu'il ait la chance que je n'avais jamais eu et qu'il trouve rapidement une famille qui l'aimerait plus qu'ils n'auraient jamais aimé un enfant biologique qu'ils ne pouvaient avoir. Je priais longtemps, tous les soirs pendant des jours, des semaines, des mois, jusqu'à ce que j'oublie. Jusqu'à ce que la blessure passe au second plan, les difficultés quotidiennes de la vie reprenant le pas sur toute ma vie.

C'est finalement la perte de Cleo qui me sortit de la rue, son bref passage dans ma vie bousculant à jamais ma vision des choses et de ce que je devais faire pour survivre dans ce monde. Quittant la rue, le vol, la misère, pour faire quelque-chose de ma vie. Utilisant son matériel et son enseignement, je devins garante de caution, attrapant désormais ces fuyards dont j'avais un jour fait partie. Et qui de mieux qu'une ancienne reprise de justice en fuite pour trouver un repris de justice en fuite ?



Really ? They're real ?
STORYBROOKE - STORYBROOKE - STORYBROOKE - STORYBROOKE - STORYBROOKE
Les choses furent plus simples, mais pas moins solitaires. Pendant dix ans, cette vie fut la mienne. Traquer des délinquant, gagner de l'argent pour payer mon appartement à Boston, la nourriture, les verres. Trouver un amant, à l'occasion, quand le besoin de chaleur se faisait ressentir. Et rêver. Beaucoup rêver. Rêver d'une vie où j'aurais une famille, des parents aimants, un enfant intelligent, un amour transcendant. Je n'aurais jamais osé l'avouer, à l'époque. Avouer rêver aurait été avouer une faiblesse, mais je ne pouvais m'en empêcher. Je ne pouvais penser à autre chose qu'à cette vie que je n'avais pas. Qu'à ces vies normales et pleines d'amour que je voyais dans les rues, dans les parcs, en bas de mon immeuble. J'aurais aimé avoir cela ou juste quelqu'un. Je me serrais contentée d'une personne. Je me serais contentée de Neal. Je me serais contentée de juste notre enfant. Mais Neal avait menti et mon fils était arrivé au mauvais moment.

Arriva-t-il au bon moment, dix ans plus tard, lorsqu'il sonna à ma porte ? Je n'en sais trop rien. Mais ma vie changea une nouvelle fois du tout au tout. Ce petit bonhomme d'une dizaine d'année bouleversa mon monde une première fois et j'étais bien loin de m'imaginer de combien elle allait changer par la suite. Il m'amena à Storybrooke, fit chavirer mon cœur au point que je décidais finalement d'y rester, juste un peu. Juste le temps de m'assurer qu'il avait tout pour être heureux. Que je ne l'avais pas arraché à ma vie pour rien. Puis je restais finalement pour plus longtemps, parce qu'aussi folles soient ses allégations, il avait raison sur toute la ligne. J'étais la fille de Blanche Neige et du Prince Charmant. Sa mère adoptive était la Méchante Reine et la ville toute entière était le fruit d'une malédiction de cette dernière visant à détruire le bonheur de mes parents. J'étais la Sauveuse et je devais briser la malédiction et rétablir les fins heureuses. Je mis des mois à le réaliser, encore plus à l'accepter, mais cette vérité s'imposa à ma vie comme la solitude et l'abandon s'étaient toujours imposés.

Briser la malédiction n'était cependant pas la fin, mais le début de l'histoire. Parce que les héros ne trouvent jamais le repos. Parce qu'un happy-end se mérite, mais que sa pérennité se mérite encore plus. A peine la malédiction brisée, un portail nous aspira, Mary-Margaret, Regina et moi, en direction de la Forêt Enchantée. Un retour aux sources pour les deux ennemis intimes, une nouveauté des plus perturbantes pour moi, la fille ayant grandi dans la ville de Boston. Je devais bien l'avouer, j'étais perdue dans ce monde et rien ne me semblait naturelle. Ni le village plein de cadavres au cœur arraché, ni la forêt pleine de dangers magiques, ni la tige de haricot montant jusque dans les nuages pour rejoindre le royaume des géants. Des géants ? Vraiment ? Emma Swan, l'orpheline de Boston, grimpant sur une tige de haricot en compagnie du Capitaine Crochet pour voler une boussole magique à un géant... Rien que cette phrase aurait suffi à me convaincre d'aller consulter et de demander à des médecins de ne jamais me laisser sortir de l'asile. Sauf que c'était ma vie, désormais et que la chose la plus perturbante dans toute cette histoire était la place et la confiance que je devais accorder à cet homme plein de superbes et déterminé à me rendre chèvre. Killian Jones...

Ma confiance avait trop souvent été bafoué. Si souvent que je me refusais de lui laisser une place, lui le pirate, lui le menteur prêt à tout pour obtenir sa vengeance sur Gold. Et pourtant... Au dernier moment, je ne pus l'abandonner. Je savais que je mettais les deux pieds dans une chose que je ne voulais pas affronter. Je savais, dès l'instant où j'avais croisé son regard, qu'il pourrait briser mon cœur de manière définitive, mais quand il me tendit la main, me demandant silencieusement mon aide pour se relever, lui prouvant ainsi que je lui faisais confiance, je ne parvins pas à passer autour de son poignet la menotte avec laquelle je comptais l'enchaîner. Je tirais sur sa main et je le ramenais avec moi, en bas de la tige, jusqu'à son navire... Jusqu'à Storybrooke...



Oh god, I love him so much !
STORYBROOKE - STORYBROOKE - STORYBROOKE - STORYBROOKE - STORYBROOKE
Je n'aurais jamais pensé. Je n'aurais jamais imaginé qu'il était comme ça. Qu'il pouvait être aussi charmant et doux et sincère. Un pirate, bon sang. Un menteur compulsif. Le Capitaine Crochet !!! Il n'aurait pas dû être sexy. Il n'aurait pas dû être agréable et vibrant et désirable. Il n'aurait pas dû être... Ça... Cet homme capable de me faire perdre la tête. Cet homme capable de me faire croire au bonheur, à la possibilité d'un avenir... Il n'aurait pas dû être l'homme dont je pouvais tomber amoureuse. Pas lui. Pas comme ça... Et pourtant...

Il accepta ce qu'il appelait « le challenge ». Il accepta mes craintes, mes murs, mes doutes. Il accepta mes rebuffades et mes émotions à fleur de peau. Il prit le temps, fit preuve de tant de patience, de tant de constance. Toujours là, comme j'avais besoin qu'il le soit. Toujours doux et caustique, charmant et indécent, romantique et déraisonnable...

Je n'aurais jamais dû monter sur ce bateau. A bien y réfléchir, c'était peut-être la plus mauvaise des idées. Mais comment pouvais-je le savoir ? Il était là, à Storybrooke, sans plans précis, juste parce qu'il nous avait ramené auprès de ma famille, de mon fils et il n'avait plus rien à faire là. Rien qui ne le retenait. Rien qui ne l'obligeait à rester. Alors, j'avais ressenti le besoin de savoir, de me rassurer, peut-être un peu, aussi. J'avais ressenti le besoin de lire dans ses yeux qu'il n'avait pas l'intention de partir. Qu'il ne mentait pas lorsqu'il disait être prêt à se battre pour moi... Je ne m'attendais pas à ce qu'il m'embrasse. Ou peut-être que si, en fait, mais qu'importe, il l'avait fait et ça avait été le début de tout. Le début de nous. Je ne le savais pas encore à ce moment-là, mais j'aurais pu tuer pour lui... Je le compris quelques semaines plus tard, lorsqu'il manqua de se faire tuer par des traîtres... Règle numéro une : ne jamais faire confiance à un pirate qui n'est pas Killian Jones...

Les choses coulèrent de source par la suite. Si naturellement. Notre nuit ensemble, alors que j'avais le cœur encore battant d'avoir failli le voir mourir sous mes yeux. Nos premiers rendez-vous. Nos moments de couples. Notre décision d'habiter ensemble... Chaque nouvelle étape me terrifiait, mais il était toujours là, prévenant, doux, patient, sachant quand j'étais prête et quand j'avais juste besoin qu'il me prenne par la main pour me promettre qu'il ne la lâcherait jamais. Pourtant, cette peur était toujours là. Cette peur viscérale qu'un jour il ne disparaisse. Qu'un matin, je me réveille, pour ne trouver que le lit froid et le placard vide de toute présence masculine. Je pouvais parfois ne pas en dormir de la nuit, quand bien même il me serrait contre lui, pris dans ses rêves les plus doux.

Puis un jour, une nouvelle étape fut franchie. Un petit plus sur un bâton bleu plein d'urines et des peurs enfouies rejaillissant sans contrôle. Enceinte. Tout se mélangeait dans ma tête. Tout recommençait. Il m'avait promis une maison, un foyer, de l'amour et je tombais enceinte. Neal aussi m'avait promis une maison, un foyer, de l'amour et j'étais tombée enceinte, juste avant qu'il ne m'abandonne. Killian remarqua vite que j'étais plus stressée qu'à la normale et je n'eus pas le cœur de lui mentir ou de retarder l'échéance. Je n'aurais jamais pensé qu'il puisse être si heureux de savoir qu'un petit être avait élu domicile dans mon ventre de manière impromptu. Il le voulait. Il voulait notre bébé, autant qu'il me voulait moi, notre maison et notre bonheur. Pour la première fois, je fus heureuse d'être enceinte, heureuse de faire des projets, de rêver de mon bébé, malgré la culpabilité, la peur de blesser Henry en ayant un autre enfant que je voulais garder. Mais mon fils avait toujours été un amour, plus compréhensif et bon que la plupart des gens et il me rassura vite, me jurant qu'il était heureux pour moi, pour Killian et pour lui-même aussi. Il était heureux à l'idée d'être un grand-frère et il était heureux que son futur petit frère ou sa future petite sœur ait une chance de connaître son extraordinaire histoire familiale dès le début. L'avenir s'annonçait si merveilleux... Qu'un malheur se devait d'arriver, non ?



I don't know how to survive...
STORYBROOKE - BOSTON - NEW YORK - STORYBROOKE - ENCHANTED FOREST
Il était presque là, presque dans nos bras. Il s'appelait Liam et j'étais certaine qu'il avait les yeux de son père. Il aurait adoré naviguer avec Killian et combattre à l'épée de bois avec Henry. Il aurait aimé les histoires des constellations et aurait eu à cœur de faire les choses bien. Il aurait adoré les pirates et son grand-père se serait plein qu'il soit plus scélérat que prince... Et nous l'aurions aimé. Nous l'aurions aimé comme le fruit de notre amour, la preuve ultime de notre happy-end, comme l'amour de nos vies... Mais il n'a pas survécu. Pas assez longtemps pour résister à la dure réalité du monde à l'extérieur de mon ventre. A peine assez fort pour tenir jusqu'au terme. Mort avant même que je ne commence à pousser. Mort avant même que je n'ai pu l'embrasser... On dit souvent que la seule chose qui fait oublier la douleur de l'accouchement est de tenir notre enfant dans nos bras. Aucun baume ne pouvait soulager l'accouchement d'un enfant mort...

La douleur depuis est atroce, comme si on avait arraché un petit bout de moi et que la plaie béante refusait de cicatriser. Une horreur, chaque jour plus insupportable. Et mon adorable amour, dévastée, que je ne pouvais plus regarder, que je ne pouvais plus toucher... J'aimais Killian Jones, plus que je ne l'aurais jamais cru possible, mais chaque jour dans la même maison que lui, à voir sa souffrance et à capter la mienne dans le miroir... Tout cela m'était devenu insupportable. Alors, un jour, sans réfléchir, j'ai repris mes bonnes vieilles habitudes. Un matin, sans préméditation, je suis montée dans ma voiture et j'ai avalé les kilomètres, sans m'arrêter, sans regarder en arrière, portable laissé sur la table basse du salon et vingt dollars en poche. Je suis partie loin, sans un au revoir, sans une explication, avec la souffrance pour seule compagne.

Pendant deux mois, je restais loin de Storybrooke, loin des miens, mais pas loin de la souffrance et de la douleur. Alors je finis par me rendre à l'évidence que rien, et surtout pas la fuite, ne soulagerait ma peine. Si je voulais m'en remettre, je devais m'appuyer sur ceux que j'aimais. Je devais m'appuyer sur Killian, tout comme il devait s'appuyer sur moi. Nous avions tous les deux perdu un enfant. Nous avions tous les deux vu notre bonheur s'écrouler. J'avais eu si peur de le perdre et c'est moi qui l'avais trahi... J'avais commis une grave erreur. Je revins donc à Storybrooke, bien décidé à le retrouver, à me faire pardonner et à réparer mes fautes, mais à peine arrivée, mes parents m'apprirent qu'il n'était plus là. Le monde des contes était en guerre, Cora avait changé de camp, demandant l'aide de sa fille et de quiconque le voulait en ville, ouvrant un portail entre les mondes pour que Storybrooke puisse venir en aide à l'autre côté, rendant la ville plus vulnérable que jamais. Et Killian était parti de l'autre côté, trop dévasté pour trouver une raison d'être à Storybrooke. Par ma faute, il avait disparu... Je devais le retrouver. Je devais le sauver, le ramener à la maison en sécurité, mais je ne pouvais pas laisser Storybrooke sans défense. Pas après ce qui était arrivé alors que je l'avais abandonné. J'étais coincée. Je voulais retrouver mon amour, mais je ne pouvais partir trop longtemps dans l'autre monde et personne ne savait où trouver Killian...





Dernière édition par Emma A. Swan le Jeu 22 Sep - 23:59, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
My only love sprung from my only hate.

avatar


Messages : 445
Cœurs enchantés : 3813


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Emma Swan || Love is a part of all happiness and you have to be open to that.   Jeu 22 Sep - 17:35

Bienvenue à toi nouvelle Emma j'ai hate de voir ce que tu vas nous pondre Potté
Bonne chance pour ta fiche Coeur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 100
Cœurs enchantés : 1518


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Emma Swan || Love is a part of all happiness and you have to be open to that.   Jeu 22 Sep - 17:41

Merci à toi Please
Ça faisait un moment que je flânais dans le coin et puisque j'ai vu que la compétition pour Emma s'était essoufflée, je me suis dit que je pouvais tenter ma chance ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Devilishly Handsome Pirate
avatar


Messages : 296
Cœurs enchantés : 971


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Emma Swan || Love is a part of all happiness and you have to be open to that.   Jeu 22 Sep - 17:57

Swaaaaaaan ♥

Effectivement tu as bien fait de tenter ta chance et j'aime beaucoup ton début de fiche. Si jamais tu as besoin de quoi que ce soit n'hésite pas à me contacter :)

Sinon au niveau du blabla staff tu as une semaine pour remplir ta fiche, si tu as besoin d'un délai penses à nous le faire savoir. Bon courage et si tu as besoin d'aide tu sais où me trouver :)

_________________
You're so affraid of losing the people that you love that you push them away.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 100
Cœurs enchantés : 1518


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Emma Swan || Love is a part of all happiness and you have to be open to that.   Jeu 22 Sep - 18:26

My dashing rapscallion Love
Je suis contente si le début de ma fiche te plaît. Je ne devrais pas avoir de mal à finir en les temps, je suis dans une période de forte inspiration ^^ J'espère que je vais bien retranscrire l'idée que tu avais en écrivant l'histoire du scénario de notre chère Emma Pan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1444
Cœurs enchantés : 9378
Humeur : Amoureuse <3


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Emma Swan || Love is a part of all happiness and you have to be open to that.   Jeu 22 Sep - 20:05

Bienvenue à toi, Sauveuse! Ah de la lecture, c'est partiiii Potté
En tout cas, si besoin d'aide tu as, n'hésite pas Coeur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 100
Cœurs enchantés : 1518


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Emma Swan || Love is a part of all happiness and you have to be open to that.   Jeu 22 Sep - 20:20

Merci à toi, Ô Evil Queen !
Je n'hésiterais pas si besoin d'aide j'ai ^^ J'espère que je vais convenir Please
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1444
Cœurs enchantés : 9378
Humeur : Amoureuse <3


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Emma Swan || Love is a part of all happiness and you have to be open to that.   Jeu 22 Sep - 20:23

Je l'espère aussi, j'ai bien envie de me disputer RP avec une Sauveuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 480
Cœurs enchantés : 5393
Humeur : Au manque de bonté


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Emma Swan || Love is a part of all happiness and you have to be open to that.   Jeu 22 Sep - 20:45

AH une Emma... Peut-être que nous aurons le loisir de nous croiser au bureau patronne
Bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1012
Cœurs enchantés : 2516


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Emma Swan || Love is a part of all happiness and you have to be open to that.   Jeu 22 Sep - 20:52

Bienvenue parmis nous et bon courage pour ta fiche Please

On t’as déjà tout dis je pense. Mais hésite pas si tu as des questions Potté

_________________
Je n’ai eu que mensonges et enclaves. J’aurais du être une princesse et désormais c’est ainsi qu’on me traitera. Trop blessée, il est parfois difficile d’être sincère avec ses propres sentiments, même face à son enfant. ▵ ©️endlesslove.
“ i love you mom. ” ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 100
Cœurs enchantés : 1518


Feuille de personnage
Objets magiques:

MessageSujet: Re: Emma Swan || Love is a part of all happiness and you have to be open to that.   Jeu 22 Sep - 20:58

Gina > Yep, RP sur le meilleur amour vache de OUAT, ça donne envie Coeur

Robin > J'espère bien qu'on s'y croisera, sinon ça voudrait dire que tu ne viens jamais travailler ! Pas l'employé du mois quoi Grrr

Briar > Merci la belle Potté
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Emma Swan || Love is a part of all happiness and you have to be open to that.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Emma Swan || Love is a part of all happiness and you have to be open to that.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No Kindness Left :: Se faire de la place et s'installer :: Faire les présentations :: Validées-
Sauter vers: